Archives quotidiennes :

That Guy With The Glasses

Hello. I’m the Nostalgia Critic and I remember it, so you don’t have to.

Comprendre l’anglais sur Internet n’est pas une obligation, ni une chose impérative. On peut très bien vivre avec le net francophone après tout. Mais comprendre l’anglais offre deux avantages: ne pas avoir à subir trois semaines entre chaque fansub, et pouvoir comprendre ce que dit That Guy With The Glasses dans ses vidéos.
Sur son site, Doug Walker (tel est son nom) campe ainsi en vidéos plusieurs personnages, chacun étant bien distinct et faisant des choses totalement différentes. Ainsi son personnage le plus connu est le Nostalgia Critic, particulièrement grâce à ses « affinités » avec le désormais très connu Angry Video Game Nerd, et aussi parce que c’est finalement le personnage le plus productif, avec une vidéo toutes les deux semaines, environ. Et puis il a un look si surpuissant.

Le principe ? Pendant une quinzaine de minutes, il parle d’un film, d’une série télévisée ou d’une série animée qui a profondément marqué l’enfance ou l’adolescence de ceux qui ont grandis entre la fin des années 80 et la fin des années 90. Et bien souvent, histoire de, il en dit du mal, parfois de manière évidemment exagérative. Et parfois, l’image parle d’elle-même. Et c’est très souvent juste hilarant à en crever la bouche ouverte. Je vous propose donc un extrait de sa critique du film Godzilla. Oui. Voilà. Par exemple.


Nostalgia Critic – Godzilla (1998) (Part 1)

La partie 2 est sur son site, vous saurez retrouver \\o\\.

Bref, par où commencer ? Ce type a une tronche. Une vraie. Une qui bouge quand il a des émotions. Il ne parle pas sur un ton monocorde, il est inventif, tape là ou ça fait mal, sait utiliser les faiblesses du film à son avantage et est surtout à mourir de rire, le but du jeu étant d’être drôle, on peut dire qu’il réussi son coup. Evidemment, il faut avoir quelques notions d’anglais, mais parfois juste l’image et sa réaction physique est suffisante, il tire parfois de ses tronches assez mémorables. Dans la même série de trucs totalement épique, on a sa critique de Moonwalker (« crap, crap, crap, crap, crap, oh my holy mother god this is freakin cool, crap, crap »), Les Aventures de Sonic le Hérisson (« What!? Pumpkin!? Buh? Pumpkin!? What!? What!? What!? Pumpkin?! What? »), Twister (« JONAAAAAAAAAAAAAAAS !! ») ou bien encore Batman & Robin (« A Bat-credit card…. a… bat… credit…. card ? »), bref c’est vraiment toujours du grand. Et quand il ne critique pas violemment, il fait des top 11 (Pourquoi 11 ? Parce qu’il est un cran en dessus) assez jouissifs comme le Top 11 des Mindfuck.


Notez son déguisement habile en AVGN.

Et il y’a évidemment toute la feud avec l’Angry Video Game Nerd. Débutée par une attaque virulence du Nostalgia Critic contre l’AVGN « sans raison apparente », tout est allé dans la débandade, le Nostalgia Critic a forcé l’AVGN a faire une critique de l’horrible film The Wizard tandis que l’AVGN a forcé le Nostalgia Critic a jouer à l’horrible jeu Bebe’s Kids qu’il abandonne au bout de 15mn. Et puis ils se sont battus sur un parking, avant de faire un combat final dans la cave de l’AVGN. Et puis le mois dernier, chacun a réuni ses fanboys pour un combat ULTIME. Et. Hum. Voilà. Un exemple de feud internet ultime car franchement déconneuse, bien que certains l’aient pris au sérieux, des types de compétition quoi.

Mais passons au second personnage qui est… Ask That Guy With The Glasses.

And remember it: it’s not stupid question until you ask it – Ask That Guy With The Glasses »

Personnage qui semble particulièrement riche, qui a un beau peignoir, qui lit un livre et sourit beaucoup. On peut lui poser une question, il y répondra. Ok pas forcément bien, mais il y répondra. Et vous dira qu’il veut vous tuer. Car ce personnage semble avoir quelques problèmes psychologiques, particulièrement avec la notion de sexe, de meurtre et surtout sa némesis personnelle, qui est les grilles pains. Chaque épisode ne dure que 3 ou 4 minutes, et chacun est particulièrement rafraîchissant, car à la fin, il offense tellement qu’il n’offense plus rien. Miam. J’aime l’humour noi.


Ask That Guy With The Glasses Episode 27

Ces petites mimiques, y’a rien à dire je suis fan. Admirez ces clins d’oeils, ce petit bisou au public, ce bris violent du quatrième mur. JE SUIS FANBOY.
Le troisième personnage, Burn, m’amuse moins parce qu’il parle trop vite et que je comprends pas trop le délire parfois. J’en reparlerais quand je le supporterais.

Bref, ce brave Doug Walker est une des preuves que Internet en fait, c’est bien. Parce que pas sûr que sans, il aurait percé, et cela aurait été du gachis, oui, parfaitement du GÂCHIS.

Note: Ce week-end je suis à Tours, ça osef, mais pas de billets avant lundi prochain. A PRIORI.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr