Archives quotidiennes :

Les Fatals Picards.

Les Fatals Picards. Bien. Tâchons d’introduire le groupe avant de passer à un rapide compte rendu totalement subjectif du concert de jeudi 7 au Big Band Café d’Hérouville Saint Clair. Alors, donc présentons les membres du groupe: Jean-Marc a la batterie, Paul au chant et au synthé soviétique, Laurent à la guitare et Yves à la basse. Ce qu’il faut savoir c’est que, donc, depuis le départ d’Ivan en décembre 2007, il n’y a plus de membres d’origine du groupe et, surtout, plus de picards. Ce qui est un véritable non-sens général dont on se fous finalement complétement, car les Fatals Picards dominent assez aisément une scène rock française assez pauvre, finalement.

On connaît bien les Fatals Picards pour leur participation mythique à un très bon Eurovision 2007 (je ressortirais peut-être le gros pavé complétement crétin sur le concours que j’avais fait à l’époque un de ces quatre) ou ils finirent antipénultième, c’est à dire 3eme en partant de la fin, ce qui n’est pas si mal quand on est un groupe français c’est à dire aimé par personne géopolitiquement (pas comme les russes et les serbes fuh.) Pourtant la chanson était vraiment pas mal et sur scène ça s’est bien passé, je trouve. Mais si. Complétement.

C’est peu avant ce concours, donc, que je m’offris Pamplemousse Mécanique, leur album de 2006. Il est très bien, vous inquiétez pas. J’en reviendrais plus tard. Donc bref, le groupe doit maintenant s’habituer à jouer sans Ivan et Paul doit donc s’habituer à devenir le seul chanteur du groupe. Y arrive t-il ? Les concerts restent-ils drôles, remplis en phosphore et tout et tout ?

Eh bien, déjà ils ont bien commencés, avec Française des jeux suivi de la sécurité de l’emploi, deux de mes chansons préférées du groupe. Française des jeux est une réussite d’écriture qui concille furieusement bien gravité et légéreté, sans compter le coté très fun et joyeux de la chanson, mais qui est quand même (comme je l’ai déjà dit – houuu je me répète déjà) assez méchante au niveau des paroles. Quant à la sécurité de l’emploi, c’est une véritable réussite sous tous les points, que ce soit dans le coté « dénonce » que dans le coté « paroles » ou le coté « musicalité objective ». Enfin bref un bon concert qui commence bien. Et puis toutes les musiques se succèdent. Bien évidemment, la setlist privilégie Pamplemousse Mécanique mais on trouve quelque titres classiques comme Dors Mon Fils, Chasse, Pêche et Biture ou bien surtout l’inarrêtable Goldorak est mort (ET PUTAIN GOLDORAK EST MORT IMPOSSIBLE DE LE FAIRE REPAREEEEEER.)

Après, dois-je exercer le regret de pas voir Ivan qui d’après quelques incroyables vidéo youtube semblait être sur-actif en concert ? Bon, n’ayant pas vu ça de visu je ne peux me permettre de jugements exacts. Mais reste que Paul et Laurent arrivent plus ou moins à s’en sortir niveau animation de scène, Jean-Marc se débrouille pas mal non plus quand il apparaît, par contre dommage que Yves soit assez discret (il a pas beaucoup parlé, il devait être malade, avoir la grippe, peut-être… )

Donc voilà, niveaux bonnes phrases je retiens un tonitruant N’hésitez pas à dénoncer vos voisins, comme dirait mon grand-père ou un génial « Il voulait donner ces paroles à Dionysos mais il les a laissé en haut d’une étagère alors le chanteur a pas pu les attraper. » (Référence incroyable à la taille du chanteur du Dionysos, évidemment – mais c’est mal) De plus on a pas loupé une référence insidieuse au mariage récent de notre grand président avec un « On est pas du genre à se marier secrétement pour que personne ne sache que l’on se marie secrètement dans le plus grand secret pour que personne le sache ».

Bon bref, premier rappel, évidemment, « On va pas vous mentir: on l’avait prévu. » Et toujours pas de L’amour à la française. NOOOON. Puis second rappel, on finis avec Bernard Lavilliers, puis L’amour à la française (« Pardon la France… ») puis enfin ça fini sur leur reprise de Partenaire Particulier. Pas de nouvelles chansons ou d’inédites en tout cas, et quelques unes que je connaissais mal (Les bourgeois ou les hommes préhistoriques.) Quant à l’ambiance dans la salle, elle fut franchement géniale, tout le monde chantait (TOUT LE MONDE) et y’avait même un groupe de cinquagénaires ce qui était assez cool. Il faut dire que Caen a une réputation de « public difficile » (ce qui peut expliquer pourquoi personne n’y fait du concert ha ha)

Donc en bref, je regrette de faire 1m64, parce que ça aide pas à voir la scène, mais ce fut très bon. On sent que le passage au « seul chanteur' » est un peu dur, mais je pense que ça ne peut qu’évoluer dans le bon sens et que bientôt on y verra que du feu. Gloire aux Fatals.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr