Archives quotidiennes :

De la taille des seins dans Bleach.

Y’a des conversations IRC qui vont beaucoup trop loin. Et parfois, pendant ces conversations sans queue ni tête, on obtient une idée. Une idée lumineuse. Certains se plaignent des poitrines féminines un peu trop « grosses » dans Bleach. Et bien je viens de me rendre compte comme un idiot que c’était peut-être une idée lumineuse de Tite Kubo. Et si ces poitrines symbolisaient quelquechose ? Prenons les « plus grosses poitrines » de Bleach. Là, comme ça. Si j’en oublie une ou deux, dites le moi, mais on peut faire vite le tour.

En fait, j’ai cette impression que les femmes aux grosses poitrines dans Bleach sont celles qui ont un plus par rapport aux autres personnages: elles sont protectrices et maternelles. Kubo a du déjà se retrouver la tête entre deux globes (au Japon on ne sait comment, mais là n’est pas la question) pour savoir l’effet que ça fait, justement, de s’y retrouver. Une impression de sérénité. De plus n’oublions pas que les seins sont, avant d’être des objets de désir, ce qui nourrit l’enfant, le « protège » avec le lait maternel qui participe à la construction d’un système immunitaire. Et bien, il semble que Tite Kubo a pensé à ça et que les « filles a grosses seins » ne sont rien de plus que des « mamans » dans le récit. Voyons ça:

Matsumoto tout d’abord. C’est un peu l’exemple type de Bleach et a première vue ce personnage n’hésitant jamais à se saouler la gueule, à faire du shopping quand ça lui chante, à vivre en gros une petite vie un peu délabrée, ne serait peut-être pas le meilleur exemple de la « mère protectrice ». Eh bah ceux qui disent ça nient la relation qui lie Matsumoto à Hitsugaya. Matsumoto est parfaitement ce qui pourrait servir de mère un peu déjantée à Hitsugaya, celui-ci finissant régulièrement entre ses seins (l’opening 5 de l’anime, l’un des derniers chapitres du tome 24, le tome 21 par exemple.) Certains y voient un couple potentiel, ce qui est strictement impossible puisqu’on sait que notre Matsumoto est déjà liée à Ichimaru et qu’Hitsugaya semble en pincer pour Hinamori, en outre, ce n’est pas la technique type de séduction par exemple.

De même, elle accompagne Hitsugaya partout, et surtout joue son grand rôle protecteur dans le tome 24 en – ATTENTION SPOILER – annonçant fièrement la fin de la limite, quand bien même elle passe son temps a attendre justement cette dite autorisation. Enfin son zanpakutoh est Haineko (le chat des cendres), n’oublions donc pas que le chat est un animal porte-bonheur. Le chat voudrait-il donc autant le bonheur pour vous que votre mère pour vous ? (bon après si vous avez des relations confictuelles avec votre mère, c’est votre problème)

EDIT:

Damascus me rappelle une chose évidente qui m’avait échappé: la scène du début de tome 23 entre Orihime et Matsumoto qui a fait fantasmer moults geeks où on a très franchement la preuve du coté protecteur, rassurant et maternel du personnage. C’est une preuve logique.

SECOND EDIT:

Le chapitre -15, sorti cette semaine, ne peut que confirmer cette théorie: Matsumoto est celle qui prends Hitsugaya sous son aile. Carrément.

Inoue, quant à elle, vit seule chez elle, mais veut absolument protéger son Kurosaki. Sa « force maternelle » est évidente, avec les pouvoirs de sa broche: pouvoir soigner tout ce qui est soignable, pouvoir protéger de n’importe quelle attaque ennemie. Pas capable de faire du mal à une mouche, Orihime est une mère tellement prête à tout pour protéger ses enfants qu’elle se laisse embarquer par l’histoire des Arrancars et se laisse duper aisément. Ne veut pas être protégée et préfère mourir que voir mourir son « enfant » (ici Kurosaki.) Elle est une figure très maternelle. En progression constante en raison de son âge, n’a peut-être pas encore acquise toute la maturité nécessaire, serait peut-être même plus proche de la figure de la femme enceinte, ou de la jeune mère qui doit tout apprendre.

Kukaku Shiba est peut-être alors au contraire la figure de la mère qui a « souffert », ayant perdu son bras droit et surtout, son frère, elle tient la maison, comme une veuve, d’une main de maître. Imposant une forte autorité elle serait plus proche de la mère exigeante et soupe au lait. Elle apprendra quelquechose à nos héros: la maîtrise de la force spirituelle, et leur permettra d’entrer dans la Soul Society, comme une mère vous permet d’entrer, si elle est présente, dans l’adolescence, la préparation. C’est peut-être celle dont le lien entre gros seins et instinct maternel est le plus fou mais passons.

L’Espada Hallibell occupe un numéro qui est encore à l’heure qu’il est inconnu mais elle se trouve déjà parmi les haut placées et si ma suspicion première est bonne, elle pourrait être le numéro 1 ce qui collerait parfaitement à une image de mère protectrice, ici, en tant que n°1, protectrice de toute l’Espada dans son ensemble. En outre le peu qu’elle est apparue à l’heure actuelle nous l’a montré avec ses trois « assistantes » à qui elle semble enseigner des choses. Hallibell est la mère qui « apprend » aux femmes. Sans plus d’autres informations, l’analyse ne peut que tourner court mais suffit.

Nell, quant à elle, est la mère « poule ». Adorant Ichigo jusqu’a l’idolatrie et malgré des origines différentes (c’est une arrancer, bordel), elle récompense Ichigo qui a su se montrer affectueux avec elle par encore plus d’affection, jusqu’a l’excès (le peu qu’elle le câline montre une force colossale et un Ichigo au bord du coma.) En outre elle veut ABSOLUMENT protéger Ichigo également, allant jusqu’a affronter celui qui l’avait déjà battue deux ans auparavant, quand bien même son niveau en combat aurait baissé. Sa forme initiale n’a que peu d’interêt, mais pourrait symboliser quelquechose, j’éditerais en temps voulu.

Yoruichi elle, a un rôle de mère aussi protectrice et enseignante. Elle enseignera à Ichigo le Bankai ce qui est, quand même, pas peu. Elle le protégera contre Yamii dans le tome 22 et se blessera même en tentant de le protéger: elle est donc prête à tout pour « sauver » son « fils ». Même à le kidnapper devant Byakuya lui-même. A noter encore une fois la notion de chat. 😉

Après les seins deviennent peut-être moins remarquables, les poitrines juste derrière en taille sont celles respectivement de la capitaine Unohana et de sa vice-capitaine Kotetsu Isane…

Justement les officiers représentant la 4e division qui est, je le rappelle, la division spécialisée dans les soins, la protection magique et le ménage, par exemple. Hasard ou coïncidence ?

Voilà, maintenant vous trouvez ça tiré par les cheveux ou pas, en espérant avoir ouvert une petite idée. Maintenant essayons de voir si ça marche dans d’autres mangas… j’en doute mais… 😉 . Et du coup les filles plus « plates » dans le récit ? Eh bien soit elles se font gruger en beauté (Hinamori), soit elles se font voler leurs pouvoirs et sont à deux doigts de la mort toutes les 30s (Rukia), soit elles sont totalement soumises à leur capitaine (Nemu), soit elles sont coincées et victime d’harcèlement sexuel perpetuel (Nanao), soit elles sont des garçons manquées totales ne pouvant pas protéger efficacement leur « fils »‘ (Tatsuki) ou bien encore elles vivent dans la difficulté de suivre une personne (Soifon)…

Soit ce sont des lolis (Yachiru et Hiyori)… mais ça c’est de la triche 😉 .

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr