365 jours de jeu vidéo ~ 2009/2010

365 jours de jeu vidéo ~ 2009/2010

Ca n’en finit pas de poster ces derniers temps sur le blog ! Ce qui est paradoxal ! Enfin c’est assez normal puisque ce post a été écrit une semaine avant que le lisiez ! Pratique petite fonction « programmé » ! Bref, blague à part, voici l’édition 2009/2010 du bilan vidéoludique de Néant Vert. Comme d’habitude toujours les mêmes: les douzes mois de l’année, chaque mois la description, les souvenirs et les impressions d’un jeu vidéo qui aura marqué ce mois là pour ma poire puis on reviendra de manière beaucoup plus lapidaire sur plein d’autres jeux à la fin de l’article. Bon, inutile de le dire, cette année j’ai commencé à avoir quelques revenus autres qu’argent de poche et compagnie (l’entrée dans la vie adulte, yeah !), donc du coup le nombre de jeu vidéo s’est vite accéléré dans les derniers mois alors que la première partie de l’année bah j’en chiais pour juste m’acheter un jeu. Mais bref, revenons donc sur une année assez faste, surtout pour tout ce qui est next gen !

Mai
Fallout 3 – Xbox360
Fallout3.jpg

J’avais tenté un jour de me mettre au premier Fallout, et hélàs ce fut un certain insuccès. N’étant pas un fan du jeu sur pc de base, l’aspect un peu viellot du jeu avait mis fin à ma motivation déjà assez chancelante, et c’est bien terrible. Puis voilà, quelques mois plus tard, je trouve un Fallout 3 d’occasion à pas trop cher et euh… j’en profite pour le prendre. Ne me demandez pas pourquoi, je m’étais dit que ça pouvait être une bonne expérience. Et la bonne nouvelle ? Ce fut une bonne expérience !

Plus que le scénario (assez faiblard au final, mais bon, peut-on en demander plus à Bethesda), c’est vraiment l’immersion dans l’univers que j’ai apprécié du début à la fin. La vue FPS contribue ainsi énormement, mais il n’y a pas que cet élément qui rentre en jeu, cet univers situé dans un Washington post-apocalyptique se révélait lui même très attachant et l’explorer était un vrai ravissement, d’autant qu’on y retrouve pas les mêmes tares que les autres mondes de Bethesda que j’ai pu parcourir ici où là (note: je donne mon avis sur Oblivion à la fin du post, il n’est pas très bon), avec un monde qui n’abuse pas trop des reliefs, ce qui offre des balades « aisées », le métro, les nombreuses zones à PNJ, le fait qu’il se passe toujours quelque chose… Les PNJ et les quêtes annexes fonctionnaient elles aussi très bien, avec la possibilité de les finir de plusieurs façons, ce qui n’était pas du luxe. J’ai donc passé beaucoup de temps à compléter le jeu, jusqu’a arriver au level 20, avec un excellent karma, avec toutes les quêtes annexes terminées et la carte explorée à fond. Cela a tout de même pris un peu de temps (une vingtaine, une trentaine d’heure ? Je sais plus trop.) mais témoigne bien d’un certain investissement. Par contre, refaire une seconde partie dans la foulée n’a pas forcément aussi bien marché: difficile de s’y remettre ou de refaire le jeu, malgré les possibilités affichées. Et puis c’était sympa de la part de Bethesda de proposer une vue à la troisième personne mais sérieusement, un personnage avec un balai dans le cul…

Maintenant, la motivation pourrait être de choper un ou deux DLC (je sais déjà que Anchorage et Mother Zêta valent pas un clou, et que Broken Steel et Lookout sont eux un peu plus intéressants: je verrais) mais cela redemander le temps de s’y réattaquer… ce que je ne compte pas faire dès maintenant en fait.

Juin
Theme Park World – PC
TPW.jpg
Allez savoir pourquoi, le mois de Juin est traditionnellement le mois où je joue un peu sur pc. Mais attention hein, à des jeux de gestion surtout, hors de question de sortie de « vrais » jeux que de toute manière je n’aimerais pas jouer parce que, pfff, souris/clavier quoi. En 2007 j’avais ressorti Morrowind, en 2008 j’ai passé mon mois sur Football Manager et là du coup en 2009 ? J’avais ressorti les Sims et… Theme Park World. On est là carrément à des jeux de début de décennie et pour être franc, je les ai rangés aussi vite que les ai ressortis… Theme Park World est sympa mais lasse vite, quant aux Sims, ok ça fait plaisir de ressortir toutes les extensions et le jeu, mais… euh… du coup y’a trop de trucs à faire. C’était mieux à mon époque quand on découvrait les extensions une à une. Puis pour revenir sur Theme Park World, j’ai jamais vraiment compris le coté aléatoire des tickets d’or… et pourquoi les personnages vomissaient autant. Puis la boule noire était très très reloue. Enfin bref, c’était des jeux sympas mais qui ne font plus aussi tripper qu’a l’époque. Quoique je kiffe toujours autant créer des grands huits improbables… y’a eu quoi comme « Theme Park World-like » ces derniers temps ? (Depuis Theme Park Inc. j’ai l’impression que…)


Juillet
Eternal Sonata – Xbox360
ESonata.jpg
Eternal Sonata est un jeu avec qui j’ai un sentiment assez compliqué: j’ai vraiment détester jouer à ce jeu pendant les trois quarts du temps et pourtant j’en garde un… plutôt bon souvenir. Il faut dire que si le jeu est franchement faiblard pendant une vingtaine d’heures, sa fin m’a elle plutôt bien touchée et je garde un très bon souvenir des environnements magnifiques traversés pendant tout le jeu, tout en couleur et en grands paysages absolument superbes qui m’ont vraiment charmés l’oeil. Et puis le système de combat avait ses qualités, surtout quand il se lance « enfin »… à la toute fin du jeu ! Et pourtant difficile de vous le conseiller: le scénario est anecdotique, mais cela aurait pu être excusé si les cinématiques étaient de bonne facture… ce qui n’est absolument pas le cas ! celles-ci m’ont apparues lentes, mal rythmées, mal filmées, mal synchronisées… Et certains personnages sont purement et simplement horripilants. Des Allegretto je n’en veux plus jamais ! Du coup, voilà, c’est une curiosité, pas forcément nécessaire, mais vu les prix plutôt bas dans le marché de l’occasion, si vous avez l’occasion de le faire, vous pouvez tenter ! Et si vous vous laissez tenter, je ne peux que vous conseiller de vous forcer à aller jusqu’a la fin, qui a été assez forte pour me laisser de bons souvenirs du jeu… alors qu’il n’en méritait pas tellement !

Août
Mirror’s Edge – Xbox360
MEdge.jpg
Et là c’est le contraire: j’ai vraiment aimé jouer à ce jeu mais j’en ai un très mauvais souvenir. Le jeu est pourtant globalement bon: le style graphique assez original du jeu joue vraiment en sa faveur, et les sensations d’ivresse qu’on attend d’un tel jeu sont là. On s’éclate vraiment à faire des figures dans tous les sens, à se la jouer pacifiste en fuyant la flicaille et à courir dans tous les sens pour accumuler petites cascades de fou une par une. Non, le problème c’est quand on commence à vouloir jouer le jeu au détail… une fois le jeu fini et après avoir adoré l’expérience, je me suis dit « allez, tentons les modes défis chronométrés, ce jeu en a purement le potentiel ! » Et constat ? Les défauts du jeu me sont sautés à la gueule. La précision qui se la joue parfois aléatoire, la sensibilité du bouzin qui est parfois abusée, les coups à sortir dans un timing de fou presque herculéen. C’est peut-être de la mauvaise foi mais ça faisait très longtemps qu’un jeu ne m’avait pas autant pété les couilles. Du coup, ragequit brutal, revente du jeu pour faire passer le trauma et tout est bien dans le meilleur des mondes !

L’article plus complet se trouve là mais globalement c’est vrai qu’au final si l’expérience fut agréable, le jeu reste très… incomplet. Le scénario est là encore assez décevant (et là encore servi par des cinématiques un peu molles et pas passionnantes, comme quoi) et le jeu est vraiment trop court, d’autant plus dommage qu’il se finit sur un cliffhanger. Mais bon, là encore, au prix où on le trouve de nos jours, il peut être bon de tenter l’expérience. A vous de voir !

Septembre
Project Gotham Racing 4 – Xbox360
PGR4.jpg
Ah j’ai vraiment adoré ! Ce jeu est fun. J’ai tendance à dire et répéter que quand un jeu vous accueille avec un message du genre « Amusez vous bien », il a tout compris. Et PGR4 a justement tout compris. Les environnements urbains proposés par le jeu sont franchement bonnards (Saint Petersbourg ! Macao ! Londres !), on a plein de belles caisses, plein de belles motos, le jeu nous récompense en permanence pour les prises de risques et le beau geste, les épreuves sont variées (on a de la course, des contres la montre, des slaloms) ce qui donne l’impression qu’on ne fait pas en permanence la même chose, les ralentis et la mode photo (avec possibilité de les exhiber online) sont bien foutus, on a Geometry Wars inclus, on peut gérer son propre garage et avoir une pure villa de poseur, on peut gagner des courses même avec les voitures les plus pourries (mais paradoxalement les plus classes), le online est magnifique géré avec concours réguliers et comparatifs immédiats de ses performances avec les gens de sa liste d’ami et la mode carrière est vraiment bien foutue. Pour être franc, et si vous voulez mon avis, si vous ne voulez qu’un jeu de bagnole sur 360, c’est évidemment celui-ci. Forza 2 ? Je vomis dessus. Gentiment bien sûr.

Octobre
Bioshock – Xbox360
Bioshock.jpg
J’ai vraiment adoré mon expérience sur Bioshock. Rapture a été un plaisir constant à explorer, le système de journal audio est une riche idée, le gameplay est classique mais efficace et quand j’entamais une partie, c’était pour la voir durer un bon paquet d’heures. Contact très enthousiasmant, donc, et un jeu là aussi franchement parcouru de fond en comble sans jamais se sentir lasser. Mais là où Bioshock brille c’est vraiment par son ambiance. On sent vraiment la volonté des développeurs de faire de Rapture la véritable héroïne du jeu, avec ses environnements variés, son histoire et sa chute qui nous est patiemment racontée, ses personnages un peu cinglés qui la peuplent (Cohen !), c’est vraiment un émerveillement constant de voir un tel travail fourni autour du lieu dans lequel on évolue. Bioshock est pour moi un des meilleurs jeux actuellement disponible sur consoles HD et ça serait criminel de ne pas tenter l’expérience. Eh ouais, criminel !

Novembre
Apollo Justice: Ace Attorney – Nintendo DS
ApolloJustice.jpg
Je suis un peu dégouté, j’avais tapé un petit pavé sur le jeu mais dotclear a fait genre « tagueule » et a enregistré le changement… sans l’enregistrer. Du coup dans le cul le paragraphe ! C’est pas sympa ! Du coup je disais plus où moins que le jeu était très encourageant au début, avec deux premières affaires plutôt bien menées (et une des meilleures affaires d’intro de la saga au passage), mais que la troisième affaire était une purge innommable avec incohérences, coïncidences « pratiques » et idioties qui tendent à faire penser que les écrivains du truc en ont eu rien à faire. Et enfin je concluais que la 4e affaire étant enthousiasmante (le Système Mason) mais se payait le défaut éliminatoire, VRAIMENT éliminatoire, de larguer sa fin en dix minutes et de se révéler incohérente (pourquoi instaurer un système de jury si de toute manière le juge décrète la sanction tout seul en guise de game over QUAND MEME ?)

Globalement voilà. Le problème d’Apollo Justice n’est pas de vouloir innover l’univers (même si le personnage d’Apollo est juste insupportable et que je ne veux PLUS JAMAIS avoir à chercher des tics en plein procès) comme certains l’ont reprochés (parce qu’au contraire, des personnages comme Ema, Vérité, Kristoph ou Virgile se débrouillent pas mal du tout) mais bel et bien de proposer des choses plutôt faibles par rapport à ce que la série nous avait proposé jusqu’a présent. Pire, au lieu de couper franchement les racines de la série précédente pour tenter d’imposer le nouvel héros, on nous bombarde Phoenix Wright aux premiers rôles, étouffant complètement le pauvre Apollo qui se retrouve presque à devenir, à la fin du jeu, juste un simple « outil » controlé par le Wright. Décevant !
Bref j’en parlais plus longuement dans cet article, mais évidemment, Apollo Justice fut pour moi une petite déception…

Décembre
Halo 3
Halo3.jpg
Moui alors bof. Je me souviens avoir adoré Halo 2 à l’époque mais là, Halo 3 j’ai envie de dire… bof. Je ne sais pas trop ce qui fonctionne pas. Je l’ai pourtant fini deux fois (à chaque fois en coop avec des thalistes, histoire de faire ça bien) et pourtant à chaque fois le même sentiment: c’était une bonne expérience parce qu’on s’est bien marré à se raconter des vannes online mais le jeu en lui-même ? Pas trop kiffé. Une impression vraiment d’over the top continuel, avec en plus quelques crimes de level-design (le niveau avec les tours là, mais au secours, et surtout l’estomac géant bien bien bien bien chiant.), des trucs scénaristiques qui parfois sortent de vraiment nulle part et servies par des cinématiques… peu glorieuses (décidement.) Et le pire ? Je l’avais acheté pour son multi… et je hais franchement son multi. Sérieusement, il aurait pu être BIEN si y’avait pas eu ses putains de boucliers qui prennent des plombes à se faire démolir. C’est vraiment très bourrin dans l’idée et j’accroche vraiment pas. Et la seule mode qui permet de jouer sans bouclier désactive automatiquement le radar. Mais… et si je veux jouer avec le radar ? Ah bah non bouclier obligatoire du coup. Mais ! Bref j’accroche pas du tout et je reste plus fan de multi comme celui de Modern Warfare et ses balles fatales. Puis zut quoi, avoir un multi où on peut potentiellement se fighter avec des LAMES et… jamais en voir une… c’est meh.

Et j’ai également fait ODST, j’en reparle un peu plus bas…

Janvier
Bayonetta
Bayonetta.jpg
Le bon jeu que voilà ! Outre ses cinématiques totalement barrées (mais parfois un peu longuettes), Bayonetta est surtout un exemple de gameplay impeccable, taillé au détail et qui ne laisse rien au hasard. J’ai particulièrement été marqué pour le bon usage du son: je passe sur l’ost assez impeccable mais surtout par tout le travail de sound design, ces idées assez parfaites comme par exemple les ennemis qui « préviennent » la proximité de leur attaque en émettant un son qui permet d’esquiver facilement leur coup. Ce qui paraît simple comme ça mais quand on se prend en moyenne cinq ou six sbires sur la tronche d’un coup, ça facilite grandement le jeu ! Jeu facile d’accès mais qui nécessite un petit entraînement pour perfectionner l’arsenal de coups, arsenal qui se révèle absolument gargantuesque vu le nombre d’armes et de combos d’armes possibles…

Bon le problème c’est que j’ai adoré jouer à Bayonetta, mais j’y ai pas retouché depuis début février maintenant, du coup j’ai maintenant assez peur de m’y remettre car je dois être rouillé, d’autant que le jeu, en Difficile, est… difficile. Mais vraiment. En fait il est si difficile (sérieusement, le prologue en version « eh, et si tu te faisais des Grace & Glory à la place des ennemis de bases ») que ça m’a un peu dégouté. Mais bon, globalement, le jeu est vraiment GRAND. Que ce soit au niveau de l’univers, au niveau de la taille des boss, au niveau des possibilités de coup, au niveau des trucs qu’on peut acheter dans la boutique, au niveau du plaisir de jeu… Un des rares jeux que j’ai acheté avant même sa sortie en l’attendant comme une pucelle attend le nouveau Twilight. Et franchement, yeah !

Février
Guitar Hero II – 360
GH2.jpg
Pas graaand chose à dire. Si ce n’est que comparé à la version PS2, la version 360 possède Hush et The Trooper, ce qui en fait quelque chose de supérieur à l’original. Pour le reste, on est dans Guitar Hero II, c’est à dire un jeu de guitare technique mais aussi très fun, qui n’a pas baclé sa mode difficile ni sa mode expert et qui reste, a mon avis, un des meilleurs jeux musicaux qui soit, avec une des playlists les plus intéressantes…

Mars
Pokémon Argent Soul Silver – Nintendo DS
PKMN.jpg
Ce qui est bien en Mars, c’est que j’ai revécu toute mon année 2001, où je passais mon temps à jouer en boucle à Pokémon Argent et Perfect Dark. Les deux ont connus une sortie remake quasiment simultanément et pour être franc, c’est surtout Soul Silver que je retiens ! Pourquoi ? Parce que c’est peut-être le meilleur jeu pokémon jamais sorti ! Et pourquoi ? Parce que jusqu’a présent c’était Pokémon Or & Argent et qu’il est meilleur que ce jeu là ! On retrouve donc ainsi ce terrain de jeu immense qu’est Johto/Kanto, avec tous les ajouts qui ont été fait ensuite. Sérieusement, cela fait du bien de retrouver ce petit plaisir qu’est la gestion d’une équipe pokémon, et surtout dans un monde aussi riche en possibilités, avec le calendrier et l’heure qui rentre en jeu, les événements genre capture d’insectes, PokéAtlon… C’est du coup un jeu qui va bien évidemment squatter longuement ma belle nintendo. Mais je note déjà qu’au bout d’un mois, j’ai abandonné le pokéwalker. Il sert à rien en fait…

Même si compter ses pas c’est cool. Genre savoir qu’a Lovin Japan j’ai fait exactement 5400 pas le samedi, c’est enrichissant et ça m’apprend beaucoup sur moi-même. Je n’hésite pas à dire à mes témoins que grâce au pokéwalker, je pense être devenu plus mature, plus sage. Qu’il a changé ma vie.

Avril
Mass Effect
MEffect.jpg
Je ne l’ai pas encore fini (je suis juste avant le combat final en plus huh) mais je l’ai vraiment bien bien bien lessivé. Bon, je ne sais pas trop ce que ça vaut mais j’ai fini TOUTES les quêtes annexes (même les reloues où faut collecter du minérai), j’ai exploré chaque planète, j’ai vraiment pris mon temps et mon pied sur ce jeu, et je pense que ça veut dire beaucoup. En fait ce que j’aime beaucoup avec Mass Effect c’est ses dialogues. Ok, 90% du temps le choix des dialogues est purement décoratif et faire un Shepard lunatique/tsundere est genre extrêmement facile, mais j’ai vraiment aimé le système, avec en plus le petit détail qui tue, c’est à dire l’affichage des répliques possibles quelques secondes avant que votre interlocuteur finisse de parler. Ca permet de faire des dialogues interactifs mais pas mou, ce qui est les rend franchement intéressants !
Après j’ai bien aimé le système de combat, mélange bien pensé de RPG et de jeu d’action classique (ce qui convient très bien au jeu et à son atmosphère) et même si c’est très très répétitif, je me suis jamais lassé des explorations de planète en Mako. Et ouais, le jeu est jonché de petits défauts mais pendant tout le jeu, j’en ai eu juste rien à foutre. Maintenant je finis le jeu, et je me refais une partie avec un Shepard bien bourrin, la conciliation ça a plutôt bien marché, mais le Shepard pragmatique a tellement l’air d’avoir des répliques mémorables que je peux pas passer à coté de ça.

Le reste du casting ! En une phrase max ! Et je vais en oublier mais c’est pas grave !

Guitar Hero Metallica: Peut être le GH Neversoft le moins mauvais. Les partitions guitares sont souvent intéressantes ; parfois abusées mais intéressantes tout de même. Après ça reste un GH Neversoft donc un manque de finition, et une réutilisation flemmarde du moteur de GHWT sans tenter de corriger les gros défauts de celui-ci (interface illisible, chant mal géré…)
Age of Booty: Jeu XBLA remporté grâce à mon talent naturel sur 1 contre 100, il n’est pas très mémorale ! Un RTS assez facile d’accès et dans un univers pirate mais qui hélàs mise beaucoup trop sur un multijoueur… vide !
Banjo-Tooie: Grosse grosse déception. Le level-design est tellement pénible…
Oblivion: Bon bah je confirme que les Elder Scrolls, j’accroche pas. Oblivion m’a juste lourdé. J’aime pas ses PNJ, j’aime pas son univers, j’aime pas sa maniabilité, ses donjons copiés/collés m’exaspère, les dialogues sont nazes, la traduc est a chier… Mrrfff.
Smackdown Vs RAW 2010: Quasiment la même chose que le 2009, mais avec une grosse mise à jour du roster et avec une mode Wrestlemania plus sympa. Maintenant, j’attends une vraie mode carrière…
Batman: Arkham Asylum: Franchement excellent et sans doute un des meilleurs jeux auquel j’ai joué cette année. Article tout ça.
GTA Episodes From Liberty City: Lost And Damned possède un scénario franchement excellent et Ballad of Gay Tony possède des missions extrêmement jouissives en plus d’un système de notation qui me plaît vraiment.
DJ Hero: Je peine à apprécier. La soundtrack m’a vite déçue, les mixs étant globalement peu à mon gout et surtout la platine DJ montre très vite ses limites en chiant régulièrement à la gueule de son utilisateur. Ok c’est excuse de mauvaise foi pour camoufler mon non-talent mais bon, je vais pas nier avoir été très deçu.
n+: Jeu remporté grâce à mon talent naturel sur 1 contre 100 (haha), n+ est l’exemple même du jeu que j’aimerais tellement kiffer mais qu’hélàs je suis vraiment pas assez patient sur ça. J’ai vite laché l’affaire une fois que le jeu commence à se compliquer parce que je sentais que j’allais vraiment commencer à m’énerver si je continuais…
Battlefield 1943: Fun ! On passe ses premières parties à se faire buter sans comprendre, puis peu à peu on apprend les mécaniques et on apprend à poutrer le reste du monde. J’y joue encore aujourd’hui mais vraiment à petit degré. Un bon achat, d’autant que je l’ai chopé un soir de promo <3.
Chrono Trigger: Je n’ai hélàs pas trop eu le temps d’y jouer… J’aimerais bien mais… Bon le jeu reste en stand-by dans un coin, j’aurais tout le temps de m’y remettre à un moment où à un autre. Si je pars en voyage par exemple !
Halo 3 ODST: Pfff. Le jeu m’inspire juste rien. MEME SI j’aime bien le principe des journaux audios à retrouver… même si c’est juste la même chose que Bioshock… en moins bien. Pfffr. Au moins on s’est bien éclaté dessus en coop, encore une fois.
LEGO Rock Band: Moins craignos que je le pensais, le jeu tend à prouver que Lego et Rock Band n’est pas un mélange si contre nature que ça ! Plein de petites idées qui améliore le jeu et la mode carrière, c’est assez positif pour la suite de la licence. Même si… urgh… Kung-Fu Fighting…
Marvel Vs. Capcom 2: LE JEU IL EST MECHANT AVEC MOI. Bon ok faut que je m’entraîne un peu à maîtriser ma team mais bon, le jeu me viole en facile, ça me rend triste… mais de l’autre coté, quel sentiment de joie quand ENFIN on arrive au boss final !
CHIME: Quand tu l’achètes tu fais une bonne action ET EN PLUS le jeu est de qualité. Un Tetris musical assez hypnotisant (j’ai passé quelques nuits un peu insomniaques à « visionner » des grilles du jeu, je vous dit pas le bad trip) et franchement addictif. Une bonne affaire !
Fable II: Très décevant. J’avais un bon souvenir du premier Fable et ce Fable II me l’a presque brisé :'(. Dommage !
Perfect Dark: BEST FPS EVER §§§
Prototype: Répétitif. Très répétitif. Aussi répétitif que cet article.
Ace Attorney Investigations: Alors là très bonne surprise ! J’en attendais pas grand chose du spin off Edgeworthien de la série Ace Attorney et au final je suis conquis par les deux premières affaires, rondement menées et riches en personnages charismatiques ! A voir la suite du jeu, mais pour l’instant, je pars sur un très bon apriori.
Saw: Presque une bonne surprise. J’attendais une daube, j’ai eu un jeu un peu moyen, mais tout à fait jouable et avec des bonnes idées ici où là…

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

7 réactions au sujet de « 365 jours de jeu vidéo ~ 2009/2010 »

  1. Je conteste l’utilisation du pokewalker :p
    Il permet de débloquer des pokemons que tu ne peux pas attraper directement dans ta cartouche.
    J’ai pris trop de retard sur les jeux de cette année va falloir bosser dur pour rattraper tout ca cet été.
    Sinon pour Age Of Booty, le but est vraiment la partie locale à 2.
    Maintenant que j’y pense, ca fait pas mal de grosses productions tout ca. Et les jeux indie alors ?

  2. Comment peut-on apprécier un jeu aussi merdique que Fallout 3? Mystère…

    Tu n’as peut-être jamais joué au 1 et au 2, si c’est le cas, je te le conseille vivement, ce sont de bien meilleures expériences.

  3. J’veux pas faire le vieux geek connard mais l’idée d’entendre les attaques des ennemis datent de ses précédents jeux (Devil May Cry, pour ceux qui ne seraient pas au courant). Peut être même d’avant, je sais pas trop.
    S’pas une critique hein, juste un p’tit mot en passant.

  4. « (parce qu’au contraire, des personnages comme Ema, Vérité, Kristoph ou Virgile se débrouillent pas mal du tout) »

    Les personnages d’Apollo Justice ont un charisme digne d’une perle dans un coquillage, le savais tu ? Ils sont tellement nazes qu’ils ont quand même un charme digne de ce jeu, et… Qu’est-ce que je raconte, là ?

    Plus sérieusement, seuls Kristoph Gavin et les Monin m’ont seulement enthousiasmé… Les autres… Poubelle. (Et je considère Konrad Gavin comme le pire procureur de l’univers et qu’on doit vomir sur lui, le chier dessus, le tirer dessus, enfin, vous avez compris)

    Sinon, de bons choix de jeux, d’autres auxquels je ne tiens pas à jouer car motivation/flemme/pas enthousiaste (genre Halo 3… J’aime pas trop cette série.). J’attends l’édition 2010/2011… Et il faut jouer à Ace Attorney Investigations, sinon je te ferais découvrir cent tics de 100 témoins. (C’t’à dire 100 tics par personne… Donc, 10 000 tics à découvrir et comme c’est chiant comme la mort…)

  5. Entièrement d’accord sur Mass Effect que j’ai découvert assez récemment finalement, le pragmatisme c’est bien plus jouissif mais ça ne sert pas à grand chose si ce n’est qu’éclater la gueule des méchants au lieu de régler ça à l’amiable.

    Fable II a été décevant sur bien des points malgré ses nombreuses qualités, c’est juste dommage que les atouts du premier opus n’ont pas été repris, en espérant que le 3ème opus qui s’annonce prometteur, réussi à concilier les deux.

    Quant à Fallout 3, Opération Anchorage donne un certain défi pour peu qu’on ait poussé la difficulté au maximum et qu’on a pas un personnage « à fond », c’est à dire que l’on essaye l’extension assez tôt dans le jeu mais pas trop. Ça donne une autre approche et quelque chose de sympathique avec un loot énorme au final, même si ça ne vaut pas son prix, je trouve que c’est toujours mieux que Mothershit Zeta (où on ne peut pas non plus revenir, donc si on rate des trucs… même si y’a que des aliens et c’est vite lourd) ou Broken Steel (qui ne rajoute rien à part des canons plus gros).
    The Pit est vraiment une bonne extension, c’est fidèle à l’esprit, les terres désolées toussa, même si c’est une autre ambiance. Par contre le DLC à prendre reste Point Lookout, une merveille, OMFG les marais et ce qu’on y trouve, c’est génial. Au moins tu as ici une exploration que tu n’as pas dans les autres DLC.
    Et une fois ce jeu bien fini, bouclé partout, tu pourras apprécier les deux premiers volets à juste titre si tu te plonges dedans avec un minimum d’envie, parce qu’ils valent le coup.

  6. Le PokéWalker est un accessoire qui a été inventé par le ministère des sports pour nous obliger à faire du sport. Normal que il sert totalement à rien…

    Sinon sympa cet article, même si il manque le très bon Tales Of Vesperia. Ainsi que Chrono Trigger mais bon, il faut du temps pour apprécier ce bijou, donc tu as bien raison d’attendre. ^^

N'hésitez pas à commenter l'article~