Archives quotidiennes :

Guitar Hero III: retour en arrière.

Samedi, c’est la première année de Néant Vert. Be prepared.
Bon et l’affaire du petit Rudy me saoûle. Ok on a compris qu’il s’était fait frapper comme une merde, qu’il était juif, qu’il était trop sympa bien que sous surveillance judiciaire. Bon faudrait arrêter de se foutre de la gueule du monde et de crier à l’antisémitisme un peu facilement. Ca va encore nourrir gentiment les thèses des gens qui crient au lobby juif… (surtout qu’on a bien plus intéressant à parler. C’est moi ou en ce moment le gouvernement fait un concours pour savoir qui aura la loi la plus merdique/répressive/injuste/inefficace ?)

Hop. Je reviens donc sur Guitar Hero III après avoir plus ou moins bâclé le premier bilan il y’a six mois. Dans cet avis fortement subjectif vous découvrirez pourquoi GH3 est le plus mauvais des GH, pourquoi aimer GHIII c’est ne pas aimer la série des Guitar Hero et pourquoi on peut résumer ce volet à « énorme gâchis. » En gros voici un avis méchant. Peut-être pour la première fois sur Néant Vert. UNBELIEVABLE !
Evidemment ici on ne parle que de la version PS2.
Booouh

Ou le second avis, avec celui de GTA IV, qui démontre qu’on peut tuer une série par volonté de réalisme.

Graphisme
Là ou les précédents GH faisaient preuve d’un graphisme assez cartoon, avec des élements en cell-shading dans le fond du décor, des personnages modelisés de manière caricaturales et des couleurs assez flashy, GH3 commet déjà sa première erreur en essayant de modeliser de manière strictement réaliste des personnages qui ne sont rien d’autre que des caricatures. On en arrive à une modélisation maladroite, peu adaptée, des couleurs très souvent froides, sombres, des guitares modelisées n’importe comment. Et ça rend le tout moins acceuillant. Mais ce n’est qu’un infime détail car rappellons nous que tout ce qui intéresse dans les Guitar Hero c’est les boutons de couleur. Et là, GH3 l’emporte sur GH2 en illustrant mieux les boutons hammer-on pull-off, qu’on remarque plus facilement. Le rajout du compteur de notes en série est aussi utile, bien qu’on a parfois peu le temps d’y jeter un oeil. Reste un compteur de score qui se fait moins lisible, ce qui est un peu plus problématique, mais n’est pas non plus à se jeter d’un toit de dépit.

Les écran-titres de GH3 sont dans le même esprit des précédents volets, relativement décalés, et plus ou moins de qualité. J’avoue préférer légerement ceux de Guitar Hero III, pour le coup. Même si là encore on est dans l’ordre du détail proprement insignifiant.

Personnages et customisation
GH3 propose évidemment plus de personnages (dont Metalhead) mais supprime quand même Clive Waston et Pandora, ce qui n’est pas totalement pardonnable. Les personnages se rapprochent peu à peu de leur modèle: on retrouve vraiment en Axel Steel le célèbre Jack Black, Xavier Stone EST Hendrix ou bien encore Izzy Sparks EST David Bowie. On retrouve beaucoup plus de customisation, là ou les personnages avaient deux costumes différents dans GH2, on a ici beaucoup plus de choix. C’est évidemment un des points forts de GH3. Le choix restant large et des tenues glam-rock pour Izzy Sparks c’est juste chouette.

Playlist…
Le problème de GH3 n’est pas en soit sa playlist, absolument démente sur le papier. Entre Paint It Black, One, The Number of the Beast, Radio Song, Through the fire and flames, Welcome to the Jungle, Bulls on Parade, Paranoid, The Metal, When you Were Young, 3’s & 7’s, Ruby, Hier Kommt Alex, il y’a véritablement une qualité certaine dans cette playlist. Même si certains gens se plaindront de la présence de groupes comme AFI ou Naast, mais on se fous de leur avis, non ? En somme, elle est assez réussie, mis à part peut-être la première liste, pas franchement passionnante… tout comme dans GH2 (bien que Surrender > Story of my life). La playlist de GH3 est donc aussi bonne que les autres, et n’a pas à rougir. Mais …

Yuri Taka \\o/
Intelude offerte par le lobby Taka.

… et partitions.
Jusque là rien de choquant. Et bien les partitions sont LA chose à jeter de ce Guitar Hero. Le petit truc qui rend le jeu à jeter. Et comme dans un Guitar Hero, les partitions sont garants à 90% de la qualité du jeu, on peut en tirer le bilan suivant: 90% du jeu est à jeter. Les partitions en Facile et en Normal restent comme dans les autres Guitar Hero, c’est à dire jouables et jouissives pour peu qu’on maîtrise pas le niveau suivant. Mais la mode Difficile est proprement baclée. Moins amusante que dans les précédents volets, elle est foutue un peu à l’arrache, par des gens peut-être peu concernés par ce niveau, avec des notes foutues parfois un peu au pif. Ce qui est dommage vu que le mode Difficile est celui qui privilégie nettement le fun à la technique, et de mon point de vue, cette mode Difficile n’est pas totalement fun, et certains passages comme le solo de One ou l’intégralité de Before I Forget sont purement et simplement foutus n’importe comment. Mais le plus gros gâchis reste quand même le mode Expert, point d’orgue de ce jeu, qui différencie les hommes des poissons rouges.

La Mode Expert est juste foutue n’importe comment. Trop de triples notes (là ou elles étaient dans GH2 qu’occasionnelles), trop de série de notes rapides (quasiment toutes les chansons possède sa série de notes ultra-rapides qui nécessite un bourrinage sur le médiator, ce qui pulvérise le rythme), des solos foutus n’importe comment (cf. Cult of Personnality et One), des séries de notes rapides non-hammer on/pull of qui sont proprement injouables car trop rapides… Des parfaites illustrations de ces maux seraient Knights of Cydonia et Raining Blood. On a des séries ultra-rapides niquant facilement le rythme, des solos sans hammer-one/pull off qui sont injouables et qui aurait mérité de devenir des ho/po, des triples notes dont on se demande l’utilité…
Certes, les partitions deviennent plus « réalistes », plus conformes à ce qu’on devrait faire avec une vraie guitare mais ça ça reste quand même lol de un, et de deux si on veut faire des partitions conformes on achète une vraie guitare: on a pas besoin d’être près de la réalité. Et il semblerait vraiment que les types de Neversoft se soient dit « bon on va leur faire du challenge », ça aussi ok, c’est gentil, mais le challenge ne doit pas empiéter sur le fun. Des titres comme Misirlou ou Freebird étaient dans GH2 de véritables challenges, mais ils avaient été conçus de manière à être à la fois des challenge mais aussi non dépourvus de fun: ils étaient jouables et ne nécessitaient pas forcement 400h d’entraînement pour que le joueur arrive enfin à passer ce putain de couplet de merde. J’ai réussi péniblement à finir le jeu en Expert mais ce fut un véritable supplice. Et je ne parle pas non plus des Star Power qui deviennent relou à choper parce que là ou ça se limitait à cinq notes pour qu’on réussise à en choper, maintenant c’est des vraies séries genre 15 ou 20 notes pour arriver à remplir sa barre de moitié. C’est juste inutile. Et casse-couilles au même passage.

Et je ne parle pas de Through the fire and flames: c’est juste du foutage de gueule. On prend son pied dessus ? J’en doute. Mais ça peut être jouable hein.

Guitar Hero III est en plus très mal foutu niveau augmentation de la difficulté: on passe de pistes relativement simples -mais casse-couilles- à des pistes très dures -mais toujours aussi casse-couilles-, le passage de la liste du concert dans le désert à la liste du megadome de Tokyo fait très mal.
On peut constater d’ailleurs la différence entre Neversoft et Harmonix avec 3’s & 7’s. Peut-être justement le gâchis le plus évident: les triples notes de la mode Expert n’apporte pas grand chose, si ce n’est faire plus « réaliste », pour ne pas dire, faire plus « casse-couilles »‘. Je sais, je parle beaucoup de castration dans ce billet, mais il faut dire que mon âme de guitariste playskool en a beaucoup pris. Oui, donc pour conclure, les partitions de GH3 sont relativement merdiques. Il reste quand même des pistes bien concues: My Name is Jonas qui reste mine de rien un des titres les plus funs de tous les GH (même si on a encore une série de triples-notes rapides bien reloues vers la fin…), Hier Kommt Alex ou bien encore Paint It Black, mais ça reste peu.

Guitar Hero est-il mort ?

Entre un Guitar Hero DS injouable, un Guitar Hero Aerosmith pauvre (encore moins de titre que GH 80 pour le même prix. Ok. Youpi.), un Guitar Hero Metallica en préparation (et qui sera aussi riche que Aerosmith) et un Guitar Hero IV qui se la jouera « on a une plus grosse queue que Rock Band » avec la déjà mythique batterie à cinq plateaux (bah oui, faudrait pas que les gens puissent réutiliser celle de Rock Band) qui gérera la force du coup (ok autant acheter une vraie batterie là) et toujours par Neversoft -donc espérons qu’ils auront bossés sur les partitions même si GH commence à devenir un poil… marketeux. Et c’est DOMMAGE. Oui.

Du coup, là, je vais me payer Rock Band… même si j’ai pas l’argent.

Bonne soirée.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr