Archives de
Mois : octobre 2010

Kare Kano / Entre Elle & Lui – Pots & Confitures

Kare Kano / Entre Elle & Lui – Pots & Confitures

Veuillez prendre garde à lire cet article dans une pièce bien éclairée et en ne vous positionnant pas trop près de votre écran.

Kare01.jpg

Des innombrables animes produits par le studio Gainax, Kareshi Kanojo no Jijou (surnommé donc fort efficacement Kare Kano) – ou Entre Elle & Lui chez nous – est peut-être un de ceux qui fait le moins parler de lui. Co-produit avec JC Staff, il est vrai que Kare Kano est assez unique dans l’histoire d’un studio surtout connu pour des oeuvres comme FLCL, Gunbuster, Evangelion, Gurren Lagann ou Nadia et le secret de l’eau bleu. Assez unique car on a affaire ici à une adaptation de shojo et assez unique pour toute l’histoire qui gravite autour de l’animé en lui même, avec entre autres a mi-saison le réalisateur – Hideaki Anno – qui se fait virer à coup de pompes parce que l’auteur originale du manga aurait pété une crise, enfin bref, la FOLIE TOTALE quoi.

Mais tout ça n’empêche pas une chose: Kare Kano est un BON anime, voire même une excellente comédie romantique. Mais il bénéficie d’un énorme défaut: sa fin. Ce qui est un défaut assez récurrent dans le monde de l’animation japonaise mais c’est ici extrêmement pesant…

Lire le billet.

Point info

Point info

Voici venu le temps pour quelques brèves ! Stocking par G Scream. Effectivement, comme vous pouvez le constater, le rythme de postage du blog chute lourdement. J’essaie désormais de changer de rythme et de partir plus vers une direction du genre deux articles par semaine, et en échange faire en sorte que les articles qui sortent soient mieux finis… Voilà voilà ! Et en plus j’ai pas grand chose à dire en ce moment alors ça aide carrément pas :P. Samedi dernier, Lire le billet.

Souvenirs d’une époque bénie où Crash Bandicoot c’était bien

Souvenirs d’une époque bénie où Crash Bandicoot c’était bien

La PlayStation a fêté récemment ses 15 ans, ce qui rend un peu tout nostalgique (moi je m’en fiche, j’avais ma Megadrive et j’avais 6 ans, rien d’autre ne comptait dans ma vie à part les Pogs et le Journal de Mickey) et donne envie de se replonger un peu dans toute cette période et sur toute cette console qui pour moi a été un enthousiasme permanent (entre autres parce que j’avais 11 ans aussi, et là encore rien d’autre ne comptait dans ma vie – à part les Pokémons et le Journal de Mickey), mais si refaire un top 64 cette fois-ci dédiée à la gloire de la console grise pourrait être une idée, j’ai hélàs pas trop le courage d’autant que là le choix à faire est beaucoup plus difficile… Du coup je vais juste parler de Crash Bandicoot.

TIN TIN TIIIIN

Car depuis maintenant dix ans la franchise Crash Bandicoot s’est hélàs zombifiée, devenant au début de la décennie un fourre-tout dans lequel on foutait un peu tout et n’importe quoi, utilisé à toutes les sauces, avant d’être abandonnée peu à peu… Et encore heureux, vu que les désastres que furent Mind over Mutant et Twinsanity ! En attendant la reprise un jour par Activision (qui détient la personnage), il est bon de se replonger dans le passé Playstation du marsupial orange, à l’époque où Naughty Dog s’en gérait et où c’était donc forcément très bien ! Et éduquer la jeunesse ignorante de ce fait ! Car tel est notre devoir !

Lire le billet.

Chronique AMV N°AD – AMV Hell 5 (+ Sous titres)

Chronique AMV N°AD – AMV Hell 5 (+ Sous titres)

Un spécial AMV Hell 5 aujourd’hui ! Ce qui n’est pas forcément très surprenant vous l’avouerez, j’ai tendance à sur-spammer mon Twitter de références à cette oeuvre maîtresse de l’échiquier mondial. Alors ok, contrairement à d’habitude cette chronique AMV ne sera consacré qu’a UN seul objet mais vu sa longueur (1h26) et ce qu’il y’a à dire dessus c’est plutôt logique. AMV HELL 5 Auteur: SSGWNBTD + Plein d’autres gens Anime covuerts: Dragon Ball + Plein d’autres animes Musique utilisée: Erasure Lire le billet.

K-On!! – Thank You!

K-On!! – Thank You!

Alors oui parfois je vois ça dans mes cauchemards

Holala oui qu’est-ce que début avril je flippais un peu à l’idée de retrouver les filles de l’After School Tea Time. Déjà parce qu’aussi sympa qu’était la première saison (que j’avais adoré donc), les défauts se faisaient quand même visibles et après avoir lu le manga c’était encore plus atroce, puisqu’on y découvrait que l’anime jouait plutôt dans l’adaptation assez pépère et qui se permettait même d’être un peu plus prude que le matériel de base et ses sous-entendus lesbiens même plus effleurés. Du coup saison 2, treize autres épisodes (je ne savais pas encore que ça allait être du vingt-six), et cette peur d’être au final extrêmement lourdé et de voir une recette marcher bien en treize épisodes vite commencer à attaquer l’estomac…

Et au bout de deux ou trois épisodes, j’ai commencé à avoir certains doutes…
Au bout de six ou sept épisodes, j’ai commencé à en être assez certain…
Et au quinzième ou seizième épisode je me retrouve à devoir établir ce fait:
Non seulement cette saison est bien meilleure que la première, mais en plus le produit offert est d’une très très haute qualité. La première saison peut partir se cacher dans une grotte à vie, la seconde saison la prend à sec sans vaseline et la force à quitter le pays par le premier charter arctique qui vient. La première saison j’avais publiquement ce statut assez bâtard de « alors oui j’adore mais euh alors euh c’est pas le best anime ever hein voilà hein » toute en modération et tout en diplomatie, la seconde saison on est là purement et simplement dans le ressenti type « alors oui c’est un putain de chef d’oeuvre immémoriel que maintenant je vais remater religieusement tous les six mois. »

Lire le billet.

Sur-analyser le catch où mourir ? Alors je préfère le cercueil.

Sur-analyser le catch où mourir ? Alors je préfère le cercueil.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Hell In A Cell 2010 a été un très bon pay per view. Étonnant car avec seulement deux semaines de construction et une thématique qui pue quand même grave du bec (les matchs de championnats mondiaux obligatoirement en Hell In A Cell, ce match à cage fermé censé être reservé aux feuds les plus sanglantes où aux matchs les plus virils, devenu ici un simple décor pour des matchs assez classiques), je ne m’attendais rien et j’étais même prêt à ne pas mater le pépévé en live, dérogant à toutes mes habitudes construites jusque là. Mais non j’ai maté, j’ai kiffé et je monte mon verre envers la WWE pour avoir proposé ici un produit extrêmement solide, qui peut se targuer de n’avoir aucune faiblesses (même le match diva a été intéressant), ni véritables points noirs.

Deux semaines avant avait précédé, de la même manière, un très bon Night of Champions, là aussi avec aucun match ne semblant vraiment être le vilain petit canard du groupe (et encore une fois même le match diva n’aurait pas forcément eu sa place comme vilain petit canard, ce qui est surprenant), pas mal de surprises, de qualité technique et tout et tout. Bref on a encore eu une fois le beurre et l’argent du beurre.

HA - HA - Ha...
Toutes les images de l’article sont issues de l’AMV Hell 5

Mais si j’écris ce billet ce n’est au final pas tellement pour parler plus longuement de ces soirées, où de l’état actuel de la WWE: au final, c’est plutôt vain. J’ai arrété les chroniques mensuelles après avoir remarqué leur extrême redondance: le fait que c’était avant tout une histoire de ressenti faisait que c’était au final plutôt répétitif: toujours le même enthousiasme vis à vis de Jericho, de Punk, de la Nexus etc etc. Et souvent les mêmes signalements. De la WWE en ce moment je n’ai d’autant plus pas vraiment grand chose à reprocher, le produit semblant avoir enfin trouvé une belle vitesse de croisière, sachant proposer des storylines intéressantes, prometteuses, parfois jouissives mais des choses qui savent au moins éveiller en moins un intérêt. Ce n’est certes pas tout le temps parfait, pas tout le temps original, pas tout le temps intelligent mais ça fait son boulot.

Lire le billet.

Cloture du concours génériques 90s – Et le gagnant est…

Cloture du concours génériques 90s – Et le gagnant est…

Sora no Otoshimono forte ! … Non bon ok sérieusement. On la refait. Et le gagnant est… Neon Genesis Evangelion ! Nge-op_vo[1](1)envoyé par morgueta78. – Regardez la dernière sélection musicale. Ce qui ne surprendra au demeurant que peu de personnes, l’opening d’Evangelion était finalement le favori légitime, de part un statut particulier qui cumule à la fois le fait d’être l’opening d’Evangelion (ce qui n’a pas le même prestige que d’être l’opening d’Aika ou Cyber Formula) et le fait d’être un Lire le billet.

Faire de la F1 dans un couloir de Rapture avec Overdrive

Faire de la F1 dans un couloir de Rapture avec Overdrive

Je me lance dans les titres un peu métaphysiques, ça me fera pas de mal. Quoique il me semble peut-être que je le faisais déjà… Bon qu’importe ! Aujourd’hui une petite sélection des jeux auquel je joue en ce moment, auquel je joue encore et qui me sert de bouche trou en attendant fin octobre et le combo Rock Band 3 (meilleur jeu musical de tous les temps) et BlazBlue Continuum Shift (son mode tuto-pour-gros-n00bs me fournit une excuse suffisante pour Lire le billet.