365 jours de JV ~2017/2018~

365 jours de JV ~2017/2018~

Vous l’attendiez je pense avec impatience et trépignement et, en effet, je ne peux vous mentir, on est parti pour l’article bilan annuel le moins lu de tout Néant Vert car sortir des articles en plein mois d’août ne les rend étrangement que guère populaire, fouyaya ! 

Mais heureusement comme on s’en fout des chiffres de fréquentation du blog (notre priorité étant le nombre de commentaires et de retweets), pas de problème, c’est avec plaisir que je viens vous offrir le bilan annuel jeu vidéo de Néant Vert. Histoire que vous saisissiez à quel point j’ai joué à une quantité médiocre de jeu cette année.

Je rappelle donc rapidement le concept de ces bilans: j’attribue à chaque mois de l’année un jeu qui a marqué, pour moi, en tant que joueur, le mois en question. Peu importe que le jeu soit sorti il y’a vingt ans ou que je l’ai eu en avant première: le plus important n’est pas la date de sortie du jeu mais que j’y ai joué ce mois là et qu’il m’ait marqué, d’une façon ou d’une autre.

Je vous préviens: c’est une année où 95% du temps j’ai joué sur Xbox One. Très peu de jeu PC, très peu de jeux sur consoles portables et très peu de jeux sur ma Wii U et ma PS3 qui prennent définitivement la poussière. Mais il n’y a pas de monopole pour autant, comme vous allez le voir et, de toute façon, comme y’a pas d’exclus sur Xbox One, vous allez pouvoir y jouer quand même, héhé.


Août 2017

Sonic Mania

Et si le secret d’un bon Sonic était… que la Sonic Team ne soit pas en train de bosser dessus ? C’est ce qu’on a tous découvert l’été dernier quand a débarqué Sonic Mania, travail d’un groupe de fans de Sonic promus développeurs pour Sega qui ont eu quasi carte blanche pour pondre le jeu de leurs rêves, ce qui donne un Sonic comme à l’époque mais de la Megadrive… mais qui n’a pas pour autant oublié qu’il était en 2017. 

C’est un jeu que je me rappelle distinctement avoir exploré à la vitesse de l’éclair: commencé dès la mise en disposition du jeu, terminé deux/trois plus tard car des jeux Megadrive il en garde la brieveté et pour quelqu’un qui, comme moi, ne voit un Sonic que comme un ensemble qui se doit d’être parcouru d’un seul coup, j’étais adepte du délire. Le jeu prend néanmoins un peu plus de temps pour être maîtrisé et si on passe sa première partie en bas du niveau, à parcourir les détours chiants et aussi vicelards qu’au bon vieux temps, plus on s’exerce et plus ces niveaux nous sont familiers, s’ouvrent à notre maîtrise.

En terme de fanservice pur, Sonic Mania est une totale réussite, qui nous replonge avec talents quelques heures à l’époque de la Megadrive sans pour autant nous offrir une performance technique et musicale sacrifiée. Et puis, eh, peut-on vraiment dire du mal d’un jeu où l’un des boss est une partie de Puyo Puyo ? Je ne crois pas, non !

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – The Darkness
  • 2009 – Mirror’s Edge
  • 2010 – Bioshock 2
  • 2011 – Fallout New Vegas
  • 2012 – Guitar Hero: Warriors of Rock
  • 2013 – Spec Ops The Line
  • 2014 – Dance Central 2
  • 2015 – Mafia 2
  • 2016 – Fire Emblem Fates: Conquête

 


Septembre

DOOM (2016)

Quand j’étais jeune, j’adorais le genre FPS car il amenait un plaisir souvent simple et efficace à base de massacre de gros monstres ou de méchants soldats membres d’organisation maléfiques. Puis ce plaisir, il a commencé à disparaître sous le monopole des simulations historiques ou militaires ultra sérieuses et ultra ternes qui me passionnent, quand même, beaucoup moins que les histoires d’espions ou le sondage de cerveaux d’aliens dinosaures. Le « fun » avait disparu, et quelques essais comme Bulletstorm de retourner à une certaine forme de simplicité m’avaient parus insuffisants.

ET PUIS VOILA DOOM. 

Nerveux, agile, ultra bien rythmé, à l’arsenal simple qui offre néanmoins une variété d’action totale, Doom retrouve aisément et facilement le feeling de mort et de destructrion que l’on apprécie, avec des tas de bonnes idées au niveau level design et game design qui font qu’on ne se lasse jamais vraiment, entre les ennemis à achever qui vous offrent des points de vie ou les zones ouvertes permettant d’attaquer dans tous les sens, tout est là, et le challenge est suffisamment équilibré pour qu’on se sente méritant, qu’on comprenne que ces cadavres de démons par milliers bah ce ne sont pas que des sacs de sables inertes, c’est des vraies conquêtes.

Bref, on régresse forcément devant ce jeu, on en vient même à tenir un vocabulaire guerrier et psychopathe peu adapté aux sorties en famille. On lui excuse même son hypocrisie: à quoi bon se moquer des FPS à scénario en début de partie pour nous foutre une longue discussion chiante dans un bureau au tout milieu du jeu ? Assume jusqu’au bout, DOOM !

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Dead Rising
  • 2009 – Project Gotham Racing 4
  • 2010 – F1 2010
  • 2011 – LA Noire
  • 2012 – Rock Band Blitz
  • 2013 – Grand Theft Auto V
  • 2014 – Dishonored
  • 2015 – Resident Evil 6
  • 2016 – Ace Attorney: Spirit of Justice

Octobre

Danganronpa V3

En août dernier je disais que Persona 5 allait être mon jeu de l’année sauf que j’avais clairement pas prévu deux choses:

1/ Que Persona 5 vieilisse super mal dans mon esprit (comment tu peux faire un jeu de 100h qui laisse au joueur une sensation d’inachevé sur de trop nombreux aspects) 

2/ Que Danganronpa V3 soit aussi génial.

Pourtant je devrais pas être surpris: Super Danganronpa 2 est l’un des meilleurs jeux de la décennie. Peut-être étais-ce la médiocrité ahurissante des animes Danganronpa 3 qui m’avait fait perdre foi ? Reste que ce Danganronpa V3, qui semble vouloir conclure la trilogie avec sa conclusion extrêmement méta, m’a englué comme jamais, grâce à un rythme diaboliquement addictif. Oh tu commences un chapitres ? Et si tu montais tranquilou les relations avec les autres personnages, qui sont tous super intéressants ? C’est allé vite, déjà le premier meurtre, ça serait bête d’éteindre la console sans savoir qui y est passé. Oh non, c’était un perso sympa ! Pourquoi tu éteindrais avant de récuperer les objets nécessaires au procès ? Regarde, c’est facile, t’as plus à te balader dans toute l’école et hop, le procès commence ! Tu vas quand même partir pendant le procès, tu veux une réponse, non ?

Et ainsi de suite pendant cinq foutus chapitres. Tu m’étonnes que j’ai lâché entre 20 et 30h de jeu le même week-end. Je veux dire le seul moment où j’ai fait une pause pour des raisons autre que « faut dormir, là », c’est la fin du premier chapitre et c’est parce que j’avais grave LA RAGE. Vous avez fait ce chapitre, vous voyez pourquoi.

Article complet.

 

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Persona 3 FES
  • 2009 – Bioshock
  • 2010 – Rock Band 3
  • 2011 – Driver San Francisco
  • 2012 – Just Cause 2
  • 2013 – Pokémon Y
  • 2014 – 999: 9 Doors, 9 Hours, 9 Persons
  • 2015 – Danganronpa: Another Episode
  • 2016 – WWE 2K16

Novembre

Momodora: Reverie Under The Moonlight

Je connaissais pas le jeu, il était à 4€ en solde sur le marché Xbox, j’ai vu que les critiques étaient plutôt positives, je l’ai acheté, passé un après-midi dessus, je l’ai fini. j’ai chopé tous les powerups, c’était… pas mal ? En terme de Metroidvania il a pour lui un level design sans vrai défaut et un univers pixelart assez séduisant, avec pas mal de personnages qui dégagent une certaine classe. C’est pas aussi fort qu’un Symphony of the Night ou un Hollow Knight mais, parfois, se faire un « petit jeu » qui a dure un après-midi et ne vous laisse derrière que des bons souvenirs, c’est mieux qu’un long jeu ambitieux qui s’étire inlassablement. 

(Puis bon, un jeu où tu joues une prêtresse qui démonte à coupsde feuille d’érable moi si ça vous sauce pas je peux rien.)

 

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Smackdown vs RAW 2009
  • 2009 – Apollo Justice: Ace Attorney
  • 2010 – Ace Attorney Investigations: Miles Edgeworth
  • 2011 – Sonic Generations
  • 2012 – Sonic & Sega All-Stars Racing Transformed
  • 2013 – Phoenix Wright Ace Attorney: Dual Destinies
  • 2014 – Total Extreme Warfare 2013
  • 2015 – Undertale
  • 2016 – Pokémon Lune

Décembre

Forza Horizon 2

Gros twist: j’avais détesté le premier Forza Horizon, j’ai bien apprécié le second volet, auquel j’ai joué quatre ans après tout le monde ! Mais il faut dire que le second volet embarque pas mal d’atouts: plus de véhicules, plus de tracés, moins de répétitivité et un contenu beaucoup plus large. Puis il faut dire que la côté d’Azur et la campagne italienne c’est quand même foutrement plus passionnant que les Etats-Unis, donc j’ai enchaîné les courses sans me priver.

Une seule limite, toujours la même: cet univers totalement désolant que nous propose d’incarner le jeu, où on va de raves en raves démolir toute une région pour faire des courses entre bourgeois blancs américains pendant qu’une douce voix féminine te rappelle en permanence à quel point t’es le meilleur pilote du monde. Je sais pas à qui ça parle, qui a envie de jouer ça tant ça pue le fantasme pour petits puceaux américains ? J’imagine que pendant que tout le monde jouera à Horizon 4 je serais en train de jouer à Horizon 3 pour constater que ça a ptet évolué, je sais pas ?

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Rock Band
  • 2009 – Halo 3
  • 2010 – BlazBlue Continuum Shift
  • 2011 – Mario Kart 7 & Umineko no Naku Koro Ni Chiru
  • 2012 – The Walking Dead
  • 2013 – Gran Turismo 6
  • 2014 – Hotline Miami
  • 2015 – Rock Band 4
  • 2016 – Final Fantasy Type-0 HD

Janvier 2018

Titanfall 2

Après DOOM, une autre grosse bonne surprise qui montre qu’un FPS bourrin et rapide est possible, avec la mode solo de Titanfall 2 qui est incroyablement bonne. Les gars d’Infinity Ward ont choisis pour ce solo de retourner aux meilleures idées des campagnes de Call of Duty, à l’époque où c’était bien, c’est à dire d’offrir des campagnes brèves, qui ne s’étirent jamais, aux objectifs simples, aux dialogues aussi instructifs qu’amuants et avec au moins deux ou trois « grosses scènes » par chapitre.

Ca on l’a, et c’est géré à la perfection ! La relation entre le héros et son robot géant fonctionne du tonnere et quand le jeu nous offre un chapitre entièrement centré sur le voyage dans le temps, avec la possibilité pour le joueur de changer d’époque d’une seule touche, on est émerveillés. Et c’est sans oublier la PATATE DE OUF qu’à le jeu car dans Titanfall 2 quand on file une prune dans la gueule d’un ennemi on lui file pas juste un coup de poing, on lui file une sorte de petite kamehameha qui le fait VOLER DANS LE DECOR. Les flingues sont balèzes, le level design permissif… bref on dégomme des méchants dans la joie et la bonne humeur, avec un vrai sentiment de puissance parfaitement retranscrit, où l’on tape ENFIN autre chose que des sacs de sables ou des cibles de tirs au pigeon.

Le jeu est aujourd’hui soldé à un prix indécent, donc vraiment, prenez vous un week end pour la campagne solo elle est idéale. Et le pire ? Le multi reste méga fun aussi.

 

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2009 – Rock Band 2
  • 2010 – Bayonetta
  • 2011 – Minecraft
  • 2012 – Deus Ex: Human Revolution
  • 2013 – Hitman Absolution
  • 2014 – Bravely Default
  • 2015 – Super Danganronpa 2
  • 2016 – Shovel Knight
  • 2017 – Shantae and the Pirate’s Curse

Février

Celeste

J’aime bien Celeste. Honnêtement.

Problème: je déteste y jouer. 

Pour faire simple, disons que je pense être quelqu’un qui est plutôt bon en jeu de plates-formes et qui peut faire preuve d’une certaine patience. Mais Celeste m’a, très vite, fait toucher mes limites et j’en suis sorti très rapidement dégouté, énervé, frustré, bref je n’ai jamais senti le moindre plaisir tant la difficulté est haute. Et là peut-être diriez vous que le but de ce genre de jeu c’est que le plaisir vient du moment où tu réussis à faire la liste d’enchaînements parfaite pour passer le tableau, le plaisir de trouver ce que le jeu attends de toi.

Mais ça moi CA M’AMUSE TELLEMENT PAS.

Celeste pour moi c’est comme une putain de récitation à l’école. Où ce qu’on attends de toi c’est que tu fasses exactement ce qu’on te demande, à la virgule près. T’as peu de liberté, peu de champ pour improviser, peu de possibilités pour réellement montrer tes compétences: tout ce que tu dois faire c’est être une machine, un bon petit soldat. Du coup je n’ai aucune satisfaction à finir un niveau car, au final,  je ne sens que je n’ai fait que ce que le jeu me demandait. C’est pour ça que je suis beaucoup plus friand de jeux de plates-formes comme Shovel Knight qui t’offrent un plus grand champ d’action, une plus grande permissivité… sans pour autant baisser le challenge. 

Je rage, vous le noterez, mais c’est parce que je n’aime pas ce type de gameplay. Je suis loin d’accuser le jeu lui-même qui est méga bien ciselé. Et il est même tellement gentil que grâce aux nombreuses assistances qu’il offre au joueur (invincibilité, sauts infinis, etc), j’ai pu quand même explorer la très belle histoire, les très beaux décors, la très chouette musique… bref profiter du jeu comme je le voulais, à mon rythme, sans me sentir mis dehors ou être considéré comme un sous-joueur. Donc bref, jeu généreux, au message excellent, qui a juste le malheur de… ne pas être mon type.

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2009 – Team Fortress 2
  • 2010 – Guitar Hero II
  • 2011 – Alpha Protocol
  • 2012 – Catherine
  • 2013 – Far Cry 3
  • 2014 – Need for Speed: The Run
  • 2015 – Persona Q: Shadow of the Labyrinth
  • 2016 – Metal Gear Solid V: The Phantom Pain
  • 2017 – Lost Oddysey

Mars

Yakuza 4

J’ai assez peu joué en mars et j’ai, par conséquent, même assez peu joué à ce Yakuza 4, que j’avais trouvé en occaze à République et comme je m’étais dit qu’il était venu pour moi le moment de toucher à Yakuza, eh… 

En vrai j’ai quand même passé une dizaine d’heures dessus mais j’en suis toujours au premier chapitre, celui avec le mystérieux héros qui prête de l’argent à taux 0… parce que je passe mon temps à faire quatre mille quêtes annexes. La carte de Yakuza 4 elle est traître, et en même temps parfaite: elle est toute petite donc tu penses que tu vas vite en faire le tour mais elle est tellement blindée de contenu que chaque coin de rue peut être l’occaze de se faire un détour !

Bref, c’est un jeu très plaisant que voilà, dans lequel j’aurais aimé dédié plus de temps mais vu que je dois rebrancher ma PS3 à chaque fois que je veux y jouer je n’ai pas le courage nécessaire pour mériter l’expérience (j’ai honte.)

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2009 – Persona 4
  • 2010 – Pokémon Argent Soul Silver
  • 2011 – Brütal Legend
  • 2012 – Katawa Shoujo
  • 2013 – Sim City
  • 2014 – South Park et le bâton de la vérité
  • 2015 – Cities Skylines
  • 2016 – Wolfenstein: the New Order
  • 2017 – Zelda: Breath of the Wild

Avril

BanG Dream: Girls Band Party

2018 est l’année où j’ai enfin eu un smartphone qui possède plus de 8Go de mémoire interne donc je peux enfin installer plein de jeux mobiles. Problème ? Vu l’investissement quotidien que ceux-ci te demandent, c’est vite un traquenard. J’aurais pu donc vous parler de Symphogear X-D Unlimited ou de Fate/Grand Order mais à la place je vais rester sur BanG Dream, nouvelle franchise multimédia qui vous propose de rencontrer non pas des idols mais des… groupes de rock remplis de joyeuses lycéennes. Eh, pourquoi pas, le rock je suis friand.

Gameplay simple à base de touches à presser au bon moment, nombreuses reprises d’anisongs reconnues (Guren no Yumiya, Please don’t say lazy, Silhouette, Hacking to the Gate, Only My Railgun…), casting très large mais qui interagit bien entre elles… Bref, Bang Dream fait tout ce qu’il faut pour fonctionner, essaie même de s’ouvrir avec force au marché international, le réussit plutôt bien… 

Bref, tout ça c’est joli, mais au final je vous parlerais pas du jeu si y’avait pas une lycéenne stoïque doublée par Tomoyo Kurosawa qui doit régulièrement s’habiller en ours géant pour satisfaire les désirs d’une riche milliardaire ultra genki. Je vous ai dit que Hello Happy People c’est le meilleur groupe ? Voilà.

Article complet !

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2009 – Phoenix Wright Ace Attorney: Trials & Tribuation
  • 2010 – Mass Effect
  • 2011 – Red Dead Redemption
  • 2012 – Metro 2033
  • 2013 – Batman Arkham City
  • 2014 – Pokémon Link Battle
  • 2015 – Professeur Layton Vs Phoenix Wright
  • 2016 – Oddworld: New N’Tasty
  • 2017 – Persona 5

Mai

Cities Skylines: Xbox One Edition

Je sors le jeu à chaque bilan, moi aussi j’hallucine. Après la version « vanilla » en 2014/2015 et après l’extension « Natural Disasters » en 2016/2017, bah voilà… la version Xbox One. C’est débile, non ? J’ai déjà le jeu et le 3/4 des extensions sur PC, pourquoi je me le repayerais à plein pot sur Xbox One pour une version avec trois fois de contenu, au modding inexistant et jouable uniquement à la manette ?

BAH PARCE QUE SUR PC C’EST INJOUABLE CHEZ MOI :(.

Mon PC portable est déjà dans les choux, rame constamment, arrive pas à faire tourner Cities Skylines comme il faut, du coup bah voilà sur Xbox One j’ai au moins la satisfaction de faire ma ville sans que ça rame, sans devoir mettre les réglages graphiques au plus bas et sans avoir peur que quand ma ville sera trop grosse je vais devoir abandonner l’idée d’y jouer. Sans compter que le jeu est plutôt bien adapté à la manette, à ma grande surprise, avec un usage intelligent des raccourcis. Le stick manque juste évidemment un poil de précision, ce qui saoule quand on veut faire ses rues à l’angle prêt.

Bref, tout ça pour dire que j’ai passé cinquante heures en mai et juin sur cette version Xbox One, à développer une seule ville bien précise (qui est celle que vous pouvez voir dans le screenshot) et qu’aujourd’hui j’ai plus envie de relancer le jeu à cause de la sensation de gavage. Mais je sais que dès que Mass Transit sera dispo je vais y retourner. Voire, pire, si je chope enfin un pc potable d’ici là… Les cities builders c’est ma kryptonite… je vous le dis… trop hâte de conclure le bilan JV 2024/2025 par « j’ai enfin pu ajouter un zoo de 14 km² dans ma mégalopole de 21 millions d’habitants, j’ai juste du décaler de trois cases l’autoroute et détruire une école, rien de grave. »

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Grand Theft Auto IV
  • 2009 – Fallout 3
  • 2010 – Prototype
  • 2011 – The Saboteur
  • 2012 – Banjo-Kazooie Nuts & Bolt
  • 2013 – Fire Emblem Awakening
  • 2014 – Mario Kart 8
  • 2015 – Tearaway
  • 2016 – Trackmania Turbo
  • 2017 – Crash Bandicoot 3: Warped

Juin

Hitman

Je fais sans doute partie d’une des minorités ayant adoré Hitman Absolution et ça faisait un petit moment que ce revival de Hitman me chauffait considérablement, bien aidé par des critiques dithyrambiques. Et je vais pas les détromper car, oui, si je n’ai fait qu’un tiers du jeu je ne peux que constater la réussite du level design de Hitman, qui se révèle très permissif et offre au joueur une quantité ahurissante de possibilités pour accomplir son travail. Et ça c’est beau ! 

J’aurais aimé vous en dire plus, mais le fait que j’en ai encore beaucoup à découvrir me fait quand même rester sur la réserve. En attendant, y’a pas énormément de jeux où je tue des membres de la pègre en les snipant avec des ciseaux ou en les empoisonant à mort avec de la sauce bolognaise restée trois ans de trop dans une cave italienne. Et c’est ça qu’on aime.

 

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Zelda Twilight Princess
  • 2009 – Theme Park World
  • 2010 – The Movies
  • 2011 – Sega Megadrive Ultimate Collection
  • 2012 – Kid Icarus: Uprising
  • 2013 – Animal Crossing: New Leaf
  • 2014 – Kirby Mass Attack
  • 2015 – GRID Autosport
  • 2016  – Football Manager 2016
  • 2017 – Cities Skylines: Natural Disaster

Juillet

Crash Bandicoot: N’Sane Trilogy

J’avais passé une partie du mois de mai 2017 à poncer Crash Bandicoot 3 Warped comme si j’avais de nouveau 11 ans, et me voilà un an plus tard à jouer à son remake HD recrée de zéro. Hasard, coincidence, je l’ignore, mais me refaire les Crash Bandicoot reste un vrai plaisir nostalgique auquel je ne vais pas bouder, et je me suis surpris à connaître par coeur la position de tous les secrets contenus dans le second et le troisième volet, les deux épisodes qui m’ont accompagné pendant toute ma pré-adolescence. Quant au premier, oui, il était déjà dur dans mes souvenirs et je l’ai trouvé, ici, plus simple qu’avant, grâce à une maniabilité plus agréable.

Bref, ça aurait pu être une belle rencontre.

Néanmoins.

Je vais pas nier que j’ai mal ragé sur le remaster du second et du troisième. Et sur des détails, très clairement. Genre dans le troisième version N’Sane, qu’est-ce que les courses de moto m’ont saoulé ! Elles étaient déjà très peu agréables et très raides sur Playstation, ici ça a empiré, avec le sentiment de conduire un compas. Idem pour tous les niveaux à dos d’animal, genre le tigre ou l’ours, ou parfois tu tapes des caisses mais ça se casse pas. Où les lacs de lave dans le niveau jurassique, où à un pixel près tu te fais brûler.

J’ai l’impression que ce jeu a focalisé trop d’effort sur le remaster du premier volet – c’est celui qui en avait le plus besoin, je vais pas le nier -, qui a pu bosser convenablement sur le second mais quand est arrivé le troisième, tous les gars étaient en panique manque de temps. Bref, le jeu m’a saoulé et c’est uniquement parce que je connais un peu trop le troisième volet par coeur. Pas de chance !

Jeux précédents pour ce mois: 

  • 2008 – Super Smash Bros Brawl
  • 2009 – Eternal Sonata
  • 2010 – Bully: Scolarship Edition
  • 2011 – Mario Party 5
  • 2012 – The Darkness II
  • 2013 – Danganronpa
  • 2014 – Jojo’s Bizarre Adventure All-Star Battle
  • 2015 – Asura’s Wrath
  • 2016 – Fire Emblem Fates: Heritage
  • 2017 – Motorsport Manager

Aussi joué cette année, hooray:

  • Project CARS – Fouyaya, c’est raide et pas agréable. Mais j’apprécie d’avoir un choix de véhicules assez varié en terme de classes et de genre et, enfin, des circuits qui sortent un peu de la monotonie habituelle que nous propose le genre.
  • Stardew Valley – J’aurais aimé y jouer plus mais je l’ai senti très addictif et je me suis stoppé pile avant que j’entre vraiment trop dedans
  • Shovel Knight: Specter of Torment – C’est quand même trop bien Shovel Knight, les mecs se cassent le cul à rajouter tous les deux ans une extension qui révolutionne le jeu, et à chaque fois ça marche du tonnerre. J’ai encore replongé dedans pendant une vingtaine d’heures et j’en suis au point où je me demande si je préfère pas jouer Specter Knight à Shovel Knight <3.
  • Microsoft Bingo: Je… euh… J’ai passé beaucoup trop de temps à me détendre sur cette app à la con. Remplir des grilles au fil du hasard, écoutez, ça me déstresse, c’est le truc virtuellement le plus proche du papier bulle.
  • Final Fantasy Theatherythm Curtain Call: Excellent jeu de rythme basé sur les musiques de Final Fantasy, avec une tétrachiée de chansons, un petit mode aventure tout à fait mignon et efficace, et un gameplay simple mais jamais lassant. Une sincère réussite !

 

  • Shiness: J’aurais aimé dire du bien de ce projet d’action-rpg à la française mais je n’ai jamais vraiment réussi à accrocher à ce jeu à l’univers très plat et au gameplay maladroit. Tant pis !
  • Gone Home: Une bonne soirée passée sur ce jeu, j’apprécie effectivement l’idée de te faire stresser et paniquer pendant trois heures en imaginant le pire… pour finalement déboucher sur une jolie fin.
  • F1 2017: N’ayant pas retouché à un jeu de Formule 1 depuis six ans, les nombreuses améliorations à la formule m’ont filé une claque et j’ai trouvé un jeu fun, exigeant et qui retranscrit merveilleusement bien la sensation de vitesse de la F1. Dommage, simplement, que les saisons bouclent en mode carrière, nous donnant l’impression d’un monde qui n’évolue jamais: c’est là que j’ai tristement lâché.
  • Fate/Grand Order: J’accroche peu au gameplay, ça pompe la batterie de mon téléphone et quand je roll enfin des cinq étoiles c’est toujours des putain de Crafting Essence. Du coup je préfère me cantonner aux fanarts, c’est moins dur pour mon coeur. 
  • Okami HD: J’avance doucement dans ce jeu que je découvre enfin, que je trouve fantastique et admirable sur tous les plans artistiques. Y’a juste un truc qui m’énerve, et qui fait que j’y joue assez peu: sur Xbox One, les succès sont pas toujours validés, faut s’y reprendre entre deux et cinq fois pour enfin le débloquer ! C’est la pire raison du monde, je le sais, mais vous connaissez ma tendance pute à achievement :'(. 

 

  • Prey: Le jeu m’a au départ vite dégouté, avec une difficulté très élevée et des combats qui étaient rarement en ma faveur, la faute à des ennemis qui encaissent beaucoup et passent leur temps à apparaître de nulle part. J’avais du coup aucun plaisir à explorer la station spatiale. Je suis passé en Facile, j’ai roulé sur les ennemis, j’étais là plus que pour l’intrigue, les quêtes et l’exploration, j’ai méga pris mon pied. Comme quoi, encore une fois, jouez à votre rythme.
  • Another World: le remaster de ce jeu mythique des années 90 qui est, effectivement… Ultra cruel pour le joueur. Si vous saviez le nombre de fois que j’ai du refaire le passage de la caverne… J’en rêve encore la nuit…
  • Seasons after fall: Ah c’est con que j’y ai pas retouché depuis quelques mois, la direction artistique butait. Je crois que je bloquais sur un puzzle donc j’avais ragequit. 
  • Symphogear X-D Unlimited: Bien sûr que même dans le bilan JV je vais parler de Symphogear, vous vous croyez où ? Jeu mobile qui possède un gameplay très similaire à Fate/GO, il est intégralement en japonais, je comprends que la moitié de ce que je fais mais j’ai une Hibiki Phantom Thief et ça j’aime.
  • Firewatch: Encore une fois un jeu idéal pour occuper une soirée, avec suffisament de beaux décors, de rebondissements et de fins dialogues pour vous tenir en haleine pendant quatre ou cinq heures.
  • Nier: AutomatA – Je viens de commencer (j’en suis genre une heure après avoir fini le parc d’attraction) je ne peux donc en dire énormement… Mais ça me plaît bien. Je pensais pas 9S aussi bavard !
  • Shining Resonance Refrain: ENFIN UN JEU SHINING CHARA-DESIGN PAR TONY TAKA QUI SORT EN EUROPE ! Fallait fêter ça ! Le jeu en lui-même est un RPG ultra simple, qui s’embrouille pas d’une intrigue complexe, et semble clairement être fait pour que tu puisses grinder de manière décérebrée pendant trois heures en écoutant de la musique… ce dont j’ai besoin en ce moment. Surtout qu’en plus y’a une jolie princesse qui botte des culs, moi je suis faible j’y cours j’y vole j’y reste.

 

Et c’est tout pour cette année, à vous les studios~

Artwork d’intro de cet article: Black_andwhite

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

Une réaction au sujet de « 365 jours de JV ~2017/2018~ »

  1. Bon bilan.

    J’ai tellement peu jouer cette année… J’en suis triste. Fini The Way et à peine entamé The Witcher 2 et Shadow Tactics… pourtant très bon.

    TitanFall 2, Doom, Sonic et prey sont sur ma liste.

    Celeste est dans un genre particulier, ça doit plaire à Kilo et aux fans d’exigence. Dans le genre, Super Meat Boy est agréable car propose une bonne courbe de progression. Dustforce est déjà bien plus dur.

N'hésitez pas à commenter l'article~