Archives de
Mois : juillet 2012

2012, année générique (Juillet)

2012, année générique (Juillet)

Des filles au bord de l’eau. J’arrive pas à lire le nom de l’auteur, beuh. 7e mois terminé, on s’approche de la fin de l’année… Bon il reste encore pas mal de temps non plus, je veux pas vous déprimer complètement, je suis pas ce genre de personnes. Si vous prenez le train en route, je rappelle le concept: chaque jour sur Twitter, entre 19 et 20h, je poste un générique. Opening, ending, intro, cloture. Majoritairement de l’anime, parfois des Lire le billet.

Nolife Online, trois ans après

Nolife Online, trois ans après

PUTAIN FAIT CHAUD PUTAIN. Il est minuit et je suis juste en train de crever de chaud. C’est pas humain nom de dieu. J’ai envie de dire au monde entier d’aller se faire foutre. Mais je le ferais pas ! Parce que c’est pas de leur faute ! Du coup, hop, je blogue toute la nuit. Je pourrais mater Game of Thrones à la place. Je pourrais. Mais je le ferais pas ! Parce que ça fait pas totalement oublier que fait chaud.

Alors je vais vous reparler de Nolife Online.

ReimuCirno.jpg
Reimu & Remilia regardent la télévision. Fanart de Gomasamune

Vous vous souvenez de mon billet sur le service en novembre 2009 ? A l’époque, Sébastien Ruchet venait d’annoncer que la chaîne était sur le point d’y passer et appelait, demandait que les gens s’abonnent afin de sauver la chaîne parce que y’avait clairement moins d’abonnés que prévu. J’avais donc écrit mon billet dans cette période là, convaincu que pour attirer les gens vers ce service il fallait surtout rappeller qu’il était BIEN, qu’il proposait un contenu de FOU et que donc mettre surtout la priorité dessus au lieu de faire comme beaucoup faisaient à l’époque, c’est à dire un truc qui s’approchait de la mendicité pure et simple – même si au final c’est sans doute ça qui a sauvé la chaîne (•‿•). Bon, quand je relis ce billet je note surtout quel relou je suis à insister que faudrait une émission dédiée aux animes/manga genre présentée par moi mais haha j’étais niais à l’époque.

Depuis, dieu merci, tout va beaucoup mieux pour la chaîne ! Les chiffres d’audience sont arrivés (et ils furent super bons), la publicité a suivie et du coup pour Sebastien Ruchet et toute l’équipe l’heure n’est plus à craindre que la mort sorte de chaque coin de rue. Mais du coup ça ne m’empêchera pas de vous reparler de Nolife Online, de toutes les émissions qui y sont dessus et de vous proposer, comme c’est l’été et que beaucoup d’entre vous n’ont pas grand chose à faire de leurs vacances, de découvrir ou redécouvrir ce service, de la même manière qu’il y’a trois ans.

Je vais donc présenter mes émissions préférées / les plus emblématiques. A chaque émission je présenterais un « épisode » en particulier, celui-ci souvent accessible de manière payante. Et en présentant cet épisode, je décrirais plus longuement l’émission, mon avis dessus etc…

Nolife Online n’est pas très cher et offre quand même un gros rapport qualité/prix de plus en plus avantageux au fil des années: 1€ le tarif « découverte » (payable par allopass, valable une semaine et permet de découvrir les émissions des douze derniers mois), 3€ le tarif mensuel limité aux émissions des douze derniers mois et 5€ le tarif mensuel qui offre accès à TOUT. Donc voilà, là par exemple si vous voulez vous pouvez payer 5€ et avoir accès à… 6247 émissions. Eh… c’est pas mal.

Bon allez, commençons.

SUPERPLAY – Pokémon Puzzle League, 14 Février 2011

Superplay.jpg

Y’a 3 ans, je suis tombé amoureux de Banana Master qui était venu présenter son superplay de Super Monkey Ball, et là du coup je vais pas surprendre et continuer à mettre en avant mon superplayer crush avec un superplay dédié à Pokémon Puzzle League. Mais y’a plein d’autres superplays super cools que j’aurais pu mettre en avant comme celui sur Metal Gear Solid 3 en 1h30 par DamDam, la run de ouf de A-M sur Resident Evil 4 ou même un forumeur de Nolife venu présenter une très jolie run du premier Portal.

L’émission a pas mal évoluée en 3 ans: Radigo a quitté le bateau il y’a maintenant un an et est maintenant remplacé en alternance par DamDam et A-M, deux personnes qui ont elles aussi un pied dans le petit monde du superplaying (je sais même pas si ça se dit comme terme, prise de risque totale) et a récupéré un vrai rythme bimensuel qui lui faisait un peu défaut par le passé ou c’était très irrégulier.

Mais bref, passons au superplay de Pokémon Puzzle League, par Banana Master. Pourquoi celui-ci ? Parce qu’il est IMPRESSIONNANT d’une (les briques bougent tellement vite que c’est un peu l’hypnose) et deux parce que Banana Master reste ultra drôle sans oublier pour autant d’expliquer clairement ce qu’il se passe. Certains termes sont cultissimes (« faire juter un pokémon » :’D) et ça part tellement dans tous les sens à quelques reprises que c’est ultra passionnant et qu’on en sort avec l’envie de jouer au jeu comme jamais. Une putain de performance.

Lire le billet.

« Les animes marquants de 2011 » – Enregistrement de la conférence Epitanime

« Les animes marquants de 2011 » – Enregistrement de la conférence Epitanime

Et donc après deux mois d’attente, l’enregistrement en mp3 de la conférence sur les animes marquants de 2011 qui avait eu lieu lors d’Epitanime, le vendredi soir, est donc disponible au téléchargement via le blog de l’association Thalie. Tetho & YlwNgg pour Mawaru Penguindrum… et ce t-shirt de fou de Tetho :’D. L’objectif était, je le rappelle de faire une grosse conférence avec plein d’intervenants sur une durée d’1h30. Le thème choisi était les animes de 2011 et chaque personne Lire le billet.

Super Anime Bros Brawl Melee 64

Super Anime Bros Brawl Melee 64

Cette nuit j’ai fait un rêve bizarre. Je me baladais dans la rue avec Julien Pirou (qui voulait s’acheter des decks de trading cards et était soudainement devenu mon BFF) et « Julien Lakav » (alors là sérieux la drogue) et on rencontrait soudainement Hideo Katsumata, le producteur de pas mal d’animes du studio A1 Pictures qui soudainement invoquait quatre personnages de la série Working!! pour essayer de nous tabasser. Voyant que je dégustais grave (parce que évidemment les deux Julien étaient pas attaqués, ces chanceux) il décide alors d’invoquer en plus les personnages de Blue Exorcist. Je me suis réveillé dans ces eaux là. C’était bizarre.

Mais du coup en réfléchissant un peu sur le rêve j’ai eu une idée à la con: si on faisait un Smash Bros avec des personnages d’anime ? Et si on faisait en sorte de caser dix studios, chacuns représentés par TROIS personnages grand maximum ? Donc voilà un petit jeu que je propose à tous les blogueurs pour l’été !

  • Le but du jeu est donc de composer le roster d’un jeu de combat. Le style du jeu peut aussi bien être « à la Smash Bros » qu’à la Street Fighter ou à la Tekken, c’est vous qui voyez et au final on s’en fiche. Moi par exemple je précise pas, pour plus de mystère !
  • Il doit y avoir trente personnages, représentant au total DIX studios d’animation.
  • Les studios d’animations sont ceux que vous voulez du moment qu’ils sont japonais et qu’ils… font de l’animation. Qu’ils soients morts ou vivants ou entre les deux (Gonzo.)
  • Si de base je propose de choisir trois personnages par studio, rien n’empêche, par exemple, d’en choisir quatre pour tel studio et seulement deux pour tel autre, voire qu’un seul pour tel studio et cinq pour celui-ci… Le plus important reste d’avoir TRENTE personnages et DIX studios. Ni plus ni moins.
  • Toutes les oeuvres animées du studio sont prises en compte: séries télévisées, film, OAV, ONA, adaptations, oeuvres originales…
  • Possibilité de rajouter un 31e personnage qui ferait office de BOSS DE FIN. Il n’est pas forcément jouable donc vous pouvez péter tous les délires que vous voulez.
  • Et évidemment, n’hésitez pas à justifier vos choix.

Les dix studios que j’ai choisi pour mon roster sont donc: Bones, Kyoto Animation, JC Staff, SHAFT, GAINAX, A1 Pictures, Ghibli, Brains Base, Madhouse et Sunrise.

Voici une grosse image récapitulant mes choix, le reste de l’article servira à détailler :D.

Stonba.png
Cliquez sur le lien pour voir, tout ça.

Lire le billet.

The Darkness II – Tuer est totalement jouer

The Darkness II – Tuer est totalement jouer

Le premier The Darkness a une certaine valeur affective pour moi puisqu’il s’agit du premier jeu qui m’a fait comprendre que je venais de me payer une Xbox360 et que je ne jouais plus sur ma PS2 ou ma Gamecube. Mais objectivement, c’était aussi un FPS assez original, très solide, très efficace et avec une légère dimension “open world” qui était loin de le rendre ridicule face à la concurrence. Ses mécaniques de jeu ont un peu vieilli depuis mais il reste un jeu que je vous conseille d’autant qu’il est à un prix vraiment pas dégueulasse.

Darkness01.jpg
L’annonce d’une suite m’avait du coup agréablement surpris d’autant que celle-ci était sortie un peu de nulle part. Mais du coup facile de s’inquiéter, l’excellent studio Starbreeze laissant sa place à Digital Extremes, connus pour avoir aidé un peu Epic Games à faire Unreal et pour avoir réalisé l’adaptation PS3 de Bioshock. Ah et ils ont aussi faits Pariah et Dark Sector comme jeux originaux. Ouais c’était pas forcément giga rassurant.

La bonne nouvelle c’est que j’en ai eu rien à branler de l’histoire de Digital Extremes pendant que je jouais au jeu, parce que celui-ci défonçait bien.

L’histoire raconte donc la suite de The Darkness, bien évidemment. Dans le premier volet, on jouait Jackie Estacado, un porte-flingues d’une mafia italienne quelconque qui, le jour de ses 21 ans chopaient des supers pouvoirs grâce à une monstruosité nommée le Darkness. Bon le piège c’est que le Darkness est vivant, a la voix de Mike Patton et veut surtout choper le corps de Jackie, si possible en détruisant l’âme de ce dernier une bonne fois pour toute. Et en plus du coup son tonton mafieux décide de le trahir, bute ses proches et tout et tout et tout. Bref, pauvre Jackie qui, à la fin du jeu, tuait le tonton mafieux et réussissait à contrôler le Darkness en l’enfermant dans son corps une bonne fois pour toute.

Sauf qu’au début du deux, il est forcé de le libérer après un guet-apens organisé par une bande rivale et du coooooup… l’aventure reprend ! Au programme: des sociétés secrètes, des guerres de mafia, des rebondissements et une nouvelle guerre interne avec le Darkness. Hooray !

Darkness03.jpg

Lire le billet.

Japan Expo 2012 – Have a Cigar

Japan Expo 2012 – Have a Cigar

2012-07-07_10.13.35.jpg

2006 – Ma première Japan Expo, ça durait juste le samedi. C’était triple symbolique: mon premier voyage sur Paris, ma première rencontre avec des gens de l’Internet et ma première convention. J’en garde un souvenir vague: un demi hall utilisé, quelques achats un peu honteux et une heure trente à faire la queue pour rencontrer l’auteur de Sentai School, Phillipe Cardona.

Ca fait six ans maintenant et cette Japan Expo 2012 était ma septième. Ca commence à faire un petit paquet ! Et pourtant, ce n’est qu’à partir de 2010, et le stand Thalie, que j’ai débuté la volonté de faire TOUS les jours de la convention. Enfin volonté pour 2010 & 2011 c’est vague puisque j’étais obligé en tant que président d’association haha. Mais jusqu’a cette date, louper une partie de la convention ne me gênait pas forcément, la convention était surtout pour moi la possibilité de rencontrer des gens, tout ce genre de bordel. Alors maintenant que je vois “les gens” plus fréquemment et que Japan Expo n’est plus une des seules opportunités, pourquoi suis-je aussi triste et énervé à l’idée d’avoir loupé les deux tiers du samedi et l’intégralité du dimanche ?

2012-07-07_10.35.16.jpg

Peut-être parce que malgré le fait que cette convention reste une gigantesque machine de plus en plus imposante et inhumaine, j’ai appris vraiment à l’apprécier que depuis ces dernières années. Et du coup aujourd’hui je suis triste de louper une partie de ce que propose la convention en plus de louper aussi quelques rencontres. Tant pis.

Maintenant que j’ai encore fait mon nostalgique passéiste pour la énième fois en deux mois, je peux maintenant passer à mon bilan sur cette Japan Expo 2012, du moins sur jeudi/vendredi/samedi matin. Une convention qui était pour moi sous le signe du journalisme total puisque si je n’y avais pas ma casquette de président d’association, j’avais celle de rédacteur pour le Journal du Japon. Ce qui m’a permis d’abuser un peu du pouvoir de la carte presse pour ne pas trop me prendre la tête… et découvrir une petite facette de la convention avec sa salle presse / VIP, ses interviews parfois organisés de manière bordéliques et son accès WIFI du bonheur. Bref, un pied dans la tombe.

GrosSeins.jpg
Mais je vais arrêter de vous emmerder avec mon égo.

Lire le billet.

Tchou Tchou fait le train

Tchou Tchou fait le train

Hop, j’espère qu’avec le titre de l’article je vous ai mis la chanson dans la tête parce que y’a pas de raisons que je sois le seul à être traumatisé. Sinon vous pouvez cliquer ici et ne pas me remercier. Makoto & Chiaki par koutarou Alors puisque le blog attaque sa sixième année, je vais la commencer par une annonce choc, venue de nulle part, qui ne laissera personne indifférent: je kiffe les cartes et les plans de transports en Lire le billet.

2012 année générique (Juin)

2012 année générique (Juin)

On continue doucement et gentiment ce petit tour des génériques eeet… on est à mi-chemin ! L’école c’est fini… Mais Tsuruya s’en fiche ! – Fanart de yakka Je rappelle qu’une playlist a été mis en place ici 1ER JUIN: Code Geass R2 OP2 – World End par FLOW 2 JUIN: Megaman 8 OP – Electrical Communication par Ganasia 3 JUIN: Berserk OP – Tell Me Why par Penpals 4 JUIN: Macross 7 OP – Seventh Moon par Fire Bomber 5 JUIN: Lire le billet.