Blabla Otaque

Le train ne siffle plus depuis longtemps mais disons qu’il sifflera trois fois, alors (fourre-tout ferroviaire)

Train04.jpg

Bon hop j’écris ce billet dans le TGV Paris/Le Croisic de 18h25. Je vais essayer de le finir avant la fin du voyage sachant que là le train démarre dans cinq minutes. De toute façon vous vous en rendrez pas compte vu que je le publierais après être rentré, après l’avoir mis en forme et après avoir rajouté des images rigolotes. Purement esthétiques certes mais rigolotes. Enfin bref oui, peut-être que la fin sera écrite après le voyage. Qui sait ! Le plus important c’est que je parle de tout ce qui me passe par la tête !

J’ai plein de trucs à dire du coup, on va commencer par quoi… ? Je pourrais commencer par le catch, tiens. « Mais non Amo, ce n’est pas une bonne stratégie, personne n’aime le catch, tu vas les barber dès le premier paragraphe » êtes-vous sans doute déjà en train de penser, sauf si vous êtes un de mes rares lecteurs fans de catch. Et vous avez raison ! Mais je le fais quand même ! Si la discussion catchesque vous intéresse pas, passez d’amblée à la prochaine image ou je parlerais de manga et d’animes, des sujets qui peut-être vous intéressent plus. Et si vous êtes là juste pour le jeu vidéo, bah on se revoit beaucoup plus tard dans l’article.

TrainN03.jpg
Bref hier nuit était le Royal Rumble. Vous ne l’avez pas encore vu ? RECULEZ JEUNES FOUS REVENEZ DANS TROIS HEURES. Parce que je vais spoiler un peu ! Bref, le Royal Rumble est de loin mon pay-per-view préféré de l’année, surtout bien évidemment grâce à son événement spécial qui est sans doute de loin la meilleure idée qu’ait jamais eu la WWE, et qui se nomme lui aussi Royal Rumble. Pour ceux qui ne connaissent pas et qui veulent découvrir le concept, c’est juste une bataille royale (ces matchs ou on doit jeter ses adversaires en dehors du ring, le dernier survivant remportant le match) auquel on rajoute des règles un peu spéciale: grosso modo trente personnes participent sauf qu’ils sont pas tous là dès le début: ils entrent au fur et à mesure ! Deux catcheurs commencent le match et toutes les 90 secondes, on rajoute un catcheur supplémentaire, jusqu’à a arriver à trente. C’est un match que j’affectionne parce qu’il y’a toujours un putain de suspens (« qui sera le prochain ? »), plein de trucs funs et surtout parce que le Royal Rumble est pas dénué d’enjeux ! Le gagnant gagne ainsi le droit d’avoir un match pour le championnat de son choix, ce qui est quand même pas dégueulasse.

Bref, l’événement avait lieu hier. En dehors de l’habituel Royal Rumble on avait quelques matchs bonus, pas dégueulasses pour la plupart mais au final pas super mémorables (le Punk/Ziggler étant le truc le plus sympa de la soirée) donc je vais pas en parler du tout. Non je vais juste parler vite fait du Royal Rumble en lui-même qui était un Rumble assez sympa ! Après je le dis nettement, il était juste « assez sympa », rien de particulièrement extraordinaire non plus, là ou les deux dernières années on avait eu des Royal Rumble assez fantastiques. Le problème de cette année c’est que c’était un Royal Rumble « trop » fun. Tous les prétendants « crédibles » à la victoire sont arrivés très tardivement dans le tirage au sort, les vingt premiers étant grosso modo – à part deux ou trois exceptions comme The Miz ou Cody Rhodes – les catcheurs les moins « passionnants » ou, en tout cas, les plus « funs. » Mais pas forcément ceux qui avaient une chance de gagner. C’est à dire qu’on a eu vers le milieu du Rumble une sucession de sketchs plus ou moins drôle (l’entrée de Ricardo Rodriguez restant quand même une idée de génie) mais que c’était loin d’être très sérieux. Du coup quand le Rumble devient enfin « sérieux », il est trop tard, les 30 catcheurs sont entrés et ça se finit étrangement très vite ! Alors ok, on a le droit à un joli duel entre Jericho et Sheamus pour conclure, mais ce duel, hélàs, n’était au final qu’une resucée du duel entre Shawn Michaels et l’Undertaker en 2007… en moins bien é_è !

Autre déception: l’absence de Kane du Rumble. Le Big Red Monster – qui avait pourtant un match plus tôt dans la soirée – marque ici sa première absence à un Rumble… EVER. C’est choquant ! Y’a des traditions qui sont tristement méprisées !

Après c’était quand même fun: j’ai aimé les quelques retours fanservice (Mick Foley quoi), les quelques blagues et les bonnes idées ici ou là. C’est juste dommage qu’au final ce Rumble se soit pas particulièrement pris au sérieux. Quant à la victoire de Sheamus, elle est par contre assez agréable. Oui je sais que dans mon article précédent je concluais par un pronostic sur le Rumble ou je donnais explicitement aucune chance à l’Irlandais. Oui je sais. Zippez la D: .

Train05.jpg

Passons du catch à du romantisme, avec La Colline aux Coquelicots, que j’ai vu y’a deux semaines au cinéma. A la base je voulais en faire un « vrai » billet puis j’ai vite constaté avec tristesse – mais aussi réalisme – que je n’ai pas grand chose à en dire. C’est un très joli film, évidemment, et aller le voir est loin d’être une perte de temps car il raconte une jolie histoire, mais mon dieu qu’il n’y a rien à dire dessus tellement c’est un film… inoffensif. Le seul truc mémorable du film ça reste le fabuleux Quartier Latin, dont l’ambiance est franchement enivrante et donne vraiment envie de « vivre le truc. » Le reste c’est plus quelconque: l’histoire d’amour est mignonne comme tout mais un peu gâchée par un rebondissement pas franchement terrible, les personnages manquent clairement de personnalité et marquent pas l’esprit, enfin bref c’est objectivement du bon travail mais c’est juste ça. Du bon travail.

Après j’ai essayé de feuilleter le manga et oh putain wow décalage.

Dans la série « trucs sympas mais sur lequel j’ai pas aussi grand chose à dire » y’a Thermae Romae, série d’animation japonaise en six épisodes de treize minutes où on suit les aventures d’un architecte romain spécialisé dans les bains et qui se retrouve téléporté dans les bains du Japon moderne suite à quelques noyades. C’est une série assez intéressante dans le sens ou c’est intégralement fait en flash et où on sent que le studio est totalement à fond dans le concept d’économiser le max d’argent possible (le réalisateur double le personnage principal par exemple), et pourtant ça passe pendant ce fameux créneau Noitamina – en attendant le tout aussi inattendu-dans-ce-créneau Black Rock Shooter. Alors très vite: c’est des visionnages très agréables, c’est une série extrêmement débile, ou le design des personnages seul est vraiment à se pisser dessus mais là aussi force est de constater que le problème de cette série est que les six épisodes sont le même épisode un peu en boucle. Ou à chaque fois on a le schéma « Lucius va quelque part faire un projet de folie pour l’Empereur » => « il se noie » => « il arrive au Japon et découvre tel truc » => « Il revient à Rome et essaie de copier le truc. » Alors ok en six épisodes on découvre six facettes différentes des bains japonais et ça reste encore un peu diversifié mais je vois mal qu’est-ce que la série pourra dire de plus par la suite parce que je crois qu’on a un peu fait tout le tour du talent des japonais pour les bains. Enfin bon, j’avoue que j’ai pas pensé ça une seule fois en matant les six épisodes, j’étais trop occupé à me marrer sur le fait que le design était super débile.

Train02.jpg
Le héros fait toujours cette tronche. Il est TOUJOURS sérieux.

Et putain j’ai soif là j’ai pas bu depuis ce midi, j’aurais du prendre une petite boisson quand je me suis arrété à McDo prendre un petit Charolais.

Sinon pause manga-shojo – parce que c’est comme ça quand tu vis avec ta copine et que t’as pas de mangas à lire, tu te jettes forcément sur les shojos qui traînent pour pouvoir avoir un truc à lire: j’ai lu les trois premiers tomes de Heartborken Chocolatier, les deux premiers tomes de Crimson Prince et le premier tome de Berry Dynamite. Ce sont trois mangas totalement différent mais si je peux bien vous assurer une chose c’est que ce sont trois mangas qui déboîtent bien. Le premier est un peu mi-josei mi-shojo et raconte l’histoire d’un type qui devient un chocolatier de génie pour se venger d’un chagrin d’amour. C’est parfois très très drôle, parfois très émouvant mais toujours bien écrit et sans trop d’excès, ce qui est toujours appréciable. Ca fait deux mois maintenant que j’ai lu les trois tomes mais ils me reviennent bien en tête et oui, vraiment, y’a des trucs assez hilarants, surtout grâce au personnage du français-gros-otaku-et-beau-gosse qui a un duo assez merveilleux avec le héros. Dé-geuuuu.

Crimson Prince c’est plus du shojo fantastique avec très vite un sous-texte romantique. Le pitch est super classique: arrive sur Terre un démon qui doit passer un stage chez les humains et voler une âme bien précise. Mais il est bien emmerdé parce qu’il se retrouve mis dehors de son foyer pour démons et doit donc crécher chez une jeune fille nommée Hana, tout en recherchant cette fameuse âme à voler. Sauf que bon, là rien qu’a dire le scénario, vous comprenez que cette âme en question c’est Hana, et qu’évidemment le démon va peu à peu s’enticher d’elle. Et comme je le comprends ! Le personnage d’Hana est totalement génial ! C’est exactement le type de personnage que je surkiffe dans tout manga ou anime ! Très gentille, pas trop conne, très débrouillarde, souriante et optimiste comme tout, ça ça tue ! C’est pas comme le personnage principal putasse de Maison de Ayakashi qui elle est une grosse putasse qui putasse la putasserie !
Bref, pour revenir à Crimson Prince: la fin du tome 2 offre un joli cliffhanger des familles qui fout un peu en haleine, le dessin est joli, le scénario sans trop innover est quand même bien ficelé et puis, bon, les couvertures ont un style graphique génial ! Bref, là aussi, jetez y un oeil c’est pas mal.

Train03.jpg
Peut-être ma couverture préférée de manga de l’an dernier. Le visage d’Hana dessus est si CHOUPI.

Quant à Berry Dynamite c’est par la créatrice de Lovely Complex et ça parle d’une fana de rock métal qui monte sur Tokyo pour monter un groupe de rock et qui se retrouve idol dans un duo de musique pop et niaise et gentille. C’est un peu Détroit Metal City à l’envers ! Et juste: le premier tome était hi la ra nt. Y’a plein de répliques géniales et le manga arrive à en faire parfois des tonnes sur les situations débiles sans que jamais ça fasse trop. Rien que le coup du groupe des 100 idols, ou chacune représentent un fétichisme moe, c’est juste BON. Après ok y’a quelques clichés un peu chiants du shojo: l’héroïne putasse-mais-pas-trop, les fleurs par milliers dans le dessin et puis surtout pour la énième fois le coup du personnage-masculin-à-grosses-lunettes-qui-est-un-pur-bogoss-sans. Bon, à part ces deux/trois fautes de goût, c’est quand même super bien parti.

(Pendant ce temps, pas de chapitre de Bleach depuis un mois, alors même que le dernier chapitre en date est le plus intéressant fait par Kubo depuis presque un an et demi. Quel troll.)

(Bon, y’a quelqu’un dans le wagon qui tousse toutes les cinq secondes depuis qu’on est parti et j’exagère pas, il tousse vraiment toutes les cinq secondes. C’est un peu flippant. J’espère qu’il va pas mourir.)

Train01.jpg
Pendant ce temps, avec le streaming gratuit de Nisemonogatari sur Dailymotion, Dybex peut envoyer près de 15 000 personnes en taule pour pédophilie.

Teasing: hier j’étais à la réunion de préparation d’Epitanime pour les assos externes, va y’avoir des putain de changements au niveau de la disposition des salles et compagnie. Je veux pas spoiler mais attendez vous à devoir monter des escaliers pendant tout le week end.

Sinon niveau jeu vidéo, j’ai passé les deux dernières semaines – grosso merdo – sur Deus Ex Human Revolution. J’ai pas mal ragé pendant le jeu mais je l’ai fini victorieusement. Maintenant je vais pouvoir me mettre sérieusement à Vainquish avant l’arrivée prochaine de Metal Gear Solid Collection HD (ce qui sera surtout pour moi l’opportunité de faire Peace Walker – et peut-être ensuite de finir Metal Gear Solid 2 pour la 17e fois) et de Catherine. Mais bref, pour revenir à Deus Ex Human Revolution c’est un jeu qui m’a pas mal fait rager, surtout au début du jeu, quand t’as que dalle comme capacités et que tu jures contre l’IA qui sait jamais vraiment si elle doit être débile ou omnipotente. En soit le jeu est pas si mal, hein, juste que bon les défauts sont criants et un peu moche: les boss pourris, la synchronisation labiale la plus débile du monde, le concept des cellules d’énergie qui se rechargent pas automatiquement réduisant vos possibilités stratégiques de manière terriblement drastique et surtout ces niveaux open-world grands mais terriblement vides, ou deux quêtes annexes se battent en duel l’une contre l’autre. Bref, on se retrouve trop souvent à faire des aller-retours dans des villes qui pourraient se montrer tellement mieux exploitées.

Mais clairement à mon avis, tout ça c’est du problème de temps. Je suis sûr qu’avec six mois de développement supplémentaire, on aurait un putain de grand jeu. Là, non. Et puis merde, comment on peut sortir un RPG avec quatre fois plus de budget qu’un Alpha Protocol et encore se montrer aussi jemenfoutiste au niveau des causes & conséquences de chaque dialogue, chaque action ? C’est terriblement explicité par la fin du jeu, ou votre fin ne sera pas choisie par vos actions et votre manière de jouer, mais par le bouton que vous aurez pressé à la fin. Histoire vraie.

Après Deus Ex HR est loin d’être mauvais hein ! Plus le jeu avance, plus il est intéressant parce qu’effectivement c’est un jeu dans lequel tu sens passer chacune des améliorations de pouvoirs que tu chopes parce que ça ouvre effectivement plein de possibilités / facilite bien la vie. Et puis Jensen est un héros cool. Et pirater des boîtes mails c’est tellement fun.

Oh, tant qu’a parler jeu vidéo, je serais le samedi 18 Février entre 21h et 22h30 sur l’antenne de SynopsLive (et plus tard en podcast sur le très sympa site Radio01.net) pour participer à l’émission Respawn, ou vous m’entendrez sans doute disserter sur si oui ou non les blockbusters ont une âme, et tout ça. Enfin je vous en reparlerais forcément.

Et c’est là dessus que je vous quitte ! Quoi ? Il me reste une heure vingt de trajet ? Bon bah je vais jouer à Tales of the Abyss en continuant à mourir de soif. Quoi ? Il y’a un bar dans ce TGV ? Peut-être que si j’étais riche je pourrais me le permettre et OH ATTENDEZ Y’A DE LA NEIGE DEHORS C’EST QUOI CETTE FOLIE DEPUIS QUAND IL NEIGE EN FRANCE.

PS: J’étais à Paris pour un concours d’entrée pour le travail de contrôleur au sein de la DGCCRF – Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Repression des Fraudes. Yeah, à moi bientôt le droit de confisquer des figurines HK à des boutiques pour m’en servir pour caler les meubles.
Si j’ai le boulot.
Ugh.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittertumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

Un commentaire

N'hésitez pas à commenter l'article~