Archives quotidiennes :

Détroit Metal City – Un cadeau pour mamy !

Article léger pour entamer ces vacances !
FUUKO TIME
Rare sont les mangas qui me font vraiment rire. Sourire, souvent. Mais vraiment rire, rarement. Peut-être suis-je peu réceptif à l’humour « japonais », peut-être que je rigole pas facilement, peut-être que… enfin bref, pour l’instant, les seuls animes/mangas ou je me suis retrouvé à rire très souvent c’est Excel Saga (surtout en anime, et surtout en VF – vous devez savoir qu’Excel Saga a une VF extra), Sayonara Zetsubou Sensei (évidemment), Higurashi (oui. parfaitement.) et Daimaho Touge. Le reste, j’ai plus de mal. A la limite je rigole bien devant Clannad aussi (Sunohara et Fuuko FTW), mais pas assez régulièrement. Enfin bref.

Tout ça pour parler de Détroit Métal City qui est facilement le truc le plus hilarant que le Japon nous a ramené en manga depuis… depuis… bah je sais pas trop, je ris jamais en lisant un manga. Une fois j’ai un peu ri en lisant un Samurai Deeper Kyo (« ha ha ha le con de mangaka, il a osé. ») mais c’était pas volontaire. Enfin bref, Détroit Métal City.

Hop, voilà l’opening de la version animée. Cela met directement dans l’ambiance: Détroit Metal City va parler de hard rock. Le nom du manga est inspiré d’une chanson de Kiss ? Eh bien parce que le groupe fictif est lui-même inspiré de Kiss, mais juste physiquement, puisque musicalement il n’y a rien à voir: c’est du gros hard metal caricatural (« Je n’ai pas de parents parce que je les ai tués »), car d’ailleurs tout DMC est de la grosse caricature assez jouissive du Métal.

Go ! To ! DMC !

Le héros, donc, se nomme Soichi Negishi, grand fan de « pop suédoise » et de petites chansons douces et paisibles. Mignonnes et roses. Mièves et naïves. Le problème c’est qu’il a un travail… et que celui est d’incarner Krauser II, le chanteur/guitariste émérite du groupe de black métal DMC. Krauser II est tout un personnage, qui a tué ses parents, qui les a mangés, violés et caetera. Une vraie terreur capable de dire dix « rape » en une seconde ou de faire de la guitare avec ses dents. Et il est donc cette vraie terreur. Et il en a honte. Sauf qu’il vire progressivement schizo…

… et que cela devient génant quand il retrouve une amie d’enfance, dont il aimerait bien que ça soit « un peu plus » qu’une amie. Elle aussi aime la pop suédoise guimauve, niaise et gentille et déteste le black métal et surtout cet horrible groupe nommé DMC…

Publié depuis peu aux éditions 12bis (une société crée au début de l’année qui fait du manga et de la bande dessinée, qui se permet de publier à la fois des trucs comme Détroit Metal City, des strips issus de Charlie Hebdo ou bien la Bible version manga – initiative louable mais totalement foirée à cause d’un dessinateur manchot :(), et ayant connu une version anime de 13 épisodes cet été, DMC est le petit truc qui monte et qui va, en adéquation avec son thème, faire un peu de bruit. Voilà une bien belle phrase d’accroche. Je suis fier de moi. Un peu plus et je pourrais postuler à Télérama, les Inrockuptibles ou Télé Sept Jours. La classe. Enfin bref, déjà vite fait, DMC c’est quoi ? Bah c’est pas du subtil. DMC, c’est du brut de décoffrage, du primaire, du viril, du membru:

Haha
(Pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais, en gros, il viole la Tour de Tokyo. Quoi ? Vous l’avez compris ainsi ? Roh. Zut.)

On découvre très vite qu’en plus d’être niais, Soichi est puceau ; Le batteur du groupe est un otaku pervers qui quand il parle (assez rarement) ne parle que de cul ; La manager du groupe ne ressent un plaisir sexuel qu’en écoutant du métal (et ça se sent dans son vocabulaire) ; Du Black Métal ; De la drogue ; Un porc capitaliste masochiste ; Et caetera. Non, DMC c’est pas pour les petits enfants tous gentils et tous mignons. DMC c’est pour les gens adeptes d’un humour du dessous de la ceinture, humour qu’on méprise trop souvent.
L’anime est pas trop mal, peut-être un peu trop du copie/colle case par case du manga, mais ça reste tout aussi efficace, avec des doubleurs convaincants, une technique suffisante (mais pas exceptionnelle, évidemment), et en plus les épisodes ne durent qu’une dizaine de minute, ce qui fait qu’on se les enquille vite…

Enfin bref, hésitez pas à feuilleter le bouzin. Si ce n’est pas déjà fait… muhu. Ca peut être source de beaucoup de rire. Tiens, je me materais bien la cité de la peur là, tout de suite, maintenant. Ou les Clés de Bagnole. Ah, j’ai hésitation. Argn.

Bon, je suis en train d’entrer progressivement tous mes scores GH sur scorehero. Muhu. Uniquement en Expert évidemment, c’est déjà chiant de le faire pour ça, alors si en plus je dois le faire pour toutes les modes… c’est rude. Mais mes scores sur le premier GH sont pas trop mal…, voilà à quoi ça sert de jouer à ces jeux. Se vanter.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr