Archives de
Mois : septembre 2012

Mange ma justice

Mange ma justice

Déjà la fin du mois de septembre ! Dans un mois, on est presque en novembre, le mois le plus déprimant de tous les temps ! Il commence à faire frais ! Là, au moment ou j’écris cette phrase, j’ai les doigts super gelés ! Ca doit venir aussi un peu du fait que je sors d’une demi-heure de nettoyage ou j’ai tripoté de l’eau froide un peu en boucle ! A moi la gastro ! Pas glop ! Bref, voici un court billet ou je vais Lire le billet.

Nozokiana – Glory Hole

Nozokiana – Glory Hole

Eh ça fait longtemps que ça a pas parlé de cul sur Néant Vert.

Nozoki06.jpg

Tiens ouais c’est assez inhabituel: Kurokawa qui sort un manga érotique. On pensait l’exercice désormais réservé à Soleil ou Taifu mais assez étonnant de voir un éditeur « sérieux » se lancer là dedans. Faut dire que le genre du manga érotique reste toujours très ghettoisé dans son coin, un peu mal aimé et sous estimé. Plus généralement, dépeindre le sexe dans un ouvrage reste toujours aujourd’hui un exercice délicat tant l’idée la plus en vogue semble être de se convaincre que l’érotisme tire toujours quelque chose vers le bas. Ca a toujours été un sujet délicat, de toute manière, et nous avons beau, nous peuple de la démocratie français, nous convaincre que nous sommes un peuple tellement libéral sur le plan sexuel, nous sommes toujours incapable de nous rendre compte qu’entre la pornographie et une épaule dénudée, il y’a souvent un escalier de nuances suffisant pour grimper la Tour Eiffel. Et nous nous surprenons encore trop souvent à avoir un comportement pas aussi libre de jugements qu’on le voudrait et qu’il le faudrait sur la question de la manière dont les gens s’occupent de leur corps.

Le manga érotique est donc devenu un genre à part, un peu honteux, à qui on ne laisse souvent aucune chance de base. Oh, je ne veux pas paraître naïf: 95% de ce qui sort en France en la matière est exactement ce qu’on imagine du genre: un outil masturbatoire primaire et souvent crétin. Il y’a autant de philosophie dans un Saigado que dans un album de K’Maro et, si vous ne comprenez pas ma référence parce que vous êtes trop jeunes pour avoir écouté Femme Like U alors disons qu’un discours de Jean-François Copé peut faire un équivalent idéologique similaire. Mais malgré tout il faut se rendre que dans le h-manga il y’a de tout. Pour un h-manga de lolifutasodomie complétement whathefuck sans sens ni interêt pour les gens amateurs de trucs baisables on trouve parfois des pépites, des h-mangas qui essaient de raconter quelque chose. Dream Maker de Cuvie, Take On Me de Takemura Sessyu, n’importe quelle histoire de Hanaharu Naruko… un vrai scénario, des vrais enjeux, des tentatives de faire passer des émotions, de ne pas se servir du scénario pour faire du sexe, mais de faire du sexe qui serve le scénario. Ce genre de truc.

Mais donc voilà, Kurokawa sort un manga érotique. Et du coup j’y ai jeté un oeil. Et du coup j’ai lu tout le manga en trois petites heures juste derrière. Nozokiana est exactement ce que j’attendais: un h-manga avec du scénario et… du pas spécialement mauvais.

Nozoki01.jpgNozoki02.jpg
A gauche la couverture japonaise, à droite la couverture française. La France, le pays de la classe <3.

Lire le billet.

Joue là Comme Néant Vert – Crash Bandicoot 3 – Episode #3 – Jetskinfernal

Joue là Comme Néant Vert – Crash Bandicoot 3 – Episode #3 – Jetskinfernal

Ah bah oui il a mis du temps celui-là. Enregistré fin août, deux jours avant la sortie de Rock Band Blitz. Et évidemment j’avais pas fini le montage avant de choper le jeu. Et du coooooooup… forcééééément…. ouiiii…. Mais eh, le voilà ! JLNV Crash Bandicoot 3 105% EP3 – Jetskinfernal par Amonita 50mn du coup, dont 20 dans le même niveau. Pas mal de petits fails dans cet épisode, assez idiots pour la plupart… mais ça fait un peu le Lire le billet.

K-On! le film – Bloody Moe in my bloody London

K-On! le film – Bloody Moe in my bloody London

Ah, K-On le film.

Aaaah, K-On.

KOnMovie06.jpg

Difficile à croire mais ça va faire seulement trois ans et demi que les cinq membres du groupe de musique After School Tea Time ont définitivement pourri à leur insu les communautés de passionnés d’animation japonaise en les divisant à jamais dans une guerre civile destructrice et épuisante. Un peu comme la guerre d’un an de Gundam sauf qu’elle dure depuis trois ans et demi. Donc ça serait la guerre de trois ans et demi de Gundam si y’avait pas eu des combats à l’épée dans l’espace entre temps. Un truc comme ça. Et donc le premier épisode de K-On c’était comme la fois ou une colonie est tombée en Australie. Quoique non techniquement, ça serait la seconde partie de l’épisode 1 qui serait similaire à une chute de colonie vu que c’est arrivé le second jour du conflit. Enfin je commence à me perdre dans ma métaphore, j’appuie sur le bouton d’abandon métaphorique dès maintenant.

La première saison avait d’évidentes faiblesses: tout y allait trop vite, paradoxalement il ne s’y passait fondamentalement pas grand chose, les personnages n’était pas développés et ça devenait sacrément répétitif au bout de huit ou neuf épisodes. La faute à une adaptation parfois trop terre à terre du manga original… qui n’est pas très bon. Ce qui aboutit à la constation que tout ce qui était bien dans cette première saison c’était tout ce qui ne venait pas du yonkoma: les deux génériques, dont l’ending qui a marqué un peu tout le monde, en sont l’exemple le plus probant mais c’est sans oublier les scènes inédites à l’animé voire les épisodes entiers qui servent de filler… et qui sont considérablement mieux écrits que le reste ! C’est un peu le Asgard des adaptations de yonkoma moechiants…

La seconde saison débarque l’année d’après pour deux fois plus d’épisodes et malgré quelques appréhensions, force fut de constater que cette saison avait mis la barre beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP plus haut. Déjà on ne peut que constater le choix de mettre le yonkoma original en arrière-plan, la majorité des scènes de cette saison étant créée pour l’occasion, et ça change tout ! Le rythme est meilleur, les personnages connaissent enfin du développement, la musique prend une place plus importante – tout en restant, soyons honnêtes, assez minoritaire -, tout y est beaucoup plus beau, mieux animé, plus cinglé. On a enfin une raison d’en avoir quelque chose à foutre de ce qui s’y passe, les derniers épisodes jouent un peu avec nos émotions et ça se fini bien et chaleureusement. J’avais carrément dit à l’époque qu’on avait affaire à un putain de chef d’oeuvre immémoriel. Le bon vieux temps quoi, cela ou je cherchais encore à titiller un peu les esprits chagrins. Bon, ça n’empêche pas que je continue à penser que c’est toujours un putain de chef d’oeuvre immémoriel mais maintenant je me fous un peu des esprits chagrins et je fais juste ça pour l’esprit de la formule. Parce que c’est toujours une bonne idée.

Et donc un an et demi plus tard, nous y voilà. K-On le film. Depuis la série est sortie en France avec une VF qui, sans être à jeter, donne l’impression que tous les personnages ont la même voix. Le manga est sorti en France. Au Japon le manga a REPRIS et offre une suite potentielle à la série qui est hélàs en manga relativement chiante et pénible à lire (perso j’ai même lâché au bout de vingt/trente chapitres tellement c’était lourd) et, oh, oui, la série a fini de s’affirmer comme une putain de mine d’or en battant je ne sais combien de records de vente ou de fréquentation. Tin, y’a même eu des trains K-On. DES TRAINS K-ON QUOI PUTAIN JE SAIS PAS TROP SI VOUS VOUS RENDEZ COMPTE §§!!§§§

KOnMovie01.jpg

Lire le billet.

2012, année générique (Août)

2012, année générique (Août)

Parce que Watashi de Jinrui wa Suitai Shimashita en cowboy, c’était pas pas mentionnable. Toujours là. Toujours le même concept: chaque jour sur Twitter entre 19 et 20h, je poste un générique. Majoritairement animé/manga, parfois jeu vidéo, parfois série télé. Donc voilà, août est passé, donc le bilan mensuel. Même si on est déjà le 7 Septembre, mazette. Le mois dernier, j’avais découvert que les playlists pouvaient pas dépasser les 200 vidéos. Du coup la première playlist, qui englobe de Lire le billet.

Des enfants loups et une claque dans la trogne

Des enfants loups et une claque dans la trogne

Eh, je reviens de la séance des Enfants Loups: Ame & Yuki qui passait au cinéma Concorde à Nantes. Un chouette cinéma que je viens de découvrir ou y’a des fauteuils en cuir profonds et moelleux en guise de siège. Ces sièges ne sont pas le sujet de ce billet mais ciel qu’ils sont cools. Même si ils font plein de boucan quand tu essaies de changer de position. Enfin bref. De Momoru Hosoda je n’ai vu que le duo Lire le billet.