Archives mensuelles : mai 2009

Epitanime ! Fuck yeah ! + Plein de jouissances métaphoriques et textuelles.

Eh oui demain commence l’Epitanime, là je suis encore dans ma bonne vieille bourgade de Ouistreham, je ne prends le train que demain midi, ou j’arriverais sur Paris vers quinze heures, et où, après quelques heures passées chez quelqu’un pour un projet top secret mais néanmoins amusant, et après un épique McThalie, je serais laché dans l’arène, au milieu de centaines d’otakus déchainés qui n’attendent qu’une seule chose: me prouver par a+b que Code Geass c’est pourri.
Ou plus globalement ça sera l’occasion de jouer à des jeux, de chanter à des karaokés, de jouer à des jeux et de rencontrer des gens. Donc bref tout ça c’est bien. Donc je serais presque présent pendant la totalité des 48 heures, à part exception de 2/3 moments de repos le samedi soir ou j’irais squatter l’Etap Hotel situé à coté pour faire une sieste rapide et surtout me laver parce que bordel de merde, hors de question que je passe trois jours dans les mêmes fringues. JE HAIS CA.

Pour me reconnaître, cherchez un mec avec de longs cheveux blonds, un chapeau, des lunettes rectangulaires et une petite taille assez remarquable. Je porterais peut-être ce fameux masque mais tête en l’air comme je suis, il y’a une chance sur deux pour que je l’oublie chez moi et une chance sur deux pour que j’oublie de le mettre en arrivant sur place. On verra donc.

Donc voilà, sinon je suis assez pessimiste pour le Kumikyoku tel qu’il était annoncé. Un MP (envoyé par un membre d’haruhi.fr nommé food-chain) et un mail (envoyé par moi-même) sont partis à destination de TR4KS mais on attend toujours une putain de réponse. Donc je suis assez inquiet sur ce point et si évidemment on essaiera éventuellement de négocier ça avec les mecs du karaoké à un moment où à un autre, mais je serais incapable de pouvoir transmettre l’information de l’heure ou de quoi que ce soit sur les réseaux Internet. Du coup ça s’annoncera peut-être moins épique que prévu et j’en chie des tacos en forme de boule de neige. J’espère que la réponse arrivera avant demain midi, sinon je ne la recevrais purement et simplement pas.

Bon et aucun tournoi Rock Band, seulement un tournoi Guitar Hero mais je ne touche plus à ça.

Mais à part ça tout baigne. A PART QUE J’AI UNE PUTAIN D’APHTE.

Mais passons sur un autre sujet, vous pouvez noter que juste avant cet article j’ai sorti un article spécial hentai basés sur trois auteurs pour lesquels j’ai un certain coup de coeur: Cliquez ici (je ne l’ai pas mis sur Blogchan que j’ai de la décence morale D:.)

Bien, sur des trucs plus terre à terre, la nouvelle qui a ensoleillée ma soirée d’hier: la présence de Sakae Esuno à la Japan Expo. Et là grande question: Qui. Est. Sakae Esuno ?
Très simple: c’est l’auteur de Mirai Nikki, un manga que je surkiffe purement et simplement et qui sort chez Casterman le 17 Juin prochain. On va être clair: je serais sans doute le seul gus qui fera la queue pour lui mais qu’importe, quand je surkiffe une oeuvre, je surkiffe son auteur… et cela donc officialise ma présence à la Japan Expo 2009. Mais cette année j’amenerais du paracétamol, juré promis.

Prends garde à toi !

Fait amusant: les Jojos sont de retour, et ça franchement ça me rappelle des souvenirs de CP ou les Jojos étaient juste le meilleur ennemi des POGS. Je me demande ou sont mes pogs d’ailleurs, surtout que je trichais et que j’avais des pogs BN aussi, qu’étaient moins facile à faire retourner. Raaah. Bref plein de classes de CP seront touchées à nouveau par ce phénomène qui touche surtout ceux qui dans une cour de recré ne pouvaient pas jouer au foot (moi quand je jouais au foot, j’étais goal :'(.)

Quelle violence de souvenir.

Sinon Yôma déconne, mais ça c’est pas nouveau. Le tome 2 de Magical Jan Ken Pon devait sortir hier et constat ? Aucune librairie ni fnac ne l’avait. A Caen je parle. Je sais que dans d’autres villes mieux fournies c’est passé comme une lettre à la poste, ce qui m’ayant fait le plus mal est de savoir que Clermont Ferrand en avaient par pelletés. Je demanderais à mon libraire préféré de me le commander parce que bordel de merde c’est Magical Jan Ken Pon quoi, mais encore une fois j’ai l’impression que Yôma, sous couvert de promotion du « manga français », veut juste tout simplement le tuer dans l’oeuf, avec le soutient compatissant d’une bonne frange d’otaques divers et variés. Quelle tristesse :'(.

Enfin NHK T5 + Sayonara Zetsubou Sensei 2 = Epic win. J’aime deux sorties de deux tueries rapprochées, ça me fait plaisir à mon moi. Ca me permet d’oublier que pendant que je serais à l’Epitanime je vais rater un chapitre de Bleach et un épisode de K-On!, quelle TRISTESSE quand même :'(.

Et surtout personne ne mettra à jour ce blog ! Quelle folie !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

[Hentai] 3 pour le prix de 1 – Amatarou, Ishikei & Mitarashi Club

Youhou

Car ils le méritent et même si leurs oeuvres ne sont pas forcément nombreuses, ils ont le droit à ce que Néant Vert parlent d’eux, sans pour autant leur dédier tout un article. Car aujourd’hui, en cette veille d’Epitanime, je n’ai rien de mieux à faire que vous parler de trois auteurs hentai qui sont tout a fait bien, tout a fait conseillés, que dire, tout a fait approuvés par mes soins: Amatarou, Ishikei et le Mitarashi Club ! Deux auteurs et un cercle, c’est là que la joie et le bonheur vont empliront sans nulle doute. Évidemment, comme habituellement, le contenu de cet article est réservé à ceux qui SAVENT qu’ils peuvent le regarder, qui SAVENT qu’ils ont plus de 18 ans et SAVENT apprécier les bonnes choses de la vie, c’est à dire on ne va pas vous mentir, les Figolu.

Les trois auteurs ont quelque chose en commun: ils font peu de trucs softs et font globalement peu d’images colorées avec des poses lascives. Ishikei ne fait certes que ça mais JUSTEMENT il en fait pas de soft. Et si je ne rechigne pas à exhiber des tétons (le cinéma français peut le faire alors pourquoi pas moi), il se peut avec tristesse que je rechigne à montrer des choses plus explicites comme des GROS BRAQUEMARDS. Mais ceci n’a qu’une seule et unique raison: c’est parce que je suis un gay refoulé. C’est Freud qui me l’a dit.
Donc par conséquent, le choix d’images fut particulièrement dur, et encore une fois, difficile de mettre en valeur les artistes mais j’espère y être parvenu, que ce soit par les mots ou les images. Car dans les articles H, les images c’est important.

Amis mineurs, après cette image vous n’avez plus le droit d’être là, sinon vous perdez du sang par les oreilles jusqu’a ce que mort s’en suive. Hey Man

Continuer la lecture de [Hentai] 3 pour le prix de 1 – Amatarou, Ishikei & Mitarashi Club 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Shin Megami Tensei: Persona 4

Vous savez tous que je suis un grand amateur de la série Persona depuis son arrivée en France avec le troisième volet. Ce RPG se déroulant dans un Japon contemporain, nécessitant du joueur qu’il gère à la fois son level, le scénario et la vie sociale du héros a su fortement m’émouvoir, pour ne pas dire mouiller mon boxer et l’annonce du quatrième volet m’a bien fait plaisir, et sa sortie en France m’a bien fait plaisir aussi, surtout au prix modique de 30€, et avec la moitié de l’OST offerte. Et ça fait plaisir. Globalement, le problème de ce genre d’article c’est que je risque de faire souvent la comparaison avec Persona 3, c’est juste impossible de se retenir de le faire, même si j’aimerais éviter au maximum parce que voilà quoi. Ca risque de faire du mal à Persona 3 sur certains points, et à Persona 4 sur d’autres. Mais bon. Hop. Cet article est garanti avec le minimum de spoiler.

Moe moe !

Persona 4 se déroule donc dans la campagne japonaise, par campagne comprenez « ville de moins de 10000 habitants ». Les habitants ont beau nous dire que c’est super petit, tout ça, on ne peut s’empêcher de pas trouver ça totalement campagnard, j’avouais m’imaginer une sorte de Hinamizawa avec plein de champs, de chemins boueux, et peu de maisons, mais finalement ça reste urbain. Le héros débarque, ses parents devant partir en voyage pendant un an, il se retrouve donc dans la ville d’Inaba, hebergé par son oncle, qui vit seul avec sa fille Nanako. Et quelques jours après votre arrivée, paf, un meurtre mystérieux a lieu, avec une jeune fille retrouvée empalée sur une antenne de télévision. Et puis les événements se lancent et vous vous rendez compte que tout est lié à une mystérieuse légende urbaine nommée la Midnight TV et que surtout vous pouvez vous rendre, en traversant l’écran d’une télévision, dans un monde mystérieux, ou les gens sont rarement très gentils avec vous et pour cause: ce sont des Shadows, des monstres sans âmes qui veulent juste vous dévorer.

Et le héros se fait donc des potes au fur et à mesure de la partie, tout ça pour coincer enfin l’infâââme meurtrier… qui est quelqu’un de très joueur finalement.

Le scénario de Persona 4 est à la fois une de ses plus grandes forces mais aussi parfois une de ses plus grandes faiblesses. Ainsi le scénario se plaît beaucoup à jouer avec le joueur, à le surprendre très régulièrement, à offrir des scènes épiques, principalement dans le développement des personnages et surtout engage très souvent le joueur à ne pas s’arrêter aux évidences, en effet les apparences sont très souvent trompeuses…
… et ça personne de votre team ne semble le comprendre. Inconvénient de taille, les scénarios du type « kicékiatué » sont ainsi parfois source d’énormément de frustrations, surtout quand soudainement vous comprenez des trucs, quasiment des évidences hyper logiques, que l’équipe ne semble définitivement pas comprendre et ne trouvera que plusieurs heures plus tard. C’est à ce moment là qu’on a souvent envie d’entrer dans le jeu et de filer quelques baffes parce qu’ils exagèrent quand même un peu hein.

Mais à part ces moments là (qui m’est arrivé 2/3 fois durant la partie), rien à redire, le scénario fait son office et se révèle être une carotte tout à fait motivante pour finir le jeu. Principalement sur l’identité du véritable tueur.

I don't wanna see in the metro

Scénario qui encore une fois est porté par des personnages made in Atlus, c’est à dire des personnages qui semblent à priori être des archétypes classiques mais qui sont… plus que ça. Et là encore le casting est totalement et définitivement réussi, et sans eux le scénario serait sans doute moins intéressant. En outre la plupart sont développés par le biais de leur Shadown, qui est eux, mais version exagérée niveau défauts et inconscient. Évidemment, jene spoilerais pas le contenu de leur shadow car ils sont, pour pas mal d’entre eux, très très surprenants. Pele-mele, les principaux personnages:

  • Le Héros du jeu. Porte comme d’habitude le nom que vous voulez bien lui donner et est muet comme une carpe pendant tout le jeu. En impose un peu moins que le héros de Persona 3 a première vue, et ne peut se battre qu’avec une épée à deux mains. Le leader donc, qui sera chargé de faire le lien entre vous et le jeu. Et chose magique, il a une place importante dans le scénario !
  • Yosuke Hanamura est arrivé à Inaba depuis peu, fils des gérants du grand complexe commercial de la ville fondé il y’a six mois dans la ville, il est très très peu apprécié des anciens commerçants de la ville et donc, par conséquent, par une frange très large de la population. Très très maladroit et très très gaffeur, il sait toutefois utiliser sa cervelle. Au combat c’est un polyvalent très très pratique qui peut soigner, faire de gros dégats avec ses magies de vent et ses magies physiques et SURTOUT il possède Dekaja, ce qui est très très important. Et je vous conseille de bien lire ce qu’il dit: ce type serait amoureux du héros que ça ne serait pas étonnant. Tee-hee.
  • Chie Satonaka rejoint elle aussi très vite l’équipe. Garçon manqué à en crever la bouche ouverte, elle surkiffe les films avec des arts martiaux dedans et, par conséquent, se bat avec ses poings et ses pieds. Tout le temps. En permanence. Au demeurant très sympathique, elle est la magicienne de glace de l’équipe et optionnellement une des membres du club fermé des BOURRINS. Veut protéger à tout prix Yukiko, sa meilleure super pote.
  • Yukiko Amagi est la future héritière de l’auberge Amagi, une vieille auberge monument historique et prestige de la ville. Par conséquent elle souffre assez naturellement de toute la pression, de tous les regards et tout ce que peut impliquer le fait de devoir se plier à une tradition millénaire. Mon personnage préféré. Assez timide, cela ne l’empêche pas de se faire sacrément remarquer lorsqu’elle trouve quelquechose drôle. C’est la soigneuse de l’équipe et également une hyper balèze magicienne de feu.
  • Kanji Tatsumi est fils de tailleur et semble être une terreur dans le coin. Très franc, très impressionnant, il ne se rend que rarement compte de tout cela. Il est malgré tout un personnage furieusement hilarant, compte tenu de sa franchise et de son véritable courage qui parfois le mettent dans des situations pas possibles, lui et les héros bien évidemment. En combat c’est évidemment une grosse brutasse sans trop de SP.
  • Rise Kujikawa est une idole super célèbre et super mignonne qui débarque à Inaba pour se ressourcer un peu et se retrouve finalement plus où moins impliquée dans les événements de la ville. Pas mon personnage préféré, bien qu’il soit physiquement intelligent, elle est quand même franchement cruche, quasiment en permanence, comme cela est parfaitement assumé ok. Passe son temps à faire du rentre-dedans au pauvre héros. Ah, et elle est la Fuuka de ce Persona, observant vos combats et vous livrant des conseils totalement obvious genre « mon dieu tu n’as que 4HP tu devrais te soigner ». De plus en plus pratique au fur et à mesure qu’elle monte des niveaux.
  • Naoto Shirogane ressemble physiquement au héros de Persona 3 et tout aussi physiquement à Raidou Kuzunoha, le célèbre détective des Devil Summoner: et ça tombe bien, c’est un détective issu d’une famille rivale à celle des Kuzonoha. A un doublage américain super féminin… et pour cause. En combat il gère les sorts Almighty, les gros sorts physiques et les sorts qui butent en un coup. Assez pratique dans les derniers donjons. A la fin du jeu, sert de plus en plus de Mr.Exposition.
  • Le renard est un gros enculé.
  • La famille Doujima, composée de votre oncle et de votre cousine. L’oncle étant policier, et ces mystérieuses affaires de meurtres ne l’aidant pas à glander, il est souvent obligé de laisser la pauvre petite cousine seule à la maison, en espérant que vous n’en profiterez pas pour l’envoyer dans une marmite remplie d’eau bouillie. Au fil du jeu, il devient de plus en plus soupçonneux envers vous et s’occupe de moins en moins de sa fille. Tristesse :(.
  • Adachi est arrivé récemment en ville, muté à Inaba, et sert globalement de souffre-douleur à l’oncle Doujima, et ne semble passer son temps qu’a vous refiler des informations confidentielles sans faire gaffe. Globalement bavard. Très bavard. Trop bavard.
  • Teddie vit dans le monde de la télé depuis des années, mais ne semble pas se souvenir de grand chose. Vous l’aiderez gentiment à découvrir qui il est vraiment. Il fabrique super bien les lunettes et est lui aussi source de scènes assez hilarantes, exceptées toutes celles où il utilise des jeux de mots avec « bear ».

Voilà pour la longue liste de personnages principaux ou qui ont une place importante. Ensuite il y’a évidemment les SLink…

Dans ce Persona 4, les SLink sont globalement de bonne facture, et surtout tous les membres de l’équipe sont susceptibles de devenir des SLink, ce qui est très pratique vu que plus vous évoluez dans leur SLink, plus ils peuvent choper des trucs intéressants, et quand ils arrivent au lvl final, leur persona évolue, pour devenir simplement super pratique. Cela force donc à délaisser les autres SLink et à se concentrer sur celles des personnages de l’équipe, même si ils ne nous intéressent pas à priori. Heureusement Atlus fournit très régulièrement, dans des scènes « de la vie quotidienne » des points gratos pour les augmenter plus rapidement, il suffit donc d’être patient et de ne pas s’acharner sur eux. Il n’y a que Naoto qui est plus difficile à faire monter au niveau 10 vu qu’il arrive plus tard…

On retrouve sinon des SLink assez classique, avec les arts culturels par exemple (ici choix entre théâtre et groupe de musique), le sport (foot ou basket), le choix d’un des deux changera totalement la personne, ce qui pour une seconde partie peut être assez intéressant – je dois donc découvrir qui est la SLink du groupe de musique. Mais aussi des moins classiques avec Sayako, l’infirmière aux moeurs douteuses, la mère de famille célibataire qui sert pour l’arcane Temperance ou bien encore le frère d’une des victimes du tueur comme Hanged Man. Et surtout, certains SLink montent d’une manière particulière, je pense à Hermit qui nécessite la réussite de quêtes ou Empress qui nécessite la fusion de Persona particulière.
Autrement il reste toujours Fool et Judgement, qui augmentent automatiquement au fil de la partie.

Problématique cependant, les SLink sont moins facile à gérer que Persona 3 pour une seule raison: explorer la Midnight TV se fait DE JOUR, contrairement au Tartarus qui n’empiétait sur aucune SLink vu que c’était la nuit (excepté Tower et Devil – dans P3 FES pour ce dernier -), du coup il faut savoir sacrifier ses SLink au dépend de l’exploration nécessaire de la Midnight TV.

Waouh

La Midnight TV est assez différente du Tartarus. Là ou le Tartarus était 250 étages qui se ressemblaient presque tous, la Midnight TV est composée d’une bonne dizaine de zones différentes, chacune basée sur un thème particulier (chateau européen, sauna, paradis…), un thème musical à chaque fois différent et de plus en plus agréable à l’oreille, et surtout la Midnight TV est d’un niveau beaucoup plus relevé que le Tartarus. A cause de plusieurs choses: il n’y a par exemple plus de fatigue mais cela est compensé par un ennui majeur qui est qu’on ne peut plus récupérer la totalité de ses HP et de ses SP en retournant au rez de chaussée, cela nécessitant une nuit de repos. En outre la Midnight TV fige l’upgrade des SLink pour la journée entière, soirée y compris (votre perso se dira trop claqué pour faire quoi que ce soit) ainsi que la réalisation d’activité en soirée pour la même raison. Enfin le niveau des ennemis est particulièrement difficile à supporter si vous rushez les étages comme des fous, et d’ailleurs les ennemis sont relativement durs à esquiver.

En parlant de cela, les attaques surprises sont plus difficiles à réaliser car là ou il fallait juste attaquer l’ennemi avant qu’il se rende compte de notre présence dans P3, il faut désormais BACKSTABBER le shadow à coup d’épée à deux mains, ce qui est assez difficile car le héros dispose d’une épée à deux mains, qui met près d’une seconde à toucher l’ennemi, et surtout la zone « de backstab » est pas si facile à toucher, et finalement les « PLAYER ADVANTAGE » s’obtiennent assez rarement et sont la source de véritables joies quand elles apparaissent.

Le système de combat, parlons en d’ailleurs. Il est exactement le même que Persona 3 a quelques changements majeurs prêts: vous pouvez désormais contrôler vos alliés et ne plus subir une IA que vous jugerez relou ce qui est pour les boss est un véritable soulagement d’autant que la difficulté des boss a été totalement revue à la hausse et les battre relève souvent d’une tactique planifiée sur laquelle on doit avoir contrôle du début à la fin, et le système de faiblesses à totalement changé: désormais un ennemi touché par une faiblesse (et vous aussi donc) pourra tout de même attaquer au tour suivant: il faut le retoucher une seconde fois avec un sort dont il est faible pour le rendre KO pour le tour suivant. A part cela aucun changement majeur dans le système de combat qui reste dynamique, favorise les tactiques fourbes et qui surtout rend super utile des sorts qui dans d’autres RPG ne servent à rien. Là ou d’habitude les sorts qui tuent en un coup ne servent à rien dans les RPG, ils ont dans Persona une véritable utilité car ils touchent vraiment l’ennemi si ceux-ci y sont faibles, ce qui peut rendre des ennemis à priori difficiles aussi simples que dire bonjour.

L’après-combat a lui aussi bien changé: au revoir l’obtention d’expérience supplémentaire, d’argent en plus ou d’armes secrètes, désormais le Shuffle Time e est non seulement raréfié mais ne permet en outre de n’obtenir que des persona et, si vous êtes malchanceux, peut totalement annuler votre exp et votre argent obtenu. Et parfois, magie, apparition de l’Arcana Chance, qui offre une chance sur deux d’obtenir des bons trucs, mais également une chance sur deux de choper des malus de tarés qui vous pourrissent totalement la vie.

Quant à l’évolution dans les donjons, on note l’apparition de SUPER TRESORS DORES qui nécessitent des clés pour être ouverts, clés qu’on trouve un peu partout mais pas trop partout non plus.

Please don't say lazy

Comme je le disais, depuis Persona 3 la difficulté a été élevée d’un rang. Elle n’attend certes pas encore celle d’un Shin Megami Tensei 3, ni celle d’un Digital Devil Saga qui sont des références dans le genre « torture mentale et physique », mais le jeu nécessite une attention permanente dans les combats, sous peine de perdre presque trop facilement une bonne heure de level-up ou d’exploration, quitte parfois même à décourager totalement. Et les boss aussi n’échappent à la règle, surtout au début du jeu, avec le boss du donjon de Yukiko par exemple qui est juste TRES ardu et qui nécessite une véritable stratégie, l’obtention nécessaires de 2/3 sorts et une maîtrise parfaite du système de combat (genre le système de garde) pour pouvoir le passer. Se mettre en Easy ne facilite qu’un peu les combats, le principal avantage étant les 10 Plumes, mais ayant fait le jeu en Normal (j’avais fait P3 en Facile, m’attendant à un SMT classique), je ne peux en dire plus…

Le jeu propose donc un challenge constant, surtout qu’il offre également des boss secrets qui nécessitent une stratégie d’autant plus poussée et il n’est que rarement une mauvaise idée de faire un combat contre un boss avec les lol et l’intention de perdre, juste histoire de vous préparer beaucoup mieux à ce combat là.

En parlant de challenge, le jeu propose également un nouveau système de quêtes qui cette fois-ci ne sont plus offertes par l’assistante d’Igor mais par tous les habitants d’Inaba qui iront vous demander d’aller chercher des objets, d’aller parler à des gens, de faire des maquettes ou de pécher du poissons, le tout pour obtenir bien souvenit des objets très très pratiques genre Soma ou argent sonnant et trébuchant. Bien souvent les objets à chercher nécessitent toutefois d’explorer des donjons déjà explorés et de tuer des ennemis déjà tués, ce qui peut être relou. Mais cela peut offrir un défi supplémentaire à ceux qui aiment finir le jeu OVER NINE THOUSAND. Pour ma part, je n’en ai fait que facile le quart.

Ah oui je parlais d’argent, dans Persona 4 c’est devenu une denrée RARE. Là ou dans les RPG je suis rarement à court d’argent parce que je suis très souvent un gros radin, dans Persona 4 l’argent s’obtient lentement (et c’est pas les jobs qui en permettent d’obtenir par milliers) et se dépense très rapidement, et il devient vite impossible d’armer convenablement toute la team… Ce qui force très vite à faire un choix dans ce qu’on pense être sa team définitive pour concentrer ses achats sur les membres en question. Je ne parle pas des objets de soin vendus à prix prohibitfs et du prix de rachat des objets qui est bien souvent très misérable (il n’est pas rare d’acheter une épée à 54000 et de ne la revendre qu’a 7000…), et je parle pas de cet enculé de renard qui vous demande des sommes mirobolantes pour recharger vos SP. Pas pour rien que c’est un sale enculé.

Woah

Mais tout ça ne serait rien sans parler de l’ambiance générale du soft. Et autant le dire: le jeu est HILARANT quand il souhaite l’être. Il suffit de dire à ceux qui y ont joués trois mots pour les faire sourire: MYSTERY. FOOD. X.
Et c’est là qu’on admire les interactions entre les personnages. Yosuke et Kanji sont déjà drôles de base, mais quand tu rajoutes Chie et ses piques efficaces, Yukiko et ses claques à l’improviste, Teddie et sa perversité non assumée, la logique froide de Naoto ou bien encore un peu de rentre-dedans de la part de Rise, on obtient une alchimie non seulement rafraîchissante mais en plus totalement addictive, qui ne peut qu’aider à s’attacher à des personnages. Et des scènes comme les deux sorties scolaires sont non seulement géniales à voir, mais aussi tout à fait mémorables. Ca fait genre deux mois que j’ai fait la seconde sortie scolaire, mais je m’en souviens à chaque détail prêt, il faut dire que pour un fanboy comme moi elle ne peut QUE FAIRE PLAISIR. Mais je vous laisse totalement la surprise.

Mais au contraire quand le jeu veut surprendre, être glauque et franchement pas agréable, il y arrive totalement également: la découvert de la Midnight TV est HUM MIAM J’AI PLUS FAIM, et certaines scènes comme la rencontre avec certains Shadows ne met pas totalement à l’aise. Même si il y’en a finalement peu de scènes très très dérangeantes, elles existent quand même, et on est pas loin d’avoir certains cauchemars après 2 ou 3 d’entre elles…

Le jeu arrive donc à imprimer une véritable unicité et arrive, par ce biais, à faire mieux que beaucoup de RPG qui se content d’interactions minimalistes entre les personnages, là on est vraiment plongé dans la team, les personnages interagissent vraiment entre eux et mis à part l’éternel problème du « Yukiko et le héros ont eu du sexe dans le cadre de leur SLink mais ça ne transparaît jamais dans le scénario » qui est quelque chose de sans doute dur à réaliser. Mais bon, on peut pas en demander trop hélàs.

D’ailleurs le doublage ricain est pas dégeulasse du tout.

P3 ?

Pour ceux qui se poseraient la question, non, Persona 4 et Persona 3 n’ont que très peu de points communs scénaristiquement et au niveau des personnages, si il y’a bien DEUX personnages de Persona 3 qui font un retour discret le temps d’une journée (et ce ne sont pas des personnages que je qualifierais de « super important »), aucun personnage ne vient dire bonjour. Il y’a quelques clins d’oeils appuyés certes, de même qu’il y’en a pour Persona 2 (la présentatrice télé qui s’appelle Mayumi Yamano – le nom me rappelle une autre journaliste nommée Maya Amano, il suffit simplement d’enlever le « umi »…) et évidemment on retrouve ce bon vieux Igor, accompagné cette fois ci de Margaret, qui s’amusera à vous parler d’une certaine Elizabeth au fil du SLinK…

Une question s’est posée néanmoins: quid de Persona Trinity Soul ? Qui était censé faire le lien entre Persona 3 et Persona 4 ? J’ai beau y avoir joué, j’ai rien vu qui a collé. Etait-ce finalement une accroche marketing cette histoire de lien ? J’espère franchement parce que non, j’ai pas des masses envie de remater cette merde :<.

En outre, Persona 4 améliore certains points de Persona 3, principalement niveau gameplay. Désormais une simple pression sur le bouton carré permet d’aller où en veut en ville ou dans l’école ce qui est TRES pratique et fait gagner un temps de folie, on peut gérer l’équipement de l’équipe depuis le menu, et SURTOUT les transactions dans les boutiques sont énormément facilités et mériterait franchement d’être plagiés partout, je veux dire un menu de boutiques qui te permet d’équiper automatiquement l’arme que tu viens d’acheter c’est déjà franchement bien et ça fait déjà franchement gagner un temps précieux, mais en plus le jeu te propose de revendre l’ancienne arme que tu possédais automatiquement là aussi. On y gagne en fludiité, en navigation dans les menus, c’est un véritable plaisir et cela rend Persona 3 un peu plus lourd…

… et je ne parle pas de tous les autres RPG qui se prennent ça dans les dents. Je pense à Eternal Sonata que j’ai fait en parallèle.

Graphiquement, ce n’est pas l’avantage du jeu, le jeu est pas franchement beau mais ce n’est pas ce qu’on recherche dans ce type de soft, et les personas sont bien modelisés, ce qui est globalement suffisant. On aimerait bien un peu plus d’expression sur le visage des personnages, mais comme on les voit rarement de très prêt…

L’OST est du Shoji Meguro aka une véritable tuerie, le thème de combat est aussi bon que le fabuleux Mass Destruction et le thème du boss final arrive à être aussi épique que le fameux Battle For Everyone’s Souls, enfin la musique de navigation dans les donjons est moins prise de tête (la musique du paradis est même carrément sublime), et on reste dans un univers très beau, très chaleureux, très coloré… même pour les oreilles !

Yosh

Car on ne va pas le nier: Persona 4 est sans nul doute le Shin Megami Tensei le plus optimiste de l’histoire. Là ou j’étais habitué à des fins dramatiques, pessimistes ou bien avec des morts partout, la « vraie » fin de Persona 4 est très très belle, très gentille, donnant une image méliorative de l’humanité, des bienfaits de l’amitié. Et ce qui est bien quand un truc fait la promotion de l’amitié, c’est quand le jeu nous fait vivre tellement de bons moments avec ces personnages qu’on se sent presque leur pote pour de vrai, du coup le message passe que mieux.

Je parle de « vraie » fin car Persona 4 a cinq fins différentes, trois qui sont très pessimistes, très tristes, très sentiment d’inachevé pour certaines voire même très cruelle, une qui finit super bien mais qui, quand on a vu la vraie fin, nous permet de se rendre compte que c’est sans doute la plus critique envers des héros et la dernière qui est la vraie fin, véritable récompense.

En outre ces fins me permettent de développer LE grand thème de ce Persona qui est celui des apparences. Et là je développe donc je spoile à mort les fins, donc c’est reservé à ceux qui ont déjà finis le jeu:

AffichageMasquer

En effet, le jeu s’amuse à jouer sur les apparences du début à la fin. Qui aurait cru que Kanji, derrière son apparence de grosse brutasse, adore les trucs mignons et s’interroge sérieusement sur sa sexualité ? Qui aurait cru que Naoto soit une fille ? Même la chasse au tueur et à chaque fois une quête contre les apparences, toutes les fois ou on s’arrête aux apparences sont punies: le geek bizarre est le tueur, c’est sûr, on a réussi à le choper, youhou. PERDU Y’A UNE NOUVELLE VICTIME. Namatame est le tueur ? C’est sûr que c’est lui, on va l’envoyer dans la télé pour le punir. PERDU C’ETAIT PAS VRAIMENT LUI, TU AS PUNI UN INNOCENT DE MANIÈRE CRUELLE. Ok alors Adachi était le cerveau derrière tout ça ? Voilà c’est BIEN FAIT. Maintenant on va plus se poser de questions. PERDU IL FALLAIT SE POSER LA QUESTION POUR TROUVER LE VERITABLE CERVEAU. Ce n’est qu’une fois Inazami battu dans cette vraie fin que l’enquête est définitivement terminée et qu’on peut désormais tout savoir. Le joueur pouvait totalement s’arrêter à Adachi sans se poser des questions genre « comment il a eu ses pouvoirs au fait ? », mais il aurait été sérieusement puni pour ça, le jeu ne fournissant la réponse qu’a ceux qui veulent à tout prix les obtenir.
D’ailleurs il est frustrant de voir les héros tomber dans le piège. EH LES MECS LE JEU PEUT PAS FINIR EN JUILLET.

Le jeu vous encourage donc à ne JAMAIS vous arrêter aux apparences, et à toujours laisser une chance à la vérité de triompher contre le fait d’aller comme un bourrin en pensant qu’on a raison et que tout sera limité a ça. Si je vous dis que si vous ne laissez aucune chance à la vérité, le jeu s’arrête cinq mois avant la date à laquelle il est censé s’arrêter, vous le croyez ça ? D’ailleurs, si vos héros portent des lunettes, ce n’est pas un hasard: cela appartient à la thématique. Toujours. Et encore.

BAOUH

Pourtant croyez le ou pas, j’ai mis presque un mois a faire les deux derniers donjons. Je n’étais plus motivé par je ne sais plus quelle raison, la fin m’est donc passée totalement à coté et j’ai fini le jeu parce que je DEVAIS le faire, pas parce que je VOULAIS le faire, ce qui m’a attristé. Le jeu n’aura pas réussi à m’accrocher en totalité et j’avoue avoir surtout laché devant la difficulté de folie d’un des dernier boss qui m’avait bien achevé. Il faut dire que les héros qui mettent des plombes à se poser les bonnes questions, ça peut énerver un peu. C’est peut-être pour ça que personnellement je lui préfère un poil Persona 3, qui m’avait vraiment beaucoup marqué à l’époque. Je ne dis pas que Persona 4 ne m’a pas marqué, juste qu’il ne m’a pas aussi marqué qu’il aurait du le faire. Et je ne peux me prendre qu’a moi-même pour cela.

Grosso modo, Persona 4 est non seulement le dernier grand jeu de la PS2, mais se paie également le luxe d’être un de ses meilleurs RPG, en plus d’être un des plus abordables et accessible finalement. On est quand même bien loin de la niaiserie linéaire d’un FF10 ou de la lourdeur d’un Star Ocean 3. Ne dites rien sur cette dernière phrase c’est un troll.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Thalie, [Thalie], #thalie, McThalie.

Quand j’ai crée le forum Thalie en mai 2007, c’était pour permettre aux personnes des quelques forums RPG que je fréquentais de discuter de plein de thèmes différents. Je m’étais déjà essayé à l’expérience de création de forum plusieurs fois, pour toujours se prendre un epic fail. Car un forum est une des choses les plus difficiles à faire marcher, surtout quand ils sont à vocation généraliste et ne sont pas liés à un fandom quelconque et à chaque fois j’essayais de construire tout ça de zéro, sans communauté à la base, ce qui fait un peu artificiel.
A l’époque, Néant Vert n’existait pas, ou alors si, mais était un overblog déjà abandonné par mes soins, et le forum a attiré 4 ou 5 de mes connaissances. Et puis le forum a un peu fait son chemin dans son coin, plus ou moins difficilement. La barre des 1000 messages fut dépassé en septembre, et puis le forum se dépeupla, et décéda presque totalement en mars. J’étais même totalement sur le point de le laisse tomber quand soudainement me vint l’idée de l’afficher plus en avant sur Néant Vert, avec le logo sur la droite ou la gauche de l’article par exemple. Car Néant Vert commençait, chose extraordinaire, à avoir des lecteurs réguliers, était répertorié sur Blogchan et Animint, et touchait quand même une audience qui moi-même aujourd’hui me surprend encore (et je veux être clair sur le fait que je ne fais pas de fausse modestie sur ce coup parce que je suis surpris par le nombre de gens sur Néant Vert qui viennent régulièrement, j’avais espéré en avoir autant, pas jamais cru que je pourrais le faire. C’est cool.)
Bref, Thalie fut sauvé d’une crise grave de membre, et commença a attirer du monde, beaucoup de monde. Certains membres firent partager leur passion, bouche à oreille tout ça. Aujourd’hui une véritable communauté à commencée à se créer, une communauté basée sur l’amour de son prochain et le postage d’image de ses auteurs hentai préférés. Une communauté saine et pure donc, jusqu’a ce que l’un de ses éléments trouve que je suis un administrateur despotique.


Un an de Miss Thalie, représentant le forum durant toute la durée d’un mois et étant élue démocratiquement après de rudes combats. Le combat pour la Miss Thalie de Juin oppose Faye Valentine à Yukiko Amagi. 14 à 13 pour la première et pour le moment, SUSPENS. Cliquez sur l’image pour voir la totalité des logos la concernant (trois logos différents par mois) et pour voir toutes les Miss Thalie depuis deux ans.

Pourquoi je vous parle de ça soudainement ? Parce qu’avec une semaine, le forum fête sa deuxième année d’existence, l’âge ou bébé commence à comprendre des trucs plus importants, comme la règle du hors jeu au footbal, l’univers de Babar et le goût délicieux des pâtes au ketchup avec du gruyère rapé. Et le forum est vraiment devenu super actif, le monde entraînant du monde, créant un cercle vertueux ou se mélange plood, éjaculations textuelles sur le dernier épisode d’anime ou de série tv qu’on a vu et un peu de blabla autour des européennes. Et évidemment, des topics de présentations où on est tous poli et on vient tous dire bonjour.

Et depuis peu, les thalistes s’affichent de plus en plus. A commencer sur Team Fortress 2 ou un groupe Steam fut crée par Sayu (au départ il était nommé Néant Vert TIENS DONC), et aujourd’hui plein de 22 personnes qui se retrouvent régulièrement à jouer ensemble, surtout le samedi et le dimanche soir. Un groupe que raton-laveur a dit qu’on était cool et sympa. Faut dire on a su éviter pour le moment d’avoir des inscriptions de rageux, de griefers et de franc-maçons, et faut dire que les 3/4 du groupe sont des n00bs qui ont le jeu depuis 3 mois et qui donc évite de trop la ramener, ce qui rend tout beaucoup plus fun.
Ca c’est pour le coté « woh communauté ».


Et on sème des tags Ranka Lee partout en plus.

Et maintenant, depuis tout à l’heure, Draco Dynasty un de nos membres illustres a décidé de fonder le channel irc #thalie. Pour le rejoindre, il suffit de se connecter sur Worldnet (le même serveur que #haruhi, #typemoon ou #editotaku), et de taper « /join #thalie ». Quelle joie, quelle trépidance, quelle entrée dans le second millénaire !
Ou alors il suffit de cliquer sur cette belle phrase colorée, pour peu que vous avez un logiciel qui gère IRC évidemment. Et même si je sais qu’il y’a plus autant de monde sur IRC qu’a la belle époque :'(.

Le lien peut être retrouvé sur la barre latérale en permance. Yaw. BONNE ASTUCE.

Il y’a également un channel mumble lancé par Arès. Voilà. Mais ça je laisse plus secret, vous trouverez ça sur le forum.

Mode Ego
Voyez quand j’étais ado, je bavais sur ces créateurs et administrateurs de gros sites, ma plus grande ambition était de devenir administrateur de pokélord pour avoir un chouette grade personnalisé et d’avoir mon propre site personnel. Quand j’étais môme je voulais faire de la radio et écrire des critiques de jeux vidéo dans des magazines JV comme Consoles News ou Consoles +. Finalement, j’ai pas mal réussi mes ambitions, suffisait d’être patient – un peu comme tout sur Internet en fait.
Fin de la Mode Ego.

Et globalement pour fêter tout ça est organisé vendredi 29 mai à 18h30 le tout premier McThalie au McDonald’s le plus proche de la Gare Saint Lazare. Il fait double emploi: à la fois réunir entre un burger presque une dizaine de thalistes, mais également permettre à ceux qui vont à la Nocturne Epitanime juste après de pouvoir y’aller groupé juste après un bon repas de junk food qui remplit avec joie et amour l’estomac. Le topic de préparatifs est ici alors si vous voulez vous y rendre en tant que « simple » lecteur occasionnel du Néant Vert, go ahead.

Bref, je tiens à rendre hommage à tous les thalistes qui, nous contents d’avoir fait gonfler mon e-penis pour une période sans doute très très longue, sont en outre une communauté vraiment très très sympathique et qui prend vraiment pas la tête. On manque peut-être un peu de trolleur pour avoir des gros conflits de temps en temps, ce qui rend tout aussi jaune que chez Amélie Poulain, mais à part ça ça roxx grave.

Donc yaw.

I ask for you: Are you my Prince ?

Notes supplémentaires

  • L’Epitanime c’est vendredi avec tout ça ! Je serais là avec mon masque blanc, mon chapeau et mes cheveux blonds. Et ma petite taille oui. Je serais sans doute présent pendant la quasi-totalité des 48h, avec peut-être un gros moment de repos dans la nuit de samedi à dimanche (genre se barrer en retraite pour se ressourcer de la Tanime.) Et je ferais partie du Kumikyoku live qui est prévu sans doute aux alentours de 15h le dimanche du coté du concours chant de T4RKS qui compte déjà pour le moment une vingtaine de volontaires.
  • Il y’aura une vague de 2/3 gros articles cette semaine. Je délaisse de plus en plus les fourre-tout pour faire des sujets à thème et que j’essaie de faire le plus complet possible. Grosso modo, je devrais enfin faire cet article sur Persona 4 et il y’aura un article sur un auteur de hentai ! Le dernier datait de Naruko Hanaharu qui commençait à dater un peu. Je ne vous demande pas de deviner quel auteur cela pourrait-il être car il y’a UN PIEGE. (par contre pas de traduction prévue avant un bon moment.)
  • Et le commentaire le plus trippant du mois revient à Maliki, quelle gloire d’avoir une telle star sur mon b… OH WAIT
  • L’update Spy Vs Sniper est fort sympa, outre la surprise des objets aléatoires, j’ai obtenu les deux objets que je voulais assez vite, et juste pour dire que le Huntsman est… assez puissant. Pas de lunette certes, mais le headshot est presque beaucoup plus aisé. Je l’ai testé que 3mn, j’ai eu plus d’headshot en une seule partie qu’en deux mois (même si j’exagère un peu.)
  • En parlant d’update, j’ai rajouté le suivi par mail des commentaires sur un article bien précis. C’est un truc que perso j’utilise jamais mais qu’on m’a exigé une fois donc je l’ai mis. Et je vais essayer au cours de la semaine de remettre le calendrier \\o/. (ça par contre y’a que moi qui surkiffe les calendrier dotclear)
♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

365 jours de Jeu Vidéo ~ 2008

Comme dans la rubrique Mangasse, et la rubrique Musique, voici venu le temps des rires et des chants, c’est à dire du bilan annuel vidéoludique qui couvre la période de mai à avril de l’année suivante, et chaque mois est consacré à un jeu en particulier qui m’a plus où moins marqué par rapport à d’autres. Bref, du SERIOUS BUISNESS quoi. Cela aurait donc lieu chaque mois de mai, sans doute plus au début du mois…

Et comme les jeux vidéo n’avaient pas encore ce brave bilan, bah…
Il fallait l’inventer !

Mai
Grand Theft Auto IV – PlayStation 3

J’en avais fait une critique juste ici. GTA4 est finalement un titre dont j’ai un souvenir assez médiocre alors qu’il m’a juste éclaté pendant les trois semaines pendant lesquelles j’y ai joué, ou je tombais de joie et de bonheur devant la surpuissance des détails, devant le travail de fou de Rockstar, devant le scénario fort agréable et devant un Nico Bellic assez charismatique. Mais hélàs une fois le jeu fini, que faire ? Il n’y a rien à faire. Le jeu devient comme par magie chiant et au revoir les bons souvenirs: on se remémore mieux notre impression devant la fin que devant le début, c’est clair. Alors oui GTA4 est un très bon jeu, mais non, il ne méritait sans doute pas tout l’étalage d’excellente notes critiques, qui n’ont fait finalement que prouver que les critiques vidéoludiques ne jouent pas à un jeu plus longtemps que trois semaines. Un très bon jeu, mais un assez mauvais GTA…

Juin
Zelda Twilight Princess – Gamecube

Même chose que GTA IV: un très bon jeu, un mauvais Zelda. Ce genre de phrases ne veut à priori rien dire, et vous avez tout à fait raison de le faire remarquer, mais j’aime tout de même en abuser, pour le fun, pour les lol quoi. Grosso modo, je vais pas dire que je me suis emmerdé devant Twilight Princess (que j’ai fait sur GC parce que je suis un TRUE – et qui est donc ainsi normalement mon tout dernier jeu Gamecube), car finalement le jeu en lui-même est franchement bon, bien rythmé, avec un Hyrule franchement trippant à parcourir, mais ne peut s’empêcher de trop lorgner, parfois, sur Ocarina of Time en oubliant totalement de se trouver sa propre personnalité, ce qu’avait réussi à faire Wind Waker et Majora’s Mask. Alors oui, c’est un très bon jeu, mais il est miné par ce problème de personnalité, par ces références perpétuelles à OoT, comme si il ne pouvait jamais s’en défaire. Et puis bordel, Celestia quoi, sans doute un des donjons Zelda les plus relous, avec le Temple de l’Eau.

Juillet
Super Smash Brothers Brawl – Wii

Fun, trippant, fanservice perpétuel. Ce jeu est fait pour faire plaisir et y arrive totalement. Ayant été un joueur inconditionnel de la version 64 et GC, c’est avec plaisir que j’ai investi dans cette version Wii et finalement si il ne fut pas aussi trippant que je me l’étais imaginé avec les trailers et tout, il reste une valeur sûre de la Wii et un jeu franchement génial. Dommage qu’il n’y ait pas Ashley Wario comme perso jouable.

Août
The Darkness – Xbox 360

J’en parle ici. Un jeu assez fantastique à faire, à parcourir, à jouer. Une ambiance de folie (les enfers bordel, LES ENFERS), un scénario prenant, un personnage principal et son alter-ego Darknessique franchement charismatiques, tout un coté crade et dégeulasse, un véritable fun lors des gunfights, une difficulté intéressante… Bref, une grosse tuerie pas franchement passée dans les radars, je n’en attendais pas grand chose en le prenant, j’ai eu une grosse claque dans la gueule. Dommage que le multijoueur soit dépeuplé, et que les rues de New York le soit tout autant… Seuls défauts d’un jeu franchement excitant.

Septembre
Dead Rising – Xbox 360

J’avais acheté la 360 pour ce jeu, entre autre (ça et Rock Band étaient mes principales motivations), je n’ai pas un instant été deçu par ce jeu certes pas franchement acceuillant au début mais qui au fil des parties devient mieux assimilé, et le fun devient vraiment présent. Un modèle de replay-value, des succès pas impossibles mais qui pour certains demandent du challenge et sont récompensés. Franck West est bien trippant (il a couvert des guerres !!!), le jeu fourmille de petits détails, et on ne peut en faire le tour qu’au bout d’un mois. Attention néanmoins à l’overdose: j’y ai tellement joué pendant deux mois que maintenant je peux plus.

Octobre
Persona 3: FES – PlayStation 2

Je l’attendais pas venir en France, et il est venu quand même.Oh joie. Mais bon bref, J’ai déjà dit beaucoup sur Persona en général et, oui, on tiens ici le meilleur RPG PS2 sorti en France, sans contestation possible. En tout cas pas face à moi. Personnages attachants, le scénario a un très bon rythme, toute la gestion des SLinks et de la vie lycéenne est bien géré, le jeu rend très vite addictif et le système de combat est franchement bon, que demande le peuple ?

Novembre
Smackdown Vs RAW 2009 – Xbox360

Gagné suite à un concours, j’étais assez enthousiaste à l’idée de toucher à ce jeu – j’avais pas mal touché à la version Wii de la version 2008 du jeu qui était méga limitée et offrait quand même pas mal de fun- et finalement assez de déceptions en y jouant: la mode carrière est purement merdique (on se contente de choper le plus de titres possibles sans jamais avoir à les remettre en jeu, sans jamais devoir gérer les feuds, en ayant un choix méga limité de match), aucune légende débloquable (ah si y’a Tazz et le Boogeyman, OH JOIE) tout étant réservé pour Legends of Wrestlemania et en plus notre personnage ne peut plus faire son entrée personnalisée si il a une ceinture.
Et pourtant j’y ai beaucoup joué, parce que même si l’IA est globalement fort gentille, on s’y éclate bien. Sans doute un bon jeu multijoueur. Mais reste que je me tâte de plus en plus à échanger cette version avec la version 2008…

Décembre
Rock Band – Xbox360

Le meilleur jeu musical de tous les temps ? Non…
Janvier
Rock Band 2 – Xbox360

… Parce que le voilà, le meilleur jeu musical de tous les temps jusqu’a Rock Band 3. Alors oui il y’a encore 2/3 trucs qui manquent, comme pouvoir voir depuis la setlist combien d’étoiles on a sur telle chanson, oui il manque encore un pack Dire Straits en DLC mais bordel quel jeu. Que ce soit niveau partitions, niveau playlist, niveau plaisir du jeu ou niveau ambiance, Harmonix réapprend à Neversoft sa leçon. Aussi kiffant à jouer seul qu’a plusieurs en online ou chez soi, le jeu est en outre finalement assez abordable pour tous et toutes, et ses presque 700 DLC déjà dispo sont un argument de plus en sa faveur. Vraiment très grand.
(et pourtant des gens préférent faire des tournois Guitar Hero World Tour :'(.)

Février
Team Fortress 2 – PC

Poussé par les Thalistes, j’ai acquis ce jeu que j’avais déjà bien torché sur 360. Enfin par bien torché, je veux dire 6 ou 7h. Grand max. Enfin bref, quel plaisir ce jeu. Voilà. Et puis c’est tout. (et la maj de cette nuit est assez bizarre. Mais commence à devenir moins sombre à mes yeux.)

Mars
Persona 4 – PlayStation 2

L’article est en cours de confection. Je vais avoir beaucoup à dire sur ce Persona 4 sans doute. Du coup ça serait vous spoiler que vous dire ce que j’en ai pensé, non ? Allez globalement, Persona 4 répare beaucoup de défauts du troisième volet, mais s’en crée quelques uns par la même occasions, ce qui ne le rend pas parfait. Et surtout il bat un peu de l’aile scénaristiquement, surtout sur la fin. Oh ouais. SURTOUT sur la fin. Je veux donc prendre un peu de recul parce que j’ai été très deçu par cette fin justement. Mais à part ça, on tient un grand RPG, le dernier grand jeu de la PS2 tout ça. Bref un total immanquable quoi.

Avril
Phoenix Wright Ace Attorney: Trials & Tribulations – Nintendo DS

Je ne l’ai pas encore fini, j’attends d’avoir un gros moment pour ça, genre dans le train qui me ménera à l’Epitanime. Mais là j’en suis au milieu de la dernière affaire (ou à la fin ? Je sais pas) et OH PUTAIN DE MERDE quoi. Justice for All était sans doute moins bon que le premier volet mais franchement ce troisième volet prend les deux à l’aise tellement chaque affaire est franchement excitante, intéressante et caetera. Mais le must reste sans doute la cinquième affaire. C’est bien simple: on a l’impression que les douze ou treize affaires qui ont était faite juste avant celle-ci n’ont servies qu’a une chose: à préparer CETTE affaire en particulier. Un mélange simplement extraordinaire de fanservice qui fait vraiment plaisir, de rebondissements juste permanents, de contrepieds gargantuesque à l’attente des joueurs, les personnages y jouent tous leur rôle et ça se permet même d’être un peu glauque. Et puis bon, ça reste Phoenix Wright donc drôle, le passage procès bute sa race mais là, et c’est presque rare, tout le passage enquête est aussi furieusement trépidant. Bref grand. GRAND.

Et les autres jeux auquel j’ai joué, de mémoire, résumable en une petite ligne:

Guitar Hero World Tour: Non. Franchement non quoi. Non non non. Non. Non. Non quoi. Furieusement non.
Eternal Sonata: Je l’ai. Pas. Encore. Fini. Et franchement rien ne donne franchement envie de le finir, le scénario étant franchement naze, voire dispensable. Mais le système de combat est cool et les personnages sont attachants, je le finirais sans doute, mais pas question de compter sur moi pour une seconde fois. C’est bien les même mecs qui ont fait l’extraordinaire Baten Kaitos ?
Digital Devil Saga: J’accroche définitivement pas aux Shin Megami Tensei hors Persona. Je sais pas pourquoi. Peut-être que j’aime pas être constamment violé à sec et sans douceur.
We Love Katamari: J’aurais du accrocher. Je n’ai pas accroché du tout. Dommage.
Perfect Dark Zéro: Un sombre nanar qui souille le premier Perfect Dark, qu’il crève.
 »Half-Life² »: A part Alyx, ça bute.
Half-Life² Episode One: A part Alyx, ça bute.
Half-Life² Episode Two: A part Alyx, ça bute. Surtout le passage dans les mines ou y’a pas Alyx.
Portal: Grand jeu. Sans doute trop court mais on ne lui en veut pas: en 5 ou 6h du jeu, on avait hélàs fait le tour avec les portails.
Forza Motorsport 2: A trop tenter de copier Gran Turismo pour faire aussi bien que lui, ce jeu en a oublié à la fois sa personnalité, et surtout de réparer les défauts de Gran Turismo. IA pénible, circuits très vite répétitifs, courses trop longues. Franchement, quel joueur occasionnel a le courage de faire des courses de 20 ou 30 minutes ?
Hexic HD: Addictif putain. ADDICTIF. Mais vachement hardcore comme jeu de puzzle. Bon il est gratos de toute façon.
Dash of Destruction: Gratos et aurait pu être pire. Divertit pendant 30mn. Environ.
Kameo Elements of Power: Mauvais. Le jeu en soi n’a pas de gros défaut qui tue, mais est une accumulation de petits défauts qui, unis, font que le jeu est indigeste, pénible à jouer et signe d’une certaine décadence chez Rare. Sans doute un des level-design les moins bien torchés de l’histoire. Et les boss sont bien relous.
Apollo Justice Ace Attorney: Fait que les deux premières affaires pour le moment. Si Vérité Wright me plait déjà plus que Maya Fey, et que la première affaire fout direct dans le bain, je regrette le coté un peu artificiel de la détection de tics. « Haha tu as un poil qui dépasse du nez quand tu dis le mot « savon », ça veut dire que tu mens a propos de ton hétérosexualité ». SRSLY.
Fallout 3: J’y ai joué 3 jours avant que ma 360 ne décède et je suis assez séduit. Voilà.
Banjo-Kazooie: Tin j’avais pas aimé ce jeu quand j’avais 10 ans, je le surkiffe à donf maintenant que j’en ai 20. C’est tout, les jeux de plates-formes ce n’est pas que pour les enfants, définitivement. Je reveux des jeux de ce genre. Et faut que je pense à me payer Banjo-Tooie d’ailleurs.
Touhou 6: Perfect Cherry Blossom: Bon du shoot quoi :<,

Eh bien, je n’ai pas joué à beaucoup de choses en un an en fait, c’est presque triste en fait. :'(

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Joue-la comme Néant Vert – Les Schtroumpfs épisode 7 (Update Schtroumpf)

Et voilàààà le dernier épisode des Schtroumpfs, dans un épisode que j’estimais plus long mais qui ne dure en fait « que » 9 minutes. Parfait quand on attend le bus quoi. Alors je n’ai pas été épargné par les problèmes pour cet épisode, puisque toute ma première partie a eu un horrible bug de son qui m’a forcé à tout recommencer, ce qui peut expliquer un montage presque… « artificiel ». Vous verrez pourquoi je dis ça. Mais je me suis bien éclaté à commenter les Schtroumpfs en tout cas, et je vous propose de m’offrir vos suggestions pour le prochain jeu. Vous n’avez pas le droit de demander un Sonic, mais tant que c’est du old school, du jeu à licence, pas trop long, ça peut être amusant.

Parce que si j’ai bien un début d’idée de jeu de plates-formes amusant à faire, y’a peut-être plus drôle. Ou pas. C’est vous qui voyez.

Allez, Get down

Tant qu’a faire, ce gros enculé de Concombre a lui aussi fait tout ce passage. Ca offre UNE SECONDE VISION. Choisissez votre préféré quoi.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Maria†Holic & Kannagi – « Divertissant, sans plus » ?

Dingue, j’ai commencé à écrire cet article dans la nuit de mardi à mercredi, et vala que tombe un débat sur les animes « tranches de vie mignon comme tout » lancé par Aer (l’article est bof, mais un type qui a du Persona 3 en bannière peut être excusé amplement), repris par Segfault (l’article est bof, mais un type qui a Tsuruya en bannière peut être excusé amplement.). Et ca partage finalement des idées… communes.
Ou pas du tout en fait, peut-être que je délire dans un coin. A cause du désespoir.

Il y’a les animes inoubliables, dont on parle partout pendant des mois, des années, qui se font chier dessus ou idolâtré dessus. Il y’a les animes totalement inconnus, ceux qui ne dépasseront pas le cadre de quelques otakus férus. Il y’a ceux qui ont 300 épisodes et qui se maintiennent en vie parce que le manga qu’ils adaptent (mal) a toujours du succès et toujours une fanbase. Et il y’a l’horrible catégorie des divertissants, sans plus, ceux qui ont été très connus… les deux premiers mois de leur diffusion, et qui maintenant qu’ils ne sont plus à l’ordre du jour, ne marqueront ni l’histoire de l’humanité, ni ne seront énormément proposés au Find Or Die de tous les pays. Ceux dont on gardera un souvenir agréable, mais pas marquant. Ceux qui sont sympathiques, mais qui manquent d’un ce que les anglophones nommeraient un « je ne sais quoi« . Ceux qui, si ils étaient des jeux vidéos, auraient 6 ou 7 sur 10. Les animes qui a défaut d’être mauvais, ne sont que… divertissants, sans plus.

Je ne veux pas vous mentir: les animes, et ça tombe bien, sont fait pour divertir. De base. En offrant un scénario passionnant qui fait marcher le cerveau, en offrant du moe et des scénettes mignonnes comme tout, en proposant des personnages qu’on a envie d’aimer, de s’indentifier. En offrant parfois de la bonne musique ou en offrant alors le fanservice le plus délicat. Un anime n’est pas un besoin nécessaire de la vie de tous les jours, c’est un fait certain et c’est enfoncer des portes ouvertes que de faire ça. Alors chacun remplit son rôle avec plus ou moins de maladresse. Certains animes sont des exemples de divertissement ultime (Code Geass les mecs. Code. Fuckin’. Geass.), d’autres sont chiants comme la mort et ne parviennent pas à y arriver (Persona Trinity Soul pour prendre l’exemple le plus frais que j’ai en tête) mais rare sont les animes qui, finalement, n’arrive pas à cet objectif simple. L’anime peut être mauvais scénaristiquement, les personnages peuvent être des clichés ambulants, l’animation faite par des coréens du nord, la musique par un aveugle qui a sa carte à l’UMP (non pas par Montagne, j’ai du respect pour cet homme), on se divertit quand même, au fond ?

Et parfois, des gens se posent la question là-dessus, trouvant soudainement inacceptable de n’être « que » divertit, comme si tout anime devait avoir une portée nietzchienne, devait être approuvé par les professeurs de la Sorbonne ou bien devait être plus que ça. Tous sans exception.

Bref. J’écris, j’écris, c’est redondant, pas forcément intéressant à lire, et ça ne fait qu’énoncer des évidences donc changeons vite de sujet…

Yahourt
Kannagi. Série phare de l’automne 2008, il aura été à l’origine d’une hype assez mesurée sur la blogosphère américaine et, donc, française. Ah, et japonaise aussi. Mais les avis des japonais, franchement, ça ne nous intéresse pas. On avait eu pas mal de dessins sur danbooru (qui indique plus où moins la popularité d’une série finalement), pas mal de réactions sur tous les forums du monde, des tas de doujinshi et puis d’un coup, je sais pas quand, splouf. Kannagi a disparu. N’a jamais existé. On nous annonce un épisode 14, mais ça n’a pas l’air d’enthousiasmer grand monde. Que s’est-il passé ?

Eh bah franchement j’en sais rien.

Mais reste que j’ai fini la série taleur. J’avais patiemment attendu que la série soit terminée pour la commencer. J’avais maté les 4 premiers épisodes en février. Puis patiemment attendu. Et j’ai tellement patiemment attendu que je m’y suis mis qu’en début mai. Pourquoi attendre si longtemps ? Eh bien je n’en sais stricteeeement rien. Parce que je me questionnais peut-être. Pourquoi mater Kannagi ? Qu’est-ce qui me forcerait à mater Kannagi ? Quel interêt aurais-je à mater Kannagi ? C’est finalement en composant mon AnimeList que je me suis dit « Hey, j’ai pas fini Kannagi ! »
Et comme j’ai un petit coté Kitsu Chiri, je me suis dit que c’était insupportable d’avoir un anime pas fini. Et oui, je suis de ce genre là. Le genre de type qui abandonne Lucky Star au 22e épisode, mais qui tient à finir Kannagi. C’est comme ça.


Bon après tout, je cracherais pas sur Zange et Tsugumi tiens…

Kannagi est finalement un anime très… divertissant. Assez bien foutu, a l’opening reconnu universellement, les personnages sont là – et bien là. Ils sont définitivement sympathiques je veux dire. Même si ma préférence est loin d’être en faveur de Nagi, l’idole du show, ni en faveur du héros classique d’anime « harem » qui a « vraiment trop du mal avec ses sentiments, tellement qu’il ne voit pas pourquoi il sortirait avec des filles d’ailleurs ». Zange-chan et Tsugumi (pas Tsumugi attention) sont vraiment très mignonnes et elles savent sortir du lot dans la catégorie « amie d’enfance » et « rivale de l’héroïne de charme qui sait prendre les devants ». En outre le club artistique est très bien composé. Le scénario ? Y’en a peu, et il est limite chiant quand il s’active de manière presque impromptue pendant un épisode 12 relativement choquant pour une simple bonne raison: il n’y a pas de « transition » entre l’aspect quand même très léger de l’anime, et un passage soudainement beaucoup plus sombre, moins léger. Et finalement, ce passage là ne réussit pas franchement à séduire. Enfin à ME séduire déjà.

Mais globalement, l’anime, dans ses périodes légères, fonctionne quand même plutôt bien et est agréable à suivre. Je n’ai en tout cas pas rechigné à mater un épisode (à part le 12), et j’ai rarement fait pause pendant mes matages pour faire autre chose de soudainement plus important (ça m’arrive souvent pendant un épisode de « oups merde faudrait que je fasse mon mail PAUSE »), et puis même quand ça arrive, Kannagi ne souffre pas tellement de ça. 2/3 épisodes sont d’ailleurs franchement pas mal dans le genre, celui du karaoké par exemple (qui ne se résume hélàs pas à un caméo des filles de Lucky Star comme j’ai pu le voir écrit trop souvent) qui arrive à développer les personnages, l’intrigue « légère » et a être amusant.
Et puis tout le passage « Quoi, tout le monde croit que t’es gay ? Réglons ça. » est aussi assez savoureux.


De l’emo et du yaoi: les jeunes femmes dépressives sauront apprécier.

Finalement Kannagi est agréable et pas indispensable dans la vie d’un otaku. Pas le genre d’anime qui doit être vu de manière forcée, sinon c’est la mort qui attend au bout de l’autel. Ca fait passer le temps de manière sympathique… ce qui n’est franchement déjà pas mal, au moins il réussit son objectif. C’est déjà ça. Puis je garderais au moins une chose en souvenir de cet anime: Zange-Chan. Meilleur promotion pour la confession. Ever.

MARIYAAA
Le cas de Maria†Holic est plus spécial. Il est indubitable qu’un anime dirigé par Shinbo, par SHAFT, par tout ça, part déjà sur de bonnes bases. A la base je voulais lui faire un article dédié, carrément. Mais finalement non. Car là ou Sayonara Zetsubou Sensei, Negima!? et sans doute Hidamari Sketch ont su marquer l’histoire de SHAFT et sauront sans doute encore être rappelé par nous autres anciens de la japanimation, je ne sais pas si Maria†Holic sera gardé dans la mémoire en ce qui concerne SHAFT. Non pas que l’anime soit mauvais, je le trouve franchement très très sympathique et comportant nombre de qualités. Mais finalement il ne vise pas grand chose, et très vite on voit que les ambitions sont limitées: on divertit, on tente de faire rire et puis basta, pas de grandes leçons sur la vie, ni rien. L’amalgame « réalisation pompeuse = anime aux grandes ambitions » a sans doute été trop utilisé dans les critiques envers cet anime et finalement on sent très vite que le manga Maria†Holic n’est que prétexte pour que Shinbo s’amuse.
Et finalement, il faut le sentir, et pas mal de gens ne l’ont pas sentis et ont pris cet anime pour ce qu’il n’était pas: un truc SERIOUS BUISNESS. Ca m’avait fait assez mal de lire des charges franchement virulentes sur cet anime, cela m’avait même un peu complétement dégouté pendant quelques jours de la communauté geek-otaque de France. Eh ouais, je vous avais tous mis dans le même sac. Quelle folie.


Mariya, meilleur trap de tous les temps. Je suis gay pour Mariya.

AfficherMasquer

Et hétéro pour sa soeur jumelle

Et là interviens l’humour. Si on rigole pas devant Maria†Holic ce n’est pas la fin du monde, bien au contraire – même si bon ok on part avec un handicap pour apprécier le truc. Et au moins l’anime ne se contente pas de miser, tel un Jean-Claude Dusse, sur son humour uniquement. Les personnages principaux sont franchement TRES attachants. Je suis, je ne le nierais pas, un très très gros fanboy de Mariya (bien que finalement je reste très proche de Kanako dans le comportement, le coté pervers extrémiste en moins… enfin je crois) et rien que le personnage en lui-même m’a convaincu à mater la série de manière hebdomadaire. Pour voir ses nouvelles manipulations, ses nouveaux coups de putes et puis merde quoi, le personnage est MEGA CHARMANT. Un trap pareil, j’ai envie de dire, c’est juste de la cruauté pure.
Et finalement, le problème de Maria†Holic est que sans Mariya, mouerf. Kanako seule arrive plus où moins à assurer de manière très brillante le show avec ses pensées, ses plans, ses saignement nasaux et son incompréhension de ce qui l’entoure, mais le reste du casting est très… meh. L’archère ne m’a jamais semblé avoir une utilité, la binoclarde est très très limitée… finalement seul Dieu arrive à tirer son épingle du jeu (« I Want a DVD Player é_è… ») mais vu son doublage assuré par Taro de Sayonara, elle ne pouvait que s’en sortir.

Et finalement la réalisation est quand même un des gros atouts de la manche de cet anime. On peut déplorer que Shinbo en fasse trop, mais personnellement j’uberkiffe à donf le style. On sent que les mecs de SHAFT s’amuse et, sans cette réalisation complètement barrée, nulle doute que la série n’aurait pas été aussi agréable à voir. Pour ne pas dire, un cran nettement en dessous. Et franchement ça rafraichit quoi. Ce style unique est franchement un peu de changement dans une japanimation qui, hélàs, peine parfois peut-être à se renouveler niveau réalisation, au moins à avoir l’air plus unique.

Mais pour autant, garderais-je un vibrant souvenir de Maria†Holic ? Sans doute pas. J’ai vraiment pas mal aimé, mais il faut bien avouer que mis à part sa réal et son trio principal, la série n’est objectivement pas un chef d’oeuvre… mais a t-il prétendu à l’être vraiment, puis-je lui reprocher de ne pas être ce qu’il ne veut pas être ? Sans doute pas. Divertissant, sans plus donc, et même si je n’encourage pas forcément la vision de cet anime à tout prix (de SHAFT matez quand même en priorité l’orgasmique Sayonara Zetsubou Sensei), je ne vous découragerais pas de le faire. Et si un jour je perd un peu de poids, je me rase la barbe, je me laisse encore un peu pousser les cheveux et je tente un cosplay de Mariya. POUR LES LULZ. Considérez ça comme une semi-promesse. (je suis du genre à me dire « nan je me cosplayerais jamais, pas envie de détruire un personnage »)

Donc finalement comment comprendre ce sentiment ? De nombreuses personnes rejettent assez souvent ce genre d’anime, « divertissants sans plus », car ils en attendent sans doute plus de la japanimation, peut-être veulent-ils des Evangelion, des Lain, des Cowboy Bebop, des Samurai Champloo, des Gurren Lagann ou des Haruhi à tous les coins de rues. Mais la spécificité d’un chef d’oeuvre, un vrai, n’est-il pas sa rareté ? Evangelion, on en parlera sans doute encore dans 20 ans (le combat Rei Vs Asuka ne finira jamais) , Kannagi dans 20 ans, est-ce qu’on en reparlera autrement que dans des jeux pour « otakus hardcore » ? Quand j’assiste à des jeux pour otaques, genre à la Japan Expo ou à la Nocturne, je suis souvent étonné de voir des gens parler de vieilles séries dont je n’avais jamais entendu parler car elles n’ont sans doute à leur époque pas crevée l’écran, mais qui sont restées dans la mémoire de ceux qui, à l’époque, l’ont vues… et c’est déjà pas mal (et encore je parle pas du facteur Internet qui fait que maintenant on peut tout pécho venant du Japon, alors que y’a encore nombre d’animes des années 80 qui ne sont dans les mémoires que des otakus japonais qui ont connus cette époque…)

Je vous donne donc rendez-vous le 6 Juillet 2029 pour la Japan Expo 30e anniversaire afin de vous coller sur Kannagi. Bande de moules.
(si un hiver nucléaire ne s’est pas abattu d’ici là, évidemment.)
(ce à quel cas, je vous donne rendez vous dans la Japan Expo de l’Abri 451.)

De toute façon cet article n’est rien face à la nouvelle de jour: les Snipers vont désormais avoir le plaisir de BALANCER DE LA PISSE PARTOUT. Oh joie.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Maliki c’est devenu sérieusement naze, non ?

Magical JanKen Pon tome 2 le 27 mai – JETEZ. Y. UN OEIL. Si vous trouvez pas le tome 1 et que vous y connaissez rien à cet univers, essayer de le choper, de le feuilleter, je m’en fous. J’ai vraiment surkiffé ma race sur le tome 1 et Yoma fait vraiment nawak a pas vendre ses titres.

Quel beau titre. J’en suis bien conscient. A partir de là, deux options à suivre: faire un article sans rapport avec le titre et assumer le coté « eh c’est juste pour ramener plus de gens et avoir plein de visiteurs pour que je me puisse ce soir encore me masturber devant Analytics », ou soit parler du sujet hautement polémique. Et bien c’est ce que je vais faire, tel un fou, tel un soldat, telle une star de cinéma.

Mais avant je vous offre un doux moment FFUUU:

Ma 360. Ne. S’allume. Plus. Pas un ROD. Pas un message d’erreur E74. Le bouton ne marche juste plus. La console n’est plus allumable. J’ai appellé le SAV du coup, et c’est parti pour 3 semaines sans Rock Band. Sans FallOut. Sans Eternal Sonata. Et effectivement, j’ai fini Persona 4 hier, donc j’ai même plus rien à faire sur PS2. Je vais ressortir ma N64, je le sens.

Elle a durée 9 mois. Pas mal du tout en fait.
Ah et j’ai enregistré le dernier JLNV spécial Schtroumpfs, et voici une teaser tout en image:

Ah, hum, et Kaze a acquis la licence Code Geass. Ca devrait me mettre en joie mais je viens de me rendre compte que depuis la mort de mon disque dur d’origine y’a un an, j’ai plus les épisodes sur quelques supports que ce soit, et je m’étais projeté de les remater. Et donc si je veux les remater, va falloir que j’achète les DVD. A priori. Dans l’ordre naturel des choses. Mais je vais devoir les attendre du coup. Et ça ça va être putain de long. Y’a interêt à ce que ça sorte en coffret, j’aime moyen le fait d’attendre plus d’un an pour le fait d’avoir l’intégralité d’Haruhi Suzumiya (il sort quand ce DVD4 bordel de dieu.)
Crottecaca.

Bref. Maliki. Venons en à elle. Parce que j’ai mes règles en ce moment, que tout ce qui est électrique semble autour de moi se niquer la gueule en ce moment, que le mois de mai est pourri et que j’ai pas encore préparé ma chronique JV pour demain (si vous voulez écouter, c’est sur Radio Phénix entre 19h00 et 19h50.)
Si vous êtes un lecteur régulier de ce blog, vous êtes non seulement un peu cinglé mais aussi sans doute conscient du fait que je taille un peu beaucoup Maliki quand l’occasion s’en présente. A la base j’aimais bien ce strip, j’ai même le premier volume dans ma bibliothèque, acheté lors de la Japan Expo 2007 et faut dire que le brave Souillon à cette époque était pas désagréable à lire.
Et puis il y’eut un drame, je ne sais pas exactement quand c’est arrivé, mais il s’est sans doute décidé de nous refiler ses leçons sur la vie et de faire de Maliki la grande prêtresse du « la vie c’est de la merde, je le sais, j’en suis conscient, pas vous, I AM SUPERIOR. » Et a partir de là c’était foutu. En tout cas pour ma poire, c’était fini. J’aime pas trop les donneurs de leçons, globalement, les mecs qui émettent des jugements comme ça, vas-y, allez hop. Tiens prenons l’exemple du strip de la Poste. Globalement, pas mal de blogs bd ont couvert ça, c’est presque devenu un passage obligé. De toute manière, qui n’a jamais critiqué la Poste sur son blog ? Ces mecs qui, comme les feignasses de banquiers, ferment à 17h en s’imaginant que tout le monde est libre le reste de la journée ? Voilà, ça tiendrait qu’a moi, je deviendrais président et forcerait tout ça à finir à 22h, rien que pour les emmerder.
Surtout les banquiers.
Donc voilà, joie, tapons sur la Poste, c’est logique. En bref, à chaque fois qu’il y’a jugement sur un type de personne, Souillon semble se démerder pour tout foutre en l’air, pour tout faire pour qu’on soit avec le type qui devrait être semble t-il le type à haïr et surtout bordel il TEXTUALISE TROP. Toujours avec ce strip, le « toi moi comprendre » était obligé ? On pouvait pas comprendre sans texte ? Juste avec les images ? Et surtout le passage final, tout en défouloir sur le type dont, finalement, on a pas bien compris le problème (après tout loin de vouloir défendre les merdes administratives de notre beau pays, Souillon/Maliki aurait du savoir que si y’a marqué « à chercher après 14h » c’est pas avant ;(), et là grande joie et amour.

Ce strip m’a fait vomir à l’époque. Il était accompagné presque dans la foulée d’un strip sur la première classe SNCF (là aussi interissable sujet) qui était finalement dans la même veine (« merde j’ai raqué cher pour un premiere classe, y’a quand même des gamins et des bébés qui pleurent dedans, laissons les moisir en seconde classe :'(« ) et dont franchement je cherchais l’interêt: mis à part passer Maliki pour une chieuse complète qui dit rien et subit tout ? Franchement ?
Et finalement le pire c’est que c’est pas léger du tout, c’est de la fausse dénonce pénible.

Après je passe sur les strips du même tonneau, du genre celui-ci (« ouin ouin les gens qui matent du foot ils font du bruit j’aime pas c’est un truc de con »), ou celui-là (original :<), ou bien lui (contrer une généralisation en balaçant une évidence, quoi il y’a des chtis cons, quoi ? Quelle surprise dis doooonc), et même des strips assez sympathiques sont assez puants une fois la chose décryptée (« la vie c’est trop pourri et répétitif, heureusement que je m’en suis rendu compte hein parce que t’imagines y’a encore des gens qui y croient à la belle vie tout ça haha les cons ».)

Finalement, ce qui est drôle dans Maliki c’est que si il critique toujours ce qu’il est bon ton de critiquer (l’administration sans queue ni tête de la poste, les supporters du foot qu’ils font du bruit et que ça m’empêche de dormir), il ne tire que rarement sur autre chose que des ambulances et surtout il a beau se plaindre de la répétitivité d’une vie metro boulot dodo, cela ne l’empêche pas de voir très souvent remis sur le tapis le fait qu’il bosse beaucoup, qu’il bosse beaucoup et éventuellement il bosse même quand il bosse pas. Au délà du verni tout beau tout léger, on retrouve quand même, très mis en exergue avec la fameuse note sur la SNCF, le thème de l’argent, du prestige, de la volonté de renommé sociale. C’est peut-être voir le mal partout mais je ne retrouve pas ça systématiquement sur tous les blogs bd que je lis, et chez Souillon ça se voit vraiment: ce type bosse comme un taré, et ça se SENT. Et je sais pas si il s’en vante ou si il veut via l’intermédiaire de sa gentille mascotte aux cheveux roses se venger sur plein de gens de tout ça mais reste que ça pollue énormément quand même.
Et puis à un moment, quand chaque strip est fourni avec le petit jugement à l’emporte-pièce ni comique ni pertinent, lourd quoi.

En fait le strip qui m’a un peu sorti la veine du front, c’est celui-ci.
Il est indigeste, purement et simplement indigeste. Car non seulement le personne présenté est au délà de la simple caricature (mais nous dit Souillon les yeux encore triste, totalement vrai, ah bon, il n’a pas pas exagéré un chouia sur les dernières cases, vraiment ?), mais en plus il retombe dans ses travers et nique totalement sa fronde en… faisant parler Maliki. Comme si elle devait obligatoirement apparaître et faire un commentaire premier degré pour bien montré qu’elle ne cautionne pas ça. Au bout de la 3e case, c’est juste horrible tellement les évidences et l’absence totale de répartie se fait ressentir. Et final, on se retrouve avec un strip boiteux, à l’impact réduit, à la Maliki rendu encore plus pénible que d’habitude avec ses phrases toutes faites, son ton absolument pompeux, et ses leçons gentiment offertes.

Non, franchement Maliki, ça devient de plus en plus inondé. Ca m’attriste d’autant plus que finalement c’est pas si moche, que le personnage principal est physiquement intéressant (car au niveau du caractère, elle se barre de plus en plus en couille vers la fermeture d’esprit bien habituelle de ceux qui se vantent d’être ouverts d’esprits) et que y’avait des bons trucs au départ. Mais non, tout comme Edward Elric transforme le sol en lance trop classe, Souillon est en train de transformer un truc rafraichissant en la tribune de la frustration quotidienne.

Car voilà, au final Maliki c’est une mayonnaise indigeste, un mélange sans cesse étrange de légerté et de second degré agréable avec un discours nihiliste et pseudo-rebelle, et étrangement… les deux choses ne se mélent bien que si le cuisinier a des bonnes capacités. Et là dessus, bah non quoi. Echec. Et c’en est dommage quoi.

Et lisez Ultimex.

La vache, deux articles méga critiques en un mois et demi, Néant Vert devient complétement fou.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Car il ne faut jamais oublier qu’Amo est un gros fanboy

Je devrais éviter les titres ou je parle de moi à la troisième personne.

Outre le plus beau backstab que j’ai jamais subi, cette journée fut riche en nouvelles diverses et variées, par exemple que Fallout 3 est vraiment très très immersif (« tiens il est minuit 30, jvais errer un peu dans les Terres Désolées jusqu’a Smackdown. » (…) « Oh tiens donc, déjà 3h30 ? J’ai loupé Smackdown ? Peste soit de la chasse à la rataupe ! »), que Smackdown est d’ailleurs définitivement devenu le meilleur show de la WWE (Morrisson fait un face extraordinaire, Melina et Gail Kim font des trucs vraiment bons sur un ring, Dolph Ziggler a en fait vraiment un certain charme à voir évoluer, et le main-event à déchiré sa race) face à un RAW aussi mou et lent que Batista (et ça me fait mal de le dire, mais vivement le « retour » de Cena… aussi gonflant qu’il était, il l’est moins qu’une feud Orton/Batista aussi chiante qu’un billet euphorique sur Néant Vert), que je vais aller voir Smackdown à Bercy (oui bon on parle trop de catch là), que Kannagi est très agréable à regarder mais ne restera pas à jamais dans les mémoires (d’ailleurs je crois que le grand buzz d’octobre qu’était cet anime était déjà mort en novembre, alors que K-ON ça CONTINUE §§§§) et surtout qu’un nouveau logiciel Vocaloid va débarquer: Gumi !
Et quel est son interêt hein ?

Celui-ci:

Le personnage qui rejoint la bande Vocaloid est non seulement assez inspirée physiquement de Ranka Lee, sa seiyuu EST Megumi Nakajima, aka Ranka Lee, aka « le-personnage-que-je-surkiffe-vraiment-a-donf » de Macross Frontier, dont je me passe encore presque hebdomadairement, comme une dose obligatoire les habituels Anata no Oto, Seikan Heikou et caetera. (Et aussi la mascotte attitrée du groupe Thalie de Team Fortress 2 – quand y’a une Ranka un thaliste n’est jamais loin.)
Du coup cela donnera sans doute des chansons intéressantes à écouter. J’espère que des gens lui demanderont de chanter tout et n’importe quoi. Genre le Kumikyoku.

D’ailleurs, en parlant du Kumikyoku, je relance le truc, si vous voulez le chanter à l’Epitanime, venez jeter un oeil ici (maintenant y’a juste à espérer que les mecs de TR4KS prennent pas peur de voir un groupe de plein de gens débarquer le dimanche après-midi comme des fous.)

Jusque là je dois bien l’avouer: Vocaloid je m’en foutais un peu. J’en ai jamais beaucoup écouté, mais le peu auquel j’avais jeté une oreille m’avait relativement rendu circonspect. Autant le personnage d’Hatsune Miku avait un certain charisme physique tout en moe qui ne pouvait que séduire, et que je trouvais tout a fait agréable (puis après tout elle a les CHEVEUX VERTS), autant tout le reste m’est passé à coté. Mais là c’est différent. C’est une seiyuu que je surkiffe, qui a une voix méga relaxante, méga mignonne, bref cette voix, si elle était diffusée en Israël, ferait que tout le monde se ferait des calins, des bisoux, des enfants, et PAIX DANS LE MONDE.

Voilà. Bref, les premières chansons faites avec ce logiciel ma foi fort onéreux font partie des trucs otaque que j’attends le plus au monde, Avec le bankai d’Urahara dans Bleach, la prochaine MAJ du site de Tony Taka et le chapitre Clannad entièrement dédié à Kyou. C’est dit. Un article léger mais qui expose bien les choses. Enfin. Voilà. Je vais me coucher du coup.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr