Archives quotidiennes :

Petite nuit blanche anime… (WHO THE HELL DO YOU THINK I AM !!??)


« Oh Mon Dieu ! Le mec a passé une nuit à mater des animes ! »

Bon, ça a duré de 1h du mat’, jusqu’a 9h45 pour être précis. Maintenant je vais aller faire une petite sieste, mais avant, je vous parle un peu de tout ce que j’ai vu. J’avais besoin de remettre à jour mon horloge corporelle, disons nous. Bon, afin de rendre cet article attractif, y’a pas mal de petites captures, et de légendes stupides. Et laissez moi, ça fait 18h que j’ai pas dormi. Et chez un Poissons, c’est dangereux.


Régles douloureuses ? – Pour cette vanne, on tue en Chine.

Ca a commencé par le rematage de l’épisode 8 de Claymore. Grand épisode, la fin de la bataille qui oppose Teresa a quatre autres Claymores, c’est tout simplement extra. Bien fichu, bien réalisé, on sent vraiment la puissance ultra de la grande Teresa dans cet épisode. Dommage que la seconde partie de l’épisode lui est bien moins mémorable, et reste toujours aussi choquant… A croire que les deux épisodes 8 de la nuit sont des exemples de surprise et de choc intérieur. Ensuite, j’ai embrayé sur Bamboo Blade… épisode 10. Oui j’avais mal vu et j’ai cliqué sur 10 au lieu de 6. Bon du coup, je me suis pas spoilé grand chose parce que ça reste une série comique, donc à l’intrigue assez limitée. Bamboo Blade, série que j’ai découverte grâce au dernier doujin de Taka, et je l’en remercie car c’est très drôle, surtout grâce aux trois principaux personnages: Saya, Tama-chan et la blonde dont j’oublie toujours le nom. Ca fout la pèche, ça fait rire et ça parle de kendo.

Ensuite, bon, Death Note épisode 26 ou 27. Je ne sais plus trop lequel. Enfin celui ou meurt trois personnages d’un coup. Bon, pas grand chose à rajouter, c’est bien foutu, vraiment. Surtout que cet épisode ne tombe pas dans des travers trop too much, à part peut-être la scène du lavement de pied, très christique, et offrant à L une séquence de classe qu’il ne mérite pas. – j’ai toujours préféré Light.- Bon, ensuite, Lonely Complex episode 4. Bon, y’a un petit coté « cheap » dans Lonely Complex, du moins dans ses premiers épisodes, à cause d’un doublage fait dans une cave, comme je l’ai déjà dit précédemment. Mais, bref, ça fait rire, et les filles grandes et les garçons petits s’identifieront facilement dans les deux personnages principaux (une de mes meilleures amies étant grande et moi étant petit, nous nous identifions, oui.) La fin de cet épisode est assez bien, le reste plus anecdotique. Preuve: je ne m’en souviens déjà plus.


« WHO THE HELL DO YOU THINK I AM ? »

Bon, ensuite, voilà. Tengen Toppa Gurren Lagann, bon, on va pas en rajouter, ça bute juste grave la gueule putain de merde. Alors donc je me suis dis à ce moment-là de la nuit « bon bah je vais me mater TOUT Gurren Lagann aujourd’hui » (y’a des ambitieux) en commençant par l’épisode 3 et la première apparition de Viral, et bordel QUELLE CLASSE QUE VIRAL POSSEDE ! Avec ce thème de malade, on ne peut pas refuser autant de classe dans le visage, c’est interdit par la loi. Ensuite, rembrayage sur le très polémique épisode 4 qui, finalement, m’éclate bien (sauf que le dessinateur a réellement loupé les soeurs de Kinnoh, ce qui est lapidable.) Et ensuite passage sur….

Mai Otome 0~S.fir. Un nom à coucher dehors pour une série qui suce le téléspectacteur. Oui bon je suis un peu méchant, mais j’avais bien aimé Mai Hime et Mai Otome (les OAV aussi, oui) et je suis assez deçu de cet OAV qui finalement, ne fait que du racolage. Le scénario est violemment léger, les personnages pas méga intéressants (bon dieu c’est quoi ce personnage de Sfir qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Arika quand bien même sa mère, Lena, est l’otome qui la protège pendant tout l’OAV ?) et le fanservice omniprésent. Mais vraiment omniprésent. A vous dégouter à jamais du fanservice. Les musiques sont pas super inspirées (sauf le nouveau thème de Materialise, quand même) mais le niveau technique reste bon. A voir si ça suffit, c’est vous qui voyez.


J’adore le regard que lance l’otome de gauche pendant que Sfir -a droite- dit un truc aussi ambigu (oui parce qu’en fait, elles sont cachées derrière un canapé et sur ce canapé, une otome tente de rouler une pelle à une autre, c’est fin, oui).

Ensuite, bon, un peu de repos sur ce monde de brutes: Viper GTS (OAV 1 et un peu du 2). Non pas la série qui passait sur France 2 et NT1, mais le truc anime avec ce nom-là. Tsss, ne faites pas les innocents: vous savez ce que c’est, et vous savez que c’est un des meilleurs animes dans sa catégorie. Gloire à Carrera-samaaaaaa. En plus, entendre le doubleur d’Urahara dans un hentai, c’est rigolo.


« C’EST UN HENTAI !!??« 

Mais après, reprise du contrôle, il est 6h du matin (déjà déjà), parcouration du net pendant un petit quart d’heure (pour dire du mal de Mai Otome), et reprise de Gurren Lagann. Je zappe le 5 (c’est chiant ces histoires de village religieux, et j’aime moyen Rossiu) puis direct 6-7-8. Bon, voilà quoi. Le 6 est un véritable délire rempli de flashback (je me disais que c’était l’épisode « retour sur le passé » mais non en fait, c’est parce que la version de base se barrait tellement en couille qu’ils ont du remplacer certains passages à la dernière minute par ces flashbacks méga longs), de bunny-girls et d’heures de gloire de Yoko. Le 7 est extra avec ce « ALLEZ VOUS HABILLEZ » que lance magnifiquement Viral. Et l’épisode 8. Bon, si je vous dis que j’ai pleuré dans les 5 minutes finales, d’abord d’une sorte de grosse émotion en voyant la fusion se faire sur fond sonore et provorbes kaminiens, puis avec l’évenements que tous connaissent juste derrière… Aaaaah… bordel… y’a rien à dire. Et le pire c’est que cet épisode dure 20mn mais il s’y passe tellement de trucs qu’on a l’impression qu’il dure une heure, et c’est un putain de plaisir. Oui, vraiment.


L’Effet Double Gurren Lagann

Hop, ensuite, totalement différent (déjà 7h00 et mon père me demande ce que je fous encore levé -instant « je vous rappelle mon infime jeunesse ») je me décide de reprendre Full Metal Panic! ou j’en étais, et hop, épisode 8, 9 et 10 dans la foulée. Eh bien je regrette d’avoir été moqueur sur la VF car mes amis, mis à part des limites évidentes (sont neufs doubleurs, du coup, dès qu’on a un perso secondaire, doivent faire ce qu’ils peuvent et essayer de pas trop avoir la même fois), la traduction est de toute beauté. J’ai surkiffé un moment un truc genre « eh dis quelque chose… » « – quelque chose », ou bien le jeu hentai qui traite Sosuke d’autiste… bref le doublage en outre a commencé à prendre des vraies marques, genre Chidori devient a peu près mesurée, Tessa est bien moins agaçante et surtout Sosuke est vraiment extraordinaire. Je crois que je préfère la VF à la VO pour lui, désolé. Y’a peut-être le personnage de « Senna » (je crois) qui aurait mérité un doublage moins robotique, mais étonnament ça a l’air d’aller avec son personnage. Donc, bref, y’a pas de quoi crier à la merde absolue, et a part l’opening vraiment insoutenable (que je zappe donc à chaque fois), la VF de FMP n’a rien à rougir. Bon.


« Il va se faire menacer de mort pour avoir dit ça… »

Lovely Complex episode 5, retournement de situation à la mort de rire et création d’un énieme triangle amoureux. Bien qu’on sait parfaitement qu’a la fin les deux finiront ensemble (si, ça paraît EVIDENT QUOI), ca marche pas mal. Déjà plus réussi que son épisode précédent. Bon, après, on a Full Metal Panic! episode 11, je continue à en penser du bien (bien que y’a des scènes pas assez dynamiques, je trouve, mais là, la faute est à Gonzo.), un peu de Gurren Lagann encore une fois (épisode 9, avec la très très très belle apparition de Nia, j’aurais encore eu des yeux j’en aurais pleuré), une petite pose Nutella, et enfin, matage de Bamboo Blade episode 6, j’avais commencé avec la gaffe… Bon bref, que dire de cet épisode ? Je pleure encore de rire du « Bureiba » répété une trentaine de fois. Je sais, ça ne fait rire que moi. Et surtout, j’adore les personnages de l’équipe rivale, surtout la sadique et celle qui ne devient puissante « que lorsqu’elle acculée. » Et Saya bordel, quelle force. (« DESOLE SENPAI ! Je voulais dormir, mais j’ai eu une idée de scénario alors j’ai été forcé d’écrire !!! »)

Enfin, entre le paragraphe précédent et celui-ci, je conclut magistralement par le premier épisode de Hayate no Gotoku, encore un anime découvert grâce à Taka -pour ma part- et je regrette pas. Ca m’a un peu rappellé l’excellent Ouran High School Host Club, ne serait-ce parce que ça brise le quatrième mur pas mal de fois, et aussi parce que ça se moque assez bien des animes en général (j’adore surtout le fameux écran de pub après l’opening ou on voit le héros déverser des pétales sur les sponsors), et y’a de la référence. Bref, ça a l’air franchement pas mal. Oui. Pas mal du tout.

Des citations à retenir de cette nuit ? Non, mais je retiendrais des cris: « Miya-miyaaaaaaaa », « GIGA… DRIIIILL…. BREAAAAAAA…KEEEEEER… » et surtout, enfin, je me suis rendu compte un peu tardivement que Kamina balançait tout le temps le fameux « WHO THE HELL DO YOU THINK I AM !!?? » -évidemment il le dit en jap, mais j’aime bien traduire-

Ah si, et je vais quand même garder à jamais une phrase de Lovely Complex: « Nous voici entré dans l’ere des petits hommes, de l’homme compact ! » et aussi le « Sosuke, tu es méchant, tu es un autiste ! » du jeu hentai auquel joue ce dernier.

Ah, et à priori je serais à la prochaine Diurne organisée par Epita. Mais bon, ça, à priori on s’en fous. Sauf si y’a du Guitar Hero. Alors, je serais votre cauchemar.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr