Archives de
Mois : février 2011

Modern Warfare 2 – Le héros meurt pendant cet article

Modern Warfare 2 – Le héros meurt pendant cet article

Pour commencer, cash: j’ai giga rien contre la saga des Call of Duty. J’ai même franchement adoré Modern Warfare, que j’avais enterré sous trois tonnes d’éloges il y’a tout juste trois ans, que ce soit d’un point de vue solo ou multi. J’ai encore des souvenirs plutôt doux de la mission à Pripyat, et l’expérience multi avait été juste kiffante à s’en mettre sur le dos et à rouler sur soi. Et là, bam, je me suis payé Modern Warfare 2 en décembre dernier. Avec un an de retard certes mais zavvi proposait l’édition collector a tellement pas cher… et j’avais besoin d’un bon FPS multi sur 360 parce que c’est pas Halo 3 que j’allais avoir ce que je voulais… Constat ? La mode solo pète les couilles. Et je vais vous dire pourquoi elle m’a grave pété les couilles. Avec spoilers.

L'écran titre, pour vous mettre l'eau à la bouche


J’y suis même carrément vulgaire !

Lire le billet.

Fail Good Inc.

Fail Good Inc.

Un petit billet pour résumer un peu ce qui se passe sur ce blog depuis deux mois. Vous le méritez bien, je pense. Et aussi parce que j’ai besoin un peu d’aide sur ce coup.

Bleh01.jpg
Puis aussi parce que j’ai besoin d’en parler, là.

Malgré tout ce que j’ai pu vivre avec le thème graphique d’avant, que j’avais installé sur le forum en avril dernier, il comportait des gros défauts, comme par exemple le fait que le javascript et pas mal de scripts n’y marchaient pas. Ca paraît mineur au début, mais quand tu veux installer des sondages sur le coté, tu te retrouves vite limité (ça m’avait pourri une partie du concours des openings 90s), pareil si tu veux mettre un plugin twitter correct ou que tu veux insérer une google ad… Du coup, j’ai du passer à un autre design fin décembre, dont j’étais plutôt content malgré les retours moqueurs, mais qui… bugguait comme jamais. Les sidebars s’affichaient au bonheur la chance selon la réso, le navigateur, bref, au bout d’un mois j’ai du retourner en arrière et ressortir l’ancienne thème, comme si de rien n’était, en le modifiant juste un chouia. Le cauchemar. J’aurais pu au final m’en contenter sauf que les conditions actuelles… ne me le permettaient pas.

Lire le billet.

Need for Speed: Hot Pursuit – Grandeurs et décadences

Need for Speed: Hot Pursuit – Grandeurs et décadences

Jaquette héroïque

De la saga Need for Speed je n’ai joué principalement qu’a deux volets: tout d’abord l’extraordinaire Need for Speed 4: conduite en état de liberté, qui était peut-être un des seuls jeux de l’époque sur Playstation à t’offrir la possibilité de rouler en Ferrari ou en Porsche, et ensuite le très très moyen Need for Speed Underground, qui m’a presque complétement faché avec la saga pendant un petit bout de temps. Inutile de dire que quand à l’E3, Electronics Arts annonce un nouveau Need for Speed, je suis d’abord un peu blasé, pour ensuite mieux passer à l’enthousiasme le plus total: des voitures de séries ultra luxueuses ? Des courses poursuites ? Des environnements naturels ? Criterion ? Oh putain, j’avais l’impression de retrouver Need for Speed 4 là. Du coup j’avais fait de ce jeu une priorité pour la Noël, et force est de constater que ma pauvreté m’a forcé à devoir attendre un peu pour y toucher. Et une fois fait, j’y ai passé une bonne trentaine d’heures…

Ce nouveau volet de Need for Speed est assez difficile à vraiment juger. Pour être totalement franc, je suis un poil deçu mais en même temps, le jeu possède d’indéniables qualités. Du coup pour mieux le critiquer et le décortiquer ici, j’ai choisi un système de « balance »: chaque qualité sera accompagnée d’un défaut, car voilà bien le grand paradoxe de ce NFS: beaucoup de ses qualités sont aussi ses défauts… Et vice-versa ! Est-ce que je le conseille ? Si on aime la conduite bien arcade, OUI. Si on aime les jeux de course en général, PEUT-ÊTRE. Si on aime la simu et Burnout Paradise, NON.

Une Dodge Viper, comme dans Gran Turismo !

Lire le billet.

Noël, 19 ans: « Mon expérience avec Hitohira »

Noël, 19 ans: « Mon expérience avec Hitohira »

Il m’avait donné rendez-vous à 14h30 dans ce café de la région brestoise. La méthode d’invitation avait été étrange: une simple lettre, contenant une adresse, une heure, une photo et un billet de train, juste ce qu’il fallait pour titiller ma curiosité. Je ne savais pas dans quoi je me dirigeais, et si cela se trouvait, jamais je ne quitterais Brest, mais j’étais prêt à tenter le coup. Quand j’arrivais dans ce café, qui sentait le beurre et le whisky, j’étais surtout fatigué: le voyage avait été long, me demandant trois correspondances et un départ à huit heures du matin, ce qui signifiait surtout un lever à sept heures du matin, quelque chose d’inacceptable pour mon organisme. Mon esprit embrumé était donc peut-être une raison légitime au fait que je n’avais pas reconnu mon contact immédiatement. Le pauvre garçon me faisait des signes de main franchement évidents depuis une bonne minute quand enfin je saisis que cela m’était adressé. Je pris aussitôt le choix de faire comme si de rien n’était, histoire de lui montrer mon mental d’acier, et de garder un peu de fierté dans l’histoire. Je m’assis à la table, il prit aussitôt la parole.

« Vous êtes… Amo ? »

Un petit sourire vint répondre immédiatement à sa question. Évidemment que je suis Amo, j’ai le chapeau, la veste, les cheveux blonds qui luisent au soleil, le gras qui tient chaud l’hiver et encore plus l’été, quant à la petite taille que tous m’envient secrètement, elle était présente. De toute façon si j’avais été un inconnu lambda, je n’aurais pas répondu à ses signes de mains franchement étranges. Je pris aussitôt la décision de prendre une voix résolument rassurante, pour la simple raison que le jeune garçon, au physique franchement banal par ailleurs, ne semblait pas totalement à l’aise. Je crus percevoir un instant un léger tremblement au niveau de sa main droite, et son regard semblait observer les alentours avec insistance, comme dans les pures traditions de paranoïa romanesques.

« Bien sûr, je suis Amo. »

Il poussa un long soupir de soulagement. Je pouvais le comprendre après tout, son billet de train avait coûté cher: si je n’étais pas venu, il aurait envoyé de l’argent dans le vide. Enfin, c’est comme cela que j’interprétais son soupir et son début de joie. Il prit aussitôt la parole, beaucoup moins tendu:

 » – Je m’appelle Noël, j’ai 19 ans… et je dois vous parler de quelque chose. »

Bien entendu. Il ne m’avait pas invité pour observer mon visage. Je le laissa continuer.

« – Quelque chose que je ne peux parler qu’a un blogueur influent comme vous.  »

J’eus un début d’érection en entendant l’adjectif influent mais je devais être fort, et essayer de garder une facade humble et modeste. Je me contenta d’osciller un peu de la tête en imitant du mieux que possible l’expression faciale de Georges Clooney dans les pubs Nespresso, ce qui devait l’encourager à continuer et me déballer ce qu’il a sur le coeur. Quelque chose réservé à un blogueur ? Qui plus est, influent ? Pourquoi m’a t-il contacté moi et pas un autre blogueur d’ailleurs ? Ca devait être la proximité géographique… Oui voilà ça devait être ça…

 » – J’ai vu… Hitohira.
What the Fuck !!?  »

Il n'y a pas de yuri dans cette série

Lire le billet.

Alpha Protocol – Dans ta gueule Solid Sam Shepard !

Alpha Protocol – Dans ta gueule Solid Sam Shepard !

AProtocol01.jpg

Attention, surprise ! Derrière la jaquette un peu moche, arborant comme sous-titre un presque hilarant Le RPG d’espionnage, les critiques plutôt moyennes, les bugs ici où là et le graphisme surlaid… se cache un des jeux qui m’a le plus passionné ces derniers temps. Et par « derniers temps », je veux dire « consoles HD » quasiment. J’ai passé juste trois jours non stop sur ce jeu… Immergé comme jamais. Et une fois le jeu fini, juste une envie: y retourner. Jusqu’a présent, seuls les deux Bioshock m’auront fait un effet identique. Et parmi les autres RPG disponibles sur la console, ni Eternal Sonata, ni Mass Effect, ni Fallout 3 et encore moins FF13 ne m’auront autant fait l’effet d’une véritable ventouse vidéoludique, prête à pomper toute ma maigre vie sociale.

Pourtant soyons francs: le jeu mérite la plupart de ses critiques car techniquement, il est quasi honteux. Entre une Intelligence Artificielle super crétine jamais vraiment menaçante (et qui le devient de plus en plus au fur et a mesure que le héros se transforme en grobill invincible), des graphismes qui assurent le boulot mais qui font plus « PS2 poussée à fond » que « OMG HD XBOX 360 », des animations giga raides ou bien encore plus de bugs que de peintures religieuses à Rome, le jeu demande une GRANDE tolérance, je vais pas le nier. Mais une fois qu’on s’y fait, qu’est-ce qu’on a ? Un putain de bon jeu de rôle, et je met grave l’emphase sur le terme. Un truc extrêmement intelligent qui offre au joueur un véritable rôle dans l’intrigue et le déroulement du jeu, et qui fait des choix et des alignements autre chose que des simples gadgets. Et ça oh putain, mais c’est à se masturber de partout.

Lire le billet.

Carte de France des conventions Manga & Japanime – Troisième Edition (2010/2011)

Carte de France des conventions Manga & Japanime – Troisième Edition (2010/2011)

Comme l’année dernière et l’année d’avant, cette carte se base majoritairement sur la page événements du site Animint.

LA MIGHTY CARTE
Cliquez dessus pour la voir plus en détails.

Le seul changement dans la conception de la carte cette année, c’est que contrairement aux autres années je ne signale plus l’existence des « mini-conventions », c’est à dire des événements comme la Nocturne Epitanime, l’Aki Party ou les Nocturne TGS. Ca aurait rendu la carte encore plus illisible qu’elle ne l’est sans doute déjà…

Ensuite, le comparatif par rapport à l’année dernière:
Ce mélange et ce dosage de couleurs

Et par rapport à il y’a deux ans:
ComparatifCarte08091011.jpg

Lire le billet.