Un an d’anime ~ 2010

Un an d’anime ~ 2010

« Oh ! 2010 s’achève dans un mois. »
C’est sur cette observation fine et réfléchie que je décide donc, comme à mon habitude de mi novembre, de lancer l’écriture de cet article bilan traditionnel. Vous connaissez un peu comment ça marche maintenant: une année, les douze mois de la dite année, un anime par mois, celui-ci étant le plus « emblématique » du mois en question. Puis on conclut l’article sur un fourre-tout final riche en informations où je balance une phrase ou deux sur tout le reste, de manière totalement lapidaire. C’est le quatrième bilan anime de ce blog, ce qui commence à faire pas mal ! Vous pouvez retrouver les autres bilans par ici:
Un an d’anime ~ 2007 , Un an d’anime ~ 2008, Un an d’anime ~ 2009.

Mais cette année, les précédents « lauréats » du mois seront rappelés, ici afin d’inscrire tout ça dans une sorte de continuité historique… qui n’a rien à voir ! Et comme d’habitude on commence par Décembre ! 2009 !

DECEMBRE 2009

Macross: Do You Remember Love ?
Un mariage dans Macross ! Un Macrossriage !

« Débuter la découverte de la saga Macross par la saga Frontier c’est bien, ça aurait pu être pire, mais ça aurait pu être aussi bien mieux » aurait dit un vieux singe a qui on n’apprend pas à faire des grimaces, et il a raison ! Ce qui en arrive à passer un réveillon de Noël à regarder Macross Do You Remember Love, le tout en s’exilant le plus loin possible des cousins tapageurs et des oncles déjà ivres à quatorze heures de l’après midi, ce qui en fait automatiquement un plutôt bon réveillon: en tout cas, moins pire que prévu. Car Macross Do You Remember Love est un authentique film du milieu des années 80 qui supporte excellemment bien le poids des âges, témoignage ultime de qualité.

Mais au délà d’un aspect technique irréprochable, ce qui marque le plus dans Macross Do You Remember Love est la capacité, en deux heures, à raconter extrêmement bien une histoire, à poser de manière optimale des personnages, à mettre en scène des scènes d’actions trépidantes et à offrir au spectateur un mélange très réussi de romance, d’action, de science-fiction avec une pointe de messages prononant l’écologie et la tolérance, sans être niais. Une grosse salade au gout qui reste bien sur le palais, en somme, et une œuvre que vous êtes invités à regarder avec enthousiasme !

En Décembre des autres années: 2006: Fate/Stay Night ; 2007: Serial Experiments Lain ; 2008: Clannad.

JANVIER

Darker Than Black: Ryuusei No Gemini
Oh, Hei le badass
De manière assez étrange, cette seconde saison de Darker Than Black semble avoir plutôt mauvaise presse: elle est pourtant de très bonne qualité. Rompant directement avec les codes de la première saison, ainsi au lieu d’avoir une construction épisodique on a une construction en un arc unique de douze épisodes, cela occasionnant par conséquent un rythme beaucoup plus rapide, où ça se pose moins que dans la première saison, et où tout semble se dérouler dans l’urgence, avec des héros jamais en sécurité, qui n’ont que rarement un instant pour se poser. Et ça fonctionne très bien. Fonctionnant en outre avec pas mal de codes des séries américaines, dont les fabuleuses fin d’épisode en cliffhanger, cela fait de Ryuusei no Gemini une saison qui se dévore plus qu’elle se savoure, mais qui se digère très bien. J’ai bouffé toute la saison en 24h (ok j’étais malade aussi), et je reste encore aujourd’hui assez impressionné par tout le boulot effectué au niveau de l’ambiance – entre autres les décors russes, franchement bien bossés.

Bref, une seconde saison que je trouve même un poil supérieure à la première. Avec en bonus une fin bien mindfuck comme on en voulait plus mais eh, au moins, y’a une sorte de conclusion.

En Janvier des autres années: 2007: La Mélancolie d’Haruhi Suzumiya ; 2008: Full Metal Panic ; 2009: Maria Holic

FEVRIER

Baka To Test To Shoukanjuu
Ooooh un art shift

Série comique diablement efficace parce que ENFIN une série comique semble enfin se filer une réalisation à le mesure de ses ambitions. Y’a une blague toutes les secondes ? La réalisation soulignera une blague toutes les secondes. Pas le temps de se reposer, voire même de comprendre la blague précédente que déjà une autre idée saugrenue vient vous frapper la trogne. Et c’est là tout le piquant de la recette Baka To Test: un rythme endiablé, un casting très attachant de clichés sur pattes bien utilisés, des idées, des parodies, des références… Mais jamais au grand jamais on ne se fait chier. Même si du coup cela entraîne d’autres défauts, comme des scènes plus sérieuses… qui elles viennent sérieusement plomber le rythme, quand elles ne dénotent pas franchement avec le reste de la série ! Heureusement il n’y en a pas beaucoup mais ça montre déjà certaines limites. Du coup, on attend sereinement la saison 2… ou pas. Est-ce qu’une recette qui marchait en 13 épisodes fonctionnera sur la longueur ? C’est a voir. C’est au tout jeune studio Silver Link de confirmer l’essai.

En Février des autres années: 2007: Death Note ; 2008: Baccano! ; 2009: Soul Eater

MARS

Durarara!!
Les yandere, c'est pas biiiien

Encore une série enthousiasmante, décidément, ce bilan semble placé sous le signe du positivisme total. Effectivement, Durarara!! est une très bonne série mais eh, que peut-on attendre d’autre de la suite spirituelle de Baccano!, hum ? On y retrouve tout ces éléments super sympas, comme le mélange constant entre la réalité et des éléments plus fantastiques (une retranscription super précise du quartier d’Ikebukero… avec une motarde sans tête et des gens immortels), une narration au top qui parvient à gérer une quantité ahurissante de détails sans jamais être incohérent ou bien évidemment un casting certes supra blindé mais supra attachant, avec une quinzaine de personnages charismatiques. Un véritable plaisir à suivre et un bon choix de licence pour Dybex, qui peut maintenant légitimement choper la licence de Baccano!, non ? ALLEZ DYBEX FAIT PAS TA PUUUUTE.

En Mars des autres années: 2007: Black Lagoon ; 2008: Sayonara Zetsubou Sensei ; 2009: Cowboy Bebop

AVRIL

Mobile Suit Gundam I
BRIGHTLER

Là aussi, pourquoi regarder une série quand un film compile tout juste pour vous ? Cela offre un important gain de temps, gain de temps qui peut être utilisé pour travailler à la place, où mater du porno sur le net, où jouer à des jeux flashs débiles. Bon, après faut que le film fasse bien le travail de compilation sinon c’est mort et, oh, tiens, les films Mobile Suit Gundam font très bien le dit travail. Après, contrairement à un Macross, les trois films ont un peu vieillis (mais ça reste aisément regardable, même si ils ont presque le double de l’âge de certains lecteurs) mais ils restent plutôt passionnants, et les 3h qu’ils durent chacun passent au final plutôt vite, ce qui est bon signe. Même si au final on a parfois quelques inégalités de qualité (la première partie du 3e film est incroyablement pas cool, avec pas mal de facilités de scénario genre 4 ou 5 coïncidences en 30mn et EN PLUS un rythme globalement supramou), les films Gundam restent une aventure, une épopée, plus qu’épique à suivre, avec quelques scènes quand même violentes et qui hésite pas à rappeler que la guerre c’est franchement pas génial… et le tout là encore sans naïveté. Notons en outre un casting assez large et des scènes mythiques, je ne peux là encore que vous inviter à y jeter un oeil, surtout quand le coffret regroupant les trois films est à un prix franchement rigolo de 15€. Bon achat pour la Noël !

En Avril des autres années: 2007: El Cazador de la Bruja ; 2008: Code Geass R2 ; 2009: Clannad After Story

MAI

Giant Killing
Objection footballistique !

En attendant la coupe du monde 2010 et dans l’impossibilité de réinstaller Football Manger, c’est sur Giant Killing que j’ai jeté mon dévolu, anime footballistique nous contant la destinée d’un entraîneur et d’une équipe, qui a échappée de peu à la relégation et qui veut redécouvrir le sommet. Je n’ai pas encore fini la série, ce qui est assez étonnant, mais on y retrouve là aussi un très bon rythme, avec des épisodes qu’on dévore comme des mentos, et un art autour de la gestion des fins d’épisode, tous donnant franchement envie de mater la suite. Rajoutant à cela un héros supra charismatique (une sorte de Domenech, mais qui aurait réussi sa vie) et un point de vue plutôt tactique et stratégique du football qui rend les matchs un équivalent de Death Note en short, et ça fonctionne bien. Non, le défaut au final c’est que c’est techniquement, c’est pas terrible. Alors quand en plus DEEN nous fait des résumés de l’épisode précédent qui durent trois à quatre minutes, on ne peut que s’offusquer devant un travail a moitié baclé au niveau de l’adaptation, qui est en plus un copier/coller tel quel du manga sans vraiment plus d’innovation. C’est dommage, c’est le jeu, et ça en fait un anime de milieu de table, qui échappe de loin à la rélégation mais qui peut aller se gratter pour un titre. Giant Killing, c’est un peu a l’animation japonaise ce que Sochaux est à la ligue 1 quoi.

En Mai des autres années: 2007: Code Geass ; 2008: Bamboo Blade ; 2009: K-On!

JUIN

Genshiken 2
Ogiue en cosplay cracra, oh !

J’ai un étrange souvenir de cette seconde saison de Genshiken… Déjà je lui en veut énormément de pas reprendre les tomes 8 et 9 du manga, et de ne tout simplement pas clôturer la série comme il l’aurait fallu. Il n’y a pas vraiment d’excuses à cela mais la fin du manga est tellement géniale que c’est un crime de ne pas envisager une version animée de celle-ci. Enfin qu’importe. De l’autre coté, je trouve que ça a été une adaptation plus que satisfaisante ! Là ou la première saison arrivait à faire du « chapitre ou Saki a un poil dans le nez » un épisode complet et solide, la seconde saison nous offre le meilleur yaoi de tous les temps et rajoute une forte valeur rajoutée à de nombreux chapitres, faisant que même si on a lu le manga on peut y trouver un certain interêt… Excepté l’absence de fin. Bien sûr.
Même le problème c’est que techniquement, ça reste très faiblard. Et trop souvent, le rythme de la série s’effondre le temps de cinq ou dix minutes qui peuvent ruiner un épisode. Mais après, ça reste Genshiken, et j’aime beaucoup Genshiken, alors ok, le fond est toujours là, et il est sucré.

En Juin des autres années: 2007: Bleach ; 2008: Persona Trinity Soul ; 2009: Ga-Rei Zero

JUILLET

Angel Beats!
Je reviens, je vais pleurer une heure

Je reste encore très modéré envers Angel Beats!… Et pour être franc j’arrive même pas à définir si je dois en dire du bien ou pas, parce que je sais tout simplement pas si j’ai aimé ou pas. Il y’a évidemment des moments que j’ai énormément apprécié, comme tout le dernier épisode où j’ai passé mon temps à pleurer jusqu’a ce que morve s’en suive, et globalement cette série a pour elle un humour et une légerté qui fonctionnent bien, mais de l’autre coté on a un casting sous-exploité, des histoires parfois inintéressantes, des trucs parfois incohérents, un scénario au final assez maigre et troué… Et un truc qui, quand il se prenait au sérieux, devenait carrément pas terrible. Bref, un anime un peu étrange, un peu autre. Oh, et Yurippe est un personnage super mal écrit.

En juillet des autres années: 2007: Welcome to the NHK! ; 2008: Hikaru No Go ; 2009: Umineko No Naku Koro Ni

AOUT

Kare Kano / Entre Elle & Lui
You may dream

Là aussi un anime divisé en deux parties: les dix neufs premiers épisodes sont le meilleur shojo de l’histoire, les six épisodes suivants sont une vaste fumisterie sans queue ni tête et SURTOUT sans fin. C’est au final un anime qui amène plus de regrets qu’autre chose, tellement l’histoire aurait pu être différente si une certaine mangaka s’était occupée de son cul. Alors oui, ça reste un anime excellent pour ses 19 épisodes et leur réalisation ultra rythmée, avec une des meilleurs utilisations possibles de Super Deformed, en plus d’être une de ses trop rares comédies romantiques qui passe plus son temps à raconter l’histoire d’un couple que l’histoire de la constitution d’un couple. Kare Kano ne passe pas son temps à tourner autour du pot, offre un casting attachant – avec comme point d’orgue la fantastique Yukino, héroïne géniale -, se révèle au final d’une originalité sans équivalent et une perle de plus à rajouter sur le collier de la Gainax. Et un des plus jolis openings du môôôônde.

En août des autres années: 2007: Gurren Lagann ; 2008: Macross Frontier ; 2009: Neon Genesis Evangelion

SEPTEMBRE

K-On!!
Ooooh ce filtre un peu bizarre qui rend tout super sérieux

Je flippais super grave à l’idée de voir une nouvelle saison de K-On. Et au bout de cinq épisodes, toute peur avait disparue et cette seconde saison s’amusait déjà à surpasser méchamment la première saison. Alors quand en plus on nous offre une série qui s’améliore d’épisode en épisode au point de briser un plafond dès la mi saison, il ne faut pas déconner plus longtemps et arrêter gentiment de se nier certaines vérités. K-On!! est une réussite sur tous les plans, qui fait passer la première saison pour une erreur de la nature. Une adaptation mieux dirigée, une animation au sommet, des personnages enfin développés, des épisodes où la musique sont mis en avant, des épisodes variés, une fin de saison émouvante… Kyoto Animation s’est amusé à prendre une liste de tout ce qui était reproché à la première saison et de détruire ces reproches un par un, épisode par épisode et à la fin il ne reste plus rien à lui reprocher. Plus rien. Une véritable réussite et pour moi c’est évidemment l’anime de l’année. Pour plus de détails, je vous invite à consulter l’article dédié à cette seconde saison.

En septembre des autres années: 2007: Darker Than Black ; 2008: Higurashi No Naku Koro Ni ; 2009: Bakemonogatari

OCTOBRE

B Gata H Kei
Hungry like the wolf

B Gata H Kei est un peu comme Baka To Test au final, un anime qui derrière une facade « publique » super banale et un opening de merde cache une série qui surprend par une certaine qualité. Si B Gata H Kei se révèle beaucoup plus classique que Baka To Test, et possède bien plus de défauts (dont entre autres une adaptation telle quelle depuis le yonkoma qui se fait parfois méchamment ressentir, hachant considérablement le rythme), ça se laisse suivre et, oh surprise, c’est drôle. Entre autres grâce à une héroïne que j’ai trouvé au final plutôt agréable et des situations plutôt variées, en plus d’une réalisation technique qui assure le minimum syndical. A une époque où il me fallait trouver quelque chose pour oublier que j’avais fini K-On, B Gata H Kei a su assurer le travail.

En octobre des autres années: 2007: Ouran High School Host Club ; 2008: Excel Saga ; 2009: Gunbuster

NOVEMBRE

REDLINE
Y'a que 3 screenshots du film sur le net, meh

Je m’étais rendu aux Utopiales juste pour ce film à la base. Parce que le teaser vendait du rêve, parce que le style graphique vend du rêve, parce que l’idée du film (DES COURSES OU TOUT EST PERMIS) vend du rêve, parce que la gallerie de personnages dans le pur style F-Zero vend du rêve, parce que l’animation vend du rêve, parce que le nom du réalisateur vend du rêve… Et mon rêve je l’ai eu. Redline est facilement un des films les plus enthousiasmants que j’ai pu voir au cinéma, ou quand tu sors de la salle tu as envie de le revoir, où toute la salle sort avec une putain de banane, où le quart d’heure qui suit consiste à se fapper verbalement avec tout le monde sur la qualité du dit film. Quand on a appris que le film avait gagné le prix du public, on a applaudi parce que Redline est un film éminemment sympathique. Si il se présentait aux présidentielles, on voterait cash pour lui tellement il est sympathique.
Mais attention, il n’est pas que sympathique, il est surtout fantastiquement génial. Chaque plan est une tuerie et si le film ne va pas plus loin que des courses dans l’espace avec des trucs qui pètent partout (cherchez pas un message, je doute qu’il y’en ait un), on en a rien à foutre, l’écran THE END fait super mal au coeur comme jamais. Redline est une tuerie atomique, un film qui doit être vu au cinéma, ou avec un BluRay et une installation de gros malades ! J’ai rarement ce point de vue sur la chose mais là pour le coup, pensez déjà à investir pour vous prendre votre bonne grosse claque.

En décembre des autres années: 2007: Claymore ; 2008: Zoku Sayonara Zetsubou Sensei ; 2009: To Aru Kagaku No Railgun

VU AUSSI CETTE ANNÉE

Alors comme prévu, des descriptions lapidaires!

  • Arakawa Under The Bridge, laché au bout de cinq épisodes parce qu’au final j’ai été assez peu séduit malgré un casting intéressant (Maria et Nino en tête.) Mais rien à faire, j’accrochais pas et je matais les épisodes avec un certain visage blasé. Tant pis.
  • Grenadier. Une fille pacifiste a gros seins qui est un génie de la gachette et qui recharge avec des balles planqués dans son decolleté. C’est à priori awesome et ça l’est… pas vraiment. Si vous avez vu le premier épisode, vous avez tout vu. Dommage donc, car il y’avait quelques délires rigolos ici où là.
  • Call Me Tonight: Un OAV de 1985 sur un garçon qui se transforme en monstre dès qu’il a une érection. Dure 30mn et se laisse voir sans trop laisser de souvenir…
  • Kannagi Episode Special: Eh, j’étais parti de Kannagi avec un avis plutôt « meh » et cet épisode spécial m’a un peu fait dire « eh mais c’est cool en fait. » Parce que tourner un film et affronter une inondation pour rendre une cassette, c’est plus épique que ça en l’air.
  • The End of Evangelion: AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH
  • K-On! Episode Special: Alors oui tiens il était bien cet épisode. Indépendant du manga, basé sur le premier concert en salle du groupe. Ca permettait d’attendre la saison 2 et en plus ça préfigurait un peu de l’awesomerie de celle-ci.
  • Tengen Toppa Gurren Lagann: Lagann-hen: Oh mon dieu ce film. Comment rendre encore plus puissant la fin de Gurren Lagann. On pensait pas que c’était possible… Et ils l’ont fait quand même ! Bande de malades.
  • Princesse Mononoké & Mon Voisin Totoro: Salut je rattrape du retard. Oh sinon c’est du Miyazaki hein, vous voulez que je vous dise quoi ? Des banalités !? Quoique je préfère Totoro à Mononoké. Mais Chihiro reste mon favori.
  • Cowboy Bebop: Knockin On Heaven’s Door: Un épisode de Cowboy Bebop étiré sur 2h, ça donne quoi ? Un truc génial. Et mon dieu ce travail sur les décors…
  • To Aru Majutsu No Index: Quelle surprise, cette série était totalement de la merde au final ! Ah bah merci !
  • Zan Sayonara Zetsubou Sensei: Un peu en deça de Zoku, ce qui est assez dommage. L’opening est par contre le plus génial de la série, donc ça suffit pour faire mon bonheur.
  • Dance in the Vampire Bund: ça devait être très bien comme série, mais vu que j’ai passé mon temps à être super mal à l’aise à cause des filtres jaunatres et du chara design dégueulasse, j’ai laissé tomber au bout de 4 épisodes.
  • Gundam SEED: là aussi, ça devait être une série sympa, mais au bout de 8 épisodes je me faisais tellement chier que bon. Bof. Puis ça prenait 15Go sur mon disque dur quoi.
  • Black Rock Shooter: OAV de 55mn super sympa, avec quelques idées ici où là et un monde parallèle à l’ambiance lourde et réussie. Ca passe !
  • Aria the Origination: Alors oui ça déchire à mort Aria. C’est super relaxant, super serein mais rah putain Kaze, pourquoi pas sortir les deux premières saison. J’ai maté juste pour faire l’expérience « est-ce que juste la saison 3 ça va » et constat ? Ca va… mais ça aurait pu être putain de mieux avec l’expérience des deux saisons d’avant. Faites pas la même erreur que moi et faites pas d’expérience de votre coté, matez The Animation et The Natural avant.
  • Summer Wars: Plutôt cool !
  • King of Thorn: Plutôt naze !
  • Highschool of the Dead: Une adaptation rigolote du manga, qui part dans tous les excès et se révèle donc, messieurs dames, encore plus fun que celui-ci. Reservé à un public averti, et par averti je veux dire « pas de balai dans le cul. »
  • World God Only Knows: Un anime agréable, qui se laisse suivre et et et et… dont Manglobe semble avoir rien à foutre. C’est dommage parce qu’avec une réal un poil plus ambitieuse, on tiendrait un bon truc. Mais non. C’est plat.
  • Oreimo Kawaii Trucmuche: Kirino est une grosse chieuse, le héros comprend rien à la vie et c’est pas sa copine timide à lunettes qui sauvera la donne. Ce truc est pénible, et je suis certain qu’en guise de fin il aura le droit à… pas de fin. Tout ce que je déteste. Va te faire foutre, anime !
  • Panty & Stocking with Garterbelt: Alors là vous voyez, Panty c’est une salope, Stocking c’est une chieuse et Garterbelt suce des adolescents MAIS MAIS c’est un anime génial. Prends ça dans a ta gueule, Oreimo Kawaii Machin Truc !
  • La Traversée du Temps: Oh film absolument merveilleux et fantastique. Je l’ai maté y’a trois jours, et ça a illuminé ma nuit. Et ce style graphique propre à Hosoda… Hnnng <3. Time waits for no one <3.

Et vlam, voilà tout ce qu’il fallait savoir sur mon année anime. Et avec tout ça, je n’ai pas encore vraiment commencé Slayers, comme je me l’étais promis. Mais ce n’est pas grave. Et n’oubliez jamais que le meilleur anime de tous les temps, c’est Haibane Renmei.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

11 réactions au sujet de « Un an d’anime ~ 2010 »

  1. Dommage d’avoir laché Arakawa, la série met un peu de temps à démarrer mais une fois lancée c’est une excellente comédie. Voir mieux! Depuis la saison 2, il n’y a pas eu un seul épisode que je n’ai pas aimé, ce qui est assez remarquable: en général, dans chaque comédie il y toujours un ou deux épisodes-voir plus- qui font un peu tâche, qui me plaisent moyen. Mais là non, c’est pas le cas et depuis ladite saison 2, je n’ai plus grand chose à reprocher surtout que le réalisation se lâche encore d’avantage :3

  2. Je plussoie pour Giant Killing (même si j’ai pas tout vu non plus) qui a un des OP les plus agréables de l’année quand même, pour Summer Wars et aussi pour Panty & Stocking qui rock my world toutes les semaines avec débranchement de cerveau pendant 20 minutes.

    En revanche K-ON je pourrai jamais, mais alors jamais arriver jusqu’à la 2nde saison, chaque épisode de la 1ère saison demande que j’ai vraiment rien d’autre à mater. Le moe slice of life ne semble pas fait pour moi (ceci dit j’ai aimé sora no woto alors je comprends moyen).

    Et Black Rock Shooter est très zoli et la musique roxe, mais où c’est qu’il est le scénario ? J’ai cru lire que cet OAV était une sorte de pilote, j’espère que ça va déboucher sur un truc cool, surtout que je suis maxi-fan de supercell.

    Et je ne trouve pas que To Aru majutsu no index est pourri. En revanche tu peux conspuer Railgun autant que tu veux.

    Globalement et objectivement je suis d’accord avec toi au final. Et je vais me pencher sur Redline je pense.

  3. Index saison 2 est mal parti aussi pour l’instant : le premier épisode était génial avec des passages vraiment drôles (et il tort le cou à un gros cliché). Mais le premier arc était bien pourri.

    Résumé : gentille none a déchiffré un bouquin dangereux (ce que même Index n’a pas su faire), elle se fait kidnapper par des méchants ninjas, Touma et Index volent à sa rescousse avec l’aide d’autres nones (qui sont toutes jeunes et bonasses), what-a-twist en fait les nones sont les méchantes et les ninjas sont les gentils, BASTON! , Index est utile 1 minute avant que les nones se crèvent les tympans (un sort ou les victimes doivent entendre l’incantation… c’est tout ce qu’elle avait SRSLY ?), Touma fait un shoryuken à la méchante none en chef, VICTOIRE! (Oh et la gentille n’avait pas déchiffré le bouquin en fait.)

    Et le deuxième arc (lié à l’histoire des Misakas) était très mal foutu dans sa résolution. Mais bon ce n’est que le premier tiers de cette saison le reste peut-être génialissime !

    Je serai pas aussi sévère que toi sur la saison 1 Amo (il y a du POTENTIEL dans cet univers et des scènes humoristiques qui font mouche), mais c’est clair que Railgun > Index.

    Oreimo vaut le coup pour son deuxième épisode (moégical girl vs CodeGeass-like, jouissif) après c’est vrai que c’est un peu chiant (et que Kirino est la plus belle tête à claque rousse depuis Asuka). Mais bon il y a Kuroneko alors…

    Je vais me faire taper mais tant pis : je trouve que P&S est bon (voire très bon par moment) mais over-rated (faut arrêter des se toucher les Gainax fanboys)… jusqu’à l’arrivée de Scanty et Kneesocks. Pas que je sois spécialement fan de ces persos mais bizarrement j’ai l’impression que la qualité a été améliorée (avec une baston totalement BADASS et des épisodes suivants pleins de fanservice bandant pour nerds). Sauf pour l’espèce d’animation flash moche de l’épisode de la plage (je parle pas de l’hommage à South Park).

  4. > Princesse Mononoké & Mon Voisin Totoro: Salut je rattrape du retard.

    non, tu l’as maté par le hasard d’un calendrier car cela passait sur Arte.
    si tu aurais réellement voulu rattraper du retard, tu aurais aussi regardé Porco Rosso et Mimi wo sumaseba.

  5. @X4713R : Tiens c’est marrant mais quand je vois qui se fappe sur la série, je vois rarement des gainaxfags dans le lot. Y’a ptet un signe, nop ?

    @Rukawa : Oh désolé, je vais rattraper mon retard et MAIS ATTENDS UNE SECONDE JE LES AI DEJA VUS CES DEUX FILMS LA. (oh et bravo, tu connais le nom jap de « si tu tends l’oreille, c’est très bien, tiens, un petit sucre.)

  6. « Index S2 c’est de la merde #fanboydesudesu »

    J’avoue, y a pas assez de Misaka.

    Au passage Amo, n’hésites pas à lire le manga de The World God Only Knows si tu as trouvé l’anime agréable. C’est sûr que tu vas grave aimer. :p

  7.  » Giant Killing, c’est un peu a l’animation japonaise ce que Sochaux est à la ligue 1 quoi. « 

    ah mais tellement vrai ! Par contre Tatsumi je le vois plus comme un Mourinho, surtout vu la comm des personnages.

    Sinon PSG c’est l’anime du moment… comme en L1 tiens 😀

N'hésitez pas à commenter l'article~