Archives quotidiennes :

Raise Your Flag – Passion et élitisme font-ils bon ménage

La question de l’élitisme et, plus largement, de comment communiquer sa passion est une question soulevée parallèlement par un article – que je trouve personnellement assez maladroit – sur le Nostroblog par Eck, et comme c’est un thème sur lequel je me questionne beaucoup ces derniers temps, ça me paraît être le moment le plus pertinent pour en parler.

Commençons par une mise en contexte, qui je suis, pourquoi je me la ramène sur le sujet.

Donc voilà, on est en décembre 2015 et cela va faire une dizaine d’année que je me suis immergé dans cette communauté française de fanas de culture visuelle japonaise qui m’a apporté une quantité ahurissante de bonnes choses, qui contrebalancent plus qu’aisément les quelques soucis que j’ai pu y avoir. Si initialement je squattais surtout les quelques forums Saint Seiya et Bleach que je pouvais croiser, et que mes actions physiques concrètes se sont limitées pendant trois ans à la visite annuelle de la Japan Expo, c’est via la création de ce blog en 2007 et la lecture de ceux liés à feu Blogchan puis Animint Sama que j’ai pu commencer à développer ma culture anime/manga et lier des relations de respect, ou d’amitié dont certaines sont toujours plus que d’actualité. Dans cette communauté que je commençais à fréquenter, j’étais d’ailleurs peut-être finalement un des moins âgés et un de ceux les plus arrivés « récemment » dans le game. J’ai donc eu cette chance de grandir en tant qu’otaku, entourés de personnes qui s’y connaissaient vraiment pas mal, et d’être très tôt exposé à des œuvres en dehors de l’actualité et en dehors de ma « génération. »

Après dit comme ça ça paraît être le paradis mais cela avait ses contrecoups: à la moindre approximation, je me faisais dézinguer par ces mecs qui savent, et gare quand je trouvais un animé de l’actualité vraiment super bien parce qu’il avait de fortes chances que cette génération au dessus de la mienne ne comprenne pas mon enthousiasme et me le fasse comprendre avec plus ou moins de politesse. J’ai donc grandi avec ce paradoxe parfois difficile à gérer: pour le « grand public » j’étais le mec « qui m’y connaissait pas mal » mais je savais que j’avais pas cette légitimité auprès de cette génération qui me maltraitait plus ou moins gentiment à la première lacune de culture que je pouvais exprimer.

Lève ton drapeau et fais raisonner ta voix, par endlesscat
Lève ton drapeau et fais raisonner ta voix, par endlesscat

Alors près d’une demie-décennie, qui s’étend peut-être de 2008 à 2012, à vivre avec ce traitement et bien aujourd’hui encore je vis dans ce doute permanent: quelle est ma réelle légitimité, ma réelle crédibilité ? Vous pourriez croire si vous ne connaissez que mon CV que je suis quelqu’un qui est solide sur le sujet: je gère deux podcasts dédiés à la culture visuelle japonaise (LOLJAPON et Kaorin) , chaque semaine je rédige un article « rétro » sur des animés toujours plus divers et variés pour le site Crunchyroll, j’organise et anime des conférences dans des milieux aussi variés que les Utopiales, Japan Expo ou Epitanime, je gère une association sur le sujet, organise une remise de prix des meilleurs animes annuels, je participe à la mise en place d’une convention japon centrée sur les coulisses de l’industrie, et parfois plus encore. C’est un gros CV. Pour l’auditeur de Radio Kawa ou le visiteur lambda en convention, je dois avoir l’image que je m’y connais.

Et pourtant des gens qui s’y connaissent mieux et qui s’expriment mieux sur le sujet, il y’en a des tonnes. J’ai lu « pas mal » de mangas et j’ai vu « pas mal » d’animés mais, honnêtement, j’ai toujours vécu en sachant que j’en ai pas vu assez. Certains jours, je m’en fiche, j’ai confiance en moi, je sens que je peux vous parler anime/manga pendant des siècles. D’autres jours, je me sens un usurpateur et j’ai peur que quelqu’un sorte d’un buisson en pointant du doigt mes manques évidents et en dénonçant le fait que malgré ça, je suis /trop/ présent sur l’Internet pour en parler. Je vis donc une drôle de balance qui, finalement, s’approche pas mal de ce truc que j’ai appris dans les rares cours de philosophie que je ne séchais pas et qui était à base de, « salut mec, la seule chose que tu sais c’est que tu ne sais rien. » Et ça me frustre autant que ça peut me tranquilliser.

L'habituel art kantoku du jour
L’habituel art kantoku du jour

Alors tant pis, je me pose toujours les mêmes questions: Qu’est-ce que je peux réellement apporter dans cette communauté ? Qu’est-ce que je fais concrètement pour « promouvoir » la culture visuelle japonaise sous toutes ses formes en France ? Et, parmi tout ce que je fais, quel est vraiment l’impact que cela a t-il ? Est-il positif, est-il négatif ? Le fais-je vraiment pour mettre en avant ce que j’aime ou est-ce que finalement je ne multiplie pas les projets pour l’attention et me donner l’impression d’être quelqu’un à moindre frais ?

C’est le genre de questions que j’arrête jamais de me poser.

Mais, la plus importante reste quand même celle-ci: Comment faire pour mettre le mieux en avant les choses que j’aime ? 

J’ai posé le contexte, qui je suis, d’où je viens, ce que je pense être, donc on va pouvoir concrètement en parler. Quel est à mon sens le meilleur moyen de faire aimer aux gens… ce que vous aimez ? Et, surtout, pourquoi l’élitisme pourrait faire plus de mal à ce que vous aimez que ce que vous pensez. « Je suis un élitiste, et alors ? » Et bah alors, je suis pas très fan…

Elito01
Boku no Ghibli Academia, par horikoshi

Continuer la lecture de Raise Your Flag – Passion et élitisme font-ils bon ménage 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr