Archives de
Jour : 9 octobre 2011

Mon coeur, étincelant comme l’humanité enfin unie

Mon coeur, étincelant comme l’humanité enfin unie

MonCoeur01.jpg

Allez, j’ai beaucoup de temps libre en ce moment. Alors hop, billet fourre-tout. Je me suis rendu compte qu’ils manquaient un peu en fait et que ma décision d’en faire le moins possible était peut-être une mauvaise idée. Je vais en refaire un peu plus du coup, en fonction de mes désirs et mes envies, bien sûr. Genre si j’ai pas envie d’en faire, bah j’en fais pas. Genre la vie c’est compliqué. Donc bref voilà un article faisant la synthèse de quelques réflexions du moment, de mes divers coups de coeurs où de ma vision très personnelles des dernières sorties animées.

Déjà le truc qui me coupe un peu le souffle en cette fin d’année c’est la liste de jeux qui sortent et qui m’intéressent du genre je les aimerais le plus vite possible. Pourtant dieu sait que je m’efforce toujours de ne JAMAIS acheter un jeu dès sa sortie, d’attendre les retours, d’attendre que ça baisse de prix, que ça se trouve en occasion où en Angleterre, ce genre de problèmes personnels habituels, quoi, vous voyez. Mais là wow, y’a trop de jeu que je serais prêt à acheter au prix fort ! C’est inquiétant dans un sens… Soit ça veut dire que je commence à avoir l’âge où je trouve raisonnable d’acheter un jeu au maximum de son prix, soit je suis devenu très faible. Bref, le pire c’est que beaucoup sont des suites où des sagas, bref rien de très original. Je vous épargne la liste parce que je la spoile un peu dans le reste de l’article.

Le premier jeu entre autres qui me tentait grave était Driver San Francisco. Etonnant, non ?

MonCoeur03.jpg

C’est vrai que mon article sur la saga Driver, écrit en juin dernier dans le cadre de l’alphabet estival, se terminait sur un Amo très sûr de lui qui disait, le sourire en coin, que la saga était morte et enterrée et que San Francisco sentait un peu l’étron en boîte. Du coup, quand Nolife sort une critique ultra positive du jeu, qui s’étend sur vingt minutes et qui te vend juste un peu de rêve, je suis interloqué, d’autant que la rédac JV de Nolife est un des rares organes de presse JV à qui mon esprit file une vraie crédibilité. Et puis, voilà, les retours des joueurs tombe peu à peu, comme pour confirmer que y’a pas eu de tromperie et, voilà, ce jeu que je pressentais comme tout juste bon à détruire un peu la nostalgie que j’avais pour cette saga est devenu presque sans aucune transition un jeu qui invoquait en moi une bonne vieille érection à chaque pensée un peu trop insistante.

Je me suis donc payé le jeu d’occasion (pour une quarantaine d’euros dans une boutique nantaise qui fait des efforts super impressionnants sur les prix ) et je vais pas vous surprendre, le jeu est super bon. Surtout – et ça m’étonne un poil plus – en multijoueur ! D’ailleurs, pour l’anecdote, j’avais vu évoqué nulle part dans les tests et retours du jeu que pour jouer en multi fallait unes de ces fameuses merdes rendues célèbres l’an dernier par Need for Speed Hot Pursuit, vous savez, celles qui vous imposent de télécharger un truc sur votre console. Ce truc étant fourni par un code au dos du manuel et, évidemment, utilisable qu’une seule fois, histoire de faire chier le pote à qui tu vas prêter le jeu où le mec qui va l’acheter d’occasion. Sans ça, pas de multi !

Donc bref, j’étais un peu vener parce que, voyez vous, je comptais bien exploiter le online de Driver SF mais j’avais acheté le jeu d’occasion, j’avais pas le code et donc je sentais que j’allais devoir payer pour acheter le dit bordel – au moins on peut l’acheter si on a pas le code, c’est déjà ça par rapport à l’Autolog de NFS Hot Pursuit – et ça me mettait un peu en boule. Du coup, j’active la petite version d’essai de deux jours… et je me rend compte que j’ai du coup « 999 heures d’essai. » Que le quoi ? Deux jours = 999h ? Ok. Pourquoi pas ! C’est encore plus sympa quand on se rend compte que le compteur ne bouge jamais. Alors ? J’ai brisé la matrice où quoi ?

Et là en fait l’histoire est rigolote et j’ai du retrouver une vieille news pour expliquer cette soudaine non-nécessitée du précieux code et du précieux DRM: parce que Ubi Soft s’est chié dessus ! A la base ça devait bien marcher de manière chiante et reloue, avec un multi réservé uniquement à ceux qui ont achetés le jeu neuf où qui ont payés pour y accéder, bref le truc qui, du coup, aboutirait à la conclusion logique d’un multijoueur déserté au bout de six mois. Sauf que dans de nombreuses boîtes aux Etats-Unis, des mecs se sont retrouvés avec des codes non valables ! Du coup réaction d’Ubi Soft rapide: on rend le multi gratuit pour tous en fait. Cool. Du coup j’aurais du prier que Codemasters ait filé l’impression des manuels de F1 2011 à une bande de tâcherons pour que eux aussi fassent pareil…

Lire le billet.