Mangas & Animes

Fourre-tout grotesque – Slayers, Panty & Stocking, Amazing Race, Pacman, Que sa volonté soit faite, Brutal Legend, etc…

Pendant que Nolife suinte le charisme statistique et que le printemps commence doucement à s’installer, le blogueur que je suis est triste de ne pas avoir encore pu dire ce qu’il pensait de la quantité ahurissante de trucs qu’il a du mater depuis près de deux mois, histoire d’écrire ses opinions dans le marbre de l’Internet, celui appelé cache google. Du coup voilà un catch-up déstructuré et aléatoire avec des jeux vidéo, des animes, des trucs télévisés et des mangas.
Donc au lieu de lire sans cesse des trucs sur ce séisme un peu flippant (Je veux dire, y’a un SIPHON DANS UN PORT, si ça c’est pas flippant, alors rien d’autre ne peux l’être), il est temps de lire tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi.

DE LA PURETÄY
L’anime en français à la Japan Expo, le manga en français et en juin, deux suites au manga en mars, le film en décembre, Tsumugi toute l’année. Ohlala que je suis explicitement jouasse.

PANTY & STOCKING WITH GARTERBELT (9/13)

FourreToutEncore03.jpg
Qu’est-ce que je peux avancer lentement sur cette série ! Pourtant c’est pas faute d’être de qualité, et d’avoir globalement des épisodes tout sauf chiants à mater, mais je sais pas… Enfin bref qu’est-ce qu’on peut en avoir à foutre de mon rythme de visionnage, on est pas là pour ça. Là genre, qu’est-ce que je pense de Panty & Stocking hum ? A 4 épisodes de la fin, comment puis-je vraiment dire du mal ? En fait c’est difficile de juger Panty & Stocking dans un ensemble, chaque épisode ayant vraiment son propre monde à part, avec des épisodes parfois magistraux (la seconde partie de l’épisode 5 et son salaryman déprimé et déprimant ; l’intégrale de l’épisode 6), d’autres juste très bons, certains un peu en deça…

En tout cas une chose est sûre: Panty & Stocking est une putain de bonne initiative. Quel que soit le résultât que ça donne, on va pas cracher sur un programme permettant à une vingtaine de réalisateurs du monde de l’animation japonaise de venir imposer leur style sur un exercice quasi-libre. C’est dommage du coup de voir le truc être roulé dans la boue de manière quasi irréfléchie par des trucs comme Animeland, qui préfèrent se concentrer sur les blagues scatophiles (après tout le premier épisode fait affronter un putain de caca géant, et comme c’est la première impression qui compte dans ce monde cruel et injuste) que sur le reste. Après ouais, c’est gentiment vulgaire mais, eh, ça empêche pas le truc d’être bon, et c’est un blogueur qui dit « putain » trois à trente fois par billets qui vous l’assure. Putain d’approuvé par la putain de maison donc.

Et puis bon, tout un épisode sur un combat démon vs ange au BEACH VOLLEY quoi.
Et cet épisode qui fusionne les spermatozoïdes et le Soldat Ryan quoi.
Et cet épisode qui démontre le pouvoir sexuel de se foutre le doigt dans le nez !
Et puis et puis et puis ce demi-épisode avec des zombies là.
Et puis le SINGE AVOCAT…

GOSICK (4/24)

FourreToutEncore02.jpg
Le premier épisode m’avait emballé ! J’y croyais ! Le second m’a un peu fait chié mais pas grave ! Le troisième aussi m’a un peu saoulé, ça commençait à me rendre triste surtout que les événements qui se déroulaient dans cet épisode étaient juste pas censés être chiant ! Et le quatrième m’a juste achevé ! Du coup je lâche, tiens. Et pourtant j’aurais aimé pouvoir aimer cette série mais non. Juste non. Je dois vous avouer que je suis jamais contre une bonne enquête policière, et c’est un genre que j’ai jamais beaucoup vu avec l’animation japonaise, du coup Gosick m’emballait bien. A la base. Mais au final non. Je comprends juste pas comment j’ai pu me faire chier sur l’arc du bateau alors que sur le papier, il s’y passe DES CHOSES. Le rythme était juste trop mou.
Mais le pire c’est que le 4e épisode est juste un outrage au genre. Non mais sérieux, quand Victorique te balance sans sourciller du « oui la criminelle est forcément une blonde parce que le héros a revassé de blondes sur le chemin, ça veut dire qu’il a inconsciemment vu la criminelle et blablabla », je veux bien être gentil mais c’est juste naze. C’est limite le mec derrière cette infâmie prends le décalogue de Knox, lui chie dessus, fait chier son chien dessus, puis y rajoute le contenu de la couche de son bébé avant d’arroser ça de pisse noirâtre. Comment voulez-vous que je lâche pas la série après ça ? Et puis ce héros totalement cloche, holala c’est tellement insupportable au final. Reste bien le charisme capillaire de l’Inspecteur de Blois pour sauver la chose mais ce n’est pas un argument suffisant. Même si il a une coupe assez ouf. Mais pas suffisante. J’ai été deçu par Bones et ce n’est pas des cheveux cools qui me rendront moins triste.

PAC MAN CHAMPIONSHIP EDITION – DX

FourreToutEncore07.jpg
Ce jeu partage énormément de similitudes avec le LSD, mais ne coûte que 10€, ce qui fait que je vais préférer vous dire du bien de Pacman Championship Edition DX, sorti à la fin de l’année dernière, avec son étrange et imprévu déluge de notes de ouf. Ce qui m’avait rendu curieux parce que j’avais pas vu, à l’époque, un tel déluge de bonnes notes sur les sites de jeux vidéo et la presse vidéoludique depuis au moins deux où trois jours ! Bref, ayant une maigre expérience de Pacman, je me lance dans l’aventure et OHLALALA EFFECTIVEMENT C’EST DU LOURD. C’est effectivement un jeu paradisiaque pour TOUS les mecs qui ont le scoring dans le sang mais AUSSI pour ceux qui veulent un jeu sur le pouce, qui permet une petite partie comme ça pour le fun… J’ai lancé le jeu une fois, et trois heures plus tard j’y étais encore… SANS M’EN RENDRE COMPTE.
Graphiquement c’est vraiment un gros plaisir pour les yeux, les couleurs pètent de partout, c’est intégralement customisable, y’a des arcs en ciel, des fantômes multicolores… Bref c’est le FESTIN. La maniabilité est simple, le concept ultra basique, la difficulté croissante et y’a même des trucs pour nous empêcher de péter des cables (bombes, je vous aime), bref on lance une partie de 10mn pour gober des pastilles, et on la refait, et encore et encore. Donc voilà, je rejoins le train de l’enthousiasme autour de ce jeu, un fantôme de plus qui poursuit Pacman… jusqu’a ce que celui-ci chope une pastille de puissance…

Le seul défaut ? Des succès SUPRA SIMPLE, et j’avoue avoir souvent besoin de cette carotte pour DÉPASSER MES LIMITES. Ouais, j’aurais été Simon de Gurren Lagann j’aurais eu besoin d’une pelletée de succès pour finir la série en vie.

QUE SA VOLONTÉ SOIT FAITE (Le manga)

FourreToutEncore10.jpg
« Eh Amo, tu en as déjà parlé le jour du réveillon de nouvel an » ! Oui bien sûr, mais comme ça je peux rappeler avec une semaine de décalage que les deux premiers tomes sont sortis en France et que, oh magie, j’ai pu les lire et, ohlala, j’avais pas lu les chapitres en question de manière numérique donc je les découvrais un peu. Je les avais vu en anime mais pas en manga et et et… ça augmente vachement mon appréciation de l’anime. Pas que le manga soit mauvais, juste que j’avais grave sous estimé l’anime, le prenant pour une adaptation un peu planplan et sans trop de folies… alors que putain non, il rajoute énormément ! Les filles sont plus développées, plus de gags, plus de temps alloué à la séduction d’un personnage par Keima… qui du coup est dans l’anime un peu moins central, mais c’est le seul revers de la médaille. Du coup, là, à chaud, la saison 2 devient un de mes animes les plus attendus de la saison prochaine. Même si sur les 4 arcs qui y seront à priori développés, y’en a deux qui m’ont juste grave saoulés dans le manga… alors que les deux autres m’avaient vraiment plus. Donc on va voir.

Quant à l’édition française du manga, rien à reprocher. Bon ok, « voiture de pompiers » au lieu de « camion de pompiers », c’est DRAMATIQUE mais ça va. On s’en remettra tous ensemble. Main dans la main.

LA DISPARITION D’HARUHI SUZUMIYA

FourreToutEncore16.jpg
Plutôt cool.

DORITOS CRASH COURSE

FourreToutEncore15.jpg
Y’a deux ans, Doritos avait sorti un jeu gratuit nommé Dash of Destruction qui était pas super terrible, mais fun pendant au moins 30mn, et offrait 200G de succès de manière quasi assumée. A Noël dernier ils en ont sortis deux, le premier je sais plus trop ce que c’était mais le second c’était CRASH COURSE §§§ Et croyez le ou pas, c’était une putain de bonne surprise ! Une sorte de fusion entre Trials HD, votre avatar X360 et Intervilles, pour un jeu au final très agréable, au final plutôt court (on débloque tout en 2h, on chope les médailles d’or en 4/5h si on est à fond dedans) mais qui se légitime complétement par son statut de jeu gratos.
Bref je vous conseille d’y jeter un petit oeil, d’autant qu’il gagne beaucoup d’interêt avec une liste d’amis bien fournie, la volonté de battre les scores des autres devenant vite permanente.

PUELLA MAGI MADOKA MAGICA (7/12)

FourreToutEncore04.jpg
Là pareil, comme Panty & Stocking je suis un peu à la bourre dans le visionnage, du coup je paie les pots cassés dès que je tente de lire Twitter le lendemain de relase de l’épisode le plus récent. Et c’est DOMMAGE parce que se faire plus où moins spoiler l’intrigue de Madoka n’est pas forcément la chose la plus agréable qu’il soit tellement celle-ci est de qualité. Je suis plutôt admiratif de la fluidité dans laquelle les événements se suivent, tout semble se suivre de manière extrêmement naturelle, rien ne semble être maladroitement rajouté, tout colle du début à la fin et c’est agréable. Alors si en plus le scénario se révèle passionnant, que SHAFT est revenu à son meilleur au niveau de la réalisation (putain mais ce monochrome à la fin de l’épisode 7) et qu’on retrouve une Kajiura aux sonorités nostalgiques à la bande son, moi je peux pas vraiment dire non.
Vous savez très bien que je déteste quand on dit qu’un anime « mérite » un succès ou pas, je trouve ça tellement nawak comme affirmation, mais là pour le coup, je pense que je suis à deux doigts de contredire mes idéaux et de vous avouer que, oui, Madoka mérite vraisemblablement l’enthousiasme populaire qu’il fédère. Après je suis un peu triste de voir l’anime durer « que » 13 épisodes, je suis certain qu’avec un tel univers et de tels cinglés derrière, on aurait pu faire un truc de 26 épisodes sans perte de rythme ni de qualité. Enfin ça c’est mon impression à chaud, ça se trouve à la fin de la saison je vais être genre « ouais non on peut pas faire autrement. »
Sauf si ils annoncent une saison 2 dans la foulée. Grmbl.

BRÜTAL LEGEND

FourreToutEncore06.jpg
Oh putain ce jeu là, quand est arrivé les premières infos j’étais juste en train de baver sévère (« le créateur de Grim Fandango qui fait un projet commun avec JACK BLACK et dont le thème sera LE HEAVY METAL ? Je dépose où ma thune ? »), la démo m’avait emballé mais j’avais pas de quoi acheter le jeu à l’époque alors j’avais du faire l’impasse. Une année et demi s’est ensuite écoulée, le désir que j’avais s’est estompé, j’avais presque oublié que je voulais ce jeu, et bam, rencontre incongrue avec le jeu dans un magasin d’occasion, nos regards se croisent, mon coeur se serre un peu, et je fus comme transporté dans un monde parallèle, un monde parallèle où seul ce jeu et moi existent. Et puis dans ce monde, il y’avait ce phare… Ce phare dans lequel nous vivions tous les deux, avec une 360 et du thé glacé…

Bref j’ai pris le jeu.
Et…. je suis agréablement surpris en fait. Faut comprendre qu’a l’époque de sa sortie, le jeu s’est tapé des critiques « moyennes » voire « bonnes », et bon, moi je m’attendais à une forme d’excellence vous voyez. Tim Schafer + Jack Black + du Judas Priest à la BO. Ca pouvait être qu’excellent. Du coup c’est peut-être une des raisons pour laquelle j’ai laissé mon désir pour ce jeu s’estomper. Et holala j’aurais pas du faire confiance à tout ce bordel, parce que ce jeu est un GROS COUP DE COEUR. Je veux dire, l’univers graphique est juste… génial ! L’esprit heavy metal est carrément là, personne s’est planté, et ça confère au jeu une de ces putains d’ambiance qui fait plaisir ! Et le jeu est HILARANT ! Les vannes fusent, les références inondent le jeu, on y est bien. Le coté open world donne en plus un certain cachet, et j’ai à de nombreuses reprises été avalé par le jeu sans trop rechigner, surtout avec ces quêtes complétionistes qui sont un peu omniprésentes (mais, contrairement à GTA, filent des bonus au fur et a mesure, genre de nouveaux pouvoirs, de nouvelles chansons, de l’expérience)…

Après le jeu est pas dénué de défauts… Le gameplay par exemple est giga simpliste mais parfois à la limite du confus (on se retrouve parfois dans le rouge niveau santé sans vraiment comprendre pourquoi) et surtout les phases en simili-jeu de stratégie temps réel sont juste insupportables mais le jeu tourne beaucoup autour de ça… Et enfin on peut pas mettre les voix en anglais sans devoir impérativement foutre les sous titres en anglais. Du coup ceux un peu pas doués avec l’anglais mais souhaitant quand même avoir les voix originales (Jack Black, Lenny de Motörhead, Ozzy Osbourne, etc), sont baisés. Pas que la VF soit insupportable (elle est même plutôt bien le peu que j’en ai entendu), juste que bon… elle est pas intéressante.

Bref bonne surprise, et vu le prix misérable auquel le jeu est disponible ces derniers temps (15€ neuf sur amazon), j’invite les férus d’humour et de HEAVY METAAAAL à y jeter un oeil. Et l’OST décapsule des ours, sérieux. Se balader dans la nature avec The Helion/Electric Eye, du Manowar, du Iced Earth ou du Tenacious D en fond sonore, tu peux juste pas tester la surpuissance que ça offre.

THE AMAZING RACE SAISON 18: UNFINISHED BUSINESS

FourreToutEncore05.jpg
Ouaaais une saison All-Star ! Plein de gens des saisons précédentes qui se sont pris des gros fails (comme ces deux soeurs qui ont perdues une étape parce qu’elles sont allées faire pipi et que l’avant-dernière équipe est arrivée au pit stop pendant leur vidage de vessie) et deux premiers épisodes qui se déroule sous le chaud soleil australien, chaud soleil presque douloureux à voir tellement il irradie l’écran. Pour le reste, deux épisodes classiques: des avions retardés pour cause de malaise donc les équipes qui avaient pris le pire vol se retrouvent sans le vouloir avec le meilleur, des puzzles à déchiffrer, des gens qui nagent avec des requins, des catamarans, des candidats déguisés en kangourous qui doivent déchiffrer une table des éléments chimiques pour retrouver deux noms de rues et des cowboys. Pas la meilleure saison pour commencer cette formidable émission, je conseille aux néophytes de commencer par la saison 9.
Si vous ne savez pas ce que c’est, disons que c’est un mélange entre Pékin Express et la Carte aux Trésors, AUTOUR DU MONDE, avec des règles parfois très putassières, et des retournements de situations quasi permanents. Je pense sincèrement qu’il s’agit sans doute d’une des meilleures émissions jamais produites, on y retrouve tout ce qui est nécessaire sans les a cotés qui nous prennent pour des cons: pas de voix off relou, on s’attarde peu sur la vie des candidats, le jeu est tout le temps mis en avant, les lieux visités sont variés, les épreuves organisées également, les équipes souvent charismatiques… Je vous conseille VRAIMENT, même si vous avez des a prioris énormes sur les jeux télévisés – surtout quand ceux ci sont américains -, d’y jeter un oeil. Après il faut effectivement une petite base d’anglais, il n’existe pas de sous titres pour l’émission, donc c’est de l’anglaisméricain cash dans la gueule, parfois avec des accents assez ouf (les cowboys de la saison 16 & 18 et leur accent bien redneck, woooh.)

Bref un jeu enthousiasmant à regarder, et où on sent vraiment que les candidats s’éclatent… bon pas tous (y’en a qui sont VRAIMENT là pour la récompense finale et se chient dessus dès qu’ils sont en difficulté) mais y’a une vraie bonne humeur, même quand ils doivent s’infliger des coups de putes entre eux ! Enfin voilà voilà.

SLAYERS & SLAYERS NEXT

FourreToutEncore08.jpg
De l’héroïc fantasy bien classique, où l’héroïne est une rousse cupide qui rase des villes entières à coup de Drag Slave et… euh attendez une minute.
Bref je me suis un peu lancé dans Slayers, non sans désintérêt, et ça fonctionne plutôt bien ! C’est une série là aussi assez spéciale, au rythme assez unique, où un arc narratif sur un immortel qui veut faire revivre sa femme peut être suivi d’un épisode assez potache centré sur la pèche au dragon de lac. L’autre point important c’est que pour l’instant, Slayers Next en 7 épisodes semble écraser la première saison… Plus drôle, mieux rythmé, de nouveaux personnages assez attachants (ZEROSS §§§§), une meilleure technique… Après ca empêche pas le rythme plutôt étrange de faire suivre épisodes passionnants avec des épisodes plus ennuyeux mais on a affaire ici à un authentique anime d’aventure ! Les héros voyagent, ont des aventures d’un épisode, et passent au suivant ! Et c’est plutôt rafraichissant là aussi. On a suffisamment de petits arcs et le personnages principaux sont, au fur et à mesure, de plus en plus attachants et bien utilisés. Je veux dire, Zelgadis dans Next est hilarant… alors que c’est le seul personnage sérieux du groupe !

Bref, là aussi c’est agréable comme tout, et oh dis donc, Axel a fait un article sur la saga si vous voulez plus d’informations !

PROFESSEUR LAYTON ET L’ÉTRANGE VILLAGE

FourreToutEncore13.jpg
Le jeu que je pensais jamais acheter ! J’avais testé la démo un jour, j’étais tombé sur une énigme un peu relou à base de diamètres de chapeau, et j’en avais conclus que c’était un truc pour matheux et autres férus de logique. Comme je suis ni l’un ni l’autre, j’ai fait un peu le deuil. Jusqu’a ce que je craque comme une faiblasse en voyant un exemplaire traîner à 10 malheureux euros dans un cash converters… Alors que le jeu traîne encore autour de 35€ chez les revendeurs spécialisés ! Et puis bon, certaines personnes de mon entourage étaient un peu férues de Laytoneries donc voilà…

Et c’est franchement très addictif ! Et juste parfait pour une console portable. Un bus à attendre ? Hop une ptite énigme. Un long voyage en train ? Hop plein de ptites énigmes. Une fille à attendre 1h30 dans le froid ? Hop 1h30 à cogiter sur une énigme avec des verres doseurs à la con. Bon faut être aussi un peu fort et se retenir d’aller sur gamefaqs au moindre petit bloquage, et c’est parfois plus dur que l’énigme en elle-même, mais ça passe. J’apprécie aussi pas mal tout l’univers graphique – encore une fois – et le village de fous que semble être cet « Etrange Village » un peu xénophobe et coupé du monde (de là à rajouter « consanguin »…), et le duo Luke/Layton est super efficace, surtout grâce à Layton qui, avouons le, pue quand même un peu la classe. Ce mec à un peu toutes les qualités du monde: c’est un dandy, il porte beaucoup d’attention à son chapeau, il est généreux, il est gentleman, il explique bien… Dommage qu’il n’existe pas ! Bref, un bon apéritif sur DS en attendant que je puisse me payer Pokémon Noir.

AKIBA MANGA #1

FILLE EN YUKATA !
Bon concept, prix raisonnable, articles pour meubler, mangas inédits: en l’état c’est un projet assez enthousiasmant, et la couverture est plutôt jolie. Du coup avec deux mois de retard, j’ai feuilleté le premier tome, et j’ai un peu déchanté. En fait, c’est un reproche un peu subjectif que je vais faire mais j’arrive carrément pas à entrer dans un manga avec UN chapitre introductif de VINGT PAGES. Du coup deux problèmes: 1) Vingt pages par mois c’est de toute façon peu (au Japon les mensuels tournent souvent entre 30 et 40 pages par manga) 2) Vingt pages pour introduire une histoire et un univers c’est juste chaud. Pas pour rien que les chapitres pilotes de nombreux mangas sont parfois abusivement longs… Du coup on a plein de chapitres que j’ai vite lu mais globalement peu retenu… Et wow c’est moi ou le one shot de Shingo Araki est un peu fait sous LSD ? Manque plus que Always en fond sonore et on est transporté dans un monde parallèle.

Bref, j’ai néanmoins un manga favori dans le lot, et c’est La Mort en Grève, parce que le concept est toujours intéressant, que le dessin est pas dégeu et que c’est celui qui parvient le mieux à introduire l’univers en vingt pages. Après Les 10 de Sanada est pas mal non plus, je suis tsundere pour Agents Suicides et je vois pas trop où Terminus veut en venir mais le dessin est agréable, quant au reste il m’a bien saoulé (si SAVAN peut faire deux mangas de 20 pages simultanément, pourquoi il en ferait pas un de 40 d’un coup plutôt, hein dites.) et je vous parle pas de La Valse des Corps qui, malgré l’excuse de la semaine de délai, est juste surlaid… Je suis rarement exigeant au niveau des dessins mais là c’est juste du gros gros n’importe quoi.

Bref, je vais sans doute aller jeter un oeil au numéro 2, sorti depuis peu. En tout cas je salue quand même l’initiative.

MINECRAFT

On s'éclate tous les jours sur le serveur privé
LA DROGUE. J’ai eu beaucoup de bol de m’en sortir… grâce à une autre drogue (Civilization IV) ! Mais ouais j’ai passé tout mon mois de janvier sur ce jeu… Putain qu’il est bon quoi.
Je me souviens d’une nuit où j’avais commencé une partie à 23h, le temps de fonder une petite maison sur un serveur multi…Bref j’explore un peu la carte en espérant trouver un bon coin, la nuit commence à tomber, je me réfugie en créant une petite galerie dans une montagne, où je passe la nuit à piocher à la recherche de charbon, ayant une réserve très limitée de torches… Le jour revient, je continue à explorer et je tombe sur un paysage magnifique, genre montagne enneigée avec une cascade qui tombe à pic depuis tout en haut, j’escalade vaillamment la chose, je remarque que le haut est plat, je commence à poser les bases de mon abri… Il est déjà 0h30…
Mais là je me dis que les bases sont pas forcément optimales, alors je creuse des douves, mais je me fais surprendre comme un bleu par la nuit, ce qui fait que je me fais tuer comme un naze. S’en suit une demi-heure d’exploration de la carte un peu épique, où je retrouve ma montagne un peu au pif. Je finis de construire ma maison en pierre et je commence à creuser la montagne, et plus les galeries avancent, plus je vais profondément. Il est environ 3h quand je décide d’agrémenter un peu mes galeries avec un petit système de canaux souterrains juste esthétiques, du coup je perds encore 2h à expérimenter l’eau et tout ce bordel, tout en profitant de tout ça pour créer en parallèle une quantité ahurissante de sable dans les fourneaux dont je venais tout juste de comprendre le fonctionnement.
Vers 6h du matin, j’avais réussi à créer un petit système de galerie et, en bonus, je tombe sur ma première caverne naturelle, que je fuis rapidement à cause du bruit de plus en plus envahissant d’araignées belliqueuses…

J’ose pas vraiment relancer le jeu parce que je sais que ma partie de Civ4 me ferait la gueule… et ça serait pas la seule !
Bref, très très grand jeu. Surtout sur des bons serveurs multi… quel plaisir d’explorer les créations et les maisons des autres !

GREAT TEACHER ONIZUKA

FourreToutEncore11.jpg
Quand GTO était passé sur Canal+, j’en avais rien à foutre, je rentrais du lycée à 18h50. Quand le manga était partout dans le rayon manga du Carouf qui me servait de planque pendant mes heures de perm, j’en avais rien à foutre parce que je préférais lire One Piece et Shaman King. Du coup là, j’avais l’intégrale sous la main, et je l’ai lue. Enfin. Et GTO est effectivement un grand shonen. Bon y’a des trucs qui me gènent un peu dans le déroulement (la 4e4 a un peu ruiné la carrière de quelques enseignants « innocents », mais c’est jamais réglé/réevoqué par la suite, et une fois qu’un élève est devenu gentil il est automatiquement excusé pour son comportement précédent… de manière un peu facile) mais globalement c’est du détail et on à affaire a un manga qui parvient à concilier humour, scatophilie, enseignement et… messages intelligents. La morale globale du manga (c’est à dire le « ne refile pas a d’autres la responsabilité des problèmes qui sont de ta faute ») est assez bien vue et brillamment illustrée tout au long du manga, qui parvient à éviter une répétition que je sentais inévitable vu la construction du manga (un arc = un élève à sauver.) C’est un manga vraiment unique, qui est noir tout en étant optimiste, rigolo tout en étant sérieux, les personnages sont caricaturaux mais crédibles… Bref vraiment cool.

ALPHA PROTOCOL

FourreToutEncore14.jpg 

J’en avais déjà parlé début février mais je tiens absolument à redire à quel point ce jeu est un coup de coeur. Plus d’infos sur l’article tout ça.

Et c’est là dessus que je vais conclure ce groooooos pavé. Je vois pas trop quoi rajouter de plus, à part un screenshot de mon bureau de pc, car je suis certain que ça va vous passionner et, après tout, c’est PRIMORDIAL.

PS: J’ai oublié les vacances de Jesus & Bouddha, mais ce truc est hilarant, bien qu’il doit être encore plus hilarant si on a des connaissances en bouddhisme… ce que je n’ai absolument pas.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittertumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

6 commentaires

  • Faust

    « ne fois qu’un élève est devenu gentil il est automatiquement excusé pour son comportement précédent… de manière un peu facile »
    -> mais c’est pas un peu le cas dans tous les shônens ? Je veux dire, j’ai lu Get Backers et c’est la même chose, sauf que là les gars commettent des meurtres de masse mais, une fois battu, on comprend-qu’intérieurement-ils sont-très-gentils-en-fait.

  • retarded_fly

    Gosick?

    J’ai fait le même constat que toi pour les 4 premiers épisodes. Le 5ème s’enfonce même un peu.

    Néanmoins je trouve que la série gagne un peu en profondeur à partir du 6ème épisode, malgré le fait que les enquêtes soit toujours aussi « bêtes ».
    Je pense qu’il y a presque un coté caricatural quant à la résolution des enquêtes. Le fait que Victorica (-qua? -que?) trouve tout sans bouger ses fesses et surtout avec le « J’ai résolu ce chaos car la fontaine de la sagesse m’a parlé ». Je doute bien que ce soit vraiment sérieux.
    Donc je me suis habitué à ça, et du coup le fond de l’histoire gagne en intérêt.

    Quant au sidekick useless, c’est typique des « romans d’enquêtes » de Sherlock à Inspecteur Conan que d’avoir des faire-valoir. Gosick ne fait que continuer cette tradition.

    Je trouve qu’il est dommage d’arrêter la série si tôt alors qu’elle possède un bon univers, et quelques bons personnages.
    En gros essayer la série jusqu’au 7ème épisode.

    Sinon GTO, c’est le seul manga de plus de 20 tomes dont j’ai pris la peine de relire… 3fois… et j’ai encore envie.
    GTO, c’est aussi un des mangas par excellence pour convertir des normalfags.

Répondre à MimS Annuler la réponse.