Archives de
Mois : novembre 2012

[Néant Sept #8] Le top 7 des raisons qui font que Forza Horizon est assez décevant

[Néant Sept #8] Le top 7 des raisons qui font que Forza Horizon est assez décevant

Hasard total: j’ai commencé à écrire cet article peu après avoir fini mon top 7 des jeux de courses et la semaine dernière, tom le chat a commenté l’article pour me parler de Forza Horizon et me dire à quel point il était bien. C’est plutôt gênant du coup que j’ai lu ce commentaire quand j’étais en train de préparer cet article. Qui explique grosso merdo que Forza Horizon est une giga déception pour moi.

Quand il a été présenté à l’E3 j’étais juste ultra chaud. Je crois que c’était LE jeu de la conf Microsoft qui m’avait le plus chauffé, et tant pis si même à la rédaction de Nolife j’étais le seul à en avoir quelque chose à foutre. Heureusement que quelques jours plus tard lors du Respawn Live de Radio01.net, Pipomantis m’a confirmé que je n’étais pas le seul à être chaud pour ce jeu. C’est à dire que perso j’avais beaucoup aimé Forza 4 mais je regrettais un petit manque de folie dans ce jeu, qui se révélait au final très académique et encore incapable de sortir de l’ombre de Gran Turismo. Et là du coup j’avais un peu la réponse à mes attentes: un Forza… placé sous le signe du fun ! Pourquoi dire non, surtout quand on voit que c’est Team Playgrounds derrière, studio composé d’anciens de Codemasters, de Bizarre, de Ubi Reflections ou bien de Criterion. Donc ouais d’anciens de studios qui ont faire, genre, la série des Toca et des Colin mcRae, la série des Project Gotham Racing, la série des Driver ou bien, genre, la série des Burnout. Donc ouais, putain, wow, ouais quoi. Casting cinq étoiles là.

Du coup je l’ai chopé.

Du coup je l’ai retourné.

Du coup je peux dire que je n’ai pas été très convaincu.

Pour sept raisons.

Dont voilà un top.

7 – LE MULTIJOUEUR EST MOINS SYMPA QUE PREVU

Ah ça putain ouais. Le jeu offre un multijoueur ultra classique. Y’a bien un système d’XP qui permet de débloquer de la thune ou des bagnoles “exclusives” à chaque niveau débloqué, mais c’est pas spécialement ultra intéressant ni très motivant, pour des raisons que je vais expliquer dans un autre point. Y’a bien une mode “playground” avec des trucs comme un loup ou un mode virus mais on va dire gentiment que Driver SF lui met bien la misère niveau variété et fun des épreuves. Parce que wow le jeu s’y prête au final absolument pas niveau physique et gameplay.

C’est triste parce qu’avec Project Gotham Racing 4, les gens de chez Bizarre avaient eu le bon goût d’être très originaux, en organisant des championnats réguliers, des tournois, ces genre de trucs. Et là y’a pas. C’est juste des courses normales pour gagner de l’XP, t’en fais vite le tour, les autres joueurs conduisent pas forcément super bien et EN PLUS le matchmaking met des plombes à se faire – ça se trouve les serveurs sont juste vide, ce qui serait triste.

Lire le billet.

Joshiraku – Au revoir mesdemoiselles Désespoir

Joshiraku – Au revoir mesdemoiselles Désespoir

Joshiraku03.jpg

Sorti cet été, Joshiraku est un de ces animes qui m’est passé lors de sa diffusion complètement à coté. Il faut dire que le « scénario » à base de « cinq actrices de rakugo (un art théâtral très très très japonais) qui parlent de sujets divers et variés » ne donne pas réellement envie de base. Sans compter que le studio responsable est JC Staff qui est un studio qui nous habitue à des adaptations sans originalité de mangas et light novels relativement planplans. Donc je m’y suis pas attardé. En fait personne de mon entourage ne s’y est alors réellement attardé, et là je prends comme exemple l’invisibilité de la série sur ma timeline Twitter, ce qui est un exemple d’une pertinence extrême, vous en conviendrez.

Néanmoins c’est en traînant tard sur TV Tropes et en cliquant par hasard sur le page « Koji Kumeta » que mon interêt pour cette série s’est instantanément crée. Koji Kumeta c’est cet auteur de manga responsable, principalement, de Sayonara Zetsubou Sensei, ou Sayonara Monsieur Désespoir chez nous. Une série de manga pour laquelle j’ai beaucoup d’affection. Un manga qui offre une dissection sans limites des tics et particularités de la société japonaise, qui n’hésite pas à balancer des exemples extrêmement concrets et ancrés dans son époque, avec en bonus un casting de personnages absolument timbrés qui permettent les trucs les plus extrêmes.

Et oui, cet anime, Joshiraku, est l’adaptation d’un manga de Koji Kumeta. Et là ça a tout changé. J’ai maté le premier épisode et je suis tombé instantanément fana de cette série qui offre une certaine bouffée d’air frais et arrive à conserver toutes les qualités de l’ouvrage phare de Koji Kumeta en offrant à coté de nouveaux atouts et une réelle personnalité. Maintenant, voici l’article dans lequel je vais tâcher de développer un peu pourquoi vous devriez jeter un oeil à cette série et pourquoi.

Joshiraku03.jpg

Lire le billet.

Boulot et Ile de France

Boulot et Ile de France

Jeune homme nantais de 23 ans cherche travail pour s’installer en Île de France. Tous domaines, tous types de contrat.

Alors, voici un billet qui est d’importance pour moi. Il n’est pas forcément bien à sa place sur ce blog mais vu ce que je vais y dire et les enjeux qui sont autour de lui, je préfère m’offrir le plus de chance possible.

Boulot03.jpg Pour illustrer et aérer cet article, veuillez accueillir les fées de Jinrui wa Suitai Shimashita !

Voici en introduction le contexte: à l’heure actuelle je vis depuis septembre 2011 sur Nantes, logé (pas gratuitement rassurez-vous) par AxelTerizaki. Initialement j’étais descendu sur Nantes pour un marché du travail plus animé que mon Caen natal, préparer un concours de rédacteur territorial (dont j’ai terminé admissible mais non admis, ce qui était une performance honnête mais décevante compte tenu des enjeux) et, enfin, être mieux entouré que dans une Basse Normandie où je commençais un peu à étouffer. Après quelques péripéties, j’ai décroché à partir d’avril un CDD à temps partiel d’agent d’exploitation de parking. En théorie je ne devais travailler que deux week-end sur trois, en pratique j’ai fini par faire du remplacement quasiment chaque semaine. Je ne m’en plains pas particulièrement: le travail n’est pas désagréable et bien payé pour ce qu’il est.

Maintenant, les choses sont ce qu’elles sont, et suite à certains événements personnels, il m’apparaît désormais nécessaire à nouveau de changer d’air, en l’occurrence de partir vers la région parisienne. La majorité des personnes que j’apprécie ainsi que la majorité des événements que j’y fréquente y sont, et d’un point de vue pécunier, faire l’aller/retour Nantes/Paris une fois par mois peut commencer à me venir cher. Sans compter que je recherche toujours aujourd’hui des postes dans la fonction publique et que la majorité des concours se tiennent naturellement dans cette région.

La conclusion est donc la suivante: je quitte mon boulot actuel au parking à la fin de mon CDD, c’est à dire le 31 Décembre prochain. Sachant que je quitte réellement mon boulot quelques jours avant, en l’occurrence le 25 Décembre. Je compte donc rejoindre l’Île De France à partir de janvier 2013. Si j’ai pas mal d’économies de coté et que je compte bien être très avare jusqu’a la fin décembre et mon dernier salaire, il va toutefois me falloir très vite un travail. Et c’est là que ce post intervient.

J’ai donc 23 ans et je cherche un travail en île de France à partir de début janvier. Si évidemment je favorise Paris et la petite couronne, je ne crache pas sur tous boulots situés en île de France dans son ensemble. Ce travail, ça peut être tout et n’importe quoi. Si quelqu’un autour de vous cherche un secrétaire ou un adjoint adminsitratif, si vous savez qu’un hypermarché dans votre entourage géographique recrute un caissier ou un agent de rayon, si votre mairie recherche des agents de voirie, une boutique de votre coin un vendeur ou même si vous voulez recruter un blogueur pour lui filer des piges en or dans votre magazine hebdomadaire national car on ne sait jamais, vous êtes peut-être Christophe Barbier, ça m’intéresse de savoir. Que ça soit en temps partiel, à temps plein, en CDD, en CDI ou en interim: je prends TOUT ce qui est dans mon domaine de compétence à l’exception notable des postes de télé-vendeur parce que ce boulot là j’ai déjà donné et j’en avais marre de pourrir la vie d’honnêtes gens à longueur de journée (par contre de la télé-assistance, je prends.) Il faut bien entendu que ça soit dans mon domaine de compétences, et comme je n’ai qu’un baccalauréat, inutile de me proposer des postes bac+2 ou plus, je ne suis point qualifié.

Boulot01.jpg

Lire le billet.

[Néant Sept #7] Top 7 des trucs qui deviennent biens longtemps après le début de l’ouvrage

[Néant Sept #7] Top 7 des trucs qui deviennent biens longtemps après le début de l’ouvrage

Toujours pas de hentai cette semaine. Pardon. A la place je vais donc vous faire un top 7 des trucs qui deviennent intéressants et géniaux très longtemps après le début de l’ouvrage et qui nécessitent donc un peu de patience.

Comme le nom l’indique. Ca arrive souvent après tout. Vous commencez une série, vous la trouvez longue et chiante, mais tout le monde vous dit que c’est bien. Vous comprenez pas vraiment le bordel et vous êtes prêt à lacher, convaincu qu’en fait c’est de la merde. Sauf qu’en vrai ça devient bien plus tard et quand ça devient bien ça devient vraiment très bien. On va donc évoquer dans ce top 7 mes expériences de trucs que j’aurais pu lâcher au début et que du coup j’aurais pas connu le bonheur absolu de découvrir la suite si j’avais arrété.

MENTIONS HONORABLES

  • The Dark Knight Rises– A se tuer d’ennui pendant une heure et demie, matable pendant une heure, fini n’importe comment. Dans tous les cas c’était 2h30 de perdu.
  • Clannad After Story: Une fois passé les douze épisodes dédiés aux personnages secondaires super emmerdants, la série commence vraiment et offre des vrais moments d’émotions. Dans les mentions honorables parce que sur les douze, tous ne sont pas du temps perdu et certains sont même extraordinaires (tout l’arc sur Sunohara et sa soeur est golden) mais y’en a, on comprend juste pas (la fille paumée dans sa salle.)
  • Baten Kaitos: Faut environ cinq/six heures pour commencer à prendre son pied dans Baten Kaitos. Le temps de passer tous les clichés scénaristiques exhibés dans le premier quart du jeu, d’avoir un vrai deck, d’avoir une partie des persos et de sortir de la première île très plan plan niveau design. De toute façon dès qu’on arrive à Mira, c’est fini, on kiffe ce jeu.
  • Suikoden V: Eh, le prologue dure six heures. EH, le prologue est tellement moins sympa que le reste du jeu – qui est un peu le Game of Thrones des RPG. En plus family friendly.

7 – SIMCITY 4

Pénible avant qu’on comprenne comment tout fonctionne (ce qui peut mettre des heures.)
TrucsChiants07.jpg
Simcity 4 est super pas ACCESSIBLE. Y’a un petit tutorial tout sympa, certes, mais une fois celui-ci fait le jeu considère que vous avez tout compris et vous jette directement dans le grand bain sans vous assurer que vous sachiez nager. Du coup vous allez faire beaucoup d’erreurs et vous allez apprendre à la dure beaucoup de subtilités du jeu. Et ça, c’est super chiant. Comptez une dizaine d’heures de jeu avant d’apprendre à faire une ville qui ne soit pas en faillite perpetuelle. Et comptez en plus pour commencer à vraiment vous éclater et à vous faire des bénéfices particulièrement dodus tout en assurant à votre ville une croissance démographique qui vous permettra quelques folies. Mais dans tous les cas, si vous découvrez Simcity 4, il vous faudra au préalable vous attendre à un peu de violence au début. Que dis-je “un peu” ? PLEIN de violence.

Lire le billet.

Cinq centimètres par seconde – Allons voir les cerisiers en fleur l’an prochain

Cinq centimètres par seconde – Allons voir les cerisiers en fleur l’an prochain

L’appréciation subjective d’une oeuvre est, au final, toujours une question de contexte. C’est un fait qui m’apparaît de plus en plus indiscutable. Si Persona 3 est un de mes RPG favoris, ce n’est pas simplement pour ses qualités objectives indéniables mais parce que j’y ai joué à une période ou j’étais réellement déprimé, frustré et inquiet vis à vis de très nombreuses choses. Le jeu avait alors réussi à me parler, à toucher certaines cordes et à m’envoyer les encouragements nécessaires pour me faire réaliser ce qui n’allait pas et me sortir de ce qui était alors un très mauvais pas. Étrange à première vue pour une histoire impliquant des étudiants combattant la nuit avec des esprits mythologiques parfois graphiquement douteux. Pourtant, c’est avec des petits détails, des petites histoires que le jeu avait réussi à me toucher et à m’aider à reprendre pied avec une « vie » que je commençais à voir de manière beaucoup trop détachée.

Ce que je vais dire est très personnel, et je m’en excuse, mais je traverse actuellement une période semblable à celle que je décrivais plus tôt. Mais à la différence de celle-ci qui avait été au final plutôt courte et facile à reprendre, je pense que je peux admettre que ça fait bientôt trois ans que je suis englué dans un sentiment très proche de la dépression, si cela n’en est clairement pas. Car cela fait trois ans que je peine à reprendre le fil d’une vie dont j’ignore quoi faire, et que j’occupe le plus que possible à éviter de penser et de me retrouver seul contre moi-même. Chaque nuit, je la décale à me coucher le plus tard possible pour rester le moins possible éveillé à chercher le sommeil et je l’occupe à dormir le plus possible parce que cela fait quelques heures de moins à être éveillé et à devoir s’occuper. La recherche du divertissement, la recherche d’une occupation constante d’activité que ça soit écrire, jouer, regarder des choses, lire reddit, participer à des débats de penis sur le net, sont devenus pour moi des priorités que je n’arrive pas à « déprioritisé. » Je n’ai plus de sentiments, d’envie pour quoi que ce soit d’autre. Et à chaque jour qui passe, j’ai l’impression que mes peurs les plus primaires prennent elles aussi une importance de plus en plus démesurée, à commencer par la peur de « gêner » mon entourage, mes proches. Cela fait que je m’isole de plus en plus socialement, que je me détache d’amis, de potes, de personnes que j’apprécie, par peur de les gêner, de les énerver, de les blesser, de les inquiéter. Et ça fonctionne ! Ce n’est pas le seul souci, loin de là, j’ai plein d’autres peurs mais je vais vous les épargner, le message est passé. La grosse joie dans ma tête, donc.

Bref, je réalise aujourd’hui de plus en plus de choses que je faisais naturellement il y’a encore six mois, et je saisis pourquoi je le faisais. Mais le problème, c’est que reconnaître avoir une déprime n’aide pas la déprime à s’en aller. Et là est tout le piège. Et depuis maintenant quelques semaines je lutte contre un mal que je sais identifié mais qui profite de la moindre baisse de garde pour me défoncer la rate façon fin de Rocky. Et dieu sait que je la baisse très souvent. Parfois même volontairement.

Donc voilà l’état d’esprit dans lequel je suis actuellement, et l’état d’esprit dans lequel j’ai lancé Cinq centimètres par seconde.

5cm02.jpg

Film d’une heure de Makoto Shinkai sorti en 2007. Il est en réalité composé de trois minis-films, qui racontent une histoire qui se suit. L’article qui suit va spoiler le film, désolé. Néanmoins, si vous n’avez pas vu ce film et que vous comptez le voir, ne fermez pas tout de suite l’onglet puisque je vais vous donner dès maintenant mon opinion rapide sur le film. Si vous voulez mon opinion objective, c’est très simple: c’est un excellent film. Peut-etre même, osons, un des meilleurs films d’animation japonaise que j’ai pu voir. Techniquement il est extrêmement soigné, une véritable beauté pour les yeux et pour les oreilles, avec des décors somptueux de part en part. C’est aussi et surtout une très belle histoire d’amour, très bien écrite, et qui sait se montrer extrêmement réaliste, quelque chose d’inattendu dans le milieu de la romance de l’animation japonaise. Enfin, le montage musical final est sans doute les trois minutes les plus émotionnelles que j’ai pu voir venant du Japon. Pour moi c’est très clair: c’est un authentique chef d’oeuvre que j’encourage vraiment à voir.

A partir de là, je vais décrire le film plus en longueur, balançant mes impressions, mes idées, mes théories, mes joies et mes frustrations. Ceux qui ont déjà vus le film y trouveront peut-être un avis semblable ou, au contraire, à contredire.

Lire le billet.

[Néant Sept #6] Top 7 des jeux de course

[Néant Sept #6] Top 7 des jeux de course

Allez, hop, sixième top 7 hebdomadaire et on va attaquer une thématique jeu vidéo bien précise: les jeux de courses. Non, pas encore de hentai cette semaine, le choix est tellement dur, et compliqué… Et je peux pas écrire ce top 7 au boulot, mais j’aurais le temps la semaine prochaine. Admirez néanmoins tout ce teasing. J’avoue donc que traditionnellement je ne crache jamais sur un bon jeu de bagnoles. J’ai fait connaissance avec le genre en 1999 quand avec Lire le billet.

Néant Rouge (pour de vrai) + 2012, année générique (Octobre)

Néant Rouge (pour de vrai) + 2012, année générique (Octobre)

Une news relativement fantastique pour ceux qui m’aiment beaucoup: j’ai désormais un tumblr, nommé intelligemment Néant Rouge.. Référence lointaine à un premier avril dirons certains, choix étrange de couleur dirons d’autres (je voulais l’appeller Néant Pourpre à la base), j’aime en tout cas l’idée d’en faire un complément à ce blog et à mon Twitter. Je saisis pas forcément trop encore les « codes » de ce réseau social en particulier mais je le visualise un peu comme un pont entre les Lire le billet.

Chronique AMV n°AK: AMV Enfer 2, sketch par sketch

Chronique AMV n°AK: AMV Enfer 2, sketch par sketch

ATTENTION C’EST MASSIF.

L’AMV Enfer 2 est sorti. Bon ça c’est cool parce que je l’attendais depuis un pââââquet de temps. Vous le savez aussi bien que moi. Vous l’avez subi des mois durant.

C’est tout de même un de mes plus gros retournages de veste puisque je me souviens très bien qu’en mai, la veille de la diffusion de la version preview, j’en avais juste rien à battre et je sentais le « projet » partir n’importe où. J’étais pas spécialement rassuré par une communication très succinte, qui se résumait un peu à un forum perdu, et on ne savait juste rien avec les derniers instants – comme la projection de la « preview » d’Epitanime qui est un peu sortie de nulle part quelques jours avant la convention. Bon, puis à ce moment là dans ma vie c’était un peu le souk et j’avais vraiment pas le temps de m’en soucier mais n’empêche, j’avais juste zéro confiance. Surtout après « l’essai » AMV No-Hell qui m’avait juste effrayé à cause de ses choix artistiques douteux.

Et puis j’ai vu la preview et comme je l’avais récupérée, je l’ai matée en boucle. Des tonnes et des tonnes de fois. Et j’ai ultra kiffé. Enthousiasme à fond, entrée en mode production de mon coté. Confiance à bloc. Bref, le bon petit retournage de veste.
Ce que je vais vous proposer, tout simplement, c’est mon avis pour CHAQUE sketch. Comme ça.

Ca va bouffer beaucoup de caractères parce que je vais parler beaucoup.

Au préalable je tiens à essayer de vous expliquer un peu quelle est ma vision « parfaite » d’un AMV Hell-like. J’ai été assez surpris en voyant les gens découvrir le concept rejeter pas mal de clips/skits/sketchs juste parce que ceux-ci avaient le crime de ne pas « être drôle. » Pour beaucoup, c’est l’objectif de chaque clip: être drôle. J’ai toujours trouvé ce principe bizarre parce que pour moi un AMV Hell ce n’est pas une compilation de blagues et ça n’a jamais été historiquement ça. On vient pour l’humour. C’est une évidence. Je ne me fourvoie pas. Mais si je devais comparer un AMV Hell à quelque chose de concret, je dirais que c’est quelque chose proche du Zapping de Canal+. Le Zapping de Canal+ c’est exactement le même concept après tout: des trucs drôles, parfois des trucs moins drôles, mais tout se mélange. On mate tous le Zapping pour le drôle, et malgré tout on se laisse surprendre parce qui ne l’est pas. Le Zapping c’est une fenêtre ouverte sur toute une culture télévisuelle, sur le pire, sur son meilleur, sur son actualité. L’AMV Hell ça a aussi un peu cette fonction: c’est avant tout des auteurs, qui font parfois des trucs drôles, qui font parfois des trucs plus personnels en profitant de la limite « technique » des 30s. C’est passer un message en le moins de temps possible. C’est parfois aussi une fenêtre sur le « monde otaku » de son année, de son époque, de son contexte. C’est parfois témoin des memes de son époque, des animes populaires au moment de sa création, des musiques pop du moment qui seront oubliées deux ans plus tard. C’est pour ça par exemple que ça m’avait énervé l’histoire du spoil Portal 2 au moment de la sortie du premier. Ce qui m’énervait c’était surtout l’argument du « putain ce sketch est pas drôle, en plus il spoile. » Comme si le spoil aurait soudainement été « bien » si il avait été drôle. Ce sketch Portal 2 moi je l’aimais beaucoup parce qu’il était un « vrai » AMV, quelque chose qui utilisait une musique très jolie, très belle, sur des images qui collaient bien.

C’est pour ça que je vais être très dithyrambique sur cet AMV Enfer 2 parce que force est de constater qu’il correspond PARFAITEMENT à ma vision de l’AMV Hell parfait. Beaucoup de musical, des trucs qui se sortent le doigt du cul pour tenter d’être un poil « artistique » et d’offrir des véritables minis-AMV. Quelque chose qui peut se mater en boucle sans être encombré par des sketchs parfois drôles mais qui ne n’ont plus d’interêt une fois la blague éventée. Oui. Je le confesse. Je suis le genre de type qui mate ça en boucle. Le premier AMV Enfer j’ai du le mater au total une bonne cinquantaine, soixantaine de fois. L’AMV Hell 4 je n’en parle même pas. Même le divided by zero j’ai du le mater cinq ou six fois. Parce que c’est mon kiff. Parce que j’adore ce zapping d’AMV ou on passe d’un monde à l’autre. Tout simplement. C’est le truc qui me convient le plus. Je sais pas pourquoi.

Donc voilà.
Allez, j’arrête de vous embêter, passons au sujet.

ALLEZ HOP C’EST PARTI. SKETCH PAR SKETCH.

001.jpg

  • Le Commandant / Intro X Nightwish – Ahah putain cette intro qui met violemment dans l’ambiance :’D. En soit elle est très intéressante parce qu’elle sort un peu du modèle AMV Hell. Déjà le premier AMV Enfer s’offrait le luxe de commencer avec une citation (comme les AMV Hell, donc) mais d’une citation… du réalisateur ! C’est sans doute l’effet français… Enfin bref, là ça lance le thème « Asylum » et promet dès le départ plus de… sombre. Au final, on verra que c’est pas tellement le cas – si l’AMV Enfer 2 s’offre des sketchs bien plus sombres que la normale, ça ne reste qu’une minorité assez étonnante. En tout cas c’est impeccable techniquement et ça met bien l’ambiance. Ca manque un peu de fun mais tant pis, on sent le cri d’artiste. J’adore aussi le défilement des noms des amv-makers… le seul souci est que ça n’a pas été « mis à jour » depuis la version preview de fin juin donc 2/3 auteurs passe à l’as. Dont moi. Et voilà, drame personnel du coup. C’est juste pour ça que j’ai remarqué ça d’ailleurs :’D. #branlos
  • Shrykull / Code Geass R2 X Queen – The Game – Alors j’ai compris la deuxième fois pourquoi commencer l’AMV Enfer 2 avec ce sketch puisque ça fait référence à la fin cachée du premier :’D. C’est super subtil parce qu’il faut savoir le nom de la chanson… Et puis on se pose pas vraiment la question parce qu’il fait office de très bonne intro. La musique est vraiment cool et colle super bien aux images. Bref un peu de planant pour commencer et se mettre à l’aise. Puis voyons le symbolisme: tout comme l’AMV Hell 4, l’AMV Enfer 2 commence par du Code Geass. Et là, ouais, on y croit.
  • MEB / Full Metal Panic X My Little Pony – Cette scène déjà utilisée dans un des meilleurs sketchs du 5… Mais c’est pas grave parce que ça marche pas trop mal. Ok techniquement ce n’est pas un poney mais un cheval et tout mais le décalage est BON. En fait je suis un peu réservé sur ce clip parce que je juge que Grimm avait fait une utilisation de la musique bien plus drôle dans l’AMV No-Hell… mais je suis de mauvaise foi parce que je pourrais poser sur son clip exactement les mêmes critiques :’D. Et puis qu’est-ce que je m’en branle c’est DRÔLE. En tout cas première apparition de MEB dans un AMV Enfer, et on va le voir, il apparaît peu mais bien !
  • Woy / Highschool of the Dead X Serge Lama – Je suis Malade – VLAM UN PEU DE GORE. Et ça marche du tonnerre ! La musique est déjà très forte de base (c’est pas un classique de la chanson française pour rien) et du coup ça rend vraiment un certain hommage à cette scène très « forte » du premier épisode de HOTD. En petit bonus pour ceux qui ont vus la version preview d’Epitanime, un allongement du sketch qui rend l’expérience optimale. Là aussi première apparition de Woy dans l’AMV Enfer, et lui aussi va se montrer relativement doué 😀 !
  • Le Commandant / Fate/Zero X Hercules – Petite tradition inconsciente des AMV Hell-like: les « moins engageants » sont souvent au début ! Alors celui là je suis très tiraillé parce qu’il est techniquement juste impeccable et qu’on sent le travail de fou pour tout faire coller, et puis y’a le petit détail qui tue avec ce zoom totalement cheap mais totalement cool sur le visage de Caster à la fin… mais il est pas super amusant ! Et il est long ! J’ai jamais été très fan en général des skits qui se contentent juste de coller un dialogue « quelconque » sur une scène de dialogue d’anime « quelconque. » Là c’est pas si terrible parce que c’est loin d’être aussi « quelconque » que ça et Caster ferait un Hadès terrible… mais c’est peut-être trop long ou pas assez attractif ! Bon après, m’écoutez pas forcément quand je critique, je suis juste nazi :’D. Mais le plus drôle c’est de se dire qu’au final il doit faire partie des dix moins « sympas » de l’AMV Enfer 2… ce qui en dit long sur la qualité globale de l’ouvrage ! Si celui là est un des « moins bons », qu’est-ce que les « moyens » sont ! (Puis ça fait aussi partie du syndrome « les sketchs du réalisateurs de l’AMV Hell sont pas forcément les meilleurs » même si, on va le voir, le Commandant a plus que rempli sa tâche de faire des trucs qui défoncent bien.)
  • Melow / Full Metal Alchemist X Va te faire foutre Freddy – Haha putain celui-là il vient, il pose sa vanne, il met des petits points d’interrogations en bonus, il nous fait marrer et il repart. Impec ! Et donc revoilà Melow qui, comme dans l’AMV Enfer précédent, va faire de son mieux pour caser le plus de références françaises de bon goût :’D ! C’est la tâche la plus ingrate !
  • Howlofsaya / Clannad X Gunther – You Touch My Tralala – Première apparition de Howlofsaya dans un AMV Enfer et wow attention mes amis, je vais avoir un gaycrush sur ce type pendant tout l’article parce qu’il a fait que des tueries et qu’il a fait preuve a de nombreuses reprises d’un excellent goût musical et animesque. Bon, pas là parce que You touch my tralala c’est pas d’un excellent goût mais PUTAIN C’EST SUPER DRÔLE. Tout y est au détail près. Les tronches d’ahuris de Tomoya et Sunohara, le petit plan qui tue sur Tomoya qui caresse une fleur, les plans sur la plage. La scène était déja hilarante dans l’anime de base, ici elle est utilisée sur nos points faibles pour un maximum de dégats ! En bonus, c’était le premier sketch « inédit » pour ceux qui s’étaient déjà matés la preview à Epita. Et quel premier inédit ! Bon je pourrais chipoter en disant que techniquement, on voit qu’il a un peu abusé de la fonction « ralenti » mais putain ça nique absolument pas « l’expérience. »
  • Le Commandant / Kannagi X The Doors – You Make Me Real – Déconnez pas, je crois que le groupe de musique le plus représenté de cet AMV c’est… les Doors ! Dire que j’avais une idée de sketch avec Touch Me… Là donc un sketch très littéral mais plutôt cool, et très joliment monté. Et donc avec une bonne chanson des Doors, ce qui est plutôt pléonasmique. Je sais pas si pléonasmique ça se dit. Bon tant pis, je lance.
  • Shar / K-On! X Tom Jones – Cold Outside – Peu de K-On! dans cet AMV Enfer, c’est très tristoune ! Celui-là… bah c’est du Shar ! Le garçon est très littéral et offre souvent un montage assez minimal, donc là on a un sketch très littéral et avec un montage assez minimal. Il passe bien mais vous l’aurez oublié dans trois minutes.
  • Amo / Chuunibyou demo koi ga X Chamillionaire – White and Dirty – Eh c’est pas parce que c’est le mien que je vais pas en parler. Donc hop déjà petite fierté perso d’avoir casé un anime de la saison d’automne 2012 dans cet AMV Enfer 2. Je trouvais giga cool l’idée d’avoir dans un AMV Hell un anime sorti un mois avant le dit AMV Hell, ça l’ancre encore plus dans « son temps »… du coup j’avoue que je matais déjà l’épisode 1 de Chuunibyou à l’idée de sketch rapide à faire (parce que la deadline était déja passée depuis quinze jours) et que dès que j’ai vu la scène de l’ouverture de la porte surabusée niveau mise en scène, je savais que j’allais l’utiliser. Initialement je voulais utiliser Song for Jedi de Dionysos, puis je sais pas pourquoi en plein milieu de montage j’ai pensé à cette chanson omniprésente dans les AMV Hell… Donc j’ai tout changé et j’ai fait celui-là. Après, le sketch en lui-même est pas mémorable. J’avoue avoir un petit effort pour essayer de coller les images sur le petit rythme au début et je kiffe la dégaine de l’héroïne à l’eyepatch sur le « They see me rollin' » mais c’est bien tout ! Il est là pour LE SYMBOLE ! Anecdote: la fin est un peu coupée, y’a 2 secondes en plus normalement (dont le « they hatin' »)
  • Le Commandant / The End of Evangelion X Tryo – Serre-moi – Subtil et distingué :’D. Simple, efficace.
  • Tsuchi / La Traversée du Temps X ASDF Movie – Woh du ASDF Movie dans un AMV Hell-like, c’est très… meta. Sinon celui-là il est délicieux :’D. Très court, très con, très très drôle si on est un gros fana des AMV Hell (ou Makoto bouffe son train toutes les vingt minutes), bien branlé, avec le petit visage déconfit de Makoto à la fin pour conclure ça parfaitement. Non tout colle à merveille, bravo Tsuchi (qui fait lui aussi sa première apparition.)
  • Le Commandant / Gurren Lagann X Dr Horrible – A Man’s Gotta Do – Le Commandant est ULTRA fanboy de Dr Horrible et en casera dès qu’il peut, donc rien d’étonnant ici. Après je sais pas trop si ça colle si bien que ça pour le coup, mais au moins l’effort est fait pour que ça paraisse bien synchro. C’est plutôt cool et reposant.

001.jpg

Lire le billet.

[Néant Sept #5] Top 7 des filles de Que Sa Volonté Soit Faite

[Néant Sept #5] Top 7 des filles de Que Sa Volonté Soit Faite

J’avais dit la semaine dernière que cette semaine on allait parler de hentai. Et bah non. Non parce que le thème que j’ai choisi nécessite au final plus de réflexion que je l’imaginais donc je m’offre le luxe de ne pas remplir mes engagements. Et à la place, bam, un top 7 dédié à un public de niche ! Un public qui a lu Que Sa Volonté Soit Faite ! Aussi appelé The World God Only Knows ou Kami Nomi no Shiru Lire le billet.

En attendant l’AMV Enfer 2 et l’AMV Hell 6

En attendant l’AMV Enfer 2 et l’AMV Hell 6

Je suis trèèès monomaniaque en ce moment là-dessus. Je suis vraiment désolé. Mais rien à faire, j’ai beau faire genre en fait je suis pas si intéressé je reste un fan absolu de tous les AMV Hell-like et là ça fait un mois et demi que mon cerveau est en mode « va y’en avoir deux gros d’un coup, putain de merde, quoi » et que je pense plus qu’a ça. De l’autre coté, ces derniers temps, si je pense à autre Lire le billet.