Archives quotidiennes :

Les bases de données mémorielles

Bon j’ai décidé arbitrairement d’être présent lors de la première édition de Lovin’Japan, nouvelle convention parisienne qui a lieu à la Vilette (bon point, la salle est top) et qui surtout marque très fort le coup en invitant Yoshitoshi ABe et Yasuki Ueda, c’est à dire deux cerveaux responsables entre autres de Serial Experiments Lain. Décidément en ce moment…

Ecriture roue libre / Réflexion. Danger.

MyAnimeList, Last.fm, trueAchievements ou même depuis très peu Playfire, dur pour moi de résister à ces genre d’Eden que sont les sites « base de données », qui vous demandent d’enregistrer vos mémoires et vos expériences pour pouvoir ensuite mieux vous en vanter auprès de vos proches. Exhibition je ne sais pas mais au final à chaque fois que je m’inscris sur ce genre de site, il y’a toujours une assez grande excitation: celle de faire appel à sa mémoire plus que de l’exhiber. Un des plus grands plaisir que j’ai eu au moment de mon inscription sur MAL (qui date de presque un an maintenant), ça a été de fouiller méticuleusement chacun de mes souvenirs pour tenter de retrouver le nom de TOUT ce que j’aurais pu voir. C’était même pas pour remplir comme un bourrin (quoique ptet qu’inconsciemment) mais juste histoire de vraiment me souvenir de tout ce que j’ai vu et, parfois, me dire que c’était pas trop mal, qu’en fait c’était pas si génial, que ça mériterait d’être revu… etc etc. Et le truc le plus luxueux avec MyAnimeList c’était qu’on pouvait mettre les dates de visions alors du coup bah j’ai rempli ces champs aussi. Parfois je me souvient juste du mois ou d’une période vague, bon j’estime vaguement. Y’a plein d’animes comme ça auquel on rattache un état d’esprit: Ouran Host Club High School par exemple restera à jamais comme un anime d’excellente qualité mais que j’avais maté avec un putain de mal de bide qui m’avait cloué au lit pendant une semaine. Le Royaume des Chats, j »étais allé le voir au cinéma au point le plus fort de la canicule 2003 et je me souviens avoir vraiment puisé dans mes forces pour rentrer chez moi en plein soleil à 14h. Code Geass j’avais maté ça pour oublier que Sarkozy était devenu président, ce qui m’avait vraiment dégouté par trois/quatre mois de campagne où bien encore The End of Evangelion sera toujours lié à la réunion de famille de Noël la plus chiante et anxiogène qui ne m’ait jamais tombé dessus. Alors qu’a contrario, il y’a des animes et des films dont les souvenirs sont vagues: je me souviens avoir vu Ghost In The Shell sur Arte, mais quand ? Impossible à savoir: vers 2004, 2005 ? Pas plus de détails. Nurse Witch Komugi-chan, j’avais maté ça pendant des vacances en 2007, mais février ou avril ? Prwt. Personne le sait, personne le saura. Ca date de quand ma première fois avec Viper GTS ? On s’en branle. Etc.

C’est toujours le moment le plus exaltant sur myanimelist: la fondation de la liste, donc. Quand chaque anime se met à réexister, quand enfin on se rend compte a quel anime on pense direct en premier et quels sont les animes qu’on aime bien mais qui mettent un peu plus de temps à réapparaître. Le fait d’équiper le truc avec une base de données monstrueuse aide carrément à se repérer, à se remémorer des trucs, mêmes fugaces et éphémères. Et après il faut les noter, mais bon là dessus je suis un gentil garçon: peu de 10, peu de notes en dessous de 6 et beaucoup, beaucoup, beaucoup de 9, de 8 et de 7. Moi ma spécialité, c’est noter sur 100 et je milite pour un MAL qui note sur 20. Le fossé entre un 9 et 10 est tellement… large. Puis je note tellement au ressenti que… bon (genre je lache quelques larmes = 8 minimum. Même si je me sis fait chier le reste du truc.)

C’est la même chose avec Playfire, mais là le sentiment de puissance est encore plus fort: l’animation japonaise je commence à être dedans que depuis trois ans et demi / quatre ans, c’est pas super loin à chercher. Mais les jeux vidéos ça va faire quinze ans. Je ne peux pas nier que j’ai trippé comme un gamin à essayer de retrouver tous les jeux Megadrive que je possédais où qu’on m’avait prété ! Et vlan, paf, immédiatement, tous les enregistreurs vidéos de mon cerveau m’ont passés les enregistrements d’époque: moi en train d’en chier grave sur Chemical Plant 2, passant un vendredi soir entier à essayer de finir le boss de merde de Transylvanie dans Taz Escape From Mars, découvrir qu’on peut appeller un avion dans Quackshot, pester contre le timing abusé du dernier niveau de Spirou, le jour où j’ai réussi à convaincre ma grand-mère de m’acheter genre Daffy Duck In Hollywood et les jours que j’ai passé ensuite à lire le manuel parce que HUHU évidemment j’avais pas ma Megadrive qui était chez moi. Enfin bref, pas simple de tout liste – et je suis sur d’en avoir oublié – et encore moins simple de noter en se basant sur une nostalgie très lointaine: eh le 3/4 de ces jeux, j’y ai pas réjoué depuis Février 1999 ! Et ça date sérieusement ! Comment je suis censé noter ça ? Tentons l’aventure ! Bon euh non en fait ! Préférons éviter !

Et heureusement que aucun de ses trucs ne fait comme sur Manga Sanctuary et vous annonce le prix de votre « collection » parce que sinon merci la violence financière dans la face. Je veux pas savoir combien j’ai dépensé en DLC Rock Band, et donc je ne veux pas savoir non plus à combien mon budget jeu vidéo sur quinze ans s’élève: ils me le diront au Jugement Dernier j’imagine (« Au lieu d’acheter des jeux vidéos tu aurais pu nourir une tribu de gitan pour cinq ans ! – Mais je voulais juste devenir maître pokémon ! – Enfer ! »)

Pareil pour les autres consoles, mais avec de plus en plus de facilité: Game Boy c’est traître mais là aussi au final y’avait pas tellement de jeux donc bon, ça passe. PlayStation c’est plus difficile parce que y’a eu beaucoup de jeux dont pas mal obtenus dans des conditions… que la loi ne m’autorise pas tellement à développer, et pas mal de jeux un peu honteux auquel j’ai joué contre mon gré mais que j’ai quand même demandé à ce qu’on me le pir… enfin bref j’avais un voisin qui maîtrisait ce bordel. Nintendo 64, pas trop de problèmes. GBA bon j’ai eu que TROIS jeux, ça va aller… PS2/GC/Xbox youpi là aussi, Xbox360 j’ai qu’a mater ma SUPERBE gamercard, etc etc. Donc ça va c’est plus simple… et on se rend très vite compte que, ouais, on jouait pas tellement mieux avant. Le nombre de daubes que j’ai pu tester, c’est assez fou, mais ça va parce que j’étais plus… tolérant. Aujourd’hui un NFS Underground j’aurais laché dès la troisième course tellement ce jeu était le niveau zéro, à l’époque bon bah je l’avais payé cher, j’étais un peu obligé de le rentabiliser. Maintenant ça va, je suis un peu plus.. bourgeois. Donc ça va. Mais Internet a volonté, Ordinateur quand tu veux, tout ça… fait que j’ai paradoxalement moins de temps pour jouer. Je pouvais finir les Razmoket pas parce que c’était bien mais parce que j’avais rien de mieux à faire. Idem pour finir les 29 challenges de Perfect Dark, y compris les très très hardcores avec les DarkSims – je le faisais parce que j’avais  »aucun autre jeu sous la main qui valait autant le coup ».

Et puis il y’a la possibilité de souligner certains titres de sa liste avec les favoris: sur MAL on est limité à cinq titres, sur Playfire c’est NO LIMIT et là entre en prise de compte un nouveau petit plaisir cérébral: « si jamais je devais en garder 5… » ? Bon moi j’ai fait dans le fanboyisme net (Higurashi / Voyage de Chihiro / Serial Experiments Lain / Haibane Renmei / Sayaonara Zetsubou Sensei) mais sur Playfire, j’ai essayé là aussi de me limiter à 15 jeux qui m’ont beaucoup plus marqués que les autres et le jugement est sans appel: y’a aussi bien des jeux sur lequel j’ai passé des heures entières à prendre un pied monstrueux comme on l’attend d’un jeu vidéo (TimeSplitters 2, Rock Band, Perfect Dark…), des références de level-design ou de maniabilité (Sonic 2, Crash Bandicoot 2…), des RPG au scénario et aux personnages marquants, qui m’ont parfaitement inclus dans leur monde pendant presque une centaine d’heures voire beaucoup plus (FFIX, Suikoden V, Baten Kaitos…), des ambiances particulières et uniques qui vous touchent vraiment et restent à jamais imprimés au plus profond qu’importe les défauts (Grim Fandango, Medievil, Majora’s Mask…), etc.

Et MAL est encore plus sadique en vous demandant de choisir dix personnages d’anime/manga et six « artistes ». Choix parfois compliqué mais, hey, ça tient plus du bonus qu’autre chose après tout. Même si je pense qu’avec Kushieda Minori, Ootsuki Kenji ou bien Kotobuki Tsumugi dans ces choix, je vais être jugé :(. Et puis de toute façon, j’ai déjà fait mon choix de 41 personnages à une époque lointaine alors bffrrr. Globalement en fait ça résume bien l’existence du site: c’est anecdotique mais… on le fait quand même.

Par contre, je n’ai pas tellement envie de parler du coté communautaire tellement celle de MAL me terrifie assez. Je n’ai jamais été très à l’aise avec les communautés de taille imposante et celle-ci ne déroge pas à la règle: plein de gens, des tas, et parfois pas très fins (les « recommandations » sont parfois assez…), donc bref pas trop envie d’y toucher. Je me contenter de faire mon truc dans mon coin, ça posera de problèmes à personne.

A coté, les deux autre sites cités (last.fm et TrueAchievements) marche sur une autre logique: celle de répertorier le présent et de vous en faire un bilan qui prend son intérêt avec du recul. Last.fm et ses charts (« bravo Amo, en 3 ans, l’artiste que tu as le plus écouté est les Fatals Picards, j’espère que tu es fier de toi. »), TrueAchievements marche lui aussi très bien et se démarque des mygamercard & co en proposant un système de ratio trèèèès intéressant (en gros un succès à 5pts peu débloqué vaut plus qu’un succès à 20pts que tout le monde obtient au début du jeu) et des comparaisons avec ses amis & co. C’est assez triste de voir qu’en trois mois Concombre est presque à la moitié du score que j’ai mis un an et demi à construire :'(. Et cela change pas mal ses habitudes « présentes ». Ainsi, si sur MAL ces habitudes consiste à mettre à jour sa liste après chaque épisode vu (ce qui ne m’use pas trop vu mon rythme de visionnage un peu mou), sur last.fm ça me force à avoir une super hygiène de vie pour mes mp3 (bien les taguer, etc) et pour TA, ça me motive encore plus à faire le tour d’un jeu où à choper un succès dont j’aurais eu juste rien à foutre. CAR OUAIS JE SUIS UN ACHIEVEMENT WHORE. Et encore, je me fous du gamerscore total, tout ce qui m’intéresse est le gamerscore par jeu et, plus encore, le nombre de succès complétés, je m’en fous que le jeu possède 1000G de succès: si il a 40 succès, alors je veux en faire au moins 30 ou 35. AU SECOURS. CERCLE VICIEUX. Et en plus sur TA y’a un double plaisir: choper le succès en question et ensuite comparer avec le ratio & co pour voir si on a chopé un bon succès ou si on a bougé notre cul à bourrer la gueule à plein de gens dans Fable II pour rien. Bref, ça aide pas à rendre moins addictif a tout ça. Je suis faible aussi.

Bon bref.

Et vous c’est quoi votre rapport avec ce genre de sites ? Quelle en est votre utilisation ? Est-ce que ça vous plaît de jouer avec votre mémoire où pas trop parce que vous vous rendez compte que vous oubliez beaucoup de choses avec le temps ? Est-ce que vous aimez bien juger la liste des gens ?

Bon, sur ce, je repars rédiger des questionnaires et faire des habillages pour la Nocturne Epitanime de samedi, ça pompe toutes mes soirées ces derniers temps, c’est assez fou . Faudrait que je continue Grenadier pourtant mmmrf. Et que j’entame Perfect Dark en Perfect Agent. Et que je remate Lain et Haibane Renmei. Et que je blogue de manière subtile et inintéressante !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr