Archives mensuelles : août 2009

Parlons bien, parlons business, parlons ambitieux: parlons du projet de tournoi des fétichismes.

Je suis insomniaque, ouaaaaaaaais. Achievement unlocked !

J’avais balancé de juin à juillet un sondage qui demandait si les gens étaient intéressés par un « tournoi des fétichismes », enfin une connerie sous ce nom. Le résultât fut éloquent: on me demanda de présenter l’idée avec un article dédié avant. Alors soit, je profite de la fin des vacances, de la reprise d’une activité normale par beaucoup de gens honnêtes (cad pas étudiants) pour enfin développer l’idée qui, si elle aboutit sur un tournoi lol, ne commençera pas de toute manière avant 2010. Déjà parce que j’ai pas envie de mettre ce tournoi en concurrence avec le tournoi des Seifuku (je n’ai pas envie de ridiculiser Axel ), mais aussi parce qu’il faut du temps pour le préparer, pour le promouvoir, pour faire monter la sauce et 4 mois me semble acceptable.

hola

Alors c’est quoi le principe ?

L’idée m’est venue en voyant une des vidéos de l’AXL Game Center qui voyait Axel Terizaki l’homme aux maids illimitées faire face à Raton Laveur l’homme au Quartier Libre illimité dans une partie de Soul Calibur 4 entre une Seung Mina maid et une Seung Mina en uniforme scolaire, qui avait pour but, dans une fine métaphore, de montrer lequel des deux fétichismes était le plus puissant des deux, et Raton gagner, avec les conséquences que cela aura dans un futur proche. Il ne le sait pas encore, mais il a crée un monstre.
Puis moi je cherchais ce qu’allait être le troisième concours de popularité Néant Vert. 2008 avait vu le Tournoi Vilénie, 2008/2009 avait vu le concours des Openings du XXIe siècle, et du coup, SPARF. Idée géniale. Concilier la réputation grivoise de Néant Vert avec un concours de popularité qui ne sera pas un concours de popularité basé sur des personnages ou des séries mais un concours de popularité basé… sur le pan le plus sombre de l’humanité !

Sauf que fétichisme c’est pas un nom cool. Du coup je trouvais un autre nom plus cool. Genre tournoi du fanservice, tiens, ouais, pourquoi pas.

Bref l’idée est donc de faire s’opposer entre eux différents « fétichismes », ou « outil de fanservice », bref. Mais il faut d’abord définir ce qu’est un fétichisme « qualifiable »: est-ce un vêtement ? Une situation ? Une particularité physique ? Un état d’esprit ? Est-ce que le fétichisme envers les maid peut être décemment et moralement opposé au fétichisme envers les DFC ? Tant de réflexion a ouvrir !

ola
Rien qu’avec cette image on a les fétichismes suivants: habit de maid, maillot de bain scolaire, bikini, habit d’infirmière, coupe « hime », collants et sourcils zarbis. On aurait un compteur à la Frank West, ça en ferait du PP.

Du coup, au lieu de réfléchir tout seul, je propose une réflexion multiplayer à partir des commentaires, des réactions, des votes si, évidemment, ce tournoi est jugé comme prometteur. Ensuite nous procéderons ces prochains mois à une sélection des plus grands fétichismes, du loli au bondage en passant par le tentacle rape ou bien l’oppai, tous les fanservices possibles et inimaginables, maintenant je veux juste savoir si l’idée botte, enthousiasme, rend circonspect ou quoi que ce soit d’autre, et rien d’autre. Y’a moyen que ça soit bien fun, et je compte sur vous pour que ça le soit.

Autrement le blog est un poil en pause (bien que ma notion de « pause » reste relative par rapport à d’autres blogs hein.) Il reprendra son rythme classique de « omg Amo arrête de confondre quantité et qualité » sans doute à la fin de la semaine prochaine (je reprendrais aussi les tournages des derniers JLNV Tintin au Tibet dans la foulée, qui seront sans doute mes derniers JLNV avant un bon moment, mais qui essaieront de pallier à mon ennuyante solitude avec nombre d’idées débiles en pagaie), car oui, j’ai souscris à une semaine d’accès aux émission de Nolife, chaîne que je découvre, et que je surkiffe pas mal et que je passe mes nuits à mater chaque émission, soirée, truc disponible avec joie et bonne humeur (rah les Superplay !). J’en reparlerais plus longuement la semaine qui arrive justement, sans doute dans un billet dédié, parce que cette chaîne m’inspire joie, bonheur, espoir, enthousiasme et envie, en fait voir des otakus et des geeks qui se revendiquent pleinement l’être sans en avoir honte, ça me fait plaisir ouais.
Quand je serais grand, je travaillerais sur Nolife <3.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Mirror’s Edge – Sur le bris du miroir

Chaque année pour les fêtes de Noël, c’est la même pagaie sur le marché vidéoludique. Tous les jeux se décident à sortir à ce moment-là pour pouvoir avoir une place dans le caddie des parents, et c’est pour le gamer une véritable anarchie où seuls les plus fortunés n’ont pas la moindre question à se poser. Ainsi si chaque année à ses grands vainqueurs des fêtes de Noël (des jeux comme Call of Duty World of War, Call of Duty Modern Warfaire, Guitar Hero World Tour ou Guitar Hero III), il y’a aussi les grands perdants, qui y auraient sans doute gagnés à sortir un poil plus tôt ou un poil plus tard, Mirror’s Edge était sans doute l’un d’entre eux. Pas vendu aussi bien que l’espérait EA, le jeu s’est écroulé au prix de 30€ ces derniers mois, ce qui est toujours une aubaine pour les joueurs. C’est donc sur ce prix là, et botté à la fois par la démo et les avis plutôt positifs en sa faveur que je me suis décidé à prendre ce jeu en échange de mon brave Eternal Sonata. Constat ? C’était bien mais j’ai trop ragé pour le pardonner.

Moho

Derrière ce jeu, une volonté fort originale de DICE, c’est à dire faire un jeu de grimpette à la Prince of Persia, mais en première personne à la Return to Castle Wolfenstein, et avec des passages un poil tendus, à la Super Mario Sunshine. Cela offre donc un mélange prometteur, d’autant qu’a première vue la jouabilité semble s’emboiter parfaitement avec cette volonté, ne se contentant d’user que des gachettes et des sticks analogiques (la manette 360 étant sans doute plus adaptée à ce jeu que celle de la PS3, mais c’est à voir), et de manière moins régulière des joyeux boutons colorés. Le tutorial est d’ailleurs sur ce point franchement bien fichu car il explique plutôt bien les mouvements et permet de comprendre instantanément ce qu’il va falloir faire tout au long du jeu: rusher en utilisant tout et n’importe quoi dans un décor (très) conciliant.

A ce sujet, tout le design du jeu est franchement top. J’ai déjà dit à plusieurs reprises toute mon aversion envers les héros clonés et les décors bruns et flous, et dans Mirror’s Edge, eh bien… on ne le retrouve pas DU TOUT. Faith est une héroïne vraiment extrêmement réaliste (pas de poitrine surgonflée – ce qui a rendu triste des gens, les pauvres-, des vêtements idéals pour courir comme une folle sur les toits de la ville, notons par exemple le fil pour retenir le bas du pantalons, et physique tout à fait adéquat avec ses capacités – cool donc), et la ville dans laquelle est évolue est d’une blancheur immaculée, extrêmement propre, ou les seules couleurs qui se démarquent sont d’une importance capitale et sont rarement foncé – même dans les rares moment de nuit, ces couleurs là vous EXPLOSENT A LA TRONCHE. Et évidemment, le rouge est d’une couleur capitale. Si vous voyez du rouge, faites comme tout taureau qui se respecte: sautez dessus.

Buh

De même tout l’univers du jeu reste assez mystérieux: Faith a une carrure assez asiatique, mais tous les personnages qu’on rencontre sont plutôt caucasiens, et leurs noms le sont également (Callaghan, Ropeburn, Jacknife…). Le problème c’est que on croise dans le jeu énormément d’écritures en japonais sur les inscriptions. Les tags et les marques sont certes en anglais, mais les messages « officiels » sont eux dans la langue japonaise. Bref, c’est un univers assez étrange, où tout nous laisse indiquer que c’est une bien jolie dictacture où un bien joli état policier, et le design général, entièrement clean et vierge, serait presque la confirmation que ce monde est un peu trop propre. Bref, là dessus, aucun problème, l’ambiance générale du soft est franchement réussie, avec même une bande son assez agréable.

L’histoire principale du jeu nous met donc dans la peau de Faith, messagère au milieu de cette étrange ville, et qui doit courir partout pour échapper aux forces de l’ordre et mettre un peu d’ordre dans le mystère qui entoure l’assassinat d’un « gentil » candidat à la mairie. Bref un scénario simple, qui voit Faith aller de bout en bout dans la ville pour trouver des indices, interroger des personnes, sauver sa soeur, bref les trucs habituels. Il y’a quelques rebondissements mais finalement on s’en fous pas mal: les personnages secondaires n’existent pas trop, et seul le destin de Merc saura nous intéresser, les autres étant trop peu vus pour que ce qui leur arrive nous intéresse (je pense entre autres à Céleste…)

AffichageMasquer

Et son passage au coté obscur très mal améné, et dont on se fous finalement assez parce que la Céleste on la voit que deux fois avant ce heel turn, et rarement plus de 30 secondes. Bffffwarf.

Après j’utilise le pronom « on » mais ça reste méga subjectif comme jugement.

Le plus intéressant dans la mode « histoire » n’est donc finalement pas un scénario très classique, mais bien comment on arrive du point A au point B, comme dans un jeu de plates-formes classique, le jeu se découpant en dix niveaux, à l’ancienne. Le jeu se finit donc assez vite, chaque niveau bloquant le joueur au maximum trois bons quart d’heure. Et il faut bien l’avouer: si on traverse pas mal d’endroits différents, le jeu peut se révéler assez répétitif, donc à jouer à petite dose. Mais rien à redire sur cette mode histoire, bien sympathique, surtout qu’elle débloque, pour les joueurs hardcores, la mode contre la montre. Et le jeu est en outre doté d’une mode parcours. Du coup je trouve assez malhonnête de dire (comme j’ai pu le lire) que le jeu n’a qu’une durée de vie de sept ou huit heures, soit la durée de vie du mode histoire: la mode parcours et la mode contre la montre bouffent pas mal de temps. Et pas mal de nerfs…

Rude

Le mode contre la montre est très simple: le but du jeu étant de parcourir les niveaux du mode histoire le plus vite possible, et en battant un temps de qualification assez haut si vous vous sentez d’attaque. Pour quelle récompense ? Le classement sur le net, les 10G de succès pour chaque niveau fini sous la barre de qualification et… c’est tout. Pas de petit making of, d’images débiles, de bonus quelconques. Et ça aurait été sympa de nous les offrir quand même car la mode est assez tendue. Le timing pour passer sous le temps de qualification est méga élevé, et se joue parfois à des petits riens – un wallride loupé à la fin du niveau, un policier qui apparaît pas à l’endroit le plus optimisé, un saut un peu trop court… Le moindre échec rendant impossible de réaliser un bon temps, et le joueur est très vite obligé de localiser et utiliser des passages alternatifs qui peuvent demander des gestes assez tendus à effectuer sur la pauvre manette. C’est une mode qui peut ainsi s’avérer très très frustrante, surtout que les niveaux se parcourent en des temps oscillant entre les huit et les douze minutes. La moindre erreur à la fin du parcours peut donc vous obliger à vous retaper dix minutes de miracle si vous voulez avoir espoir de passer sous un temps de qualification qui de toute façon ne vous rapportera rien. Il faut donc être motivé, moi, au bout du trentième essai sur le niveau quatre, ou voir le temps de qualif être loupé de 5s parce que j’avais foiré UN wallride, inutile de vous dire que la manette a volée et que mes nerfs ont craqués a de trop nombreuses reprises – je ne suis définitivement pas un type qui aime perdre. (a un moment j’était même tellement rageux que je me suis frappé la tête contre l’accoudoir de mon fauteuil, ça fait mal, j’ai du perdre cinq ou six neurones dans l’histoire.)

La mode parcours est du même tonneau, sauf qu’il s’agit de niveaux beaucoup plus courts, les plus longs ne dépassant pas la barre des deux minutes, et sont donc beaucoup moins frustrants, surtout que si on souhaite réessayer la course on n’a pas à se taper dix minutes de chargement contrairement au mode contre la montre. Là, il y’a même des classements, des records du monde à battre, chaque parcours est divisé en secteur, et à la fin, chacun des secteurs est analysé par rapport aux records en vigueur (record du monde ou record de votre liste d’ami – ce qui pour moi se résumait à « voir si Manic me sodomise un peu ou beaucoup sur ce parcours »), et pour se donner des objectifs supplémentaires, il y’a un système d’étoiles selon le temps fait. La aussi, récupérer toutes les étoiles ne fait rien gagner, à part un « rang » assez peu utile et quelques succès assez peu juteux (sauf sur trueachievements…), moi de mon temps, on offrait des bonus ringards.

C’est donc une mode bien moins frustrante que son ainée, disponible dès le début du jeu, et qui peut permettre de se perfectionner dans le maniement des tricks qui, il faut bien l’avouer, sont parfois méga chauds à sortir car le jeu va demander du chirurgical. Et c’est justement un des plus gros défauts du jeu.

ho

Le jeu ne sait jamais vraiment où se placer: être super permissif avec le joueur et ne pas lui demander une précision absolue ou au contraire lui demander de la chirurgie avec manette ? A plusieurs reprises, il offre au joueur une facilité et une permissivité presque douteuse tandis qu’a d’autres, il lui demandera, si il veut agripper a cette corniche ou sauter sur ce fauteuil, de tenter plusieurs fois jusqu’a ce que ça marche, et tant pis si se louper signifie la mort où la destruction du chrono. La mode contre-la-montre devient ainsi dans certains niveaux (il y’a particulièrement le niveau 8 et son horrible chantier qui me revient en mémoire) de l’aléatoire pur et simple, dont le succès ou l’échec n’est basé uniquement sur un ou deux obstacles que le jeu vous daignera laisser passer ou pas du premier coup. Selon son humeur. Et c’est particulièrement rageant, surtout quand les champions mondiaux vous disent que ouais, y’a des trucs ou ils tentent de passer qui marchent une fois sur dix – et ce ne sont pas forcément les passages les plus spectaculaires. Ce n’est donc pas parce qu’on est naze, mais bien parce que le jeu est parfois assez relou. Mais le chantier du niveau 8 quoi, surtout quand on tombe mais qu’on meurt pas parce que Faith se rattrape à chaque fois sans qu’on le veuille aux corniches plus bas, donc au revoir le checkpoint. En outre la jouabilité peut se réveler à quelques reprises bien trop sensible pour certains passages, ce qui demande un calme d’acier. Mais le truc c’est que le jeu en mode contre la montre est TRES STRESSANT. C’est presque contre l’idée même du jeu, qui a une ambiance et un univers plutôt « calme », donc du coup je me pose vraiment des questions sur l’interêt de mettre la barre aussi haut pour cette mode. Bref.

Et globalement, les combats ne sont pas le point fort du jeu. Assez mous, presque contre-natures, le système de désarmement se joue là aussi pas mal au petit bonheur la chance, et « l’état de grace » est vraiment assez inutile (trop moooou), on sent bien que le jeu n’est pas fait pour ça. Et il nous le rappelle gentiment en récompensant d’un succès le joueur qui finit le jeu sans tirer une seule balle sur un ennemi. Il faut dire que le jeu est résolument pacifiste, ce qui n’empêche pas de faire chuter certains policiers du haut d’échafaudages sans qu’il n’y ait le moindre problème… (dans le niveau 4, y’en a même un qui n’est fait que pour chuter !)
Globalement Mirror’s Edge n’est PAS un FPS et nous le fait bien sentir, déjà parce que les armes ne servent finalement qu’a Nous encombrer, mais en plus ont peu de munitions et la visée n’est pas forcément aisée… Bref, les ennemis, on se les fait AVEC NOS POINGS. Sauf que combattre avec ses poings, c’est lourd, et parfois peu efficace. Sic. Heureusement que les 3/4 du temps on peut fuir, mais y’a des passages (niveau 4, 7 et 9) ou on doit absolument latter la tronche de tout le monde pour continuer.

Et là ou les niveaux en extérieur sont souvent méga plaisants parce qu’on peut rusher, que tout se suit très facilement, très naturellement, et que le jeu n’en est que plus plaisant, ceux en intérieur sont plus lents, nécessitent du micropoil et sont donc beaucoup moins sympathiques à parcourir. Problème: la fin du jeu n’est composé quasiment que d’intérieur. Brrr. J’aime pas.

Globalement Mirror’s Edge est un bon jeu, l’ambiance y est vraiment réussie, la « ville » déchire et on a quelques moments on se touche avec de l’épique pur (« prends le métro, Faith »). De même, le mode parcours et le mode contre le montre peuvent plaire à ceux qui ont des nerfs d’acier et qui n’ont pas peur de taquiner le chrono, pour les autres ça sera frustration, larme, et rage. Car Mirror’s Edge est un bon jeu, 15€ sur amazon, ok, ça les vaut. Mais j’ai du mal à être véritablement enthousiaste sur ce jeu, il a des qualités, mais j’ai tellement ragé dessus que… je suis définitivement biaisé. Quelle tristesse, quelle déchéance.

PS: Petit problème de Movie Maker et tout ça. Le prochain épisode de JLNV sortira soit ce vendredi, soit vendredi prochain. Mais là je réfléchis plus sur la suite du jeu et quelles idées exploiter j’avoue. Tintin au Tibet est tellement relou qu’il mérite PLUS d’investissements personnel.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

I MAED A B1LL3T WITH ZOMB13S IN IT!!!!111

Est-ce que le jeu Smash TV vous évoque quelque chose ?

Sorti sur borne d’arcade puis sur SNES et Megadrive (mais aussi sur des consoles comme la Master System, la NES, la ZX Spectrum ou la Commodore 64, ce qui en 1992 était encore assez peu osé), ce jeu mettait en scène un scénario assez rigolo, avec une émission télé ou des mecs devaient survivre le plus longtemps possible à une meute d’assaillants pour gagner des cadeaux divers et variés (voiture, télévisions HD, argent, bref le classique.) Ils avaient donc le droit à plein d’armes, et vu de haut, on devait gérer ces meutes avec nos gros calibres. Un jeu assez hardcore dans mes souvenirs et qui nécessitait de bons réflexes, ainsi qu’un second perso géré par un pote pour faciliter un peu le bouzin. Si je garde de grands souvenirs de ce jeu, c’est surtout parce que ce fut en autre mon dernier jeu Megadrive (et encore heureux que ça soit lui, sinon ça aurait été Sonic 3D Blast et dpsksdfijfskjfsd quoi), et que je ne l’ai eu que pendant une semaine, une semaine où j’étais même complétement grippé à mort et où mes rares sessions de jeu étaient ponctuées d’hallucinations, tant et si bien que je pr]éférais passer mon temps à lire des soluces de jeu que je n’avais pas que tenter de jouer à un jeu qui me filait la migraine.

Bref j’y ai rejoué tout juste récemment (et il est dispo à 400 biftons sur le XBLA), et le jeu est meilleur que dans mes souvenirs, très fun, pas trop vieux graphiquement et beaucoup plus précis que des jeux qui réutiliseront plus tard ce genre de vue de dessus habituellement réservé aux shoot’s – GTA entre autres. GTA qui proposera d’ailleurs dans le peu joué Liberty City Stories une mode ou on joue à un jeu nommé « Slash TV » et qui reprend plus où moins le même principe.

Tout ça pour attaquer l’autre sujet de ce billet, qui est un jeu vidéo assez rigolo nommé… « I MAED A GAM3 W1TH ZOMB1ES!!!1 »

Oui c’est le nom du jeu.

Vous voyez la section « jeu indépendant » sur le XBLA ? Eh bien jusqu’a présent je ne l’avais même pas remarqué. Il faut dire que le contenu est alléchant. Drinking Game ? Math Gardener ? ROCK PAPER SCISSORS EXTREME ? Nombre de jeux aux noms et descriptions japs qu’on sait pas quoi faire ? Tous à des prix oscillant entre 180 et 800 Microsofts Points, il y’aurait du potentiel à payer un type pour qu’il fasse des reviews vidéos de tous ces jeux, qui déboulent à un rythme de plus en plus haut (rien que sept sont sortis dans la journée d’hier), et qui ont tous pour point commun d’être fait par des amateurs, avec des petits moyens, et qui sont donc des jeux peu ambitieux, sans doute pour les 3/4 assez bofs, et, tragédie ultime, sont complétement dépourvus de ces tendres succès dont je suis amoureux fou. Bref, ils n’ont rien pour eux, et sont planqués dans un coin du XBLA pas facile à voir.

Et est donc sorti mercredi, en même temps que le semblerait-il génial Shadow Complex, un de ces petits jeux indés, au prix unique de 80MSP (1€) et qui se nomme donc I MAED A GAM3 WITH ZOMB1ES!!!1. Intrigué par le prix bas de la chose, le « hype » dont semble bénéficier le jeu sur les sites de jeux vidéo du monde entier et les bonnes reviews sur xblaratings, je me suis laissé tenter, j’ai dépensé cet euro, et haha j’ai surkiffé. Le principe ? Un mec, des flingues de la mitrailleuse au lance-flamme en passant par le bidule qui lance des shirukens ou par le fusil plasma, des zombies par nuées, le but étant de survivre le plus longtemps possible, en sachant qu’on a « que » 5 vies et qu’on est en vue de dessus à la Smash TV. Jusque là, classique. L’avantage du jeu étant qu’une musique rock est jouée par dessus et que le décor change pour se synchroniser la musique. QUITTE A FAIRE DEFILER LES PAROLES DU REFRAIN SUR LE DECOR.


I PLA3D A GAM3 W1TH ZOMBIES 1N IT!!!1

Et dites vous que juste après la musique emballe un moment doux, presque planant, ou la synchro est très très cool, et où ça devient trèèès reposant. Je ne sais pas combien de temps exactement la chanson dure -8 ou 9 mn, de toute façon elle loop-, mais c’est assez bien fichu. Après, je ne vous mentirais pas, ce jeu n’est pas nécessaire, il n’est fait que pour être joué pendant de très courtes sessions – si vous avez dix ou quinze minutes à tuer, ce jeu peut servir, genre en attendant la fin d’un téléchargement, ou en attendant son METRO. Mais il défoule bien, et son coté curiosité n’est pas pour le desservir. Et je veux le mp3 de la chanson chez moi, les paroles butent (et se foutent bien de la tronche des community games au passage, ce qui n’est pas très sympa :p.)

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Umineko Hell

Inspirée par les AMV Hell (dont le 2e épisode est à mourir de rire et le 3e est absolument à voir si vous avez 1h00 devant vous), la communauté youtube anime nous a offert plusieurs trucs dans ce style, basés sur les détournements d’anime à base de gens qui savent faire fonctionner au moins Windows Movie Maker, VirtualDub, Audacity et leur humour. Après une dizaine d’Higurashi Hell, qui la plupart du temps alternaient entre le néant et le génie sans nuance entre deux, cette même communauté offre aujourd’hui les UMINEKO HELL. En quoi ça consiste ? En une sucession de nombreux mini sketchs de moins d’une minute fusionnant l’animation japonaise et plein de trucs de geeks, que ce soit musique, publicités, reprises de sketchs, Over Nine Thousand…

Bref ça se passe en deux parties: la partie « proposition » où, pendant trois ou quatre semaines, tous les comptes youtube proposent leurs minis sketchs, et la partie « finale », ou ils sont tous montés pour ne faire qu’un, afin de faciliter la vision.


Umineko Hell – Part 1

Quelques pré-requis avant de mater cette série de cinq vidéos:

  • Un bon niveau en compréhension orale de l’anglais, évidemment, et connaître quelques jokes classiques de l’Internet, pas mal de choses se suffisant à elles-mêmes, mais étant encore plus drôles quand on sait d’où ça vient.
  • Avoir vu les six premiers épisodes d’Umineko anime (premier arc + intro au second), sinon, évidemment, ON SE FAIT SPOILER LA GUEULE.
  • Une tolérance envers les mecs qui enlèvent pas leurs sous-titres moches de fansub quand ils font un AMV / montage. Ils sont pas tellement à le faire, mais y’en a encore trop :(.
  • Avoir le lien de la partie 2, partie 3, partie 4 et la partie 5.
  • Ne pas avoir peur de revoir la même scène utilisée pas mal de fois.

Grosso modo, comparé aux Higurashi Hell, ces Umineko Hell partent sur un bon pied. Il faut dire que tous les sketchs qui avaient bien marchés lors des dix Higurashi Hell ont été réutilisés directos pour les Umineko Hell, du coup, ça fait direct bon best of. Et techniquement, ça se tient déjà plus. Il y’a encore quelques ratés, mais globalement j’ai du mal à compter tous les UH qui m’ont bien fait surkiffés (Captain Planet, I’m on a Boat, Over Nine Thousand, les deux premiers sketchs de la partie 4, Duck Tales, I’m Sally and I’m a Psycho…) et y’a donc, comme je l’ai dit, moins de déchets, ce qui est toujours une bonne chose.

Voilà, juste histoire de faire découvrir les Umineko Hell, petit billet léger et sympathique quoi. Bon, et évidemment, je vous conseille comme un fou de vous mater cet anime, le huitième épisode sort demain, JSUIS COMME UN FOU. (et là je dois éviter toutes les pages sur Umineko, de peur de me faire spoiler sur le cinquième VN, grrrrbwwiiirf.)


C’est intéressant, nooooooon ? Hein que tu vas regarder, Baaaaaaaaaaaattler ?

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Neon Genesis Evangelion – Hallelujah

oh

Oh Evangelion. Premier anime diffusé en France après la fin du Club Dorothée, son impact à la fois au Japon mais aussi en France fut tellement puissant qu’on en ressent encore aujourd’hui les secousses. Et c’est après avoir rematé pour la centième fois son excellent opening et en voyant Rebuild of Evangelion 2.0 approcher que je me suis dit « bon, serait peut-être temps que je mate Eva », ça plus mon sixième sens qui savait déjà que Taka allait en faire un doujinshi hentai. Après une semaine et demi de vision, je l’ai terminé, et voici mes humbles impressions, et simplement ceci, sans autre prétention. Car je sais que c’est un sujet… dangereux ? Mais quand je surkiffe un anime, je le dis haut et fort dans un article, alors NGE passera AUSSI à la casserole. Pas d’exception, ni de traitement de faveur, tout le monde à le droit à son pavé indigeste et rempli d’enthousiasme néfaste pour la santé de l’Internet.

A la place de cette phrase, il devrait y'avoir une image
Alors buvez un bon coup, installez vous, et préparez vous à lire du subjectif pur jus.

Continuer la lecture de Neon Genesis Evangelion – Hallelujah 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Un mois de catch, Juillet 2009 – Juillet est Jericho.

Inauguration d’une nouvelle chronique sur Néant Vert, et d’une nouvelle catégorie et d’une série d’articles à rythme régulier dédié à l’actualité du catch. Ces rubriques, mensuelles, et qui sortiront plutôt vers le début du mois car, comme n’importe où sur le net, chez Néant Vert on aime bien, quand on fait des bilans, faire ça dans une période chronologique assez facile à mémoriser, en l’occurence ici c’est sur un mois. Du 1er au 31 de celui-ci. Je pourrais prendre des périodes du genre d’un pay-per-view de la WWE à l’autre mais non. Et je préviens d’avance les afficionados de la TNA ou de la ROH mais on en parlera assez peu ici, j’en parlerais un tout petit peu mais moins que la WWE qui reste, quand même, aux yeux de pas mal de monde, le truc qui revient en tête quand on dit « catch ». Donc désolé.

Après tout le truc habituel: c’est surtout des impressions, j’hésite pas à être un peu fanboy pour certains catcheurs, et a être un peu salaud avec d’autre. Bref, un truc qui n’a pas pour vocation d’être tétra SERIOUS BUSINESS. Et je sais que ça n’a pas grand chose à faire ici, après tout c’est un blog JV / Anime à la base, et le catch n’est pas souvent une passion commune. Mais je m’en fiche, j’ai envie de le faire.

Bref, ce mois de juillet donc, qui voit quelques petites nouveautés être introduites à la WWE, ne posséder en tout et pour tout qu’un seul ppv (Night of Champions), et quelques changements de titre, en plus du suspens sur la suite de la carrière de Jeff Hardy. Mais aussi 2/3 licenciements et des vilaines blessures, bref un mois pas comme les autres chez McMahon & cie.

oh
« Eh oh, me regardez pas comme ça, même moi je sais pas si je suis encore sous contrat là. »

D’abord, rappelons à notre mémoire la fin du mois de Juin, avec le pay per view The Bash, qui avait vu Randy Orton garder le titre WWE grâce encore une fois à ses deux amis de la Priceless, CM Punk avait gardé le titre poids lourds, Jericho avait perdu le titre Intercontinental au profit de Rey Mysterio, mais s’est rattrapé quelques minutes après en remportant le titre tag unifié avec Edge, le tout en surprenant bien tout le monde, Michelle McCool avait su prendre le titre féminin et Tommy Dreamer garder (à ma grande surprise) le titre ECW. Quant au titre US il est gardé par Kofi Kingston depuis la moitié du mois de juin et le titre Divas est toujours possession de la belle Maryse.
Bref, le plus important est surtout Jericho & Edge. En bon fan des deux, je dois avouer que j’ai fait dans mon slibard mais puissance 300. Et le potentiel de cette équipe était surpuissant. Je parle bien sûr au passé, puisqu’a peine une semaine après le début de cette team qui avait pour objectif de permettre à Edge et Jericho de se reposer un peu, Edge se blesse au talon d’achille, et c’est vraiment pas cool.

oh

C’est d’autant plus triste que la WWE avait prévu de gros plans avec cette team: musique d’entrée pour l’équipe, nom d’équipe, long règne en attendant l’arrivée de la D-Generation X, bref non seulement c’était une équipe composée des deux meilleurs heels du monde, composée de mes deux catcheurs préférés mais en plus c’était pas que du fanservice. RAGE.

La WWE saura plus où moins rebondir sur ses pattes, trouvant une histoire de contrat pour que Jericho garde le titre et en fasse profiter un petit camarade, en l’occurence un The Big Show relooké, avec une nouvelle combinaison et qui met maintenant des costards en dehors du combat, ce qui est toujours un gage de qualité. J’avoue avoir été déçu en voyant The Big Show se ramener après deux semaines de suspens, mais finalement, ok, JeriShow c’est de la qualitäy approuvé.

oh

Autre qualitäy approuvé, le système de Celebrity Host chez RAW. Commencé avec Batista à la fin du mois de juin, ce système permet à une célébrité, à un ancien catcheur d’être le chef de l’émission pendant tout une heure. Pendant le mois de juillet on a ainsi eu du bon et du moins bien, du très bon avec un Ted DiBiaise Sr assez surpuissant (il est chef de l’émission pendant deux heures, premier réflexe ? Foutre un match de championnat à son fils, tellement logique), un Seth Green franchement pas mal (c’était vraiment comme si un fan de catch lambda prenait le contrôle de l’émission: se foutre en main event avec HHH et Cena, organiser un match de bikinis entre divas, faire des vannes Austin Powers avec Big Show…) où bien encore un Shaquille O’Neal à fond dedans, mais aussi du moisi avec des ZZ Top totalement en touristes, ne foutant pas un pied sur le ring et n’apparaissant que vingt secondes devant le public.

Ce principe est en soit assez frais, permettant à RAW d’assurer un poil niveau joyeux bordel. Un RAW qui peut dire merci au mini draft de fin juin, qui lui a permis de récupérer Evan Bourne, Mark Henry, Gail Kim et Jack Swagger. Hélàs encore parasité par les même trois main-eventers qui vampirisent le show d’une manière presque pénible (Triple H, John Cena et Randy Orton), et quand la WWE désigne le nouveau #1 contender au titre en organisant un tournoi avec HHH, Cena, The Miz et MVP, c’est tellement prévisible que c’en est lassant. Et surtout, RAW manque cruellement d’heel – l’arrivée de Jack Swagger permettant au moins de combler ce léger manque, et le heel turn de Carlito est toujours rassurant. Et ce n’est pas Mark Henry, devenu un face étonnamment populaire (tout comme Khali, son face turn est très bien suivi par le public, ce qui m’étonne un poil) qui peut effrayer Cena et HHH, condamnés à bastonner toujours le même pauvre Orton.

Une rivalité Triple H / Randy Orton devenue franchement potache, pour ne pas dire étrangement frivole. HHH a ainsi passer son mois de juillet à vanner Randy Orton de manière peu subtile, alors que souvenez-vous, il y’a encore un mois, il voulait venger Batista – et il y’a trois mois voulait juste TUER Orton. Dans le catch, les mentalités évoluent vite, c’est le cas de le dire. Bref, tout cela débouchant à Nights of Champions sur un Triple Threat Match Cena / Orton / HHH dont les promos nous vendaient « un match mythique », « une revanche du plus grand match de Wrestlemania XXIV », bref j’étais très suspicieux et j’ai été très agréablement surpris.

gay
Je ne me permettrais pas de commentaires tendancieux.

Les semaines précédant le match, Randy Orton était pas parti pour être vainqueur: Cena et Triple H ont tous deux déclarés qu’ils se foutaient de qui aller gagner le titre – pour eux le plus important était de défoncer la tronche au brave Randy. Donc c’était mal barré pour Orton, et… finalement ça s’est bien passé. Le match fut de bonne facture, avec même une petite inventivité avec les deux prises de soumission en même temps, ce qui permettra à l’arbitre de se dire « WTFOMGBBQ » et Orton de souffrir sa race, mais de repartir avec le titre quand même, en battant Cena d’une façon assez fourbe. Il peut d’ailleurs encore dire merci aux Priceless, dont on se demande si un jour ils arrêteront d’intervenir. Faudrait leur mettre un PATCH.

Toujours à RAW, le mois de juillet a vu le début de la rivalité Hornswoggle / Chavo Guerrero. Ah, et c’est sans doute le truc le plus insupportable que j’ai jamais vu en deux ans de vision acharnée du noble art de combat. C’est à dire que Chavo est talentueux, sait parler au micro, a été champion ECW, est plutôt pas mal en combat à voltige, bref, il peut faire du bon boulot. Alors, pourquoi la WWE tient, depuis prêt d’un an, à le détruire niveau image ? Servant de paillasson à tous ceux qui le combattent -et qui la plupart du temps prenait les coups à la place de Vickie, dont il était devenu le conducteur de fauteuil roulant attitré-, et semblant attirer comme un aimant les blagues de mauvais goût les plus grotesques (se battre dans la fange à cochons ?), sa « rivalité » avec Hornswoggle lui fait dépasser un cap assez triste: celui de la crédibilité. Je ne sais pas si la WWE compte un jour où l’autre le faire revenir dans le bain des vainqueurs, mais quand le voit se faire démolir par un nain d’1m30 à cause d’handicaps tout aussi ridicules les uns que les autres on ne peut que se demander si un jour le voir gagner un match sera pas une blague où quelque chose comme ça. Le pauvre Chavo n’a plus d’avenir à la WWE, à moins qu’il nous pète un cable et se mette soudainement à devenir Hulk, ce qui, d’un point de vue story, est quelque chose qui peut être difficile à agencer. Bref, non seulement cette rivalité met fin à sa carrière, mais en plus elle est… lourde. Elle ne doit faire rire que Vince McMahon, dont le goût pour les blagues pipa-caca-nain est assez connu…

gay
Sigh. Le passé.

D’ailleurs on pourrait dire la même chose DU Brian Kendrick, condamné à se faire démolir par le premier venu, comme Jerry Lawyer par exemple. Je ne peux vous dire ma colère de voir le commentateur de 60 piges démolir le voltigeur en moins d’une minute, c’est juste… trop. Mais lui au moins, à eu le droit au licenciement de la WWE. Il faut dire que fumer de la marijuana est assez mal vu de nos jours, mais tant pis. Je surkiffe pas mal The Brian Kendrick mais si c’est pour le voir humilié 24/24 à la WWE, qu’il parte, ça vaut mieux pour tout le monde. Au pire, il nous fera un retour tout mignon dans 2 ou 3 ans. Comme Chris Masters.

Quant à la division féminine du show rouge, elle continue à être assez morne. Maryse et Mickie James se contentant de s’envoyer du maquillage à la tronche, le seul interêt étant la montée en force de Gail Kim, et la relation étrange entre Maryse & The Miz. Tiens en parlant du Miz, c’est dommage qu’il passe son temps à se faire démolir par Cena, il serait presque plus intéressant avec un autre rival. Enfin je m’en fais pas pour lui, il va monter les échelons de RAW, avoir le privilège d’occuper le devant de la scène avec une rivalité contre Cena est un atout après tout. On verra.

Bref un mois assez tranquille chez RAW. Batista est pas là, c’est toujours une bonne chose après tout…

hum
« Je vais te faire bouffer tes intestins, te les faire vomir, te les refaire manger et tu vas aimer ça. »

A l’ECW, pas grand chose d’exceptionnel en fait. L’arrivée de 4 ou 5 petits nouveaux est en fait le seul véritable interêt, le titre ECW faisant presque figure d’arrière-plan, il faut dire que Tommy Dreamer a été assez discret pendant tout le mois, et que la rivalité Christian / Kozlov pour devenir prétendant au titre a été assez vite expédié avec une victoire assez définitive de Christian sur le russe qui montre qu’il a du talent (trop de gens l’ont jugés sur sa prestation contre HHH – il faut dire pour sa défense que HHH est pas méga top dans un ring de toute manière.) Quant aux nouveaux, Yoshi Tatsu m’a bien plu, les autres pas de grands souvenirs pour le moment, et je suis dubitatif sur Abraham Washington qui a montré aussi bien du bon que du sévèrement chiant.

Maintenant, j’attends surtout de voir ce que va faire William Regal et The Hurricane dans tout ça, y’a moyen que ça soit intéressant…

muh

Chez Smackdown!, le mois s’est passé plutôt tranquillement. CM Punk, certain de devoir défendre son titre contre Jeff Hardy, a du combattre contre tout (John Morrison, devenu un face très naturel) et n’importe quoi (The Great Khali), n’étant jamais vraiment en position dominante et se ramassant pas mal de défaites, mais étant aussi présent sur le front des main-event, n’hésitant jamais à venir faire chier Jeff Hardy dès que l’occasion se présente. La rivalité entre les deux dure depuis deux mois mais personellement je ne m’en lasse pas, surtout quand CM Punk devient un des heels les plus jouissifs depuis pas mal de temps (un heel qui fait chier son monde en racontant dès qu’il peut que l’alcool, le tabac et la drogue c’est pour les loseurs ? Mais c’est si… cool !) et que Jeff se contente d’en prendre plein la gueule, mais reste assez peu convaincant au micro, heureusement pour lui qu’il a une sorte de « charisme physique » assez naturel qui permet de passer outre ce petit problème.

Il faut dire que la feud Hardy / Punk a interêt à être cool parce que les autres rivalités sont vraiment assez médiocres: la rivalité Cryme Time / Hart Dynasty n’est jamais creusée et offre des matchs assez moyens (alors que Tyson Kidd et Natalya peuvent faire des choses merveilleuses), celle entre Kane et Khali est juste ennuyante avec un Kane qui en veut au traducteur du géant indien pour des raisons mystérieuses. Le problème étant que bien évidemment, toutes les storylines avec Kane ces derniers temps se sont goupillés de la même façon, avec des « raisons mystérieuses » qui à chaque fois tombent à l’eau (l’épisode du masque de Mysterio en janvier ?), et que bon, Khali quoi. Au moins ça permet de mettre le traducteur un peu en avant, mais ça ne suffira pas trop. Quant à Ziggler / Mystério, la feud n’existe tout simplement pas, les seuls fois où on voit Ziggler en coulisses c’est quand Maria veut absolument avoir trois enfants de lui, donc c’est assez… bof.
Le problème, à mes yeux, est qu’il n’y a, en l’absence d’Edge et de l’Undertaker, pas beaucoup de prétendants au titre mondial: CM Punk, Jeff Hardy – dont l’avenir est toujours incertain – et John Morrison. Chris Jericho s’occupe du titre tag team et est donc indisponible un petit moment , Mysterio reste bloqué à l’Intercontinental, Kane a rappelé encore récemment sa volonté de ne plus être impliqué avec le titre mondial, The Great Khali ne semble pas à l’ordre du jour, Matt Hardy devra attendre le départ de son frère, Finlay a été trop invisible ces derniers temps et R-Truth & Mike Knox ont encore à s’affirmer un peu plus. Autant en tant que fanboy ça ne me dérange pas parce que le roster de Smackdown est franchement cool, autant ça peut être génant à long terme, même si cela assure d’ors et déjà à CM Punk d’occuper le haut du classement pendant quelques temps. Mais à moins d’un transfert de superstar « vendeuse » depuis RAW (du genre Batista, HHH ou Shawn Michaels, ce qui est pas prêt d’arriver pour ces deux derniers), la moindre blessure de l’une des grandes stars « leader » de l’émission peut être fatale. Il faudrait 2 ou 3 catcheurs de plus à Smackdown, voilà.

Et Cryme Time est vraiment pénible. Je veux dire, le groupe de rappeurs voleurs et sans respect pour quiconque mais sympas quand même est déjà une gimmick relou, mais quand on nous impose une humiliation complète de Jesse le « blanc qui tente de faire du rap lol » trois semaines de suite, et quand on doit les subir sur le ring alors qu’ils sont franchement chiants, non merci quoi. Et en plus on nous indique fin juillet qu’ils sont prétendants au titre Tag Team ? Merci mais non merci quoi.

En fait la feud Michelle McCool / Melina est l’une des seules vraiment intéressante en dehors de CM Punk / Hardy, avec un putain de bon match entre les deux à Night of Champions, ce qui m’a agréablement étonné, moi qui a pris pour habitude de mater que d’un oeil les matchs de divas. Même si là aussi, il y’a le même problème que pour les mecs (elles sont grosso modo que 5 ou 6 à Smackdown – Layla, Maria, Melina, Eve, Natalya & Michelle McCool, ça fait peu le nombre de prétendantes à la ceinture féminine), mais paradoxalement chez les filles c’est un peu plus intéressant que chez RAW, étrange, non ? Bon après, elles continuent de se balancer du maquillage à la gueule, preuve finale d’originalité, mais tant pis hein.

Hum, et niveau bas de carte, Mike Knox assure de plus en plus. Je kiffe comment ce catcheur, qui semble être une grosse brute épaisse, arrive parfois à faire des trucs plutôt agiles pour son gabarit, confirmant un peu plus ce que j’avais vu de bien en lui pendant l’Elimination Chamber de RAW en février dernier: ce type est plutôt cool. Une équipe avec Kane, ça serait du bon, avec le physique de tueur qu’il a, ça pourrait faire une bonne team pour faire flipper les gosses huhu.

Enfin notons que le mois de juillet voit peu à peu les équipes être remise au goût du jour. Il faut dire que l’unification des deux titres tag team de la WWE en avril dernier laissait imaginer des bonnes choses, et qu’on est tombé finalement d’assez haut en voyant que le titre unifié continue à être constitué des deux ceintures accrochées l’une à l’autre, et que les Colons ont été invisibles pendant prêt de quatre mois, jamais combattus, jamais challengés, ce qui est toujours triste. Mais la prise du titre par des grosses stars comme Jericho et Edge a su témoigner d’un début de renouveau pour la division par équipes: ainsi, Cryme Time, la Hart Dynasty et les Priceless sont mis à l’honneur de plus en plus, mais d’autres teams commencent à se créer, avec par exemple un rapport assez étrange entre Ezekiel Jackson et Vladimir Kozlov à l’ECW qui aiment bien tabasser des lutteurs locaux ensemble, et c’est toujours une bonne chose. Pour le début du mois d’août, cette tendance continue de se confirmer (D-Generation X), et le retour prochain de The Undertaker avec un Kane dans la même émission que lui pourrait laisser espérer un retour des Brothers of Destruction. Bref, à suivre là aussi de très prêt.

Enfin, vite fait un petit mot sur Nights of Champion dans sa globalité…

Hoho

J’ai franchement apprécié le décor du ppv. C’est peut-être un minuscule détail mais pour moi un pay-per-view se doit d’avoir un bon décor, et je suis très désolé de voir que si on prend tous les ppv entre août 2008 et juillet 2009, celui au décor le plus moisi c’est Wrestlemania, alors que ça devrait être avec le plus de débauche possible (rah mais le décor de WM 24 quoi), mais bon, tant pis. Là en l’occurence, le décor de NoC est vraiment imposant, alors qu’il est finalement assez simple: on est loin du super château d’Armageddon par exemple.

Grosso modo, ce fut un pay per view qui ne m’est resté qu’assez peu en mémoire. J’ai bien apprécié le combat pour le titre US, où Kofi Kingston garde son titre de la plus belle des manières, et où tout s’est révélé assez actif. Le match Christian / Dreamer m’a assez peu convaincu (j’aurais bien aimé un Extreme Rules pour celui-ci par exemple), le triple threat Cena / Orton / HHH m’a pas mal plu comme je l’ai dit plus haut, le Hardy / CM Punk ne m’a laissé aucun souvenir, le match Maryse / Mickie James fut à chier mais heureusement très court (à cause d’une Maryse blessée entre autres), le Mysterio Vs Ziggler fut agréable sans plus, McCool/Melina fut putain de cool (peut-être le meilleur match de la soirée ?) et le titre Tag Team fut plus à voir pour la surprise du début que pour le match en lui-même, affreusement prévisible.
Mais c’était surtout le premier ppv depuis pas mal de temps que je matais seul, et ça ça change pas mal (je n’hésite pas à rappeller qu’au combien le catch est un loisir multijoueur, mater ça seul c’est DANGEREUX. Trouvez au moins une personne sur MSN pour réagir avec elle quoi), du coup je ne m’y suis senti moins impliqué qu’a l’accoutumée. Tant pis.

Ho
Pauvre Amo, il est tout seul, allons lui faire un calin.

Mais plus le temps avance, plus Nights of Champions semble se démarquer du lot des autres ppv: tout comme Summerslam, 4 semaines le sépare du ppv précédent, et c’est l’un des seuls ppv à avoir ce droit illustre, là ou le rythme est plus proche de 3 semaines pour les autres (avec exception de Wrestlemania, évidemment) et il semble que plus ça ira, plus ce ppv aura une place centrale, en plus de servir de préliminaire à Summerslam qui semble devenir un Wrestlemania estival, ce qui n’est pas franchement une mauvaise chose…

Quant à la TNA, pour tout vous dire, je me suis légèrement déconnecté ce mois-ci, et j’en suis désolé – je préfère donc me taire que de dire des choses basées sur des bidules que j’ai lu ici où là. Mais promis, je mate Hard Justice.
Allez, en parlant de Summerslam c’est la semaine prochaine et ça s’annonce pas super super pour l’instant, mais si pour sa défense il y’a pour l’instant peu de matchs dévoilés pour l’instant (sérieusement, JeriShow Vs Cryme Time & Orton Vs Cena, ça me donne pas super érection. Bon je crache pas sur Punk Vs Hardy en TLC non plus, et le retour de la DX sera sans doute cool, mais sinon…) , mais tout ça, et l’avant Summerslam, on y reviendra dans le bilan d’août qui sortira le mois prochain. Si évidemment, je suis satisfait de cet article… 😡

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Je suis un homme, un vrai, je mate des animes

Non mais oh

Bon, depuis que j’ai fini de lire Umineko No Naku Koro Ni il y’a déjà une semaine, il a fallu que je trouve un palliatif pour occuper mes nuits. Très vite, j’ai en effet découvert que j’avais déjà vu toutes les vidéos du Nostalgia Critic à ce jour, idem pour l’Angry Video Game Nerd, que presque toutes les pages de tvtropes ont déjà été déflorées à mon égard. Alors ok le Comiket est ce week end, ce qui promet dans les semaines qui suivent, et grâce aux scanners du monde entiers, des nuits entières de réflexion dans le noir, un peu comme dans Genshiken. A ce sujet, oui, le prochain Taka fera 76 pages et sera en full color, c’est lui qui l’a dit. Attendez, j’en reparle au milieu de l’article.

Donc j’ai décidé de mater plein d’animes. Surtout parce que ces derniers mois, à part deux séries en 11 épisodes chacunes (un format que j’apprécie en fait assez particulièrement) et K-On! (qui en fait 13, ok) et évidemment Umineko No Naku Koro Ni parce que je ne le savais pas encore mais j’étais déjà un gros fanboy de Ryukishi07, j’ai pas maté grand chose d’autre. Alors maintenant je veux me concentrer sur ce que j’ai commencé et pas fini, commencer des trucs dont j’entends souvent parler et que ça m’énerve de pas comprendre de quoi les gens parlent, et me faire plaisir en gros. Bref les deux semaines qui arrivent, je vais mater BEAUCOUP et DIVERSIFIÉ. En plus cette année y’a pas les Jeux Olympiques, RAISON DE PLUS.

Allez hop, faisons comme tout le monde, des impressions brut, c’est pas forcément quelque chose de nécessaire pour l’humanité, mais c’est toujours cool à faire.

Bamboo Blade
Lilium
Enfin terminé. Ceux qui ont une très bonne mémoire et notent tout a propos de ce blog savent que j’en parlais déjà lors de mon article dédié à une nuit blanche animé en février 2008 (hum, tiens, oui, les images ont disparues. Faut dire que mon compte jexiste n’existe plus, je l’ai abandonné, cet article doit faire partie des rares auquel j’ai oublié de changer l’url des images et de sauvegarder les images, bon tant pis), j’ai donc mis un an et demi à mater les 26 épisodes, ce qui est pas mal, surtout que j’ai mis un an à mater les 7 derniers, et ça, c’est vraiment violent. Bon, au final que dire de Bamboo Blade ? Bah que ça aurait du s’arrêter à 13 épisodes. La seconde partie de la série m’a lourdé mais d’une force, alors que la première m’avait charmé sans discontinuer. J’ai trouvé que plus ça allait, plus ça manquait de rythme, plus on m’oubliait dans un coin de la pièce. Heureusement on a encore les Brave Baver et le duo Kirino / Sayako, définitivement attachant. Mais au final, je ne retiendrais pas particulièrement Bamboo Blade. D’un coté, est-ce que cet anime avait l’ambition de marquer les mémoires ? Puis au final y’a plein de petits trucs qui m’ont bien fait marrer comme la stalker de Miya, et le personnage de Dan-kun en lui-même mériterait…. un spin off.

Note: Tamaki, je la ramène à la maison / 6.

Neon Genesis Evangelion
Mughu
D’habitude, quand Tony Taka décide de parodier une série pour son doujin, je décide de mater cette série: ainsi Bamboo Blade, Fate/Stay Night, Macross Frontier ou Hayate ont été commencés pour cette raison. Mais j’étais déjà bien embété pour Clannad (zut, j’ai déjà vu la série), là je suis encore plus embété pour Evangelion, qui sera sans doute le prochain thème de son doujin: je suis déjà en plein dedans ! Ainsi les 15 premiers épisodes sont vus et bon bah rien à redire, c’est franchement top une fois que j’ai nettoyé mon esprit de diverses impuretés. La réalisation, quand elle est top, EST FRANCHEMENT TOP (je vais pas nier que y’a des moyens, on sent que c’est 1995 quoi), et je trouve tétra surkiffant le fait que chaque épisode (et chaque Ange) se distingue franchement du différent. L’épisode 11 a ce sujet, avec le blackout dans le NERV, est vraiment méga bonnard. Par contre, les personnages principaux me saoulent. Shinji pour le moment ça va encore, mais Asuka au secours quoi débranchez les piles du balai qu’elle a dans le cul, quant à Rei, bah c’est… Rei quoi. Mais les personnages secondaires, omg orgie de charisme. Gendo Ikari j’en parle pas, Misato est une MILF de qualitäy, Ritsuko déchire et Kaji j’en parle pas quand je serais grand je veux être lui. Et même le sous-commandant dégage du charisme. C’est cool en fait de me voir détester les personnages adolescents et plus apprécier les personnages adultes: d’habitude c’est le contraire.

Note: Quand je serais grand, je me marierais avec Misato / 6

Xam’d: Lost Memories
Kujibiki Unblance
10e épisode, j’ai du mal. Du mal à m’intéresser à ce qu’il s’y passe, du mal à m’intéresser aux personnages pourtant à première vue tout à fait méritants pour un coup d’oeil. La technique est effectivement de très bonne qualité, mais j’ai du mal. J’ai l’impression constante que l’anime ne suit rien, qu’il en fait à sa guise, que y’a pas vraiment de scénario, que tout ça est une impro complète. C’est zarb. J’aime pas. Je vais quand même continuer, parce que j’aime pas ne pas terminer un truc, et puis ça se laisse finalement suivre. Reste que je suis pas super motivé à chaque fois à l’idée de lancer un épisode – mais récemment l’arrivée du perso photographe badass m’a remis une petite dose d’interêt, à voir donc.

Note: Elle sert à quoi la blonde du commandant à part se faire casser ? / 6

Toradora!
left

Vu les deux premiers épisodes, pour me donner une idée, et ça met de bonne humeur, ce qui est une bonne chose. Le personnage principal est un féru de ménage et c’est toujours une bonne chose. Taiga ne m’a encore tapé sur les nerfs, ce qui est une bonne chose et je suis définitivement fan de Minori, qui est une bonne chose. Cependant, l’issue du second épisode et la bestfriendisation de Taiga est assez inattendue et me laisse me questionner sur ce que sera la suite de la série, ce qui peut être une bonne chose. Bah, j’imaginerais que je découvrirais, et que ça sera une bonne chose.

Note: Minorin / 6

Mahou Lyrical Magical Nanoha

Premier épisode vu, je materais la suite quand j’aurais fini Evangelion et évidemment, pas vraiment convaincu. On m’a dit que c’était normal, que de toute façon tout cela sert de prélude à une extraordinaire saison 2, bref je fais confiance à tous ces gens là, de toute façon je fais tout ça pour remplir ma curiosité, depuis le temps que je vois Nanoha par ci, Fate par là, fallait bien qu’a un moment où à un autre j’y jette un oeil. Je reconnaît légèrement la patte de Shinbo ici et là, et y’a un moment dans l’épisode 1 qui m’a juste scié, c’est la scène du dîner avec une animation mais juste méga plus bossée que tout le reste de l’épisode. Pourquoi, comment ? Je sais pas, j’imagine que c’est la méthode Shinbo habituelle, c’est à dire choisir avec une roulette comment réaliser telle scène, ça a du tomber sur « bouffer 50% du budget » pour celle-ci.
Ah, et beaucoup de panty shot pour ce premier épisode, dont le moins discret du monde vers la fin. Et je parle pas de la séquence de transformation. Seigneur dieu, même ma relecture récente de Card Captor Sakura m’avait pas mis aussi mal à l’aise.

Note: D’infinies promesses / 6

Umineko No Naku Koro Ni
oh

Comme tout le monde à ce stade, je n’en suis qu’au sixième épisode sur ??? et j’ai pas maté la raw sortie taleur. C’est assez rigolo parce que j’ai vu les 3 premiers épisodes avec des yeux qui découvrent Umineko, et les 3 épisodes qui suivent, je les ai matés avec les yeux de quelqu’un qui a joué au VN… Et que du coup je n’ai plus du tout le même enthousiasme à la fin de chaque épisode: je sais ce qu’il se passe après HAHA. Pas grand chose à dire pour le moment sur l’adaptation, à part la foutue habitude qu’ont les poitrines à faire boing un peu partout à un point relativement hypnotisant (et bordel Georges, lâche les seins de ta mère quoi), mais faut se dire que, de base, pour Ryukishi, une femme de plus de 13 ans a TOUJOURS des gros seins. C’est au studio DEEN de faire avec. Mais en fait au final je sais pas qui de Jessica ou de Shannon à les plus gros… enfin bref passons.

Mais globalement l’adaptation est franchement pas mal, il y’a évidemment 2/3 trucs qui passent à l’as mais en voyant l’épisode 6 j’étais déjà content de voir la moitié des événements de l’épisode, que j’aurais pensé zappé. Allez, bientôt les épisodes SERIOUS BUSINESS. J’ai hâte de voir les sept soeurs (depuis je sais nommer le nom des démons liés à chaque péché capital, qui a dit que les jeux vidéo ne favorisaient pas la culture ?) – surtout quand je vois que deux d’entre elles ont la voix de Mio et de Yui, ce qui peut donner des trucs LOL.

En parlant de trucs lol, les umineko hell ça déchire, ça déchire à donf même.

Note: The 07th Expansion / 6

PS: Je devrais faire une rubrique mensuelle sur l’actualité du catch. JE DEVRAIS.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Dix ans de presse vidéoludique

Ce topic contient des photos. Beaucoup.

Note: Thalie réouvert hier. Voili voilà.

Aussi violent que cela puisse paraître, il existait pour ma pomme une époque où l’Internet illimité n’était qu’un doux et terrible mirage, où pour se connecter à Internet c’était 20h maximum, où il fallait sortir une rallonge pour connecter l’ordinateur à la prise téléphonique qui se trouvait un étage plus bas, où c’était du 56k et où en plus quand on était connecté, le téléphone ne marchait plus. Et si je vous dit qu’en plus à l’époque c’était avec AOL (« A bientôt- a bientôt » ; « Vous avez… des… nouveaux messages ») et qu’en plus j’avais que onze ans, vous comprenez que c’était difficile d’être aussi informé que de nos jours, et que quand tu étais bloqué dans un jeu, la soluce fallait l’imprimer (j’avais pas d’imprimante.)

Bref, si aujourd’hui la presse vidéoludique n’est plus qu’un détail dans le présent (il faut dire que quand 75% des magazines appartiennent à la même maison d’édition, des questions se posent), elle était dans mon passé un soleil autour duquel je tournais constamment, pour ne pas dire en permanence. Aujourd’hui j’ai profité d’une séance nettoyage du bordel dans mon buffet d’archives pour prendre quelques photos de cette collection, de ces dix ans de presse vidéoludique.

huhu

Ca fait effectivement assez imposant mais encore j’aurais pu sortir les 70 magazines qui sont dans les classeurs pour faire ENCORE PLUS IMPOSANT…

Continuer la lecture de Dix ans de presse vidéoludique 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

[Humeur Drama] Les expressions dont on se sert beaucoup trop…

… et qui sont franchement répétitives en plus de témoigner d’une certaine paresse intellectuelle.

Internet est un endroit formidable. On y trouve de tout, pourvu que l’on creuse un peu et ainsi de lien en lien, de découvertes en découvertes, on peut se forger des opinions, un esprit critique, une ouverture d’esprit, du recul sur les choses, un arrêt de tout prendre au sérieux, accéder au stade d’ultime humour, et par la même occasion au rang de Sage de l’Internet, qui sera toujours écouté, apprécié et que tout le monde aimera très fort, et qui essaiera même de passer au rang supérieur (le level 99), c’est à dire celui de communiquer ce qu’il aime à son prochain, même si celui-ci à 54 ans, voit les jeux vidéo comme un truc pour adolescents boutonneux et estime que le japonais est une langue méga laide parce qu’il a entendu des chinois la prononcer au Mont Saint Michel, et non je ne tente pas une généralisation.

Mais ça serait trop simple si tout le monde visait cet objectif, parce qu’il faut bien l’avouer, Internet ça reste surtout un moyen fort abordable de se divertir, et toujours un bon moyen de dire à tout le monde ce qu’on pense sur un sujet bien précis, même si on est incapable d’écrire plus de deux lignes dessus. Essayer d’être agréable, de trouver dans l’Internet une culture et des expériences que je ne trouverais pas ailleurs ? Bfff quelle connerie: ce que je veux, c’est que les gens sachent que Trucmuche c’est de la merde. Et comme ça m’emmerde déjà d’écrire des trucs, je vais sortir des bonnes phrases rigolotes que je lis souvent. Comme ça ça me créera un STYLE unique, et je serais à contre-courant de toute cette masse décérébrée qui accepte la merde en souriant et on la mangeant !

Je vais pas vous oser faire de la sociologie/philosophie de comptoir, mais cette volonté sans cesse d’être à contre-courant est quelque chose d’énervant. Parce que le contre-courant, oh mon dieu je vais vous faire une révélation tellement fantastique que vous n’en reviendrez pas, eh bah c’est un flot de conneries. Il y’a pas de contre-courant pour la seule raison que définir le courant initial est vraiment (jeff) ARDU. C’est quoi le « courant » normal ? Qu’est-ce qui définit les composants de ce qui nous rend à contre-courant ? Par exemple au cinéma, c’est quoi: le succès au box office d’un film – plus il est vu plus c’est cool de ne pas l’avoir vu ou de l’avoir vu et de pas avoir aimé (ce qui est con car ça présuppose que les millions de personnes qui ont vues le film jugent tous que c’est un chef d’oeuvre – je pense entre autres à Bienvenue chez les chtis, qu’on pointe souvent du doigt pour ses 20M de spectacteurs dont une grande partie ont juste pensés avoir vu un film rigolo et divertissant plus qu’un chef d’oeuvre qui fera date dans le cinéma.) ? Les étoiles de la critiques ? Les réactions globales du public, le bouche à oreille ? C’est pas facile…

Bref il est si important d’être au dessus de la masse, de savoir mieux que quiconque ce qu’elle doit acheter, ce qu’elle doit voir, que ce mouvement en est arrivé à avoir son propre langage: le langage troll. Pour se reconnaître entre eux, mmm voyez. En plus c’est parfait sur plusieurs points: cela permet d’avoir « son » propre style, d’utiliser des anglicismes tellement cools que les gens normaux n’utilisent pas, et en plus ça permet à moindre coût d’avoir l’air d’un parfait gros connard vaniteux qui sait tout mieux que tout le monde ! Fuck yeah, profit !

Bref tout ça est plus où moins une dénonciation subtile de cette pensée pessimiste, monomaniaque et et et exaspérante qui ne m’a jamais compté dans ses plus grands fans, en plus d’être un léger ras le bol contre les mecs qui pensent, que ce soit sur les forums où les channels IRC, que se limiter à une phrase pour dire leur opinion c’est cool, c’est pertinent et c’est stylé. Putain non, c’est pas pertinent, c’est inintéressant et c’est exaspérant. Bordel, on est sur Internet, pas sur Twitter quoi. Encore quand le type est un kikoolol, tu te dis « ok c’est dans ses gènes » mais quand le type semble avoir un intellect, on ne peut que se dire: « mais… pourquoi ? ».

« old » – Surtout sur IRC. Le « old » est utilisé quand quelqu’un poste une actualité, une vidéo où une image que quelqu’un dans l’assemblée à déjà vu. Si le mec l’a déjà vu et est en plus un vrai connard, il se contentera donc comme unique réaction d’un « old », synonyme de « j’ai déjà vu ça = tout le monde l’a déjà vu = tu es en retard = tu es donc sans doute en retard mentalement = ta mère est ta soeur », bon j’extrapole peut-être un peu les intentions, mais le message est là. Bon, ok, quand quelqu’un vous ressort This Is Sparta en pensant que personne ne connaît, c’est un peu couillon et mérité, mais à chaque fois j’ai vu « old » être utilisé pour des trucs que, par exemple, je n’avais jamais vu ou même pire avec une fois une actualité qui date de trois heures. Le mec était sans doute sur le channel quand elle a postée la première fois, mais ça veut pas dire que les mecs arrivés depuis sont au courant.

« lol trucmuche » – « Eh j’ai acheté POD II sur Dreamcast » « lol POD II » -> Le mec vous dit que vous avez acheté un jeu de merde mais ne vous dira pas pourquoi, n’a pas envie de vous dire pourquoi et il sera bien embété de vous dire pourquoi il a dit ça, il a lu que des réactions de joueurs où la critique de gamekult/gameblog/ign sur ce jeu et sait que vous êtes donc bien embété. Donc désolé mais si vous cherchiez de la pertinence, il n’est pas votre homme.

Trumuche 1.5 (aussi nommé sous la forme trucmuche HD ou trucmuche next gen) – Je sais pas d’où vient cette expression, quel site l’a inventé, quel forumeur attardé mental a décidé un jour de créer cette expression mais c’est juste l’expression JV la plus NAZE de tous les temps. Grosso modo, ça s’utilise quand on parle d’une suite. Réussie, loupée ? On s’en fous – 1.5. Sys-té-ma-ti-que-ment. J’ignore si il y’a eu un seul jeu sorti ces cinq dernières années qui soit une suite de jeu et que je n’ai pas vu appelé par un anticonformiste local « xxx 1.5 ». En fait la principale critique derrière ce sobriquet est que la suite est donc totalement identique à la première, se contentant de rajouter quelques trucs en plus pour faire genre, quelques nouveaux décors puis basta, en plus de bien nous préciser que c’est un mal n’arrivant qu’au jeu vidéo contemporain. Car oui, il est connu que dans l’histoire du jeu vidéo, toutes les suites ont révolutionnés le jeu précédent. Regardez Super Mario Bros 2: totalement pas la même chose que Super Mario Bros ! Ok aux Etats-Unis seulement, MAIS. Et Sonic 2 c’est complétement pas le même jeu que Sonic 1, la preuve: y’a maintenant Tails, le spindash et des niveaux bonus en 3D pour choper les emeraudes. Ah, et je ne vous parle pas de l’Exode d’Abe qui a complètement révolu-ti-o-nn-é l’opus précédent (ce qui est vrai: l’Odyssée d’Abe était très bien, l’Exode d’Abe est SURPUISSANT.)
Globalement faut jamais oublier qu’une suite n’a que rarement pour ambition de changer complètement le premier volet, mais juste de proposer de nouveaux niveaux, de nouveaux mouvements, de nouvelles courses, parfois de nouveaux héros – y’a que dans les RPG que ça change tout le temps, hey. C’est pas parce qu’on a joué et surkiffé Spyro, qu’on surkiffera pas le même jeu avec vingt nouveaux niveaux et une tripotée de nouveaux mouvements un an plus tard. Je trouve ça d’ailleurs à moitié hypocrite puisque cela insinue en plus qu’acheter le jeu en possédant le volet précédent c’est être un véritable pigeon. Eh, c’est parce que j’ai surkiffé le premier et veut prolonger l’expérience que j’achète le deux, génie, t’en connais beaucoup des mecs qui achètent le 2 direct ou qui ont surkiffés le 1 et vont mépriser le 2 ?.
(l’exemple récent qui m’a le plus énervé est Super Mario Galaxy 2. On sait à moitié rien dessus, juste qu’on va avoir un Super Mario Galaxy avec des nouvelles planètes à explorer, Yoshi, bref si c’est aussi imaginatif et bien pensé que le premier, on peut s’éclater. ET NON. Car 1.5.)

La variation « trucmuche HD » s’utilisant bien évidemment pour les adaptations de jeu 128 bits vers consoles HD. Exemple: Gran Turismo 5 est un Gran Turismo 4 HD. YA. RLY. Parce que les mecs de Polyphony ils allaient pas soudainement t’introduire un système de carapaces bleues. C’est dingue comme depuis le début du paragraphe je dis des putains d’évidence qui devraient apparaître logique mais qui NON, parce que des types sans la moindre imagination ont vue cette expression être spammée sur les forums de gamekult (je sais pas quoi du forum 15-18 de jv.com ou de l’intégralité des forums gamekult est le plus vivier à con d’ailleurs), décident de l’utiliser partout. Se créer sa propre personnalité, c’est pour les autres après tout.

c

Hype et toutes ses variations (overhypé, surfait, surnoté…) – Non mais sérieusement, je n’ai jamais compris l’usage de ce mot, ce qu’il voulait dire. J’ai une idée globale qui ressemblerait à « putain trop de gens en parlent, et ils parlent pas de Baccano! ou de Onani Master Kurosawa qui mérite beaucoup plus d’amour que leur merde, les enculés ! », mais bref. Chaque saison ayant son anime hypé que « on en parle trop c’est horrible », ce à quoi on peut répondre, en bon dialecte hfr: taggle molette.
Mater et aimer un anime overhypé est aux yeux de celui qui juge ça overhypé très souvent éliminatoire. Si ils étaient jurys à la Nouvelle Star, mater et aimer Code Geass, K-On!, Macross Frontier ou Clannad équivaut direct cash à 4 rouges (sauf parfois pour Code Geass, ou vous avez ptet une chance d’obtenir un bleu si vous décidez d’oublier de parler du fait que vous avez aussi kiffé R2.) En fait, la principale peur qu’un type a en traitant quelque chose d’overhypé c’est que ça masque ce qu’il juge comme les vraies bonnes oeuvres. Qu’en achetant un dvd de Mystery Anime OverHyped X, on se prive d’un dvd de Greatest Unknown Anime Ever, ou qu’en tapant un article sur son blog dédié à dire du bien de Super Overhyped Anime Saison 3, on empêche l’écriture d’un article dédiée à Underated King Anime 2091. Ce qui est un raisonnement… douteux.

Mais là j’avoue je tâtonne à essayer de comprendre ce terme, bordel, je suis même pas sûr que ceux qui l’utilisent savent vraiment ce que ça veut dire, ils ont une idée globale du mot, et ils tentent de lui donner une portée. Mais ça fait prrrrrscht. Et c’est plat. Une expression vide, sans sens et donc toi t’es là: « ok wtf ». Chiant.

C’est vraiment les quatre expressions que je trouve les plus redondantes et pénibles en ce moment. Y’en a d’autres (du genre l’adjectif « vide » utilisé un peu pour tout et n’importe quoi – comme vous pouvez le voir trois lignes plus haut, ainsi que la belle et jolie expression « c’est de la merde » utilisé de manière bien définitive, toujours appétissant) C’est vraiment un billet d’humeur parce que là je vais vous le dire nettement: je sature. J’en ai marre de ce climat sans cesse blasé quand il n’est pas carrément haineux voire obscurantiste, j’en ai marre que les mecs qui se montrent un peu enthousiastes se fassent pointer du doigt et étiqueter comme naïfs (OMG INSULTE SUPRÊME) par les mêmes gars qui savent toujours mieux que tout le monde, j’en ai marre que quoi que tu fasses, t’as toujours un type qui comprend mieux l’humanité que n’importe qui, marre du pessimisme, de la méfiance habituelle, j’en ai marre de ces « débats » où tentent de se convaincre deux personnes qui ne changeront pas leur opnion d’un iota. Ca devrait pas marcher comme ça, ça devrait être plus léger, plus second degré. Quelque chose a loupé quelque part, où est tout le coté agréable de l’Internet ?

On va dire que je me QUESTIONNE. Je devrais m’en foutre complétement en fait mais je n’y arrive pas – à la place je tape un truc. C’est cool. Non ? Allez on va dire qu’un gros billet d’humeur bien sur les nerfs une fois par an c’est tolérable.

PS: Ah, et je vous avais dit que le truc qui m’énervait le plus c’était les types qui commentaient un article d’un site journalistique genre lemonde, ou libération, ou même à la limite Yahoo! (haha) juste en lisant le titre ? Faut dire aussi que les journalistes internet commencent à devenir sacrément relou avec leurs titres qui n’ont parfois rien à voir avec le sujet… Mais merde, y’a que les lecteurs de magazines tv qui tombent dans des pièges aussi bas… normalement.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Joue là comme Néant Vert – Tintin au Tibet #5 (Le matin est làààà)

Cinquième épisode de Tintin au Tibet et le dernier en compagnie de Deity Link, du Concombre Masqué, de Nashi et de Draco Dynasty. A ce moment précis dans la vidéo il est 8h50 du matin, nous sommes le dimanche 5 Juillet, et la vie est rude. Quelques heures plus tard, je survivrais à la Japan Expo, joie.

Alors en ce qui concerne les deux niveaux d’aujourd’hui, juste un avertissement: la fin de la vidéo est très laborieuse. C’est à dire que le jeu commence véritablement à être tétra relou, car jusque là il ne faisait que semblant. Le niveau de l’épave est déjà assez foutreusement pénible (et il aurait pu l’être encore plus si j’avais pas découvert au pif ou poser la corde, et encore plus si on avait pas eu accès à gamefaqs pendant le jeu), mais le niveau des cavernes est si horrible que deux personnes s’endorment pendant l’enregistrement. On en est à ce point là. Heureusement Draco, moi et la moitié du Concombre Masqué restent en vie pour tenter plein de vannes qui font le charme du JLNV.

Notez qu’Il Palazzo nous accompagne un peu sur le début de la vidéo, même si je ne le présente pas. Quel homme ce Il Palazzo.

La suite du jeu se fera donc en solitaire. Que de joîe. J’en trépigne d’avance (surtout que le combo niveau d’escalade + monastère + tempête de neige, miam miam d’avance.)

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr