Archives quotidiennes :

Un an de F1. Vroum vroum.

Le remplacement de Rin est là ! Je l’ai nommée Asa, du coup. Bonjour Asa \\o/.
Asa, qui va m'épouser quand je serais grand et que j'aurais trouvé le moyen de devenir un personnage de bande dessinée
Et j’appelle mon pc du nom d’une héroïne de jeu hentai si je veux d’abord. èWé. (et le dd s’est vu renommé sous le nom de Shion d’ailleurs.)

Bon, allons à l’essentiel: on a eu une saison 2008 de Formule 1 de folie. Vraiment. Je trouvais que 2007 avait été de très bonne facture, en fait non: 2007 est chiant comparé à 2008. Mais vraiment très chiant. Dix-huit grands prix, et mis à part quatre (que je citerais plus tard), aucun n’a été vraiment chiant. Sept vainqueurs différents, cinq écuries qui ont gagnées, neuf sont montées sur le podiums, celle qui a le moins de points en a rien que 14 (Force India & Super Aguri à part), 15 pilotes ont été en tête au moins un tour, les sept premiers sont en trente points, les trois premières écuries sont en trente points et ont largement dépassés les cent. Et caetera. Ca a été une saison de folie. L’année dernière j’avais juste fait un top écuries, là je vais faire une ligne sur chaque pilote, chaque écurie, chaque GP. Une ligne, ou plus si ça m’inspire. Et certains pilotes vont beaucoup m’inspirer, ouais. Allez, on commence par les écuries et les pilotes. Mais pas par top, ça serait trop le bordel. Mais classé selon leur score dans le classement constructeurs.

Scuderia Ferrari
Bon, Ferrari encore champion, ça va commencer par devenir une rengaine: depuis 1999, seul 2005 et 2006 ont echappé au cheval cabré. Et pourtant c’était loin d’être la meilleure saison de l’écurie, entre une fiabilité douteuse (Massa en Hongrie approuve, qui a vu la victoire lui échapper à trois tours du but à cause du moteur ; Raikkonen en Australie et à Valence entre autres), et des problèmes réguliers dans les stands (à Valence puis surtout à Singapour…), on a eu peur pour eux. Ils réduisent les dégats en ayant deux pilotes qui se classèrent très souvent dans les points… Un titre donc plus où moins surprenant, il est vrai, mais finalement assez normal, vu que les autres n’ont pas forcément été mieux…

  • Felipe Massa: J’y ai cru. Il a été champion du monde le temps d’un virage et d’un dépassement d’une Toyota, et si sans doute beaucoup de gens l’oublieront sans doute dans le futur, toute cette dernière course rend Felipe Massa finalement classe, et on a presque envie de lui pardonner ces erreurs surprenantes comme sa course en Australie ou il percuta deux voitures à deux moments différents, en Malaisie ou il sort comme un n00b en essayant de suivre Raikkonen, sa course du Japon ou il cumule grosses bourdes (percuter Hamilton, Bourdais..) et moments épiques. Finalement, toute sa saison aura été un peu comme cette course de Fuji. C’est un pilote que j’aimais bien chez Sauber, et qui a au moins la décence de ne pas être parfait, d’être humain. Il a gagné chez beaucoup un capital sympathie, peut-être de la confiance. De là à dire que l’occasion se représentera en 2009… je ne sais pas.
  • Kimi Raikkonen: On est habitué maintenant à ce que Kimi foire les années paires. C’est donc assez normal. Obtenant la 3e place du championnat à une victoire de plus que Kubica, il n’aura pas été très brillant, voire même étrangement brouillon (Singapour), sur certaines courses. Comme Massa, on lui pardonne pour sa course à Spa. \\o/

McLaren Mercedes
Aurait du être champion. Mais s’est tiré une balle dans le pied en chargeant à chaque fois comme une mule Kovalainen. Je n’aurais pas l’audace de dire qu’ils privilégient à en crever Hamilton, mais on pourrait le penser, ce qui est dommageable. Mais maintenant Dennis s’en va, McLaren ne changera pas, mais ça fera bizarre quand même.

  • Lewis Hamilton: Je n’aime pas Hamilton. Je n’ai jamais vraiment aimé les gens qui se ramènent et font jamais d’erreurs, ces métronomes humains, ces robots, ces intelligences artificielles types Gran Turismo. Dressé pour gagner. Pas forcément intelligent hors-piste. Eh bah, au moins en 2008, on l’aura vu commettre des bourdes, c’est une avancée, et du coup il empoche le titre en dépassant une Toyota dans le dernier virage. Néanmoins je reste assez peu séduit par l’ensemble, qui a su faire des fautes assez dramatiques (percuter Alonso à Bahrein, Raikkonen à Montreal dans la ligne droite des stands, court-circuiter une chicane et dire que « bah non c’est normal », faire nawak dans le premier virage de Fuji)… Non, je reste dubitatif. Mais bon, il est champion du monde, donc bientôt définitivement intouchable.

  • Heikki Kovalainen: Déception ? Sans doute. Le pauvre Heikki n’est cependant pas franchement gaté: embarquant 4 à 5 tours de plus que le reste des écuries de pointe, le voilà obligé de partir trop souvent en 5e ou 6e place, et d’y rester. Et quand il peut prétendre simplement au podium, ça merde, sa suspension lache et il finit dans le mur, son moteur explose, il appuie sur le mauvais bouton en ligne droite, les stands de McLaren se mettent à faire n’importe quoi… Pas gaté le Kova. Du coup sa 7e place est presque normale en conséquence. Bon, une victoire cette saison, ça lui remontera le moral mais espérons une saison 2009 plus chanceuse…

BMW Sauber
Début de saison extraordinaire, le titre était jouable, première pole, premier meilleur tour, première victoire, premier doublé, toujours dans les premiers, grands coup d’éclat, grandes espérances, puis SPLOUARTCH, arrive l’été, les BMW disparaissent, reviennent à la fin de l’été, puis sombrent définitivement pour finir comme elles ont finis au Brésil – 10e & 11e -, je suis assez irrité en y repensant. Je devrais être content, puisque je suis un fan de Sauber depuis 1997 de les voir faire mieux que l’année dernière finalement, mais reste que non, y’avait moyen de jouer les troubles-fêtes de luxe jusqu’au bout. Mais voilà, l’écurie en a décidé autrement… Et ça m’emmerde. Et Kubica aussi d’ailleurs, se gène pas pour le dire.

  • Nick Heidfeld: Le Joker de la saison. N’ayant pas abandonné une seule fois, il existe néanmoins deux Nick Heidfeld: le bon, et le flemmard. Le bon finit systématiquement sur le podium ou en 4e place, le flemmard finit 8e, ou encore plus loin. De nombreux podiums, à chaque fois dans des conditions chaotiques (Melbourne, Montréal, Silverstone, Spa), mais toujours aucune victoire pour le détenteur du plus de podiums sans victoire. Sera toujours là en 2009, et espérons, enfin j’espère, qu’on aura que le bon. Parce que le voir finir à 4 tours du premier à Monaco, voilà quoi.

  • Robert Kubica: En 2007, ok, il avait fait émettre des doutes. Pas à moi mais à pas mal de gens. Mais voilà, 2008 les estompera pour un bon moment. Dès la première course il se permet de faire le second temps en qualif en se payant le luxe de s’être fait une petite sortie de route pendant son meilleur tour, second à Sepang, première pole à Bahrein, en tête pendant dix tours à Monaco, et enfin arrive sa victoire à Montréal, un peu facilité par la disparition des deux rivaux, mais eh, fallait quand même aller la chercher. En tête au championnat pilotes, je me met à rêver. Puis foirage de l’été, retour à Valence, à Spa, à Monza, le revoilà capable de jouer le titre, et puis arrive Shangai, qualification 11e, il termine 7e, c’est foutu pour cette année. Tant pis. Mais de tous les pilotes, le polonais aura été le plus régulier avec quinze arrivées dans les points, et ça paye jusqu’au bout puisqu’il est 3e ex-aequo du championnat. Seulement deux abandons et une arrivée hors des points, voilà quoi. Il fera quelque chose de grand l’année prochaine, et si c’est pas pour 2009, ça sera pour 2010, ou pour 2011. Mais il sera forcément champion du monde. C’est juste… écrit.

Renault
Renault, c’est le contraire de BMW: ils débutent la saison comme BMW l’a fini à ramer pour des points, et la finissent comme BMW l’a commencé à être toujours là pour ennuyer les grands. Enfin, je met ça au pluriel mais ce n’est sans doute pas nécessaire: il n’y a eu pendant seize courses qu’une seule Renault sur la piste. Mais avec deux victoires, Renault peut dire: « Ouais mais on s’en fous, ça marche. » Ouais, et ça marche en fait.

  • Fernando Alonso: Au début de la saison, c’est vrai que ouais, j’étais deçu pour lui. Il loupait pas mal de courses, et donnait pas vraiment l’impression d’y être. Puis à partir de Spa, 4e place comme si il en pleuvait, podium, et surtout, quand même, deux victoires. Et pas n’importe comment quoi. Fin de saison de fou. Genre il aurait commencé comme il aurait fini, il serait juste champion du monde. Mais avec ce genre d’hypothèses, Kubica SERAIT champion du monde. Ou Massa. Ou n’importe qui. Et là finalement j’ai envie de dire après avoir vu cette fin de saison de l’espagnol: « ouais non en fait, ses titres, ils sont pas entre de mauvaises mains. »

  • Nelsinho Piquet: Très bon à Fuji, très bon à Budapest. Je l’ai pas vu ailleurs. Enfin si, je l’ai vu: soit y s’accroche avec un autre pilote, soit y s’accroche avec le mur, soit y fait toute la course entre la 11e et la 15e place, parfois la 16e, soit sa transmission ou un truc dans le genre rend l’âme alors qu’il tente de défendre sa 14e place… Son podium à Hockenheim était très rigolo (il aurait même pu gagner, c’est dire le truc), mais vraiment très très dû à la chance, même si il fallait le défendre. Mais Piquet reste vraiment TRES irrégulier, TROP même. Il peut faire une Q3 puis pas dépasser la Q1 aux qualifs suivantes, finir 3e aux EL3 et 17e à la Q1. Enfin bref, il a pas jarté et c’est assez proche du miracle. Enfin, bon, j’imagine que si Renault le virait, Briatore ferait un peu la gueule…

Toyota
Hallelujah !!, Toyota a enfin fait des choses cette saison ! Ok, ils en avaient fait aussi en 2005 mais cette année ils ont vraiment été bons. Bonne paire de pilotes, toujours en Q3, toujours en course, et caetera, on reprend espoir en eux, peut-être finalement pourront-ils un jour avoir une victoire à leur palmarès \\o/ ! Deux podiums, jamais volés, toujours mérités, l’écurie sera sans doute là en 2009. Enfin, là aussi je l’espère vraiment.

  • Jarno Trulli: Toujours très bon en qualif et toujours un peu plus absent en course, Trulli a su toujours se faire présent, éviter les erreurs débiles (à part à Interlagos) et faire son boulot. Un très bon ramasseur de points, qui aurait pu jouer la victoire à Interlagos…

  • Timo Glock: Deux gros accidents cette saison, un début de saison un peu poussif, puis un milieu et fin de saison tout à fait exceptionnel. Restera à jamais célèbre pour son grand prix du Brésil ou, se faisant doubler par Vettel et Hamilton dans la courbe finale, il coute le titre à Massa. Bon, c’est les risques de rester en config sèche au lieu de passer en pluie quoi. Très beau podium à Budapest. Et sait se montrer spectaculaire en plus le bougre. Il a bien fait de revenir en F1 en fait.

Toro Rosso
Ok. Je disais quoi sur Toro Rosso la saison dernière ? « En gagnant huit points, ils en gagnent sans doute autant que l’ensemble de leur carrière ». Ok, là ils en ont juste 39. Bon 34 viennent du même pilote. La grosse surprise de la saison, sans nul doute. Après un début de saison égal à leur performance de l’année dernière, les deux TR entrent en Q3 à Valence… pour ne plus jamais la quitter. Ridiculisant Red Bull au passage, l’écurie se paye même le luxe de gagner une course, ce qui est juste la folie pure. La prochaine saison sera sans doute moins rose pour eux si Red Bull apprend la leçon… à moins que considérant que désormais Toro Rosso étant plus connu que l’écurie Red Bull, ils décident de rester ainsi. On pourrait se dire que comme Renault, TR n’avait qu’une seule voiture en course, sauf que non. Et c’est ça le pire…

  • Sébastien Bourdais: Le français quadruple champion de champcar a fait une entrée triomphale en résistant à Alonso et Kovalainen pour la 4e place à Melbourne (jusqu’a ce son moteur se brise), hop, on en a attendu trop du coup. Début de saison dans l’ombre, comme la Toro Rosso en général, un accrochage bête et évitable à Barcelone, et puis la Toro Rosso, la vraie, arrive, et le voilà à Spa, se maintenant cinquième pendant toute la course, prenant la quatrième au dernier tour, pouvant même jouer le podium étant donné qu’Alonso était rentré aux stands. Mais en un tour voilà, septième place, merci la pluie. Et puis le pire c’est Monza: il se qualifie 4e, mais… il est le seul pilote de la saison à caler au départ… à cause d’un volant mal configuré par TR. Tout ce qu’on peut dire c’est que Bourdais gagne le titre de poissard de la saison. Que 4 petits points, ça fait mal finalement. Mais pas mal de petites erreurs aussi: Interlagos et Shanghai lui couteront sans doute cher…

  • Sébastien Vettel: Il gagne une course, 34 points. Voilà. C’est tout quoi. Et il a 21 ans. Et il sait doubler en plus. C’est juste la révélation définitive de la saison (si on l’avait pas vu l’année dernière déjà faire le show à Fuji et Shanghai.) Bon, on oubliera qu’il a abandonné trois fois pour accrochage au début de la saison. Parce que je suis concilliant.

Red Bull Racing
Bah, Toro Rosso quoi. Mais en moins bien. Jamais vraiment brillant en course, a su récupérer des points quand il le fallait, mais c’est pas la meilleure saison de la team…

  • David Coulthard: Bonne retraite, David, on oubliera pas tout ce que tu as fait de génial en F1. Par contre on oubliera cette saison. Il sera sans doute d’accord. Trop d’abandons. Trop.

  • Mark Webber: 3e prétendant au titre de gros poissard de la saison. On l’a finalement assez peu vu en course, et quand il fait une prestation énorme aux qualifications de Silverstone (2e °0° !!), c’est pour disparaître au bout d’un virage. On sait que ce pilote est très bon, mais voilà, quand ça veut pas…

Williams Toyota
Dents de scies pour Williams: soit l’écurie était là et VRAIMENT là, soit elle l’était pas. Dommage qu’elle était pas là la majorité du temps. Pire prestation de Williams depuis… oulalal, on remonte à la création de l’écurie là. A noter une fiabilité en or: les deux voitures étaient à l’arrivée de tous les grands prix depuis Montréal.

  • Nico Rosberg: Excellent quand la voiture est excellente, invisible quand la voiture est invisible. Aurait du gagner Singapour.

  • Kazuki Nakajima: Pourquoi on l’appelle le kamikaze. Les gens font chier. Alors que voilà, on l’a pas vu, mais au moins je peux dire que c’est pas un tacheron. A su ramener des gros points quand la voiture le lui permettait… Avec Sato et Suzuki, meilleur pilote japonais de l’histoire de la F1… Bon, ok, c’est pas trop trop dur, mais quand même. Je l’aime bien. Faudrait le voir dans une voiture compétitive…

Honda Racing
Bon, ils sont pas cons chez Honda: ils ont vu dès le début de la saison qu’ils feront rien du tout avec leur boîte à saison, alors ils ont cherchés à rien faire. Un petit exploit à Silverstone, puis hop, on repart se coucher en espérant qu’on chiera une bonne voiture pour 2009.

  • Jenson Button: Excellente course à Barcelone (5e, et il ose dire ensuite qu’il aurait pu faire 4e si la SC lui en avait pas empeché), le reste de la saison on l’a purement et simplement pas vu. Et quand je dis qu’on l’a pas vu, c’est juste que le réalisateur l’a JAMAIS montré. Mais vraiment jamais. Je suis sur que si on cumule toutes les images de Button cette saison, on a facile vingt secondes.

  • Rubens Barrichello: Bravo pour le podium, fallait oser mettre les extrêmes, mais ça veut pas dire pour autant que tu as été là cette saison.

Force India
Dommage. Parce que c’est sans doute la meilleure écurie de fond de grille depuis longtemps. Jamais trop loin niveau temps des autres, il lui manquait juste deux ou trois dixièmes pour pouvoir espérer faire un truc en qualifs… Ils auraient mérités un point. Fiabilité douteuse.

  • Giancarlo Fisichella: Il a été bon. Ce qui me surprend vu que l’année dernière chez Renault il a jamais été bon. Mais ça a toujours été son élément à Fisico les petites écuries. Quand sa voiture lui permet de finir, bah il est 13e, 14e… ce qui est pas trop trop mal. Bonne prestation à Monza et Barcelone… puis pas grand chose d’autre à dire.

  • Adrian Sutil: On a tous détesté Raikkonen pour ce qu’il lui a fait à Monaco. Sutil aurait pu finir 5e. Bon, à part ce coup d’éclat, le reste de sa saison fut anonyme et par conséquent, je sais pas quoi dire.

Super Aguri
Quatre courses seulement. Dommage. J’aimais bien cette écurie. Même si ils avaient une caisse à savon cette année. Mais bon, quand on a VRAIMENT pas de sou…

Passons maintenant vite fait aux GP. Ca va être court.

GP d’Australie: Seulement 6 voitures classées à la fin. Carrément. Un grand prix épique avec 4000 rebondissements qui nous annonce d’emblée: « cette année, ça va chier. »
GP de Malaisie: Kubica second, Massa qui se sort, grande course de Kovalainen. Pas de grands souvenirs de cette course.
Gp de Bahrein: Kubica en pole, Hamilton qui se prend Alonso dans la tronche, doublé Ferrari tranquille… Là on commence à se dire qu’on va avoir une saison comme les autres
GP d’Espagne: Meilleur GP d’Espagne depuis… un bon moment. Chaos ambiant et beaucoup, beaucoup d’abandons encore. On se retrouve avec les 4 premiers en… huit secondes. Button dans les points. L’éclate.
GP de Turquie: Doublé Ferrari, ça s’accroche au début de la course. Et puis c’est tout. Grand prix chiant.
GP de Monaco: Il pleut à Monaco. Grand prix épique. Hamilton tape le rail, détruit sa roue, reprend la course et la gagne. Course arrétée au bout de deux heures. Kubica en tête. Massa tout droite à Ste-Devote. Bourdais qui tape Coulthard qui avait tapé le mur. Barrichello dans les points.
GP du Canada: Départ épique, Raikkonen, Kubica et Hamilton qui jouent VRAIMENT la victoire, safety car, arrêts aux stands, feu rouge, Hamilton tape Raikkonen, et Kubica n’a plus qu’a essayé de récupérer sa première place à… Nick Heidfeld. Coulthard sur le podium. Plus grand moment de joie de la saison.
GP de France: Pas grand chose jusqu’a la fin de la course. Un peu chiant.
GP de Grande-Bretagne: Il pleut. Beaucoup. Hamilton termine loin devant. Je l’ai loupé à cause de la Japan Expo. J’ai loupé ce grand prix parce que je trouvais plus sympa de faire du putain de karaoké et de faire humilier à Guitar Hero III. Fuck.
GP d’Allemagne: On s’amuse bien, on regrette un peu l’ancienne Hockenheim, puis Glock s’explose, c’est le bordel, Piquet est en tête, on rigole bien, puis Hamilton remet les choses dans l’ordre une bonne fois pour toute. On a bien rigolé quand même.
GP d’Hongrie: On se fait chier, mais c’est le but du circuit, alors on le pardonne. Mais on se fait moins chier que d’habitude. Massa après son meilleur départ de tous les temps pète son moteur trois tours avant la fin, dit au revoir sans le savoir au titre, et Kova prend la première place et Glock la seconde. C’était fun.
GP d’Europe (Valence): On se fait peut-être chier à mort, mais le circuit est sympa à voir en vues aériennes. Merde, un grand prix dans un port industriel quoi. Avec les stands dans des vieilles halles à poissons. C’est juste funky.
GP de Belgique: Il pleut au début, il pleut à la fin, c’est épique du début à la fin, et puis arrive le dernier tour qui met fin à la joie totale et définitive. On nous annonce déjà Interlagos mais on ne le sait pas encore.
GP d’Italie: Il pleut du début à la fin, un seul abandon, finalement on se ferait presque un peu chier, mais vu qu’on est tous méga derrière Vettel, en matant chaque partiel par rapport à Kova, on l’est pas. Et ça c’est chouette. Faudrait plus de pluie à Monza.
GP de Singapour: Il fait nuit, le circuit est génial (Gran Turismo pour de vrai !), c’est le chaos total dans les stands et sur la piste, Rosberg échappe à la victoire de peu, Alonso la prend, et la lumière est géniale. On s’éclate \\o/.
GP du Japon: On regrette un peu Suzuka au début, puis en fait non, parce que ça se double naturellement, peu de chaos, tout est réglo, tout se dépasse dans les règles, ça se dépasse beaucoup, se passe toujours quelque chose, et ça c’est juste génial.
GP de Chine: On s’emmerde. On attend la pluie. Elle ne vient pas. On s’emmerde devant ce qui est la plus mauvaise course de la saison. Et Kubica ne sera pas champion. Monde de merde.
GP du Brésil: Départ retardé de 10mn parce qu’il a plu deux minutes (ouais, mais on est au Brésil), départ sur piste humide, se passe des tas de trucs, arrêts aux stands, se passe des tas de trucs, puis ça sèche, puis ça se calme, puis on attend la pluie, puis la pluie arrive, puis Vettel dépasse Hamilton, puis on y croit pour Massa, puis Massa pas la ligne, on est content, puis on voit que Glock passe pas la ligne 4e, puis on voit que le champion c’était pas Massa. Et puis on regrette que ça soit pas comme prévu la famille du champion du monde qui fasse tomber le drapeau à damiers. Puis on se dit qu’on a vu la meilleure fin de saison. Puis même la meilleure saison. Depuis bien longtemps.

Just one word: Epic.
Just one gif:

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr