Lovin’Japan: Silent Hill

Lovin’Japan: Silent Hill

Le salon, vu de dehors

Ce week end avait donc lieu la première édition de Lovin’Japan, convention parisienne situé au Hall de la Vilette sur Paris et j’y étais les deux jours, ce qui est toujours assez formidable pour augmenter ses points d’expérience. Points d’expérience d’autant plus précieux que cette convention n’était pas vraiment comme les autres et malgré le fait qu’elle possédait d’incroyables défauts, quelque chose la rendait unique et, au final, assez agréable. Même si au final ce « quelque chose » s’identifie très vite: le fait de pouvoir marcher dans la convention sans écraser des gens, de pouvoir faire des trucs sans faire la queue ou bien de pouvoir s’asseoir sans attendre que quelqu’un libère la chaise. C’est ainsi qu’ironiquement, c’est grâce à son flop stratosphérique (à deux doigts du légendaire) que Lovin Japan se révéla donc une convention franchement sympa…

D’autant plus sympa que se faire dédicacer le coffret DVD de son anime préféré par ses auteurs, bah voilà hein. CA MET EN PEU EN JOIE L’ENSEMBLE DU WEEK END VOUS NE TROUVEZ PAS ?

Il y'a plus de stands que de gens sur cette photo !

Je vais déjà commencer par un point important: le hall de la Vilette est une salle qui déchire. Je l’ai déjà signalé pour le Micromania Game Show et je le redis ici mais vraiment, mes paroles sont belles et sincères. Bien exploitée, cette salle peut le faire à fond et, chance ultime, elle est bien exploitée là encore une fois et ce même si on sent très vite que Lovin Japan a eu les yeux un peu plus gros que le ventre puisque les espaces vides et non utilisés s’accumulent. Ce qui crée des espaces très vite calmes et charmants où on peut se poser un moment. Ce qui est donc très bien mais, je l’imagine, vraiment pas prévu par l’organisation. Mais bon, pas grave. Il est plus amusant de croiser des espaces vides au sein même de la convention, c’est à dire des endroits où il devrait y’avoir un stand mais où au final il n’y a rien de plus que du vide. C’est assez spécial et folklorique.

VIDE !

Car bon, hein, vous êtes sans doute déjà au courant: Lovin Japan fut un flop assez monumental pour ses organisateurs avec pas autant de visiteurs que prévu. Si bien qu’ils en étaient réduits le dimanche après-midi à distribuer gratuitement des invitations dans le Parc de la Vilette qui se trouvait autour, au grand désespoir de certaines personnes ne voulant pas fricoter avec la « plèbe ». Mais le pire c’était que ce flop était assez annoncé quand on apprit dans la semaine précédant que les places pour les exposants étaient soudainement soldées parce qu’ils n’en avaient pas assez, et ça s’est répercuté sur l’ensemble de ce week end avec un nombre d’exposants au final assez faible et des exposants paraît-il assez verts de ne pas avoir super vendu. D’un coté, j’ai pas super envie de plaindre certaines enseignes comme Konci, là, comme ça, de tête, par exemple. Ah oui, parce que y’avait du HK. Autant que dans un Paris Manga ou une Japan Expo, ce qui est toujours enclin à rendre assez paranoïaque, mais là la problématique c’est qu’autant tous les vendeurs de HK s’étaient donnés rendez vous au salon, autant tous les vendeurs « cleans » et les éditeurs n’étaient pas forcément là. Alors là où d’habitude ça s’équilibre plutôt bien, ici on avait un léger avantage en faveur de nos amis pas très gentils, ce qui n’était de toute manière pas un problème si on savait où acheter. Je noterais néanmoins un très rigolo stand de vente de goodies de catch (autant leur présence à PM était légitime, autant là j’ai un peu buggué: enfin ça permet de baver un peu devant leur ceinture ECW) et surtout un stand de ventes de jeu vidéo à des prix un peu abusés (Left 4 Dead sur 360 à 70€ ? Tu crois qu’on est pas au courant du fait qu’il est sorti en Classics ?) qui a crée nombre d’hilarités personnelles. Bref, c’est toujours un peu chiant le HK mais au bout d’un moment on finit par ne plus avoir rien à foutre et à les ignorer gentiment. De toute manière, j’ai du passer une demi-heure max sur toute la convention à parcourir les exposants donc pfrrr quoi.

Mais ce qu’il y’a de bien c’est que c’était bien agencé, avec tous les stands « commerciaux » d’un coté et les trucs plus « culturels » de l’autre. Avec entre autres un stand de pate à modeler, un stand d’origamis (où j’avais mal pour le tenancier parce qu’a chaque fois que je passais il était tout seul et semblait se faire chier comme un rat mort), un stand pour un concert de musiques d’animes (???) où bien encore quelques stands de couture et autres trucs rigolos mais que euh je ne suis pas très tenté. Et évidemment un important espace scénique, parfois un peu trop bruyant (on l’entendait dans toute la conv en fait), mais bien dégagé et pouvant être vu de plusieurs endroits différents (devant la scène, depuis les balcons, depuis le pont, etc) ce qui était assez pratique…

L'incroyable scene !

Tant que je suis sur la scène, je peux dire que les présentations super pompeuses pour les cosplays ça me pète les couilles mais d’une force ? Ok, parce que j’ai maté l’Eurocosplay en compagnie du Concombre (avec qui j’ai passé l’ensemble du salon d’ailleurs) et pfff, mais pfff quoi. Les cosplayers qui passent dans ce genre de concours peuvent pas faire, je sais pas, autre chose que poser pendant une minute sur une musique pseudo-épique ? Y’en a deux ou trois qui ont dansés ce qui était déjà plus intéressant, mais quand la majorité du truc c’est « vlamvlam j’arrive, vlamvlam je pose, vlamvlam j’imite le personnage en faisant deux coups d’épées, vlamvlam je m’en vais », pffrrflalaa. Tu m’étonnes qu’après, des Français deviennent champion du monde de cosplay en faisant simplement un sketch humoristique avec des costumes de qualité. Enfin bref, j’ai toujours trouvé ce genre de concours assez kitsch et cet Eurocosplay n’a pas fait d’entorse à la règle. Tant pis !

Toujours sur la scène je retiendrais aussi le concert d’HiTT du samedi. Je n’y étais pas hein, mais on l’a entendu pendant une heure dans toute la convention et bon, hein, ça nous a permis de rigoler un peu de temps en temps. Et on y a vu deux trois trucs intéressants comme une prestation de ninjas danseurs assez riche en qualité où bien encore pu entendre le doux son du groupe Doremi, toujours aussi incapable d’être mauvais. Je regrette juste avoir loupé le « Japan Talent Show » qui aurait pu potentiellement être drôle à voir (ou, ça se trouve, proposer des gens de qualité.)
Néanmoins, je reste incapable de savoir si le fait d’avoir une scène aussi « accessible » est un défaut où une qualité. Je veux pas dire par là que jusqu’a présent, tout était fait de telle manière à ce que la scène soit un peu « déménagée » du centre des opérations, exception faite de l’Epitanime où la scène EST au centre (mais on ne l’entend pas dans toute la conv pour autant, disposition des lieux oblige), ce qui permettait aux trucs qui s’y passait de jouir d’une certaine intimité mais aussi au reste de la convention de ne pas entendre ce qu’il s’y passe, mais d’un autre coté difficile d’être tenté d’y jeter un oeil. Ici, on entendait en permanence la scène et pas difficile d’y jeter un oeil puisque la plupart du temps, il suffisait de se poser au premier étage pour voir ce qu’il s’y passait, ce qui permettait au contenu une meilleure exposition et a nos curiosités d’être plus facilement « teasées ». Même si, pour faire la fine bouche, j’aurais bien aimé des chaises devant.

Des gens courageux jouent à un jeu BulleJapon !

Tout comme Paris Manga, il faut retenir encore une fois le dévouement des associatifs, à commencer par Epitanime et BulleJapon, ainsi que les petits gars d’Asian Efrei (je suis pas allé voir ce que proposait Tomoda et Sakura Shiroi mais tant pis.) Pour les premiers, on avait les habituels Epifestival et autres jeux musicaux (Guitar Hero Smash Hits 🙁 ), les seconds proposaient leur arsenal d’activités habituelles, que je découvrais pour la majorité pour la première fois (et maintenant je peux faire la vanne suivante « … et ainsi reprendre le concept afin de l’améliorer » afin de recevoir des regards noirs de la part de camarades :p), quant à Asian Efrei ils présentaient jeux musicaux et quizz/blind test dédiés aux jeux vidéo. En fait, me semble que j’ai passé la majorité de la convention à l’Espace BulleJapon et c’était franchement sympa. J’ai par exemple beaucoup aimé les quizz d’Asian Efrei qui étaient, AMHA, super bien foutus niveau difficulté. Bon, après le truc c’est que pas mal des gens du truc étaient paumés et que j’étais vraisemblablement le seul à connaître Auto Modellista, mais en tout cas c’était ma difficulté préférée de tous les temps pour un quizz. Le blind test était lui aussi bien comme il faut, mixant parfaitement des trucs abordables, des trucs difficiles et évidemment les meilleurs trucs de tous les temps, ceux que tu sais d’où ça vient mais tu dois réfléchir quelques secondes dessus avant de crier victorieusement « HA PUTAIN JE SAIS ! ».

J’aurais au moins découvert donc des jeux comme le Trombinoscore de BulleJapon (franchement fun à voir), le Ni! Yon! Cash! (un « Tout le monde veut prendre sa place » version japanime, eh bah c’est pas aussi mauvais qu’on pourrait le penser), la mystérieuse Fureur (qui a été vraiment, AMHA, vraiment vraiment trop long. Un tour ou deux en moins, ça aurait été impeccable, car le jeu fonctionne bien tel quel, si on excepte sa durée), le mystérieux VideoQuizz (sympathique mais je préfère quand un animateur fait le truc à la place d’un écran pas très sympa et chalereux), le Dial’Test toujours très amusant même si on ne fait pas forcément de supers résultats (mais ça permet de caser « Bible Black » sur la feuille dans un extrait avec du verre brisé) où bien encore l’Otaku no Quiz et ses feuilles de l’enfer…

Bref, des activités plutôt bien fichues et assez intéressantes pour limite y passer la journée… ce que certains ont fait ! Bon perso, j’aurais pas pu tenir durant le quizz Drama et le kokoku mais bon, chacun ses choix. A la limite, j’aimerais apporter une petite nuance avec un choix assez moyen de génériques pendant les karaokés « de transition » entre deux jeux. Deux fois l’OP5 de Bleach, c’est meh :(.

DUKE NUKEM §§ CONTREJOUR §§ EFFET DE STYLE §

Il est du coup obligatoire de parler dès maintenant du point le plus important de cette convention: Yoshitoshi ABe et Yasuyuki Ueda. Que dire et par quoi commencer ? Déjà le système de dédicaces était BIEN: il fallait ainsi s’inscrire sur une liste et une fois inscrit dessus, vous étiez assuré d’avoir votre dédicace si vous vous présentiez à l’heure indiquée. C’est super simple, ça ne se complique pas inutilement la vie, on a pas le suspens du « ouais mais est-ce que je fais pas la queue pour rien parce que ça se trouve l’horaire va déborder et… », c’était serein, l’auteur pouvait prendre son temps, et c’était pas le gros bordel. Évidemment, si on couple cela au fait que personne ne s’est inscrit (à onze heures trente, soit une demi-heure avant la dédicace de midi du samedi, il restait encore une quinzaine de places sur un totale de quarante-cinq), c’était franchement bonnard. Je ne sais pas tellement si ce système aurait une faisabilité dans une convention plus « peuplée » (où du coup on ferait la queue d’abord pour s’inscrire pour ensuite pour vraiment recevoir son du) mais c’est une piste à creuser un peu plus en détail pour l’avenir. Tellement plus sympa que le tirage au sort tétra relou ou la queue hasardeuse.

Du coup la séance de dédicace (j’ai finalement choisi celle de seize heures) se passa sans le moindre trouble, on pouvait dire à ABe des trucs aussi intéressants que « j’ai vraiment adoré Haibane Renmei, c’est mon anime préféré et euh il m’a euh… beaucoup ému » le tout en bégayant comme un adolescent devant son premier amour. Et Ueda qui peut pas s’empêcher de faire remarquer que j’ai le même prénom que l’antéchrist, merci ;_;. Du coup j’ai fait dédicacer mon coffret d’Haibane Renmei, celui que j’avais acheté avec amour un jour de réveillon 2005/2006, tout ça. Bref c’est un peu la joie ultime dans mon coeur, tout ça. Je pourrais vous taper un paragraphe assez large sur pourquoi Yoshitoshi ABe tout ça, sur pourquoi Haibane Renmei, sur pourquoi autant vouloir rencontrer cet auteur mais je vais vous éviter ça. Bref je suis heureux ;__;. Maintenant je vais faire en sorte que jamais ce coffret ne disparaisse mystérieusement, le chouchouter comme jamais, l’aimer très fort… tout ça.

Attendons les gens !

Par contre la conférence en elle-même… je sais pas. L’idée de « changer » un peu la recette classique de la conférence, à la limite pourquoi pas je vois pas de raisons de trop m’y opposer, mais hum, la façon dont ça a été fait est un peu critiquable: trente minutes pour les questions, les présentations et trente minutes pour faire gagner cellulos et illustrations… d’une manière un peu bancale. Je met en scène pour ceux qui n’étaient pas là, puisque c’était un Pierre Papier Ciseaux géant où les deux animateurs prenaient par « hasard » un gagnant du jeu, qui avait le droit de choisir une illustration à ramener à la maison. La problématique, on la voit très vite: les deux animateurs prennent par hasard. Bon, je vais pas jouer la victime, j’ai échoué à tous les Janken mais il était vite évident qu’un des animateurs mataient la gauche de la scène, l’autre matait la droite et… euh… pffrr… le milieu disparaissait gentiment de leur vision. Et, bon, pffrr. Du coup il aurait été peut-être plus intéressant de faire une sorte de « tournoi », c’est à dire faire monter sur scène tout ceux qui ont réussis et les faire se battre jusqu’a la mort, ou bien éliminer au fur et a mesure les gens etc. Peut-être plus difficile à organiser, qui sait. Oui, en fait plus difficile mais bon, bref, un petit sentiment d’injustice tout ça. Et puis bon, consacrer la moitié d’une heure à toute la distribution de matos, pffrr. On aurait pu faire juste un tirage au sort à la limite. Chacun remplit un petit papier, on fout tout dans un chapeau, on en tire six et HOP LA. Ca aurait moins fait gueuler certains que le truc tel qu’il était présenté. Non parce que vous voyez, dans les yeux de certains, fallait absolument que les gagnants soient des otakus élitistes hardcores fanboys et pas forcément des gens « normaux ». Je dis « certains » mais c’est le point de vue d’une seule personne à ma connaissance.

Enfin bref, le souci n’était donc au final pas tellement l’existence d’un petit concours, mais le temps qui y a été consacré. D’autant plus que la conférence « normale » n’a pas été pauvre en petites anecdotes et révélations intéressantes: ABe qui confie avoir peu aimé travailler avec certaines personnes sur certaines animes, Despera qui n’est pas forcément voué à devenir un anime, un projet de manga cycliste, ABe qui confie avoir une idée de suite pour Haibane Renmei mais qui ne sait pas si il va le faire et qui ne sait pas si des gens trouveraient ça intéressants, ABe qui déconne sur sa visite au commissariat de la veille (il s’est fait volé son iPhone et sa caméra digitale dans le métro et a du passer une demi-heure chez nos amis policiers), qui confie qu’Haibane Renmei a une inspiration architecturale très parisienne et Ueda qui est fier de nous montrer le premier épisode de Lain… en version Blu Ray !

Manga Café chouettement agencé !
Du vide ? Dans MON Lovin Japan ?

Pour le reste que dire ? On pourrait faire un historique des échecs de Lovin Japan dans sa communication, comme par exemple annoncer que début janvier une convention pour fin avril, comme par exemple situer cette convention en mois d’avril, entre Paris Manga, Epitanime et la Japan Expo. Ne pas avoir suffisamment assurer de promotion sur l’Internet, se reposant peut-être trop sur un bouche à oreille qui n’est pas venu, ne pas avoir exhiber tout de suite ou suffisamment ses atouts qui permettrait de démarquer la convention d’un PM ou d’une Chibi classique. Peut-être aussi un manque d’invités: on avait ainsi ABe & Ueda (qui au final n’ont pas attirés grand monde, ce qui est dommage), HiTT (qui au final ont attirés plus de monde que le duo d’a coté, ce qui est… dommage :p </languedepute>) et Paka, ce qui est vendeur mais pas trop.

Car au final, si Lovin Japan fut une expérience positive et que j’ai beaucoup appréciée c’est surtout parce que la convention fut un échec commercial… la même convention, mais avec moitié plus de gens, et là j’aurais un peu fait la trogne. Une convention où on respire, où on peut même se payer le luxe de courir dans les couloirs, le temps d’observer ce que propose les exposants sans se faire renverser, perdre du regard quelqu’un deux secondes et le retrouver aussitôt, avoir les oreilles dégagées et pouvoir parler aux gens autour de nous sans gueuler ou répéter, s’asseoir sans que ce soit génant… Évidemment, ça ne permet pas d’oublier que globalement, Lovin Japan ne possède pas vraiment d’identité propre et cumule pas mal de petits défauts inhérents aux conventions de ce type mais qu’importe, j’aurais bien aimé voir une seconde édition avec toutes les corrections que cela aurait amené… mais vu les circonstances, je doute sérieusement qu’ils retentent leur chance. Certains diront « tant mieux », je me classifierais plus du coté des « tant pis ». Pourtant, ça se passait à la Vilette quoi ! Cette salle est tellement géniale ! Mon rein pour une autre convention dans cette salle ! Et un bon point final: j’ai pas vu le moindre free huggers. PAS. UNE. SEULE. FOIS.

LOOT !
Le loot de la convention: un ex libris Haibane Renmei super cool, le tome 7 de Sayonara Monsieur Desespoir, le tome 2 de l’Histoire de Nintendo, le jeu Saw gagné en remportant le quizz jeu vidéo de Asian’Efrei et Super Paper Mario que j’ai emprunté à Concombre donc je sais pas pourquoi je le met dans le loot, je crois que je veux juste que vous voyez ce à quoi je vais jouer pendant le mois de mai. Et évidemment, mon pokéwalker m’aura offert pour l’ensemble du week end prêt de 1200W ! 1200W ! Mon Tylton est super jouasse !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

7 réactions au sujet de « Lovin’Japan: Silent Hill »

  1. Le gros problème de cette convention, c’était vraiment ses dates !
    Une fois, je suis venu à Paris juste pour un groupe de musique japonais, alors qu’il avait été annoncé au dernier moment. Alors sachant que Serial Experiments Lain fait partie de mon trio d’animes favoris, j’aurais dû venir. Seulement, fin Avril, c’est la saison des examens, ou des dernières lignes droites pour les examens. Ce qui, évidemment, était mon cas… Et je n’étais certainement pas le seul dans ce cas. Après, comme tu le dis, il y a le manque de publicité autour du projet, et le fait que les organisateurs aient eu les yeux plus gros que le ventre.

    J’espère que la Japan Galaxy de Lyon aura plus de succès.

  2. Saw sur 360 ahah, j’en connais un qui risque de pas aimer mais qui va farmer les succès :p Bon et c’est quoi un Ex Libris en fait ? 🙁

  3. T’as perdu ton APN ou quoi ?

    Heureusement qu’il y avait les invités quand même, même si la conférence puait le manque d’organisation tant elle est partie dans tous les sens. Ueda et ABe ont un peu sauvé cette convention du vide d’intérêt.
    Sinon pas d’accord pour l’exploitation de l’espace. Seule une seule des plate-formes latérale a été utilisée, c’est dommage ces espaces auraient été pas mal pour mettre bulle japon ou les autres en face avec leur DDR. Là c’était fermé, dommage.

    >dans les yeux de certains, fallait absolument que les gagnants soient des otakus élitistes hardcores fanboys et pas forcément des gens « normaux »
    D’une certaine manière pour les cels vaut mieux que ce soient des otakus hardcore qui les aient gagnés, parce que sinon je donne pas 6 mois de survie à ces pièces uniques. D’une certaines manière le collectionneur en moi est doublement content que j’ai gagné un des 3 dessins originaux du maître : il sera apprécié à sa juste valeur et conservé dans des conditions qui assureront sa conservation dans le temps et non pas vendu sur ebay ou oublié dans un coin et tout défoncé l’année prochaine. (bon, puis il tue ce dessin, content de l’avoir pour ça aussi)

    Zoneur > un « tiré à part ». Une illustration sur support cartonné plus ou moins rigide (dans le cas qui nous intéresse, pas trop). C’est très courant dans le monde de la BD, que ce soit offert pour l’achat d’une BD ou en vente seul (souvent signé et numéroté par l’auteur).

  4. « Super Paper Mario que j’ai emprunté à Concombre donc je sais pas pourquoi je le met dans le loot, je crois que je veux juste que vous voyez ce à quoi je vais jouer pendant le mois de mai »
    Ce jeu est le meilleur jeu solo de la Wii. Donc profites-en bien.

    Sinon j’y étais pas, mais à la NL on s »est apparemment fait tirer des DSi. Sur les bornes. Comme ça.
    Donc cette convention craignait quand même. Sans compter ce qu’on m’a raconté sur la concentration en HK phénoménale.

    La présence de Abe et Ueda n’excuse pas le reste, aussi sympathique et attendue fut-elle. J’irais presque penser que c’est dommage que ces invités ne soient pas venus pour une autre convention.

  5. Ohoh je suis sur une des photos avec le quizz bullejapon 😀
    Sinon la conv etait vraiment bof, entre les stands contrefacon et les stands wtf (pour ne citer que celui de catch ou celui du dating avec de « jeunes et beaux garcons »…), Bullejapon etait vraiment fun, on trollais fort et on gagnait pleins de lots, cool quoi.
    Peut etre une prochaine dans de meilleures dates, et avec plus de pubs ?

  6. En ce qui concerne les karaokés bleach OP5, ca m’étonne je ne l’avais pas entendu de toute la conv et du coup je l’ai mis car j’étais en rade de musiques après une journée de conv qui peuvent à la fois garder le public chaud et ne pas les faire fuir 🙂

N'hésitez pas à commenter l'article~