Jeu Vidéo

Alphabet Estival – E – Ecco the Dolphin – Badass Adorable

Eh ! Aujourd’hui c’est la Japan Expo et à l’heure où ce billet est publié, je suis dans j’aurais du être dans le RER B ! Dans les épisodes précédents de l’alphabet estival, on avait vu que le D c’était pour la série Driver sur Playstation, et pour le E on reste dans le jeu vidéo des années 90 mais on passe à la Megadrive: Ecco the Dolphin !

Ecco04.jpg

Quand on regarde l’enfance de tous les gamers français qui ont entre 20 et 28 ans, on découvre que ce sont soit des fils de Sega, soit des fils de Nintendo, soit des fils de “trucs-bizarre-sur-un-pc.” Moi j’étais un fils de Sega, avec une Megadrive obtenue quand j’avais 5 ans et que j’ai lachée quand j’en ai eu dix et que ma maman m’a dit “ok pour une PlayStation mais tu revends ta Megadrive qui ne te servira plus à rien.” Comme j’avais dix ans je ne voyais que l’aspect positif du fait d’avoir une PlayStation à la place d’une Megadrive dont les manettes et le bouton d’activation commençaient à mourir mais ciel, j’aurais bien aimé la garder. Enfin bref. Dans cette période, y’avait aussi une spécificité rigolote, c’est que je ne choisissais JAMAIS les jeux. Enfin presque jamais. On se faisait grosso modo offrir les jeux mais on avait rarement un droit de regard dessus. Mes parents savaient que j’aimais Sonic ? Ils m’ont offerts tout le Sonic possible et inimaginable (sauf Sonic 3, han.) Mon petit frère lui, aimait les dauphins. Du coup à son anniversaire… il a eu un jeu… avec des dauphins. Donc Ecco.

Le scénario d’Ecco est plutôt simple: vous êtes Ecco, un dauphin qui connaît le plaisir de se baigner dans une mer propre et habitée par des jolis poissons colorés, tout en étant socialement au top grâce à ses amis les autres dauphins. Sauf qu’un jour des extraterrestres aspirent tout vos potes et vous laisse seul, dans la mer propre et habitée de jolis poissons colorées. Et vous allez devoir explorer les profondeurs pour trouver un moyen de sauver vos potes puis de niquer la gueule aux extraterrestres.

La vie de dauphin quoi.

JE SUIS ECCO LE DAUPHIN ET J'APPROUVE CE BILLET

Ecco fut le premier jeu où je compris que connaître l’anglais, c’était potentiellement important. Jusque là j’avais 7 ans, je vivais dans une bulle de français, où les rares jeux pas en français (comprendre Sonic 2 & co) n’avaient pas de scénario ni de dialogues, où je matais mes dessins animés avec de jolies voix françaises et où l’anglais ne m’apparaissait pratique que pour parler avec ma cousine d’Angleterre. Et puis Ecco est arrivé et à brisé cette innocence. Car le jeu n’était pas traduit et possédait de nombreux dialogues clés pour avancer ! Mais vous savez quoi ? Fuck that shit ! Quand on a 7 ans on peut avancer dans un jeu en restant bloqué dans un niveau pendant au moins deux heures à tout tester et tout tenter ! C’est donc super au pif que j’avançais dans le jeu, qui contrairement à un Sonic, offrait un cheminement “point A => point B” beaucoup moins clair et beaucoup moins évident. En tout si je refais le jeu en entier maintenant, je devrais pouvoir le finir en un après-midi, mais à l’époque, j’avais au moins mis deux ans à voir la fin du jeu ! Et encore ! J’avais mis trois mois seulement à trouver (au pif) le code d’accès au dernier niveau !

Ecco possédait grosso merdo deux capacités: la première c’était de dasher vers les ennemis dans une charge héroïque, la seconde c’était d’utiliser son précieux SONAR. Ce sonar lui permettait de communiquer avec les autres dauphins survivants, avec les bouts de cristaux atlantes qui traînent par ici et avec éventuellement d’autres espèces marines. Le gameplay était donc simple mais le jeu ne l’était pas forcément, en tout cas pour un enfant de 7 ans. Déjà parce que c’est toute la faune marine qui veut votre peau (requin, pieuvre, méduses, no chance in hell), mais ensuite parce qu’il ne faut pas l’oublier mais Ecco est un DAUPHIN donc un MAMMIFÈRE et donc à besoin d’oxygène pour vivre ! Vous ne pouvez pas rester trop longtemps sous l’eau sous peine de commencer à vous étouffer par manque d’heure et la recherche de précieuses poches d’eau se révèle vite une OBLIGATION. Heureusement Ecco dispose d’une fonctionnalité très pratique avec son sonar, puisqu’il suffit de laisser l’écho de son sonar rebondir quelque part et de le “rattraper au vol” pour voir s’afficher une carte de la zone et voir tout de suite où aller en priorité pour se requinquer un peu.

Des ruines!

Par contre wolala, là où Ecco se démarquait c’est pour au fil et à mesure du jeu se révéler de plus en plus mystique, de plus en plus space… Déjà la musique tapait vraiment sévèrement dans le New Age bien planant des familles, et ça suffisait à foutre l’ambiance… Mais plus le jeu avançait, plus on allait de wtf en wtf… Une section du jeu te pousse ainsi dans la PREHISTOIRE et te force à survivre face à des putains de pterodactyles et autres prédateurs qui ont depuis eus la bonne idée de s’éteindre et de ne pas décimer l’humanité à la place… Ensuite il y’a toute une thématique autour d’Atlantide totalement mystique, le voyage dans le temps est une thématique clé de la saga et la fin du jeu dépasse tout ça en vous offrant un voyage dans l’ESPACE. Un putain de niveau est nommé en hommage aux Pink Floyd et le boss de fin est une PUTAIN DE TETE D’ALIEN GÉANTE. Vu le petit âge que j’avais, je n’aimais PAS CA. Et le 2 va encore plus loin, en jouant vraiment grave sur l’idée que le voyage dans le temps ça avait des conséquences de merde, y’a quelques sprites un peu craignos et parfois Ecco se transformait en requin pour mieux se faire attaquer par ses potes les dauphins. QUUUE.

Rassurez-vous tout cela a du putain de sens. C’est encore plus terrible de le constater que maintenant et de se prendre presque une claque scénaristique en jouant au jeu. Le jour où on constate que c’est Ecco qui a coup de sonar a convaincu les proto-cétacés de devenir de vrais cétacés et de taper l’incruste dans la faune maritime, c’est lolilol comme on dit.

Pour revenir sur la musique, c’est une des grosses qualités du jeu avec des thèmes super super super adaptés. Certains le sont tellement que quand ils sont écoutés en dehors du jeu on les trouve plus super planants mais peut-être un peu malsains. Du coup je pourrais poster des thèmes comme Home After The Storm, le thème de Welcome to the Machine où bien le GIGANTESQUE thème de Medusa Bay.

CES PHASES 3D GNNN.

Et donc après le premier volet, il y’a bel et bien le second, The Tides of Time, celui là est… MAGIE… en français ! A l’époque ça m’avait vraiment fait du bien de l’apprendre ! Le scénario était lui plutôt intelligent, où on apprenait que la reine alien de l’épisode précédent n’était pas morte et avait décidé de voler le pouvoir des atlantes ! Ecco va donc aller lui botter le cul à coup de sonar… mais apprend qu’avant de faire ça il ferait mieux de régler les problèmes de réalités temporelles qu’il a crée lors de l’épisode précédent. A cause de lui existe plusieurs réalités parallèles, dont une où les aliens ont gagnés et ça va être à lui de devoir régler ça…

Le jeu apporte une petit refonte graphique (que j’aime pas trop pour être franc) et des scènes en 3D quasi incompréhensibles où il faut éviter des trilobites et des cercles et où je n’ai jamais vraiment compris ce qu’il fallait faire… Le jeu était peut-être par contre un peu moins fou que son premier volet mais il gardait toujours cet univers mystique, se révélait un poil plus sombre que son prédécesseur et disposait toujours d’une putain de bonne bande son. Pour le reste, je lie toujours à ce jeu une putain de grippe carabinée donc y’a un peu de trauma et pas forcément l’envie d’y rejouer. Mais qui sait, un de ces quatre je pourrais me relaisser tenter. Je me souviens particulièrement d’une mission où on devait poursuivre un animal sans que celui-ci ne nous remarque – si celui-ci nous voyait on mourait aussitôt. Oh, et y’avait des DAUPHINS VOLANTS aussi.

Après, Ecco a un peu continué sur Dreamcast avec un jeu 3D qui m’a toujours fait bavé et auquel je n’ai jamais pu toucher, malgré la déception que j’ai eu en lisant qu’il n’était pas une suite direct aux deux volets Megadrive mais un jeu se déroulant dans un autre univers, il m’a toujours fait plutôt envie…

A l’heure des consoles HD et compagnie, un retour d’Ecco pourrait être très intéressant à bien y penser. Coupler des graphismes splendides en 3D à de la New Age et un scénario toujours un peu tordu, le tout avec un message écologique subtil et pas imposé dans le crâne à coup de crosse de hockey, ça pourrait toujours le faire, et les dauphins ça a toujours fonctionné avec les gosses ! Ca avait fonctionné avec moi à l’époque alors pourquoi pas avec ceux d’aujourd’hui ! Allez zyva, même si c’était sur Kinect ça pourrait le faire ! Je suis sûr !

Lundi, on s’attaque à la lettre F. Et on retourne du coté des aanga et des mnime !

~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

4 commentaires

  • Keisuka

    Le gros coup de nostalgie que tu viens de me donner dans les pattes c’est pas mal.
    Par contre tu ne parles pas trop de la difficulté assez hallucinante sur les derniers niveaux :
    Le level 19 (dernier de la préhistoire avec son monstre-boules) The tube ou bien même le Welcome to the machine qu’il faut recommencer à chaque fois qu’on se fait bouffer par la reine des aliens.
    Bon d’accord il y a toujours les codes qui permettent de repartir au dernier niveau, mais quand tu débutes le boss de fin pour la première fois que tu a zappé de noter le password tellement tu étais content et que 30 secondes après tu dois le recommencer ce foutu stage tu peu l’avoir mauvaise.

    Par contre j’ai pas grand chose à dire sur la suite. Je l’ai commencé grâce à SEGA Mega Drive Ultimate Collection mais je ne l’ai pas fini.
    Par contre j’ai pu voir qu’ils allaient encore plus loin dans le délire scénaristique et comme je n’ai rien pigé non plus aux niveaux des cercles je ne peu pas t’aider.

  • Toro

    Deux remarques capitales:

    1/ Les dauphins c’est cool
    2/ Le blog tsumugi ne marche pas! Même si on peut écouter la radio depuis néant vert, ce n’est pas pareil. Avant je l’écoutant quasiment tous les jours, mais depuis que le décès du blog c’est très occasionnel =( On peut avoir des nouvelles?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *