Archives quotidiennes :

Magique Madoque la Rebelle

Printemps01Printemps02

 

Week-end de Pâques, trois jours pour faire la party party, que de folie et d’entrain tout autour du globe, je pense qu’un jour je saurais faire des vraies phrases d’accroche. Mais bon ce n’est pas comme si la communication était un de mes points forts ? Vous savez ce qui n’a aussi aucun sens de la communication ? Yep l’association Epitanime. Je dis ça parce qu’on a appris cette semaine moins de dix jours avant que ça ait lieu qu’une Nocturne Epitanime aura lieu samedi 26 avril de 20h à 6h dans les locaux de l’école Epita. Karaoké (j’ai timé plein de trucs biens pour toi, public), jeux vidéo, ptet une asso ou deux. Moi je chanterais toute la nuit.

Ouais, je pense que vu comment c’est parti y’aura au moins quatre ou cinq articles hebdomadaire d’affilée qui parleront d’Epitanime sur ce blog. Au moins. Holala.

Printemps04

J’étais pas allé au Grand Rex en novembre dernier pour aller le voir parce que ce que j’étais méfiant -et pauvre- donc je l’ai vu avec un poil de retard: Puella Magi Madoka Magica Rebellion, le troisième film de la saga (les deux premiers étant la série copiée/collée en deux films récapitulatifs) qui propose donc une conclusion finale à la franchise et, bon, après The End of Evangelion c’est dur d’être surpris par un film d’animation japonaise qui veut essayer de conclure une série qui se finissait déjà pas forcément super bien.

Mais là ou The End of Evangelion était un gigantesque mindfuck dépressif qui n’avait finalement pas le moindre foutu sens puisque le but était de faire un doigt à une quantité ahurissante de fans envahissants, Madoka Rebellion essaie de prendre un peu plus soin de la sensibilité de son public en lui offrant ce qu’il aimait dans la série et en essayant de le choquer un peu mais pas trop non plus. 

Tout dans le film semble être là pour complaire au fandom gargantuesque qui s’est crée autour de la série en à peine trois ans. Vas-y qu’on explicite à donf les quelques sous-entendus yuri, vas-y qu’on donne de l’importance à des personnages secondaires qui ont fait kiffer les fans (Charlotte/Bebe, yay) et vas-y qu’on offre des scènes bien badass qui font péter le charisme des personnages. Certes la fin est du mindfuck un poil dépressif (pas de happy end, finalement, ah) mais vu que pendant les trois quarts du film on a bombardé le public de choses agréables / qu’il voulait voir, la pilule passe mieux.

Printemps05
Kyubey chille sur vos larmes de sang, bitches

Au passage le film est visuellement somptueux: entre les scènes ULTRA BADASS de Magical Girls qui font la bagarre de manière totalement abusée,  les effets de styles Shaftiens habituels à base de décors bizarroïdes toujours plus inspirés les uns des autres, les mélanges de style d’animation et de dessin, les plans « signature » du studio, les couleurs variées ou le chara-design d’Ume Aoki toujours ultra mignonnet, on s’en prend plein les mirettes pendant deux heures, d’ou le petit regret de pas l’avoir vu sur grand écran parce que mon dieu ça devait faire éjaculer les rétines.

Pour le reste les qualités de la série sont toujours là: l’écriture est fluide et parvient à ne jamais trop s’égarer, le rythme est très bon – un miracle pour du SHAFT – avec deux heures de film qui passent plutôt vite (surtout la dernière heure), les personnages sont attachants et gagnent même en charisme par rapport à la série et ce mélange amer-sucré entre un design mignon, des propos sombres et des décors bizarres est toujours aussi addictif.  La fin est très bien trouvée (même si je me l’étais spoilée sur Tumblr :(), la conclusion bien amenée et parvient à surprendre sans chercher à inutilement marquer. Tout se fait naturellement et c’est parfait.

Bref, je voulais y dédier un article entier mais finalement ça sera pas forcément trop la peine. Reste que Madoka Rebellion prouve que SHAFT est à son meilleur quand il est libre de ses choix et peut cracher toute sa créativité, habituellement gachée sur des adaptations de light novel et de mangas sur lesquels ils font souvent preuve de peu d’efforts. Il n’a pas, au contraire de Kyoto Animation, le pouvoir de changer le plomb en or.

Bon je peux pas m’empêcher de faire une mini gallerie de 5/6 screens super cools:

Printemps05g
Homura-putasse > Homura > Homura Culcul Praline
Printemps05f
I know you want it ♪ Blurred lines lalala ♫
Printemps05e
Ces points colorés représentent des EXPLOSIONS. Imaginez du Michael Bay comme ça, ça serait un enfer pour daltoniens.
Printemps05d
C’est là qu’on se rend compte que les magical girls manquent de gros flingues, en général.
Printemps05c
Miki’s Bizarre Adventure
Printemps05b
Shit, Madoka est en retard pour l’anime school !

Bon, et si on parlait de saut à ski maintenant ?

Parce que ouais, j’ai lu Nononono, un manga sur le saut à ski écrit et dessiné par l’auteur d’Elfen Lied quand il se faisait chier entre 2007 et 2011.

Continuer la lecture de Magique Madoque la Rebelle 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr