Archives quotidiennes :

K-On! le film – Bloody Moe in my bloody London

Ah, K-On le film.

Aaaah, K-On.

KOnMovie06.jpg

Difficile à croire mais ça va faire seulement trois ans et demi que les cinq membres du groupe de musique After School Tea Time ont définitivement pourri à leur insu les communautés de passionnés d’animation japonaise en les divisant à jamais dans une guerre civile destructrice et épuisante. Un peu comme la guerre d’un an de Gundam sauf qu’elle dure depuis trois ans et demi. Donc ça serait la guerre de trois ans et demi de Gundam si y’avait pas eu des combats à l’épée dans l’espace entre temps. Un truc comme ça. Et donc le premier épisode de K-On c’était comme la fois ou une colonie est tombée en Australie. Quoique non techniquement, ça serait la seconde partie de l’épisode 1 qui serait similaire à une chute de colonie vu que c’est arrivé le second jour du conflit. Enfin je commence à me perdre dans ma métaphore, j’appuie sur le bouton d’abandon métaphorique dès maintenant.

La première saison avait d’évidentes faiblesses: tout y allait trop vite, paradoxalement il ne s’y passait fondamentalement pas grand chose, les personnages n’était pas développés et ça devenait sacrément répétitif au bout de huit ou neuf épisodes. La faute à une adaptation parfois trop terre à terre du manga original… qui n’est pas très bon. Ce qui aboutit à la constation que tout ce qui était bien dans cette première saison c’était tout ce qui ne venait pas du yonkoma: les deux génériques, dont l’ending qui a marqué un peu tout le monde, en sont l’exemple le plus probant mais c’est sans oublier les scènes inédites à l’animé voire les épisodes entiers qui servent de filler… et qui sont considérablement mieux écrits que le reste ! C’est un peu le Asgard des adaptations de yonkoma moechiants…

La seconde saison débarque l’année d’après pour deux fois plus d’épisodes et malgré quelques appréhensions, force fut de constater que cette saison avait mis la barre beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP plus haut. Déjà on ne peut que constater le choix de mettre le yonkoma original en arrière-plan, la majorité des scènes de cette saison étant créée pour l’occasion, et ça change tout ! Le rythme est meilleur, les personnages connaissent enfin du développement, la musique prend une place plus importante – tout en restant, soyons honnêtes, assez minoritaire -, tout y est beaucoup plus beau, mieux animé, plus cinglé. On a enfin une raison d’en avoir quelque chose à foutre de ce qui s’y passe, les derniers épisodes jouent un peu avec nos émotions et ça se fini bien et chaleureusement. J’avais carrément dit à l’époque qu’on avait affaire à un putain de chef d’oeuvre immémoriel. Le bon vieux temps quoi, cela ou je cherchais encore à titiller un peu les esprits chagrins. Bon, ça n’empêche pas que je continue à penser que c’est toujours un putain de chef d’oeuvre immémoriel mais maintenant je me fous un peu des esprits chagrins et je fais juste ça pour l’esprit de la formule. Parce que c’est toujours une bonne idée.

Et donc un an et demi plus tard, nous y voilà. K-On le film. Depuis la série est sortie en France avec une VF qui, sans être à jeter, donne l’impression que tous les personnages ont la même voix. Le manga est sorti en France. Au Japon le manga a REPRIS et offre une suite potentielle à la série qui est hélàs en manga relativement chiante et pénible à lire (perso j’ai même lâché au bout de vingt/trente chapitres tellement c’était lourd) et, oh, oui, la série a fini de s’affirmer comme une putain de mine d’or en battant je ne sais combien de records de vente ou de fréquentation. Tin, y’a même eu des trains K-On. DES TRAINS K-ON QUOI PUTAIN JE SAIS PAS TROP SI VOUS VOUS RENDEZ COMPTE §§!!§§§

KOnMovie01.jpg

Continuer la lecture de K-On! le film – Bloody Moe in my bloody London 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr