Mangas & Animes

Pourquoi « Nadia et le secret de l’Eau Bleue » est la meilleure série du monde ?

Article écrit par Nemo dans le cadre de la semaine thaliste.

nadia_semaine_thaliste_screen_0.png

En cette semaine de fête thaliste, j’ai décidé de profiter de l’occasion qui nous est donnée de pouvoir être publié en ce lieu pour écrire une apologie que je n’ai honteusement jamais pris le temps de faire pour mon propre blog. (plop ça c’est fait !). Comme vous l’aurez deviné au vu du titre particulièrement explicite de cet article, je vais vous parler de « Fushigi no umi no Nadia » ou plus simplement « Nadia et le secret de l’Eau Bleue » en bon français ou encore plus simplement « Nadia ». Véritable tout à l’ego, je le confesse : cet article est avant tout une mission de pèlerinage pour le non oubli de cette série qui a déjà 20 ans (eh oui !).

Commençons par la base, Nadia est une série d’aventure produit par la Gainax et dirigé par Hideaki ANNO. Librement inspirée de « 20 000 Lieues sous les mers », l’histoire, qui court sur 39 épisodes, commence en 1889 par la rencontre entre Jean, un jeune français optimiste fana de sciences et assez Geo Trouvetou dans l’âme, et Nadia, une jeune orpheline noire travaillant dans un cirque pour survivre et ayant pour rêve de partir pour l’Afrique afin d’y retrouver ses racines. La rencontre de nos héros se fera à Paris. Alors qu’il vient pour participer à un concours d’avions, Jean remarque immédiatement Nadia qui passe près de lui en bicyclette. Il la rejoindra en haut de la tour Eiffel et fera connaissance avec Attila son lionceau de compagnie, la drôle de pierre bleue que la jeune fille a autour de son cou et surtout se fera remballer comme un malpropre par le caractère bien trempée de notre héroïne. C’est à ce moment précis que sa pierre bleue se met à briller, signe d’un danger imminent en approche. En effet, Nadia est poursuivie par une voleuse et ses 2 bras droits de bandits. L’aventure commence…

nadia_semaine_thaliste_screen_1.jpgnadia_semaine_thaliste_screen_2.png

La force de Nadia repose aussi bien dans son fond que dans sa forme. Si cette dernière peut apparaître datée de nos jours surtout en milieu de série quand l’animation fut sous traitée en Corée pour cause de budget, le reste n’a quasiment pas vieilli. Les musiques sont magnifiques suivant sans fausse notes les différentes émotions de nos héros tout en collant au ton très « Jules Verne» de la série. Même la VF est surprenante de justesse malgré certains choix contestables et un bon nombre d’erreur. (Le fameux moteur auxiliaire !) . Les personnages sont quand à eux nombreux et, à l’exception d’un qui ne sert absolument à rien, ils sont tous beaucoup plus complexes, intéressants et auront un rôle beaucoup plus important qu’il n’y paraît de prime abord. Quand à la mise en scène, elle sait nous offrir de vrais GRANDS moments d’émotions impressionnants de maîtrise, notamment lors du fameux épisode 22 ou des 5 derniers épisodes. Cette mécanique d’exécution quasi parfaite restant consciencieusement au service de l’histoire qui reste le point central de la série et qui vaut à Nadia toutes mes éloges de par sa puissance et son intelligence.

Si les premiers épisodes de la série peuvent sembler un peu enfantin et sans grand rapport avec Jules VERNE (à l’exception des avions de Jean peut être), il serait assez trompeur de s’y fier. Partant d’une simple course poursuite entre les gentils héros et les méchants voleurs, le scénario se complexifie très rapidement et entrainera nos héros dans une spirale d’événements et à la découverte d’un univers dont le téléspectateur prend, en même temps que les personnages, conscience. En effet, Nadia est une série d’aventure dont on se rend véritablement compte de la profondeur qu’après l’avoir visionné en intégralité. Abordant des thèmes aussi variés que la responsabilité et les dérives de la science, le sens de la mort et de la vie , le pouvoir et la guerre ou le destinée, le scénario de Nadia est rempli de bon nombre de messages, certains très facilement accessibles (science sans conscience n’est que ruine de l’âme) et d’autres beaucoup plus fins. Le tout est amené avec un scénario qui multiplie les rebondissements à un rythme certes pas toujours parfait mais présents lors des moments importants et dont l’intérêt est rarement pris en défaut.

nadia_semaine_thaliste_screen_3.png nadia_semaine_thaliste_screen_4.pngnadia_semaine_thaliste_screen_5.pngnadia_semaine_thaliste_screen_6.png

Ainsi, Nadia est de ces séries avec laquelle il faut vivre et regarder consciencieusement tous les épisodes dans l’ordre pour maîtriser le puzzle complet. C’est une série qui est habité par ce que j’appellerais l’esprit d’aventure. Cette force qu’on retrouve dans la plupart des romans de Jules Verne. On prend des héros et on les fait évoluer en même temps que l’univers qui les accueille. Dans Nadia, on est typiquement dans ce cas là avec des adolescents qui grandissent en faisant face aux épreuves qui vont se trouver sur leurs chemins. C’est dans ces moments là, dans ses tragédies que la série est la meilleure tant ils sont amenés dans un ton souvent sans concession. C’est parfois violent, toujours brutal mais toujours brillants et clairement indispensables et maitrisés. Maîtrise toujours, la série sait aussi contrebalancer son côté sérieux en laissant place à de nombreux moments à l’humour mais aussi à la romance et parfois même à la tendresse. Indispensables là aussi à toute bonne aventure qui soit. D’autant que Jules Verne n’est pas simplement là que pour le style, du début jusqu’à la fin de la série, l’univers de Nadia croise et s’inspire profondément de celui de l’écrivain, principalement représenté par les événements et les thèmes abordés dans « 20 000 Lieues sous les mers ».

Mais au-delà de tout ce bilan flatteur , Nadia reste surtout une série extrêmement prenante et émouvante dont l’importance de l’impact n’a pas bougé pour votre serviteur depuis presque 10 ans. Certes le fait que ce soit le premier anime que j’ai regardé fausse sûrement un peu le curseur mais reste que Nadia m’a pris aux tripes comme rarement œuvre aura réussi à le faire. J’ai pleuré, j’ai ri, j’ai été choqué, j’ai été impressionné, bref j’ai été marqué.

Avec Nadia, Gainax a crée un monument de l’animation japonaise qui regroupe le meilleur du savoir-faire de son époque et qui a su puisé dans l’œuvre de Jules VERNE la plus pure essence de son univers et plus généralement du roman d’aventure. Une œuvre magistrale que tout amateur d’animation japonaise devrait avoir vu. A titre personnel, je n’ai que trop rarement croisé une série qui transpirait autant d’intelligence. Que ce soit par la puissance et l’universalité de son message, le mélange sans faute de ses différents aspects narratifs allant de moments dramatiques dantesques voire effrayants à l’humour et l’émotion de situations quotidiennes, ou l’immense travail effectué au niveau des personnages et du scénario. C’est aussi une série définitivement rare pour ce qu’elle porte en elle d’humanité et qui par ce biais atteint ce qui est selon moi, l’ultime objectif de toute histoire : arriver à faire vivre ses personnages de façon à toucher du doigt la limite qui sépare la fiction de la réalité et à laisser sa trace dans les deux.

Pour tout cela, définitivement et sincèrement merci.

PS :

nadia_semaine_thaliste_bonus_1.pngnadia_semaine_thaliste_bonus_2.png

Maintenant que vous êtes tous convaincu que Nadia est la best série ever made, je voudrais finir par un petit mot sur la diffusion de Nadia. . Tout d’abord, comme cela se faisait couramment à l’époque (au début des années 90), la série sera censurée dans quasiment tous les pays à l’exception de l’Allemagne qui doit toutefois se coltiner un doublage absolument désastreux. A ce titre, on ne remercia jamais assez toute l’équipe de Game One du début des années 2000, qu’on retrouve en grande partie aujourd’hui sur Nolife (il n’y a pas de hasard), et qui a réussit à produire une version restaurée de la série diffusée intégralement sur la chaîne notamment durant 4 « Nuits Nadia » , enchaînement de lots d’épisodes et de plateaux de présentation de bonus, absolument mythiques. Cas unique en son genre, cette version montée principalement par Cyril Lambin comblait les plus grandes lacunes de la version française. Réapparition des génériques originaux, apparition de crédits, remplacement de passages censurés par des bouts de la version original sous titrée, c’était un petit « miracle otaku » sans plus aucune existence légale de nos jours. Ce qui est encore plus un drame puisque la série n’est hélas jamais sortie en DVD mais seulement en coffret VHS avec la version française censurée il y a quelques années.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

23 commentaires

  • Vrille

    Goldo’, Nadia encore une perle de l’animation japonaise que j’attends dans un format correct ; pas de censure, une vostf présente, une bonne qualité d’image (DVD/Blueray). Pour pouvoir enfin mater comme un porc, l’un des plus grands animes du studio Gainax.

  • Otak

    Ahahaha nemotaku… Tu fais une double blague qui fait doublement mal dans mon coeur de fanboy dans ton commentaire =(

    Sinon pour en revenir a Nadia, pas grand chose a dire, j’ai découvert la série sur Game one pendant les nuits nadia, et je dois tjs avoir mes vhs quelque part (depuis j’ai trouvé mieux hum hum…) mais ça reste l’une des meilleures prod gainax sans probléme ! Et a part une petite longueur sur l’ile ou l’épisode des chansons, ça reste plus que super a maté (voir a rematté), la série propose tellement de passage fort (de suite la je pense a marie qui parle de ses parents a nos deux protagonistes qui vienne d’arriver, passage horriblement poignant, ou encore sur cette scène du nautilus ou un homme hurle qu’il ne veut pas mourir… wahou combien de série arrive encore a être aussi intense de nos jours sérieusement ?)

    Nadia c’est du très bon mangez en !

  • Tetho

    J’ai toujours eut du mal à voir comment on pouvait élever au rang de chef d’œuvre. Je veux dire une série de 39 épisode dont plus de 10, presque tous à la suite, oscillent entre le médiocrissime et l’insoutenable c’est une catastrophe niveau rythme (et intérêt). Nadia c’est super pour ce coté faux sekai meisaku sauce gainax mais y a ce faux pas incroyable qui manque purement et simplement de tuer la série si les 5 derniers épisodes n’étaient pas généralissimes.

    Sinon pour la version G1, on rappellera que Cyril Lambin avait dit à l’époque que c’était « un bricolage en attendant une VOSTF propre ». On pleurera les DVD collector jamais arrivés ;__;

  • Faust

    « à l’exception d’un qui ne sert absolument à rien » -> C’est l’ado africain ?

    Sinon, j’ai vraiment trouvé la VF catastrophique. La voix de Nemo est notamment à mourir de rire, tant elle ne fait pas « naturel »…

  • Youe

    J’ai matté Nadia après Evangelion (les deux m’ayant été suggerés par C: ou GameOne) et j’en conserve un bon souvenir. Le mot chef d’oeuvre n’est cependant mérité que sur la deuxième partie de l’anime, où le ton commence à se durcir un peu et les métaphores devenant plus évidentes. La première partie reste cependant étonnement agréable pour son univers mi-réel mi-science-fiction cotemporaine à la Jules Verne. Et puis un bon anime qui débute à Paris, sans être chauvin ça reste bien sympa.

    Je connais pas le VF, sauf le générique d’opening. Je préfère largement la VO mais difficile de juger tant les ambiances sont différentes. L’opening japonais mise sur un coté aventuresque tandis que le générique français est plutôt intimiste.

    Ahah j’avais enregistré en VHS l’épisode où ça enchaîne chanson d’amour sur chanson d’amour, faudrait que je retrouve cet épisode, je me le passais en boucle.

  • le gritche

    Un de mes anime entrevus dans mon enfance nébuleuse, avant de le voir correctement et sans les scènes coupées longtemps après (celle de l’attaque du Nautilius m’a vraiment marquée). Oui, le doublage du Capitaine Nemo est honteusement sur-joué – bien que ça s’arrange un peu au fil des épisodes – mais le reste du casting est très bon après 2 tours de chauffe. L’aventure dantesque vécue par les persos montre que ce studio pouvait voir les choses en grand à une époque.

    @ Tetho: Pense à tous les gens qui ont vu ça dans leur enfance. C’est super de voir des oeuvres quand on est encore vierge de tout esprit analytique du genre « je te mets ton étiquette et je te range dans le 3ème tiroir à gauche ».

  • Nemotaku

    @Faust : Il n’y a pas de film, il n’existe pas, tout ceci est une illusion, il n’y a jamais eu la sortie d’une édition collection du dvd de ce film (qui n’existe pas je le rappelle) alors que la série n’est sortie qu’en VHS, il n’a d’ailleurs jamais été diffusé sur le satellité, ni même doublé et non non et non je n’essaie pas de m’en auto persuader. D’ailleurs pour tout dire, je ne l’ai jamais vu et je n’ai jamais pleuré des larmes de sang devant ma tv tellement il est mauvais. 🙂

    …. Mais c’est tentant comme proposition, je note.

  • Zoneur

    Le début du plot m’a fait penser au Château dans le Ciel, mais finalement non :p
    Même si j’ai du mal avec les vieilles séries (quoi que, j’ai bien maté Nausicaa qui date de 84), faudra que je jette un œil à cette série. J’ai même lu que Nadia a été déclarée meilleur personnage animé DE TOUTS LES TEMPS. Rien que ça :p

  • Devrim

    J’ai regardé Nadia vers la fin du club Dorothée mais n’ai malheuresement jamais eu la chance de voir la série en entier. Un jour peut-être… Merci pour ton article qui rend hommage à la série.

  • Valleo

    J’ai fait une petite vidéo où j’explique à quelle point cette série est géniale :



    C’est une oeuvre majeur du 20ème siècle qui est malheureusement trop mal estimée à cause d’une VF trop bancale.
    J’enrage à chaque fois que j’entends les gens comparer ce chef d’oeuvre à Candy ou Sailor Moon !!!

N'hésitez pas à commenter l'article~