Bilan annuel WWEsque – 2009/2010

Bilan annuel WWEsque – 2009/2010

Il a mis du temps a venir mais le voici, le voilà: le premier bilan annuel dédié au catch de l’histoire de ce blog. C’est formidable, c’est fantastique et ça sera désormais régulièrement fait chaque année, après le Wrestlemania. Tiens mais avant de commencer, parlons en de Wrestlemania 26. J’aurais bien fait un billet entièrement dédié à cela mais au final j’ai du abandonner l’idée, la principale raison étant que compte tenu du fait que je m’étais tapé la Nocturne juste avant, j’étais pas à fond pour le mater et live, et Tiya non plus. Alors j’allais pas le mater seul et fatigué, du coup on s’est résolu de le mater plus tard dans la semaine. J’ai néanmoins eu la joie de voir la première heure en live, première heure qui m’a totalement épatée et satisfaite…

Mais seulement voilà, en moins de 24h, je me suis quasiment fait spoiler tout le reste des matchs. D’une manière où d’une autre, par différentes sources, différentes personnes, différents médias. Et puis merde, chaud de filer un avis sur un ppv que j’ai vu par bribes, dans le désordre, pas tel qu’il aurait du etre vu. J’ai donc renoncé tristement à le juger longuement. Je peux néanmoins donner un avis global: il a été excellent ce ppv. De mémoire, seul trois matchs sur les neufs ont juste été moyens: le Cena/Batista était vraiment trop pénible (malgré peut-être la meilleure construction scénaristique), le Hart/McMahon était désastreux car trop trop long pour ce qu’il était (un passage à tabac) et le Sheamus/HHH ne m’a pas une seule fois donné un véritable sentiment. Et je passe sous silence le match diva. Mais le reste était FORMIDABLE. Une nuance à apporter au match tag team vraiment trop court, mais le reste m’a bien botté: le CM Punk/Mysterio était du grand art court mais intense, Edge & Jericho n’ont pas déçu les espoirs et j’ai vraiment hâte de les revoir l’un contre l’autre à Extreme Rules, le Money In The Bank était franchement bon, ne chopant jamais une seconde pour respirer et possédant encore une fois un vainqueur totalement inattendu dont le succès m’a franchement satisfait. Le Triple Threat était lui aussi très bon construit et évidemment, l’Undertaker/HBK est mémorable. Voilà tout ce que je peux dire. Ah si, le décor de l’événement a grave déchiré. Ceci étant dit, passons au principal: un an de catch. Du lendemain de WM25 à WM26, qu’est-ce que j’ai surtout retenu ? Eh bien on va voir ça…

Lose.jpg
Un article ou aucun des gens présents sur cette photo ne sera évoqué. Sauf coup de pot.

Il y’a un quasiment se déroulait le draft annuel de la WWE. Avec les succès que cela a eu: grâce à lui, jamais Smackdown n’a autant été aussi gaté. Car déjà il faut le retenir dès maintenant: des cinq show de la WWE (RAW, SD, ECW, Superstars & NXT), c’est bel et bien le show bleu qui cette année nous a continuellement gaté, même si RAW et la ECW n’ont pas non plus à rougir. Mais le niveau hebdomadaire imposé par SD a été vraiment trop fou pour être un jour égalé. Il faut dire qu’il y’avait du beau monde prêts à potentiellement montrer leur tête pour le main-event: Chris Jericho, CM Punk, Edge, Jeff Hardy, Rey Mysterio, l’Undertaker, et même les midcarters obtenus étaient prometteurs: Dolph Ziggler, Umaga, Kane, John Morrison ou bien encore Mike Knox finissait d’achever l’idée d’un show qui allait promettre de la qualité. Pas forcément beaucoup de starpower mais des techniciens du ring, des charismatiques du micro, etc. Et puis mes favoris surtout. Des grandes promesses avait lancée le premier Smackdown post-draft d’ailleurs: Chris Jericho qui vient se vanter de sauver Smackdown, qu’il jure qu’il va devenir l’idole du show, puis Edge qui débarque pour dire que rolalala non il était qu’un n00b alors il avait qu’a prendre un ticket et faire la queue. Arrivait alors CM Punk bien content d’exhiber son acquisition de Wrestlemania et encore tout joyeux dans la vie. C’était le printemps 2009, et les bourgeons promettaient.

Un an plus tard comment ça marche à Smackdown, quel bilan on peut en tirer de tout ça ? Eh bien positif. Car en cours de route se sont vu ajouter d’autres superstars de qualité (Drew McIntyre, la Hart Dynasty) et nombre de petit push ont été disséminés ici où là, permettant par exemple à un R-Truth de briller. Et si en rajoute un plus la visite régulière de certaines stars de RAW championnes par équipe – je pense là au Miz et au Big Show. Enfin bref, le bouillon s’étant vu en plus diversifié tout au long des mois – ce ne sont pas toujours les mêmes qui se sont posés au main-event-, ce fut un regal.

A RAW ? Humm… moins bien. Déjà il y’a eu un problème assez pesant tout au long de l’année qui est qu’en dehors du main-event, c’était le néant. Cena, Orton, Batista, McMahon, HHH ou bien encore HBK: seulement ces six là ont eu véritablement le droit à la parole, de manière régulière, tout au long de l’année. Sheamus y a enfin eu le droit mais c’était trop tard. Et le reste du roster d’exister pleinement, dans des feuds parfois mal construites, mal expliquées, sorties de nulle part. Non pas que le problème soit absent de Smackdown!, il est surtout prédominant chez RAW. A part le Miz et Kofi Kingston qui ont eus de la chance et se sont vus pushés, de manière parfois considérable ou dans un gachis monstrueux (pauvre Kingston), quid de MVP, de Mark Henry, d’Evan Bourne, de Masters, de Carlito ou bien de Swagger ? Ces derniers ont eu la malchance (ou la chance justement, leur talent inring étant pas forcément génial) de se retrouver relegué dans le fond du peleton. Un peu vide. Et évidemment, le concept des guests-hosts n’empêche pas RAW de se montrer trèèès redondant: Cena qui crie très fort sur le méchant, HHH et HBK qui font des blagues et de la promo, Santino qui rend « hommage » au guest host, Jericho qui se fait ridiculiser etc. Un peu redondant.
Et au final, triste de voir que les deux meilleurs éléments de tout RAW sont un type venant de Smackdown et un midcarter: je parle bien sûr de Jericho et… du Miz. « Midcarter » est un peu fort, mais si on regarde la carte de WM, il ne semble pas être vu plus haut par la WWE mais ce n’est qu’une question de temps: il est désormais devenu indubitable que l’ex candidat de real tv deviendra un jour champion mondial et pourrait très bien devenir une des plus grandes figures de la décennie qui arrive: il ne lui manque plus qu’un finisher emblématique, en fait.

Quant à la ECW, j’en ai beaucoup parlé au cours de l’année mais voilà: l’agonie finale fut douloureuse. Je dois bien l’avouer, jusqu’a l’automne, l’émission s’est très très bien débrouillée, avec un roster impressionnant avant le « mini draft » de fin juin (Swagger, Bourne, Christian, Kozlov, Finlay, la Hart Dynasty, Dreamer…) et du coup une mini draft très fatale mais compensée par des arrivées de rookies pas forcément tous pertinents… ainsi je ne retiendrais surtout de tous ces nouveaux arrivés Yoshi Tatsu et… Sheamus. Qui aurait pu prédire en le voyant feuder avec Goldust début juillet qu’il allait toucher six mois plus tard une ceinture mondiale ? Bref.

Enfin, début encourageant pour la NXT mais là je préfère ne pas trop parler…

Maintenant voyons un peu plus en détail nombre de points, et par catégorie…
Prout.jpg
Quand Morrison pète, il ne le fait pas a moitié.

Les catcheurs qui m’ont confirmés que je fais bien d’être fanboy pour eux

Je préfère ne pas citer « UN » catcheur qui m’aurait marqué car ils ont été beaucoup à me marquer cette année. Il y’a évidemment les catcheurs que j’adorais déjà avant, que j’adore toujours et que j’adorerais à jamais, ce qui rend mon bilan un peu biasé par mon comportement de fanboy MAIS il faut tout de même avouer que Chris Jericho fut grandiose tout au long de l’année. Heel impeccable, toujours constamment dans le même personnage sans jamais être trop répétif, son catch est dans le ring assez admirable avec peut-être LE finisher le plus joli de la WWE (je suis un fan infini du Codebreaker, qui donne vraiment l’impression de faire TRES TRES mal) et évidemment ses feuds de folie menée de main de maître et le fait qu’il a sans doute produit ce qui est pour moi LE match de l’année (Rey Vs Jericho à Extreme Rules) et, du coup, une des meilleures feuds de l’année, me confirme qu’on a vraiment affaire à un grand homme qu’on espère pas voir partir de si tôt, malgré le fait qu’il possède tout de même un des plus beaux palmarès de la WWE…

Du coup, restons dans le Canada, avec Edge et Christian. Difficile de vraiment juger Edge sur cette année où il a été absent la moitié du temps. Néanmoins quand il est présent, il existe vraiment. Véritable figure emblématique de la WWE, il faut avouer que son face turn a été très bien amené même si je regretterais un petit manque de folie dans ses promos (car sur le ring, il n’hésite pas à jouer cette carte: le final de son match à WM26 !), qui rendrait son personnage de face tellement plus accrocheur. Mais avant ça on a aussi eu un heel tout a fait sympathique, et le voir enfin évoluer sans Vickie Guerrero, un peu dans une sorte de doute permanent, le rendait très attachant, et quelle fin de rivalité avec Cena ! Et puis, il sait manier la petite phrase qui tue c’est toujours chouette. Et dans le ring, rien à redire, il a là aussi offert de très très beaux matchs (le Ladder Match à Extreme Rules, son match contre Jericho à WM, son Last Man Standing à Backlash…)
Quant à Christian, difficile à l’instant de dire si au final son passage à l’ECW l’a desservi ou non. Le voir un peu stagner à RAW n’est pas très encourageant mais j’ose penser que le draft remettra les choses à zéro comme il le faut et que le canadien saura saisir sa chance à ce moment là. Mais qu’importe: il fut triomphal tout le long de son passage à l’ECW. Aucun combat loupé (même contre Dreamer, loin d’être le meilleur technicien de l’ECW), chaque combat étant au pire juste bon. Des challengers au titre qui tournaient régulièrement, un face loin d’être mièvre et juste bon à choper de la heat en rappelant qu’il est dans une ville formidable et qu’il va peter la gueule du méchant: Christian est heureusement très loin de ce cliché. Et ça fait du bien.

Voyageons.jpg
Allez, suis moi mon bon Heath, voguons ensemble jusqu’au titre mondial ! Même si tu seras viré de NXT avant !

Les catcheurs que j’attendais pas forcément a aussi bon niveau mais que je peux plus m’en passer maintenant

Un peu comme tout le monde, j’ai eu tout au long de l’année de très bonnes surprises venant de catcheurs que je n’attendais pas atteindre un aussi bon niveau, se montrer soudainement aussi charismatique ou tout simplement recevoir un push inattendu. C’est le cas évidemment de CM Punk. Malgré le fait que j’avais bien aimé son premier règne de champion, il faut avouer que ce qui a suivi était assez désastreux: une ceinture tag team un peu moche avec Kofi Kingston (tiens donc), une ceinture intercontinentale mal vendue, mal défendue, une existence dans RAW qui tenait plus du midcartisme (nouveau mot, wouhou) qu’autre chose. CM Punk était mal en point, surtout que le personnage était assez fade et pas tellement au niveau de ce que j’avais connu à l’époque de l’ECW. Du coup, le voir gagner la MITB n’avait pas été de mon gout, jugeant qu’il avait déjà eu sa chance. Oh mon dieu que je me trompais. A peine arrivé dans Smackdown, le Punk gagne une putain d’aura en montrant sa frimousse et sa MITB, et son ambition à s’en servir. Suit alors une feud étrange avec le regretté Umaga qui se conclut par une défaite dans un match étrange et surtout deux heures plus tard d’un des meilleurs cashage de MITB, très inattendu (Jeff venait enfin de gagner son titre, qui aurait cru qu’il allait le perdre aussi vite… et surtout des mains d’un Punk encore face ?), et commence alors un très beau turn. Un excellent turn. Si évidemment le personnage de messie que Punk se crée n’est pas sans défauts (les promos sont peut-être justement trop longues), quelle présence sur le ring, quel arsenal d’expressions, quelle barbe velue ! Et évidemment, l’existence même de la Straight Edge Society est géniale parce qu’elle répond à un manque certain à la WWE, c’est à dire celle d’une stable vraiment flippante. Si je n’ai rien contre Luke Gallows mais rien pour non plus, le personnage de Serena est plein de promesses et je souhaite à la SxE une longue et belle vie.

Et évidemment comme tout le monde également, je ne serais pas original en citant le Miz. Car oui, comme tout le monde, je m’attendais à voir Morrisson sortir vainqueur de la dissolution de la tag team la plus formidable de l’histoire, et au final il faut reconnaître que le Miz s’en sort lui aussi très bien, surtout dans un RAW qui comme je l’ai dit souvent est très concurrenciel et très injuste. Sa feud avec Cena fut assez bien jouée même si on a été nombreux à croire à la fin de sa crédibilité en le voyant perdre en 3mn à The Bash puis se faire bannir de RAW pour revenir battre Eugene la semaine suivante. Et non, ce n’était que le point de départ d’une formidable évolution qui le voit vainqueur aux Survivor Series, a Bragging Rights, qui le voit obtenir le titre US contre un solide Kofi Kingston, puis le titre tag team contre la DX et la SxE qui étaient eux même vraiment plus favoris. Défendre également avec réussite son titre contre MVP, les deux fois de manière « impromptue » et après une feud plutôt bien construite (je me souviens d’une promo où il racontait ses débuts à la WWE avec les brimades de JBL et des autres catcheurs, etc), bref le Miz est au sommet du monde… ET IL EST AWESOME. Oh, et possède désormais un des meilleurs thèmes musicaux de la fédération (on remerciera jamais assez James Alan Johnston de toute manière.) I Came To Play ? Mais forcément !

Plebe.jpg
« Et je parlerais bien de mes fringues, mais on les voit plus à cause de mon talent ! »

Les catcheurs de qualité !

En plus des cinq catcheurs que je viens de citer et qui représentent pour moi le meilleur de la crème de cette année. Il y’a évidemment plein d’autres catcheurs qu’il serait injuste d’oublier. Je pense à un très très surprenant Rey Mysterio. Rey qui me semblait assez tourner en rond à RAW, enchainant les rivalités foireuses avec des « big men » pas forcément à sa taille (hoho jeu de mot) et qui créait des rivalités assez boiteuses, voire même bizarre (la rivalité avec Mike Knox…), et qui arrivé à Smackdown est en odeur de sainteté, offrant au titre intercontinental une exposition et une crédibilité qu’il n’avait jusque là que rarement eu depuis deux ou trois années. S’offrant une rivalité de folie avec Chris Jericho, mais aussi avec CM Punk et également avec Batista. Et il a surtout offert de très très bons matchs, à commencer par l’intégralité de ses matchs contre Jericho, mais aussi ses matchs avec Ziggler ou bien encore son extraordinaire match contre Morrisson. Bref un très très grand Mysterio.
Très très grand aussi fut Morrisson. Un face turn plutôt bien joué, au moment adéquat, et d’autant plus drôle qu’au final il garde la même gimmick: le public a juste décidé soudainement de lui dire « ouais » plutôt que « hou », sans trop de raisons. Si comme d’habitude on peut poindre un léger regret a ne pas le voir squatter le main-event, on se console en le voyant offrir des matchs toujours très spectaculaires, en voyant son personnage s’étoffer progressivement… Bref, c’est un des membres de l’avenir de la WWE et il serait idiot pour la société de le laisser tomber. Il ira certainement loin, et il prend son temps. Bonne chose.

Et en évoquant Morrisson, je ne peux m’empêcher de penser à Kofi Kingston qui est dans le même cas. Très bon catcheur au demeurant, il reste regrattable de le voir cantonner au haut de la carte sans pouvoir tenter sa chance plus haut. Très solide champion US qui, hélàs, fut trop souvent éloigné du micro ce qui donnait un personnage invincible mais silencieux, survivant à des Fatal 4-Way, des matchs à 5, des Triple Threat, des coups bas… mais qui ne réagissait pas vraiment à tout ça. Mais sa feud avec Orton fut vraiment menée de main de maître et a permis aux deux hommes de souffler, de s’en sortir, et à Kofi de s’acheter une légitimité pour un titre mondial… sauf que sa chance n’est pas arrivée et que soudainement, en moins de quinze jours, plaf, il ne semblait plus être un champion mondial légitime. Disparition du micro, disparition d’une certaine « force », d’une certaine aura, la malédiction de RAW l’a rattrapée, etouffée. Terrible. Sevère. A ce stade-là, il m’apparaît nécessaire de le voir passer chez Smackdown.

Et là attention, je cite du main-eventer de RAW: Randy Orton. Très très très bonne année de la Vipère qui malgré un début 2009 difficile, qui le voyait combattre en boucle HHH et les McMahon, ce qui a donné des purges télévisées atroces (son match contre Shane McMahon…) est sorti assez grandi de sa feud avec Cena malgré une feud vraiment à rallonge (débutée à Summerslam mi aout, terminée fin octobre à Bragging Rights…) et des défaites assez humiliantes. Mais ce qui a vraiment ravivé un peu plus ma flamme vis à vis de lui fut sa très belle feud contre Kofi et les matchs que cela a offert, comme si enfin Orton respirait de combattre sérieusement autre chose que Cena, Batista ou HHH. Et la dislocation de la Legacy fut tellement bien jouée que j’ai vraiment hâte de voir cet Orton tweener continuer à évoluer dans la WWE.

Plus sporadiquement, j’ai beaucoup aimé le règne de champion de Tommy Dreamer. Et c’est vraiment un choix très affectif, Tommy Dreamer étant un catcheur que j’appréciais beaucoup, malgré un arsenal technique très limité sur le ring. C’était un face qui fonctionnait très bien pour moi et dont sa victoire à Extreme Rules, dans un contexte très particulier, m’a vraiment beaucoup marqué et a été pour moi un des plus beaux moments émotionnels offerts par la WWE cette année là. Il est dommage de l’avoir vu retourner à son niveau « habituel » une fois la ceinture perdue mais qu’importe: Dreamer restera une figure incontournable de la ECW « WWE style ».

Et toujours chez les midcarters/lowcarters, je tiens à signaler également Dolph Ziggler (qui hélàs semble peiner à se remettre en selle depuis la fin novembre), Jeff Hardy (qui a tout de même su proposer des matchs extremes de fort beau gabarit et qui fut un champion hautement honorable), Mike Knox, Paul Burchill, Jack Swagger (mais qu’il se rassure: j’aurais certainement beaucoup de bien à dire de lui dans un an) ou bien encore un de mes favoris de cette année: William Regal, qui a composé un heel absolument génial. Dans le ring ? Ca reste peu spectaculaire mais qu’importe. Et puis enfin, il ne faut pas oublier le Big Show toujours impérial au micro et impérial cette année dans le rôle de mettre over ses coéquipiers. Puis il reste un lutteur grand et gros mais pas forcément chiant, ce qui est toujours bon au prendre. Et puis hein, merde, zut, Big Show on a trop envie qu’il soit notre pote.

SortirDesToilettes.jpg
Quand Edge sort des toilettes de chez lui, il faut toujours qu’il en fasse un peu trop.

Les joyeux rookies !

J’excepte NXT évidemment, mais il faut avouer que cette année on a eu un petit nombre de rookies assez sympathiques. Mon favori étant, vous le sentez venir, Drew McIntyre. J’adore vraiment ce catcheur pour des raisons aussi stupides qu’insignifiantes: ce sourire de poseur, sa nouvelle entrée qui déchire grave sa race (encore plus que la nouvelle entrée du Miz), son catogan qui se barre en couille au fur et a mesure que le combat dure, donnant l’impression que c’est une barre de vie, cet accent au couteau et un catch au final très agréable à voir. Je regretterais néanmoins beaucoup un règne un peu pâle qui néanmoins, peine surtout par la qualité des challengers: Kane, à la limite, ok. Mais Matt Hardy ? Je ne sais pas moi, chez Smackdown on a du Ziggler, du Knox, du R-Truth voire même à la limite du Yang Yang. Mais pourquoi Hardy ? Mehmehmeh. Enfin bref, espérons que le draft lui apportera du challenger de qualité car le Drew patine un peu ces derniers temps, dommage car son début était flamboyant !

Et difficile de ne pas évoquer Sheamus. Je l’apprécie beaucoup également, et je n’ai pas trouvé son règne trop ridicule même si il y aurait gagné a être le dernier éliminé dans l’Elimination Chamber. Mais qu’importe, son push fut soudain, direct, mais son arrivée à RAW très bien amenée, sa montée en puissance n’a pas été flanqué en l’air, et il a su se montrer crédible même si ses défenses de titres restent litigieuses. Qu’importe: il a la carrure. Et je suis un amateur de son finisher, peut-être moins de son catch en général mais là encore je devrais me méfier.

Les autres rookies ? Mmm… Eric Escobar a fait un passage trop court pour être vraiment jugé. Certes, il a été assez peu fringuant durant ce passage, se contenant de faire du mauvais Edge par rapport à Vickie Guerrero et ne montrant pas grand chose sur le ring, mais ça reste trop court et difficile de le juger sur une seule storyline… Yoshi Tatsu possède une super musique d’entrée et un catch assez spectaculaire MAIS il lui manque encore ce petit quelque chose. Pour l’instant j’ai du mal à voir autre chose qu’un japonais sous acides qui sourit tout le temps. Vance Archer ne me plait pas. Croft & Beretta ont une musique d’entrée de merde, ce qui les disqualifie de ma vie. Et Ezekiel Jackson n’est pas vraiment un rookie mais néanmoins il me plait bien, et je trouve le fait d’en faire le dernier champion ECW quelque chose d’assez fort. Le brave Ezekiel a maintenant des rudes attentes sur ses épaules, dur dur ! Ca pourrait être intéressant de le voir choper la ceinture Intercontintentale d’ailleurs.

Les superstars superstars de chez superstar.

Malgré tout le mal facile qu’on pourrait en dire, je… ne vais pas être trop méchant envers John Cena. Je l’ai trouvé plus supportable qu’avant, au moins ne s’est-il pas cette année ramené de blessure avec un title shot et une prise de titre direct sur la tronche de Jericho. Il y’a encore des moments où il a du mal à passer, où le coté « gnagnagna tagueule le heel je vais te péter les dents parce que les gens tout ça ils en ont marre de t’entendre » qui est franchement pénible, mais il a eu quelques bons moments. Bon, et puis conclure chaque gros match sur un STFU forcément fatal alors que c’est loin d’être la soumission la plus impressionnante visuellement, mouais. On notera aussi sa passion tout au long de l’année pour les matchs a stipu, il ne lui manque plus qu’un steel cage classique quoique il a déjà du le faire. Bref. On ne peut néanmoins lui retirer le fait qu’il a été très solide au long de l’année, et c’est une chance pour la WWE.

Ah, et Batista ! Très beau heel turn de la part de l’Animal, qui le rend enfin intéressant. Tolérable ? Pas toujours, il reste très pénible dans le ring par exemple. Mais qu’importe, il a au moins gagné le droit d’être intéressant en dehors du ring: ce qui n’était pas gagné d’avance. Sa performance d’un RAW où il a avoué que le public était à ses yeux de la thunes reste toujours très intéressante.

Enfin, pas grand grand chose à dire sur HHH, Shawn Michaels et l’Undertaker. Ceux-ci étant égaux à eux-même, avec le passage « DX » pour les deux premiers. DX qui fut assez pénible avec le recul. Je n’aime guère l’équipe de base, j’avais donc du mal à adhérer au truc, et j’ai eu vraiment du mal. Il y’a néanmoins eu deux/trois bonnes surprises (HBK qui fout un Sweet Chin N’Music dans la gueule d’une gamine, c’est toujours bon) qui font un peu passer la pilule. Michaels et l’Undertaker resteront surtout mémorables non pas pour leurs règnes respectifs de champion (la DX n’avait pas besoin du titre tag pour être over, et l’Undertaker a fait un règne très… fantomatique. Ce qui est le cas de le dire huh huh) mais bien pour la formidable rivalité entre les deux hommes. Rivalité qui débutera dès décembre et se concluera pour ni plus ni moins que le main event de WM26 et un des plus beaux matchs de l’année. On apprécie vivement. Mais globalement on notera aussi un point commun net et précis entre HHH et Undy: l’age commence à se voir. Surtout chez l’Undertaker qui arrive encore à offrir de très grands matchs (l’Elimination Chamber ou le match contre HBK) mais qui en contrepartie est un peu responsable de matchs moyens où trop courts parce qu’il est nécessaire de le ménager. Et pire, le voir combattre toutes les trois semaines l’a nettement décrédibilisé en tant que champion. Mais au moins ça a collé au perso. Quant a HHH, il va vraiment falloir qu’il apprenne à faire d’autres coups :(.

HahaJericho.jpg De toute façon, ils ne sont pas les meilleurs dans leur domaine.

Les matchs de l’année qu’ils sont beaux à s’en remater en boucle.

Mon match préféré de l’année, toute stipu confondue ? Chris Jericho contre Rey Mysterio à Extreme Rules. Ce match m’a vraiment mis sur le cul, que ce soit dans sa construction d’avant match (Jericho qui passe trois semaines à se jurer qu’il lui retirerait le masque, une intervention avant le match pour critiquer la vente de masques en boutiques, disant que Mysterio avait fait de son masque un produit pour boutique, etc), le rythme global du match et évidemment sa conclusion, assez incroyable et inattendue. Et Jericho qui repart avec le titre ni vu ni connu je t’embrouille en bonus. Une preuve ultime que les deux hommes savent travailler ensemble et que cette feud aurait pu durer six mois que ça n’aurait géné personne, tout comme l’avait été un an plus tot la feud entre Jericho et HBK. Bref, superbe.

De mémoire, j’ai aussi adhéré deux matchs « particuliers » que furent le Royal Rumble 2010 et l’Elimination Chamber de Smackdown. Le premier pour son rythme extra-speedé, ses excellentes idées, ses retournements de situations. Voir CM Punk prêcher et éliminer au fur à mesure pour encore mieux mettre les points sur les i reste quelque chose d’assez unique, d’assez différent et d’assez mémorable. L’intervention de Beth Phoenix, l’élimination assez matinale de Triple H, la prestation de Shawn Michaels et sa réaction post-élimination, Edge qui jette Cena dehors, l’entrée de Edge, autant de choses qui font que j’ai passé les 40mn du truc à vraiment kiffer à donf. Et quand je dis « kiffer à donf » c’est coeur qui bat, sourire béat, suspens de ouf, etc. Une vraie expérience. Quant à l’Elimination Chamber, on a eu droit à une vraie performance de tous les catcheurs qui y était présent, avec retournements de situations, finishers bien portés, situations inédites et des gens qui sortent d’une trappe. Bref, le bonheur sur terre.

Dans les matchs plus classiques que j’ai aussi adoré, citons pèle mèle et sans hiérarchie aucun le Cena/Edge de Backlash, le Christian/Swagger de ce même ppv, le Christian/Benjamin de TLC, le DX/JeriShow de ce même ppv, le Team Orton Vs Team Kingston des Survivor Series, le HBK/Undertaker de Wrestlemania 26 (évidemment), le Edge/Jericho de ce même ppv, Mysterio/Punk de WM26 encore, l’intégralité des Y2J/Mysterio en règle générale, le Edge/Hardy d’Extreme Rules en Ladder match ainsi que le Punk/Hardy en TLC Match. Je pense aussi au Mysterio/Ziggler de Night of Champions, au DX/Legacy de Breaking Point ou bien encore au Orton/Kingston de TLC. Mais voilà ça suffira assez, ça fait beaucoup.

ViensChercher.jpg

Les moments les plus OMGWTFFANTASTIQUE de l’année

Plein de moments m’ont vraiment fait bondir le coeur tout au long de cette année. Il y’en a évidemment deux qui ressortent plus face au reste, et les deux impliquent Edge: l’annonce de leur tag team a The Bash et surtout le retour au Royal Rumble. Avant tout de même une grosse grosse supériorité du second fait, qui a été parfaitement joué de la part de la WWE. Si le retour de Edge en lui-même n’était pas étonnant, son contexte a tout de même permis à cette non-surprise d’en devenir une. En effet, le faire entrer 29e était très intéressant dans cette optique: toutes les plus grosses stars et les stars « imprévues » jusque là étaient ainsi rentrées, et si on était un minimum calé on savait peu à peu qui restait dans le compteur. Et évidemment, après avoir vu Jericho entrer en 28, je savais que ce qui restait c’était Batista et… William Regal (un peu un de mes heels préférés quoi.) J’étais donc assez deçu, mais pas désespéré: peut-être Edge interviendra dans le match pour virer Jericho alors que celui-ci était en duel contre on ne sait quel autre catcheur ? Peut-être ? Enfin bref, en n°29 j’espérais du coup entendre la musique de Batista et espérer voir Regal squeezer pour être n°30. Me demandez pas pourquoi cette logique, enfin bref. Tant que ce n’était pas la musique de Regal quoi. Et du coup j’espérais soit la musique de Batista, soit celle de Regal, j’ai eu celle de Edge. Trois secondes pour bien comprendre que j’avais bien entendu « you think you know me » et HAN VLAN HAN HAN HAAAA HOOO YAMETE YAMETE HA. HAAAAAAAA~.

Bon bref. Voilà.

Pour Edge & Jericho à « The Bash » c’est encore mieux: pour diverses raisons, je dois mater le ppv en différé mais pour diverses raisons (la lose entre autres), je découvre que Edge fait partie du match tag team. Ok, ça va buter, j’étais à deux doigts de zapper le match mais je vais me forcer à le mater avec Tiya. Alors boum le match est à deux doigts de commencer, Theodore Long déboule et dit d’holding ya playaz, Edge se déboule, ok fun, qui peut être son pote ? CHRIS JERICHO ? HAN VRAIMENT ? J’ai eu un sourire indélébile tout le long du match. Que dieu préserve cet instant.

Y’a eu plein de petits moments comme ça qui m’ont vraiment fait jubiler, j’exagérerais, je dirais que chaque émission m’a offert un petit moment de bonheur et de « markage » assez poussé. Je retiendrais surtout des moments comme CM Punk qui entre déguisé en Jeff Hardy la semaine suivant son départ ; Jericho qui se déguise en fan de Mysterio ; CM Punk qui cash sa MITB ; la fin du Smackdown du 6 Février qui voit sur le même ring Punk, Edge, Jericho et l’Undertaker se narguer ; La célébration de Dreamer après la victoire du titre ECW ; Jillan qui gagne la ceinture Divas ; Beth Phoenix qui élimine Khali…

HahaJericho.jpg
Haha, et Amo qui réutilise deux fois la même image en croyant que personne va le capter !

Les plus belles feuds de l’an 2009 !

Plein de belles feuds durant cette époque. J’ai évidemment comme vous l’aurez compris beaucoup adoré la plupart des feuds ayant rapport à Jericho: ainsi la feud Mysterio/Jericho fut une des plus belles de l’année, et en fait la plus belle, car tournant autour d’un titre, d’idéaux, avec un masque, des coups bas, des matchs sublimes. Rien à dire, on sent l’amitié qui liait les deux hommes et la passion derrière cela. Et ça fait du bien. Et évidemment, dur de ne pas apprécier la feud Edge/Jericho, très longtemps fantasmée, et… un peu en deça de ces fantasme. Ce qui n’empêcha pas cette feud (encore en cours) d’être bien fichue. Mais il y’a aussi les deux principales feuds de Christian qui furent bien menée: la feud Christian/Swagger a cumulé les très bons moments et les combats de qualité, donc rien à redire. Quant à la feud Christian/Regal c’est vraiment une très classique feud face/heel mais qui a très bien marché compte tenu du fait que chacun était un peu l’exemple même du face/heel parfait.

Chez les autres, on a évidemment eu un extraordinaire Undertaker/Michaels, un très réussi Cena/Batista, un Orton/Legacy qui fut plutôt bien construit où bien encore un Miz/Cena qui aurait pu être une excellente feud si elle ne se terminait pas sur un match pourri. Enfin bon, ça a permis à Miz de se forger une crédibilité, ce qui est toujours bien. Et je rajoute volontiers la fin de la feud Edge/Cena et l’intégralité de Jeff Hardy/CM Punk qui fut de bien beau gabarit !

TristePensif.jpg

Les déceptions de l’année qui sont tristes

Bon bah définitivement Mark Henry ne sert à rien. C’est dommage car au moment de son face-turn, j’ai un peu cru genre que je pourrais presque l’apprécier. Mais non. Face il est encore plus inutile qu’en Heel. Son thème d’entrée est pourri, ses combats sont chiants, il est super mal utilisé au micro, il amuse un peu les guest hosts et puis voilà. Et du coup je rajoute très naturellement MVP qui a part une tentative rigolote de devenir challenger n°1 début mai (si si vous savez, dans l’émission où il s’opposa héroïquement à Orton pour se faire démonter tandis que plus tard dans la même soirée, Shane McMahon humiliera ce second) n’a pas fait grand chose non plus, à part filer son titre US. La tag team entre les deux était donc voué soit à devenir sérieuse -donc intéressante- soit frivole -donc dispensable-. Et oh. Il semble que la WWE a choisi son camp là dessus et d’en faire une team de potes qui… hum… n’existent pas trop. Et je reste toujours un peu géné de voir la team être réutilisée pour s’opposée à ShowMiz alors qu’elle avait disparue des écrans depuis leur défaite contre… JeriShow ! Bref, une tag team dispensable, deux catcheurs redondants et peu intéressants, qui ont eus des opportunités, qui n’ont pas pu les saisir (oui parce que j’ai pas parlé de la feud Miz/MVP parti sur les chapeaux de roues et qui a fini en blague gigantesque avec ses matchs de championnats sortis de nulle part) et qui sont désormais à jamais cantonné au midcard eternel. Et c’est presque déjà trop.

Vladimir Kozlov serait lui aussi une appropriée déception. J’adore le russe, je trouve son style de combat très intéressant et sa gimmick juste puissante, mais en faire pendant six mois le garde du corps de Regal ne lui a rien rapporté et il a passé le reste du temps à faire des squashs peu intéressants. Et je passe sur son début de face-turn assez saboté pour le faire redevenir un heel patapon et grand gachis. En espérant qu’il arriver à s’imposer à RAW; il le mérite…

Il y’a ensuite des noms comme Eric Escobar qui me viennent en tête mais là bon… Et puis je pourrais parler des Cryme Time mais non, je resterais digne. Du coup je pourrais dire que la Hart Dynasty m’a deçue mais il faut dire que le booking ne les a pas aidés: passer six mois à se battre sans raison uniquement contre Cryme Time, mais what the fuck ? Et pour rester dans les tag teams, sérieusement, qu’est-ce qu’a foutu les Colons pendant quatre mois ? Pourquoi être la première équipe tag team unifiée et pourquoi s’en foutre autant ? Sérieusement ? Et pourquoi Primo est aussi sous-exploité ?

Hoplaboum.jpg
Ca, c’est fait.

Voilà voilà, je vais me stopper ici pour ce soir puisque j’ai a peu près tout dit. Je pourrais parler des guests hosts aussi mais au final, je vous épargne ça (il y’aurait tellement de potentiel ! Genre chier non stop sur les deux incompétents de la NASCAR) ce qui est dommage car je vous aurais du pourquoi, contrairement aux cahiers du catch, je kiffe que les invités soient des stars de NASCAR, de baseball ou de country. Mais je vais rester mystérieux et evasif et on gardera peut-être ça pour la chronique dédiée à Extreme Rules, qui aura lieu ce dimanche…

LAVENIR.jpg
En attendant, l’avenir vous observe avec son manteau à paillettes !

PS: J’aurais bien aimé parler un peu du débat « mais pourquoi à la WWE y’a que les heels qui s’habillent bien ? » :(((

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

N'hésitez pas à commenter l'article~