Archives de
Jour : 27 janvier 2012

« Je suis catcheur donc j’écris »

« Je suis catcheur donc j’écris »

Bon ce week end c’est le Royal Rumble aka le ppv de la WWE le plus formidablement fun de l’année. Je pourrais refaire comme l’an dernier et vous filer un pavasse gigantesque sur le catch mais ça ferait rédite, surtout que le seul truc a changer serait le nom des champions. Alors à la place je vais vous parler de mes deux dernières lectures de roman. Et vous allez voir que c’est surprenant ET intéressant.

Lesdeuxlivres.jpg

Si il y’a bien un domaine dans lequel on imagine pas un catcheur exceller c’est dans le domaine de la littérature. Pourtant ces deux livres sont une sorte de contradiction de ce préjugé. Les deux sont des autobiographies, les deux ont terminés assez facilement dans les meilleures ventes de livres aux Etats-Unis et les deux sont très bien écrits, à défaut d’être disponible en français. je dis ça dès maintenant au cas où, pour qu’il n’y ait pas de mésentente: ces deux livres ne sont disponibles qu’en anglais et, même si ce n’est pas le plus royal des anglais qui y est utilisé, ça reste réservé à ceux qui ont confiance en eux dans la compréhension de cette langue.

Si j’ai choisi ces deux livres c’est parce que d’abord les quelques extraits que j’en ai lu m’ont convaincus, parce qu’ils n’étaient pas chers sur amazon (une quinzaine de dollars pour les deux) et aussi parce que ce sont deux catcheurs que j’adore. En outre ces deux livres sont assez intéressants parce qu’ils se complètent mais ça je l’ignorais au moment de l’achat.

Commençons par le premier livre: c’est Have a Nice Day de Mick Foley. Écrit en 1999 et racontant les quinze années de carrière de Mick Foley dans le catch, des débuts jusqu’a la consécration ultime – c’est à dire le titre de WWF Champion. On va donc le voir évoluer de promotions en promotions, errant dans le catch indépendant et ses salaires de misère jusqu’a ses expériences dans les GROSSES fédérations de l’époque. Ce qui est d’amblée extrêmement intéressant avec ce livre – et qui justifie le fait qu’il fasse 800 pages – c’est que Mick Foley a tout vu tout fait. Et je dis ça au premier degré. Catcher au Nigeria et au Burkina Faso ? OK. Catcher au Japon dans un tournoi hardcore ? AUCUN PROBLEME ? ECW, WCW, WWF, NWA, UWF ? TOUTES.

Ce qu’il faut d’abord savoir avec Foley c’est qu’il a un diplôme universitaire dans sa besace – il continuait à étudier tout en suivant en parallèle des cours pour devenir catcheur. Bon ok ça ne fait pas automatiquement de lui un grand intellectuel mais on va dire que par rapport à la moyenne du milieu – qui, comme on peut le voir dans le livre, est rarement surchargé de lumières intellectuelles – ça le permet de bien s’en sortir au niveau neuronal. Le second point important c’est que Mick Foley est une semi-légende. Ce n’est pas un homme qui brille énormément sur le ring: techniquement, il est loin d’être extraordinaire. Non, là ou c’est un catcheur extrêmement doué c’est pour prendre des coups et faire des trucs un peu fou. Mick Foley c’est le mec qui est tombé deux fois d’une cage de dix mètres en dix minutes, c’est le mec qui au Japon a gagné le titre de « King of the Death » dans un tournoi de match hardcore tous plus tarés les uns que les autres (et dont la finale était un C4 Barbed Wire Match – des barbelés et du C4, oui) ou bien c’est le mec qui a perdu une oreille en Allemagne au cours d’un match parce que eh, c’est juste une oreille après tout !


Mick Foley dans la vraie vie. Il a l’air GENTIL et TOUT.

Du coup le livre commence directement par raconter l’histoire de la fois ou il a perdu son oreille, histoire de nous mettre dans le bain. Après seulement il commence à raconter sa vie de manière chronologique, et là ça devient intéressant.

Lire le billet.