Archives mensuelles : octobre 2015

[Shitpost] Love Live School Idol Festival, un lieu de communion et de rencontres

Ca fait un an et quelques mois que je joue à Love Live School Idol Festival, le jeu Android free to play ou tu gères des idols, tu joues un jeu de rythme et tu claques des love gems pour faire des tirages au sort qui ne t’apportent aucune UR. Si vous avez compris la seconde moitié, c’est bien, vous savez ce qui se passe.

Comme j’ai toujours pas téléchargé Fate/Grand Order, contrairement à beaucoup de mes camarades, je suis encore assez impliqué dans le jeu. Au point même de m’être crée un compte schoolido.lu, ce qui est le truc le plus inutile auquel je me suis inscrit sur Internet depuis Playfire, Raptr, last.fm et les forums de Gameblog.

Mais bref, pour vous introduire rapidement cet article, disons que le jeu possède une mode « Score Attack » où vous affrontez d’autres users dans une guerre de score. Du coup c’est le moment de faire des rencontres et de découvrir les pseudos des autres utilisateurs. Spoiler: certains utilisateurs ont des trucs bien bien funs.

Du coup voilà un petit best of des pseudos les plus wtf, y’en a une petite vingtaine . Sachant que la majorité provienne du dernier event Hanayo ou j’ai méga scoré. Promis, je vous fournirais un truc plus sérieux dimanche aux Utopiales, quand je serais sur la scène Shayol pour vous parler de réalités virtuelles et d’animation japonaise.

Je mettrais ptet l’article à jour dans 3/4 mois quand j’aurais croisé plus de pseudos un peu débiles et que j’aurais tout screené comme un faible.

Le regret de début d’article: le meilleur pseudo ever que j’ai pu croisé c’était « Nico’s eggs » et je l’ai même pas screenshoté. Je me hais pour ça. 

Ok on commence déjà par un gros blasphème, que peut-il y'avoir de pire
Ok on commence déjà par un gros blasphème, que peut-il y’avoir de pire
Ah !
Ah mais oui !

Continuer la lecture de [Shitpost] Love Live School Idol Festival, un lieu de communion et de rencontres 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Immortal Hounds – On ne vit qu’une infinité de fois

Bon imaginez: on est dans un monde où les humains sont littéralement invincibles. La seule chose qui peut les tuer c’est la vieillesse mais tout le reste semble ne faire aucun effet. Une balle dans la tête ? Hop le crâne se reforme, comme si de rien n’était. Une chute mortelle ? Zéro problème, le corps reprend sa forme initiale. Une voiture vient de vous percuter à grande vitesse ? Au pire vos vêtements sont un peu détériorés mais vous ça va. Bref un monde magique ou la maladie, par exemple, se soigne avec une balle dans le crâne puisque quand le corps se reforme, il reprends en plus sa santé initiale.

Sauf que dans cette société des humains, nommés les Vectors, ne possèdent pas cet atout et sont aussi vulnérables aux blessures mortelles que vous et moi. Difficile déjà pour eux de vivre dans cet univers où ils sont extrêmement minoritaires  mais quand en plus ceux-ci sont traqués par la police et les autorités car ils sont contagieux et peuvent transmettre – volontairement ou non – leur handicap à leurs proches, inutile de dire que tout se complique lourdement.

Bang4
Ce que je viens de vous résumer c’est l’univers dans lequel se passe Immortal Hounds ou, de son nom japonais, Shinazu no Ryouken, un manga écrit et dessiné par l’auteur Yasohachi Ryou, à qui l’on doit par exemple le tout aussi intéressant Uwagaki (publié en France chez Doki Doki) … et quelques mangas H dont je viens d’apprendre l’existence. La série Immortal Hounds est prépubliée dans le magazine Harta (source de Wolfsmund, Bride Stories ou Gisèle Alain) depuis mi 2013, on en est à l’heure actuelle à une presque trentaine de chapitres et à peine trois volumes reliés dans l’archipel.

Et c’est vraiment pas mal. 

Couverture du tome 2
Couverture du tome 2

Continuer la lecture de Immortal Hounds – On ne vit qu’une infinité de fois 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Best girl(s) in the game

Les WAIFUS. 

978

Terme fortement otaku, une waifu c’est un personnage féminin en 2D qu’on a envie de décréter comme étant notre femme parce qu’elle est tellement bien qu’elle correspond à un de nos idéaux. A mettre en parallèle avec le concept d’husbando qui permet de désigner ces personnages masculins qui correspondraient à notre idéal d’époux. Tout ce concept waifu/husbando est donc 50% mignon, 50% glaireux ce qui est un calcul qui, finalement, résume bien mon style de vie et celle de milliers de jeunes français désœuvrés en marge de la société (mais finalement sympathiques.)

Mais un vrai otaku, il est pur comme les blés, il a qu’une seule et unique waifu. Il ne fait pas de tromperies, pas de cachotteries, c’est une personne droit dans ses bottes. Moi par exemple ma pure waifu c’est Ranka Lee, de Macross Frontier. Maintenant comme je suis pauvre je collecte pas tous les goodies avec Ranka Lee, je vais pas voir des films au Japon juste pour elle. Je suis un mauvais fan. Je ne la mérite pas et elle mérite mieux. Donc c’est un peu triste mais, pas d’inquiétudes, elle existe pas vraiment donc ça va. 

D’autant que bon, en vrai, j’aime beaucoup de personnages féminins. Donc là, allez, je vais sortir le grand jeu, je vais vous lister… mes waifus. Avec un petit twist: une seule par oeuvre. En en citant le max possible. Genre 94 d’entre elles. Héhé.

Jinsère un meme en intro
J’insère un meme en intro, faites pas attention

Bon je vais pas citer tous les trucs japonais que j’ai vu/lu/joué mais au moins ceux qui s’y prêtent le mieux.  Non parce que par exemple j’adore les personnages d’Anohana ou Black Lagoon, mais les classer comme « waifus » ça fait un peu dégradant :’D. Ouais le cul entre deux chaises, comme vous dites.

En vrai pour résumer ma définition de waifu c’est:

  • J’accroche au personnage, j’aime son caractère, j’éprouve de l’affection envers elle
  • Affection pas au sens sexuel du terme mais plus genre « j’ai envie qu’il lui arrive que des bonnes choses et à chaque fois que je la vois sur mon écran ou mon tome je me sens bien. » C’est ptet sexuel pour vous mais pas pour moi je sais pas c’est bizarre je me perds dans mon explication haaaa.
  • Mais j’aime tellement ce perso que je me surprends à parfois lire/mater/jouer à l’oeuvre juste pour voir ce perso. Surtout si tout le reste est mauvais (ce qui va peu être le cas ici, je regarde pas beaucoup de la merde yo.)

Voilà, à mes yeux ça résume bien en trois points, même si c’est un peu réducteur. J’ai conscience parfois de l’interêt limité ou de l’écriture médiocre du personnage mais je passe à coté parce que je l’apprécie beaucoup et que si on me filait une figurine j’en serais heureux. En somme, si Good Smile Company veut me tirer ma thune, ils ont juste qu’a faire tous les persos de cette liste.

Ah puis y’a aussi tout l’aspect « c’est la fille avec qui je voudrais être en couple » qui est un sens du mot waifu que, je suis sûr, plus personne n’utilise vraiment sérieusement depuis un sacré bail. Donc non rassurez-vous, c’est pas un article vraiment glaireux et je vais pas faire de la projection genre « si elle était ma copine, on irait TOUS LES JOURS à la fête foraine et elle me FERAIT DES SANDWICHS honhon fedora. »

Non je pense qu’au lieu de waifu je ferais mieux d’utiliser le fantastique terme de best girl. Parce que c’est finalement de ça qu’on va parler: des best girl. C’est vraiment, stricto sensus, le personnage féminin (ou pas) qui m’a le plus séduit / plu / marqué.

Et le tout par ordre alphabétique de séries parce que y’a de l’organisation ici ! Remarquez que chaque titre va mener (si il y’a) à un article du blog dédié sur la série en question. Maintenant, méfiez vous: certains articles sont vieux, d’autres sont pas bons,  faites donc très attention, le passé de Néant Vert est pas rose.

Amagi Brilliant Park

Salama

Salama

On commence fort avec une des 4 Fées Elementaires du parc. J’aime bien Isuzu mais faut avouer que c’est purement physique alors que Salama est toute de suite rigolote: elle représente le FEU, ce qui veut dire la PASSION, l’ENERGIE, l’INSTINCT… et c’est une fille mollassonne motivée par rien et addict aux réseaux sociaux.

A partir de là, évidemment, ni Kobory, ni Muse, ni Sylphy ne peut vraiment faire le poids: la best girl c’est donc elle.

 

Ano Natsu de Matteru

LemonYamano Remon

Avant le Upupu de Monokuma, j’avais appris à aimer le Ufufu de Remon. Ano Natsu de Matteru m’a plus forcément laissé énormément de mémoires trois ans et demi après le visionnage, mais tout ce que je retiens mettait Remon en scène. Présidente du club de cinéma, elle est jamais avare en plans machiavéliques  et cache un super gros secret qui dynamite un peu la fin de la série (pour l’améliorer totalement, soyons francs.)

Mais bon j’aimais beaucoup Kanna aussi mais Remon je finissais par mater la série juste pour voir ses délires et ses coups magistraux pour pimenter l’intrigue amoureuse de cette série finalement paisible.

 

Aria

AikaAika S.Granzchesta

De Aria je n’ai finalement vu que la troisième saison, la seule dispo en France, et du coup j’ai rencontré les personnages assez tardivement dans leur développement. Ce qui faisait que la série était loin d’être désagréable à regarder mais qu’il me manquait tout de même quelques éléments évidents pour en profiter au maximum. Oui j’étais teubé mais je savais dans quoi je m’engageais à l’époque.

Malgré cela Aika est celle qui m’aura laissée le meilleur souvenir. Sa senpai est la meilleure des senpai, elle a un bon humour et ses modifications régulières d’humeur rendent le personnage assez attachant, assez terre à terre. Mais bon, Aria c’est une de ces oeuvres ou le casting a beau être majoritairement féminin, t’as pas vraiment de guerre de waifus. Car Aria c’est trop paisible pour faire la guerre et tout le monde s’aime ♪.

(et en vrai Neo Venezia est la ville-waifu de tout le monde.)

 

Baka To Test

HideyoshiKinoshita Hideyoshi

Parfois je me réveille la nuit et je me dis « woh, dans quelques mois, Baka To Test aura six ans » et ça me rend fou. Du casting un peu cinglé de Baka to Test pas mal de bons souvenirs mais je dois avouer que si je dois choisir une waifu, bah je vais faire comme le héros: Hideyoshi ! Ni un homme, ni une femme, il est Hideyoshi !

Au délà du running gag qui me faisait pas mal rire à l’époque (au point ou ça a filtré dans la vie réelle), reste que le personnage est sympa et que son coté « je suis nul en tout sauf en théâtre » me parle beaucoup à moi le type qui peut résumer sa première année de Seconde à « je suis nul en tout sauf en théâtre. » Une bonne waifu, c’est aussi celle qui permet de retrouver un peu de toi en elle…

… Ce qui possède des implications très onaniques.

 

Ben-To

ShagaAyame Shaga

Comment ne pas adorer un personnage dont le nom rend quasi explicitement hommage à SEGA ? C’est compliqué, on est d’accord. En vrai, de Ben-to je retiendrais beaucoup plus les bastons débilement-géniales pour de la bouffe moitié prix que ses personnages en général pas forcément très marquants. Mais Ayame est suffisamment charismatique pour sortir du lot et laisser un souvenir agréable. Agréable comme une brise de printemps après un hiver éternel.

Si évidemment on arrive à définir c’est quoi « une brise de printemps » parce que c’est onirique mais météorologiquement parlant, ça doit être un peu des conneries.

 

Bleach

NellNell Do Tu El Oderschvank

Ah dans Bleach y’a plein de super nanas… mais qui sont pas souvent super mis en avant par l’intrigue. Pensées pour Soi Fon qui se coltine le bankai le plus inutile de l’existence et passe son temps à se faire later par tout le monde malgré son super coup censé one-shoter quelqu’un en deux coups. Mais bref.

Quand mi 2007 les scans nous apprennent que le personnage un peu pourri de Nell, une gamine de 5 ans qui passe son temps à pleurer et vomir, cache en fait une ESPADA SUPER BADASS ET SUPER CHARISMATIQUE ma vie n’a plus vraiment été la même. Le personnage apparaît super peu (un demi-tome) mais, heureusement, est réapparu très récemment pour mon très grand plaisir. A voir si il aura le droit à une baston supplémentaire. Après avoir passé vingt chapitres sur Mayuri, j’imagine que Kubo peut libérer du temps pour Nell la badass.

(Et contrairement à ce que vous pensez, je la préfère mille fois avec son super uniforme d’Espada plutôt que la mode « haillons » qui la représente régulièrement. Cet uniforme super blanc est tellement super cool.)

 

Boku no Hero Academia

Uraraka

Ochako Uraraka

Un truc cool avec Boku no Hero Academia: le fait qu’on est dans un bon gros shonen nekketsu mais qu’au final y’a aucun personnage féminin vraiment relegué à de la figuration. C’est une tendance vraiment de plus en plus régulière dans le Jump et même si les séries avec une héroïne principale continuent souvent de se gauffrer, reste qu’on voit de plus en plus de bons shonens avec des bons personnages féminins de qualité.

Ochako elle est trop géniale pour pas mal de raisons: déjà elle fait partie de cette race de jeunes filles plein d’optimisme, de gentilesse et d’énergie mais elle évite le défaut habituel qui est qu’elle n’est pas pour autant maladroite ou gaffeuse. C’est une fille intelligente mais aussi genki as fuck, comme quoi c’est pas incompatible. Puis elle cache pas ses motivations: oui elle veut devenir une super héroïne pour la thune que ça rapporte mais pas forcément par avarice ou par envie d’argent, mais plus dans l’idée que ça lui permettra rapidement de soutenir sa famille qui a travaillée dure pour l’élever. Good feelings~.

Bref, elle est 4e au concours de popularité, elle le mérite grave <3.

 

Boku wa Tomodachi ga Sukunai

SenaKashiwazaki Sena

Nommée affectueusement sac à viande par un autre personnage, Sena est donc une femme aux multiples contrastes, qui a l’air intouchable, froide et précieuse mais qui est en fait une victime complète addict aux jeux vidéo et stupide comme ses pieds. J’aime donc bien le paradoxe du personnage…

… Enfin, sa gigantesque poitrine suffisamment grosse pour faire envie aux yeux de regarder mais pas suffisamment grosse pour faire envie à la bile de sortir par la bouche est, évidemment, un atout supplémentaire un peu beauf mais que j’assume complètement et concrètement.

(bref TL;DR – les doujins)

 

Continuer la lecture de Best girl(s) in the game 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Le classement d’une série dans le Jump: bases, initiation, statistiques, effort et amitié

Encore ? Eh, oui. En juillet je vous parlais déjà de l’histoire contemporaine du magazine, dans un article récapitulatif d’une conférence que j’avais co-présenté avec Yoka.

L’article que je vais vous présenter ici est une initiation à l’art fort méta des classements de popularité dans le Jump. A quel point ça décide la vie et la mort d’une série ?

Le classement de popularité dans le Jump, c’est quoi ?

Chaque exemplaire du Jump possède en son sein un bulletin de vote à décrocher et à renvoyer au siège de la Shueisha. Sur ce bulletin de vote, l’électeur peut classer ce qu’il considère être ses trois chapitres préférés dans le numéro qu’il vient de lire et, optionnellement, en votant, il s’inscrit à une loterie/tirage au sort qui peut lui permettre éventuellement de gagner des petits cadeaux.

Ensuite ces bulletins sont comptés et permet de créer un classement interne à l’équipe éditoriale du Weekly Shonen Jump qui va pouvoir leur permettre de savoir quelles sont les séries préférées de leur lectorat…

Simple, non ?

SIMPLE, OUI ??
SIMPLE, OUI ??

 

En quoi la popularité est importante ?

Car elle décide de la vie et de la mort d’une série.  Le Jump est un magazine qui pratique une ligne éditoriale qu’on pourrait qualifier d’impitoyable: si une série n’est pas ou plus populaire, si elle a peu de lecteurs, elle jarte car elle ne participe plus vraiment à aider le magazine à se vendre et n’a à leurs yeux plus aucun interêt. Peu importe ce que l’auteur essaie de dire, peu importe la qualité concrète de l’oeuvre, si ça marche pas c’est la fin. Et quand c’est la fin c’est abrupt: c’est décidé en réunion éditoriale, l’auteur en est avisé et a entre trois et cinq chapitres pour conclure sa série.

Maintenant, la popularité est importante mais elle n’est pas tout. En effet, si les tomes reliés du manga se vendent bien voire très bien, il est considéré que la série a trouvé son lectorat. Deux exemples de séries impopulaires dans le magazine mais qui se vendaient vraiment bien en librairie: Medaka Box d’une part et To Love Trouble de l’autre. Le premier cas peut s’expliquer par son ton méta qui touchait un public visé  plus agé que le reste du Jump  (un public qui donc ne vote plus beaucoup mais commence à acheter) et pour le second cas il peut y’avoir une explication simple: la série étant une série coquine et érotique, peu de jeunes lecteurs osaient vraiment écrire le nom de la série de peur que les parents jugent fort.

En vrai la popularité est surtout importante pour les nouvelles sériesImportantes pour celles qui ont pas dépassées les deux ans, ULTRA importantes pour celles qui viennent juste de démarrer. Quand une série commence à être installée, quand les tomes se vendent bien, quand l’adaptation animée a débutée, c’est là qu’une série peut se permettre de commencer à souffler et de plus forcément avoir à s’inquiéter du classement hebdomadaire. Par contre, quand tu débutes, inutile de dire que si ton premier chapitre commence dans le fond du classement, t’es très très mal barré.

Et tu peux même pas te dire « allez, avec du pot la série se vendra bien en librairie et va me sauver les miches » parce qu’il n’est pas rare qu’une nouvelle série se fasse annuler avant même que le premier tome sorte. Regardez Lady Justice cette année: annulée début aout, le premier tome sorti début septembre. Pourtant, la couverture avait des sacrés atouts.

Néanmoins les vieilles séries restent pas invincibles et si vraiment les ventes s’effritent et la popularité est basse, la série n’échappera pas à ce qu’on nomme familièrement l’axing, le coup de hache fatal. Shaman King et Yu Gi Oh auront beau avoir eu leur heure de gloire, un an de ventes moins bonnes qu’avant et de stagnation dans le fond du classement de popularité auront eu leurs peaux…

Après c’est une méthode imparfaite car il peut y’avoir un cercle vicieux: une série jugée peu populaire et qui se montre moyenne au niveau des ventes ne sera pas forcément beaucoup mise en avant par la Shueisha, donc aura du mal à rencontrer un nouveau public, donc continuera d’être peu populaire et de faire des ventes moyennes. A l’inverse, un carton du Jump sera beaucoup mis en avant, donc continuera perpétuellement de renouveler son public, donc améliorera toujours ses performances…

Stealth Symphony: scénarisée par Narita (Baccano), malgré de superbes dessins et un univers original, la série sera annulée au bout d'une vingtaine de chapitres
Stealth Symphony: scénarisée par Narita (Baccano), malgré de superbes dessins et un univers original, la série sera annulée au bout d’une vingtaine de chapitres

Mais du coup, il est secret ce classement de popularité ?

Oui… et non.

Oui car on aura jamais le moyen de le connaître précisément, sauf si on bosse en tant qu’éditeur pour le Weekly Shonen Jump ou qu’on est employé de la Shueisha. On ne saura jamais combien de voix a une série chaque semaine, quelle place précise a fait tel chapitre, etc etc.

Non parce qu’on a une façon simple et light de le connaître: le sommaire du magazine.

Principe simple: la Shueisha met toujours les séries les plus populaires au début du magazine, et les moins populaires à la fin. A partir de là on peut commencer à se créer des classements « publics » et tâcher de voir les tendances d’une série. Ca paraît trop simple pour être vrai mais pourtant les chiffres ne mentent pas et la popularité d’une série se vérifie vraiment en suivant ses positions dans le sommaire du Jump.

Maintenant voyons voir comment ça marche ! Allez, Marcel !

Continuer la lecture de Le classement d’une série dans le Jump: bases, initiation, statistiques, effort et amitié 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr