Archives de
Mois : février 2012

Le mythe du second stick

Le mythe du second stick

Depuis la sortie de la 3DS il semblerait que tous les joueurs aient reçus une sorte de révélation divine: il manque un second stick à cette console. Et vas-y que je ronchonne contre l’accessoire (moche) permettant d’en remettre un, vas-y que je fantasme sur une 3DS Lite censée rajouter un nouveau stick, vas-y que je râle contre la jouabilité de merde de certains titres. Oh, bien sûr, autant râler est légitime mais c’est un peu simple. Mais tout d’abord, un Lire le billet.

Respawn #17 – les jeux AAA et les marronniers de la presse JV (+ Radio01.net)

Respawn #17 – les jeux AAA et les marronniers de la presse JV (+ Radio01.net)

Pendant que j’écris ce billet, des gens chantent des trucs en karaoké à une Nocturne Epita et je n’y suis pas ! C’est atroce mais des choix pécuniers doivent parfois être faits ! Bref j’étais très excité à l’idée de participer au podcast Respawn, déjà parce que ça faisait trèèèès longtemps que j’avais pas participé à un podcast vidéoludique et aussi parce que pour être franc, j’aime beaucoup l’émission Respawn en elle-même qui reprend certes des recettes « simples » mais le fait avec Lire le billet.

Mon aveugle, c’est la meilleure des aveugles <3.

Mon aveugle, c’est la meilleure des aveugles <3.

Y’a deux jours, j’ai fini Katawa Shoujo.

Lilly07.jpg

Katawa Shoujo c’est ce dating sim assez populaire dans la sphère otaku internationale tout ça machin. Parti à la base d’une page d’un doujin quelconque ou l’auteur japonais trouvait rigolo de proposer cinq personnages possibles d’un dating sim qui se déroulerait dans une école pour handicapés. 4chan a kiffé, comme d’habitude quand c’est un peu borderline et une poignée d’Anonymous se sont carrément dits « faisons de ce délire une réalité. » Fin 2009 ils sortent Katawa Shoujo Act 1, une sorte de « démo » qui nous permettait d’acquérir les bases et, surtout, de d’ors et déjà pouvoir savoir avec quelle fille on comptait scorer. Ça a eu un excellent succès. J’en avais profité à l’époque pour taper un article essayant de vous conseiller du mieux que vous pouvez pour choisir la meilleure fille car le choix est large !

Cinq routes possible donc: Shizune la sourde-muette fasciste, Rin l’artiste sans bras, Emi la reine de l’athlétisme et de l’énergie à revendre mais dépourvue de la moindre jambe, Hanako la défigurée traumatisée et Lilly l’aveugle distinguée. Déjà dans mon ancien article vous pouviez très vite savoir quel était mon perso préféré. Damn, si vous allez sur Thalie en ce moment, vous voyez direct quel est mon perso préféré.

Le jeu final est donc sorti le mois dernier, entièrement gratuit, ce qui est quand même très sympa de leur part. On peut donc le télécharger ici, ça pèse à peine plus d’une centaine de Mo. On retrouve donc désormais les cinq routes complètes et quelques scènes érotiques (qu’on peut désactiver et sur lequel je reviendrais), pour une durée de lecture d’environ cinq/six heures par route, ce qui fait potentiellement au soft une « durée de vie » d’une trentaine, quarantaine d’heures, selon votre niveau de langue et votre vitesse de lecture. Moi je dis cinq heures mais après je lis super vite…

L’association Kawasoft prépare une traduction en français, si ça vous intéresse. D’ailleurs l’Act 1 est déjà disponible intégralement dans notre langue depuis un an et demi. Si vous n’avez pas les compétences pour lire de l’anglais en mode « automatique » ou avec aisance, attendez soigneusement la traduction complète parce qu’évidemment sinon le plaisir ne sera sans doute pas là.

Lilly02.jpg

Donc quand j’ai dit tout à l’heure que j’ai fini Katawa Shoujo, je vais être précis: j’ai fini la route de Lilly, l’aveugle distinguée. Et pour être encore plus précis: oui, je considère donc que j’ai terminé le jeu pour la simple et bonne raison que je me fiche carrément des autres routes. Les personnages ne me font pas autant « envie » et pour être franc, je sais que je vais copieusement me faire chier à lire les autres routes parce que je serais juste pas impliqué. Quoique il y’a bien la route de Rin qui m’intéresse mais c’est loin d’être le cas des trois autres. Donc ce que vous allez par la suite sera des impressions générales sur le jeu et SURTOUT mes impressions sur la route de Lilly. Mes regrets, mes bonheurs, mes joies, mes désirs, mes envies, tout ça.

Et quelques spoilers ici ou là, mais je prendrais la peine de les cacher ou de les signaler de loin donc voguez en paix.

Lire le billet.

Fantastique et démoniaque Catherine

Fantastique et démoniaque Catherine

Note: samedi soir je suis en live sur SynopsLive avec d’autres compagnons pour l’émission Respawn ! Je vais dénoncer grave sur les jeux AAA ! Et sur la presse JV ! Ca va être totalement démentiel !

Les listes c’est un truc de branleur qui veulent pas mettre en forme de manière distinguée leur texte mais je m’en fous. Pour Catherine je vais le faire.

Catherine01.jpg
Catherine raconte l’histoire de Vincent Brooks, 32 ans et depuis un petit moment déjà en relation avec Katherine McBride. Une nuit, celui-ci commence à faire des rêves étranges, ou il se voit obligé d’escalader des blocs pour rester en vie. Alors quand en plus Katherine commence à lui mettre la pression sur la relation et que quand il se réveille un matin pour découvrir dans son lit une jeune fille nommée Catherine qui se révèle en plus ultra peu vêtue, quelque chose commence sérieusement à se barrer en couilles.

Développé grosso merdo et pour caricaturer par la même team qui a fait les Shin Megami Tensei Persona qui sont rappellons le entre autres les meilleurs RPG de la PS2. Sauf que là, même si Catherine se déroule dans le même univers que les Shin Megami Tensei (quelques éléments assez subtils le confirment), ce n’est pas un RPG mais un authentique puzzle game. Que dire sur ce jeu ? Allons y:

  • La partie puzzle est démoniaquement géniale. Je commence par ça en premier lieu parce que c’est après tout le point le plus primordial. Catherine n’est pas un jeu de cul comme aurait tendance à le penser la moitié des joueurs qui n’ont retenus du jeu que les premières infos qu’on avait eu dessus et les 400 jeux de mots pourris que les sites spécialisés ont pu balancer (et parce que je tiens à dire que cet article sera dénué de tout « Catherine elle aime la pine » et… aaah merde.) Catherine est un jeu de puzzle avant tout et vous allez passer trois quarts du jeu à pousser des blocs, un peu comme le génial Pullblox mais en version adulte et plus sombre. Et ce n’est absolument pas problématique parce que c’est génial. Gameplay simple, ajout continuel de nouveaux obstacles, techniques à apprendre pour améliorer son jeu, difficulté progressive… On aurait pu penser que les mecs de chez Atlus se seraient concentrés à mort sur le scénario, l’univers, tout ça mais non. La partie puzzle est incroyablement bien pensée et incroyablement addictive. Et ça c’est bon. Mais très franchement je comprends si ça vous tente pas à priori: faut prendre le truc en bien pour bien comprendre que ça déchire. Mais faites moi confiance sur ce point !

Catherine08.jpg

  • Le jeu n’est pas si hardcore que ça. Je l’ai fini en Normal sans trop bloquer. Certes y’a des moments ou tu te prends un peu la tête et sur lequel tu restes un bon quart d’heure mais rien d’impossible ni -surtout- de frustrant. La mort est chiante mais les vies supplémentaires sont offertes très grassement et les checkpoints intelligemment disséminés: y’en a ni trop ni pas assez, juste le bon nombre. On ne voit que peu le Game Over et au final on passe plus de temps à réfléchir ou à se mettre dans des positions inextricables à cause de décisions mal choisies qu’a mourir. D’ailleurs souvent on ne fait des erreurs qu’en paniquant ou en voulant faire trop vite, le jeu est assez parfait pour promouvoir les vertus du sang froid. Et souvent c’est uniquement quand on arrête d’avoir l’esprit embrouillé qu’on commence à avancer. Et quand on commence à avancer on devient presque instoppable.

  • Du coup parfois on se sent ultra puissant. Quand on fait presque cinquante étages sans se stopper, en faisant tout naturellement, putain c’est bon. Et le jeu nous incite à le faire via une ligne de combo. Cet amour du beau jeu.

Lire le billet.

Mirai Nikki, divinités romaines et cheveux tirés coupés en quatre

Mirai Nikki, divinités romaines et cheveux tirés coupés en quatre

L’opening de Mirai Nikki déchire, hein ? Bon allez, hop, rematons le ensemble:

Y’a un moment assez étrange dans cette chanson, c’est le passage ou la chanteuse cite plein de noms de divinités romaines entre 15 et 25 secondes. Si vous activez l’option sous-titres de youtube (CC), c’est plus frappant. Grosso modo elle chante:

Dii Consentes Juno Jupiter Minerva Apollo Mars Ceres Mercurus Diana Baccus Vulcanus Pluto Vesta Venus

Le tout avec un accent japonais qui rend le truc assez impossible à déchiffrer. J’avoue avoir bien halluciné la première fois qu’une team de fansub anglaise a apportée la transcription de ce chant parce que eh, ça sort d’ou ? Et bah en fait, force est de constater que les noms des divinités romaines ne sont pas là par hasard et qu’ils ont un plein lien avec l’univers de Mirai Nikki.

Spoilers évidents sur l’intrigue de Mirai Nikki. Disons que je spoile jusqu’au tome 8 du manga et jusqu’a l’épisode 14/15 de l’anime. A partir de là vous êtes parés.

Nikki04.jpg
En attendant, un fanart de Minene vraiment cool par ds mairu.

Lire le billet.

Le nouveau top 10 des top 5 personnels

Le nouveau top 10 des top 5 personnels

Je l’avais déjà fait en juin 2010. Je vais le refaire.

IntroTopBizarre.jpg
Crossover Touhou / Umineko par Toudou

10/ Le Top 5 des animes les plus drôles jamais vus par ma pomme

  • 5/ Clannad – Quand l’anime voulait être drôle, il l’était vraiment beaucoup. Par contre à partir de l’épisode 16 de la saison 2 c’est plus très drôle.
  • 4/ Excel Saga – Pour l’épisode du bowling.
  • 3/ Baka To Test – La saison 1 du moins. Les deux premiers épisodes de la saison 2 étaient pas aussi drôles.
  • 2/ Ouran Host Club – Un peu tout sauf la fin.
  • 1/ Seto no Hanayome – Les cinq premiers épisodes sont pas à se rouler le cul par terre de lolilol mais à partir d’un certain point chaque épisode essaie d’être plus démesuré que le précédent et là holala c’est à se rouler le cul par terre de lolilol.

Mention honorable: Bible Black New Testament – Surtout le moment où une fille se fait violer par le canon d’un fusil à pompe et que lol la gâchette glisse. Depuis je m’efforce de trouver ça hilarant pour pas retourner en position foetale dans le coin d’un mur.

9/ Le Top 5 des jeux & applications 3DS sur lequel j’ai passé le plus de temps maintenant que ça fait un mois que je l’ai.

  • 5/ Place Mii StreetPass – 4h22
  • 4/ Tales of the Abyss – 5h34
  • 3/ Pullbox – 5h47
  • 2/ Super Mario 3D Land – 5h58
  • 1/ Mario Kart 7 – 13h09

Lire le billet.

Carte de France des conventions Manga & Japanime – Quatrième Édition (2011/2012)

Carte de France des conventions Manga & Japanime – Quatrième Édition (2011/2012)

Comme d’habitude, cette carte se base majoritairement sur la page événements d’animint.com, ce à quoi je rajoute des recherches personnelles ayant eu lieues tout au long de l’année.

CarteConvention20112012.png

Techniquement je n’ai pas changé grand chose sur ma manière de concevoir la carte. Je continue à ne pas prendre en compte les festivals se déroulant sur plusieurs jours (souvent dans des médiathèques et des mairies), les salons généralistes ayant un petit coin manga, les salons dédiés uniquement au jV, les évènements très réguliers du genre Aki Party / Nocturne Epita ou bien les soirées de projections. Il faut que ça soit un salon spécialisé organisé par une association ou une organisation, se déroulant au moins sur une journée et comportant un grand éventail d’activités diverses & variées.

Pour cette année, pas mal de choses à remarquer: déjà j’ai enfin pris la peine de faire des recherches plus fouillées ce qui me permet d’enfin avoir dans mon radar un certain nombre de conventions qui n’étaient pas affichées avant par manque d’exposition. Et donc ce qui me permet surtout d’avoir BIEN PLUS de conventions sur la carte par rapport à avant.

A noter: désormais il n’y a plus que cinq régions à être totalement dénuées de convention: le Franche-Comté, le Champagne-Ardennes, la Basse-Normandie, la Corse et les DOM-TOM. Que ça soit ces cinq régions n’a rien de vraiment surprenant. Par contre que le Limousin soit listé l’est !
De l’autre côté, la région parisienne garde son leadership quantitatif avec pas moins de douze conventions sur l’ensemble de l’année (contre dix l’an dernier) ce qui est plus que le double de la région qui arrive en seconde position et qui est… la Provence Alpes Côte d’Azur ! Et encore, hasard du calendrier, cette année la Japan Expo Sud 2012 tombe début mars ce qui fait que la convention de la SEFA n’est ici pas comptée.

Ce qui est surtout très intéressant avec le PACA c’est que sur les cinq conventions qui se sont déroulées dans la région entre mars 2011 et février 2012, on en a quatre qui sont toutes nouvelles. La région est donc particulièrement dynamique mais en plus ne fait que se réveiller dans le domaine. Il apparaît de toute façon logique que la seconde plus grosse région de France d’un point de vue population devienne la deuxième plus grosse région de la carte.

Une autre région qui se révèle plus active que les années précédentes, c’est l’Aquitaine. En plus de l’habituel Animasia à Bordeaux se sont greffés deux autres conventions supplémentaires, ce qui est là aussi plutôt logique.
A coté, après avoir accueilli zéro conventions l’année précédente (même si techniquement et avec du recul, la soirée Wazabi 2010 aurait pu compter) Nantes en accueille trois ni vu ni connu, ce qui permet au Pays de la Loire de se retrouver relativement bien représenté, un peu comme avant. A coté, le Rhone-Alpes représente, comme habituellement, avec pas moins de trois conventions à Lyon dont une assez particulière (la fameuse Yaoi-Yuri Convention.) Enfin, Pays de la Loire et Rhones-Alpes sont dans le même cas, c’est à dire que malgré une région assez peuplée et avec pas mal de grandes villes, les conventions restent centralisées dans le chef-lieu de région – alors qu’on pourrait s’attendre pour le Pays de la Loire à des conventions à Angers, le Mans ou même Laval, et pour les Rhônes-Alpes à Saint-Etienne ou Grenoble.

Le Limousin, pendant ce temps, fait son apparition sur la carte, dans une convention située dans une ville étrangement peu peuplée et peu connue. Quant à la Bretagne, si Mangacity fait disparaître Rennes de la carte, il reste Jap n’Tregor à Lannion. Et bon, certains considérant Nantes en Bretagne (les fous)…

Lire le billet.