Archives pour la catégorie Visual Novel

Super Danganronpa 2 – Tonnerre sous les Tropiques

Je crois que si je calcule bien, j’ai acheté trois consoles cette année. La bonne nouvelle c’est que j’aurais pas à en racheter avant un bail. La mauvaise c’est que… eh y’en a pas vraiment. Du coup yep j’ai chopé une Vita à Noël avec deux idées bien en tête: la première c’est de me faire plein de JRPG exclusifs Sony dans les transports parisiens, la seconde c’était Super Danganronpa 2. Je vous avais parlé du premier Danganronpa en juillet 2013 et j’en avais dis beaucoup de bien. J’ai parlé plus récemment sur Crunchyroll de l’adaptation animée de 2013 mais c’est un autre sujet. Dans tous les cas je vous conseille la lecture de mon article de juillet si vous connaissez pas l’univers et avant de lire celui-ci.

Mais si vous voulez pas, bon,  pour résumer ce que j’avais dit du jeu: malgré quelques petits défauts, le premier Danganronpa est assez passionnant, très intense, avec plein de bonnes idées. Un mélange parfait entre un survival game, un jeu d’enquêtes, un dating sim, un poing & click et un univers complètement barré visuellement. La sauce prenait bien et les seul regrets étaient dûs à un héros un peu trop inutile, un léger manque d’ambition et une fin en tire-bouchon qui appellait à une suite pour plus d’explications. Maintenant que la suite on l’a, on peut s’y attacher…

2015-01-08-183818

Super Danganronpa 2 est donc sorti en juillet 2012 sur PSP mais on s’en fiche parce que ce qui nous intéresse c’est la version Vita en anglais sorti en septembre 2014. Toujours développé par la même équipe, le jeu se présente d’abord comme un spin-off au premier jeu – les mêmes règles, le même univers, des personnages et un lieu différent – mais se révèle très vite, sans trop de surprises, être une suite directe qui répond à beaucoup de questions du premier.

Le scénario du coup ? 16 « super-élèves » de la Hope’s Peak Academy se retrouvent, le jour de leur rentrée, seuls sur une île tropicale paradisiaque. Un mystérieux robot professeur en forme de lapin, Usami, leur explique que c’est un voyage scolaire et qu’ils seront chargés de récupérer des « fragments d’espoir » en devenant amis les uns avec les autres. Bref ça a l’air cool et fun sauf que Monokuma, le méchant robot panda sadique du premier, débarque l’air de rien, tabasse Usami et prend sa place. A partir de ce point, on revient aux règles habituelles de Danganronpa: quelqu’un veut partir de l’île ? Il lui suffit de tuer l’un des autres élèves… Et si il n’est pas attrapé et identifié par ses camarades suite au procès qui suit, il a le droit de s’échapper tandis que ses camardes sont exécutés. Mais si il se fait attraper, c’est lui qui a le droit à une punition. 

Inutile de le dire, pour le héros qu’on contrôle, Hajime Hinata, l’ambiance est pas à la fête. Et quelques jours plus tard, les meurtres commencent…

2014-12-30-173057

Continuer la lecture de Super Danganronpa 2 – Tonnerre sous les Tropiques 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

[Rediff] Interview de Ryukishi07 – Auteur chapeauté

Suite à un changement de version, certaines de mes anciennes interviews / chroniques écrites pour le Journal du Japon sont aujourd’hui devenues inaccessibles, sans que je ne sache si c’est permanent ou temporaire. Du coup par sécurité je vais les rapatrier ici peu à peu grâce au pouvoir de mes archives personnelles. Ce soir, celle de Ryukishi07. Effectuée peu avant l’édition 2012 d’Epitanime, ou il était invité.

Photos prises par Thomas Hajdukowicz et traduction japonais/français effectuée par Stéphane Lapie.

Cette année, la plus vieille convention encore en activité de France, Epitanime, avait pour invité Ryukishi07, le cerveau derrière les ouvrages, adaptés en animes, Higurashi No Naku Koro Ni etUmineko No Naku Koro Ni. Nous avons pu le rencontrer le vendredi soir, trois heures avant le début de la convention.

04

Q : Pouvez-vous vous présenter pour tous les Français qui ne vous connaissent pas ?

Ryukishi07 : À tous les Français : enchanté ! Je m’appelle Ryukishi07 ! Je produis les visual novelHigurashi No Naku Koro Ni, Umineko No Naku Koro Ni, bref la saga When They Cry. J’aimerais pouvoir appeler ça « sound novel » mais c’est une marque déposée au Japon, tout comme « visual novel ».

Q : Ça règle le souci de savoir si on doit appeler ça un « sound novel » ou un « visual novel »…

Ryukishi07 : En France le terme n’est pas déposé donc on peut appeler ça comme on veut. Au Japon par contre, la notion la plus sûre en terme de droits c’est « PC-Novel ».

Q : Quelle était votre expérience professionnelle avant d’écrire la saga When They Cry ?

Ryukishi07 : À mes 20 ans, j’ai passé trois mois dans une entreprise ordinaire, et après cela j’ai été fonctionnaire pendant dix ans au sein d’une mairie de district (ndt : équivalent d’une mairie d’arrondissement pour les Français.)

Continuer la lecture de [Rediff] Interview de Ryukishi07 – Auteur chapeauté 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Dangan Ronpa – Vivre et laisser mourir

Popularisé ces derniers mois par la sortie simultanée de l’adaptation animée, d’un patch anglais pour le jeu original et de l’annonce d’une sortie officielle en 2014 en Europe et aux Etats Unis de la version PS Vita du jeu, Danganronpa n’est pourtant pas un jeu ultra récent puisqu’il est sorti il y’a trois ans au Japon, ce qui équivaut de nos jours à une éternité dans le monde du jeu vidéo. Mais ce n’est pas une nouveauté puisque certains jeux japonais ont le droit à une seconde vie occidentale – voire même une troisième vie dans le cas de certains titres comme Persona 4, que la ludothèque désertique de la Vita a permis de briller aux yeux des joueurs européens.

De mon coté, la découverte s’est faite, comme je l’ai raconté il y’a une semaine, via l’adaptation animée qui m’avait tout de suite convaincue. Attiré par cet univers haut en couleur et par ce concept de survival game mixé aux canons de la littérature du whodunnit, j’ai laché l’idée d’attendre une semaine entre chaque épisode après avoir vu l’épisode 2 et je me suis jeté sur le jeu et son patch. Après environ vingt heures de jeu, je l’ai terminé, et voilà que je viens en parler plus longuement.

Et oui, c'est la vie
Et oui, c’est la vie

Scénario simple: 15 « super étudiants » pensent commencer leur premier jour dans une école réservée aux élites mais s’évanouissent tous dès leur premier pas dans l’établissement. Quand ils se réveillent, ils découvrent qu’ils ne peuvent pas sortir: les fenêtres sont recouvertes par des plaques de métal et la porte d’entrée par une gigantesque porte blindée. Et très vite on leur signale qu’ils doivent jouer un jeu: si quelqu’un veut sortir de l’école, alors il doit tuer quelqu’un et ne pas se faire prendre. Il se fait prendre ? Il est exécuté. Il parvient à ne pas être accusé ? Il sort de l’école et tous les autres sont exécutés. Oh bah ça.

Evidemment tout ne se limite pas à ça: l’académie en elle-même cache de nombreux mystères et personne ne sait vraiment comment tout ce jeu a pu être mis en place, et pourquoi personne ne vient les aider… Il va falloir là aussi faire quelques recherches..

D’un point de vue gameplay là aussi le jeu est très simple et divisé en trois actes distincts.

La première partie de chaque chapitre vous autorisera à vous balader librement dans l’école, à fouiller les environs à la recherche de médaille que vous pouvez utiliser pour débloquer des objets débiles et surtout à discuter avec vos camarades afin d’augmenter vos points de relation avec eux, afin d’en savoir plus sur leur background et débloquer des bonus divers et variés.

La seconde partie sera celle qui suivra les inévitables meurtres et là il vous faudra fouiller les décors, la scène du crime, discuter avec les éventuels témoins et assistants… On est là très proche des phases investigation d’Ace Attorney en beaucoup moins chaud parce que le jeu te prend un peu par la main donc ça va.

Enfin la troisième phase est l’inévitable procès, et là ça va devenir plus compliqué de tout décrire car beaucoup de gameplay différents entrent en jeu: pointer littéralement à l’aide d’une cible les éventuelles contradictions, des jeux de rythme, des questions à choix multiple, reconstruire une timeline à l’aide de cases de manga… Ca varie beaucoup et là on est carrément trèèès loin d’Ace Attorney. Oh et à la fin du procès, quelqu’un meurt de manière exotique.

Le jeu exige de littéralement tirer sur les contradictions
Donc là voilà une contradiction évidente: « tué sans avoir combattu » mais on a la preuve que y’a eu de la bagarre, alors voilà Chihiro, on t’aime bien, mais la vérité doit être rétablie à coup de balles.

Le jeu est divisé en plusieurs chapitres, chaque chapitre réutilisant ce même schéma de déroulement, avec parfois quelques twists, mais rien de bien important. Le plus important à retenir c’est que des gens meurent, que les coupables laissent toujours des indices derrière eux, et que bien souvent vous aurez quelques soupçons avant le procès mais que, comme dans Ace Attorney, celui-ci sera nécessaire pour connecter les liens entre eux et avoir l’assurance de désigner le coupable. Le jeu se plaira souvent à vous faire soupçonner trois ou quatre personnes différentes consécutivement tandis que le vrai coupable sera gardé hors des projecteurs.

Le jeu est donc finalement semblable à des montagnes russes: chaque début de chapitre vous remettra dans un état d’esprit positif et chaleureux, à interagir avec des personnages excentriques et attachants. Puis y’en a un qui se fera buter histoire de vous rappeler d’où vous venez, et ça sera à votre cerveau de s’activer, de se remettre à soupçonner tout le monde et de voir un de vos petits camarades se révéler être plus corrompu que prévu, et mourir de manière cruelle mais amusante. Le terme « amusant » étant ici laissé à l’interprétation de chacun.

Et dans tous les cas, le jeu parvient à se réveler extrêmement addictif, ce qui est un excellent point. Maintenant, comme toutes les addictions, il n’y a pas que des bons cotés…

Continuer la lecture de Dangan Ronpa – Vivre et laisser mourir 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Mon aveugle, c’est la meilleure des aveugles <3.

Y’a deux jours, j’ai fini Katawa Shoujo.

Lilly07.jpg

Katawa Shoujo c’est ce dating sim assez populaire dans la sphère otaku internationale tout ça machin. Parti à la base d’une page d’un doujin quelconque ou l’auteur japonais trouvait rigolo de proposer cinq personnages possibles d’un dating sim qui se déroulerait dans une école pour handicapés. 4chan a kiffé, comme d’habitude quand c’est un peu borderline et une poignée d’Anonymous se sont carrément dits « faisons de ce délire une réalité. » Fin 2009 ils sortent Katawa Shoujo Act 1, une sorte de « démo » qui nous permettait d’acquérir les bases et, surtout, de d’ors et déjà pouvoir savoir avec quelle fille on comptait scorer. Ça a eu un excellent succès. J’en avais profité à l’époque pour taper un article essayant de vous conseiller du mieux que vous pouvez pour choisir la meilleure fille car le choix est large !

Cinq routes possible donc: Shizune la sourde-muette fasciste, Rin l’artiste sans bras, Emi la reine de l’athlétisme et de l’énergie à revendre mais dépourvue de la moindre jambe, Hanako la défigurée traumatisée et Lilly l’aveugle distinguée. Déjà dans mon ancien article vous pouviez très vite savoir quel était mon perso préféré. Damn, si vous allez sur Thalie en ce moment, vous voyez direct quel est mon perso préféré.

Le jeu final est donc sorti le mois dernier, entièrement gratuit, ce qui est quand même très sympa de leur part. On peut donc le télécharger ici, ça pèse à peine plus d’une centaine de Mo. On retrouve donc désormais les cinq routes complètes et quelques scènes érotiques (qu’on peut désactiver et sur lequel je reviendrais), pour une durée de lecture d’environ cinq/six heures par route, ce qui fait potentiellement au soft une « durée de vie » d’une trentaine, quarantaine d’heures, selon votre niveau de langue et votre vitesse de lecture. Moi je dis cinq heures mais après je lis super vite…

L’association Kawasoft prépare une traduction en français, si ça vous intéresse. D’ailleurs l’Act 1 est déjà disponible intégralement dans notre langue depuis un an et demi. Si vous n’avez pas les compétences pour lire de l’anglais en mode « automatique » ou avec aisance, attendez soigneusement la traduction complète parce qu’évidemment sinon le plaisir ne sera sans doute pas là.

Lilly02.jpg

Donc quand j’ai dit tout à l’heure que j’ai fini Katawa Shoujo, je vais être précis: j’ai fini la route de Lilly, l’aveugle distinguée. Et pour être encore plus précis: oui, je considère donc que j’ai terminé le jeu pour la simple et bonne raison que je me fiche carrément des autres routes. Les personnages ne me font pas autant « envie » et pour être franc, je sais que je vais copieusement me faire chier à lire les autres routes parce que je serais juste pas impliqué. Quoique il y’a bien la route de Rin qui m’intéresse mais c’est loin d’être le cas des trois autres. Donc ce que vous allez par la suite sera des impressions générales sur le jeu et SURTOUT mes impressions sur la route de Lilly. Mes regrets, mes bonheurs, mes joies, mes désirs, mes envies, tout ça.

Et quelques spoilers ici ou là, mais je prendrais la peine de les cacher ou de les signaler de loin donc voguez en paix.

Continuer la lecture de Mon aveugle, c’est la meilleure des aveugles <3. 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Chosir la bonne fille dans Katawa Shoujo

Prends garde à toi, prends garde à toooi !

Je ne serais certainement pas le premier type à vous parler de Katawa Shoujo, plus précisement de son Act 1, petit visual novel plutôt court intégralement traduit en français par les mecs de Kawasoft.

Plutôt court car il se finit en deux heures environ. Si vous voulez vous taper toutes les routes, visez dans les quatres ou cinq heures. Plutôt court car cet Act 1 n’est évidemment qu’un prologue à un véritable visual novel qui devrait débouler… un jour… prochain. Visual novel intéressant pour DEUX raisons:

  • Il n’est pas japonais ! Projet né sur 4chan, c’est une team d’américains qui s’en occupent, traduisent eux-même le jeu en jap, et pas mal de petites équipes disséminées à travers le monde font la trad dans des tas de langues différentes. C’est donc un projet qui fait très jap, mais qui est intégralement réalisé par des weaboos bien occidentaux. Pas que ça soit un défaut de toute manière.
  • Toutes les filles du harem sont handicapées !

Cela lui donne un cachet au final très original, d’autant que le visual novel joue du coup pas mal avec les codes du support, ce qui est plutôt normal venant d’une oeuvre réalisé par des fanboys du dit support, qui s’éclatent donc totalement.
L’histoire est donc plutôt simple: vous êtes Hisao, et vous venez d’avoir une crise cardiaque (le jeu vous la fait vivre en live dans un moment qui mettrait Hannibal lui-même plutôt mal à l’aise), crise cardiaque conséquence d’une maladie infiniment plus grave qui peut vous tuer un peu n’importe quand, selon son humeur. A partir de là, vous êtes envoyés au sein d’une école spécialisée pour les élèves malades et handicapés, et vous devez y faire votre vie. Tout l’Act 1 va donc narrer votre première semaine au sein de cette école. Et histoire d’avertir: à la fin de cet Act 1 vous êtes censé avoir choisi une fille, déjà. Sinon c’est une Bad End aux implications infortunées… Le choix se faisant, comme d’habitude avec les visu, par le biais de choix disséminés au fur et à mesure de l’aventure…

Je ne reviendrais pas tellement sur les qualités globales du visual novel, nombre de personnes l’ont fait avant moi et bien mieux que moi: la réalisation graphique est de plutôt bonne qualité pour un visu avec des animations de tous les cotés, l’écriture globale du machin est plutôt fine, la musique fonctionne bien… Bref quoi que vous fassiez, tenter l’aventure: le fichier d’installation pèse que 47Mo, c’est gratuit, bref peu de chances de vous faire piéger en essayant. J’ai pour ma part beaucoup aimé, donc, et j’attends avec une véritable impatience le jeu final.

Du coup l’article est dédié à vous présenter les membres du casting. Et en même temps vous prodiguer mes bons conseils ! Avec un peu de mauvaise foi. Juste un peu.

Continuer la lecture de Chosir la bonne fille dans Katawa Shoujo 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Ushiromiya Rosa est la meilleure de toutes les mamans (Umineko No Naku Koro Ni)

Salut tout le monde, c’est Amo et voici le premier billet de l’année 2010. Et on va parler de celle designée selon un meme populaire de « BEST MOTHER EVER »: je parle bien sûr d’Ushiromiya Rosa, de Umineko No Naku Koro Ni. Ce qui est toujours l’occasion parfaite pour parler de l’animé, du VN, de mon cul sur une commode ou bien encore de fin du monde selon Schopenhauer. Et surtout convaincre de ce que sont pour moi LES grandes qualités de Umineko. Le tout autour du personnage de Rosa parce que ouais je suis un gros gros fanboy. Même si je préfère Béatrice.

Juste comme intro rapide: l’univers de Umineko No Naku Koro Ni est mon coup de coeur ultime de 2009 et un modèle pour moi. Modèle pourquoi ? Je sais pas moi !

AAAAAAAWESOME

Je ne parle pas d’Umineko No Naku Koro Ni Chiru ici. Pas une seule fois. (même si hein, il déchire à mort et j’ai été juste ébahi par le génie du truc.)

Continuer la lecture de Ushiromiya Rosa est la meilleure de toutes les mamans (Umineko No Naku Koro Ni) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Jusqu’au bout de la nuit – Come See Me Tonight 2.

OMG UN JEU HENTAI SUR NEANT VERT ! AMO VIENT DE METTRE UN PIED DANS UNE ZONE INEDITE !

tadaaa Come See Me Tonight 2 est donc un jeu hentai, la suite de Come See Me Tonight (on ne vous cache rien) et donc voilà, je vous explique. Je viens de commencer à y jouer puis je me suis dit « soyons fous, soyons jeunes », et je vais parler du jeu comme ça, hop, en même temps que j’y joue. Youhou ! Mais quelle idée formidable ! Incroyable de luminosité ! Tin je m’épate ! Du jamais vu sur Néant Vert ! A noter que c’est la première fois que je joue à un dating-sim hentai qui date d’après 1999. (Attendez je fais le compte: True Love, Love Potion, Paradise Heights… Ok année max de ces trois là: 1997. Bon ok. J’avoue. Et je suis pas allé assez loin dans Fate/Stay Night.)

Après relecture: qu’entre ici ceux qui n’ont plus aucun espoir.

Donc dans ce jeu on incarne Kesuke, un prêtre-étudiant entouré de bombasses. Et on droit trouver une princesse prêtre pour le temple. YEAH ! Voilà déjà un scénario original qui met d’emblée le décor: soit on va être corrompu à mort par les jeunes filles qui voudront absolument devenir princesse et feront don de leur corps pour ça, soit on va devoir tester personnellement le dévouement de ces fidèles. En gros, que des choses positives. C’est relativement surpuissant. Et donc, l’écran-titre met direct l’ambiance: « Training Room. » Il va y’avoir de l’entraînement. Oh yeah.

Hop, début du jeu, on va vite, pas de temps à perdre, passons à l’essentiel. C’est la fin des examens et voilà donc le début des vacances d’été. Yah ! Effectivement, nous autres otaques le savons désormais mieux que quiconque: personne ne baise au Japon l’hiver. Personne. Tout se passe pendant les vacances d’été, comme chez les migrateurs et la plupart des animaux. Mais qu’importe, on entre direct dans le thème: qui dit été dit festival religieux, et qui dit festival religieux dit prêtresses ! Effectivement, la cohérence est d’ors et déjà de mise, et ça fait plaisir.


Vacances + Dating Sim = Temps libre.
Hop le héros se présente, super, on s’en fous. Hop, voilà, première fille ! Minami ! Gros seins, avec les cheveux violets, c’est une prof. Oh! Great! Aucun tabou, ce jeu d’ors et déjà ne recule devant rien. Surtout que la prof appelle notre perso par son prénom. C’est presque cousu de fil blanc ! Bon le héros nous rassure, « c’est presque une tante pour moi. » Chouette, on va avoir du presque-inceste. Heureusement, pour clarifier les choses, on nous précise que Minami est la femme de son oncle depuis peu, mais que l’oncle est mort. Un peu de complexité ne nuit pas. On nous parle au même moment de Nanao, l’amie d’enfance du héros. Evidemment, le héros ne le sait pas encore mais elle est secrètement amoureuse de lui. Mais le joueur le sait déjà. Ce blasé.

Bon bref le scénario avance déjà: on sait que Minami est la Princesse Prêtresse du Temple, qu’elle va faire une danse à la gloire du temple pendant le festival, et que cette danse sera diffusée partout au Japon. Ensuite le héros est envoyé par son grand-père (qui tient le temple) chercher quelqu’un à la gare. Passionnant. Bon il attend, le train arrive, et c’est évidemment une bonasse qui sort du train. Enfin on nous la décrit comme tel jusqu’a ce que le dessin apparaisse… et nous montre une loli.


Tee-hee-hee… Mignon. Ok, je craque.
Enfin, soyons sauvés, le héros nous rassure: « elle semble jeune mais elle doit être plus agée que moi. » Sauvé. La juridiction ne m’aura pas cette fois-ci. Merci le distributeur canadien d’y avoir pensé. Bref, on apprend qu’elle va dormir au temple (sous le même toit que le héros, ouf), et qu’elle va s’entraîner à faire la fameuse danse. Remarque intéressante du héros: « déjà avoir Minami sous le même toît que moi est excitant, alors une jeune fille de plus… » Ok, on est rassuré: le héros aussi ne pense qu’a ça. Bon point pour l’immersion. Bon, ok, et alors…

Une prêtresse sauvage apparaît ! Bon une nouvelle encore, comme ça on expédie les présentations au plus vite: Sheena, cheveux roses, air excentrique. Ok. Ca sera la délurée du groupe. D’autant que le héros précise: « c’est aussi mon amie d’enfance. » Ok, mec, ça fait deux filles secrétement amoureuses de toi. Ca va finir en threesome des familles, ça tue. Bon ensuite on parle du futur, le grand-père déprime un peu parce que personne veut reprendre le temple, on nous rappelle que la Princesse Prêtresse est évidemment la femme du prêtre, donc ça veut dire ce que ça veut dire. On retrouve alors Nanao (l’autre meilleure amie) qui se tape un délire à base de jeunes mariés. Ok. Pourquoi pas. Ensuite, on nous signale que la bonasse loli (Koruri, donc) est prêtresse parce que sa famille refuse de lui faire faire une éducation normale. Traduction: elle sera naïve et ingénue.


Play together ? JE VEUX DES EXPLICATIONS !

A ce moment-là, Minami semble bourrée et Koruri en profite pour mettre encore plus de sake dans son verre. Sympa. On sait à peine comment ça va finir. Et le grand-père annonce que toutes les filles resteront dans le temple pendant tout l’été. Ok. Chouette. CHOUUUUETTTE. °0° Surtout que derrière, en privé, Grand Papy nous annonce d’une manière tonitruante: « Elles sont les 4 candidates au poste d’épouse ». OK. PAS DE QUARTIER. PAS DE SURVIVANTS. ALLEZ HOP HEROS ! TU TE BOUGES LE DERCHE ! A L’ATTAQUE !


Le grand-père pense à tout. Béni soit-il.

S’ensuit un passage hilarant avec le grand-père et sur les questions que se pose le héros. Et ça finit sur une phrase désormais culte: « Cet été devient vraiment intéressant. » Oh yêah. Bon maintenant du cul ! La bataille… peut commencer !

Et ça commence par un réveil par Koruri. « Ho, je peux t’aider à changer ton kimono ? » Ok, direct, vlan. Dans le jeu il est cinq heures du mat, ce qui peut expliquer la réaction prude du héros tout timide. Beuh. Bref, après prières, et tas de choses dont on se fiche. Bref, on en arrive à un moment clé: quelle est la fille qu’on apprécie le plus ? Est-ce qu’en choisir une exclue d’amblée toutes les autres ? On ne sait pas. Qu’importe, j’ai décidé de commencer sympathiquement: Koruri. Voilà. J’ai longuement hésité mais…


Fais ton choix,camarade !

Donc >insérer ici tas de scénarii inutile ou on apprend que les parents de Koruri sont des fascistes <, les filles font a l’école en uniforme de prêtresse pour créer jalousie et envie, et le héros -après s’être fait traiter de tous les noms par les mecs jaloux- oublie son déjeuner, mais heureusement Koruri débarque au plein milieu du repas avec celui-ci. AHAHAHAHA. Ca commence à tourner à l’émeute, on rigole bien, Minami intervient en tant que deus ex machina et… bon ok à ce moment là on se demande si va y’avoir au moins un peu de cul. Au moins un peu. Puis à nouveau un choix à faire entre les 4 filles. Ok ça change pas grand chose en fait. Juste l’histoire. Mais j’attends quand même du cul. Bon je choisis Sheena cette fois. HOP. Et donc en fait je merde un peu complétement d’après gamefaqs. JE M’EN FOOOOOUS. JE SUIS UN MALAAAADE. PEUR DE RIEN MOI !

Bon rien de bien intéressant dans cette voie, jusqu’au passage du « bon les filles vous avez ptet pas compris ce que voulez dire passer la nuit en face de dieu avec Kensuke » ou ayé, la chasse peut être vraiment lancée. Surtout que ayé, l’ambition des 4 filles est de devenir princesse, donc de coucher av… OH WAIT.

Encore un choix à faire, etc. Bon maintenant je résume plus: je me lance à fond dans une quête pour avoir Koruri. Et premier début de cul: Minami touche les tétés de Koruri. YOUHOU. Enfin de l’action °0° !! Après, ça évolue, on nous montre comment les filles se donnent à fond, etc etc etc. En gros on se sent coupable à mort, là. Surtout pour la pauvre Koruri qui fait des tas de trucs é_è. Bon nouveau choix, Koruri encore, youhou, moment d’intimité (dans le jeu il est 4h du matin, tu m’étonnes que t’es intime) pendant que Koruri fait à manger, la vaisselle, le lavage etc. Entraînement pour la danse, on s’en fous. Nouveau choix. Koruri. Incruste dans sa chambre à 1h du matin. Et y se passe toujours rien. Ce héros n’est définitivement pas un warrior. On en aurait foutu un autre à la place, là ça aurait été dramatique. Y’aurait eu 10 candidates de plus, et je raconte pas le bordel pour laver le plancher. Sic.


Koruri fanboy je suis.

Petit cours de shintoïsme. C’est assez pratique mais j’aurais oublié demain en me levant. Mais là je commence à me rendre compte que la musique est odieusement prise de tête. C’est la même, depuis le début, qui tourne en boucle. Je suis à deux doigts de devenir cinglé /o\\. Qui a dit que raconter des conneries que personne ne lira sur un blog était un truc de tout repos ? C’est ‘hachement dur ! Bon, nouveau choix. Koruri à donf. Bon il entre dans la salle de bains, y trouve quelques cheveux longs et bruns, il imagine que c’est Koruri, il l’imagine nue. Super jusque là. Mais Koruri demande si elle peut entrer. Ok il est nu, il a pensé à des trucs avant… c’est donc gênant O_O. Un choix à faire entre la laisser entre ou pas et. HO. CHANGEMENT DE MUSIQUE. La guerre peut enfin commencer. (Enfin.)


No shit sherlock !

Des tétons ! Et première surprise: on voit enfin la tête du héros. Et bon dieu, il est jeune, androgyne et surtout jeune. Bon ok, le « plus vieille que moi » du début de partie ne me sauvera pas. C’est mon dernier article, la police va venir me cueillir après ;_;. Mais bon, ça finit sobrement, le héros se finit tout seul dans une métaphore subtile: « tandis que je me vide de mon eau sacrée. » Bordel, la classe.Mais bon, ça reste un warrior de basse catégorie. Ptet parce que c’est un gosse, quoi.

Bon, ensuite on entre dans la dernière phase, avec un pique-nique ! YOUHOU ! Et dans pique-nique y’a nique ! On y est presque ! Comme dirait la grande philosophe la Grande Sophie: « Du courage ! » Bon déjà, tout le monde a fait au héros une boîte pour déjeuner. Sympa. Demonstration (en CG) de la danse. Mais après…


C’EST LE DRAME.
Le grand père me fait: « j’en ai marre t’es trop mauvais casse-toi. » Et BAM. Y m’envoie à une école de prêtres. Game Over. HEIN. WHAT THE FUCK.
WHAT.
THE.
FUCK.
Pourquoi ? EXPLIQUEZ MOI SEULEMENT POUUUUURQUOI.

Et voilà comment se termina douloureusement cet avis. Oui, parce que j’avais zappé un truc: on peut sauvegarder. Ce que je n’ai pas fait une seule fois. Merde. Encore une fois, ce soir, ça sera seul devant TMC puis dodo. C’est l’histoire de ma vie. Monde de merde.

Déménagement de Néant Vert décidé. Plus de détails au prochain billet.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr