Neon Genesis Evangelion – Hallelujah

Neon Genesis Evangelion – Hallelujah

oh

Oh Evangelion. Premier anime diffusé en France après la fin du Club Dorothée, son impact à la fois au Japon mais aussi en France fut tellement puissant qu’on en ressent encore aujourd’hui les secousses. Et c’est après avoir rematé pour la centième fois son excellent opening et en voyant Rebuild of Evangelion 2.0 approcher que je me suis dit « bon, serait peut-être temps que je mate Eva », ça plus mon sixième sens qui savait déjà que Taka allait en faire un doujinshi hentai. Après une semaine et demi de vision, je l’ai terminé, et voici mes humbles impressions, et simplement ceci, sans autre prétention. Car je sais que c’est un sujet… dangereux ? Mais quand je surkiffe un anime, je le dis haut et fort dans un article, alors NGE passera AUSSI à la casserole. Pas d’exception, ni de traitement de faveur, tout le monde à le droit à son pavé indigeste et rempli d’enthousiasme néfaste pour la santé de l’Internet.

A la place de cette phrase, il devrait y'avoir une image
Alors buvez un bon coup, installez vous, et préparez vous à lire du subjectif pur jus.

Avant toute chose, sachez que je n’ai vu ni Rebuild of Evangelion 1 & 2, ni Death & Rebirth, ni The End of Evangelion. Je garde ça pour plus tard, et donc je n’en parlerais que peu, et ne les inclurait donc pas dans l’équation, même si je sais à quel point il est important de voir The End, et à quel point on a insisté autour de moi pour que je le mate avant de taper un article dessus, mais je pars du principe qu’une série en tant que telle doit se suffire à elle-même – d’autant que là je parle de Neon Genesis Evangelion, la série, et pas Neon Gensis Evangelion, l’univers. Second point, ne comptez pas sur moi pour dire si NGE mérite son succès ou pas, où que je ne comprends pas l’enthousiasme populaire autour du titre, je laisse la notion de « mérite » et de « compréhension de l’enthousiasme » à d’autres personnes, j’ai personnellement moins « intelligent » à faire, donc on va laisser de coté l’espace d’un instant toute la pollution sonore et visuelle autour de l’anime pour ne parler que de lui.

Ceci étant dit, attaquons donc le vif du sujet, avec Neon Genesis Evangelion, la série originale de 1995. J’ai eu comme je l’ai dit à plusieurs reprises beaucoup de mal à véritablement m’y lancer, et ce n’est finalement que par une volonté héroïque, pour ne pas dire « oups j’ai rien d’autre à mater là » que je m’y suis mis. La première question que je me suis posé étant surtout « bon je commence par la série où par les deux premiers Rebuild of Evangelion », j’ai choisi la série, dieu m’en préserve.

Et donc après une semaine et demi, la vision est enfin terminée, et le constat s’impose: Neon Genesis Evangelion est un très bon anime.

Ho

Par où commencer au juste ? C’est assez difficile car pas mal de choses m’ont séduites. A commencer par le scénario, que j’ai trouvé très bien écrit. Alors le pitch de base est certes assez classique (une terre post-apocalyptique avec des humains qui doivent tout faire pour survenir à leur survie, avec le monstre de la semaine dans chaque épisode, bref, on connaît tout ça), mais c’est la narration, le déroulement des événements, la différence majeures entre chaque ennemi, entre chaque situation de combat, qui fait qu’Evangelion n’est jamais répétitif. C’était pourtant ma principale crainte en partant du principe que du début à la fin, l’humanité allait devoir se farcir 17 anges, mais finalement non, chaque ange a sa spécificité, est relou à sa façon, et nécessite à chaque fois une tactique différente pour se faire sodomiser la tronche. Je repense particulièrement à l’ange de l’épisode 7 ou à celui de l’épisode 11.

Tiens, je pense à l’épisode 11 là tout de suite maintenant, car c’est sans doute – et ça vous surprendre peut-être – l’épisode qui m’a le plus marqué.

AffichageMasquer

Le coup du blackout total en même temps que l’attaque d’un Ange était déjà pas mal, mais c’est très bien utilisé, avec un NERV qui se la joue à la débrouille, tout le suspens sur « arriveront-ils à prévenir le NERV avant qu’il ne soit trop tard ? », les Evangelion qui doivent monter à l’ancienne, la méthode d’attaque du dit Ange, qui force une vraie belle fraternité et confiance entre les trois pilotes…

Bref, j’ai retrouvé dans cet épisode tout ce que je cherchais, mais si je garde celui-ci en mémoire, cela ne veut pas dire que les autres épisodes sont moins bien.

Car ce qui m’a toujours bien fait plaisir dans chaque épisode d’Evangelion, c’est une inventivité de tous les instants et jusqu’au bout. Chaque épisode est vraiment différent du précédent, que ce soit au niveau ambiance, combat, et parfois même sur un plan technique. Cette impression de ne pas voir le même épisode encore et encore fait franchement plaisir, et au moins on ne peut pas retirer ça à NGE.

Muh

Mais tout ça ne serait rien sans les personnages, et ceux de cette série sont très intéressants, et pour la plupart arrivent à atteindre les objectifs demandés par la tour de contrôle. Évidemment, ma plus grande surprise viendra de Shinji, j’ai tellement vu ce personnage roulé dans la boue que je le croyais vraiment insupportable, et en fait je l’apprécie vraiment. Il est juste très bien écrit, et a su me toucher à plusieurs reprises. Je me suis vraiment attaché de plus en plus à ce personnage finalement très humain, et qui sert assez gentiment d’outil pour tacler un bon nombre d’otakus et autres asociaux. Je me suis hélàs trop souvent retrouvé dans ce personnage, et ça doit être pour ça que je l’apprécie, c’est un peu mon Shadow à moi. Bref, sur Néant Vert, on aime Shinji. On verra après The End of Evangelion si il sera continué à être aimé par contre (je sais qu’il y’a une scène avec une histoire de COMA ou il est pas très CLASSE…)

Rei Ayanami… Je n’en pense pas grand chose. Mais vraiment. Elle ne m’inspire pas grand chose, en fait, et j’ai l’impression que c’est ce que la réalisation voulait que je pense d’elle. Elle est certes chouette quand elle sourit, mais comme cela arrive une fois toutes les éclipses solaires, eh bien on la voit dans sa position la plus naturelle: la transparence. Rei est souvent absente de la zone de combat, ne parle peu, n’apparaît finalement qu’assez peu, son seul atout étant l’aura de mystère qui l’entoure au fur et à mesure que la série avance. Ce n’est rien de plus que le chainon manquant entre humanité et poupée, finalement. Et je n’ai pas des masses eu l’impression qu’elle évoluait tout au long de l’histoire, ce qui est assez frustrant.

Quant à Asuka, pitié. Ce personnage était écrit et interprété pour être horripilant, et il l’est. Mais alors complètement, au point que le trois-quart de ses apparitions donnent envie d’étrangler un moineau, elle gueule, elle gueule et quand elle ne gueule pas, elle parade vulgairement comme un paon, mais AU SECOURS. Mais là tout est contrebalancé, compréhensible. C’est un personnage terriblement humain et terriblement proche de ce que pourrait être une adolescente de 15 ans qui aurait pour responsabilité de sauver le monde et des Asuka en puissance j’en ai croisé tellement au collège que c’en est presque un trauma. Et puis, il y’a toute la fin de la série qui nous permet de voir au délà et d’expliquer ce comportement et, enfin, pour la première fois, de la prendre en pitié, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Bref, si je ne suis pas un grand fan d’Asuka, je reste assez séduit par son développement.

Mais comme je l’ai dit jeudi dernier, ce qui me séduit encore plus dans Eva, c’est le casting de personnages secondaires, tous pour la plupart adultes et consentants, et franchement tous des bêtes de charisme en puissance, qui pour beaucoup ont la chance d’être développé et ne pas se cantonner à leurs fonctions dans le NERV ou dans l’école. Par exemple le trio Misato / Ritsuko / Kaji est vraiment génial, composé de trois personnages tous aussi attachants et, dans le cas de Ritsuko & Kaji, toujours auréolés d’une véritable brume de mystère autour d’eux qui les rendent en plus d’être charismatiques, véritablement intéressants et imprévisibles.
Mais Kaji reste vraiment mon préféré, quand je serais grand, je serais comme lui ! Je serais super fort, super beau, super intéressant, je saurais des tas de trucs nécessaires pour le monde entier, je serais le meilleur jardinier de tous les temps et en plus, je coucherais avec Misato, ce qui est pas trop mal !

Hum.

oh

Après croyez pas que j’oublie Gendo Ikari (ordure ? sauveur de l’humanité ? Je.ne.sais.pas.), Fuyutsuki qui lui aussi m’a bien plu (le pauvre type toujours mélé contre son gré à des trucs qu’il aurait préféré éviter, mais qui dégage une certaine sérénité en permanence, enfin je sais pas, j’ai toujours eu cette impression de sagesse avec lui), les camarades de classe de Shinji (à commencer par Kensuke) et surtout l’extraordinaire Kaoru dont j’ai été assez soufflé parce que ce personnage est 50% homme, 50% dieu et 100% CHARISME. Un personnage que j’avais hâte de voir à l’écran car il me plaisait déjà pas mal sur les artworks et autres avatars que j’ai pu voir, et d’ailleurs, passé un certain cap assez loin dans la série, j’étais convaincu qu’il n’apparaîtrait pas dans la série et qu’il devait être exclusif à The End ou à Death & Rebirth, et finalement il est enfin apparu, et quelle apparition. Ne perdez donc pas espoir.

Et mêmes les employés « mineurs » du NERV comme Maya où Shigeru sont attachants et, contrairement à pas mal d’animes avec des techniciens, non interchangeables, et ont une personnalité bien sentie. Ce qui est franchement… COOL.

Donc bref, le casting d’Evangelion est franchement top, avec des personnages bien écrits, qui ont tous une fonction et qui sembleraient tous amoureux de quelqu’un. Sauf Fuyutsuki parce que du Gendo X Fuyutsuki, NOTHX.

Bref, Evangelion ça se suit avec un véritable plaisir non dissimulé et…

muh

OW F-. La fin de la série, évidemment, est assez connue pour ça: elle est totalement… folle. Fini les Anges, on s’attaque désormais à l’introspection psychique des personnages, le tout dans une ambiance surglauque, très théâtrale et pas franchement joyeuse. Je l’avoue nettement: je n’ai pas super accroché à l’ensemble de l’épisode 25 et à la première partie de l’épisode 26, qui sont certes très dérangeants, mais je trouve personnellement que c’était vraiment trop long et répétitif. C’était déjà le cas pendant 2/3 épisodes précédemment (le 16 par exemple), avec la même sucession de mouvements qui repassent quatre ou cinq fois d’affillée, ce qui est extrêmement relou (le « chaaaance » d’Asuka mais je veux plus l’entendre quoi, ainsi que le « veux tu t’unir avec moi » mais stooo-), mais je pense que je n’étais tout simplement pas dans l’humeur: mater ça à 10h du matin avant d’aller enfin se coucher n’est PAS une bonne idée, surtout que bordel, pas mal de scènes et images des derniers épisodes sont capables de te foutre les pires cauchemards de ton existence (je plains ces enfants argentins qui, à cause d’une chaîne qui croyait que anime = pour gosses, ont eus le droit à Evangelion tous les matins avant de partir à l’école, ils ont du voir leur colonne vertébrale s’auto disloquer.) Par contre, toute la seconde partie du dernier épisode m’a bien plu, et assez déridé, et la dernière scène est franchement cool et fait lâcher une petite larmounette, en plus d’ouvrir nombre de théories potentielles,. Si on a le courage d’émettre des théories de tout ce bazar bien sûr, .

Car pour ma part, NGE ne m’apparaît pas nécessairement comme une oeuvre si philosophique que ça, mais plus comme le résultât d’un véritable exhutoire. Anno décrivait ça comme « un cri », je le plussoie lourdement. En tout cas, toute cette fin ne m’a pas semblée si complexe que ça, j’y ai plus vu qu’un développement final des personnages chargé d’expliciter ce qui jusqu’a présent n’était qu’implicite que de véritables réflexions, le tout dans un style vraiment théâtral. Alors oui ça amène à réfléchir un peu sur soi même, mais je ne sais pas si on peut nommer ça de la philosophie pour autant.

Bref, c’est une fin étrange, presque facultative en fait, qui ne dit pas grand chose sur la fin du scénario (mais que devient la planète, le NERV, Shinji, Misato, nos amis ? Tin tin tiiiin suspens), mais qui en soit me convient plutôt bien. Néanmoins ça reste quand même un poil du mindfuck mais allez, on va dire qu’en bon fan de The 07th expansion et de Serial Experiments Lain, j’aime ça.

huhu

Constat ? Neon Genesis Evangelion est un très bon anime, en permanence inventif, au casting exemplaire, à la technique qui mis à part deux ou trois exceptions (les dialogues, et un abus des plans fixes) n’a pas des masses à rougir face aux animes actuels, la musique est franchement top elle aussi et qui est surtout très bien écrit. Si vous n’avez pas encore vu cet anime, je vous engage à foncer dessus en faisant fi de tous vos préjugés, en les supprimant et en les éradiquant. Car oui, Evangelion est un anime au succès massif, un anime dont on parle beaucoup, un anime dont certaines élites en exigera la présence sur votre MAL/CV si vous voulez être pris au sérieux, un anime au fandom infiltré partout, mais c’est aussi et surtout une oeuvre jouissive, proprement excellente et de qualité, et c’est bien là tout ce qui compte.

Et attendez vous avant la fin du mois à un article sur The End of Evangelion – je ne l’oublie pas pour autant, mais chez moi, la doctrine est chaque chose en son temps. Maintenant, je vous laisse les commentaires, je sens que je vais regretter cet article. * fait sa tête de victime é_è *

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

57 réactions au sujet de « Neon Genesis Evangelion – Hallelujah »

  1. Ça y est tu t’y es mis! !

    Alors avec Rebuild of Evangelion 1 & 2, Death & Rebirth, The End of Evangelion, ça commence à faire tellement pâté indigeste : trop d’Eva tue l’Eva. Avec toutes les fins alternatives (ça résoud pas aux questions : ça pose encore plus de paradoxes) j’ai pris de l’aspirine en IV.

    Pour Rei et Asuka d’autres personnes te diront sûrement qu’elles valent leur pendant en psychologie (même si à l’apparition d’Asuka je voulais tout le temps la baffer, elle s’affine après).
    Mais on entend tellement parler de ce duo que tout oppose qu’on en écipse d’autre personnages, c’est souvent le débat Rei-fan/Asuka-fan.
    Donc je suis *archi* contente de trouver *enfin* un fan de Misato ! Kaji et Misato rule ! !

    Et enfin +1 pour développer l’ensemble de la série sans t’attarder sur les 2 derniers.

  2. Quelqu’un d’autre qui se souvient de Shigeru et Maya (doublés respectivement par Takehito Koyasu et Miki Nagasawa), hurray.

    Et oui, Eva, ça roxx. Ça n’a rien de philosophique (trop profond pour ça), mais ça roxx tout de même.

  3. Tiens, toi aussi tu t’es emmerdé sur les deux derniers épisodes? 😛
    Bah, moi je les ais regardé à 4h de l’aprem, frais et dispo et pourtant ça m’a fait le même effet, donc ne t’en fais pas, ça vient pas de toi.

    Et content de voir que tu en vantes l’opening, c’est à dire vrai, ce que j’ai préféré dans Eva ^^ (d’autant que c’est ça qui m’a donné envie de le voir…)

  4. Quelle idée de balancer des articles comme çà à 4h00 du mat’ ?!

    Tu restes assez soft niveau opinion, à croire que tu t’autocensurerais presque par moment (et par rapport à d’autres articles, plus fournis en terme de qualificatifs). Il est vrai qu’un must comme NGE est difficile à critiquer, surtout en omettant les nombreux parasites existants.

    « Le pitch de base est certes assez classique… »
    Ah ouais ? Tu dis ça par analogie avec quoi d’autres ? Ken le Survivant ? Goldorak ?! Il n’y a pas grand chose de plus vieux (et diffusé en France) dont le contexte se rapproche (de très loin en plus, mais quand même).

    « …et surtout l’extraordinaire Kaoru dont j’ai été assez soufflé parce que ce personnage est 50% homme, 50% dieu et 100% CHARISME. Un personnage que j’avais hâte de voir à l’écran car il me plaisait déjà pas mal sur les artworks et autres avatars que j’ai pu voir… »
    Kaoru bute, c’est un fait. Bizarre que Valderonce ou Sieur Lafarge ne soient pas encore apparu pour louer l’inaccessibilité de ce dieu à l’incommensurable perfection.

    J’attends la prochaine fournée, ça risque sûrement de saigner un peu plus !

  5. « Alors avec Rebuild of Evangelion 1 & 2, Death & Rebirth, The End of Evangelion, ça commence à faire tellement pâté indigeste : trop d’Eva tue l’Eva. »

    Étalé sur plus de 10 ans quand même, et Death & Rebirth n’est pas à voir…
    Puis j’ai toujours fantasmé sur Misato: Asuka et Rei ne sont pas spécialement développées pour être attirantes dans l’anime.

    « Évidemment, ma plus grande surprise viendra de Shinji, j’ai tellement vu ce personnage roulé dans la boue que je le croyais vraiment insupportable, et en fait je l’apprécie vraiment. Il est juste très bien écrit, et a su me toucher à plusieurs reprises. Je me suis vraiment attaché de plus en plus à ce personnage finalement très humain, et qui sert assez gentiment d’outil pour tacler un bon nombre d’otakus et autres asociaux. Je me suis hélas trop souvent retrouvé dans ce personnage, et ça doit être pour ça que je l’apprécie, c’est un peu mon Shadow à moi. Bref, sur Néant Vert, on aime Shinji. »

    C’est dingue qu’écrire des propos qui me semblent si évidents et censés paraisse une prise de position risquée.

    J’aime ce genre d’articles qui l’air de rien cite des qualités rarement mentionnées.

  6. « Je repense particulièrement à l’ange de l’épisode 7 »

    Y a un ange l’épisode 7?C’est pas plutôt la nerv qui détourne le robot?

  7. J’avais un peu d’appréhension sur cet article, mais au final je suis agréablement surpris du résultat. Je me demande si, au final Amo n’aurait pas mieux compris la série et sa portée que les fans et autres abrutis de japanime qui ont regardé à fond chaque épisode pour essayer d’en comprendre le sens

  8. « C’est un personnage terriblement humain et terriblement proche de ce que pourrait être une adolescente de 15 ans qui aurait pour responsabilité de sauver le monde »
    14.
    Shinji, Asuka et Rei ont 14 ans.
    Et Rei c’est une bombe sexuelle.

  9. Sur tes screens on dirait que tu as regardé les versions VHS de 1995.

    « Et je n’ai pas des masses eu l’impression qu’elle évoluait tout au long de l’histoire, ce qui est assez frustrant. « 

    Elle évolue beaucoup entre sa première apparition et sa dernière « disparition », elle passe d’une simple âme dans un corps artificiel, à un esprit humain capable de ressentir des émotions. Et ça c’est pas rien.

    C’est dommage que la compilation de Raton sur les dicussions des forums caramail à l’époque ait disparue, il y avait beaucoup de contenu intéressant qui approfondissait la série et permettrait d’ouvrir un autre angle de vision.

  10. Ce billet confirme ce qui a toujours été dit depuis quinze ans, à savoir qu’il faut environ dix visionnages de NGE pour commencer à en isoler la substantifique moelle.
    Malgré tout, l’enthousiasme sincère du padawan face à ce qui reste aujourd’hui le meilleur anime de tous les temps ne peut qu’émouvoir. Ce matin Amo est devenu un homme, de ceux avec lesquels on peut boire de la bière devant un match de rugby en clamant, à moitié défoncé, « Moi l’gouvernement j’les baise ! ». Bref, enfin du sérieux.

  11. Eowyn-> Une MILF, say une femme « mature »… Je crois.

    Sinon ben c’est de l’article qui poutre. J’pourrais probablement pas avoir un tel recul sur la série vu que je suis un gros fanboy (en même temps matter la série en 96-97 c’est traumatisant pour l’esprit du gosse de 4-5 ans que j’étais) mais ça fait plaisir de voir que même un type qui s’y connaissait rien peut aimer la série. \\o/

    Pour Rei, c’est surtout son développement dans The End par rapport à la Rei de la série qui a du charme. ‘fin, après faut voir la Rei comme un ensemble et ça donne quelque chose d’assez chouettos. ‘fin, pour ma part.

    Et Kaji c’est de l’or en masse, c’est tout.

  12. Ce que j’ai le plus détesté dans NGE? Le monde parallèle. Juste non. (enfin les deux derniers épisodes ne sont pas over the top de toute façon. Surtout comparés au 24 qui lui EST over the top)
    Le Shinji de ce monde est d’un pathétique à crever. Il est juste… banal. Pas de personnalité. Et surtout pas sa personnalité (même constat pour Rei). Bref si c’est ce Shinji là qu’il veut devenir c’est bien triste. Après le sens précis des deux derniers épisodes est assez… diffus? Mais je n’ai pas adhéré.

    Autre chose. Assez étrangement je suis incapable de regarder de nouveau NGE. Pourtant je suis comme un gamin devant le générique qui tue, mais dès que ça commence, je me fais ch**r. Zut! (après ça ne fait qu’un mois depuis mon seul visionnage. Laissons le temps au temps?)

    Encore autre chose… (« mais il va se taire lui! ») J’ai assez apprécié Lain. Du mal à m’y mettre mais une fois dedans, ça m’a plu. « Néanmoins ça reste quand même un poil du mindfuck mais allez, on va dire qu’en bon fan de The 07th expansion et de Serial Experiments Lain » Mais c’est du Mindfuck très différent. Lain c’est par essence du Mindfuck. Mais NGE, c’est du Mindfuck parachuté qui te backstap tes lignes arrières sans que tu n’aies été prévenu. Ce qui rend la réception très différente! Le backstap ça laisse un goût amer et un mal de fesses. Tandis qu’une bonne attaque de front donne au Mindfuck ses lettres de noblesse.
    Sinon pas vraiment de rapport en dehors de l’anime cité, mais la fin de Lain m’a un peu attristé. (Sérieux, elle vraiment trop triste cette fin!)

    Et pour une Rei plus attachante, il y a le manga. (que personnellement j’aime. Mais j’ai commencé par là) Qui plus est, étant dessinée par Sadamoto himself, elle gagne pas mal en charisme physique (c’est joliment dit!).

    C’est tout. Mes excuses pour ce pavé!

  13. J’approuve cet article à 200% bien loin des pseudos débats à la con et théoconneries douteuses d’une bande de fans dégénérés.
    Chuis parfaitement d’accord avec ta vision des personnages, bien que j’ai toujours pas compris la roxxitude de Kaoru (et j’ai trouvé le brusque changement d’attitude de Shinji vraiment trop WTF)

    Dommage qu’on ne puisse plus parler librement de cet anime sans être immédiatement pris pour un trolleur 🙁

    J’en dirais pas plus pour éviter de pourrir les coms de cet article

  14. Ah ouais et gros +1 pour Putois Putassier, si vous voulez voir une Rei vraiment attachante allez lire le manga (y a du bon comme du moins bon mais globalement je l’ai 1000 fois préféré à l’anime… le fait qu’il est été mon premier manga n’y est peut être pas pour rien)

  15. C’est marrant de lire un avis pareil, ça fait très franc et direct, même si j’ai pas l’impression de me souvenir avoir ressenti tout ça (pourtant je l’ai matté plus d’une fois)

    Sinon Asuka, c’est plus rigolo quand tu sais que sa doubleuse a fait une JAV.

    Enfin, ça me rajeunit pas tout ça, l’époque des fanfictions, tout ça.

    Allez, je lâche une bombe nostalgique:
    http://asuka.teri-chan.net

    Non non ne me remerciez pas.

  16. ZOMGWTFBBQ ! Un article-avis sur NGE ! Planquez la vaisselle et le chien ! IT’S TEH REI GET IN THE CAR !
    OVER 9000 commentaires ! Gendo gagne le sondage du meilleure générique de l’été !

    Plus sérieusement faudrait que je me mette au manga un de ces quatre. (Il n’y a pas encore de fin je crois ? C’est ce qui me bloque, un manga dont je ne connait pas le nombre de tomes définitif).

    J’ai hâte de lire tes impressions sur The End (et savoir si tu trouves Shinji toujours aussi sympa). Tu peut aussi enchainer avec Re-Take (un doujin présentant une fin alternative spéciale Asuka, avec du sexe dedans, plutôt pas mal) après The End et donner ton avis.

  17. econd point, ne comptez pas sur moi pour dire si NGE mérite son succès ou pas, où que je ne comprends pas l’enthousiasme populaire autour du titre, je laisse la notion de « mérite » et de « compréhension de l’enthousiasme » à d’autres personnes
    >> Lâche 😛

  18. >je plains ces enfants argentins qui, à cause d’une chaîne qui croyait que anime = pour gosses,
    >ont eus le droit à Evangelion tous les matins avant de partir à l’école

    Au Japon c’était pas mieux, l’anime a été diffusé dans une case pour gamin. Ce qui fait que vers la fin les assoc genre Famille de France mais au Japon on pas trop apprécié la direction que prenait la série et certains sponsors ont menacé de retirer leurs billes alors qu’il y avait déjà plus un rond en caisse.

    Faudra que tu revois tout ça une fois que ça aura bien décanté, pour piger des trucs comme pourquoi on a un pitch de base si classique ou bien comprendre la façon dont Anno a optimisé l’utilisation du plan fixe pour sa mise en scène et pour gratter un max là où c’était possible. Mais ça fait plaisir de voir un avis si positif vu le rejet massif que t’en faisait y a qq mois, et puis parce que toi aussi t’as pigé que Shinji est juste une perso exceptionnel au lieu de te rallier à ceux qui refusent de voir l’évidence même.

    (et Fuyutsuki il fap grave sur Yui quand même (et il est pleinement volontaire pour le rôle ingrat qu’il joue dans ce boxon))

  19. J’ai toujours pensé que la tapage autour de Shinji était une blague, un running-gag affectueux, une parodie de ce qu’était vraiment le personnage. Mai il y en a qui pense vraiment que c’est une qu’une larve apathique :/
    Je suis pas de cet avis là, au contraire. Par contre Tsukasa de .Hack//sign, ça, c’est une larve (ou c’est mes souvenirs que me jouent des tours).

    Pas grand chose à rajouter pas apport aux autres. Une réaction franche, fraiche, sans arrière pensée ni prise de tête à Evangelion, c’est tellement beau et soulageant. On dirait presque du Smankh.
    Après ça, on se dirait presque « pourquoi autant de violence? ».

  20. > Et pour une Rei plus attachante, il y a le manga, que personnellement j’aime. Mais j’ai commencé par là.

    Et là tout est dit.
    Seuls ceux qui ont débuté par le manga le tiennent en haute estime. Les autres savent que c’est du flan à compter du Tome 6, et que ça plonge littéralement dans les tréfonds de la bullshiterie internationale à partir du Tome 9.

  21. Et les derniers chapitres légitimisent même certains délires de fans tel Re-take…
    Reste quand même un vol 7 sur Ryôji assez génial et le talent de dessinateur et de mise en page de Sadamoto. Ça se lit pour le coté art-book, et surtout pas pour le texte fortement maltraité par le traducteur français dans les derniers volumes.

  22. Hallelujah, un article sur NGE, quelle joie.
    Enfin une critique indépendante et raisonnablement élogieuse, mais qui n’oublie pas de pointer du doigt les quelques imperfections de l’anime. Pour une fois, on évite le travers dans lequel tombent trop souvent les avis genre « Shinji est une grosse loque humaine, etc… », ou bien alors « Anno a pondu une grosse merde », et trop souvent, c’est tout l’anime qui se fait descendre ensuite…

    Bonne idée de se limiter strictement aux 26 épisodes originels de la série. C’est le meilleur moyen d’éviter les polémiques et les débats féroces sur les films qui ont suivi, qu’il s’agisse de End of Evangelion ou Rebuild.

    Quant au manga de Sadamoto, +1 pour le côté artbook. En tant que fan du dessin de maitre Sadamoto et de Rei Ayanami, voilà une oeuvre que j’ai adopté définitivement, même si j’ai vu l’anime avant. Par contre, je confirme que l’éditeur français assure de moins en moins bien la trad. Mais c’est du bonheur pour les yeux à chaque page, je ne m’en lasse pas.

  23. Idem, m’enfin j’ai commencé par le manga et je suis ayanamiste, alors faut pas chercher plus loin…
    Tiens, ça faisait longtemps un article relativement neutre sur NGE, quoique… j’attends de voir ce que tu penseras de End of, parce que t’as encore rien vu en matière de Mindfuck et de trucs glaireux.
    Bon appétit!

  24. Tiens, sa existe encore les articles sur Evangelion? Moi qui pensait qu’on aller plus que se manger du Rebuild à partir de maintenant…
    Bon, je reste d’accord avec ce qui a été dit plus haut, c’est un article sympa écrit avec un point de vue plus ou moins neutre, ce qui est plutôt rare sur la série (Ayant d’habitude des articles fait par des gros fanboy ou des détracteurs de la série) ce qui le rend assez intéressant.

    « Néanmoins ça reste quand même un poil du mindfuck mais allez, on va dire qu’en bon fan de The 07th expansion et de Serial Experiments Lain, j’aime ça. »
    Pour une fin pondu en deux jours, je trouve que sa reste honnête quand même. Personnellement, la fin dans The end of Evangelion me parait plus mindfuck. En tout cas, hâte de voir l’article que tu vas nous faire sur ce film.

    P.S : Sinon, si tu ne l’as pas encore fait et si t’as le temps, pense à te matter les Director’s Cut. Franchement, sa vaut le coup.

  25. Huuuu 30 commentaires. Bon ça va, je me fais pas démolir, j’ai eu peur j’avoue. * fait sa tête de victime é_è * – Le but de l’article étant surtout de convaincre ceux qui n’ont pas matés Eva par peur, par non-envie, ou par dégout qu’ils peuvent y’aller franco et sans arrière-pensées, j’espère avoir réussi mon coup.

    @kPt3® : Bah disons que le pitch global mélange des éléments assez classiques, disons que « trois adolescents chargés de défendre la planète contre des monstres » ça ne m’a pas apparu comme tétra original, mais c’est vrai qu’a bien y repenser, difficile de trouver avant Evangelion des animes qui ont ce scénario. Après j’ai beaucoup pensé à Bokurano en fait, ça doit être ça qui m’a pollué.

    Et pour Kaoru, j’attends effectivement que Raphy débarque :p.

    @Food-chain : Episode 6 effectivement, mea culpa, je corrige ça.

    @Jisatsu : Ok. Disons que comme le Second Impact a lieu 15 ans avant, donc… Bon on s’en fous ça reste l’âge con :<.

    @cyberpenpen : Tiens, ouais. C’est vrai que Pen Pen m’a interpellé, la série était jusque là assez sérieuse (« tiens conduis moi ce Eva ou disparais pendant qu’un cadavre le conduira à ta place // ho tu l’as rendu tout fou »), et paf Pen Pen arrive, et m’a bien fait marré. En fait comme il est pas dans les deux derniers épisodes à être introspecté psychiquement, je l’ai oublié. 🙁

    @Putois Putassier : Mais on a tous laché une petite larme à la fin de Lain ;_;/. Sinon ouais, faut laisser le temps au temps, perso, je me laisse minimum six mois avant de remater NGE, j’ai du mal à revoir quelque chose que j’ai déjà vu récemment. Ok, à part K-On!, mais là j’ai honte.

    @Axel Terizaki : !!!!

    @Tetho : Yep, les plans fixes j’ai bien conscience que c’est pas là pour faire joli ou postmoderne, mais que y’a bien une raison pécunière derrière tout ça, mais ça reste un léger défaut que je ne pouvais pas omettre. Il n’est pas dramatique mais de plus en plus existant au fur et à mesure que la fin (et les sponsors qui se barrent) approchent.

    @ChaosLink : C’était les versions Director’s cut que j’ai maté, en tout cas du 21 au 24 c’était du Director’s cut, et c’était assez utile.

    Bon et maintenant je suis obligé de mater The End of Evangelion, pourtant c’est pas que j’ai peur de me faire violer l’esprit et créer un trauma indélébile mais un peu :<.

  26. Pour ma part, ce qui m’avait le plus fait frémir avec Eva à l’époque c’est la musique tout simplement (thanatos, le battle theme stressant au moment du snipe etc) , certes le scénar a des instants prenants toussa toussa (j’ai un peu la même vision que toi amo, la concrète, pas la divine que certains vénèrent : p ) mais la zic, même si il y a du revisité, m’a par moments fait passer du courant dans la colonne vertébrale.
    En fait quand je regarde bien, avec orange road, c’est la zic qui m’a (re)mis dans le bain de la japanim.

  27. > Disons que « trois adolescents chargés de défendre la planète contre des monstres » ça ne m’a pas apparu comme tétra-original, mais c’est vrai qu’à bien y repenser, difficile de trouver avant Evangelion des animes qui ont ce scénario.

    De Getter Robo, Combattler V à Voltes V en passant par Gowappa 5 Godam ou Raijin-Oh, c’est au contraire assez banal même si les modalités changent entre temps. 80% des concepts de la série sont tirés d’oeuvres préexistantes – Space Runaway Ideon, Devilman et Ultraman en tête, mais toute la production Sunrise de 1980 à 1988, les classiques de l’ère Dezaki/TMS ainsi que les séries SF live anglaises des années 60-70 ont eu un rôle aussi. Les innovations apportées par NGE sont des révolutions, le mot est soupesé, de traitement – ce qui veut dire grosso modo, que le fait que les robots de Aura Battler Dunbine en 1983 soient bio-mécaniques ne sert quasiment à rien dans l’intrigue, tandis que l’anime de Anno fait de cette même composante un truc immense, angoissant et épique ; ou que chaque plan fixe qui cherche à démontrer une existence et un sens autonomes, dissociables du récit et de l’agencement des séquences, est estampillé post-NGE. La série exploite tous ses thèmes à fond, d’une manière qui enterre les anime qui l’ont précédé, et parvient, sous le vernis super robot, à relier le grand oeuvre de Tomino – la philogénèse aka l’évolution – à l’ontogénèse personnelle de Shinji et du réalisateur, à générer quelque chose qui relève à la fois du syncrétisme et du jamais vu. Ca vaporise tous les « Y a rien à comprendre les références religieuses sont mises au hasard » et autres « Les pseudo-débats à la con ils veulent rien dire ».

  28. Et connaissant la culture otakuesque de Anno, ses prédispositions pour le cinéma d’acteurs sensibles et sa période de déprime et de remise en question de lui-même pendant la prod de « Nadia et le secret de l’eau bleue », il est clair que les éléments mis en avant par Amrith ne sont pas le fruits du hasard ou de simples références venant d’une mémoire fraiche. C’est bien sûr!

  29. La substantifique moelle de evangelion ? L’un des plus beaux troll d’internet

    Je pense que c’est l’un des plus gros mythe de cette serie , vu qu’il n’y a absolument rien à en tirer.
    Cette serie est digne d’une emission de téléréalité bidon dans la veine des secret story ou les personnages les plus charismatiques se font ejecter les une après les autres pour terminer avec un cast reduit et un shinji de plus en plus chiant et ennuyant à suivre.
    Cher paria qui aura eu ses quelques moments de gloire dans la serie, mais n’en reste pas moins un boulet fini qui n’a pas reap cette ^$#@ù%*! d’Asuka.

    La seul chose que j’accorde a Eva, l’incroyable machine a fanboyisme, théorie (foireuses) qu’elle a reussi à créer. Probablement à cause du manque de bouffe japonaise visuel et sa diffusion à l’epoque des balbutiemments d’internet.
    Donnez a des otak affamés une serie, il y a tres peu de chance qu’il crache dessus,au contraire ils la mystifieront.

    PS : Je me demande toujours s’il a eu de l’anal sex avec Kaoru , vu la tronche qu’il tire après avoir découvert qu’il s’agissait d’un ange.

  30. @Mister Kzimir : ça c’est du commentaire réfléchi, travaillé et intéressant : bravo !
    @ « maître » Amrith : whoua ! J’en connais pas les 3/4 de ces références : en plus quasiment aucune n’ont squatté le petit écran français à l’époque ? NGE reste un précurseur, une sorte de détonateur qui a entraîné la situation que l’on vit aujourd’hui. Après, chef d’oeuvre ou bouse médiatisée, peu importe.

    « Seuls ceux qui ont débuté par le manga le tiennent en haute estime. Les autres savent que c’est du flan à compter du Tome 6, et que ça plonge littéralement dans les tréfonds de la bullshiterie internationale à partir du Tome 9… »
    Le flan, c’est bon, ce qui n’est pas le cas du manga : mais ça sent la private joke, non ? Et, non, ça plonge dès le début : les tolérants admettront juste que la pente est plus forte à partir du tome 6 (je n’ai pas pu aller plus loin d’ailleurs, je n’imagine même pas à partir du 9) et que c’est « supportable » avant.

  31. Mister Kzimir, ton commentaire ci-dessus t’interdit à tout jamais de réutiliser le mot « Troll » en public. Pour aligner ces âneries sans sourciller, tu n’as visiblement pas vécu le phénomène. Avant 1995, on n’avait jamais vu quelque chose de l’ampleur sociétale/culturelle de NGE. Et depuis rien d’équivalent. Ce que tu penses être du groundbreaking anime 2000 c’est de la gnognotte pure et simple à côté de l’émulation artistique et intellectuelle post-NGE. C’est tout. Que la petite mouvance cynique du net soit actuellement dominée par les frères « Lolz », « Raep » et « Pwned » n’y fera rien. Il n’y a pas eu deux NGE en bientôt cinquante ans. L’universitaire de la culture otaku Hiroki Azuma et le mouvement superflat en ont fait l’anime le plus important de tous les temps. En 2009 le second film de Rebuild Of Evangelion a cartonné à son tour. Ce qui compte est là. Le reste c’est de la calomnie de bas étage comme il en pleut quotidiennement depuis grosso modo 2004 ; métaphoriquement, j’y vois la vengeance vouée à l’échec de la nouvelle génération d’otakus internet-engendrés contre celles qui l’ont précédée. Hélas, les moe blob qui leur servent d’arguments font de très mauvais projectiles et rebondissent tels des ballons d’eau sur les colonnes entourant le mythe à abattre.

  32. Résumer la culture otaku de la nouvelle génération à du moe-blob, c’est hilarant tellement c’est pertinent. Faut que je la retienne celle-là.

    Dire que je m’étonnais de lire pour la première fois une suite de commentaires sans haine sur un article lié à SSE… On peut enfin attester la genèse de ce fameux fanboyisme persistant à une migraine réactionnaire.

  33. Si tu peux m’expliquer quel phénomène plus important que le moe – ou plus exactement que l’hégémonisation esthétique/idéologique du moe – a vu le jour pendant la décennie 2000, banco. Mais si tu es là comme les autres juste pour dire « On ne peut pas résumer la culture otaku actuelle au moe blob », c’est-à-dire opposer un relativisme politiquement bienséant plutôt qu’une illustration, ça n’est guère intéressant. Lorsqu’une majorité d’otakus internautes – parce que tout est affaire de majorités et non de vérités absolues – ont décidé que Kyoto Animation serait la nouvelle divinité du genre, avec Shaft et JC Staff en guise de lieutenants, était-ce pour la qualité objective de leurs productions ? Tu as le droit de le penser, pour ma part il me suffit de comparer ce que ces anime ont en commun pour extraire l’étiologie de leur succès. Tu appelles ça du réactionnisme, pour moi c’est seulement de l’observation déconnectée des lieux communs façon « Chacun ses goûts ». Je ne jetterai pas la pierre à celui qui aime « K-On ! », mais je me poserai de sérieuses questions quant à celui qui croit que « K-On ! » est devenu le plus gros hit des ventes anime Blu-Ray depuis l’invention du format en raison de ses qualités réalisationnelles, musicales ou scénaristiques.

  34. Et tout ça n’est pas très intéressant, surtout. (ce « débat », je l’ai déjà vu une fois et c’était déjà assez chiant comme ça, alors l’énième rediff…)

  35. La rediff’ conflictuelle reprendra hélas tant que les postes de TV seront programmés pour s’éteindre au pré-générique. Et sans déconner, faire le distinguo entre « Pas très intéressant » et « Pas très plaisant pour quelques-uns/moi », deux notions qui n’ont rien à voir, ne serait pas au désavantage de certains barricadeurs de fenêtres. C’est de la culture, et la culture ça se malaxe, ça se débat, ça s’observe, ça se resitue, ça s’encense et ça se démolit, rien de plus normal.

  36. « Et sans déconner, faire le distinguo entre « Pas très intéressant » et « Pas très plaisant pour quelques-uns/moi », deux notions qui n’ont rien à voir, »

    Et ça serait justement bien que tu t’en rendes comptes et que tu le fasses avant de poster. Point final. Car ça reste du débat type « mes opinions sont mieux que les tiennes », donc inintéressant, donc pénible. Donc stop, je n’en veux pas ici, un point c’est tout. Chez raton OK. Chez n’importe qui OK. Ici non. Car de tous les débats que portent l’Internet, celui-ci EST inintéressant et c’est un fait, tout comme tu balances comme un fait que nombre d’animes s’arrêtent au pré-générique (sic.) C’est tout. Donc comme j’ai dit: stop avec ces conneries.

  37. Amrith stop feed the troll en faisant le troll ^^.

    Sinon article sympa dans l’actualité en plus vu que cet été est sorti le deuxième film de Rebuild (pense a les matté après avoir regardé Death and Rebirth et The End Of Evangelion )

    Pour moi SSE reste une série un peu sacré qui en vendant pas mal de fan-service a reussi a rester intéressante. Après les débats sur les ep 25 et 26 vs The end, Evangelion c’est bien/c’est pas bien ça reste aussi fertile que du béton, fait longtemps que je me suis plus ennuyé au point d’en suivre un ^^.

  38. Je ne vois pas ce qu’il y a d’inintéressant à aborder les tendances changeantes de l’animation japonaise. Mon opinion est peut-être clairement inintéressante, mais pas ce sur quoi elle porte. C’est le sujet central de toute forme d’art. C’est parler d’autre chose qui aurait peu de sens. Que les contours du sujet puissent déboucher sur des éléments de vexation n’enlève rien au primat de ce débat, le plus important à mener, n’en déplaise à la machine à neutraliser et à désamorcer qu’est devenu Blogchan. C’était mon dernier commentaire et il se termine par une correction en toute bonne foi : ton (sic) est à côté de la cible, je ne parlais pas d’anime, mais bien de cette faculté à interrompre la retransmission du débat au terme du pré-générique. L’illustration s’en est suivie. Bonne continuation sur d’autres billets.

  39. @Amrith : L’avantage avec l’art c’est que chacun à une sensibilité propre.
    Eva au même titre que les moe-blob , me procure la même sensation que voir un gamin faire le grand avec son verre de canada dry.

  40. @Mister Kzimir :

    • Réponse à chaud, n’apportant rien à moudre à ce moulin de sujet*

    « Eva au même titre que les moe-blob , me procure la même sensation que voir un gamin faire le grand avec son verre de canada dry. »
    Et ? Etonnant que la combinaison enfant + boisson d’outre temps éveille en toi un semblant d’érection mentale (pour ne pas dire physique si tu n’es pas atteint d’impuissance ?).
    Toi, au même titre que tous ces experts auto-proclamés en culture japonaise (cumulant par la même occasion de nombreuses fonctions : critique « très » constructive, censure, moralisation, etc.), tu me procures la même sensation qu’une fin de gastro post nouvel an : tu m’as bien fait c**é, tu m’as filé la gerbe comme pas deux, mais au final, une fois passé, j’en rigole.
    Désolé, je me suis abaissé à son niveau, mais c’était… Trop… Tentant. Je… Que m’arrive-t-il maman ?!

    PS : Amo, y’a moyen d’avoir les mails des personnes affichés avec les pseudos, histoire de répondre en MP ? Développement durable oblige, je n’aimerai pas trop polluer cette partie du web (sanctuaire ? Rhooo…).

  41. @kPt3® : C’est quand meme fou.
    Il faudrait qu’un jour vous arretiez d’affliger les gens qui n’aime PAS (Ben oui merde ça existe) Eva vos mises aux pilori dans la veine « Oh un troll un troll un troll ! ».
    Mais le plus déroutant, reste les raccourcis grotesque que vous faites ça commence par le Moe-blob pour finir avec ma prétendu expertise auto-proclamée.
    Revenez sur terre, je ne fais parti d’aucun axe trolloexpertomoe-blob vivant a traquer ceux qui portent au nu Eva. Je n’ai juste pas aimer cet anime, si les termes que j’emploi son trops imagés à ton gout (w/e), mais arretes de te faire des films

    Sinon pour ta gastro , je te conseiller d’eviter les huitres.

  42. Zut, j’aurais raté un beau troll? Dommage, Amrith est assez marrant quand il cite des gens comme Azuma Hiroki comme caution académique, manifestement sans les avoir lus ou écoutés. Parce que bon, si lui-même reconnaît volontiers une importance historique à Eva, c’est par son influence sur les dispositifs narratifs des œuvres qui l’ont suivi, notamment en termes d’élaboration des personnages. Dit d’une autre façon, si Eva est important, c’est comme précurseur du *moe* tel qu’il s’est constitué par la suite comme mode d’écriture.

    Pour le reste, je crois que Azuma préfère nettement Clannad à Eva. 🙂

  43. Ce que j’apprécie le plus, c’est tout ces gens qui encensent Eva en disant « précurseur de moe » ou « message aux lolotaku » et autres petites assertions ma foi réelles et logique, sauf qu’ils n’avaient aucune idée de ces notions à l’époque, et qu’ils avaient quand même apprécié le visionnage.

    Je trouve le processus intéressant.

  44. Bon ben pour commencer j’ai été agréablement surpris de lire enfin un article qui parle de eva tout en en gardant une vision très simple et objective de l’anime. Mais si je poste ici c’est surtout à cause du post 33, celui ou Amrith dit : »….et parvient, sous le vernis super robot, à relier le grand oeuvre de Tomino – la philogénèse aka l’évolution – à l’ontogénèse personnelle de Shinji et du réalisateur, à générer quelque chose qui relève à la fois du syncrétisme et du jamais vu. », et la je dois vous avouer que je suis complètement perdu et j’aurais aimé que quelqu’un puisse m’expliquer le sens de cette phrase que je ne comprend absolument pas. Excusez-moi si cela fait crétin, mais j’aimerais pouvoir comprendre ce qu’il a voulu dire avec des mots un peux moins complexes.

  45. @dirienn :

    « Sous une histoire de boîte de conserve sur pattes, la série parvient à concilier l’évolution de l’Homme et l’évolution d’un garçon qui devient homme, le tout produisant un brilliant bordel d’idées, de thèmes et oh mon dieu il me faut un flan VITE. »

    A peu près.

  46. @cyberpenpen :

    Ah! Le propos de Gundam c’est l’évolution de l’homme! (I’m just a noob…)

    Je ne voyais vraiment pas Gundam comme ça.

    Puisqu’on parle de Tomino, c’est bien lui qui est à l’origine de cette nazerie qu’est Overman King Gainer? Si oui, qu’il soit maudit! J’espère qu’il a une bonne dose de bon karma grâce à gundam pour compenser!

    Sinon je rajouterais juste que la phrase soulignait aussi dans sa dernière partie qu’Eva faisait du neuf avec du vieux. (cf syncrétisme-jamais vu)

  47. Arrêtes, King Gainer c’est génial, c’est funky, cool, alter-mondialiste et ça a un OP de folie. Ensuite ouais la fin a aucun sens, mais pas grave, c’est cool !
    (et oui, le thème central de la 1ere saga Gundam (First – Zêta – ZZ – Char contre Attaque) c’est l’évolution)

    mt-i > Qu’il préfère CLANNAD, Les Héros de la Galaxie ou K-on!, OSEF quoi. Azuma a bien écrit qu’Evangelion a sauvé l’animation japonaise d’une mort programmée, que la série était bel et bien la plus importante depuis Gundam en 79 et dans Dobutsuka-suru Postmodern en fait le point de départ de la génération d’otakus actuelle.
    Mais malgré toute cette analyse artistique et sociologique il en loue aussi les qualités, au premier rangs desquelles sa construction narrative qu’il compare même à celle de Godard.

N'hésitez pas à commenter l'article~