El grande top 12 des top 5 personnels

El grande top 12 des top 5 personnels

C’est une sorte de grande tradition débile qui se déroule tous les deux ans: eh oui, Néant Vert a son équivalent des Jeux Olympiques ! En l’occurence, c’est ce bon vieux top des top 5. Habituellement, on fait du top 10 de top 5 mais en 2014, souvenez-vous, on avait fait un top 50 de top 5. Et dans ces articles, bah je classe des tops 5 personnels, sur des sujets divers et variés. La plupart du temps c’est des thèmes que j’invente et qui viennent de mon esprit perdu mais là cette année j’ai décidé de me tourner vers mon public et de vous demander de me proposer des thèmes. J’en ai gardé une petite dizaine, auquel j’ai ajouté quelques thèmes plus personnels.

Et comme j’avais plus de thèmes que prévu, bon bah j’ai fait un top 12 au lieu d’un top 10.

Incroyable.

12/ Top 5 des circuits qui me saoulent dans les jeux de simu auto

Que ce soit Gran TurismoForzaGRID ou les jeux de F1, ils ont désormais tous tendance à réutiliser les dix mêmes circuits. Parfois, c’est cool (y’a jamais assez de Spa Francorchamp), parfois quand c’est des circuits que je déteste où sur lesquels je ne suis pas vraiment très bon, j’ai envie de leur dire de s’acheter une originalité et de peut-être réussir à oser proposer des circuits un peu différents. 

5/ Daytona 

Posons tout de suite une excellente question: est-ce que les américains savent faire des circuits ? La majorité c’est des horribles ovales et quand ils essaient de faire des « vrais » circuits, ça rate plus souvent que ça ne réussit, le très récent Circuit of the Americas étant sans doute plus une exception qu’une normalité (même si les meilleurs virages du COTA sont pompés de manière assumée sur d’autres circuits, ok.) 

Daytona est donc l’exemple alpha du mauvais goût routier des Etats Unis d’Amérique, avec l’ovale le plus bête de tout le quartier, accompagné d’un circuit intérieur improvisé comme on peut qui réussit le miracle de n’avoir aucun virage réussi. En plus d’être ultra serré et de rendre les dépassements ultra relous. Quelle purge, j’ai connu des berceuses moins soporifiques.

4/ Nürburgring Nordschleife

Comprenons nous bien: le Nordschleife est un circuit légendaire et unique qui en tant que joueur fout 4000 frissons. Quand il est apparu pour la première fois dans Gran Turismo 4 il y’avait une vraie excitation à parcourir les 20km en forêt de ce circuit aux 154 virages. C’était un sentiment grisant et exigeant qui nécessitait talent d’observation et capacité à savoir réagir aux 1001 difficultés que le circuit pouvait t’envoyer dans la gueule.

Néanmoins.

Aujourd’hui, tous les jeux de voiture vous proposent le Nordschleife. Autrefois une nouveauté excitante, il est devenu une routine et parcourir les 20km ne surprend plus, n’amuse plus. C’est juste devenu, dans notre esprit de vétéran, un circuit juste long et voué à dévorer 10mn par tour. Notre relation de joueur envers le Nordschleife c’est devenu celle d’un vieux couple où l’amour et la passion n’existe plus. Triste vie.

3/ Silverstone

Argument n°1: le nouveau tracé n’est vraiment pas bon, tout le passage Arena m’horripile plus qu’autre chose.

Argument n°2: lui aussi, on se le tape dans tous les jeux

Arguments n°3: après 15 ans, je sais toujours pas passer Maggotts et Becketts correctement, c’est quoi CE BORDEL.

2/ Yas Marina

Le jour où les Emirats Arabes Unis se sont décidés « eh on va faire un GP de Formule 1 » ils auraient mieux faits de, genre, se péter le pied. Leur objectif c’était d’avoir un « Monaco au désert », avec tout le glamour qui va avec, mais au final on a un tracé ultra batard dans un port de plaisance artificiel. En plus, Yas Marina c’est l’histoire d’une déception constante quand on roule dessus: le premier secteur est vraiment bien. L’enchaînement du virage 2 à 4 est grisant, la chicane idéalement placée, l’épingle assez retorse mais riche en possibilités… puis après ça se barre en couilles. Le second secteur c’est deux bêtes lignes droits séparées par une bête chicane, et le troisième secteur c’est un enchaînement de virages à angles droits inintéressants où l’on baille à chaque freinage et où on traîne sa mère tout le long.

Bref, une course dans un milieu inintéressant, avec le droit pour le joueur d’être deg à chaque tour. Bravo.

1/ Laguna Seca

Je parlais taleur du Nordschleife et de son aspect légendaire hélàs émousse par le fait qu’on nous le sert à toutes les sauces depuis douze ans, bienvenue donc à Laguna Seca qui est servi à toutes les sauces depuis Gran Turismo 2 en 2000 et le problème c’est que contrairement au Nordschleife qui est un circuit incroyable, bah Laguna Seca… y’a le virage en tire-bouchon.

Eeeeeet

C’est tout.

Le reste du circuit vous vous en souvenez ? Bof, hein ? L’épingle est permissive, les virages 3 à 6 sont des photocopies les uns des autres, et la partie après le virage en tire bouchon, y’a le 9 et le 10 qui sont des formalités, suivi du 11e où tu finis dans le bac une fois sur deux parce que, je sais pas, il est incompréhensible. 

Bref, j’en peux plus de Laguna Seca, arrêtez de me le servir.

 

11/ Top 5 des cailloux les plus stylés dans l’Ère des Cristaux

Voilà une question posée par YamaKyu.

Allez en plus on se fait plaisir niveau arts.

Tiens et pour le coup je vais pas développer.

5/ Alexandrite

Fanart par usuke

4/ Euclase

Fanart par STAR Shadow Magician

(Vu le peu de fanarts comparé à d’autres persos, je crois que je suis le seul :(.)

3/ Phosphophyllite

Fanart par Shumiko

2/ Cinnabre

Fanart par Azomo

1/ Diamant

Fanart de Sunameri Oishii

10/ Top 5 de mes chansons préférées de Symphogear

C’est Shueisha64 qui me propose ce thème, évidemment pour surfer sur ma passion illimitée pour cette franchise.

Comme les OST de Symphogear sont absentes de Youtube ou des plates formes de distribution (à part Spotify, ou y’a quelques singles qui traînent), je vous ai fais des petits extraits de 30s directement incrustés dans l’article. Si ça c’est pas de la passion.

A noter que ça a été l’occasion pour moi de remarquer que toutes mes chansons favorites impliquent l’original trio (Hibiki/Chris/Tsubasa.) C’est vrai que j’accroche à peu de chansons de Shirase et Kirika ! Quant à Maria j’ai des vrais kiffs sur certains (Stand Up Ready) mais rien digne de mon top 5 §

5/ Radiant Force – Ignited – (Hibiki / Tsubasa / Chris) (Symphogear GX)

Vite fait: je suis pas fana des version IGNITE en général mais Radiant Force, qui est déjà une chanson excellente de base, est la seule qui y gagne vraiment quelque chose. Puis j’avoue que le trio Hibiki / Tsubasa / Chris, il est tellement complémentaire en matière de voix et de chanteuses que l’alchimie est complète.

 

4/ Gekka Bijin (Tsubasa) (Symphogear AXZ)

Rapidement: les chansons de Tsubasa sont sans doute les plus « accessibles », et grâce à la grande polyvalence de Nana Mizuki, peuvent partir dans n’importe quelles directions. Gekka Bijin est sans doute celle que je préfère, pour le mélange de rock et d’enka qui est ici à son apogée en terme d’efficacité.

 

3/ Mayumi Ichival (Chris) (Symphogear)

Succintement: la première chanson de la franchise où je me dis « ah y’a quelque chose. » J’adore la voix de Ayahi Takagaki et l’ambiance hard rock badass que dégage Chris mais, étrangement, y’a peu de chansons de madame missile qui sont aussi entêtants que ce Mayumi Ichival et ce Zenbu zenbu zeeeeeenbuuuu des enfers.

 

2/ Rainbow Flower (Hibiki) (Symphogear G)

Concisément: j’adore Aoi Yuki qui braille. C’est mon tranquillisant. Du coup ça donne des chansons peut-être dures à accepter pour le commun des mortels, des chansons que je mettrais sans doute pas sur l’autoradio de ma grand mère, mais dans tout le lot, Rainbow Flower est tellement défoulant à écouter et à gueuler que je peux pas dire non. Mention spéciale à l’ambiance celtique vener qui donne envie d’arracher des dolmens à mains nues. 

(Le vrai bonus c’est parce qu’il est joué dans le meilleur épisode de la série, c’est à dire G épisode 10.)

 

1/ Exterminate (Nana Mizuki) (OP de Symphogear GX)

Vit’euf: je sais pas si choisir un générique c’est juste car clairement ceux-ci sont encore plus bossés que les chansons de la série. Et Exterminate ne déroge pas à la règle, il est entêtant, efficace, possède un refrain cool, une intro cool, y’a tout qui marche. C’est désormais mon plaisir n°1 de karaoké car, oui, comme souvent avec Nana Mizuki il a en plus le délice d’être simple à chanter.

 

9/ Top 5 des 5emes paragraphes de tes articles écrits le 5e mois

C’est Dareen qui propose ce challenge, on lui dit merci, incroyable.

Du coup j’ai du relire tout le début de mes articles écrits en mai, y compris les pourris qui me font honte en 2008/2009. J’ai favorisé les paragraphes qui sont encore meilleurs hors contexte.

5/ Onze chansons que je ne pourrais jamais jouer dans Rock Band 🙁 (2013)

Quand Harmonix a annoncé le clavier pour Rock Band 3, je me suis instantanément fait cette réflexion d’une justesse qui m’ébahi encore trois ans après: « Cool, on va pouvoir jouer du Supertramp ! » Supertramp, c’est ce groupe britannique des années 70 qui s’est principalement distingué en ne réalisant aucune mauvaise chanson dans toute son histoire. Que ce soit « Dreamer », « Crime of the Century », « Cannonball », « Hide in you Shell », « It’s Raining Again » il est techniquement impossible d’écouter une chanson de Supertramp sans la détester, même si beaucoup d’entre elles parlent de sujets assez compliqués… et franchement déprimants. The Logical Song est une chanson qui m’est évidemment très chère puisque oh shit c’est la chanson qui me sert de biographie Twitter depuis trois ans et qui raconte.. bah l’évolution d’un homme dans la société. Tu es enfant, tu vois la vie comme rose bonbon, tu grandis, on t’apprends le cynisme, la critique, « l’intellectualisme » et tu perds ta vision innocente, au point de ne plus savoir quel est ton rôle dans la société.

 

4/ Mon Gouvernement de Catcheurs (2012)

Parce qu’il faut se battre pour faire comprendre aux français que la réduction de la consommation de médicaments est une priorité, que l’alcool c’est mal et que la drogue dure c’est franchement caca. Il créera alors une force en uniforme spécifique, chargée de retirer la clope aux becs des fumeurs (et de leur démolir la gueule), de briser les verres des alcoolos (et de leur démolir la gueule avec) et de détruire toutes les pailles des drogués (en plus de leur démolir la gueule.) Le trou dans la SECU risque fort de se combler et les français seront en bonne santé (sauf ceux qui se seront faits démolir la gueule.)

 

3/ Car il ne faut pas oublier qu’Amo est un gros fanboy (2009)

Jusque là je dois bien l’avouer: Vocaloid je m’en foutais un peu. J’en ai jamais beaucoup écouté, mais le peu auquel j’avais jeté une oreille m’avait relativement rendu circonspect. Autant le personnage d’Hatsune Miku avait un certain charisme physique tout en moe qui ne pouvait que séduire, et que je trouvais tout a fait agréable (puis après tout elle a les CHEVEUX VERTS), autant tout le reste m’est passé à coté. Mais là c’est différent. C’est une seiyuu que je surkiffe, qui a une voix méga relaxante, méga mignonne, bref cette voix, si elle était diffusée en Israël, ferait que tout le monde se ferait des calins, des bisoux, des enfants, et PAIX DANS LE MONDE.

 

2/ Epitai Oboete Imasuka (Do You Remember Epita) (2013)

Idée à la con: décider d’y aller mais, comme je ne connaissais alors pas de parisien pouvant m’héberger la nuit, devoir partir de cette Diurne à 19h après y être arrivé vers 14h. C’est stupide hein ? Grosso merdo je me tape 4h de train aller/retour et 40€ de billets pour pouvoir rester, genre, à peine cinq heures dans cette Diurne. Le pire, c’est que de ce salon je n’en profite finalement pas. Le Amo de 2008 est un Amo qui se distingue particulièrement par sa totale absence de confiance en lui et, surtout, sa totale peur du contact humain. Vous me trouvez parfois socialement awkward aujourd’hui ? Dites vous qu’en 2008, je considérais le simple fait de saluer quelqu’un comme une véritable épreuve, trop effrayé que j’étais par l’idée de le déranger. Par conséquent, je croise « par hasard » deux trois connaissances de forums (dont Kendo, le responsable JV, avec lequel a l’époque je délirais pas mal sur les channels IRC d’un forum RPG Sonic) mais j’ose à peine leur parler plus que ça, je me fais later sur Guitar Hero III (commençant le running gag qui veut que je sois strictement incapable d’assurer à un Guitar Hero quand je joue dans un salon), je joue un poil au fameux Smash Bros Brawl et… c’est tout. J’erre un peu dans l’école sans trop savoir quoi faire, et quand j’entre pour la première fois dans l’amphi qui était alors à fond sur le karaoké, je prends peur et fais aussitôt demi-tour.

 

1/ Fourre-tout amimalier (2018)

J’y connais rien en équitation. Une fois en CE2 je suis monté sur un poney, c’était pas mal, j’ai fait un tour en forêt mais c’était un poney. C’est gentil, mignon et adapté à ma taille. Les chevaux ? Oula, ils sont grands, ils ont un regard étrange et ils peuvent me tuer avec une ruade. Pas mon type d’animal préféré. Je suis plus chien, tortue ou baleine, si ça peut vous intéresser. Du coup, par extension, les courses hippiques je m’en contrefout. Quand Homar Shariff débarquait pour dire que le cheval c’est sa grande passion et en même temps donner le résultat des courses après le 20h de TF1 moi ma réaction c’était de dire à l’écran qu’on s’en battait les couilles parce que moi j’étais là pour le choc Laval-Saumur à Intervilles, pas autre chose. Les courses, ça m’intéresse que quand c’est des automobiles. 

(Note: l’épisode 9 de Uma Musume était toujours très cool.)

8/ Top 5 des difficultés à trouver un travail

Proposé par ZThinker qui se rend pas compte que ça fait cinq ans que j’ai pas vraiment cherché un travail. Mais, eh, j’avais du renvoyer des CV y’a un an et ça m’a rappelé des mauvais souvenirs, tâchons de les compiler. Sachant que quand j’étais en période full recherche je cherchais n’importe quoi tant que ça acceptait du bac +0 avec six mois d’expérience et une vague expérience de président d’asso (en vrai je l’avais mal mis en avant sur mes CV, ça m’avait été remarqué assez tardivement donc protip les gens: si vous avez fait de l’associatif, mettez le en avant c’est ultra séduisant.)

5/ Avoir un entretien d’embauche à 9h alors que en bon chômeur tu as niqué ton rythme de sommeil depuis un bail.

S’endormir à 4h pour se lever à 7h, l’assurance d’être frais et de montrer le meilleur de soi même. Tu m’étonnes que les seuls entretiens où j’ai eu une réponse à peu près positive c’était des entretiens faits en fin de matinée voire début d’après-midi.

4/ Faire des lettres de motiv pour du taf alimentaire

« Je tiens à vous exprimer tout mon interêt pour votre poste de CAISSIER, en effet la gestion des espèces et la manipulation d’outils servant à lire les codes barres est l’une de mes grandes passions, que j’ai pu développer dès ma jeune enfance à jouer au restaurant avec ma dînette… »

Personne, jamais.

Je comprends l’objectif des lettres de motiv pour les postes à hautes compétences, et je comprends ce qu’elles sont censées amener à l’employeur, d’autant que je me suis retrouvé récemment à devoir en lire pour gérer une embauche au sein même du service que je dirige au taf. Mais en l’état c’est une perte de temps pour un peu tout le monde.

Sauf si tu fais de la TURBO CALLIGRAPHIE

3/ Les exigences démesurées de certains employeurs

« Oui alors c’est un taf d’assistant administratif, tu vas devoir trier des papiers et répondre au téléphone. C’est Bac +2 et cinq ans d’expérience minimum pour un salaire de base de 1400 brut. C’est non ? Ah mais si on crache dans la soupe, faut pas s’étonner que y’a du chômage. »

2/ Trouver un bon site qui regroupe les offres d’emploi

C’est terrible à dire mais la majorité des offres que j’avais pu trouver et qui avait débouché sur quelque chose… bah c’est malgré tout grâce au site de Pole Emploi. Aussi pourri est-il dans son organisation, son fonctionnement et son ergonomie, bah c’est le seul qui regroupe correctement les offres et qui a un moteur de recherche un peu fonctionnel. Quand c’est Pole Emploi la référence du domaine, tu sais que le domaine a intérêt à se bouger le cul.

1/ Envoyer des CV et des lettres de motiv, jamais recevoir de réponse.

C’est pénible quand ça arrive une fois, alors imaginez quand ça arrive une soixantaine de fois en un mois. Y’a pas meilleur moyen de te faire sentir comme une grosse merde.

Quand ta boîte mail est toujours vide de réponses à tes candidatures

 

7/ Top 5 des mangas qui serviront de lancement à ma maison d’édition de manga financée par un milliardaire qui passe par là

Ouais imaginons que Bolloré passe un jour, fasse « tiens voilà 500 millions », que moi je fasse « attends mais tu veux pas juste blanchir ton argent sale récupéré en Afrique là », que lui il fasse « lol non moi je me casse »et que du coup je me retrouve soudainement à la tête d’une maison d’édition de manga où j’ai les pleins pouvoirs par je ne sais quel miracle et que je dois construire une collection de cinq titres qui serviront de pilier fondateur à ma ligne éditoriale. Ok, essayons d’allier le plaisir personnel avec des potentiels commerciaux qui me paraissent réels. 

5/ Soredemo Boku wa Kimi ga Suki

 Vous le savez sans doute déjà: j’aime bien les mangas avec des histoires d’amour qui se terminent mal. Et Soredemo Boku wa Kimi ga Suki, que j’avais chroniqué il y’a deux ans, est pile dans cette niche perso, avec son intrigue très simple: un jeune adulte voit sa vie être sauvée par une femme dont il ne voit pas le visage et n’entend pas la voix. La seule info que l’hopital lui donne sur sa « salvatrice » c’est « ah bah c’est une de vos ex. » Du coup on va revivre toutes les histoires d’amour qu’a connu ce jeune gaillard, et ce dans leur intégralité: la fondation du couple, les petits obstacles, les petits bonheurs… et puis la rupture, inéluctable.

C’est superbement dessiné, ça dure huit tomes donc on s’engage pas sur du long terme, les couvertures sont somptueuses et le public français n’a pas beaucoup d’histoires d’amour triste à se mettre sous la dent, moi je dis, faut viser un truc.

 

4/ Shiori Experience 

J’ai pas forcément été un féru de Run Day Burst – qui part avec un concept cool qui se barre très vite en couilles au milieu – mais le manga suivant de Yu-Ko Osada est incroyablement meilleur, avec cette fois-ci un concept cool qui tire le maximum de son potentiel. Intrigue fun, donc: on suit une prof d’anglais très loser qui fête sa 27e année d’une manière originale: en étant possédée par l’esprit de Jimi Hendrix. A partir de là un deal se crée entre elle et l’esprit: elle a un an pour produire un album de rock de renommée mondiale sinon… elle rejoint « le club des 27. » Sauf que Jimi Hendrix c’est un peu un connard, et que cette prof va vraiment vouloir réussir par ses propres moyens.

C’est drôle, parfois émouvant, y’a un bon propos sur la réussite artistique et, surtout, les références au rock des années 60 elles sont omniprésentes, toujours de bon aloi. Allez, ça peut marcher. 

(A la base je voulais mettre à cette place Boku wa Beatles, un manga où un groupe de reprises des Beatles du Japon contemporain est téléporté mystérieusement dans le Japon des années 60… et décide de jouer des titres des Beatles avant même que les Beatles les composent. Le manga joue pas mal sur les conséquences que ça amène, le fait de manière très terre à terre et très efficace, mais demande des connaissances en Beatles un peu poussée pour être pleinement apprécié.)

 

3/ Grand Blue

Les mangas comiques en France, ça casse beaucoup plus souvent que ça passe, la raison étant un humour qui passe mal les frontières et des éditeurs assez incertains de la manière dont vendre de l’humour jap. Grand Blue ça va, c’est sans doute la comédie la plus jeune-occidental-friendly avec ses gags constants à base de vie étudiante arrosée, de cours qui tournent mal, de quiproquos romantiques dignes des meilleurs vaudevilles français du 19e siècle et un rythme certes effrené mais qui sait prendre des bonnes pauses quand il le faut. Ce faux manga de plongée vrai manga de binouze il a un vrai potentiel commercial de part chez nous mais, surtout, il a les qualités concrètes pour fonctionner car, oui, je n’ai peut-être pas été assez clair jusque là mais pour moi c’est un des mangas les plus drôles que j’ai pu lire dans le courant de cette année, rien que ça.

 

2/ Scum’s Wish

Bah oui. C’est mon manga phare de la période, et si je veux donner à ma maison d’édition un thème « romance difficile », autant accompagner Soredemo de Scum’s Wish. D’autant que le manga a commencé sa publication récemment en Allemagne chez Kazé et que le public français a pu découvrir le trait efficace de Mengo Yokoyari avec No Control sorti ce mois-ci chez Delcourt-Tonkam.

Mais là on est plus dans le coup de coeur assumé que dans le titre commercialement rempli de potentiel car il est dur à vendre: c’est une oeuvre avec des scènes érotiques explicites mais qui te fout plus la déprime que l’excitation et c’est des romances lycéennes qui partent dans beaucoup de direction, avec rarement du fun. Et si y’a un truc que j’ai pu comprendre du lectorat français c’est qu’il aime pas beaucoup être personnellement mis mal à l’aise, j’imagine ?

 

1/ Helck

Voilà le titre sur lequel je mise tout. Je suis persuadé que Helck et le lectorat français c’est pour l’instant une rencontre manquée. Le premier tome te fait croire que ça fait être One-Punch Man au pays de l’heroic fantasy, avec un Saitama qui serait juste super badass en permanence et des antagonistes qui essaient juste de l’empêcher d’arriver premier à des compétitions sportives. C’est drôle, bien rythmé, assez fun mais le twist c’est que très rapidement dans le récit, genre dès le cinquième ou dixième chapitre, ça devient sérieux. Et tellement bon.

Helck c’est des surprises permanentes: on se rend vite compte que l’intégralité du casting est vraiment bon, que le fait d’avoir un héros ultra pété est pris en compte par l’auteur et que toute l’intrigue va tourner autour de ça, jouer avec les codes mais aller au délà de la parodie pour proposer une vraie analyse. Y’a même toute une intrigue politique qui se met en place et qui n’ennuie jamais. Et la fin ? Elle est très bien. 

Helck c’est une douzaine de tomes remplis d’excellentes idées, qui dynamisent avec talent le genre du manga de baston et si je dois conseiller avec véhémence un titre à des éditeurs, ça serait celui ci. Sans conteste. 

 

6/ Top 5 des expressions & gifs de Freyja Wion

C’est ShadowHB qui me propose car il a l’air d’avoir développé un amour de Freyja un peu similaire au mien pour Ranka. Highfive inter-générationnel. Macross réunit les âges.

5/ Quand tu écoutes le sel des haters

4/ Quand ton crush est habillé.e de manière qui convient à tes kinks et que faut le planquer

3/ Quand tes rêves impliquent d’infliger des supplices physiques à une personne d’autorité

2/ Quand t’es à une murder party et que tu exposes qui est le coupable

1/ Quand tu finis le mois de mai financièrement dans le vert mais qu’arrive l’avis de paiement pour l’impôt sur le revenu

 

5/ Top 5 des trucs que j’ai envie d’aller visiter au Japon parce qu’un jour les étoiles s’aligneront et je réussirais à y’aller, I guess

La bonne nouvelle c’est que je commence à réussir à économiser de l’argent chaque mois donc en fonction de combien me coutera mon futur déménagement, je pourrais ptet enfin y’aller plus vite que je le crois. ENFIN ON VERRA.

Notez que je suis pas forcément ultra motivé à faire le tour des « trucs otakus » genre magasins, boutiques etc. J’irais évidemment mais c’est étrangement moins ma priorité que j’aurais pu moi même le penser.

5/ Mont Fuji

Le drame de mon corps c’est que j’ai des problèmes de pieds (et, du coup, de poids, lol) qui font que la marche m’est pas toujours simple, surtout quand il s’agit de se taper des dénivelés. Pourtant j’ai tellement envie de tenter l’ascension du Mont Fuji. Peut-être parce que j’ai jamais monté de montagnes donc autant monter celle là ? Je sais pas. Rien qu’en écrivant ce paragraphe je me rends compte que je veux la monter juste parce que je veux la monter. Alors que je suis ptet pas adapté physiquement à ça. 

4/ Le Tokyo Dome un soir de catch

J’aimerais bien voir un show de la NJPW en conditions réelles. 

Voilà voilà.

J’espère que y’aura encore les Golden Lovers en activité. 

3/ Uji

J’avoue que le concept visant à se rendre dans des lieux dans lesquels se déroulent des animes ou des oeuvres de popculture – le seichijunrei – est quelque chose qui me… parle. Donc logiquement visiter la ville qui a servie de base aux décors de Sound! Euphonium c’est vraiment quelque chose qui m’attire. Plus que la trouzaine de temples super cools de Kyoto, étrangement. J’suis un gros nerd, eh.

Dans le même ordre d’idée y’a Uchiura (pour Love Live Sunshine) et puis Kyu-Furukawa, tankaf (le manoir qui sert de base à Umineko.)

2/ Musée du Mémorial de la Paix d’Hiroshima

En règle générale, me balader dans Hiroshima j’ai une grande envie. C’est peut-être le côté « j’ai grandi dans une région qui a été dévastée pendant la seconde guerre mondiale » qui fait que j’ai envie de voir comment Hiroshima s’est reconstruit et a appris à vivre près de soixante-dix ans plus tard. Le Musée du Mémorial de la Paix devrait être le point d’orgue. Je sais que y’a aussi un chouette chateau ? Bref, la balade à Hiroshima. 

1/ Musée Ghibli

Bah euh oui. 

(Surtout pour le court métrage inédit, j’avoue, mais je suis convaincu que le reste du musée va me faire pleurer de bonheur sans problèmes.)

J’ai aussi prévu, comme dans Joshiraku, d’aller me tabasser avec des gens en haut de la Sky Tree

4/ Top 5 des high quality rips de SiIvaGunner

C’est Lucarina qui propose ce thème d’une extrême complexité – faut creuser dans un titre incalculable de « rips d’excellente qualité » et autant vous le dire, dans cette quantité ahurissante y’a pas mal de bijoux.

Pour rappeler le concept de la chaîne SiIlvaGunner, en gros c’est une chaîne Youtube parodique des chaînes spécialisées dans l’upload d’ost de jeu vidéo. La parodie elle va donc surtout tenir dans le fait que les titres uploadés ne sont JAMAIS les titres dans leur version originale, c’est toujours des remix. La chaîne a pas mal explosée ces dernières années, est connue aussi bien pour ses excellents remixs et mashups que pour ses nombreux memes, parfois un peu insistants (genre Snow Halation, le thème de la pub des pizzas surgelées Totino’s ou bien un jeu mystérieux nommé « GrandDad ») qui peuvent rendre la chaîne très incompréhensible.

Comme faire un top exhaustif est un peu dur, j’ai pris cinq coups de coeurs récents. 

5/ Giga Bowser (Super Smash Bros Melee) J’annonce – Je suis très très fan de mashups dans le monde de SiIlvaGunner. Rien de plus satisfaisant pour moi que d’entendre l’ost d’un jeu vidéo mixé à un hit pop random, pour des résultats réellement aléatoires. Du coup ce petit combo entre le thème de combat contre Giga Bowser avec le groupe DMX c’est le genre de truc fun et entêtant qui, sur le papier, ne devrait pas marcher… sauf que là on est pas vraiment dans la réalité, on est chez SiIvaGunner.

4/ Wonderwall (Rock Band) En bon love liver, mon meme favori de SiIlvagunner, c’est sans aucun doute Snow Halation, une de mes chansons favorites de la franchise qui revient en permanence dans les high quality rip. Y’a beaucoup d’excellents mash up qui reprennent la chanson mais ma favorite est très récente, simple dans son fonctionnement mais ultra redoutable dans son execution: la piste vocale de Snow Halation posé sur l’instrumental de Wonderwall, le mythique hit d’Oasis. Et, surprise, c’est du tonnerre. C’est mieux que Snow Halation, c’est mieux que Wonderwall, c’est l’exemple alpha de l’élément supérieur à la somme des deux parties.

3/ Majora Incarnate Battle (Zelda Majora’s Mask) Et si on refaisait le thème de Lavanville… mais avec le moteur sonore de Majora’s Mask ? Et si… ça marchait ? 

2/ Courtesy (Super Hexagon) – Simple, basique: Bad Apple à la sauce Super Hexagon. C’est brutal, c’est bourrin, ça décrasse les horaires mais c’est aussi addictif et entêtant que peut l’être Bad Apple. Idéale pour les soirées angst. 

1/ Megalovania (Alternate Mix) (Undertale) – Surprenant sous tellement d’aspects: au départ on croit que c’est un vulgaire combo entre Megalovania et l’habituel meme du Come on and Slam qui fait la joie des youtubeurs depuis 2011 sauf que à partir d’une minute, ils rajoutent du Justice à la boucle et ça donne un Megalovania sous stéroïdes ultra puissants, magnifiés par de l’électro français vener et un Gnarls Barckley qui devient presque un prêcheur de la grande église du basketball furry. Come on and Slam ? And welcome to the jam ? OH FUCK YEAH OUAIS.

Bonus: Painful History (Beta/Pre-relase) (Katawa Shoujo) – Comment un mec a pu se dire « ouais, je vais mettre l’hilarante chanson Hanako.mp3 sur l’excellent thème de Crisis City et ça va être génial » ? On ne sait pas, c’est comme se demander comment il y’a plusieurs milliers d’années un homme s’est levé un jour, a vu une vache et s’est dit « welp, je vais la traire moi même. » C’est ce genre de révolution silencieuse. 

Snow Halation /20

3/ Top 5 des kinks sous-représentes dans le H à mon humble avis

Non personne me l’a demandé ce thème, je m’ouvre juste à vous de manière qui peut être un peu perçue comme « gênante », « agaçante » voire, pour les anglophones, « thirsty as fuck. »

5/ Les chokers

Quand j’étais plus jeune je croyais que les « chokers » c’était un truc ultra-violent genre un truc qui t’électrocutait à volonté. Du coup quand on me disait « ouais j’ai acheté un choker » j’étais là en mode « QUOI ??? TU AIMES L’ELECTROCUTION ?? » mais en fait au bout d’un moment j’ai googlé, j’ai vis que c’était juste des colliers serrés qui met en avant les nuques et moi j’aime bien les nuques en fait donc c’est cool. Je me suis donc découvert tardivement un kiff sur les chokers et l’éveil à ce kink m’a permis de me rendre compte… qu’il est cruellement sous-representé. 

Après le choker c’est un kink qui monte en force ces dernières années, j’ai l’impression. Je pense que si il continue sur sa croissance, d’ici 2030, il devrait devenir un kink acceptablement répandu dans notre Bourse des fétishs, c’est à dire le KINK 40. J’espère en tout cas qu’il supplantera les maillots de bain scolaire blanc car, eeeeh… Et, ah, en parlant de ça. 

4/ Le maillot de bain une pièce où tu le retires un peu mais tu le retires pas complètement non plus, genre pas plus de 33% c’est très précis.

Je pense qu’après dix ans d’analyse de mon kiff pour les maillots de bain une pièce dans le cadre d’oeuvres à but ouvertement émoustillantes, j’ai compris les deux éléments qui attiraient mon attention: 1/ ça moule la poitrine 2/ les bretelles. Je met l’emphase sur les bretelles car y’a tout un jeu avec qui est relativement fascinant. Tu peux emprisonner les bras de la personne avec ! Tu peux les descendre pile ce qu’il faut pour libérer la poitrine ! Puis le remonter pour recacher la poitrine ! C’est comme un ascenseur pour tétés ! C’EST L’ASCENSEUR DONT CALOGERO PARLAIT ! CELUI QUI MET EN APESANTEUR !

Tout ça est bien beau SAUF QUE.

BEAUCOUP TROP D’AUTEURS… FONT RETIRER LES BRETELLES.

Genre tu vois ils font l’amour, puis là du coup la fille en maillot de bain elle se retrouve à retirer les bretelles, du coup il reste plus que le bas du maillot pendant que le haut est complètement nu.

Et ça c’est INACCEPTABLE.

Tu retires la totalité DE L’INTÉRÊT ! C’est comme si tu faisais une tarte aux fraises, que tu retirais les fraises mais que tu continuais à appeler ça une tarte aux frais ALORS QUE NON C’EST JUSTE DE LA PATE ET DE LA CREME ANGLAISE. Bah voilà, les mecs qui font un doujin thématisé maillot de bain une pièce et qui font retirer les bretelles à même pas la moitié de l’histoire, ils méritent pas leur appellation d’origine contrôlée. 

EN PRISON LES AUTEURS QUI FONT CA !

3/ La masturbation mutuelle et simultanée

WOW UNPOPULAR OPINION ATTENTION WOW les préliminaires c’est, quand même, vraiment un bon moment pour tout le monde.

Wow je sais ça choque O_O.

Mais dans le hentai c’est souvent assez schématique et ça suit une ligne bien précise, qui, contrairement au RER C, ne change que rarement de direction. Genre ça commence par un baiser, puis l’un s’occupe buccalement de l’autre, qui retourne en s’occupant buccalement de l’un, et puis après c’est parti pour le classique missionnaire. C’est déjà bien de pas y’aller directement et de quand même préparer les parties génitales de chacun avant la pénétration MAIS ça fait un peu linéaire, et le schéma est répétitif pour le lecteur. Alors quand soudainement on voit les deux s’occuper l’un de l’autre en même temps, y’a quelque chose de différent et, finalement, de plus naturel. Que ce soit via le classique 69, ou quand les mains se baladent partout en même temps, c’est plus passionné, plus passionnant, tout le monde est content et, en plus, plus personne réfléchit. 

 

2/ Le body swapping (qui tourne bien)

Il est un garçon il devient sa fiancée ou vice-versa, excellent concept, tout le monde adore… mais dans le monde du hentai c’est assez largement sous exploité, et quand ça l’est ça tourne souvent au drame, au glauque et aux châtiments corporels. On aurait pu, par exemple, espérer un effet Your Name où les auteurs se seraient sentis à fond pour parler de romance, de corps échangés, de personnes qui se découvrent dans toutes les facettes et tous les angles mais au final, eh, non, bof, les auteurs avaient piscine. Rate, dommage è_é/.

 

1/ Le baiser pendant l’amour

POURQUOI VOUS VOUS EMBRASSEZ PAS BEAUCOUP PENDANT.

POURQUOI LE BAISER VOUS LE FAITES AVANT ET APRES MAIS PAS PENDANT.

(Oui ok je suis vraiment très vanilla mais je me lève pour les vrais combats, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise.)

 

2/ Top 5 des Sakugas qui ont marqués ma life

C’est Sedeto qui pose la question. Les sakugas, pour rappel, c’est ces moments de pure animation qui sont particulièrement mémorables. J’avoue ne pas avoir forcément toujours été un énorme féru d’animation et avoir commencé à « remarquer » – et apprécier – la bonne animation que très récemment. Ce top sera donc pas d’une énorme pertinence… et concentrera surtout des sakugas liés à des bastons.

Les cuts ci-dessous proviennent évidemment de l’indispensable Sakugabooru.

Mention honorable: L’Ère des Cristaux – Diamant contre un monstre géant 

Je le met en mention pour une seule raison: c’est intégralement en 3D donc est-ce que ça compte comme un « vrai » sakuga ? J’aurais tendance à pas faire d’amalgames entre 2D et 3D mais comme mon top 5 est déjà composé de cinq sakugas que j’adore énormément, je me suis dit autant tricher et mettre celui-ci en « mention honorable. » Héhé.

 

5/ Flip Flappers – Combat dans le désert entre Papika et Cocona

L’animation dans Flip Flappers c’est vraiment un très très gros kif pour moi, mais toute cette baston dans l’épisode 3 (tout l’épisode 3) il m’a mis sur le cul, sans aucune hésitation. C’est sans doute la première série où j’ai vraiment commencé à aller remater les sakugas à part sur le booru tant j’adore ce que j’y vois. Bref, c’est une étape dans ma vie.

4/ Hugtto Precure – La baston de l’épisode 4

Quand Toei fait de la bonne animation sur Precure, ils ne font pas juste « de la bonne animation », ils font LA bonne animation. Ok, la phrase est bateau, elle est même un peu creuse mais je vous avoue que si je mate Hugtto Precure chaque semaine c’est à moitié parce que le thème et les personnages sont cools, mais l’autre moitié c’est aussi un peu parce que j’espère LE gros combat qui déchire à la fin de l’épisode et qui va donner tout le meilleur du studio en matière de mise en scène, de dynamisme, d’idées et de chorégraphie.  

3/ Bleach – Le premier combat entre Ichigo et Grimmjaw

On était en 2007 et je crois que c’est la première fois en matant une série que je me suis dit « eh mais attends, c’est super bien animé là ? » Y’avait eu une série de quelques épisodes comme ça, entre le 110 et le 120, ceux où les espadas débarquent pour la première fois dans le monde humain, où l’animation avait été montée d’un cran. Je me souviens particulièrement du combat où Ikkaku utilise pour la première fois son Bankai, à l’époque il m’avait scié. Mais c’est bien le tout premier combat entre Grimmjaw et Ichigo où là ça y va, ça donne tout. Je suis pas certain que la série a retrouvée ce niveau de qualité plus tard, c’était une sorte de parenthèse enchantée. 

 

2/ Macross Frontier – Le « concert aérien » de Ranka Lee

Je suis pas certain qu’en terme d’animation pure ça soit si ouf mais c’est un passage qui m’avait tellement marqué à l’époque.

 

1/ Sound! Euphonium – Kumiko pleure sur un pont

Pour moi c’est une des meilleures scènes d’animation japonaise de la décennie, et le fait que l’animation de la scène soit ouffissime fait évidemment parti des facteurs qui rendent ce passage si mythique. Mon « cut » favori, sans questionnements possibles.

 

1/Top 5 des moments cringe en convention (en tant qu’associatif)

C’est Galoo qui propose ce thème, tâchons d’invoquer les souvenirs pénibles (que je fais de mon mieux pour oublier, eh.) Et puis ça permet de se préparer pour Epitanime, c’est ce week-end ! 

Pour l’occasion on est accompagné par Sweating Cocona, un fanart Flip Flappers de ange !

Car ça va être grinçant.

 

5/ Le stand de l’asso à Japan Expo 2010

Bon, pour faire simple: l’asso existait depuis six mois, on était une dizaine, je me suis dit « allez yolo on fait Japan dès le début » genre tenir un stand c’est facile. LOL NON C’EST PAS FACILE. Faut faire un programme pour quatre jours et on savait pas trop ce qu’on allait programmer du coup y’avait genre 4 quiz par jour entrecoupés de, euh, parties de Guitar Hero parce que fallait bien s’occuper. Les jeux étaient pas forcément très bons, le public pas très présent, on avait juste deux tables et quelques chaises.

Ah le matos son s’est mangé un orage du coup à partir du samedi il fonctionnait… plus trop.

Y’a un des jours où j’ai oublié mon chargeur de pc à l’hôtel, et j’étais le seul pc avec les actis, etc.

Toute l’asso est parti en lamadrama à un moment, je sais plus, j’étais même pas le premier concerné, ça partira en couilles pendant plus d’un an en conséquence. 

La bonne nouvelle c’est qu’on faisait tiep mais que comme le nom de l’asso était pas vraiment bien indiqué sur le stand, personne se souviendra que c’était nous les clodos. 

Au moins on a appris en quatre jours toutes les erreurs de base à pas refaire. 

4/ « Gloire et Honneur »

Les deux premières années de l’asso c’était clairement pas… le meilleur moment. Il aura fallu attendre je pense Epitanime 2012 pour qu’on soit enfin au niveau voulu et attendu à la base. Il a fallu faire pas mal de réglages et d’essais sur les jeux pendant une longue période pour enfin prendre du plaisir à faire ce qu’on fait et, surtout, faire des jeux qui seraient capables de vraiment plaire au public, ce qui impliquait d’apprendre à être inclusif au maximum, au lieu de se concentrer uniquement sur les trucs que « nous » on aime bien.

Le Gloire et Honneur c’était un jeu qu’on avait fait à Epitanime en 2011, du coup. Je pense qu’en vrai il était pas aussi terrible mais c’est devenu dans l’asso un running gag parce que c’était, vraiment, pas très folichon. Déjà de base, c’est un jeu qu’on faisait en coop avec BulleJapon et le but du jeu c’est que y’avait une partie du public qui était Team Thalie et l’autre partie Team Bullejapon. Et y’avait moitié des questions écrites par Bullejapon, l’autre moitié par Thalie. Déjà y’a eu plein de warning, genre c’est un jeu que j’avais absolument pas supervisé ou relu, je l’ai même pas animé ou quoi, j’étais concerné à 0% mais ça a tellement mal tourné pour une raison simple: ce jeu était censé être ouvert à un public très large, il était sur scène, y’avait une cinquantaine de personnes dans le public eeeeeet… les questions Thalie étaient toutes, sans la moindre exception, private jokes Thalie à fond. Et la majorité tournait même pas autour du Japon !

Du coup non seulement le jeu s’est pas bien déroulé, mais en plus les candidats se sont mis à troller les présentateurs, la présentatrice représentant Thalie a commencée à répliquer de manière peu polie, c’était une explosion de saveurs. Du coup en 2h, l’asso sortait comme: 1/ coincée dans ses délires 2/ Très agressive 3/ Très peu collaborative avec une autre asso.

J’en suis sorti le coeur très lourd et avec un sentiment d’échec très fort.

La bonne nouvelle c’est que Japan Expo 2011, un mois plus tard, s’est incroyablement bien passé et fut la première vraie bonne conv de l’asso.

3/ Improviser une blague sur scène, devant mille personnes

Contexte: j’anime un défilé cosplay, tout va bien, y’a juste un millier de personnes parce que c’est les Utopiales et que tout Nantes décide d’aller voir du cosplay au même moment. Je suis confiant parce que, bon, comme ils disent dans K-On, les gens c’est des ananas™, donc que ce soit un millier ou trois personnes, je suis peu touché par ça. Néanmoins y’a un moment comme ça, je suis emporté, je décide d’improviser une blague qui implique que je fasse, tu vois, de l’acting. Pas répété, pas préparé.

Oh la mauvaise idée.

La morale c’est que me voilà au milieu d’une scène, devant 1000 personnes, à me mettre en position latérale de sécurité. Je sais plus pour quelle raison, mais je me souviens juste du… euh… bruit du silence. Salut Tenèbres, vieil ami. 

(Je me suis même demerdé à Paris Cosplay, en 2011, quand j’ai du improviser du catch avec un cosplayeur Riddick de 2mn10 qui m’a fait un vrai beau Chokeslam.) (En même temps j’avais pas forcément à beaucoup parler, juste me manger un Chokeslam.)

2/ Animer un Quiz Hardcore Sa Mère Je Pleure des Larmes de Sang devant six personnes

Les Quizz Hardcore Sa Mère Je Pleure des Larmes de Sang c’était le jeu « phare » de l’asso, et celui qui m’a toujours pris énormément de temps à préparer car faut écrire une trentaine de questions qui sont à la fois « hardcore sa mère je pleure des larmes de sang » mais aussi drôles et, surtout, riches en excellentes anecdotes et qui peuvent vraiment apprendre des trucs. Du coup en écrire un c’est facilement une dizaine d’heures, ce qui explique pourquoi j’en fais aujourd’hui très très rarement. 

Dans tous les cas, voilà, Japanantes 2012, samedi 12h, on doit faire un Quizz Hardcore sur scène, on arrive incroyablement préparés… et y’a personne. OKAY.

6 personnes arrivent un peu parce qu’elles se baladaient, on les embauche pour participer (y’a six joueurs.)

Du coup on joue avec eux. Personne rejoint le public entre temps.

Bon.

Voilà. 

C’était très triste et personne n’a aimé cette heure. 

La bonne nouvelle c’est que à part une exception rigolote (Jonetsu 2017, où plus personne allait aux jeux car tout le monde était… aux Prix Minorin), plus jamais on s’est mangé de bide avec Thalie et on a toujours eu, AU PIRE DU PIRE (genre les jeudis matin de Japan Expo ou PERSONNE est dans le mood pour des jeux), au moins un ou deux volontaires vraiment volontaires. 

1/ Se clasher avec l’organisateur de la conv sur Twitter… pendant la conv

Je dirais pas quelle conv (c’était en 2013)  parce que j’ai pas envie de ressortir de vieux marrons du feu (dans une conv qui dure 48h) mais c’était un peu le moment où j’ai du le plus concrètement nettoyer ma propre merde et éviter que l’asso tombe à cause de mes conneries. Je crois que j’ai aussi appris à ce moment là à un peu fermer ma gueule sur Twitter et à pas faire le mec qui cherche les scandales à tout prix. Je suis resté taquin de temps à autres mais là bon j’étais allé plus loin que juste

En gros l’orga de cette conv c’était pas toujours très compréhensible en tant qu’associatif (alors que paradoxalement, en « visiteur », quand je faisais pas du staff, c’était une de mes meilleures.) Y’a eu pas mal de trucs découverts « sur place » qui étaient des mauvaises surprises, genre les entrées staff qui comptaient pas pour les sessions qu’on faisait pas (en gros si on était staff asso de nuit, on avait pas le droit d’entrer le jour, à moins de payer un ticket, ce qui est bizarre quand t’es bénévole et que tu donnes de toi pour apporter du contenu à l’événement) ou bien pas mal de petites emmerdes au niveau des fanzines, avec des règles qu’ils découvraient sur place (genre pas le droit d’avoir des gens qui staffent pour ton stand si ils ont pas d’entrées staff fanzine.) Pas mal de petites emmerdes qui ont explosées quand j’ai directement taunté la présidence de (l’asso organisatrice), well, j’ai été plus ou moins convoqué dans son bureau, on va dire ? Pas littéralement son bureau, mais, eh.

En vrai c’était sain de parler de vive voix à ce moment là, ça a permis des explications, ça a permis d’éviter les malentendus, on est pas sorti du truc convaincus que tout n’était que malentendu, on est resté sur nos positions mais, eh, des messages sont passés. 

J’en menais quand même pas large.

Mais du coup j’ai surtout appris à, si un truc va pas, tu vas voir directement l’orga, tu vas pas le dire sur Twitter en premier.

 

Voilà pour ce el grande top 12, j’espère que vous avez apprécié, et du coup je vous donne rendez-vous ce week-end à Epitanime ? Si vous me cherchez je serais en train de remplir les listes karaoké de chansons de Symphogear, sans doute.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

2 réactions au sujet de « El grande top 12 des top 5 personnels »

  1. Même si nous sommes une minorité, le coeur du fan club d’Euclase bat fort à chacune de ses apparitions ! Mais c’est vrai qu’elle a pas eu tant de succès on dirait (ce qui est vaguement compréhensible vu son importance un peu moindre dans l’anime (saison 2, quand)). Par contre y’a des cristaux pour qui c’est vraaaiment triste le peu de fanarts qu’on trouve, genre Obsidienne, y’a littéralement une seule page sur Pixiv. Pas étonnant non plus vu sa discrétion dans l’anime, mais still.
    RT parce que c’est trist.

    Mais du coup je m’étais dis naïvement : « Ah Euclase en top 4 des cailloux les plus stylés, formidable. Célébrons le bon goût en allant chercher *quelques* fanarts stylés tiens ».

    […]

    Deux heures et 70+ nouveaux favs plus tard je réalise que j’ai même pas pu mettre le doigt sur le fanart que tu as posté :’) Il a été supprimé du compte de l’auteur ou je suis juste devenu bigleu à force d’être éblouis par la beauté des fanarts de L’Ère des Cristaux ?

    Chouette top 12 sinon, très exotique ! Ça me fait vaguement un peu bizarre de lire les déboires des débuts de Thalie en convention, quand je vois à quel point ça marche pour vous aujourd’hui (enfin, de mon point de vue de visiteur du moins :9), mais je suppose que c’est un peu normal finalement. Le trial and error, toussa toussa ~

    (btw, Alexandrite c’est oui aussi)

  2. >Rien qu’en écrivant ce paragraphe je me rends compte que je veux la monter juste parce que je veux la monter.

    « Because it’s there. »
    – George Mallory

N'hésitez pas à commenter l'article~