Mangas & Animes

Angel Beats – TV Tropes l’anime

TVTropes est un de ses sites incroyablement bouffeur de temps qui s’amuse à répertorier tous les « schémas » / tropes qui régissent les oeuvres de fiction, de l’anime aux séries télés, en passant par le jeu vidéo où même la vie réelle. Et donc, ce site possède une liste incroyable de « schémas », ces choses récurrentes qu’on retrouve d’une oeuvre à l’autre. Et si il y’a bien un anime qui semble en cumuler presque plus de la moitié, c’est bien Angel Beats. Mais souvenez nous en: les tropes ne sont pas des clichés, et les tropes ne sont pas nocifs !

Car Angel Beats est un anime qui n’est pas mauvais sans être bon pour autant. Un anime moyen mais qui fonctionne autant qu’il échoue, et donne un mélange attachant sans être pour autant mémorable. Et j’ai envie d’en parler un peu !

Pour les gens qui ne connaissent pas, le pitch: Otonashi est un jeune homme qui se réveille un jour amnésique dans une gigantesque école coupée du monde, où il fait la connaissance de Yuri, la dirigeante de la brigade SSS. Celle-ci lui explique qu’il est dans une sorte de purgatoire et que si il ne se bat pas contre « Tenshi », une mystérieuse jeune fille aux cheveux d’argent et yeux jaunes possédant d’étranges pouvoir, ou décidera de passer son temps à suivre une scolarité classique, celui-ci « disparaîtra »… Dès lors, suivons la vie d’Otonashi et de la brigade SSS dans ce monde où tout le monde est immortel ! Au programme: de la violence, des armes, des mystères et des disparitions !

Tenshi tenshi tenshi

Tiens, tant qu’a faire je vais entamer sur ce qui m’apparaît être le défaut MAJEUR de l’anime: son casting. Il est juste insipide. Jamais je n’ai vu autant de personnages ne servir à rien: on est arrivé à un tel niveau de transparence pour certains personnages qu’on se croirait face aux personnages secondaires de, mettons, Samurai Deeper Kyo. C’est bien beau de profiter de l’opening pour présenter tout le monde, mais au final on a très vite la confirmation que seulement deux personnages ont été écrits, les autres étant juste aléatoires: le héros, Otonashi, et Tenshi l’antagoniste. Le reste ne sert qu’a trois choses: sortir un flashback triste si jamais ils ont la chance et ainsi connaître un peu de développement ; servir à faire des blagues ; servir à mourir dans les épisodes « battle royale » qui voit chaque membre du casting se faire dégommer un par un. Pour le reste, inutile de les chercher. Même la fameuse « Haruhi-like », Yurippe, peine à avoir un peu de personnalité et se contente juste d’être « la fille qui donne des ordres… oh et possède une enfance difficile mais ça c’est juste histoire de ». On lui demande juste de porter un beret et un zettai ryouki. Mais c’est même agacant parce que le personnage semble au final tellement être une… Mary Sue ! Elle est super omnisciente, super balèze, sait tout faire, à du « charisme » qui fait d’elle une indiscutable leadeuse, elle est « belle », a toujours raison, se goure jamais et quand elle se plante c’est pas grave personne lui en tient rigueur elle est tellement parfaite alors que putain elle s’est plantée violemment… On lui reprochait d’être un plagiat physique d’Haruhi ? Qu’est-ce qu’on s’en fout de ça: le personnage est pénible et c’est vraiment là le point principal.

Et c’est encore plus problématique parce que le fait que le casting soit composé d’une quinzaine de personnages n’excuse strictement rien: il suffit de repenser à des séries comme Durarara!!, Baccano! ou Umineko No Naku Koro Ni pour voir que ce n’est pas parce qu’on a beaucoup de personnages que ça excuse le fait que les 3/4 sont des grosses tartes. Et au final on s’accroche sur les plus « caricaturaux », comme TK, le vice-président ou Yui parce que ce n’est certainement pas avec Hinata, le judoka, le shota un peu con ou l’intello aux gros muscles qu’on va trouver notre pied.

Et donc de l’autre coté, les deux personnages « principaux », c’est à dire Tenshi et Otonashi sont quand même bien plus intéressants et même réussis. Ok, Otonashi est quand même bien morne pendant huit épisodes -au point d’être mis dans le même panier que les autres tiens-, mais il se réveille sur la fin de la série et c’est… franchement du bénéfice pour la série. Son « réveil » dans la série coïncide à peu près au moment où la série commence enfin à toucher à quelque chose, et c’est bon signe. Et de l’autre coté, Tenshi fonctionne bien dans le genre « coodere » et se révèle même être une de mes préférées dans ce style (je n’aime ni Rei, ni Yuki mais j’aime Tenshi ! Hallelujah !), avec pas mal de moments badass et pas mal de petits traits de caractère assez attachants. Et Tenshi reste un personnage qui a réussi à me faire ressentir une émotion différente à quasiment chaque épisode, du respect aux larmes, à l’envie de lui faire un calin. Et ce petit couple gagne de la puissance au fil des épisodes, pour devenir vraiment déchirant dans le dernier épisode dans la série dont je reparlerais plus tard…

Bref le casting d’Angel Beats y aurait sans doute beaucoup gagner à tailler dans le lard, peut-être ne garder que cinq ou six personnes dans la brigade SSS mais des personnages auquel on aurait pu s’attacher, on aurait pu l’espace d’un moment aimer et même, dans mon cas, mémoriser le nom ! Mais en l’occurence, avec sa quinzaine de personnages qui partent dans tous les sens, jamais je n’ai ressenti vraiment d’attachement à la brigade SSS qui fait vraiment gang de cas sociaux.. même pas amusants.

D’ailleurs je dis « brigade SSS » mais je sais même plus si c’est le vrai nom.

Angel02.jpg
Et c’est dommage parce que quand la série décide subitement, presque arbitrairement, de développer un personnage, ça fonctionne bien souvent ! Si on excepte le développement soudain de Yurippe qui débarque un peu de nulle part et nous balance dans la gueule un passé… qui en fait vraiment trop . Les passages de « flashback » sont ainsi souvent assez réussis et réussissent souvent leur objectif qui est d’ouvrir la porte à un passage un peu plus triste. Le développement d’Hinata, par exemple, permet vraiment de se sentir concerné du personnage, qui en sort vraiment grandi. Mais ils sont hélàs trop peu à connaître cette chance, et ça reste quand même très aléatoire… Car comme je l’ai dit, d’autres personnages ressortent de leur flashback… pas mieux qu’avant, à cause d’un abus complet en terme de cruauté (Yurippe…), eh ! On a compris que sa jeunesse avait été grave dégueulasse et tout ça, mais là c’est vraiment… too much. C’est aussi subtil que le film Battle Royale je veux dire.

Alors que de l’autre coté le développement d’Otonashi, d’Hinata ou bien de la guitariste/vocaliste fonctionnent beaucoup mieux… Même si il faut avoir pour certains (Otonashi) une solide volonté de ne pas trop vouloir être cynique parce que ça reste parfois too much.

Pour revenir sur une qualité de l’anime, je tiens tout de même signaler avoir beaucoup aimer le traitement de l’univers et du « scénario ». J’ai beaucoup aimé la manière dont l’univers se révèle au final très léger ! Il faut dire qu’avoir des personnages immortels aident beaucoup à se taper un peu d’humour noir de bon aloi, et que voir les mecs se préparer à voler des tickets de cantine comme si ils planifiaient la troisième guerre mondial, c’est pas forcément néfaste. Globalement, je trouve que l’humour de la série vole plutôt haut, même si on reste dans un humour très japonais, qui peut être très irritant dès qu’on remarque que chaque blague est obligée de se « conclure », c’est à dire soit de vrai « l’idiot » se prendre une tape pour souligner son idotie, soit voir un personnage être obligé de commenter froidement la blague. On appelle ça la routine Boke et Tsukkomi et c’est un truc que je déteste de plus en plus. C’est là que je me rends compte pourquoi Baka To Test marchait bien dans son humour, puisque cette routine n’existait en fait carrément pas où n’avait pas le temps d’exister.

Reste que même avec les commentaires pénibles, on a quand même des runnings gags franchement sympa (la musique de l’ending qui s’enclenche en même temps qu’un ralenti pour souligner le fait que tel personnage a bouffé sa mère, l’anime nous le fait quatre ou cinq fois, et ça fonctionne à chaque fois), certains épisodes étant même juste un running gag géant (le 8), ou juste une raison de buter des gens de manière amusante pour le fun. Et je n’ai de toute manière pas souvenir d’une blague qui ne m’a pas fait au moins sourire, ce qui est globalement bon signe.

Angel03.jpg

Et de l’autre coté, il m’est souvent arrivé de lacher une petite larme virile devant certains passages de l’anime, et même de pleurer comme un môme devant Bambi pendant une bonne partie de l’épisode 13. Mais ça vous commencez à le savoir: je suis très faible face au mélo ! Mais il était dans Angel Beats plutôt aléatoire: certains passages censés être mélo/tristounet me sont un peu passé à coté, tandis que d’autres m’ont juste emportés.

Mais il faut bien avouer que si jamais je devais garder en mémoire UN truc d’Angel Beats, et ça sera sans doute la seule chose dont je me rappellerais pour être franc, c’est l’épisode final. Toute la série semble avoir été faite pour préparer les dix dernières minutes de l’anime, qui forme là LA conclusion ultime qui fait super chaud au coeur. Le nom de la série, de l’opening, chaque petit élément de scénario même les plus inutiles… sont autant d’éléments qui permettent à la conclusion de vraiment éblouir. C’est vraiment pas mal de voir une série se conclure de bien belle manière parce que… ça manque pas mal dans l’animation japonaise, des bonnes conclusions ! Et là, même pas d’ouverture vers une suite, un film, je ne sais quoi… c’est une conclusion fermée et pleine d’émotion, qui m’a vraiment laissé songeur pendant les trentes minutes suivantes. Vraiment un très bon truc. Et on peut remercier l’OST de l’anime, qui fonctionne du tonnerre ! Elle colle parfaitement à la situation et ça marche vraiment bien sur les passages tristes, avec des version instrumentales au piano de l’opening, ce qui est amplement suffisant pour faire pleurer même une maman ourse ! Et ça fonctionne aussi tout à fait bien sur des scènes bien badass.

Tiens parlons un peu des scènes d’actions justement !

Elles sont pas terribles en général. Enfin disons que j’ai vu mieux en la matière, et que voilà, c’est pas non plus super mémorable. On a le minimum nécessaire pour pas se faire chier, mais ça reste souvent quinze types qui tirent inutilement dans tous les sens, un peu de combat à la lame de temps en temps et voilà. Même schéma répété sur chaque scène d’action. Le seul combat bien sympa arrive dans l’épisode 8 et c’est le seul qui offre un peu de « stratégie » de la part d’un des deux bélligérants. C’est dommage parce qu’on voit qu’ils sont pas totalement à l’ouest sur les combats et qu’ils auraient pu produire des vrais trucs sympas… mais ils ne l’ont pas fait. Mais quand on arrive à produire en série des trucs encore plus bourrins que Grenadier, c’est quand même pas super glorieux… et c’est un peu du gâchis !

Angel04.jpg

Mais il faut dire que le fait que les scènes d’actions soient souvent assez peu « légitimes » et sortent un peu de nulle part n’aide pas à les prendre au sérieux. Mais la problématique c’est que l’univers ne le permet au final pas. On apprends certes à la fin de l’anime que c’est un monde FAIT pour être un monde « bisounours » mais on aurait aimé des antagonistes plus tenaces, plus développés sur le long terme. L’épisode 6 est ainsi intéressant car il se dote d’un grand méchant menaçant, et se targue carrément de nous proposer une super bataille… auquel on n’assiste pas ! Tant et si bien qu’a la fin de l’anime on est obligé de nous sortir les ennemis « zombies » qui permettent des scènes d’actions à moindre frais et sans penser aux conséquences que ça pourrait avoir d’un point de vue scénaristique. C’est vraiment dommage, car le premier épisode de l’anime semblait promettre de grosses bastons, le soin et le travail apportés sur l’arsenal sont franchement respectables mais au final… non. Grmbl !

C’est aussi le scénario qui est, de toute manière, ici à remettre en cause. Il n’existe… tout simplement pas. On a très vite un anime « tranches de vie » mais avec des gros guns et caetera, et les rares fils rouges sont aussitôt découpés à coup de ciseau. L’univers initial s’y prête très bien (il se serait prêté aussi bien à un truc scénarisé) mais c’est dommage de voir le scénario être sans cesse changeant sur l’identité du grand vilain, sur l’importance de la disparition… C’est sympa d’avoir des doutes et peu de manichéeisme, mais on a… rien sur lequel se raccrocher. De l’autre coté, il y’a t-il vraiment pour ambition d’avoir un scénario étant donné que… c’est un anime tranche de vie un peu fantastique ? Ok, pourquoi pas. Dans ce cas là, Angel Beats est plus une remake avec des gros flingues d’Haibane Renmei qu’autre chose. Et c’est pas une comparaison facile !

Par contre (et sans aucune transition de qualité) je tiens encore une fois à rendre hommage à l’opening, que je trouve vraiment très beau à la fois musicalement et visuellement. Il fonctionne très bien du début à la fin. Globalement, je suis moins fan des deux endings, et j’ai zappé aussitôt après leur écoute les musiques d’insert par GirlDeMo, qui sont là d’être super mémorables. Mais « My Soul, Your Beats » en plus d’avoir un nom repli de sens à quiconque a terminé la série, est vraiment une très belle chanson, et son utilisation dans la série se fait très bien, avec comme je l’ai dit plus haut une version instrumentale tout de même superbe…

Angel05.jpg

Au final, que penser d’Angel Beats ? Je ne le sais pas encore trop moi-même. Cela reste néanmoins une oeuvre intéressante, qui je pense est plus faite pour diviser qu’unir. Ce n’est pas dénué de qualité mais on a quand même d’importants défauts… Et pour être franc, si il n’y avait pas eu l’extraordinaire épisode 13, je n’aurais même pas pris la peine d’en parler. Et pourtant la série possède quand même des idées intéressantes mais je ne sais pas… je conseille quand même à tout le monde d’y jeter un oeil. Ce n’est pas prioritaire comme anime, et vous pouvez mourir sans l’avoir vu que ça ne changerait pas grand chose dans votre vie, mais ça peut être une expérience intéressante… et on tient là une des campagnes de pub les plus puissantes en faveur du don d’organe !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

15 commentaires

  • Concombre Masqué

    Petit problème pour une fois. (Oui MSN déconne, c’est chiant) Tu squizes carrément le scénario, le pitch… je sais pas si c’est un oubli ou si au contraire l’évocation de l’immortalité se suffit à elle même en tant que petit machin qui retient l’attention dans un anime sans grandes directives?

  • Axel Terizaki

    Je te rejoins Amo sur le fait d’avoir été assez déçu du personnage de Yurippe, qui au final n’est qu’un mauvais clone de Haruhi, sans plus, alors qu’elle aurait pu avoir une place bien plus importante et former un vrai trio de héros avec otonashi et Tenshi.

  • Tabris

    J’ai beau être assez sensible au mélo et aux instants à émotions (je citerais Clannad et Kanon comme exemples, sachant que ça vient du même auteur en plus), Angel Beats! n’a pas réussi à vraiment me toucher, que ça soit à l’ep 3, 10 ou 13…La construction trop décousue de l’ensemble ne réussit pas vraiment à faire culminer les « moments forts » de l’anime, et je suis passé à côté du message que celui-ci voulait faire passer.

    (Au fait, relis toi un coup sur cet article, y’a pas mal de fautes ou d’oubli de mots, se coucher à 14h ça aide pas :p)

  • Tetho

    Ce billet manque dramatiquement de trope-dropping et de liens vers TV tropes.

    (Sinon « Haibane en moins bien et avec des flingues et du moe en plus » ça résume bien mon avis sur la série.

  • le gritche

    A propos de Yurippe: pour moi, sa personnalité a clairement été créée pour ressembler à Haruhi mais sans l’aspect leader casse-couille et crypto-tsundere, bref une chef efficace et pragmatique, le problème étant que Yurippe reste un perso secondaire auquel on ne s’attache pas. Une caractéristique qui définit assez bien l’anime lui-même, dont j’ai également ressenti la lointaine parentée avec Haibane. Comme quoi les ellipses et le contemplatif font plus que force ni que rage

    Pour Tenshi, ça sent l’opportunisme, le perso qui aurait pu être porteur d’un message particulier mais qu’on plie finalement dans le sens qui plaira aux otaku. Mieux valait qu’elle devienne une adjuvante des héros, mais l’anime n’a aucune alternative d eméchants à proposer.

    Sinon j’espérais beaucoup de l’action et de l »humour liée à la résurrection des persos. l’épisode 2 n’est pas orphelin mais presque.

  • Amo

    Le 3 j’ai plus été choqué qu’ému tout de même. C’est pas franchement riche en émotion mais par contre la fin tu fais « ha ok c’est donc ça. » Ca fonctionne très bien !

    @le gritche : Bah au final on a aussi l’épisode 8… mais c’est un peu un « hommage » à l’épisode 2 donc c’est encore plus triste.

    @Gemini : Je suis sûr que tu as du réfléchir un peu à cette pique… qui n’a aucun sens. Bravo !

  • Afloplouf

    Gemini voulait surement faire remarquer que quand ils ont du sens et sont inhabituels dans la VO, les noms propres doivent souvent être francisés. Déjà lu le Seigneur des Anneaux ? Sacquet, Fondcombe, Foret noire…

  • Gemini

    @Amo : Si tu n’es pas capable d’en voir le sens, c’est grave ^^’
    Eh bien cela signifie tout simplement que, comme la célèbre faute de fansub susnommée – voulant que le traducteur ait trouvé très malin de garder le mot « kaikaku » au lieu de le traduire – « tenshi » n’est absolument pas un nom et se devait d’être traduit. Quand tu parles de Neon Genesis Evangelion, tu parles des « shito » qui attaquent Tokyo III, ou des « anges » ? Ben là, pareil.

  • Ion_Negatif

    (CE COMM CONTIENT DU SPOIL /!\\ )

    Franchement, laissons tout les trolls de côté, et parlons objectivement : 13 épisodes à vous présenter des persos (et encore, quand je dis présenter, pour certains on a le nom, c’est déjà pas mal), à montrer un monde qui présente franchement un bon potentiel, et à mettre en place une histoire qui partait pourtant bien (même si honnêtement, 13 épisodes, j’ai senti dès le départ que c’etait trop peu pour faire un truc un temps soit peu correct), pour sortir une fin qui exclu littéralement tout les autres persos d’un claquement de doigt (en utilisant une facilité scénaristique grossière), n’en gardant que deux (bon y’en a quand même 3 autres qui continuent de faire la déco une partie de l’épisode, merci c’est sympa maintenant du balais !), et pour enfin te sortir un épilogue complètement con d’une part (nan sérieux, j’ai trouvé ça bidesque mais d’une force, elle pouvait pas tout simplement aller lui dire merci des le départ au lieu de le transpercer si « elle a su dès qu’elle l’a vu que c’etait lui », puis ce changement complet de personalité, et tout ces trucs inexpliqués derrieres, cohérence ZÉRO !), mais surtout qui te lance un bon gros « DTC les autres persos on s’en fou de ce qui leur arrive, le monde là on s’en fou de ce qu’il devient, puis pour pas ce casser trop le cul, allez réincarnation pour tous et n’oubliez pas de donner vos organes les enfants. »…

    Vous voulez que je vous dise ce que j’en pense de cet anime ? Cet anime c’est du foutage de gueule, ouai gros ! Maintenant, je veux bien qu’il y ai des trucs sympa dedans (à commencer par le premier épisode qui m’avait conquis), mais c’est quand même dur de fermer les yeux sur la descente aux enfers qu’il réalise :<

  • Arashi

    Je confirme, TVTropes c’est vraiment le mal quand on veut travailler…

    Pour Angel Beats, j’avais beaucoup aimé les premiers épisodes mais ça a commencé après à baisser en qualité (bizarre ça coincide avec l’arrivée de la loli :p). Trop de moments humour/drame forcés, des passages entiers qui ne servent à rien (faire tout un épisode sur « comment faire rater son exam à Kanade, sur 13 ça fait un peu trop).
    Trop de personnages non développés : les filles du groupe de musique, TK (on connaît son nom, il fait des répliques classes et …..c’est tout), Sheena (elle aime bien se prendre pour un ninja et elle aime tout ce qui est mignon…). C’est vraiment domage parce qu’il y avait du potentiel.
    Côté scénario, le final explique pas mal de truc (dont tout ce qui tourne autour du coeur, même si ça pouvait se deviner).

    SPOIL
    Par contre j’ai peut-être pas compris, mais comment se fait-il que Kanade soit déjà présente dans le « purgatoire » (c’est juste pour lui donner un nom) quand Otonashi débarque alors qu’elle est censée avoir son coeur ? La logique voudrait qu’il soit mort en premier, donc là je vois pas trop.

  • Umi

    SPOIL:
    Non, en dehors de tous ce qu’Amo a écrit, le pire c’était de juste se débarasser d’un des meilleurs personnages de la série au troisième épisode, surtout pour la remplacer par machin-truc-loli-hyperactive qui est genre intéressante pendant 3 minutes.

    Et sérieusement, je trouve que l’histoire d’Hinata était la seule qui faisait crédible, c’est le genre de faits divers qu’on voit souvent dans les milieux sportifs (et adolescents)

    Et pour celle d’Otonashi, j’étais persuadée que ça finirait par du cannibalisme, j’ai dû oublier 30 secondes que c’était pas interdit au moins de 18 ans.
    Par contre, je pense que ça gagne en qualité vu d’un coup et pas hebdomadairement.

  • QCTX

    «  »My Soul, Your Beats » en plus d’avoir un nom repli de sens à quiconque a terminé la série, est vraiment une très belle chanson, et son utilisation dans la série se fait très bien, avec comme je l’ai dit plus haut une version instrumentale tout de même superbe… « 
    –> Et ton avis sur la version « rock » ? Pardon, je la refait : Et ton avis sur la version « K-on » ?

N'hésitez pas à commenter l'article~