Archives de
Mois : mai 2011

Des différences entre le catch japonais et américain

Des différences entre le catch japonais et américain

J’ai été surpris cette année dans les différentes news de la Japan Expo de voir le grand retour du catch, et en plus de pur catch japonais ! En 2007 par exemple, l’ICWA (fédération française) avait pris ce créneau et avait invité différentes stars du monde indé américains (dont le fantastique El Generico, dont j’ignorais à l’époque tout le potentiel génial) mais aussi quelques stars japonaises issues de fédérations bien nippones. Bref, cela donnait un mélange mi-ricain mi-japonais. Cette année, le nombre de stars proposées se limite à deux, mais on est assuré d’y voir du catch bien japonais, du puroresu bien comme il faut. J’imagine que je ferais le déplacement au moins une fois sur le week end mais là n’est pas vraiment la question auquel va tenter de répondre cet article, et auquel je vais tenter de vous apprendre quelques trucs qui vous permettront de briller en société. Parce qu’aujourd’hui on va voir quelle est la différence entre le catch américain style WWE/TNA que vous connaissez forcément un peu et le catch japonais dans son ensemble !

Great Muta, classe et charisme
La Great Muta, un des catcheurs japonais les plus populaires.

Lire le billet.

365 jours de jeu vidéo – 2010/2011

365 jours de jeu vidéo – 2010/2011

Exercice désormais annuel (fait l’an dernier et même l’année d’avant), et toujours opéré de la même manière, voici l’heure du bilan annuel de Néant Vert sur les jeux vidéo de l’année ! Enfin sur mes jeux vidéo de l’année, pour le coup. Je rappelle le fonctionnement du coup: je prends les douze mois de l’année – de mai 2010 à avril 2011 -, à chaque mois j’attribue LE jeu auquel j’ai le plus joué durant ce mois là, où qui représente le mieux le mois en question. Et ainsi de suite jusqu’a la fin de l’article où là je reviens de manière plus lapidaire sur tous les autres jeux que je n’ai pu évoquer jusqu’alors. Histoire de prévenir, la quasi-totalité des jeux présentés ici sont sur Xbox 360, sauf deux exceptions sur PC et une sur DS, vous les reconnaîtrez facilement je pense.

Et si c’est encore trop confus, voici l’article:

Mai 2010
Prototype
Prototype.jpg
Et on commence par un gros jeu de merde ! Je dois avouer que c’est un jeu qui me chauffait bien, après tout l’idée de base – c’est à dire être une grosse brutasse aux pouvoirs incommensurables lachée dans New York – est bien fun, et on peut faire du kung fu à des hélicoptères. Mais a part ça ? Soyons francs, ce jeu est supra vide. Le scénario est terrifiant de médiocrité, l’espace de jeu – New York – est le même paté de maisons copié/collé partout, les possibilités de gameplay se présentent comme nombreuses mais on finit fatalement par toujours masher le bouton poing léger tellement rien ne paraît intuitif. C’est absolument désastreux sur tous les points et le jeu est au final un terrible exemple de répétition. On fait la même chose en boucle et en boucle et en boucle et en boucle. Et c’est terrible car TOUT part sur de bonnes bases et le début du jeu laisse augurer du meilleur mais le manque d’ambition se fait très vite constater… Un jeu qui aurait mérité un an de développement supplémentaire pour peaufiner car en l’état, c’est indigne venant du n°1 mondial.

Ah si y’a UN truc bien: la toile des intrigues qui nous force à chercher plein de mecs en ville pour bouffer leur mémoire et avoir le droit à des petits flashbacks rigolos. CA c’est bien. Le reste va de « bof » à « blrrrrrrrf. »

Juin 2010
The Movies
TheMovies.jpg

A la base j’avais écrit un gigantesque pavé sur ce jeu mais j’ai tout perdu suite au déménagement de Néant Vert sur Twilight au début du mois de mai… Bon on va essayer de la refaire ! The Movies était un de ses jeux en qui j’avais eu beaucoup d’espoir. On devait être début 2006, et je suivais toutes les news sur ce jeu de gestion de studio holywoodien qui voulait vous proposer de revivre toutes les époques du cinéma, de 1920 à 2000, voir les goûts du public évoluer, les technologies, les décors, etc. Rajoutez à cela la possibilité de créer votre propre film avec des acteurs en 3D et hop, potentiel énorme. Et à l’époque j’étais tombé de haut car le jeu était très long et très difficile, avant de m’y replonger durant ce mois de juin, pour décompresser entre deux conventions. Il faut comprendre que dans The Movies, jeu qui vous propose de revivre soixante ans de cinéma, on évolue que d’une décennie en trois où quatre heures de jeux et que le budget est très très joueur et peut n’importe quand vous flanquer dans le rouge, et l’aspect micromanaging des acteurs et réalisateurs est aussi pratique que parfois franchement injuste: le jeu peut très vite passer de la gestion de studio de cinéma à la gestion de l’alcoolisme de son acteur phare. Le jeu est donc au final très FRUSTRANT.

Mais aussi super prenant ! Les parties passent très vite, y’a toujours 400 trucs à faire, à voir, la liberté est très grande et les possibilités énormes. Et il y’a toujours cet aspect « ha je viens de finir mon film, je vais faire le suivant et après dodo » qui peut voir votre rythme de sommeil être très très vite décalé. Mais là aussi, comme en 2006, The Movies est toujours le genre de jeu où je passe une semaine entière dessus avant de l’abandonner. Quoique ces derniers temps j’ai vu pas mal de gens y rejouer… Je le réinstallerais bien… Hmmm.

Lire le billet.

Epitanime 2011 – C’est un peu ça, la vie d’aventurier

Epitanime 2011 – C’est un peu ça, la vie d’aventurier

Cet article débute par la fin !

Epitanime 2009 a été un des meilleurs moments de ma vie. Ca fait très peur dit comme ça de but en blanc mais ce week end gigantesque où je « découvrais » cette convention quasi non stop de la durée effective de deux jours m’avait énormément marqué. Il y’avait tout un contexte autour: c’était ma première convention parisienne hors Japan Expo, ce qui permettait enfin de pouvoir vivre un truc à taille « humaine » et pas perdu anonyme au milieu de cent milliers d’autres péons. Epitanime 2009 avait été également le vrai point de départ du Thalie IRL, celui qui sortait du forum pour vraiment se rencontrer et voir qu’au final le courant partait très bien. Et six mois plus tard, à moi d’en profiter pour créer l’association Thalie que vous connaissez sans doute un peu maintenant.

Epitanime 2010 avait été pour notre association notre première grosse convention: on y faisait les nocturnes, les GROSSES nocturnes, non stop de 1 à 7h le vendredi et le samedi nuit, dans notre petite salle, avec interaction minimale avec les autres associations – à peine disait-on bonsoir à BulleJapon qui partageait notre salle -, bref c’était un peu obscur mais on y avait remporté un petit succès et on était parti sur un très bon pied même si de mon coté j’avais regretté ne pas avoir pu vraiment vivre la convention.

Epitanime 2011 s’annonçait comme encore plus spécial: convention « de confirmation » pour l’association, en tant que visiteur de nombreuses inquiétudes sur la communication de la convention – avec un site internet qui ne se réveille que les deux dernières semaines -, avec de nombreuses rumeurs entendues qui faisaient un peu flipper sur la direction que prenait l’organisation de la convention, et surtout un début de grosse grippe le lundi avant la conv. Du coup, ça m’effrayait un peu tout ça, j’ai même arrété de me raser parce que je suis un peu superstitieux et convaincu que ça attire la chance (oui cherchez pas je suis pas un peu niais) et au final on dirait que tout s’est étrangement passé ! Enfin c’était un bon week end mais une Epitanime un peu fail niveau orga. Mais là encore les 48h furent plus qu’agréables et plus que fantastiques…


JVTard seal of approval.

Lire le billet.

Thalie a 4 ans, Epitanime ce week end

Thalie a 4 ans, Epitanime ce week end

Eeeet oui, Epitanime ce week end. Déjà. Je me souviens encore dire mi-janvier « bon ça fait c’est dans quatre mois pile, on a le temps de voir ça venir », et j’ai envie de m’auto filer des baffes à distance temporelle ! Mais de l’autre coté je suis aussi giga impatient parce que c’est un peu LE week end totalement défoulant de l’année, celui où tu t’enfermes dans une bulle nommée pendant Epita presque 48h et où tes principales inquiétudes tout le long sont de savoir comment tu vas occuper et optimiser ton temps au maximum.

Bon, comme l’an dernier mes nuits seront très occupées puisque je ferais mon animateur thaliste tout le long de la soirée. Je suis toujours un peu réticent à l’idée de faire de la pub pour l’asso Thalie ici alors que c’est un peu l’endroit le plus idéal, mais vous saissisez le message. Ca fait une semaine et demie que je rédige quizz sur quizz, réalise visuel sur visuel et monte blind test sur blind test, c’est un peu épuisant mais je suis très fier de tout ce boulot, que je ne fais de toute manière pas seul, et c’est bien là le plus important. Mais franchement, je vous conseille de passer venir nous faire un coucou et jouer un peu.

AND AGAIN. AND AGAIN. AND AGAIN !
Ce sketch est plus drôle en mouvement. Et avec le son. Et quand on voit d’où ça vient.

En tout cas une chose est sûr, vendredi soir: projection à 22h30 de l’AMV Enfer. Comme je suis officiellement le mec qui s’occupe des sous-titres, j’ai pu voir à quoi ressemble les 25 premières minutes – sur un total d’une petite heure – de cet AMV Hell francophone, produit par le Concombre Masqué, nourri aux sketchs de plus d’une vingtaine d’auteurs et dont j’avais à l’époque fait la promo par ici et si je peux dire une seule chose, c’est que ça m’a putain de surpris. J’imaginais pas le truc être aussi bon. On est pas encore du niveau de l’AMV Hell 4, faut pas se leurrer et ça reste encore une référence, mais sérieusement y’a pas à rougir face à l’AMV Hell 3 où l’AMV Hell 5 dont le niveau est un poil supérieur – par contre ça défonce les AMV Minis à la petite cuillère, aucun doute là dessus. Bon y’a juste contre lui son début un peu poussif (ça met 6/7 minutes avant de vraiment se lancer, les sketchs d’introduction sont pas forcément les plus intéressants) mais franchement, venez voir ça le vendredi soir où le dimanche matin, parce que dans une salle bondée, avec pas mal d’auteurs présents et une ambiance de folie, ce genre de trucs peut juste pas être mauvais. Ca peut pas être meh, ça peut pas être bof, ça peut pas être un mauvais souvenir. J’ai hâte.

Lire le billet.

J’aime les personnages de Puella Magi Madoka Magica

J’aime les personnages de Puella Magi Madoka Magica

Puella Magi Madoka Magica, anime sorti en janvier dernier et réalisé par le studio SHAFT a qui on doit pas mal de trucs plutôt appréciés sur ce blog (les Sayonara Zetsubou Sensei principalement), est un de ses animes que vous avez peu de chances d’avoir loupé si vous fréquentez un tant soi peu la sphère française du plaisir otaku. Gros gros succès, à la fois public et critique, cette oeuvre nous racontait l’histoire de Madoka, une jeune fille normale, vivant une vie normale avec ses amies normales et qui tombe un beau jour sur une « sorcière », un esprit maléfique poussant les humains au suicide et au malheur, et qu’on ne peut combattre que si on devient une magical girl. Et ça tombe bien, puisqu’on lui propose également d’en devenir une, en échange de la réalisation de son voeu le plus cher… Et a partir de là ça devient plutôt sombre.

Et me voilà comme un con à bloguer sur la série. Le traquenard que voilà. Mais en fait si je voulais vous parler de Madoka ce n’est pas tellement pour évoquer mes impressions sur la série parce que mes impressions elles sont très basiques: j’ai vraiment adoré la série du début à la fin et je pense que c’est un excellent anime, voilà, y’a pas tellement à tricoter autour de ce postulat parce qu’il est plutôt clair. Non, ce que je vais évoquer ici c’est les personnages de la série.

Madoka03.jpg

A partir de maintenant, on spoile allégrement Madoka. C’est réservé à ceux qui ont vus la série.

Lire le billet.

Divers animes printaniers illustrés sur un coulis à l’encre numérique

Divers animes printaniers illustrés sur un coulis à l’encre numérique

POPPO !!

Vous ne le voyez sans doute pas directement mais Néant Vert a déménagé ! Webalpa, qui était mon hébergeur depuis août 2008 a annoncé mi mars, un peu en catimini et sans prévenir par mail, qu’ils fermaient définitivement ses portes. C’est dommage parce que durant ces deux ans et demi, j’ai eu au final peu à me plaindre de mon hébergeur: c’était fiable, vraiment pas cher et trèèès permissif (4€ par an pour un truc qui supportait le blog et Thalie) ! Mais bon, au final, me voilà désormais sur le serveur Twilight d’AxelTerizaki, histoire d’encourager un peu plus les rumeurs. Déjà que je squatte la moitié de l’année chez lui…

Bon évidemment, ce déménagement a été encouragé par un bug dans la matrice, et le déménagement m’a également couté un jour de base de données, jour pendant lequel j’avais écrit la moitié d’un gros article bilan vidéoludique, qui a donc disparu parce que moi, je suis un fou de la vie, et j’écris mes articles directement sur dotclear, je passe pas par un bloc notes ! Donc comme je suis deg, au lieu de parler de jeu vidéo, je vais parler d’animes !

Chaque saison d’anime, j’avoue que j’étais toujours prêt à me moquer de ceux qui matent tous les épisodes 1 de toutes les séries qui commencent parce que, je l’avoue, je passe finalement peu de temps à mater des animes donc je comprends pas trop où les gens peuvent trouver tout ce temps de mater autant de trucs ! Je me suis toujours contenté d’un ou deux animes par saison (voire zéro, par exemple dans le cas de la saison d’hiver récente) et ça me suffisait. Mais force est de constater que cette saison du printemps a un très très gros sex appeal, et que me retrouvant confiné chez des otakus, j’ai bouffé pas mal d’épisodes de cette saison. Il y’en a pas mal que j’aime, d’autres sur lequel je suis plus dubitatif et, dieu merci, il en reste aussi que j’ai pas vu (Steins Gate, C, l’adaptation d’X Men qui a l’air vraiment bien ou, plus étonnant pour ceux qui suivent ce blog, Maria Holic ALIVE que j’ai pas encore maté) !

Bref considérez cet anime comme consacré aux deux séries qui se démarquent le plus, et dont je parle bien plus qu le reste, qui est là comme du bonus éditorial gratuit.

ANO HANA

Ce plan de l'opening est si <3.
(Aussi nommé Ano Hi Mita Hana no Namae wo Bokutachi wa Mada Shiranai si tu es un fou qui retient bien les noms japs – pas comme moi quoi.)
Studio: A1 Pictures

Le premier épisode avait été très très enthousiasmant mais paradoxalement m’effrayait beaucoup sur la suite de la série: on y suivait l’histoire de Jintan, un garçon qui semble t-il aimait soudainement vivre reclus chez lui et se voit d’un coup hanté par le fantôme d’une de ses amies d’enfance, décédée brutalement durant un été. Cet épisode était très intéressant puisqu’en 20mn, il disait tout ce qu’il y’avait à dire, posait l’univers de manière magistrale et ne subissait aucune chute de rythme. C’était passionnant, instructif, techniquement super beau et avec un chara design franchement top. Du coup ma peur était évidente: les autres épisodes ne pouvaient qu’être décevants !

Et, surprise totale: le second épisode continue à être très bon ! Et le troisième aussi ! Je n’ai pas encore maté le 4e, tout juste sorti, mais à l’heure actuelle je suis franchement enthousiaste. Parce qu’en plus le scénario se goupille vraiment bien ! Tout ce second épisode qui arrive à placer Pokémon comme un élément scénaristique important, quelque part, j’ai encore du mal à en penser le moindre mal. On sent que les mecs derrière sont ambitieux et veulent vraiment te raconter une belle histoire. Alors, certes, on sait déjà tous comment ça va se finir, mais ciel, tout cela est dans huit épisodes, et c’est surtout la manière dont l’anime va y arriver qui ici m’intéresse beaucoup. Pour l’instant l’anime fait un sans faute, et se permet en plus de rajouter quelques retournements de situations bien comme il faut. C’est MON coup de coeur de la saison, de très loin face au reste, et un anime qui mérite vraiment un oeil averti.

Bon, même si soyons francs, le personnage de Menma peut gentiment taper sur les nerfs, ouais. Mais ça va, elle semble se calmer par rapport à l’intro de l’épisode 1 où là, elle est juste à baffer complet.

(Note: après avoir rédigé ce paragraphe j’ai maté l’épisode 4 et mon avis reste sensiblement le même… malgré le fait qu’a la fin de l’épisode j’étais un peu gentiment en mode « gaaa ? » tellement ça me paraît un peu gentiment abusé mais soit. Attendons de voir où ça nous amène. J’ai CONFIANCE.)

Lire le billet.