Un an d’anime ~ 2007

Un an d’anime ~ 2007

De Décembre 2006 à Novembre 2007. Chaque mois = un anime qui pour moi représente ce mois, qui m’aura marqué -ou pas-, pourquoi à partir de décembre 2006 et pas à partir de janvier 2007 ? Parce que. J’ai envie. Voilà tout. C’est mon blog. C’est mes billets. C’est mes conneries. Patapouf. Attention, je ne présente pas que les animes sortis cette année, mais des animes que j’ai découvert le mois en question, ou qui a particulièrement illustré celui-ci.

Décembre 2006

Fate/Stay Night

FateStay

Anime maintenant assez connu si on en croit le nombre exponentiel de doujinshi hentai, et assez apprécié, j’ai été assez marqué après tout par ce Fate/Stay Night, particulièrement par le chara-design, très réussi et le personnage d’Emiya Shirou, qui est le cliché que je croirais inégalable du héros boulet, faible mais tâchant de défendre plus puissant que lui et se prenant branlée sur branlée jusqu’a devenir hyper balèze. Mais la niaiserie du personnage rend difficile le rematage de la série, quand bien même on y trouve des combats spectaculaires, des personnages très bossés… mais non. Il faut qu’Emiya Shirou nous plombe tout le truc. Enfoiré.

Pour le reste, ce n’est pas encore licencié en France (étrange, vu le nombre de goodies FSN qu’on peut voir traîner dans un Konci ou dans une Japan Expo) et ça reste tout à fait consommable, voir même intéressant à voir. Ce n’est pas du grand art, mais ça correspond très bien à la définition de « machin pop corn ». Et puis bon, Rin Tohsaka et Saber, quoi.

Janvier 2007

Suzumiya Haruhi no Yuutsu – La mélancolie de Suzumiya Haruhi

Haruhi

J’en ai peu parlé sur ce blog. Beaucoup montré le personnage d’Haruhi, mais peu parlé finalement de la série qui n’est rien d’autre qu’un concept. Diffusé dans le désordre, cette adaptation d’un roman aura beaucoup fait parlée d’elle. Tout d’abord par un ending devenu culte (qui n’a pas entendu parler du Hare Hare Yukai finalement ? A part ceux qui n’ont pas le net, bien sûr), mais également par le personnage d’Haruhi, qui est fascinant. Avant de voir la série je me suis demandé si ça exagérait pas de voir cette secte numérique nommée « Haruhiism » un peu partout. Mais non, le personnage de Suzumiya Haruhi est juste un des meilleurs personnages d’adolescente japonaise que je connaisse. Charismatique, oui, carrément.

Les autres personnages ne sont pas en reste: le héros, Kyon, est vraiment charmant et surtout permet plus qu’aisement l’identification. Mikuru « l’atout charme à gros seins » marche bien dans son rôle et est vraiment hiarante. Yuki cache ses mystères efficacement et j’adore Itsuki. Vraiment. Si. Si.

Offrant nombreuses références (Phoenix Wright !), ne prenant pas trop l’auditeur pour un con, développant un univers, se terminant de manière très choupichou. J’espère franchement l’arrivée prochaine de la saison 2 et, évidemment, une licence ici. Avec de vrais beaux DVD et tout.

Février 2007

Death Note

L

Bah oui. En février je me prenais Death Note en pleine face. Bon bah que dire ? Avec le recul, tout le hype m’a pas mal fait déprécier récemment la série (l’incroyable kilotonne de goodies DN de la Japan m’a fait assez mal, finalement), mais ça reste du grand art. Peut-être difficilement rematable, justement, à cause de sa trop grande dépendance des cliffhangers et autres twists scénaristiques, Death Note reste toutefois une valeur sûre. Les combats stratégiques opposant Light à L resteront dans les annales un bon moment, et la seconde partie n’est pas aussi catastrophique que beaucoup le prétendent. Même si, globalement, le personnage de Near aurait pu être bien plus intéressant et un peu moins chanceux que L (« ho ce monsieur a la télé serait bien le suppôt de Kira. »)

Très second degré, avec des ralentis désormais cultissimes (les CHIPS QUOI), et un second opening MONSTRUEUX, Death Note est, de toute manière, culte. Aussi bien au premier qu’au second degré. Et c’est une sacrée force.

Un article avait été consacré à la série au tout début du blog

Mars 2007

Black Lagoon

Maid

J’ai pas maté grand chose en Mars… sauf les deux derniers épisodes de la saison 1 de Black Lagoon, un peu avant que cette série soit licenciée… Bah, pas grand chose à en dire. C’est en effet très fun, très délirant parfois (la maid terminator !), très bien foutu techniquement, très blockbuster, mais étonnament pas aussi ancré dans ma mémoire qu’un Fate/Stay Night par exemple. Je n’ai pas eu la chance de voir la seconde saison mais j’y jetterais un oeil à l’occasion. Enfin, une bonne ambiance, des bonnes idées quand même, mais pas ce coté « ubërkiffant » …bah.

Avril 2007

El Cazador de la Bruja

El Cazador

Gros pétard mouillé de l’année pour moi. Après l’excellentissime Noir et l’excellentissime Madlax, je pouvait espérer que le troisième volet de la saga « Girls with guns » soit tout aussi bon, et ce n’est pas le cas. A mon grand grand regret. Et quand je regrette un truc, je suis aigri. Et quand je suis aigri c’est presque la fin du monde. En gros, c’est d’une niaiserie sans nom (sauf quand ça bute un personnage -enfin- au septième épisode), les combats au gunfight sont très chiants (un comble après Madlax) et c’est surtout d’un humour pas drôle (Tacos…)

C’est donc dommage que les dix premiers épisodes se basent surtout sur cet humour. Entre les deux tueurs à gages transexuels (mauvais goût), la couverture de la vendeuse de tacos (…) ou bien encore la partie fanservice/piscine, ca vise souvent le fond. Dommage car entre deux blagues pourries on avait des idées comme le perso de LA ou bien, euh… l’ambiance western ptet. Mais c’est très pauvre.

Alors je n’ai pas dépassé le dixième épisode, je n’en ai pas eu le courage, si ça s’améliore nettement comme par magie, prévenez moi, mais déjà, une série avec dix épisodes merdiques sur 26, ça a peu de chance d’être l’érection du siècle.

Mai 2007

Code Geass: Lelouch No Rebellion

Code Geass

Bon, meilleur anime de l’année, nettement, et j’extrapolerais à mort en faisant mon petit cri de fanboy, je dirais même que c’est THE anime. Tout bêtement. Sous un design « Clamp » (cad génial pour 50% de la planète, hideux pour l’autre partie) se cache un petit bijou de qualité, de caractérisation, d’idées, de rebondissements. La série, comme je l’avais dit dans mon article dédié, partage pas mal de points communs avec Death Note, mais Code Geass supporte bien mieux les secondes visions que son contemporain et, surtout, n’est pas aussi manichéen, bien plus nuancé, et surtout, je l’avoue nettement, bien plus jouissif.

Dans Code Geass, on a tout: des méchas, des stratégies diaboliques, des personnages charismatiques, du cul, un morceau de nichon dans un des épisodes, un anti-héros qui bute tout, une OST super bossée, des méchas qui sont supportables, des rebondissements perpetuels, un scénario qui prend des vrais risques et un téléspectacteur dont l’intellect est mis un peu à contribution. Tout ça fait franchement plaisir.

Mais plus de détails encore ici

Juin 2007

Bleach

Bliche

Bleach entamait en Juin 2007 une série de HS qui devait durer 3 mois et qui furent des incroyables nanars. Entre « Hitsugaya le roi du foot », « Yumichika l’incroyable âtissier » ou bien encore « le vilain arrancar qui peut se dédoubler en mille mais qui est incapable d’en faire bouger simultanément plus d’un », on a bien rigolé autour de la série pendant trois mois. Aussi bien dessiné et animé qu’un dessin animé de propagande nord-coréenne, et aux incohérences encore plus nombreuses que le nombre de gouttes d’eau dans un tsunami, c’était bien fun.

Et y’avait pas mal de Matsumoto.

Juillet 2007

Welcome to the NHK!

ouch

Grosse claque dans la gueule que cette série. A travers Satou le hikkimori (ces personnes japonaises recluses chez elles sans jamais sortir) c’est carrément les otakus, les mmorpgistes, les nolife, les fans d’eroge, de magical girl et SURTOUT les romantiques qui en prennent plein la gueule. Si vous accumulez trois des choses citées avant, évitez cette série, vous allez morfler. NHK a cet avantage de ne pas être hypocrite, de ne pas offrir d’happy end niaseuse, mais de ne pas sombrer non plus dans le défaitisme ultraviolent que la fin de l’avant-dernier épisode aurait pu proposer. Reste des épisodes quand même très drôles (la confection de l’eroge..), mais aussi très choupis, tout comme ça peut être très dur. A éviter aussi si vous aimez quelqu’un, la vision du couple Miaki X Satou est assez dure, et assez frustrante, même.

Techniquement, ça pète pas des luminaires mais on s’en fous, la qualité n’est pas là. Et NHK est à voir. Oui. A voir. Brrr.

Août 2007

Gurenn Lagann

Yoko

2007 sera l’année du mécha. Code Geass avait bossé à mort le coté « mécha et stratégie », Gurren Lagann c’est tout le coté « mécha et CLASSE ». Bon, y’a pas grand chose à en dire: Gurren Lagann bute. C’est tout. J’aurais adoré avoir ce genre de trucs à 8h du matin, comme les petits japonais. C’est décontracté, c’est un hommage perpétuel au genre, ça devient de mieux en mieux à chaque épisode (déjà que l’épisode 8 détruit tout)… Bah, j’en dit déjà trop, c’est à voir, à découvrir, à adorer. Vraiment.

Septembre 2007

Darker Than Black

DTB

Une série qui mérite elle aussi le détour. Arrivant à créer un univers super intéressant en une dizaine d’épisodes, l’étoffant sans cesse pendant les 14 épisodes qui restent jusqu’a un épisode final assez pauvre en révélations et en explications, et qui laisse au téléspectacteur sa propre vision de la série. Dans un Tokyo futuriste, ou des gens aux pouvoirs spéciaux appellés les Contractants terrorisent les humains, on nous présente avant tout un combat entre plusieurs factions, aux interêts divers, et une série au format original (2 épisodes = une histoire. A la fin toutes les histoires se recoupent plus où moins.), aux combats splendides, avec des personnages très intéressants et travaillés (Hei, Amber, Mao…), une ambiance qui touche sa cible et de la technique bien bossée. Un des gros animes de l’année, dont une licence sera la bienvenue.

Octobre 2007

Ouran High School Host Club

OuranHostClub

LE truc hilarant de mon année. Une minute = un rire, voir même plus dans certains épisodes. Une ambiance très rose, une parodie de shojo comme on en fait plus, une interaction perpétuelle entre Haruhi et le public, une petite histoire d’amour toute mignonne, des pétales de roses dans tous les coins… et surtout, une fois n’est pas coutume, un accent mis sur les membres de l’Host Club, avec ses pépites (les jumeaux \\o/ ! Honey \\o/ ! Tamaki \\o/ !) et ses petites histoires. Et puis, je ne le répeterais jamais assez, c’est très drôle. Voir un anime parler de « la nécessité de l’inceste entre frère pour booster l’audience » c’est juste simplement énorme.

Novembre 2007

Claymore

Claymore

J’en ai parlé récemment. En gros on boucle l’année comme on l’a commencée: avec un personnage principal masculin gros boulet semblable en tous points à Emiya, je parle ici de Raki. Heureusement dans Claymore, ce n’est pas le héros, puisque la véritable héroïne est Claire, la Claymore. On l’a échappé belle.

Techniquement irréprochable, aux combats ultra soignés (et surtout très très nombreux), aux démembrages a foison, avec un sang omniprésent, un scénario assez simple mais suffisant, on tient en Claymore le gros anime de baston de l’année. Reste une fin un peu en queue de poisson (HS…) qui gâche un peu la sauce, mais ça tient. Rajoutons à cela -encore- les personnages, ultra léchées: Claire, Ophélia ou bien encore Ricardo. Ils possédent une très grosse aura. Et puis surtout, Térésa. Quelle force que cette Térésa.

Plus de détails sur Claymore ici.

Voilà. J’ai aussi vu très vite cette année:

Gintama: Bon bah c’est sympa, mais ça m’a vite lassé après un seizième épisode assez laborieux. La série semblait reprendre les mêmes vannes à chaque épisode, ça m’avait vite saoulé. Surtout que techniquement, c’est pas super génial.

Re : Cutie Honey. 3 OAV. Un premier très débridé, très fun. Un second moins débridé, moins fun. Et un troisième carrément plus sérieux. Bon, ça reste assez déséquilibré: le premier OAV est génial, le second très moyen et le dernier juste bon. Le graphisme de la série est une de ses principaux atouts, mais tient difficilement avec un scénario ultra bordélique et un peu de fanservice de mauvais aloi sur le dernier épisode.

Utena: 27 épisodes bouffés en quinze jours, ça peut tuer net un homme, faut faire très attention. Bah, Utena reste ce que c’est: une ode a la sexualité et à l’amour sous TOUTES ses formes (nécrophilie et zoophilie y compris), ajoutons à cela un mécanisme bien bossé par m’sieur l’auteur avec un humour pas trop pesant. C’est à voir, ne serait-ce que pour le mythe crée autour.

Azumanga Daioh: Chiant. C’est lent, c’est pas drôle, l’opening est très long…

Lucky Star: Azumanga Daioh 2007. Encore, je n’ai pas maté au délà du troisième épisode, mais il paraît que c’est bien mieux après, dans ce cas-là, je regarderais.

Dennou Coil: Après une dizaine d’épisodes, je dirais bien que ça bute à mort. Certainement mon anime de décembre.

Viper GTS: HA HA HA HA HA HA.

Daimaho Toge: Publié chez Anima, cette bizarerie japonaise à mourir de rire est à voir, ne serait-ce que pour le plaisir de voir le pays des Mascottes. L’autre grand fou rire de l’année avec Ouran, pour ma part.

Mai Otome Zwei: Ca se barre franchement en couilles, ça vire dans le fanservice bête et méchant, dans le scénario ultra pourrave et dans le mépris total du téléspectacteur. C’est bien moche.

Voilààà. Une bonne année pour ma part. D’un coté je suis loin d’avoir TOUT vu…

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

6 réactions au sujet de « Un an d’anime ~ 2007 »

  1. Je me rends compte que cette année je n’ai vraiment pas vu beaucoup d’anime.
    Death Note, Solid State Society et Claymore… Voilà tout.
    Vraiment pas terrible cette année.
    Néanmoins, je tiens à noter qu’il m’arrive de matter NT1 qui rediffuse les anciens DA de ma jeunesse, plus quelques nouveaux dans le tas. Mais bon ça compte pas vraiment. :/

  2. Claymore mon 1# 2007, cela dit j’ai beaucoup aimé DN aussi.

    En DVD sinon Cowboy Bebop (mieux vaut tard que jamais), Gantz actuellement (bof perso, après tout le foin que j’ai pu lire) et Gilgamesh en attente (coffret limité, dernier en stock, geek faible)

    Va falloir que je tente Code Geass aussi.

  3. Bonjour, je suis tombée par hasard sur cet article c’est un petit bijoux… Très intéressant. Je met votre blog dans mes favoris pour y faire une lecture plus approfondie.

    A bientot donc.

    Amarante

  4. slt je voulai une info a propo de le foto de bleach : cest dan kel episode ke sa se passe ???
    pck jai vraimen hate de le voir xD mdr la tete de toshiro xD !

    repon moi stp !

N'hésitez pas à commenter l'article~