Archives quotidiennes :

Pensées variées sur Forza Motorsport 4

Un article sur un jeu de bagnole ! Est-ce que les lecteurs des agrégateurs en auront quelque chose à foutre ? Je sais pas, mais ça sera toujours mieux que les photos de soirées parisiennes de Roxarmy dont on a pas grand chose à branler !

Forza01.jpg

Alors en janvier 2009 j’avais écrit un billet me plaignant un peu auprès des simulations de jeu de course, mais qui était surtout ciblé sur Forza Motorsport 2, qui est un jeu que j’avais vraiment détesté tellement il suintait l’ennui et, plus généralement, l’ersatz. Vous vous souvenez quand vous aviez été 14 ans et que vous faisiez des RPG RPG Maker qui étaient des ribambelles de références et de pompages d’autres jeux ? Et bien Forza 2 c’était la même chose, mais envers Gran Turismo 4.

J’ai beaucoup joué à chaque volet de la saga Gran Turismo -excepté le cinquième parce que, ho, j’ai pas de PS3 – et je ne pense pas que je puisse dire que j’attendais vraiment ce Forza 4, restant sur mon avis envers le deuxième volet qui, évidemment, ne m’engageait guère à redonner une chance à la saga. Pour tout vous dire, je pensais plutôt investir dans F1 2011, malgré le fait que j’ai parcouru le volet 2010 de fond en comble et que les changements ne sont guère révolutionnaires d’un volet à l’autre. Et au final on m’a mis le jeu entre les mains et, en totale surprise, j’y ai joué une trentaine d’heures en une semaine, voire peut-être plus. Forza Motorsport 4 est un excellent jeu. Je vais ici essayer de développer quelques unes de mes pensées vis à vis du jeu.

Forza05.jpg

Mais avant tout parlons de ce que je considère être encore une fois l’énorme défaut du jeu: ses circuits. Ses environnements plus généralement. Eh non, Forza 4 ne vous propose toujours pas de courses sous la pluie où de courses nocturnes. Et non, Forza 4 ne possède pas un choix très excitant de circuits. Ni très original d’ailleurs. A l’heure où tout autour du monde nous avons des circuits intéressants et qui auraient tout à fait leur place dans un jeu de voiture, Turn 10 continue à se limiter aux circuits des Etats-Unis, d’Europe de l’Ouest et du Japon, en nonobstant tout le reste du monde. Tant pis si des circuits intéressants se situent en Amérique du Sud, tant pis si l’Europe de l’Est et le Moyen-Orient s’y mettent, tant pis si il y’a d’autres pays au fort patrimoine automobile au sud du Japon, on reste sur des circuits vus et revus. Encore Laguna Seca. Encore le Nordschleife. Encore le Mugello. Encore Suzuka. Encore Motegi. Encore Tsukuba. Le jeu ne se démarque juste pas une seule seconde de Gran Turismo sur ce plan là et n’ose pas proposer de circuits « nouveaux », de circuits intriguants et intéressants. Et se révèle même être totalement dépourvu de deux où trois circuits urbains !

Car oui, le problème est là: Laguna Seca on le bouffe dans un peu tous les jeux de courses depuis GT2. Le Nordschleife est devenu un running gag depuis GT4 où tous les développeurs du monde semblent avoir découverts ce circuit. Et putain, même six ans après GT4, Tsukuba n’est toujours pas un circuit intéressant ! Et les circuits « inédits » du jeu, ceux inventés par l’esprit du développeur, restent tout de même peu inspirés, semblant tous plus où moins faire référence à un circuit de Gran Turismo: le Sedona Raceway à un faux air de Red Rock Valley (y’a même l’anneau de vitesse), Maple Valley est votre Autumn Ring du pauvre, le circuit alpin était déjà là dans GT2 et GT5 Prologue, enfin Gran Turismo 5 rajoute Indianapolis aux circuits de la saga ? Et bah Forza 4 le fait aussi ! Bref comment est-ce que le jeu veut se démarquer si il propose des circuits soit déjà vus dans tous les jeux de F1, soit déjà vus dans Gran Turismo ? Codemasters avait fait les choses de manière plus intéressante dans sa saga GRID, en rajoutant des circuits comme Istanbul, Donington, bref des circuits pas forcément vus ailleurs, qui amènent du neuf dans le petit monde de la simulation. Mais non, Turn 10 prend un peu trop à coeur le concept de faire « le Gran Turismo de la Xbox » et en oublie de se forger ses propres originalités. Quitte à taper dans les circuits cultes, pourquoi en oublier Monza, Spa ? Parce que Gran Turismo ne l’a pas encore fait ? Pitié !

Enfin, oui, comme dit plus haut, il reste assez étrange de leur part de nous « oublier » des conditions particulières: pas de circuits urbains, pas de circuits nocturnes, pas de conditions climatiques. Pourquoi oublier de faire ce qu’un jeu de F1 fait sans problèmes ? Il ne faudrait pas trop révolutionner la formule non plus, eh !

Forza02.jpg

Continuer la lecture de Pensées variées sur Forza Motorsport 4 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr