Archives quotidiennes :

Rencontre intéressante (+ bugs divers et variés)

IMPORTANT:Si vous avez cliqué sur un lien censé vous amener vers un article précis, sachez que vous êtes actuellement sur la page d’acceuil du site et que suite à quelques problèmes d’hébergeur (le path_info devient impossible à être utilisé), j’ai du passer en string_query pour les url et que par conséquent cela me force à mettre un ? à la place d’un / après index.php. Du coup si vous vous voulez rejoindre l’article que vous souhaitez, l’url doit encore s’afficher dans votre barre: remplacez simplement le / situé après index.php par un ?. C’est temporaire, j’espère revenir vite à ce bon vieux path_info.

EDIT: C’est réglé ! Magie du direct !

Jean Lambert-Wild n’est pas quelqu’un qui est sur wikipédia, ni quelqu’un qu’on trouve partout dans la presse, dans la radio, alors qu’il s’agit d’un personnage assez central dans toute la vie culturelle caennaise: agé de 37 ans, il est responsable depuis début 2007 de la Comédie de Caen, un des centres théatraux les plus actifs de France, Un type dont on me parlait beaucoup en cours de Théâtre (il faut dire qu’il reprenait une Comédie de Caen endettée par son propriétaire précédent) et dont j’avais vu une de ses pièces, nommée Le Malheur de Job, qui se révélait être un des bons souvenirs de toute cette saison culturelle 2007-2008 qui fut ma dernière en tant qu’elève de Théâtre classique. Bon je ne vais pas vous parler de Théâtre, du fait que je regrette pas mal la mauvaise image que pas mal de gens ont du média alors que le seul truc qu’ils ont du voir, c’est sous la torture et forcé par un professeur de français aux bonnes intentions un peu trop exagérées.

Aucun rapport avec le sujet.

Pourquoi je vous parle de Jean Lambert-Wild donc ? Vous savez peut-être (ou pas) que j’officie régulièrement sur la radio campus caennaise, Radio Phénix comme chroniqueur jv/manga, cette année chaque mardi pendant un quart d’heure de 19 à 20. Et donc par conséquent je l’ai rencontré tout à l’heure. Oui bon là rien d’intéressant vous me direz, des gens on en rencontre tous les jours, c’est normal, tout ça. Sauf que quand je me suis présenté comme chroniqueur manga/jv, il m’a dit: Oh, et vous présentez quoi ce soir ?. Tiens, cool, un invité intéressé, ça change. Bon alors je lui dis que je compte présenter Highschool of the Dead, un peu en m’attendant à une réponse du type « ha je connais pas », parce que bon, je suis un sale élitiste blasé. Et là, « Oh, vous allez présenter le dernier sorti ?« , han hein quoi heu. Il est au courant que le tome 3 est sorti y’a une ou deux semaines. Han. Cool. L’homme est connaisseur.

S’en suit alors l’interview, effectuée par mon compère, et puis après 25mn d’interview, où il dit plein de trucs assez enthousiasmants, et dit qu’une de ses pièces était inspirée d’un manga, qu’il était assez intéressé par la vision japonaise du monde, toujours très remplie de ce mélange entre traditions et modernité, du fait que les forêts subsistent encore énormément dans ce pays malgré l’aspect high-tech qu’on en a. Bref, c’est encore plus sympa. Et vient la pause musicale, et là donc on discute un peu. Et lui me dit qu’il a plus de 700 (à moins que ce soit 7000, je sais plus) BD/Manga et qu’il était passionné par…

… Osamu Tezuka. Là c’est assez énorme. Je lui dis que je connais Tezuka mais loin d’être un expert sur lui, que j’ai adoré l’histoire des 3 Adolfs, mais que je le connais encore mal, mais qu’effectivement c’est un grand personnage. Lui me dit qu’il adore sa vision comme auteur, que la sonnerie de téléphone de la Comédie de Caen c’est Astroboy, qu’il est aussi assez fan de 20th Century Boys et d’Urusawa en général, tout ça, qu’il trouvait dommage que les Tezuka soient assez planqués dans les fnac et compagnie, que c’était pas forcément les plus connus, que tout ce qu’il avait fait n’était pas forcément traduit. Salue sa performance de productivité. On sentait vraiment un gros fanboy, tant et si bien que c’est dommage que la pause musicale ne fut pas assez longue et qu’il devait partir pour jouer sa pièce le soir même, car cela aurait pu durer encore longtemps.

Et du coup après 4mn de discussion sur Tezuka et Urusawa, j’ai du parler pendant 10 minutes de Highschool of the Dead, sans doute un des mangas les plus non-intellectuels que j’aurais pu chroniquer – mais très cool quand même. Maintenant je sais ce que veut dire passer du coq à l’âne. C’est horrible.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr