Archives quotidiennes :

La Guerre d’Ossétie pour les Nuls.

Mais avant de commencer, une petite page de PUBLICITE.
En effet, il m’arrive parfois d’écrire en dehors d’ici. Hop. Petit dossier de votre serviteur sur toute la série Guitar Hero, pour Push Star Button.
^-^

Il est bien ardu d’essayer de comprendre la guerre d’Ossétie. Il faut dire qu’on fait tout pour faire passer les russes pour les grands méchants ou les géorgiens pour les petits neuneus naïfs, c’est un petit peu plus compliqué que ça, il faut bien l’avouer. Cet article aura donc pour but d’expliquer assez aisément comment s’est déroulé tout ce bordel et quelles sont les conséquences. Parce qu’attention c’est SANGLANT. (et c’est un truc qui a provoqué une crise suffisamment importante pour être signalée.)

Bon, déjà faut comprendre ce que représente l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie sur l’échiquier mondial. Comme vous le savez, l’URSS était une fédération qui comportait en son sein uniquement des pays qui sont aujourd’hui indépendants: les pays baltes, le Belarus, l’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, l’Arménie, et les 5 pays d’Asie Centrale en « -stan » et que tout le monde confond (vas-y, essaie de pas confondre le Tadjikistan, le Kirghizstan et l’Ouzbékistan sur une carte), et donc, comme cela l’indique, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie étaient incorporés dans l’URSS et plus spécialement dans la fédération de Géorgie. En outre, c’est à ce moment-là que nombre de russes s’y sont installé. Au point de devenir majoritaires dans ces deux régions de Géorgie, ce qui provoqua un léger problème lors de l’indépendance de la Géorgie en 1991. L’Ossétie du Sud marqua dès ce moment-là sa volonté de rejoindre la Russie et, principalement, la région d’Ossétie du Nord qui elle se trouve belle et bien dans les frontières russes. Mais refus des géorgiens et, aussi, de la Russie en elle-même. Le « pays » réclame son indépendance en 1994 et malgré deux référundums positifs, ne fut pas des masses reconnus par le monde, même la Russie refusa de reconnaître cette nation. Il en est à peu près de même pour l’Abkhazie. Et rajoutez à tout cela la question du peuple ossète et du peuple abkhaze (qui ne se considèrent ni comme russe ni comme géorgien) et paf, ouille.

En outre, en Géorgie, la région d’Ossétie du Sud n’a pas de limites bien définies et traverse 2/3 régions administratives, un peu à l’image de Kurdistan qui traverse 4 pays ou du pays basque qui traverse 2 pays différents. Pour conclure, les ossètes ont leur propre langue – bien qu’administrativement le russe et le géorgien dominent. Et enfin, pour finir sur « pourquoi c’est un beau bordel », l’Ossétie du Sud était, à l’époque de l’URSS, une région autonome. Statut que la région a perdu lors de l’indépendance de la Géorgie. La région se révolta et une guerre éclata, durant deux ans \\o/.

Bon de nos jours. La Géorgie est devenu un de ses pays de l’ex-URSS devenu assez proche de l’OTAN et de l’Union Européenne, s’éloignant de la Russie. Pour l’histoire, un référundum eu lieu en 2006: 90% des habitants se prononcèrent en faveur de l’indépendance. Evidemment, les Etats Unis et l’UE refusèrent de reconnaître l’indépendance pour ne pas se froisser avec ce pays. La Géorgie est, il ne faut pas l’oublier, sur le chemin d’importants pipe-line et possède du pétrole: c’est donc un allié de choix. Au début de l’année 2008, Saakachvili est réelu, et en mai, il remporte une large victoire aux législatives. C’est un homme assez nationaliste, peu effrayé par la Russie et qui fut un des responsables de la Révolution des Roses qui « libéra » le pays d’un dirigeant corrompu. Et pour Saakachvili, récupérer l’Ossétie du Sud était une promesse électorale. Et c’est ce qu’il fit le soir du 7 août.

% C’est donc la Géorgie qui attaque l’Ossétie, ils arrivent bien vite à la capitale de la région -Tsikhinvali – sauf qu’ils firent quelques erreurs, comme par exemple ne pas arriver assez vite a l’unique tunnel qui traversait les monts du Caucase et qui séparait l’Ossétie en deux – et donc la Géorgie de la Russie. Et surtout, d’avoir tué un nombre assez important de civils russes (12). Ce qui servit pour prétexte à Dimitri Medvedev (et donc Vladimir Poutine, les deux personnages restant assez liés) d’attaquer la Géorgie pour « libérer » l’Ossétie. Cela fut décidé le matin du 8 aout, pendant que le monde et les principaux dirigeants se préparaient à assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques. Et bon, la Géorgie contre la Russie fut assez risible: 70 000 hommes russes contre environ 30 000 géorgiens, et un niveau technologique supérieur pour les russes. Hop. Fin du jeu. Le conflit dure ainsi jusqu’au 15 aout, date du cessez-le-feu.

Evidemment, les puissances occidentales ne se taisent pas, comme on le sait, si la priorité de l’Union Européenne (représentée par le président français, qui occupe la présidence de l’UE jusqu’a fin décembre) fut de trouver la paix et l’apaisement, les Etats-Unis n’hésitent pas à défendre verbalement le pays géorgien, qui était destiné à entrer dans l’OTAN. Pour Dick Cheney, vice-président américain, « Les États-Unis sont solidaires de la Géorgie et que l’agression russe, non seulement contre des soldats mais aussi contre des civils, ne resterait pas sans réponse » – ce qui laisse peu à peu entrevoir une glaciation des liens entre Russie et Etats-Unis et fait revenir peu à peu le spectre de la guerre froide.

Le cessez-le-feu est signé le 15 Aout entre la Géorgie et la Russie. Le lendemain, sabotage d’un important pont, l’Azerbaïdjan coupe tous ses liens commerciaux avec la Géorgie. Principalement l’exportation de pétrole, ce qui affaiblit d’autant plus le petit pays. A partir du 17 août commence le running gag de la guerre: la Russie affirme se retirer de Géorgie tandis que les Etats-Unis et les occidentaux affirment qu’elle ne fait aucun effort. Et cela dure encore jusqu’au 27 août – c’est à dire aujourd’hui. Et on entre dans la gestion de l’après-conflit, relativement moins drôle.

Ainsi, si comme à son habitude, Nicolas Sarkozy se plaît à se contredire (disant le lundi que la Russie a fait quelque chose qu’on ne pouvait admettre et que le mardi la Russie avait le droit de défendre les interets des minorités russophones), il est surtout à la source d’un des plans de paix qui a été accepté. Problème: dans ce plan de paix, la Russie pouvait occuper militairement le port de Poti. Problème deux: les Etats-Unis veulent débarquer sur ce port pour filer de « l’aide humanitaire » (comprenez des armes et des bananes) à la Géorgie. Problème trois: la Russie refuse. Problème quatre: les Etats-Unis veulent passer en force. Et ça fait deux jours que ça dure.
Ensuite la Russie a enfin reconnu l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie. Si cela n’en fait pas des pays encore reconnus et indépendants, cela prouve la volonté de Moscou de soustraire ses pays de là où ils viennent.
Enfin, nombre de réactions diverses et variées, mais je vais vous proposer la page wikipédia qui parle de ça mieux que moi

Ce conflit a montré nombre de choses en outre de l’incompétence -désormais notoire- de la France sur le plan diplomatique: déjà que la Guerre Froide pourrait effectivement reprendre et que rarement, même à l’époque de la dite Guerre Froide, les russes et les américains étaient aussi près de se frapper la gueule en rigolant grassement. Ensuite, que nos médias sont définitivement à jeter: en outre d’être véritablement pro-géorgiens de bout en bout (« les pauvres petits géorgiens innocents qui n’ont rien faits VS les méchants russes qui veulent nous sodomiser la gueule »), et le trois/quart des infos ne sont pas passées sur les petits écrans. Certes, les JO y ont beaucoup joués, mais cela démontre une fois encore l’incapacité des principales sources d’informations à nous informer. La question des journaux papier ne se pose que peu mais les journaux télévisés ont -encore une fois- à rendre des comptes sur leur prétendue qualité. Enfin, comme j’ai dit, cette guerre est véritablement complexe et, AMHA, n’oppose ni gentils ni méchants: la Géorgie reste TOUT DE MEME coupable d’avoir attaqué militairement l’Ossétie du Sud. La réaction russe est-elle peut-être abusée mais pourrait être plus où moins considéré comme légitime. Là, tout dépend du point de vue, mais il n’y a pas de bons contre de méchants, contrairement à ce qu’on veut nous faire avaler (Hello etats-unis. Hello UE.) Enfin, n’oublions pas que maintenant plus que jamais, l’OTAN souhaite toujours incorporer la Géorgie. Inutile de dire que si la Russie attaquait à nouveau la Géorgie avec celle-ci dans l’OTAN, la France et 3/4 de l’Europe serait en guerre contre la Russie. Flippant.

Maintenant il sera impératif de voir comment les relations entre la Russie et l’OTAN vont se faire. Surtout que, comme on peut le voir, des pays comme le Belarus, l’Iran ou la Chine se sont rapprochées avec ce conflit des russes, tandis que l’OTAN se montre toujours unie mais dont les capacités militaires pourraient ne plus soutenir la comparaison (Etats-Unis embourbés en Afghanistan et en Iraq, armées de pays comme la France ou la Belgique véritablement inefficaces et mal gerées, on peut dire merci à des pays comme la Pologne ou la Grèce qui savent évoluer militairement.) Mais pour ça il faudra attendre surtout qui prendra le pouvoir aux Etats-Unis: McCain ou Obama ? Comme quoi, tout est lié.

N’empêche, ça ferait un putain de scénar pour un RTS.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr