Archives quotidiennes :

Le billet de la Littérature sur Néant Vert. (ou comment Amo aide les Terminales L)

C’est la faute à Alake. Bon, bien, qu’est-ce que se faire tagguer ? Juste devoir répondre à un questionnaire. Bon celui-là sera pas super intéressant puisque consacré aux livres qu’on bouquine. Comme vous pouvez le voir, si Néant Vert à des catégories useless comme Musique ou Cinéma, qui servent déjà peu, et il y’a carrément pas de catégorie  »Littérature » (et non, je ne considérerais pas les mangas comme de la littérature.) C’est pour ça que voilà le billet dédié à la Littérature. Car oui, je lis très très très peu. Il y’avait une époque lointaine ou je passais mon temps qu’a ça, je me souviens même un d’un été quasiment épique à lire tout ce qui passais sous la main (y compris du San Antonio) et surtout du Werber parce que à l’époque je surkiffais Werber (comment critiquer Werber de façon Werber ? Il suffit de dire: « j’aimais Werber jusqu’a ce que… » et continuer cette phrase un an plus tard dans un nouveau billet, qui sortira au même prix.)

Mais maintenant j’ai plus de mal à lire. Si bien que ce questionnaire est un peu tronqué. Et saviez vous que j’ai légèrement modifié la page d’accueil de Thalie ?

Bon voilà le questionnaire en question. Hop.

1. Indiquer le nom de la personne qui vous a taguée avec un lien vers son blog sur LJ.

Alake – http://alakenos.spaces.live.com/ – Je la vois peu en régle générale mais elle aime bien mon blogue et elle aime bien Muse aussi. Enfin. Voilà. (et elle m’a vu essayer d’imiter moi jouant à Guitar Hero sur Knight of Cydonia)

2. Prendre le livre qu’on lit en ce moment (ou celui qu’on préfère) à la page 123.

Youpi, joie. Hop. C’est fait.

3. Recopier le texte de la 5ème phrase et des trois suivantes.

-Pourquoi le c/c dans ce genre existe pas ? –
 » Mon capitaine Frémizon, celui qui l’instant auparavant se désignait encore pour purifier le bord de ma putride présence, depuis qu’il avait éprouvé ma façon d’écouter plus attentivement que personne, se mit à me découvrir mille gentilles qualités. Le flux de ses artères se trouvait comme assoupli par l’effet de mes originaux éloges, sa vision s’éclaircissait, ses yeux striés et sanglants d’alcoolique tenace finirent même par scintiller à travers son abrutissement et les quelques doutes en profondeur qu’il avait pu concevoir sur sa propre valeur et qui l’effleuraient encore dans les moments de grande dépression, s’estompèrent pour un temps, adorablement, par l’effet merveilleux de mes intelligents et pertinents commentaires.

Décidement, j’étais un créateur d’euphorie ! On s’en tapait à tour de bras les cuisses ! Il n’y avait que moi pour savoir rendre la vie agréable malgré toute cette moiteur d’agonie !

4. Indiquer l’année de parution, l’édition, le titre et l’auteur du livre
Livre paru en 1932, là j’ai l’édition Folio. Voyage au bout de la nuit. Céline.

5. Choisir 4 autres malheureux blogueurs pour leur demander ce qu’ils lisent et ainsi de suite…

Non :(. Je refuse. (je ne connais pas assez de blogs)

Voilà voilà. Maintenant parlons de la Littérature, la matière. Je vais m’adresser aux futurs TL. Ceux de la saison 2008-2009 de l’Education Nationale. Qu’est-ce que la Littérature si ce n’est un cours de Français amélioré ? Amélioré parce que c’est globalement moins chiant, et pour peu qu’on ait du bol, on apprécie suffisamment la moitié des quatre oeuvres. Cette année on avait eu Jacques le fataliste (je surkiffe assez), les Contes de Perraut (j’ai moins aimé et lu que la moitié des contes – pitié mais les contes en ver), Roméo & Juliette et le Guépard. Bon, bien. J’ai dans ma main la liste des bouquins de cette année, et je me dis: « ouf Amo, heureusement que tu entres à la FAC sinon ta seconde Terminale t’aurait achevée. » Pourquoi ? Bon. Voilà les quatres oeuvres:

  • Roméo et Juliette – William Shakespeare. C’est du Shakespeare, donc à la base, on a juste envie de dire « EPIC WIN » (en viel anglais), et on a raison. Même si Roméo et Juliette est pas la meilleure oeuvre du maître (Hamlet en est une superior version), elle est suffisament efficace pour être mérité d’être étudié. Là il y’a foule de choses à voir et à analyser car comme à son habitude Tremblescène offre une oeuvre très profonde et très riche. L’histoire est encore aujourd’hui un exemple de scénario réussi, et pour peu que vous ne l’ayez jamais lu, vous allez oublier tous les préjugés que vous puissiez avoir (ha ha enfin une oeuvre ou les deux amoureux niais couchent ensemble – et Juliette n’a que 14 ans !) et vous laissez avoir par cette oeuvre lolicon.
  • Le Guépard – Giuseppe di Lampedusa. Première chose quand on m’a dit de le lire: « Wtfisthat !!? » C’est vrai que je ne connaissais même pas cette oeuvre, parue peu après la seconde guerre mondiale et de manière posthume. Et bah juste une chose à dire: c’est simplement énorme. Tout dans cette oeuvre est d’une richesse absolue: beaucoup de descriptions, des personnages vraiment charismatiques (Tancredi, Angelica et Fabrizio sont des personnages qui pourraient m’ordonner de faire n’importe quoi, je le ferais), des références nombreuses à la mythologie, non dépourvu d’humour et offrant une partie sept réellement émouvante. A ne pas bâcler. Surtout que si votre prof est bon, non seulement vous risquez de voir le film de Fellini (tout aussi bon, porté par des acteurs gigantesques), mais en plus vous allez vraiment apprendre des trucs passionnants sur la Révolution italienne. Enjoy.
  • Les Pensées de Pascal. Ok. Fuyez. Quand on lit cet energumène, on a juste envie d’une chose:


Je l’aime pas. Philosophiquement, ce type me saoule. Style lourd, parfois chaud à comprendre (genre y’a que lui qui comprenait), c’est un de ces trucs qui auraient du sortir dans le programme de philo, pas de litt.. OH WAIT, c’était dans MON programme de philo. J’en ai chié. Sévère. Même Platon était plus agréable à lire, c’est dire. Bon, dites vous que ça ne sera qu’un mauvais moment à passer. Enfin ça aurait fait rire mon prof de philo (« Bon d’après le programme je dois vous dire de lire Pascal, mais j’actionne mon libre-arbitre et vous recommander d’éviter ce penseur religieux, çmême pas un philosophe. »)

  • Les Liaisons Dangereuses de Choderos de Laclos +  »Les Liaisons Dangereuses » de Stephen Frears.

« – Vous avez autant de virilité qu’une jouvencelle comme Madame de Tourvel. »
« – Ce qui veut dire ? »
« – Pédéraste. »
« – AAAAAAAAAAH !!!! »

Bon, bah sinon je n’ai jamais lu cette oeuvre, et jamais vu ce film. Si, j’ai bien étudié un extrait en cours de français, mais sbworf. Ca peut intéressant néanmoins d’étudier le langage epistolaire et surtout étudier UN FILM. C’est limite une incitation à glander ça. (« bon bah dans ce film on retrouve Keanu Reeves, ce qui témoigne d’une volonté de s’immiscer de la matrice »)

Bon sinon, parlons un peu de Bernard Werber. J’ai commencé avec les fourmis, et c’est à ce moment-là que…

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr