Archives mensuelles : mars 2013

Back in the USA

USA01.jpg
Un burger Vocaloid par chan-co

Avant d’être un (sale) otaku, j’étais déjà assez féru de quelques séries télés américaines qui avaient la chance d’être diffusées en France à des horaires qui m’étaient adaptés. Je pense ici surtout à des séries comme 24 Heures Chrono ou Nip/Tuck qui faisaient pas mal mon beurre durant mon adolescence et avant d’être initié au plaisir (douteux) des séries d’animation japonaises diverses et variées.

Après cinq ans à manger japonais, retourner dans le monde des séries télévisées américaines m’a demandé pas mal de petits efforts. Je n’étais plus vraiment habitué à ce format de 50mn par épisode, et ça me paraissait être un mur infranchissable. Est-ce que j’ai vraiment du temps à consacrer à un épisode là ou du coté Japon je pourrais utiliser ces cinquantes minutes pour en regarder deux ? Et, surtout, où sont les jeunes filles moe faisant des choses moe ? Ou bien, pourquoi serais-je obligé de chercher moi-même les sous-titres et pourquoi ne sont-ils pas directement inclus dans le fichier ?

Et puis aussi et surtout un léger manque d’interêt.

Néanmoins ces derniers temps j’ai un peu repris, depuis mon marathon Game of Thrones pour tout dire, le goût du format. Surtout parce que je peux pas ne pas m’incliner face à certaines séries extrêmement bien écrites et qui me vampirisent donc, depuis quelques mois, certaines de mes nuits.

USA03.jpg

Commençons par The Wire. Nommé également « Sur écoute » chez nous. J’ai terminé la seconde saison il y’a deux semaines et oh la la la voilà une série qui ne démérite pas sa réputation fabuleuse et arc en ciel. C’est pas la série préférée de Barack Obama pour rien, et je pense que si Hollande venait dire que c’était sa série préférée à lui aussi, sa côte de popularité serait diablement mieux placée. The Wire, c’est donc issu de chez HBO et il m’a fallu attendre 2012 pour comprendre ce que « HBO » voulait dire quand on s’intéressait de prêt à la culture séries américaines. HBO c’est une chaîne cablée qui, donc, essaie depuis la fin des années 90 et la production de séries comme les Sopranos ou Oz, d’améliorer de manière concrèe et factuelle le « support » série télévisée, en y offrant une ambition d’écriture et de moyens qui, paraît-il je ne suis pas un expert, n’était pas commun à une époque où les chaînes se satisfaisaient allégremment de formats courts, de feuilletons débiles et où Buffy était la chef de file qualitative (à raison, vraisemblablement.)

Bref, The Wire prend place dans la ville la moins sexy des Etats-Unis: Baltimore. Même Détroit est plus attractif. Si je vous dis le scénario et que vous ne connaissez pas cette série, vous allez croire que je vous parle d’une série policière comme les autres et vous allez arrêter d’être intéressé. Et c’est sans doute le plus gros « défaut » de cette série: ce n’est pas une série « à priori » attractive. Des séries policières on en a bouffé à mort depuis notre naissance, on en bouffe encore par camions entiers maintenant donc quel peut être l’interêt ? Et bien, si je vous disais que The Wire est une série policière ultra réaliste ? Et attention hein, on parle là d’une vraie série, avec une saison de dix épisodes et un vrai fil rouge, pas une série policière classique avec chaque épisode son crime et son coupable, que le gentil policier arrête inévitablement grâce au pouvoir de la justice et de l’AMÉRIQUE. Pire, dans The Wire, on est pas sûr que le gentil policier arrête le méchant criminel. On est confronté à une dissection froide et réaliste du système judiciaire américain, du marché de la drogue dans Baltimore et de l’impact que cela fait ressentir sur toute la ville.

Dans The Wire tout est quasiment politique. On a donc une équipe de bras cassés qui se retrouvent, dans la première saison, à devoir essayer de faire tomber un des principaux réseaux de drogue de la ville. Sauf qu’en plus des ennemis « naturels » qui sont les gangs chargés de vendre de la drogue, ils ont comme ennemis… leurs propres supérieurs hiérarchiques. Ceux-ci sont avides de résultats à court termes et de coups médiatiques qui leur permettront d’accélérer leurs promotions ou de se faire sucer la bite de manière allégorique par les différents membres du bureau politique de la ville de Baltimore, et flanqueront en l’air la quasi totalité de leurs avancées pour un peu de paillettes. The Wire est un monde où les victimes de meurtre sont une statistique et où l’élucidation d’une affaire criminelle n’est pas un devoir de justice mais bien une lutte pour faire gonfler une statistique d’élucidation et pas paraître trop piteux.

USA02.jpg
Et le héros lit des comics en se marrant. Salaud de McNulty.

Mais ce qui est séduisant avec The Wire c’est surtout sa qualité d’écriture indéniable. Comme j’ai dit je viens de terminer la seconde saison. Celle-ci, sans spoiler, se dérouler dans un univers complètement différent de la saison 1, en passant du milieu des tours à celle du port de Baltimore et les différents « containers perdus. » On arrive dans cette saison en se demandant quelle lien elle a avec la précédente. Et c’est spécialement magique de voir, pendant dix épisodes, doucement s’installer des liens, petit à petit. Et à la fin de la saison on est là, l’air hagard, à voir quelque chose d’extrêmement clair, parfaitement lié à l’intrigue globale de la série et avec des personnages extrêmement utiles et charismatiques. Le casting de The Wire est une pure réussite, composée de personnages tous adorables mais aussi parfois détestables. Des vrais êtres humains, mais avec la petite touche de théatralité qui les met « au dessus du lot. »

Bref, en deux saisons sur cinq, The Wire m’a convaincu de son extrême qualité. Rajoutez en plus de cela un message indubitablement politique, mais pas connoté idéologiquement, et vous avez en plus le droit de rester après la fin de l’épisode pour réfléchir à ce que vous venez de voir. Ce qui fait du bien.

Continuer la lecture de Back in the USA 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

[Fapomètre] How Good Was I ? de Yamatogawa

Avant de commencer l’article, je DOIS poster une cinquantième fois la photo de la Ranka en chocolat blanc qu’on m’a offert pour mon anniversaire:

Gatos.jpg
Elle était bien bong, j’ai tout mangé. Merci Tora /°3°/ !

Bon, allez, aujourd’hui j’ai ressorti le Fapomètre parce que c’est un grand jour pour tous les français – on a du Yamatogawa traduit légalement en France. Même mieux, c’est édité ! On peut le ranger dans sa bibliothèque et tout. Et mieux que ça, puisque ça sort dans une toute nouvelle édition de manga hentai propre à Taifu nommée « Hentai sans interdits. » Le nom est pas super génial mais ça veut surtout dire deux trucs:

– Format plus grand que ce qui est proposé d’habitude en France, plus proche des « vrais » formats de h-manga au Japon.
– ABSENCE TOTALE DE CENSURE, BITCHES.

En fait je met ça en caps lock mais en fait la présence ou non de la censure dans mon hentai ne m’a jamais énormément turlupiné. Je sais que certains en font une question de vie ou de nord mais voir le gland dans son intégralité ou non n’a jamais été nécessaire à mon enrichissement personnel.

En tout cas, Taifu lâche du lourd pour le début de ces nouvelles éditions avec, donc, deux ouvrages de Yamatogawa. Et Yamatogawa j’en ai parlé y’a presque quatre ans et demi sur ce blog, c’est un auteur extrêmement cool à lire et à mater. Surtout à regarder – il a un style graphique extrêmement agréable, avec une maîtrise des plans classieux qui fait toujours mouche. Bref, ils sortiront en mai prochain Witchcraft, le premier h-manga de l’auteur et son second plus grand chef d’oeuvre derrière Tayu Tayu. Mais avant cela, contentons nous de How good was I. Recueil de nouvelles. Hentai. Donc.

Gatos02.jpg
En comparaison: un manga français « lambda », un h-manga japonais « lambda » et le tome dont on parle aujourd’hui.

Il faut aussi noter que y’a « My Lovely Bitch » d’Amatake Aweko, mais ça ça me dit pas grand chose, j’ai du le « lire » une fois et ne pas en retenir grand chose. Je met « lire » entre guillemets parce que messieurs dames nous ne sommes pas dupes. Mais sachez malgré tout que je lis quand même de manière assidue les scénarios des hentaux que je « lis » et à vous de faire la distinction entre ce que les guillemets signifient ou non. Je deviens confus, ce n’est pas bon signe, passons au point principal.

Donc le concept de ce Fapomètre va être relativement simple. Je vais faire le tour de chaque nouvelle présente dans cet ouvrage et je vais attribuer des NOTES ULTRA TECHNIQUES.

Chaque nouvelle sera notée selon plusieurs critères qui sont les suivants:

  • Scénario: Ce qui vient avant et après le sexe. Est-il original ? Est-il intéressant ? Possède t-il quelque chose qui le démarque du reste ? Sert-il le sexe ou se fait-il servir par le sexe ? A t-il des dialogues amusants ? Noté sur 5.
  • Personnages: Le gars est-il cool ? Peut-on s’identifier à lui, nous adulte masculin hétérosexuel de 15-35 ans ou bien est-ce un gros porc sadique dégueulasse un peu craignos qui donne pas envie d’avoir notre soutien ? La fille est-elle chouette ? Est-elle bien faite aussi bien de tête que de corps ? Peut-elle trouver une place acceptable et durable dans nos fantasmes ? Ou est-ce juste un réceptacle à foutre un peu vulgaire et insultant envers le monde entier ? Noté sur 6.
  • Dessin: Yamatogawa s’est-il motivé à fond pour celui-ci et a t-il proposé quelque chose de beau et graphiquement cool ? Ou bien avait-il la grippe ce jour là ? Noté sur 5.
  • Situations: Sous ce terme pudique et timide se cache, bien évidemment, la qualité et la variété du le sexe. L’auteur cherche t-il à aller loin et nous offrir un truc un chouia « neuf » à nos yeux avides de variété et de qualité ? Ou bien les héros passent-ils dix pages en position de missionnaire, dans le noir, en pleurant ? Noté sur 6.
  • Dialogues / adaptation fr: C’est fun ou pas ? Rigolo ou pas ? Varié ou pas ? Le traducteur pète-il un cable à trouver les onomatopées de jouissance les plus fantastiques ? C’est un bonus mais un bonus nécessaire. Noté sur 3.

Ce qui à la fin fait pour chaque nouvelle une note incroyable sur 25.

Bon, bah commençons le journalisme d’investigation. DU YAMATOGAWA EN FRANCAIS \\°3°/.

Continuer la lecture de [Fapomètre] How Good Was I ? de Yamatogawa 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Far Cry 3, est-ce que tu viens pour les vacances ?

De la saga Far Cry je n’ai qu’un souvenir vague de l’épisode Xbox que je me souviens avoir tripoté quelques heures en compagnie de mon frère, sans avoir été passionné plus que ça. Ca date d’une bonne demi-dizaine d’année maintenant, voire plus. Ouais sans doute plus. Far Cry 2 m’est passé à coté et donc quand Ubi a annoncé vers 2010 que allo, il va y’avoir un troisième volet, je m’en foutais grave. Et puis l’E3 2012, et puis me voilà à Nolife à devoir mater des trailers de jeu qui m’intéressent pas afin de pouvoir écrire des news dessus et passe un trailer quelconque pour Far Cry 3. Ok, c’est quoi ce personnage de Vaas Montenegro, il a l’air fun, il change un peu. Et puis tiens, bam, présentation du jeu à l’E3, ok ça réveille, ça a l’air bien cool et, attendez une minute, le joueur a l’air d’être carrément interpellé. Et Vaas Montenegro est plus très fun, il est juste maintenant complètement cinglé et dérangeant. Un peu cool, mais eh, l’aimer c’est un peu glauque, quand même, yo. Il a pas l’air très admirable.

Et puis évidemment j’aurais du m’en douter – le jeu sort et il est acclamé par la presse. Et même la presse de confiance genre Canard PC, Nolife, ce genre de trucs que je sais solide, quoi. 10/10 dans Canard PC quand même, quoi, yo. J’étais extrêmement curieux vis à vis de ce jeu, et il avait a partir de ce moment toute ma complète et définitive attention (merci Leonardo di Caprio pour cette chouette phrase.) Bon, comme je suis pauvre j’ai du attendre pour me l’acheter, mais comme j’ai pu le récupérer gratos après avoir passé quelques jours au sein d’Ubi Montreuil pour playtester un jeu quelconque (je spoile pas, mais c’était pas un jeu ultra mémorable), bah yeaaaaaaaaaaah c’est parti, let’s go to Rook Island.

FarCry304.jpg
Rook Island, sa faune riche et accueillante.

Donc oui, qu’importe. Quand j’étais gamin j’adorais le Doom-like. Oui je dis Doom-like parce que c’est ce que je disais à l’époque, le terme FPS il existait pas. On parlait de GoldenEye, de Turok, de Medal of Honor, de Perfect Dark voire même, si on osait, de South Park. A l’époque, ce genre de jeu vidéo signifiait des univers intéressants, des courses au jeu qui aura soit la personnalité la plus unique, soit les plus gros guns, soit le multi le plus fendard. South Park n’était pas très bon, mais tu pouvais balancer des boules de neige à la gueule des gens et les booster en puissance en pissant dessus. C’était fun ! Turok 2 c’était un jeu hardcore mais qui te permettait de te défouler sur des vélociraptors ou des aliens à coup de sonde cérébrale, de lance-flammes ou bien de shredder multiballes. Même Medal of Honor introduisait un peu sur consoles le genre du FPS militaire mais le faisait dans un contexte alors original et novateur. Maintenant le FPS a relativement perdu de ce fun et de cette simplicité. Dans un sens c’est logique parce que tout doit évoluer et qu’on ne peut pas rester éternellement sur des histoires de gros flingues sortis de nulle part et d’aliens sans personnalités (quoique, Halo…) mais de l’autre c’est relativement épuisant de voir qu’aujourd’hui le FPS est cantonné à du militarisme à foison, comme si le premier Modern Warfare (pourtant excellent) avait ouvert une boîte de Pandore avec son succès. Aujourd’hui (et, soyons honnête, depuis Doom 3), le FPS doit être un genre sombre, forcément adulte, qui se prend forcément au sérieux et qui cherche un certain réalisme en plus d’un multijoueur online optimal.

C’est ce qui se vend le mieux, certes. Le FPS réaliste militaire aux graphismes marrons. Que les gens achètent rarement pour le solo mais bien réellement pour le multijoueur avant tout. Même les FPS de science-fiction comme Halo se sont un peu forcés à se rapprocher de cet univers. Fini le héros solitaire qui détruit la moitié d’une planète à lui tout seul, bonjour au membre impersonnalisé d’une escouade quelconque. Bonjour les missions passées à affronter des humains qui surgissent par paquets de douze, à se faire crier dessus par un général quelconque. Le joueur de FPS ne veut plus être le leader, le héros, il veut être l’esclave soumis d’une histoire qui ne le mettra jamais en valeur. Le nouveau héros de FPS est un observateur. Et c’est chiant.

Des jeux sortent un peu désormais de ce cas de figure, revendiquent un retour au FPS à l’ancienne. Mais souvent soit on est dans la parodie pure et dure comme Serious Sam, soit on reste dans des teintes marrons crado comme Rage ou bien on continue à incarner un héros trop souvent observateur et soumis comme dans The Darkness.

Bref, Far Cry 3 se révèle finalement étrangement frais. Et c’est l’une de ses principales forces.

FarCry303.jpg

Continuer la lecture de Far Cry 3, est-ce que tu viens pour les vacances ? 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Deux ans après Blogchan, qui est encore en vie

Hop article le plus inutile de l’histoire de ce blog – faisons les comptes, deux ans après l’arrêt de l’agrégateur Blogchan, quels sont les blogs francophones encore en vie, quels sont ceux qui sont en respiration artificielle, quels sont ceux morts au combat ces deux dernières années et quels sont ceux qui étaient déjà mort. Ah bah ouais, ultra utile.

Blogchan était donc cet agrégateur dans lequel était centralisé depuis 2006 la plupart des principaux blogs otakus francophones. Plus ou moins euthanasié au courant de l’année 2011, il faut avouer que malgré leurs qualités respectives, les alternatives que sont Animint Sama et Nanami n’auront pas autant percés et ramener du clic à nous autres blogueurs toujours friands de contact humain et d’epenis gargantuesque.

Donc faisons la liste, maintenant, tout de suite.

Comme d’habitude les illustrations de cet articles n’ont aucun sens et sont là juste pour aérer. J’ai donc décidé d’utliser mes screenshots de l’OAD de Joshiraku qui vient de sortir. Et donc j’ai fait un article dessus sur Minorin.

Blochan03.jpg

BLOGS ENCORE EN VIE ET RÉGULIERS

Au moins quatre articles depuis le 1er Janvier 2013.

  • Pazu gère toujours régulièrement le blog d’Animint avec régularité et pertinence, offrant toujours des articles variés et plaisants. Et surtout ses parodies de réseaux sociaux qui font le succès des amoureux d’humour simple et méchant. Il est présent sur Twitter ou il montre son fanboyisme pour Furukawa Shiori, dont il reposte la quasi totalité des fanarts. Pas que ça soit une mauvaise chose <3.
  • Le Blog de Matt est toujours en vie, poste toujours plein d’article et a toujours un design pas très beau. Le blog est toujours axé très jeu vidéo, a connu une période de hiatus en 2010 et a repris depuis un rythme régulier.
  • Vous êtes actuellement sur Néant Vert et le blog va bien et est toujours en vie depuis 2007. Même si ces derniers temps j’ai tendance à poster que les jeudis. Je hais les jeudis, pourtant.
  • Un jour j’ai choisi arbitrairement un blogueur comme souffre douleur pour pouvoir me servir de son pseudo dans le cas ou j’ai pas d’idée et pas de talent. Bon j’ai arrété en 2010 parce que c’était pas très mature et que je me devais d’être respectable mais le blogueur que j’avais choisi, c’est à dire Corti et bah il est encore en vie, comme dans une chanson d’Elton John. Le Amo de 2009 doit pas apprécier ce fait et, très franchement, c’est bien fait pour sa gueule parce qu’il était quand même un peu con.
  • Confession: j’adore Citron Fraise mais là j’ai honte parce que je viens de découvrir que Sirius a publié quatre articles qui me sont totalement passés à coté. JE VAIS POUVOIR LES LIRE.
  • Sans surprise, Anime-kun tient bon et continue à publier régulièrement à chaque nouvelle saison d’anime.
  • Nemotaku poste toujours mais de moins en moins sur les animes et les trucs susceptibles de vous avoir intéressé si vous étiez abonnés à Blogchan. Sinon on le retrouve toujours sur Twitter à râler sur la droite, râler sur les parisiens et tout et tout. Mais il est surtout connu dans le milieu des podcasts avec pas mal de contributions chez badgeek.fr.
  • Ik’Ilote III est-il réellement un blog ? No se, senor.
  • Idem, Fant’Asie n’est plus du tout un blog et on ignore si il l’était vraiment à l’époque déjà.

BLOGS ENCORE EN VIE MAIS MOINS RÉGULIERS

Au moins un article depuis le 1er Janvier 2013

  • Meido-Rando – Les Maid of the Day en moins et un Axel occupé à travailler sur un roman nommé Blind Spot (qui sera édité courant 2014) ainsi que vraisemblablement beaucoup de parties de jeux online divers et variés font que le blog Meido Rando est bien moins actif qu’il ne le fut auparavant. Axel reste toujours très actif sur Twitter (son compte est passé privé suite à quelques soucis relevant de sa vie privée mais vous pouvez suivre si vous n’avez pas peur.) Il n’est plus président de la Brigade SOS Francophone depuis août 2012. Ouais je sais ça choque.
  • Le blog de ppmax est devenu « Singstar: le blog pas officiel. » Bon je sais, j’ai l’air malin à me moquer comme ça, moi qui est détenteur de « Rock Band: le blog pas officiel. » Plus sérieusement, ppmax est devenu développeur iOs et il est actif sur Twitter, à l’occasion.
  • L’Antre de la Fangirl – tout le monde aime Exelen, pas d’exceptions. Elle parle de moins en moins d’anime pour se concentrer sur le média jeu vidéo, ce qui peut être plutôt logique compte tenu du fait qu’elle n’est plus au Japon, que c’est le milieu de sa profession et euh arrêtez je dis sans doute n’importe quoi pour meubler des lignes. Mais elle a un Twitter donc tout va bien. Oui, on est tous très triste qu’elle mate plus tous les animes sortis mais eh on peut pas lui en vouloir vraiment ;_;.
  • Le blog de Mata Web nous a offert récemment un article très intéressant sur le contexte géographique de Bride Stories. On croise régulièrement Merlin en convention, en salle de conférence ou en salle presse pour le site Mata Web.
  • Le blog de Jevanni a publié trois articles depuis janvier, et en a même publié un le 31 Décembre, ce qui fait que mon découpage arbitraire me pète un peu à la gueule. Mais pour un « blogueur intermittent », ça va, il a le rythme.
  • Et mon découpage me pète méga à la gueule, puisque Grimm a publié le 1er Janvier un article sur Molester Man ce qui est bon timing vu qu’il publie genre un article par an. Mais tiens, ouais, allez lire son article sur Molester Man, c’est l’article que je n’écrirais jamais sur cet excellent manga. Pour le reste, Grimm bah il est sur Twitter, eh, et il fait du teasing et tout. Les gens qui savent dessiner,grmbl.
  • Gen’s Stream offre toujours des articles certes « rares » mais toujours assez riches, assez complets et assez passionnants. On trouve toujours l’auteur sur Twitter. Sans doute un des plus beaux designs du coin.
  • Interface de Maxobiwan ou les sujets sont… variés.

Blochan02.jpg

BLOGS ENCORE EN VIE MAIS ALÉATOIRES

Au moins un article depuis le 1er Mars 2012

  • FFenril.info est toujours en vie, avec une petite dizaine d’articles sur 2012 sur des sujets divers et variés. Après j’ai pas l’habitude de trop parler des gens peu fréquentables qui préfèrent Sheryl à Ranka parce que ce sont sans nul doute des vils faquins. De l’autre coté il a toujours Haruna de To Love en header, et ça c’est totalement doki doki. Pour le reste, FFenril a un Twitter sur lequel il poste régulièrement.
  • Le blog de nyo existe désormais juste à la période de Noël pour lancer des fantastiques projets communs qui n’enthousiasmeront que ceux qui y participeront, ce qui est très trists.
  • NiKi Nikki n’a pas posté depuis la sortie des Enfants Loups, ce qui est logique parce que bon y’a rien eu dans l’animation japonaise depuis. Il traîne toujours sur Twitter à l’occasion ou il a un fond d’écran Aria. UN FOND D’ECRAN ARIA MESSIEURS DAMES.
  • Le carnet d’une spatule, de Zratul. Des dessins, du Touhou, et tout et tout. Enfin sans sa participation au délire blogosphérique de Noël, il aurait été classé comme mort :’D.
  • GR0N ! – Un article sur Super Hexagon et un sur Cthulu permettent au Vengeur Slippé, ancien breton et nouveau québécois d’être là.
  • Nnuuu~~ – Le blog d’Ialda Ileca a sorti la traduction française de Saya no Uta (utile quand Urobuchi Gen se prépare à débarquer en France à Epitanime), parle d’oeuvres moralement douteuses et explicite.
  • Blog d’Etude de la Culture Visuelle Nouvelle, dans cette liste juste parce que le 16 Mars 2012 y’a eu un article pour dire que y’avait un nouveau blog, ailleurs. Ok ok.

Continuer la lecture de Deux ans après Blogchan, qui est encore en vie 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr