Archives quotidiennes :

365 jours de Jeu Vidéo ~ 2008

Comme dans la rubrique Mangasse, et la rubrique Musique, voici venu le temps des rires et des chants, c’est à dire du bilan annuel vidéoludique qui couvre la période de mai à avril de l’année suivante, et chaque mois est consacré à un jeu en particulier qui m’a plus où moins marqué par rapport à d’autres. Bref, du SERIOUS BUISNESS quoi. Cela aurait donc lieu chaque mois de mai, sans doute plus au début du mois…

Et comme les jeux vidéo n’avaient pas encore ce brave bilan, bah…
Il fallait l’inventer !

Mai
Grand Theft Auto IV – PlayStation 3

J’en avais fait une critique juste ici. GTA4 est finalement un titre dont j’ai un souvenir assez médiocre alors qu’il m’a juste éclaté pendant les trois semaines pendant lesquelles j’y ai joué, ou je tombais de joie et de bonheur devant la surpuissance des détails, devant le travail de fou de Rockstar, devant le scénario fort agréable et devant un Nico Bellic assez charismatique. Mais hélàs une fois le jeu fini, que faire ? Il n’y a rien à faire. Le jeu devient comme par magie chiant et au revoir les bons souvenirs: on se remémore mieux notre impression devant la fin que devant le début, c’est clair. Alors oui GTA4 est un très bon jeu, mais non, il ne méritait sans doute pas tout l’étalage d’excellente notes critiques, qui n’ont fait finalement que prouver que les critiques vidéoludiques ne jouent pas à un jeu plus longtemps que trois semaines. Un très bon jeu, mais un assez mauvais GTA…

Juin
Zelda Twilight Princess – Gamecube

Même chose que GTA IV: un très bon jeu, un mauvais Zelda. Ce genre de phrases ne veut à priori rien dire, et vous avez tout à fait raison de le faire remarquer, mais j’aime tout de même en abuser, pour le fun, pour les lol quoi. Grosso modo, je vais pas dire que je me suis emmerdé devant Twilight Princess (que j’ai fait sur GC parce que je suis un TRUE – et qui est donc ainsi normalement mon tout dernier jeu Gamecube), car finalement le jeu en lui-même est franchement bon, bien rythmé, avec un Hyrule franchement trippant à parcourir, mais ne peut s’empêcher de trop lorgner, parfois, sur Ocarina of Time en oubliant totalement de se trouver sa propre personnalité, ce qu’avait réussi à faire Wind Waker et Majora’s Mask. Alors oui, c’est un très bon jeu, mais il est miné par ce problème de personnalité, par ces références perpétuelles à OoT, comme si il ne pouvait jamais s’en défaire. Et puis bordel, Celestia quoi, sans doute un des donjons Zelda les plus relous, avec le Temple de l’Eau.

Juillet
Super Smash Brothers Brawl – Wii

Fun, trippant, fanservice perpétuel. Ce jeu est fait pour faire plaisir et y arrive totalement. Ayant été un joueur inconditionnel de la version 64 et GC, c’est avec plaisir que j’ai investi dans cette version Wii et finalement si il ne fut pas aussi trippant que je me l’étais imaginé avec les trailers et tout, il reste une valeur sûre de la Wii et un jeu franchement génial. Dommage qu’il n’y ait pas Ashley Wario comme perso jouable.

Août
The Darkness – Xbox 360

J’en parle ici. Un jeu assez fantastique à faire, à parcourir, à jouer. Une ambiance de folie (les enfers bordel, LES ENFERS), un scénario prenant, un personnage principal et son alter-ego Darknessique franchement charismatiques, tout un coté crade et dégeulasse, un véritable fun lors des gunfights, une difficulté intéressante… Bref, une grosse tuerie pas franchement passée dans les radars, je n’en attendais pas grand chose en le prenant, j’ai eu une grosse claque dans la gueule. Dommage que le multijoueur soit dépeuplé, et que les rues de New York le soit tout autant… Seuls défauts d’un jeu franchement excitant.

Septembre
Dead Rising – Xbox 360

J’avais acheté la 360 pour ce jeu, entre autre (ça et Rock Band étaient mes principales motivations), je n’ai pas un instant été deçu par ce jeu certes pas franchement acceuillant au début mais qui au fil des parties devient mieux assimilé, et le fun devient vraiment présent. Un modèle de replay-value, des succès pas impossibles mais qui pour certains demandent du challenge et sont récompensés. Franck West est bien trippant (il a couvert des guerres !!!), le jeu fourmille de petits détails, et on ne peut en faire le tour qu’au bout d’un mois. Attention néanmoins à l’overdose: j’y ai tellement joué pendant deux mois que maintenant je peux plus.

Octobre
Persona 3: FES – PlayStation 2

Je l’attendais pas venir en France, et il est venu quand même.Oh joie. Mais bon bref, J’ai déjà dit beaucoup sur Persona en général et, oui, on tiens ici le meilleur RPG PS2 sorti en France, sans contestation possible. En tout cas pas face à moi. Personnages attachants, le scénario a un très bon rythme, toute la gestion des SLinks et de la vie lycéenne est bien géré, le jeu rend très vite addictif et le système de combat est franchement bon, que demande le peuple ?

Novembre
Smackdown Vs RAW 2009 – Xbox360

Gagné suite à un concours, j’étais assez enthousiaste à l’idée de toucher à ce jeu – j’avais pas mal touché à la version Wii de la version 2008 du jeu qui était méga limitée et offrait quand même pas mal de fun- et finalement assez de déceptions en y jouant: la mode carrière est purement merdique (on se contente de choper le plus de titres possibles sans jamais avoir à les remettre en jeu, sans jamais devoir gérer les feuds, en ayant un choix méga limité de match), aucune légende débloquable (ah si y’a Tazz et le Boogeyman, OH JOIE) tout étant réservé pour Legends of Wrestlemania et en plus notre personnage ne peut plus faire son entrée personnalisée si il a une ceinture.
Et pourtant j’y ai beaucoup joué, parce que même si l’IA est globalement fort gentille, on s’y éclate bien. Sans doute un bon jeu multijoueur. Mais reste que je me tâte de plus en plus à échanger cette version avec la version 2008…

Décembre
Rock Band – Xbox360

Le meilleur jeu musical de tous les temps ? Non…
Janvier
Rock Band 2 – Xbox360

… Parce que le voilà, le meilleur jeu musical de tous les temps jusqu’a Rock Band 3. Alors oui il y’a encore 2/3 trucs qui manquent, comme pouvoir voir depuis la setlist combien d’étoiles on a sur telle chanson, oui il manque encore un pack Dire Straits en DLC mais bordel quel jeu. Que ce soit niveau partitions, niveau playlist, niveau plaisir du jeu ou niveau ambiance, Harmonix réapprend à Neversoft sa leçon. Aussi kiffant à jouer seul qu’a plusieurs en online ou chez soi, le jeu est en outre finalement assez abordable pour tous et toutes, et ses presque 700 DLC déjà dispo sont un argument de plus en sa faveur. Vraiment très grand.
(et pourtant des gens préférent faire des tournois Guitar Hero World Tour :'(.)

Février
Team Fortress 2 – PC

Poussé par les Thalistes, j’ai acquis ce jeu que j’avais déjà bien torché sur 360. Enfin par bien torché, je veux dire 6 ou 7h. Grand max. Enfin bref, quel plaisir ce jeu. Voilà. Et puis c’est tout. (et la maj de cette nuit est assez bizarre. Mais commence à devenir moins sombre à mes yeux.)

Mars
Persona 4 – PlayStation 2

L’article est en cours de confection. Je vais avoir beaucoup à dire sur ce Persona 4 sans doute. Du coup ça serait vous spoiler que vous dire ce que j’en ai pensé, non ? Allez globalement, Persona 4 répare beaucoup de défauts du troisième volet, mais s’en crée quelques uns par la même occasions, ce qui ne le rend pas parfait. Et surtout il bat un peu de l’aile scénaristiquement, surtout sur la fin. Oh ouais. SURTOUT sur la fin. Je veux donc prendre un peu de recul parce que j’ai été très deçu par cette fin justement. Mais à part ça, on tient un grand RPG, le dernier grand jeu de la PS2 tout ça. Bref un total immanquable quoi.

Avril
Phoenix Wright Ace Attorney: Trials & Tribulations – Nintendo DS

Je ne l’ai pas encore fini, j’attends d’avoir un gros moment pour ça, genre dans le train qui me ménera à l’Epitanime. Mais là j’en suis au milieu de la dernière affaire (ou à la fin ? Je sais pas) et OH PUTAIN DE MERDE quoi. Justice for All était sans doute moins bon que le premier volet mais franchement ce troisième volet prend les deux à l’aise tellement chaque affaire est franchement excitante, intéressante et caetera. Mais le must reste sans doute la cinquième affaire. C’est bien simple: on a l’impression que les douze ou treize affaires qui ont était faite juste avant celle-ci n’ont servies qu’a une chose: à préparer CETTE affaire en particulier. Un mélange simplement extraordinaire de fanservice qui fait vraiment plaisir, de rebondissements juste permanents, de contrepieds gargantuesque à l’attente des joueurs, les personnages y jouent tous leur rôle et ça se permet même d’être un peu glauque. Et puis bon, ça reste Phoenix Wright donc drôle, le passage procès bute sa race mais là, et c’est presque rare, tout le passage enquête est aussi furieusement trépidant. Bref grand. GRAND.

Et les autres jeux auquel j’ai joué, de mémoire, résumable en une petite ligne:

Guitar Hero World Tour: Non. Franchement non quoi. Non non non. Non. Non. Non quoi. Furieusement non.
Eternal Sonata: Je l’ai. Pas. Encore. Fini. Et franchement rien ne donne franchement envie de le finir, le scénario étant franchement naze, voire dispensable. Mais le système de combat est cool et les personnages sont attachants, je le finirais sans doute, mais pas question de compter sur moi pour une seconde fois. C’est bien les même mecs qui ont fait l’extraordinaire Baten Kaitos ?
Digital Devil Saga: J’accroche définitivement pas aux Shin Megami Tensei hors Persona. Je sais pas pourquoi. Peut-être que j’aime pas être constamment violé à sec et sans douceur.
We Love Katamari: J’aurais du accrocher. Je n’ai pas accroché du tout. Dommage.
Perfect Dark Zéro: Un sombre nanar qui souille le premier Perfect Dark, qu’il crève.
 »Half-Life² »: A part Alyx, ça bute.
Half-Life² Episode One: A part Alyx, ça bute.
Half-Life² Episode Two: A part Alyx, ça bute. Surtout le passage dans les mines ou y’a pas Alyx.
Portal: Grand jeu. Sans doute trop court mais on ne lui en veut pas: en 5 ou 6h du jeu, on avait hélàs fait le tour avec les portails.
Forza Motorsport 2: A trop tenter de copier Gran Turismo pour faire aussi bien que lui, ce jeu en a oublié à la fois sa personnalité, et surtout de réparer les défauts de Gran Turismo. IA pénible, circuits très vite répétitifs, courses trop longues. Franchement, quel joueur occasionnel a le courage de faire des courses de 20 ou 30 minutes ?
Hexic HD: Addictif putain. ADDICTIF. Mais vachement hardcore comme jeu de puzzle. Bon il est gratos de toute façon.
Dash of Destruction: Gratos et aurait pu être pire. Divertit pendant 30mn. Environ.
Kameo Elements of Power: Mauvais. Le jeu en soi n’a pas de gros défaut qui tue, mais est une accumulation de petits défauts qui, unis, font que le jeu est indigeste, pénible à jouer et signe d’une certaine décadence chez Rare. Sans doute un des level-design les moins bien torchés de l’histoire. Et les boss sont bien relous.
Apollo Justice Ace Attorney: Fait que les deux premières affaires pour le moment. Si Vérité Wright me plait déjà plus que Maya Fey, et que la première affaire fout direct dans le bain, je regrette le coté un peu artificiel de la détection de tics. « Haha tu as un poil qui dépasse du nez quand tu dis le mot « savon », ça veut dire que tu mens a propos de ton hétérosexualité ». SRSLY.
Fallout 3: J’y ai joué 3 jours avant que ma 360 ne décède et je suis assez séduit. Voilà.
Banjo-Kazooie: Tin j’avais pas aimé ce jeu quand j’avais 10 ans, je le surkiffe à donf maintenant que j’en ai 20. C’est tout, les jeux de plates-formes ce n’est pas que pour les enfants, définitivement. Je reveux des jeux de ce genre. Et faut que je pense à me payer Banjo-Tooie d’ailleurs.
Touhou 6: Perfect Cherry Blossom: Bon du shoot quoi :<,

Eh bien, je n’ai pas joué à beaucoup de choses en un an en fait, c’est presque triste en fait. :'(

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr