Archives quotidiennes :

Animasia 2013 – Riders on the storm

Les voyages forment la jeunesse disait un jour un gars quelconque qui est peu à peu parvenu à devenir riche et célèbre en écrivant des bouquins. Même si riche je sais plus exactement. Dans tous les cas, j’étais vener l’an dernier d’avoir loupé Animasia à cause de plannings de boulots abusés, alors je m’étais dit que cette année je n’allais pas laissé passer ça aussi facilement. Et comme des gens ont été assez généreux pour me proposer du covoiturage et un logement, j’y suis allé sans traîner.

Du coup, j’ai été pendant une quarantaine d’heures dans la région bordelaise et si j’ai très très peu vu la ville (et encore moins d’étiquettes avec le mot « chocolatine »), j’ai été bien plus présent au sein d’une convention très agréable mais qui cette année a connu le même syndrome qu’Epitanime 2013 et Harajuku: la pluie. Ce qui est dommage dans une convention majoritairement située en plein air.

Fear of the Dark ♪ Feaaar of the Daaaark ♫
Fear of the Dark ♪ Feaaar of the Daaaark ♫

 

Donc Animasia 2013 est la 9e édition d’une convention qu’on peut désormais qualifiée de bien huilée. Et ne vous laissez pas surprendre: le « asia » du titre signifie bien que la convention va essayer de vous parler d’Asie plus que de Japon en particulier. Ca fera moins rager les habitués de 2ch qui s’étranglent quand ils voient du PSY à la Japan Expo et ça évite aux français d’être surpris de voir une exposition avec des vêtements indiens ou bien de voir des activités spéciales K-Pop être organisées.  Cette année, la convention avait pour thème les jeux vidéo mais, à part quelques conférences, ce thème n’était pas spécialement plus mis en avant qu’ailleurs. On voyait plus de One Piece que de jeux vidéo, ce qui était un peu spécial.

La convention est donc partagée entre une salle des fêtes classique, dont elle utilise à la fois le gymnase et le premier étage, l’extérieur de la salle pour y installer quelques stands de jeux et une grande scène principale et un skate-park avoisinant pour situer un jeu de survie nommé Zombieland ainsi que de nombreux stands sous tonnelles. On passe donc la moitié du temps à l’intérieur et l’autre moitié dehors. Normalement. Puisque cette année, le samedi était marqué par des orages violents et le dimanche par du gentil crachin.

Et donc plus gros défaut de cette édition d’Animasia, tout de suite, maintenant: bah la pluie. Quand les éclairs ont commencés à tomber le samedi après-midi, suivi de grosses gouttes bien flippantes, la convention passe d’une ambiance familiale et attractive à de la PURE PANIQUE. Les gens courent dans tous les sens pour se protéger, tout le monde va à l’intérieur et, fort logiquement, l’intérieur devient surchargé. On se marche dessus en permanence, le boucan est insupportable, on perd facilement ceux qui nous accompagnent, il fait chaud et humide et c’est insupportable. Mais c’est le défaut naturel d’organiser une convention en partie en plein air, ce qui est un risque d’autant plus grand que si il fait beau et sec, le plaisir de parcourir la convention est nettement accru. Mais j’ai connu beaucoup de conventions et inutile de vous dire que ce samedi après-midi d’Animasia m’a rappellé des conventions aussi bondées que la Chibi Japan Expo de Montreuil ou le Paris Manga de l’époque Espace Champerret. Mais ces deux derniers n’avaient pas l’excuse de la pluie et de l’orage.

Quand il commence à pleuvoir, il vaut mieux être déjà à l'intérieur...
Quand il commence à pleuvoir, il vaut mieux être déjà à l’intérieur…

Même si, à tête reposée, on peut souligner une grande salle intérieure qui fait un peu fouilli: Atsu Atsu était caché dans un coin et emplissait l’endroit d’une odeur de nourriture frie toujours assez désagréable, la scène jeux vidéo et la scène principale se faisaient rivalité pour savoir qui ferait le maximum de bruit. Une scène principale avec d’ailleurs trop peu d’espace devant, la faute à des stands trop prêts. Et plus généralement 2 ou 3 stands étaient au mieux questionnables sur la pertinence de leur venue: un stand pour cigarettes électroniques, par exemple. Mais c’est toujours mieux que les stands de contrefaçon – y’en avait deux ou trois. Heureusement que y’avait Japan’s Doors pour compenser é^è.

Continuer la lecture de Animasia 2013 – Riders on the storm 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr