Archives quotidiennes :

Un an d’anime ~ 2013/2014

Mon dieu on est le dernier week-end de Novembre c’est l’heure ! C’EST L’HEURE !

De quoi ?

DU BILAN ANIME ANNUEL DE NEANT VERT.

BilanAn01

Vous savez maintenant comment ça marche. Je prends les douze mois de l’année, à chaque mois j’attribue l’anime que je regardais à ce moment là / qui symbolise mieux « le mois » dans mes mémoires, et je développe un peu mon avis dessus. Les 12 animes ne sont pas obligatoirement des choses sorties cette année mais des choses que j’ai vu cette année. Même si il y’a beaucoup de récent dans mon bilan de cette année, je vais pas le nier.

 

Décembre 2013

BilanAn02

Le vent se lève

« Le dernier Miyazaki » jusqu’au prochain, Le Vent Se Lève était un film assez attendu parce que, eh, on rigole pas avec ce réalisateur. Bon du coup avec un an de recul c’est un film qui a assez divisé entre ceux qui le trouvent très bon et ceux qui le trouvent juste bon ce qui, à nouveau, est un drame que seul peut connaître le studio Ghibli. En l’état j’en garde un très bon souvenir et si il est évident qu’il faut être fou pour dire que c’est son meilleur film, il faut quand même admettre que ça reste un film qui, pour un truc fait pour se faire méga plaisir et lâcher toute sa passion pour l’aéronautique, reste solide sur tous les points.

Je mettrais surtout en avant le visuel du film qui propose tout de même des scènes assez fantastiques – la séquence du tremblement de terre, les rêves du héros – qui révèlent encore nombre d’idées et témoignent d’une créativité encore bien présente. Vous êtes gavés de cette aura d’invincibilité que possède Miyazaki ? Eh, quand on arrive à avoir une filmographie comme la sienne, on est inattaquable, c’est certain. Donc ce n’est guère un avis original mais oui, Le vent se lève reste à voir.

Article plus complet sur le vent se lève ici.

Les années précedentes, en Décembre: Fate/Stay Night (2006) ; Serial Experiments Lain (2007) ; Clannad (2008) ; Macross: Do You Remember the Love (2009) ; The World God Only Knows (2010) ; Boku Wa Tomodachi ga Sukunai (2011) ; The Idolm@ster (2012)

Janvier 2014

BilanAn03

Hyouka

J’ai eu initialement avec Hyouka le même problème que Nichijou c’est à dire que c’est des animes que j’avais essayé de mater dès leur sortie pour finalement m’ennuyer très vite et me retrouver chaque semaine à limite me forcer pour lancer l’épisode hebdomadaire. Nichijou j’avais tenté jusqu’au dixième épisode, Hyouka jusqu’au troisième, j’en étais parti fâché et convaincu que c’était pas super. Et j’ai eu avec Hyouka la même solution que Nichijou: j’ai commencé à les marathoner. Nichijou devenait bien meilleur quand j’en matais 2 ou 3 par jour, souvent aux heures du repas, et je commençais à prendre du plaisir à le regarder. Hyouka, idem. C’est en me faisant 3 ou 4 épisodes d’un coup que j’ai commencé à accrocher à cette série et à vraiment commencer à l’adorer.

Y’a plein de choses qui fonctionnent admirablement dans cette série. Déjà de base j’avoue que j’aimais initialement pas beaucoup le héros. C’est à dire que j’ai ce préjugé bien accroché du héros « type » de light novel qui est un petit malin cynique, branleur mais intelligent et qui a toujours raison. C’est un archétype ultra présent dans pas mal de light novel « populaire » et qui me donne l’impression d’avoir des tonnes de Kyon. Sauf que j’aime pas trop Kyon. Et que, well, Oreki de Hyouka est du coup bien meilleur parce qu’il a, damn, une réelle personnalité. Son évolution pendant l’ensemble de la série est méga bien gérée et le personnage devient, au fur et à mesure de l’avancée de la série, de plus en plus attachant. Surtout que plus on avance plus on se rend compte qu’il est pas un branleur, juste un sacré dépressif qui s’ignore. 

Les autres personnages sont vraiment cools, et la dynamique entre Oreki, Eri et leurs deux potes rend chaque épisode plus dynamique qu’il n’a le droit d’être. Rajoutons à cela des folies visuelles ponctuelles et mémorables, l’excellent arc du festival de l’école qui ramène plein de bons souvenirs de convention (ce qui est pas voulu mais les festivals culturels japonais c’est un peu nos petites conventions anime à nous quand on y pense) et une très jolie fin ouverte et il faut effectivement avouer que Hyouka est vraisemblablement un des KyoAni les plus intéressants. On aura jamais de saison 2 mais bon, tant pis.

Les années précédentes, en Janvier: La Mélancolie d’Haruhi Suzumiya (2007) ; Full Metal Panic (2008) ; Maria Holic (2009) ; Darker Than Black Ryuusei no Gemini (2010) ; Slayers (2011) ; Ben-To (2012) ; Sakurasou no Pet na Kanojo (2013)

Continuer la lecture de Un an d’anime ~ 2013/2014 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr