Un mois de catch: Septembre 2009 (Partie 2) – The party is OVER

Un mois de catch: Septembre 2009 (Partie 2) – The party is OVER

Il faut bien l’avouer, depuis le draft d’avril, la WWE s’est divisée en deux: d’un coté l’Eden, c’est à dire Smackdown et la ECW, où les enfants buvaient dans des torrents de chocolat chaud, mangeaient des fleurs en vanille et se tenaient la main dans des tendres farandoles tandis que les scripteurs t’offraient de grandes et belles histoires soutenues par des superstars de qualité approuvée ; de l’autre coté RAW, où c’est la jungle, où les plus forts bouffent les plus faibles, et où comme dans toute dictacture, le pouvoir est détenu par les quatre même types qui sont les seuls à décider qui à le droit de parler avec eux. Un monde terrifiant certes, mais qui avait le mérite de savoir directement où aller chercher sa cargaison de catch mensuel, et où tout à RAW ne pouvait qu’être agréable surprise tandis qu’a Smackdown tout n’était que paroles enchanteresses.

Puis vint l’été 2009, où dans la grande surprise commune, RAW se révéla de plus en plus méritant (entre autres grâce au système de celebrity host et à l’entrée en scène de Jericho tiens tiens…) tandis que Smackdown était toujours de haute volée. Mais depuis ce mois de septembre, les valeurs commencent à s’effondrer, quelque chose de pourri semble s’installer et la sauce ne se met soudainement à plus prendre dans les trois shows, mis à part évidemment d’exceptionnelles exceptions, mais quel est ce souci ?

Un reportage de Jean Claude Marié et de Evelyne Grosier.


« Allez, me dites pas que je suis le seul à penser que Breaking Point c’était de la merde ? »

D’ailleurs premier point qui fut une des libérations de l’année: la rivalité Chavo/Hornswoggle c’est terminé ! WOUH PUTAIN ENFIN. Je dénonçais ça en juillet, je dénonçais ça en août, je dénonçais ça au début du mois mais maintenant fini, place, si on en croit le dernier RAW a une amitié Chavo…. Hornswoggle.

WAAAAAAAAAAAAT ?
PUTAIN.

On a vu les dégats que ça a occasionné à Finlay, on sait déjà les dégats que cela occasionnera à Chavo car on sait déjà les dégats que ça lui a occasioné. On espère déjà que ce n’est qu’une passade et qu’aucun scripteur ne développera l’histoire. Oh qu’on l’espère.

Mais revenons au sujet, car le mois de septembre a vu toute sa première partie consacrée à la promotion de Breaking Point, qui est le premier exemple d’une des nouvelles marottes de la WWE: les ppv « a thèmes ». Ils ont vus qu’Extreme Rules, la soirée avec uniquement des stipulations « extrêmes » (aussi extrême que puisse l’être un combat dans la fange), marchait plutôt bien alors un jour ils se sont dits « eh mais si on faisait une soirée AVEC QUE LA MEME STIPU ? », autant cela va encore pour Breaking Point qui mélange tous les types de match à Soumission (Soumission Match, I Quit Match et… hum c’est tout. Ils ont dus inventer le « Stipulation Count Anywhere » d’ailleurs) et uniquement pour les main event, mais pour Hell In A Cell qui cumule trois matchs d’un coup en Hell In A Cell, on peut se montrer dubitatif. Le pire sera sans doute le ppv TLC de fin d’année qui verra quant à lui cumuler que des TLC matchs en main event. Au délà de la désacralisation de stipulations présentées comme tétra hardcore et jusque là assez symboliques (« bon CM Punk, tu vas combattre Undertaker en Hell In A Cell pas parce que Undy veut te défoncer la gueule à ce point, mais juste parce qu’on est obligé vu que c’est le nom du ppv » « – Ok thx Teddy »), on peut craindre du coup des HIAC et des TLC matchs qui ne seront plus résumés qu’a leurs ppv spécialisés, ce qui est dommage du coup, et participe un peu plus à la disparition totale des stipulations en ppv, ce qui est là aussi franchement stupide. D’autant que jusqu’a présent, les stipulations restent en plus exclusives aux main-eventers tandis que les ceintures intermédiaires et les petites feuds peuvent CREVER pour un match un peu spécial. Merde, quoi, un petit no DQ match pour la ceinture US, on dira pas non. Même pour la ceinture ECW qui, en un an, a juste eu droit à seulement DEUX matchs un peu extrême, et encore si vous considérez un Scramble Match comme extrême…


Bugger ! Ne vous approchez pas de lui, il serait capable de nous transmettre son mauvais goût !

Alors du coup tiens, tant que je suis sur la ECW, j’ai envie de dire: bien joué. Globalement la ECW a été assez satisfaisante durant tout le mois, à la fois grâce à son champion éternellement dans nos coeurs, c’est à dire Christian, et sans doute un des meilleurs heels actuels de la WWE: William Regal. Prends en de la graine, The Miz, car ton maître est là !
Quand on m’a annoncé Regal à l’ECW dans le mini draft de fin juin, je fus d’abord assez mitigé pour la ECW qui avait jusqu’alors perdu la Hart Dynasty et Jack Swagger, niveau compensation c’était assez chaud. Mais au final c’est putain de bien joué car Regal devient du coup le top heel indiscutable et indiscuté de l’ECW et fait enfin étinceler son talent à la face du monde et des impurs qui comme moi n’était pas convaincu, talent qui avait on l’avoue disparu depuis qu’il fut viré de son rôle de General Manager, ce qui commence à dater un peu on l’avoue.

Discret les premieres émissions, Regal a enfin étincelé quand il nous apprend gentiment qu’il a fait alliance avec Kozlov et Ezekiel Jackson et qu’il a des vues sur le titre. Le tout accompagné d’un charisme certain, tout composé de petits sourires, d’un tempérament presque très anglais dans l’esprit (« je suis tout calme mais je te pète à la gueule quand même si je suis vener ») et d’expressions du visages assez folles, celles qui vous offre un charisme certain. Et après s’être fait humilié en NEUF secondes à Summerslam, il revient pas content pour Breaking Point après avoir gagné son rematch à la main contre Christian (ce qui est toujours assez rigolo: parfois le rematch est automatique, parfois il faut gagner un match pour y avoir droit, parfois il faut juste l’oublier parce que voilà), et le reperd après un match pas à jeter, avant de se faire comprendre que le titre ECW c’était mort pour sa pomme.


Damn ! C’est un handicapé mental, on peut pas le tabasser pour l’exemple !

Mis à part donc l’illumination Regal, on a pu également retrouver tout au long du mois Zack Ryder comme candidat au titre à la grande surprise générale, et qui verra Christian défendre son titre dans un simple show du mardi au lieu d’un ppv, comme on aurait pu s’y attendre. Cela a offert certes un beau match dans l’ECW mais finira finalement pas rendre un peu oublié ce qui sera peut-être la plus grande heure de gloire de la carrière de Zack Ryder. Pour un petit moment.

Et pendant ce temps, Sheamus, Tyler Reks et Yoshi Tatsu évoluent doucement mais sûrement. Yoshi Tatsu qui semble d’ailleurs devenir la coqueluche de l’ECW, puisqu’il aura même l’immense honneur de faire le tombé sur Regal lors du 4 vs 4 du dernier show de l’ECW.

Donc voilà, peu de choses à dire sur l’ECW mais que des bonnes choses. Que le show pourpre continue sur cette voie, c’est toujours un ravissement, d’autant que les matchs sont rarement honteux et dont le seul match en ppv de cet article fut le meilleur combat du ppv tout court, ce qui est toujours drôle.

Car ouais, Breaking Point ne fut pas exceptionnel. L’idée de faire un ppv a la thématique « soumissions » m’enchantait à la base pas des masses car je ne suis pas un grand fan des soumissions en général, mais il fallait avouer que la carte avait un début de gueule assez intéressante: le choc tant attendu entre l’Undertaker et un exceptionnel CM Punk, un combat intercontinental entre Morrisson et Ziggler qui ne pouvait que donner des bonnes choses et même le Cena Vs Orton sentait bon le succès. Quant au DX Vs Legacy, le « submissions count anywhere » ouvrait une certaine forme de curiosité.

Constat: ce fut assez moyen. Déjà, première nouvelle: on nous vire le combat IC pour un combat pour le titre US sorti d’absolument nulle part entre le Miz et Kofi Kingston. Si on apprécie la tentative du Miz d’être absolument relou et détestable, on apprécie moins ce match sorti de nulle part, décidément une des gimmicks les plus tenaces du pauvre titre US. Match globalement acceptable même si finalement peu motivant. Il était précédé juste avant d’un JeriShow Vs MVP & Mark Henry tout aussi peu motivant, la cause à une absence totale du moindre suspens, et d’un MVP et d’un Mark Henry toujours aussi peu… sources à interêt. On notera quand même le coté rigolo du « haha ils sont fringués pareils ».

Du coup le D-Generation X Vs Legacy fut une excellente surprise, et un très bon match. La stipulation le permettant, tout le match a été source à un joyeux bordel qu’on avait pas vu en ppv depuis un petit moment, et surtout sur une victoire franchement surprenante, et franchement plaisante, des Legacy, qui confirment un peu plus qu’ils peuvent exister sans Randy Orton, et ce grâce à la DX qui, au final, aura au moins servi à quelque chose ces dernières années.Surtout que cette victoire a été obtenue grâce à une stratégie d’équipe astucieuse et digne de heels intelligents.

C’est hélàs dans les main-event que l’enthousiasme levé disparaît aussitôt. Pourtant c’était bien parti avec un Orton Vs Cena plutôt pas mal. Juste avant, Cena nous rappelle qu’il ne quittera pas, notez bien c’est important. Tout le match tournera en fait durant 90% du temps sur Cena menotté pendant qu’Orton le tabasse a mort avec un kendo stick, se payant même le luxe de le tabasser ou il peut afin de ne pas lasser le public. On notera le jeu d’acteur exceptionnel du grand John qui criera comme un damné en se faisant taper, ce qui sera suivi d’un « no » tout léger sorti d’on ne sait où, mais légèrement pas du tout dans la même note. On le pardonnera, on a vu The Marine, on sait que c’est pas son job. Et puis évidemment, le match qui jusque là se suivait plutôt bien (après tout dès qu’ils se tapent dessus avec des objects, je suis très clément) nous sort un truc franchement obscur (Cena qui chope par on ne sait quel miracle la clé des menottes, bref), un retournement de situation, un Orton qui se prend un vilain coup et qui quitte direct. Et là j’ai envie de dire: non.

Non. Je ne peux pas. J’ai vraiment été très dégouté sur le coup. On te monte 19mn de bon match, puis on te retourne la situation et on te fait gagner un Cena, comme ça, pour le fun, sur un Orton qui cède dès le premier coup de micro. Juste ignoble. Et évidemment, histoire d’enfoncer le clou, le Cena te rappelle gentiment qu’il n’a pas quitté. On a compris, CONNARD. Dégage de là stp.

Et pourtant j’aime bien Cena, mais là c’est plus possible quoi. Va falloir qu’ils trouvent un autre moyen de le faire gagner autrement qu’en subissant comme un faible pendant 20mn et en balançant toute sa force dans la dernière minute. Ca me rend tout aigri et tout bougon. Personne ne veut ça, je pense.


Je. Programmé. Pour. Gagner. A. L’arrachée.

Mais attardons nous encore un peu sur Cena d’ailleurs, tellement tout semble tourner autour de lui ces derniers temps: vainqueur donc de ce I Quit Match, le voilà durant 3 semaines catapulté comme champion invincible et indestructible, remportant même un Gauntlet Match de manière assez douteuse (alors disons qu’il se fait exploser les jambes par Jericho, puis démolir par le Big Show mais qu’il gagne quand même comme Orton), et offrant un discours genre « ouais j’ai jamais fait une HIAC vous allez tous voir que je suis un tigre sans limites blabla » en plus d’humilier un peu plus chaque semaine le brave Orton qui passera désormais son temps à fuir. Et tout ça pour quoi ? POUR PERDRE A HELL IN A CELL TOTALEMENT DOMINE PAR ORTON. Un match au résultât finalement totalement incompréhensible, et qui surprend pas forcément dans le bon sens. D’autant que Cena est dans ce match, et ce sans que je trouve la moindre raison pour ça, totalement hué par un public qui n’hésite pas à crier bien fort les habituels « Cena Sucks ». Si on était dans le Missouri, terre d’Orton, ou a Toronto, j’aurais compris, mais dans le New Jersey ? Du coup cette atmosphère franchement hostile à Cena et son entrée étrangement molle comparé à ce qu’il nous a toujours offert nous laisse poser la question: c’est quoi ce bordel ?

D’autant que ce match fut finalement plutôt bon, utilisant bien le décor de la HIAC sans la démolir pour autant, et offrant un Orton vraiment à fond dont l’expression faciale évolue vraiment à pas de géants. Mais le résultât reste étrange: comment Orton, montré comme faible, lâche, peureux et inoffensif pendant 3 semaines, peut vaincre un Cena lui présenté comme sûr de lui et véritablement invincible ? Le doute se crée et espérons que le RAW de ce soir démêlera quelques mystères à ce sujet… Mais espérons que la rivalité entre les deux hommes soit belle et bien finie et qu’on ne doive pas subir à Bragging Rights un quatrième match qui serait alors là véritablement de trop. Du coup, le début du mois risque d’être intéressant, puisque la WWE va devoir « créer » un nouveau #1 contender face et crédible pour s’opposer à Orton. Mark Henry ? Pourquoi pas… Même si ça devrait pas être méga intéressant, Orton aura moins autre chose à se mettre sous la dent que les habituels HHH, Batista et Cena qu’il se tape en boucle depuis 2 ans…


« Bon j’espère que personne ne remarquera mon mauvais goût… »

La rivalité Undertaker / CM Punk aura été fort étrange, mais plutôt pas mal, même si toujours dans la veine du « ouais salut je suis le rival de l’Undertaker et j’en ai pas peur ». Notez que j’en parle au passé tellement la fin de HIAC me laisse penser qu’elle est déjà finie, à mon grand regret. Mais cette rivalité excellente via promo interposée (même si CM Punk s’est plus contenté d’asseoir sa position de heel trop fan de promo santé qu’attaquer l’Undertaker) a finalement accouché de matchs moyens, tronqués, et excessivement frustrants.

Ainsi on a ce match à Breaking Point qui voit Montreal accoucher d’un nouveau pseudo-Montreal Screwjob, En soit, si c’est assez fun sur l’instant, cela ne fait finalement qu’un match excessivement court qui ne possède pour seul interêt que l’entrée surprise de Theodore Long pour rappeler le bannissement du Hells Gate. Si la décision est logique, et bien vue, cela ne fait pas du match quelque chose d’intéressant pour autant. Et la victoire de CM Punk reste du même galon, et ouvrait pas mal de bonnes perspectives… que n’a pas totalement saisi les scripteurs.

Si l’enlèvement de Theodore Long, les excuses publiques et CM Punk faisant mumuse à taper un cercueil furent des moments assez jouissifs, l’idée du « complot anti-Undertaker » aurait pu être encore plus développée, mais là non. On semble s’être arrété à « Theodore Long fut le coupable et il a été puni pour ça », alors que ça semble monter plus haut, et que Vince McMahon ne semble pas y être étranger. Voir le « straightedge » et le directeur de la WWE qui cherche à virer les dopés à tout prix faire alliance pour garder le titre totalement clean aurait été une bonne idée, par exemple.

Tout comme le « only straightedge world heavywright champion in history » fut une bonne idée.

S’en suit alors un rematch à Smackdown qui finit très vite sur un No Contest qui fait plaisir à tout le monde, et enfin l’infâmant match à Hell In A Cell, qui voit un Undertaker qui ne cache plus son genou en miette remporter le titre en moins de dix minutes face à un CM Punk inoffensif durant tout le match… Et c’est une honte.

Une honte car il semblerait que ce soit une manière pour la WWE de punir un CM Punk qui paraîtait-il devient sérieusement monomaniaque (et qui en plus vanne l’habillement de Cena) plutôt qu’une véritable décision cohérente de booking. Du coup, on obtient un Undertaker champion mais dont le genou pas totalement remis l’handicapera sérieusement par la suite, mais qui surtout, et c’est bien là toute la tragédie, serait déjà parti selon les rumeurs pour une feud contre… Batista. Et là j’ai envie de dire: putain mais non. NON. NON QUOI..

Du coup une feud prometteuse qui a explosé en pleine figure, à cause d’un peu tout le monde, c’était franchement dommage, d’autant que cela aurait bien servi à enforcer la position de CM Punk comme top heel de Smackdown en l’absence d’Edge et de la semi-absence de Jericho… Mais non, la punition avant tout, tant pis pour la logique. Dommage.


(souvenirs émus mâtinés de regrets pas si regrets que ça mais regrets quand même)

Quant à Jericho et le Big Show, ça devient fortement intéressant, pour ne pas dire excellent. Malgré les regrets que j’ai encore à propos de la team Edge / Jericho, il se révèle qu’au final le Big Show est sans doute le meilleur remplaçant possible dans le roster tout entier de la WWE et que la relation qui lie les deux personnages évolue plutôt dans le bon sens. Certains trouvent bizarre de voir ces deux heels (dont un est monomaniaque, égocentrique) devenir très complice et très protecteur l’un envers l’autre mais pour ma part ça passe impeccablement bien, d’autant que le talent naturel des deux personnages au micro ne gâche rien. Je trouverais juste un peu dommage d’en avoir fait des « remplaçants » de la Legacy au service d’Orton dans quelques RAW mais mis à part ce point, chaque apparition de la team est délicieuse, d’autant que l’alchimie fonctionne bien entre les deux personnages. Bookés comme invincibles, ça marche encore mieux quand on les voit exterminer purement et simplement MVP & Mark Henry (dont personne n’y croyait vraiment) mais également Rey Mysterio & Batista (dans un match de haute volée, mis à part un Batista qui s’amuse à ne pas vendre les coups qu’on lui porte, ce qui est toujours COOL…), deux adversaires d’un standing différent. On attend maintenant de voir l’affrontement tant attendu entre eux et la D-Generation X, en espérant les voir sortir victorieux. Pourquoi me dites-vous ? Parce que si ils sont encore champions en janvier pour le retour de Edge, on pourrait assister à la reformation de la meilleure team de tous les temps pour les défoncer et CA. CA. CA. Vous le voulez.

Ah, on me fait noter que j’ai pas parlé du Kane / Khali du Breaking Point. Qu’est-ce qu’on s’en fous, Kane a gagné après tout.


Faust version WWE y’a rien à dire ça claque.

C’est marrant mais j’ai l’impression que le mois de septembre/octobre est souvent le moment que choisi la WWE pour mettre en place une menace toute nouvelle qui va grimper extrêmement vite les échelons. L’an dernier, à la même époque, c’était Vladimir Kozlov qui terrorisait le roster de Smackdown pour venir jouer le titre dès la mi novembre, cette année il semblerait que vu comment c’est goupillé, Drew McIntyre jouera ce rôle. Bon, je ne le nie pas: Drew McIntyre est un de mes coups de coeur du moment. Ce lutteur a priori solide a déjà su se créer une très bonne aura de heel en harcelant copieusement R-Truth dès que l’occasion lui était présenté. La découverte lente du personnage fut finalement confirmée par Vince McMahon himself qui viendra le présenter devant une foule not amused et inutile de le dire, au micro ce jeune homme déchire (son toast pendant Decade of Smackdown !), et en combat aussi. En plus d’avoir un look franchement pas mal (certains me parlent de HHH dans sa jeunesse, j’y vois plus un Brian Kendrick en grand et musclé), il semble franchement bien parti et son humiliation finale de R-Truth a Hell in a Cell dans un squash de bonne facture confirme un peu plus l’avenir brilliant qui s’annonce devant lui et qu’il aura le devoir de ne pas foutre en l’air. Si les scripteurs de Smackdown pouvaient même carrément le mettre à la place de Batista comme rival potentiel de l’Undertaker, ça ne serait pas du luxe !

Ah oui, Batista tiens.


Batista était venu au Japon pour coucher avec des jolies japonaises: Il fut déçu.

Le lendemain de Breaking Point, dans un RAW présenté par une Trish Stratus assez fantômatique (notez que je ne parlerais pas des guest host ce mois-ci, a part Bob Barker que je garde pour la fin), entre en scène un Batista, dont on a promu la venue de manière assez tragique genre « attention il va prendre une grande décision pour la suite de sa carrière », des trucs dans le genre. Le terme étant plutôt vague (« Salut, j’ai décidé de prendre une grande décision: je vais faire autre chose que des Spinebuster à partir de maintenant. »), j’étais assez curieux et rempli d’espoir à l’idée de le voir quitter le catch.
Ce qu’il a annoncé.
Pour annoncer dix minutes plus tard que tout cela était un piège et qu’il se barrait à Smackdown en fait.

J’annonçais dans ma chronique de juillet que sans transfert de grosse star, Smackdown était dans la merde pour le main-event, et qu’a part Batista, personne d’autre ne pourrait vraiment se déplacer. J’avais raison, et ça me fait chier.

Pas mal de questions: de quel droit se rend t-il à Smackdown (il nous explique qu’il s’y ramène parce qu’il l’a choisi) ? Cela voudrait-il que n’importe qui pourrait changer de show comment il veut ? Aurais-je loupé un truc ?
Pour le reste, son retour ne change pas les bonnes vieilles habitudes: il défonce Orton, il défonce Jericho, il défonce le Big Show, il défonce Kane et si il perd face à Jericho & Big Show c’est parce que Rey Mysterio est tombé KO suite à une baffe du Show. L’habituel char d’assault invincible et aussi chiant à mater que la première saison de Kanon est de retour. Ce qui me préoccupe pas mal pour l’avenir du show puisque si son retour fut marqué de son retour en tag team avec Mysterio, je crains que ça ne dure pas très longtemps, et qu’on le retrouve bien vite à chasser le titre poids lourds, et si c’est le cas, si on doit se retaper ENCORE une rivalité Undertaker / Batista je le dis net: je boycotterais dans mes articles toute mention de cette rivalité parce que bordel, on l’a bouffé toute l’année 2007, ça suffit quoi.

Et tant qu’a parler de Hell In A Cell un peu plus en détail…

Orton attends avec hâte le ppv dédié à la personne qui devient le plus rouge du visage.

Le principe pue autant que Breaking Point mais encore plus ça je l’ai vraiment dit. Et si ils ont eus la bonne idée de ne pas faire suivre les trois matchs en Hell In A Cell, reste que la manière dont les matchs ont été mis est un peu étrange. Commencer direct par CM Punk Vs The Undertaker était loin d’être une bonne idée. Personne était chaud, le public était encore un peu endormi, nous aussi, difficile de se mettre dans le match, surtout quand en plus il dure que 10mn. Bref, on aurait pas été contre avoir, par exemple, Morrison Vs Ziggler juste avant, d’autant que le match était vraiment bon. Je sais que mes compères du cahiers du catch sont peu convaincus par le Morrisson face un peu débile, mais le personnage suinte tellement de charisme et de sympathie de base que même en racontant de la merde, ça marche (la preuve: son face turn a été accepté par le public en une minute, et je n’exagère pas). Je ne dirais pas non à une « psychologie » un peu plus poussée, mais pour l’instant le Morrisson face est un bon cru, tandis que Ziggler reste dans le lot des heels franchement classiques mais tout à fait appréciable, entre autres là aussi grâce à un charisme physique remarquable. Et les deux sont très bons dans un ring, ce qui au final a donné un pur match qui voit certes Ziggler encore perdre (ça ne fait que la quatrième fois qu’il échoue en six mois pour une ceinture intermédiaire…), ce qui devient un peu répétitif à force, et donne presque envie de lui donner un chocolat chaud et tout ça.

Autre point qui a pas mal plombé le pay per view: le match Divas fut purement simplement à jeter. D’une mollesse rare, avec deux têtes de frites au charisme incertain, j’en ai même trouvé le match divas vu en house show à Bercy de bien meilleure qualité qu’un match aussi lent, aussi au ralenti et aussi ignoble que celui-ci. Enfin j’en suis venu à me demander si soit tout le roster diva RAW est à jeter et ne permet pas à Mickie de briller, ou bien c’est Mickie qui est incapable de combattre. Son match contre Maryse était franchement médiocre, le match contre Gail Kim était là aussi franchement moyen, son match contre Beth Phoenix fut lui aussi un ennui retentissant (alors que bordel, c’est Beth Phoenix quoi), et comme elle est le dénominateur commun, je commence à sévèrement me poser la question.
Enfin ils font ce qu’ils veulent de la ceinture divas, elle est tellement moche de base que bon, j’en ai rien à cirer, la ceinture Women, VOILA UNE VRAIE CEINTURE.

Ensuite vient à ma grande surprise le HIAC Cena / Orton, comme j’ai déjà dit plus haut, dans une ambiance franchement étrange, avec un public presque acquis à Orton, ce qui me fait poser de très nombreuses questions. Si cela pouvait entamer le heel turn de John Cena, ça serait bien, mais je n’ai guère d’illusions. Un match donc de très bonne facture mais dont la fin continue à peiner de me convaincre, principalement à cause d’un booking insuffisant. Tant pis.

Entre en scène alors le Drew McIntyre Vs R-Truth, un squash ma foi de fort beau gabarit qui me plaît plutôt bien. Le match pour le titre US, je ne l’ai purement et simplement pas vu, mais je n’ai pas tellement motivé à le voir, entre autres parce que même si y’a eu un début de construction de feud entre les 3 protagonistes, bah… ça ne marche toujours pas. Kofi Kingston (désormais originaire du Ghana, en « West Africa », haha) est un très bon champion sur le ring, défendant depuis juin son titre dans des matchs chaotiques, difficiles et pas forcément à son avantage. Il est en outre très sympathique et dégage vraiment une très bonne aura, mais BORDEL il ne parle jamais. La raison ? A RAW, si t’es pas Cena, si t’es pas Orton ou si t’es pas la DX, tu parles pas au micro, t’as pas de segments, pas d’interviews que dalle. Ca devient assez génant dans le sens ou Kofi Kingston aurait bien besoin de se créer un peu plus un personnage mais IL NE LE PEUT PAS. Il reste le « jamaïcain sympa qui gagne des matchs difficiles », ni plus ni moins. Et si ça le crédibilise en champion, ça va devenir plus ardu pour lui une fois qu’il aura perdu le titre, ce qui n’est pas prêt d’arriver, vu comment ça se goupille…

Enfin le main-event fut, à ma grande surprise, le Hell In A Cell D-Generation X Vs Legacy. Là très bonne surprise puisque ce fut un très bon match, très enthousiasmant, très animé et qui en outre met fin à la rivalité entre les deux clans, qui vont maintenant devoir chacun trouver de nouveaux horizons. Sans doute le titre unifié pour la DX et pour la Legacy, mettons qu’ils trouveront de quoi s’occuper avec un Orton nouveau maître à la maison.

Au final, Hell In A Cell m’aura beaucoup déçu, d’autant que mes craintes vis à vis de la « désacralisation » de la Hell In a Cell se sont vues fondées (ça aurait pu être un steel cage match que ça aurait été pareil et, dans le cas du Undertaker Vs Punk, un match même totalement classique) et le principe, si on me le demande, ne devrait pas être recommencé, à aucun prix. En outre je suis assez déçu des détenteurs de ceintures: CM Punk voit son push être stoppé à net à cause d’un caprice de la WWE, Orton re-récupère son titre comme un homme ce qui risquerait de créer encore un allongement de la feud Cena/Orton, Ziggler n’est toujours pas récompensé (mais cela rendra sa prise de titre plus intéressante me dis-je pour me rassurer), le titre des divas stagne et ne prouve pas grand chose et le titre US est mis en valeur dans le ring mais le ppv fut encore une fois dénué de la moindre prise de parole d’un des trois challengers (exception faite du Miz, mais c’est sa gimmick d’entrer en disant qu’il bute dans un sens…), bref je reste mitigé.

Le bon coté: on repart maintenant d’une feuille vierge vu que la plupart des rivalités ont pris fin et on se dirige vers un Bragging Rights qui peut se révéler assez intéressant, entre autres grâce au match tag team qui verra s’opposer Smackdown à RAW. Ok, le principe même du truc foule du pied l’ECW en l’envoyant bouler dans un coin (peut-être seront-ils avec Smackdown, leur « allié » naturel) et puis ce ppv devrait, espérons le, comporter les fameux sondages made in WWE qui permet au public de prendre le pouvoir, même si on sait tous que c’est une MASCARADE (les sondages mettent toujours bien en valeur une des trois options, ce qui permet souvent une victoire facile, du genre vous préférez quoi entre des lasagnes gastronomiques, des pâtes au beurre et de l’eau minérale ? Voilà, imaginez la même chose avec des catcheurs et HOP, magie.)
(et puis de toute façon ils doivent être truqués.)

(j’ai aucune confiance envers le capitalisme.)

Le racket à la sortie du collège, une réalité.

Un mot sur A Decade of Smackdown, diffusé le 2 Octobre et qui fut une émission bien pauvre pour les dix ans de l’émission. Je m’attendais à un gros truc de trois heures en présence des plus gros stars de la WWE du passé et de maintenant, avec des beaux flashbacks, des combats ambitieux et tout ce qu’on trouve a nous refiler c’est une beuverie, des combats ambitieux pour préparer Hell in a Cell, des stars aussi marquantes dans l’histoire de Smackdown que l’Iron Sheik et le Sgt Slaughter et trois pauvres flashbacks, dont un très bel hommage à Eddie Guerrero. Je ne dirais rien sur le message du Rock que j’ai trouvé particulièrement emmerdant. En live ça aurait été parfait, un pur moment de THE ROCK à l’ancienne mais en enregistré ça ne passe pas, on dirait un medley de peu d’inspiration et vraiment très gentillet dans le fond. Dommage.
Je suis également assez déçu, je l’avoue, de l’absence totale d’Edge, pourtant la figure la plus emblématique du Smackdown de ces dernières années avec l’Undertaker. Evidemment il est blessé, mais la WWE aurait pu le faire intervenir dans la grande fête, ou faire un bel enregistrement, je ne sais pas. C’est dommage là aussi. Par contre, on a le retour de Vickie Guerrero, et ça je suis joie, tellement la pauvre Vickie ne mérite pas la haine autour d’elle et tellement son personnage fut là aussi un des personnages les plus marquants de la WWE récente. Et non seulement elle repasse, mais en plus elle nous annonce son retour ! C’est toujours bon à prendre, comme je me plais à le dire. Le reste de la soirée beuverie jongle entre un Michael Cole imitant mal l’homme ivre, un Hornswoggle (!), un Finlay qui montre son coté cool et sympa, un MVP et un Mark Henry désormais potes comme cochons qui tiennent un coin VIP très vite surbooké (y’a que moi que ça faisait marrer de voir une bonne dizaine de diva s’agglutiner ensemble, à cause du manque de place ? Quel coin VIP de fou !), un McIntyre impérial, un CM Punk tout aussi puissant qui illustre bien son coté straightedge au moment où on en avait le plus envie, et un Santino toujours aussi efficace en clown de service. Bref les segments furent efficaces, les matchs également, mais le coté célébration est quand même cheap alors que merde, on fête une décennie, ce qui n’est pas trop mal et aurait mérité mieux qu’une émission finalement toute somme classique…


Jeu: essaye de devenir le nom de ce personnage connu outre-atlantique.

Sinon les guest host ne m’ont pas évoqués grand chose cette semaine tellement ils furent pour la plupart assez transparents. Ne se démarque alors que Bob Barker, franchement impérial dans son rôle et franchement assez fun à voir, surtout quand on a vu un ou deux épisodes de How I Met Your Mother juste avant. Tous les minis jeux avec la thèmatique juste prix était assez divertissants (surtout Jericho haha), et il évitera d’en faire trop. Ok, il dégommera Chavo d’un atami, mais bon, en bon champion de karaté, il a le droit. A priori. Mais globalement, c’est plus des guest host dans cette veine que je souhaiterais, plus que des Cedric The Entertainer dont on a rien à foutre et des Al Sharpton ou des Trish Stratus toutes sommes inutiles.

Mais bon ce soir, c’est un quaterback. J’aime pas les quaterback.

Bref, un mois de septembre assez décevant, dans sa globailité, qui a vu la WWE tomber dans des travers que je n’apprécie que peu et qui me permet à peu près d’affirmer que les ppv à thèmes c’est naze. Autant le Royal Rumble (le seul « thème » étant le mythique Royal Rumble, ça passe), No Way Out (les Elimination Chamber ont leur charme) et Extreme Rules (ou c’est surtout le dawa à la stipu la plus incongrue) ça passe, autant là non quoi. Que ce soit Breaking Point ou SURTOUT Hell in a Cell, tout cela ne me donne pas super envie pour TLC à la mi décembre, mais bon …


Et l’arbitre ne dut son salut qu’au fait qu’il ne savait pas vraiment faire un doigt d’honneur…

PS: Breaking Point a le meilleur thème musical de tous les temps depuis celui d’Armageddon 2008. Still Unbroken quoi.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

5 réactions au sujet de « Un mois de catch: Septembre 2009 (Partie 2) – The party is OVER »

  1. Et bien il s’en est passé des choses pendant ce mois de septembre. Ce fut très intéressant!
    Merci de faire ces reviews mensuelles, comme je regarde le catch sur NT1, ça me permet de savoir quels shows vont être à chier et donc d’éviter de perdre du temps à les regarder.

    P.S : Il s’est blessé où au fait le Edge? Ca commence à faire long là…

  2. Arashi > Ouaip, rupture du tendon d’Achille, a.k.a la grosse blessure pas cool qui pourrait marquer la fin de la carrière du monsieur, ce qui craindrait bien grave sa race.

    Pour le reste, un peu beaucoup complètement d’accord. A part pour le passage ou t’as dit que la promo du Rock à Smackdown était un peu naze, parce que bon il est quand même l’un des rares gars dont toutes les promos sont toujours un peu excellentes, même s’il est vrai qu’on ne se souvient que de celles qui étaient absolument exceptionnelles.

  3. « Mais espérons que la rivalité entre les deux hommes soit belle et bien finie et qu’on ne doive pas subir à Bragging Rights un quatrième match qui serait alors là véritablement de trop. »

    Bwahaha BA NON, tu vas te taper 1h de Cena/Orton à Bragging Rights. Sachant qu’a eux deux ils doivent connaitre à peu près 3,5 prises, ca risque d’être un peu long.

    Et sinon Edge reviendra en face normalement, sans doute pour une feud avec Jericho ( ce qui est tout aussi bandant, voir plus, que Rated Y2J )

  4. Si j’puis me permettre de revenir sur deux-trois petits points :

    « l’infâmant match à Hell In A Cell, qui voit un Undertaker qui ne cache plus son genou en miette »

    Sauf que l’Undertaker ne faisait que vendre le travail de Punk sur sa jambe. Et pis, c’est à la hanche qu’il est blessé, en vrai.

    « le HIAC Cena / Orton, comme j’ai déjà dit plus haut, dans une ambiance franchement étrange, avec un public presque acquis à Orton, ce qui me fait poser de très nombreuses questions. »

    Nan mais faut pas croire, hein. C’est juste que Cena est victime de la mode Anti-Cena, c’est qu’une passade d’une minorité de smarts qui croient qu’ils valent mieux que les autres.

    T’as raté un truc pour le championnat US, le match était bon, rythmé et bien écrit. Pas comme le match pour le titre IC plombé par un Ziggler qui arrive pas à suivre le rythme que lui impose Morrison. En même temps, ne pas pouvoir suivre DIEU, c’est excusable.

    M’enfin, pour l’instant, HiaC est pour ma part le pire PPV de la WWE depuis ‘Mania 25, rien que ça. TLC s’annonce boring, même si apparemment, on se dirige vers un TLC, un Ladder Match et un Tables Match au lieu de deux TLC en Main Event.

N'hésitez pas à commenter l'article~