Le Catch Pour Les Nuls 2.0

Le Catch Pour Les Nuls 2.0

Il y’a maintenant deux ans, j’avais écris un gros pavé qui décrivait plus où moins les bases de connaissances minimales pour tous ceux qui voulaient se lancer dans le matage du plus fantastique sport scénarisé de tous les temps. Le temps ayant fait son oeuvre, pas mal d’informations sont devenues usuètes, obsolètes et tout ce que vous voulez. Du coup voici une très très grosse mise à jour – une tellement grosse que je suis en fait reparti totalement de zéro. Cet article est donc écrit en outre dans l’optique du Royal Rumble, qui aura lieu le 30 Janvier prochain, et qui est un des plus importants et des plus funs événements de l’année dans le petit monde de la WWE, avec 30 catcheurs qui se battent sur un ring pour foutre les autres dehors et être le dernier survivant, bref la grande classe.

Vous retrouverez donc dans cet article:

  • Une explication des principaux termes du catch, c’est à dire le vocabulaire qu’on prend l’habitude de spammer.
  • Une explication du système de fédération, d’émission, etc. Présenter un peu les principales fédérations des Etats Unis, entre autre, cet article ne parlant que de catch nord américain.
  • Une présentation des principaux catcheurs ACTUELLEMENT en activité à la WWE

Vous êtes prêt à vous instruire ? A pénétrer dans un monde gargantuesque rempli de coups de putes, de mecs musclés, de types en costard, de chaises utilisées pour taper et plus encore si affinités ? Allez, c’est parti, éclatez vous !

Costard & cravate !
Cet article est en attente pour un Awesome seal of quality.

Les règles du catch

Tout d’abord, très simplement: comment se déroule un match normal de catch ? Quelles sont les règles ? Comment gagne t-on ? Comment perd t-on ? Quand un titre est-il un jeu ?

En premier a condition de victoire classique: pour gagner un match il y’a trois manières cleans. La première est la victoire par tombé, il suffit de river son adversaire au sol pendant trois secondes pour l’emporter, ce qui nécessite qu’il soit assez bien amoché pour ne pas vouloir se relever. C’est la victoire classique, et la plus répandue.
La seconde c’est la victoire par soumission. Il faut forcer l’adversaire à abandonner le match. Bien souvent pour cela on utilise des prises spécifiques qui bloquent l’adversaire dans une position extrêmement douloureuse. C’est un type de victoire plutôt rare mais on notera que certains catcheurs sont plus spécialisés dans les soumissions que d’autres tandis que d’autres n’utiliseront jamais de soumissions de leur carrière.
La troisième, c’est la classique victoire par KO. Contrairement à la boxe il n’y a pas vraiment de compte de dix d’utilisé, la victoire par KO est décrétée quand l’arbitre se rend compte que le mec est a deux doigts de la mort clinique sur le ring. C’est extrêmement rare, c’est peu utilisé et ça a tendance a complétement disparaître.

Ca c’est les trois système de victoire classiques dans les matchs classiques. Mais il y’a également deux autres façons de gagner ou, en l’occurence, de perdre:
La première c’est la victoire par countout. C’est globalement très simple: si votre adversaire est en dehors du ring, l’arbitre commence un compte de dix. Si à la fin de ce compte, il n’est pas revenu sur le ring, vous gagnez par countout. A noter que bien évidemment si les DEUX catcheurs sont en dehors du ring, il peut y’avoir un double countout, ce qui fait terminer le match sur une égalité totale !
Et la seconde façon, et celle qui intervient au final le plus souvent, c’est tout simplement la victoire par disqualification. Très simple: si l’adversaire ne respecte pas une des règles, il est disqualifié, et vous vous gagnez. Comment peut-on se faire disqualifier ? Là aussi très simple: si quelqu’un intervient dans le match et tabasse votre adversaire, votre adversaire gagne automatiquement. Si vous utilisez un objet ou une « arme » sur l’adversaire, vous perdez. Si vous frappez l’arbitre volontairement, vous perdez – le « volontairement » étant soumis au jugement de l’arbitre. Si vous tapez dans les couilles, vous perdez. Si vous vous acharnez sur l’adversaire et que vous en avez rien à foutre des avertissements de l’arbitre, vous perdez. C’est aussi simple que ça mais ça peut parfois être très compliqué !

Ensuite intervient les matchs pour le titre. La première chose à savoir c’est que si un champion affronte quelqu’un, son titre n’est pas automatiquement en jeu ! Celui-ci n’est en jeu que si le match stipule que c’est un match pour le titre. La seconde chose à savoir impérativement c’est qu’un titre ne peut changer de main que par victoire clean. Grosso modo si le champion perd par disqualification, il garde son titre, puisqu’il n’a subi ni tombé, ni soumission, ni KO. Croyez bien que certains catcheurs se font une joie d’abuser de cette règle.

Enfin, les match en tag team, qui permettent de voir une équipe de catcheur en affronter une autre. La règle classique c’est la règle du tag, comme dans pas mal de jeu de baston: ils sont deux sur le ring, et si l’autre catcheur veut entrer, il doit faire un contact physique avec son pote qui est dans le ring, tout en sachant qu’il n’a a priori pas le droit de monter sur le ring et doit rester dans un des coins du ring. A part ça les règles classiques s’appliques, que ce soit pour les victoires où les disqualifications.

Et pour conclure, il y’a les matchs avec stipulations, qui la font intervenir des éléments rigolos selon une stipulation bien précise. Un Steel Cage Match se page dans une cage, un I Quit Match demandera au mec que pour qu’il gagne il fasse gueuler à son adversaire I Quit dans un micro, un No DQ match est sans disqualification et tout y est permis, etc etc. Il faudrait un article dédié pour TOUTES les stipulations possibles.
Tout ça est-il clair ? Bien, passons au vocabulaire du catch.

VOCABULAIRE

Voici les principaux mots surutilisés dans le catch et qui seront en outre utilisés dans la suite de l’article donc faites attention !

  • Face: Le face c’est très globalement le gentil, le noble, et le encore plus globalement le personnage dont le but dans la vie est d’être acclamé, aimé, apprécié par tous et toutes, qui ont une très bonne image, souvent désignes comme des exemples. Trichent globalement rarement, plutôt sympathiques quand ils parlent… Même si attention: au final un face n’est pas automatiquement un gentil ! Ils peuvent parfois être tricheurs, malhonnêtes, vanneurs, barbares… qu’importe tant qu’au final ils sont acclamés par le public.
  • Heel: Le heel c’est le contraire. C’est le catcheur pas très sympa. Soit parce qu’il est un tricheur opportuniste qui n’hésite pas à faire intervenir ses potes dans un combat pour gagner par disqualification ou pour démolir l’adversaire, qui n’hésite pas à se servir de coups pas franchement légaux, et qui sont bien en plus bien souvent des vrais connards méprisants, hautains, arrogants et autres qualificatifs tout en rose. Le heel est donc très souvent hué par le public, et c’est de toute manière ce qu’il recherche. Il en a rien à foutre du public, il est là pour sa gueule.
  • Gimmick: Une gimmick est le comportement global et la personnalité du catcheur, ce qui le définit purement et simplement. Exemple très simple: la gimmick de l’Undertaker, c’est d’être un esprit des ténèbres qui possèdent le pouvoir de faire tomber des éclairs et d’immortalité totale. Autre exemple: la gimmick de Rey Mysterio c’est d’être le petit mexicain masqué, qui ne recule jamais devant l’adversité ni plus grand que soi. Les gimmicks sont de moins en moins over the top avec le temps, il est loin le temps où on pouvait voir un truc aussi awesome qu’un contrôleur des impots se fightant contre un clown maléfique.
  • Kayfabe: Le kayfabe c’est une notion peu aisée à définir mais qui globalement est synonyme de la « crédulité du public ». Par exemple quand Vince McMahon, le patron de la WWE, « meurt » suite à l’explosion de sa voiture en juin 2007, c’est un kayfabe – il ne meurt pas vraiment ! On peut aussi utiliser l’expression « briser le kayfabe » quand le catcheur fait quelque chose qui n’est pas habituel à son personnage dans la « vie réelle ». Si par exemple on voyait Rey Mysterio insulter des gosses, on dirait qu’il brise le kayfabe. A noter que si le kayfabe était super puissant dans les années 90, avec des volontés virulentes de le protéger à tout prix, les fédérations sont aujourd’hui de plus en plus laxiste là dessus et limite ils vous diront bientôt que le catch c’est du chiqué.
  • Feud: Une feud est une rivalité entre deux catcheurs. C’est le nerf de la guerre dans le sens où c’est ce qui rythme les émissions et les pay per views. Exemple: si John Cena et Rey Mysterio passent deux mois télévisés à s’engueuler et à combattre l’un contre l’autre, c’est ce qu’on peut appeler une feud. Si X vient chercher la merde chez Y alors qu’avant ils se parlaient même pas, on dira que X veut commencer une feud avec Y, qui durera ensuite environ deux mois. Une feud peut avoir lieu autour d’un titre (la majorité du temps) ou bien pour des raisons plus futiles (exemple: feud de trois mois entre Kane et Jericho. La cause ? Jericho a foutu du café bouillant sur Kane une fois. Sans faire exprès.)
  • Pay-per-view: Dans chaque fédération, il y’a les émissions hebdomadaires (RAW/Smackdown pour la WWE, Tna Impact! pour la TNA etc) mais aussi les pay-per-view, qui ont un rythme de mensuel à semestriel selon la fédération. Un pay-per-view n’est pas gratuit et demande à ses téléspectacteurs de payer pour le voir. Souvent diffusé les dimanches soirs, c’est très souvent un centre névralgique, là ou débute certaines rivalités, là ou en termine d’autres, mais c’est très souvent les seuls moments où les titres changent de main et qu’on a des matchs à stipulation.
  • Wrestlemania: Le plus gros pay per view annuel de la WWE et du monde du catch. A lieu fin mars début avril, dure quatre heures au lieu de trois et est souvent construit pendant deux mois et demi niveau feuds et storylines. Fait régulièrement des ventes records et occupe des gros gros stades (94 000 personnes à une époque…)
  • Main event: le match principal de l’émission / du pay per view, souvent une affiche qui oppose les principales figures de la fédération, qu’on appelle du coup très logiquement les main-eventers et qui sont à priori les noms les plus connus, les plus populaires et les plus vendeurs. John Cena, Undertaker ou Edge sont des main eventers.
  • Midcard: La « Midcard » désigne les catcheurs qui sont bien souvent cantonnés aux combats intermédiaires, qui ne peuvent pas prétendre légitimement au titre mondial, et qui souvent n’ont même pas vraiment de feud, se contenant de faire des matchs souvent sans véritable but ni histoire derrière. Une sorte de purgatoire car on peut passer très vite du Midcard au Main Event, et bien souvent chaque fédération possède un titre « dédié » aux midcards, ce qui rend la situation pas terrible mais meilleure que…
  • Lowcard: On dira d’un catcheur qu’il est lowcard si il sert a se faire humilier par tout le monde, si il apparaît une émission sur six et si il n’a véritablement AUCUNE chance de choper un titre dans le futur proche. Souvent considérés par certains comme une punition, certains catcheurs sont tout de fois spécialisés dans la lowcard. Attention: si un catcheur est lowcard, ça ne veut pas dire qu’il est techniquement mauvais dans le ring.
  • Dark match: Un match non télévisé se déroulant avant l’émission ou après – pour chauffer le public entre autres. C’est souvent des combats de lowcard sans grand interêt mais ça permet de faire débuter des catcheurs tranquillement.
  • Push: Quand un catcheur semble soudainement monter en puissance de manière très rapide, c’est que les scénaristes lui offrent un push, qui bien souvent lui permet de remporter une ceinture, devenir challenger ou remporter des matchs contre des gros noms. Quand le fait contraire arrive, c’est un dépush.
  • Etre over: Un catcheur est over quand il est extrêmement efficace auprès du public ! Si il fait réagir le public avec efficacité et talent, qu’il fait vendre des places rien qu’avec son nom ou qu’il commence à devenir une figure de la fédération, on dit qu’il est over.

Donc voilà, ça fait un peu beaucoup à assimiler mais je suis sûr que vous allez y arriver ! On passe maintenant du coté des… fédérations ! Allez hop !

LES PRINCIPALES FÉDÉRATIONS AMERICAINES DE CATCH

Il y’en a principalement TROIS encore actives et deux totalement disparues dont je vais quand même parler de part leur important héritage.

Catch02.jpg
La principale est évidemment la World Wrestling Entertainment ou WWE. Fondée dans le milieu des années 50, elle ne deviendra véritablement une fédération d’envergure que dans le début des années 80, quand le PDG actuel, Vince McMahon, prend contrôle des rênes et développe énormément la féd, la rendant beaucoup plus ambitieuse. D’abord connue sous le nom de WWF avant de devenir WWE en 2002 suite à un procès perdu contre l’autre WWF, c’est une fédération désormais connue internationalement, diffusée dans une cinquantaine de pays et sans doute le premier contact de beaucoup d’entre nous avec le catch. Elle possède une tendance à mettre beaucoup plus en avant les scénario que les combats sur le ring, et fut une des premières à se concentrer sur la réalisation des grands événements ponctuels que sont les pay-per-view. Son âge d’or est considéré comme étant l’Attitude Era allant de 1998 à 2001. Elle est aujourd’hui une fédération beaucoup plus centrée vers la famille, avec un rating tout public qui l’empêche d’aller vers le hardcore et le sanguinolant….

Catch03.jpg
La Totale Action Nonstop, ou TNA, est une fédération secondaire et la seconde principale des Etats Unis. Fondée au début des années 2000, elle se détachait autrefois par un ring à six cotés au lieu de quatre, et un roster qui mélangeait aussi bien les meilleurs éléments du catch indépendant et des grandes stars qu’on ne retrouvait plus ou qui avaient été licenciées de la WWE. Elle a connue au début de 2010 un important chamboulement à sa tête avec l’arrivée du mythique Hulk Hogan. Pour être très franc, la TNA est surtout connue pour proposer un produit irrégulier, de qualité très aléatoire, pouvant aller du plus mauvais au meilleur. Son second problème est que de plus en plus on y retrouve mis en avant toutes les célébrités déchues de la WWE, finissant d’étouffer des talents parfois plus méritants.

Catch04.jpg
Enfin nous avons la Ring of Honor. Cette fédération propose lui une vision beaucoup plus centrée sur le ring, ne dédiant qu’au final peu de temps aux histoires, qu’elle développe au strict minimum. Cela lui permet une réputation assez bonne et d’être avant tout connu pour la qualité des affrontements qui y sont proposés, en plus d’avoir aidés nombre de grandes stars du milieu indépendant à trouver leurs marques et à se faire connaître auprès de la WWE.

Enfin deux fédérations disparues mais importantes:
Catch05.jpg

En premier la World Championship Wrestling, qui a existé de la fin des années 80 à 2001 et a su pendant une très grande période être un rival égal voire supérieur en terme d’audience à la WWE. Jouissant d’un budget quasi illimité offert par la Warner, elle pouvait se permettre énormément de folies en terme d’installations, d’achats de catcheurs et caetera. Elle se démarquera de la WWE de l’époque avec un ton beaucoup plus trash, destiné avant tout aux adolescents, et que la WWE sera forcée de copier. Néanmoins, ses dernières années d’existences permettent surtout de constater une quantité absolue de gâchis scénaristiques, avec des scénaristes en roue libre qui faisaient un peu tout et n’importe quoi, comme filer un titre mondial à la star principale du film Scream….
La seconde était l’Extreme Championship Wrestling qui exista des années 90 à 2001. Elle était connue pour un style assez unique, avec une très grande interaction avec le public, beaucoup de matchs hardcore et extrêmes, un centrage sur les storylines, mais aussi des matchs excessivement techniques. C’était un véritable pot pourri ou on trouvait un peu et n’importe quoi, et qui permettait souvent à des catcheurs indés de se faire remarquer… Elle « ressucitera » sous l’égide de la WWE de 2006 à 2010 mais inutile que l’esprit était un peu plus le même, se contentant de ne devenir qu’une émission d’une heure avant tout centrée sur les jeunes talents et « les vieux qu’on sait pas trop quoi en faire. »
Vous notez qu’elles décédèrent toutes en 2001. Drôle de coïncidence, mais inutile de dire que cette année vit la WWE voir débouler PLEIN de catcheurs issus des deux fédérations…

WWE: LES ÉMISSIONS

Dernier point un peu technique et relou mais on va finir ça vite.
Ce qu’il faut savoir c’est qu’a la WWE, vu le nombre important de catcheurs qui y travaillent (une bonne soixantaine), pour tous les montrer à la télé, les développer, il y’eut une obligation de diviser ce roster en plusieurs sections. C’est ce qu’on a appellé la brand expansion. et ça a concerné avant tout les deux principales émissions de la WWE: Monday Live RAW et Friday Night Smackdown !

Catch06.jpg
Le concept est simple: chaque catcheur, chaque commentateur, chaque arbitre, chaque manager… est rattaché a une émission. Et a partir de là c’est simple: si il est rattaché par exemple à RAW, il n’est pas autorisé à venir à Smackdown, sauf exceptions (si il est invité, si il possède un titre unifié, etc.) Ce qui permet donc de classer un catcheur sur une émission bien précise ! Il en est de même pour les titres, une ceinture précise ne pouvant appartenir qu’a une seule émission (sauf titres unifiés) ! Si vous voulez choper la ceinture US par exemple, il faut aller à RAW !
Une fois par an, un draft est organisé, et les catcheurs sont échangés de show en show. Ce qui permet de rafraîchir au fil du temps les émissions.
D’un point de vue technique, il y’a tout de même une différence importante entre RAW et Smackdown: RAW est en direct tandis que Smackdown est enregistré à l’avance. RAW a également une histoire plus chargée ce qui en fait le show le plus « glorieux », et son audience est meilleure que le show bleu. D’un point de vue prestige, un catcheur préférera ainsi être à RAW qu’a Smackdown…

Enfin ce classement fonctionne aussi pour les shows non télévisés: si vous vous rendez à Bercy voir un show de la WWE et que ça annonce Smackdown, il n’y aura aucun catcheur de RAW qui viendra !

Enfin la WWE a deux émissions supplémentaires: Superstars et NXT. Pour faire simple, Superstars est un show secondaire d’une heure avec simplement des combats, sans scénario, et où on peut trouver des catcheurs aussi biens de RAW ou de Smackdown. Quand à NXT il s’agit d’un reality show qui voit un petit nombre de catcheurs rookies tenter de se faire leur place dans la WWE, chacun possède un catcheur confirmé comme tuteur et le gagnant chope non seulement un contrat pour la WWE mais aussi un match pour le titre de son choix au pay per view de son choix. L’émission fut un gros four niveau audience et créativité, et l’actuelle 4e saison semble être la dernière, donc vous avez le droit de vous en foutre !

WWE: LES TITRES

On commence à entrer dans le centre du sujet: les titres mis en jeu. Une des principales remarques faites quand on s’y connaît assez peu en catch est une impression que tout le monde a un titre. En réalité, il n’y a que six ceintures actuellement en activité au sein de la WWE, qu’on peut découper en trois compartiments de deux ceintures: les titres mondiaux, les titres secondaires et les titres unifiés. Les titres mondiaux sont les plus prestigieux et couronnent les catcheurs les plus populaires de la discipline. Les titres secondaires sont les titres avant tout de midcard et de tests, souvent transmis à des jeunes talents sur qui on veut tester leur talent à être champion, à des catcheurs doués sur le ring ou à des catcheurs populaires mais pas encore assez pour qu’ils méritent une plus grosse ceinture. Enfin les titres unifiés sont des titres particuliers qui permettent à leur propriétaire de se balader dans les deux shows de la fédération, mais aussi de devoir le défendre face à tout le monde. Alors on commence avec les deux ceintures mondiales:

Catch07.jpg
A gauche: WWE Championship ; A droite: World Heavyweight Championship.

Les deux titres mondiaux pour l’instant sont ceux-ci. Le WWE Championship appartenant à l’émission RAW tandis que le World Heavyweight Championship est le titre mondial spécifique à Smackdown. Le WWE Championship est l’héritier direct du titre déjà présent dans les années 60, avec plus d’une centaine de catcheurs à son palmarés, dont la quasi totalité des noms les plus prestigieux de l’histoire de la fédération, voire du sport. La ceinture est extrêmement laide, ayant subi un relooking forcé en 2005 par John Cena…
Le World Heavyweight Championship fut lui introduit en 2002 lors de la brand expansion, et ne possède pas un pedigree historique flamboyant, qui commence peu à peu à se construire. Néanmoins si on veut être un peu historien, on peut trouver ses racines dans la WCW, et juste avant dans la fédération NWA… Mais bref, à partir de là ça devient compliqué. Par contre, la ceinture est trois plus classe !

Catch08.jpg
A gauche: US Championship (ya rly) ; A droite: Intercontinental championship.

Les deux titres secondaires de la WWE: l’US Title est actuellement un titre unique à RAW et très logiquement le titre Intercontinental appartient à Smackdown.
Le titre US est hérité directement de la WCW, et de la NWA juste avant, existant donc depuis 1975, avant de rejoindre la WWE en 2002, remplaçant le titre Européen qui était alors le titre secondaire de la WWE (oui remplacer l’Europe par les US c’est triste.) A l’heure actuelle avec plus de 67 catcheurs a son palmarés, le titre est hélàs devenu très anecdotique, avec peu de grandes feuds autour de lui, ni de grandes ambitions. Il semble attirer la poisse à son porteur en outre. Mais cela est peut-être susceptible de changer un jour, qui sait ?
Par contre le titre Intercontinental, qui lui existe à la WWE depuis 1979, est un titre sans doute plus prestigieux historiquement ! Encore récemment, il a su être mis en avant à de plusieurs reprises et, il faut l’avouer, la ceinture est plutôt classe. Pas grand chose de plus à en dire, son histoire parlant surtout pour lui.

Catch09.jpg
En haut: Titre Tag Team ; En bas: Titre Divas

Enfin les titres unifiés ! Leurs porteurs ont ainsi le droit de se balader dans les deux émissions de la WWE, ce qui peut être très pratique. On pense ici à Chris Jericho, champion tag team qui a passé toute son année 2009 dans TOUTES les émissions à prêcher la bonne parole et qu’a la fin les catcheurs de RAW finissaient par affronter juste dans l’espoir de le renvoyer à Smackdown, A noter que ces titres unifiés sont tous deux très récents: le titre tag team unifié existe depuis mars 2009 (et n’a obtenu sa nouvelle ceinture qu’en mai 2010) tandis que le titre divas unifié existe depuis simplement octobre 2010 !
Le titre Tag Team unifié, donc, est la fusion de deux anciennes ceintures que sont la ceinture WWE Tag Team et World Tag Team. Je vous épargne les détails mais évidemment le titre Tag Team récompense la meilleure équipe de deux catcheurs ! C’est un titre souvent peu mis en avant dans la WWE, qui possède au final peu de valeur et c’est bien dommage !
Quant aux titre Divas, c’est évidemment un titre féminin ! Il fusionne le titre Divas (existant depuis 2008) et le titre Féminin (qui lui existait depuis 1974), et récompense la meilleure catcheuse. Là peu de choses à dire: le catch féminin à la WWE est très rarement vraiment pris au sérieux, et là aussi c’est bien dommage !

Bien, on a les titres, on a les émissions, les règles, on va pouvoir passer aux CATCHEURS. Quelles sont les figures emblématiques du catch contemporain ? Les têtes à reconnaître, les noms à savoir ? Note: pour des raisons pratique, les catcheurs actuellement à RAW seront à gauche tandis que ceux à Smackdown sont à droite !

CATCHEURS ACTUELLEMENT EN ACTIVITÉ

Alors je vais parler de QUINZE catcheurs, tous sont actuellement en activité et tous ont des chances de se ramener lors du Royal Rumble 2011. Je n’évoquerais pas ici les anciennes stars du milieu, celles actuellement en longue blessure ou celles en hiatus. Juste celles que si vous mettez NT1 CE vendredi soir, vous avez des chances de les voir. C’est beaucoup plus pratique. Je me suis également limité à une petite sélection d’une quinzaine pour des raisons pratiques mais il ne tiendrait qu’a moi, je vous ferais un listing de TOUT le roster. J’ai également mis de coté toutes les catcheuses, y compris la championne Divas actuelle (Natalya) pour des raisons misogynes… non je déconne c’est juste que le catch féminin sera pris au sérieux ici quand la WWE le prendra au sérieux de leur coté.

On va donc commencer par les deux champions mondiaux actuels de la WWE, ceux actuellement en haut du mont:
Catch10.jpg
The Miz ; Edge

The Miz est donc l’actuel champion de la WWE, et c’est actuellement son tout premier règne mondial. Il est principalement connu aux Etats Unis pour avoir participé, avant sa carrière de catcheur, à l’émission The Real World, une sorte de Loft Story un peu trash. Après avoir fini cette émission, il a donc décidé de s’engager dans le petit monde du catch, et est entré dans la WWE via une autre émission de télé réalité, Tough Enough, une sorte de NXT avant l’heure, et à partir de là il a commencé une carrière de catcheur bas de zone extra égocentrique. Mais sa carrière a grandi graduellement, il formera une extraordinaire tag team avec un petit gars nommé John Morrisson pendant près de deux ans avant de partir en solo et d’enfin remporter son premier titre fin novembre 2010, lors d’un RAW. Sa gimmick est celle d’un gros type égocentrique, qui en veut un peu à la vie, un peu à tout le monde, mais qui par contre est sur le ring un lâche fini. Très très charismatique et très très grande gueule au micro mais un vrai dégonflé au combat. C’est bien évidemment un heel.
Sa catchphrase ? « I’m the Miz and I’m… AWESOME ! » Sa musique d’entrée ? Ultra badass !

Quant à Egde c’est lui par contre un ancien de la maison ! Arrivé en 2000 au sein d’une tag team, il a lui aussi monté les echelons, tout en s’offrant déjà une solide réputation grâce à des matchs extrêmement solides, dont par exemple un match tag team par échelle qui révolutionnera l’utilisation des échelles au sein d’un ring. En 2003 il se blesse prêt d’un an et en 2006 remporte enfin son premier titre mondial. Il est donc actuellement World Heavyweight Champion, depuis mi décembre, pour ce qui est son dixième règne mondial. Après avoir été un heel pendant prêt de cinq ans dans la persona d’un opportuniste prêt à tout pour gagner, et extrêmement inventif au niveau des techniques, en plus d’être un peu cinglé sur les bords, il est aujourd’hui devenu un face, toujours un peu cinglé et imprévisible et qui préfère faire fonctionner sa tête plutôt que ses muscles. Un peu mon catcheur préféré !
Son surnom ? « Ultimate Opportunist » ou « The Rated R Superstar » ; Sa catchphrase ? « WRONG WRONG WRONG WRONG WRONG !! » Sa musique d’entrée ? You think you know me~

Maintenant dirigeons nous vers les actuels challengers aux titres mondiaux ! Contre qui Miz et Edge vont-ils défendre leur titre au Royal Rumble, et qui sont presque au top de la société ?

Catch11.jpg
Randy Orton ; Dolph Ziggler

Le challenger n°1 au titre WWE est donc Randy Orton. Arrivé vers 2003 au sein de la grande WWE, il est le fils du catcheur Bob Orton. Il est à l’heure actuelle le détenteur du record du porteur le plus jeune d’un titre mondial à la WWE (il a remporté le WWE championship en 2004 à l’age de 23 ans) et possède une carrière ou il a été majoritairement heel la plupart du temps, mais un heel très combatif et surtout cruel, parfois sadique, et cinglé dans le sens malsain du terme. Mais ironiquement, cette personnalité a peu changé, mais il est aujourd’hui un face très acclamé et dont la passion principale semble être de se balader en slip dans les coulisses ou à chaque fois qu’on le voit… les pantalons ne sont pas son amour ! Il a six titres mondiaux à son palmarés, le plus récent datant de septembre 2010, titre qu’il a perdu face au… Miz. Oh.
Son surnom ? « The Viper »; Sa catchphrase ? Il parle pas trop donc il en a pas. Sa musique d’entrée ? il entend des voix dans sa tête.

Quant au World Heavyweight le challenger est Dolph Ziggler, et si vous lisez cet article la matinée de sa parution, vous êtes spoilés ! Lui c’est un très jeune talent de la WWE, il est officiellement là depuis quelques temps, entre autres au sein d’une tag team un peu zarb en 2006, mais la persona « Dolph Ziggler » n’est apparue que fin 2008 et était au début une gimmick un peu crétine, qui voyait l’homme serrer la main de tout le monde en rappelant que son nom était Dolph Ziggler… Mais courant 2009, il eut le droit à un regain de sérieux, et en 2010 il obtint le titre intercontinental, qu’il gardera près de six longs mois, entre autre grâce à sa petite copine qui est… euh… Vickie Guerrero mais vous verrez ça par vous même. Il vient tout juste de perdre ce titre (il le perd dans le Smackdown diffusé le jour de la parution de cet article) et a obtenu peu après un match pour le titre mondial, ce qui sera son premier essai. Il possède une gimmick de beau gosse, pas narcissique mais presque, et est un heel.
Sa catchphrase ? Il est perfection. Sa musique d’entrée ? Il est perfection.

Passons maintenant aux deux propriétaires de titres secondaires ! L’US Champion et l’Intercontinental champion !

Catch12.jpg
Daniel Bryan ; Kofi Kingston

Daniel Bryan est l’un des meilleurs catcheurs du monde. Je déconne à peine en disant ça, ce type a un palmarés éloquent dans le catch indépendant et à la ROH, et peut se targuer d’avoir fait une vingtaine de matchs extraordinaires sous son ancien nom de scène qu’était Brian Danielson. Il est arrivée à la WWE en 2009 au sein de l’émission NXT, a été viré 4 mois pour avoir étranglé quelqu’un avec une cravate (cherchez pas) et a fait sa réapparition surprise cet été sous les acclamations du public car oui, Daniel Bryan est SUPER POPULAIRE auprès de tout fan de catch avec une connexion Internet, ce qui lui vaut le surnom par les commentateurs de « diva du net » et autres alternatives. Il a obtenu quasi instantanément le titre US et se ballade aujourd’hui avec deux jumelles sous le bras. Pas vraiment encore de vraie gimmick.
Sa musique d’entrée ? LA CHEVAUCHÉE DES VALKYRIES, SANS DÉCONNER – en bonus: le Miz qui se fout de sa gueule. –

Quant à Kofi Kingston, qui a donc été couronné champion intercontinental mardi dernier, c’est un habitué des titres secondaires. Arrivée à la WWE en 2007, on l’a depuis très souvent vu dans les feuds pour l’US Title ou l’Intercontinental Title et il ne semble jamais avoir été beaucoup plus haut, excepté une feud avec Randy Orton fut un temps qui faisait miroiter un avenir radieux. A la base présenté comme jamaïcain, il est en fait ghanéen. Il est un face assez populaire, et très enthousiaste, sans vraiment plus de personnalité. Il est également plutôt technique sur le ring, et très agréable à voir, avec un style plutôt aérien.
Sa musique d’entrée ? Boom boom boom Reggae Style !

Passons maintenant aux grosses superstars… L’icone des enfants, des parents, les gentils faces quasi invincibles et ultra célèbres ! Vous les connaissez sans doute déjà, ce sont des icônes de la WWE, mais au cas où…

Catch13.jpg
John Cena ; Rey Mysterio

La figure emblématique de RAW, de la WWE et des Etats Unis d’Amérique, John Cena est LE Superman de la fédération, le type increvable, surkiffé par les gosses, ne propageant que les vraies valeurs de la loyauté, du respect et tout ça, le type qui fait le tour des plateaux pour promouvoir la fédération, qui possède une relation SUPER PROCHE avec le public, avec les fans, qui fait le tour des asso caricatives, qui influence directement l’audimat d’une émission par sa propre présence. Oui, ça fait bien cinq années que John Cena est LE mec de la WWE. Une dizaine de titres mondiaux, des centaines de victoires… Le personnage John Cena est surtout un personnage qui divise l’internet et dont les superpouvoirs quasi mystiques niveau résistance et surpuissance sont parfois très très peu crédibles. Une figure immanquable et quasi omniprésente, donc.
Sa catchphrase ? « You can’t see me ». Sa musique d’entrée ? You can’t see him, his time is NOW.

Quant à Rey Mysterio, c’est l’archétype du luchadore masqué… sauf qu’il est à la WWE le seul à porter un masque. Peut-être un des plus petits catcheurs de la WWE avec ses 1m74, il est toujours présenté comme l’underdog, l’outsider, mais pourtant capable de battre un peu tout le monde. Véritable icône auprès de la jeunesse, ses masques s’arrachent comme des petits pains, et malgré là aussi une très longue carrière (il a rejoint la WWE a la chute de la WCW), il est toujours resté face. De manière surprenante, il n’a eu « que » deux titres mondiaux dans sa carrière, et ses règnes étaient rarement impressionnants. Mais même aujourd’hui, il peut offrir de fantastiques matchs au public, et son coup final, le 619, est l’archétype même du coup symbolique.

Sa catchphrase ? Baragouiner en espagnol. Sa musique d’entrée ? BOOYAKA BOOYAKA SIX ONE NINE !

Bon à partir de là je vais présenter d’autres grandes figures actuelles, un peu sans justification, juste les noms à retenir, on va dire:

Catch15.jpg
CM Punk ; Wade Barrett

CM Punk est sans doute une des plus belles ordures de la WWE. Arrivé vers 2006 après une très brillante carrière dans le catch indépendante ou il était devenu une véritable coqueluche, il fut pendant près de trois ans un face assez morne, qui eut quand même le droit de remporter deux titres mondiaux, avant de devenir courant 2009 une véritable enflure mégalomanique et aux allures de prophètes, promettant au public un meilleur avenir si il le rejoignait dans son combat staightedge, et gagnant au passage un troisième titre mondial. La particularité principale de CM Punk est donc qu’il est straightedge, à la fois sur le ring et dans la vie, cette idéologie qui s’interdit tout alcool, toute drogue et tout tabac: selon qu’il est face ou heel, il va donc passer du gentil straightedge respectueux de tous et promouvant son idéologie sans l’imposer, alors que heel il va se révéler dans de l’extrémisme pur, va péter les couilles du public et va même fonder sa propre secte au sein de la WWE ! Après avoir passé l’année à changer de coupes de cheveux (il faut dire qu’il a perdu un match dont ses cheveux étaient l’enjeu), il est à RAW depuis octobre mais a hélàs eu la malchance de se blesser et d’occuper le poste de commentateur pendant un mois (et de manière fantastique), avant de revenir sur le ring y’a deux semaines pour péter la gueule de John Cena et au passage prendre le leadership de la Nexus. Qu’est-ce que la Nexus ? Ho on voit ça au catcheur suivant.
Son surnom ? « Straightedge Savior » ; Sa catchphrase ? « I’m straightedge, so I’m better than you » « It’s Clobberin’ Time ! » ; Sa musique d’entrée ? This fire burns de killswitch.engage

Wade Barrett est lui une TRES JEUNE pousse de la WWE. Arrivé début 2010 au sein de NXT et avec un passif très très peu connu, il fut le vainqueur de la première saison de l’émission, et a aussitôt embrayé sur une action de choc: débarquer en plein RAW avec les sept autres candidats de NXT et TOUT DEMOLIR. Ring, commentateurs, mobilier, catcheurs, annonceurs, caméramans… 10mn jamais vue à la WWE et qui a lancé la création d’un gang nommé la Nexus, toujours en activité et dont le logo a fortement inspiré mon favicon * toussote.*
Wade Barrett est donc le leader de ce gang, enfin l’ex-leader pusqu’il a été viré du gang lundi dernier par CM Punk et qu’il a rejoint Smackdown à l’heure ou je vous parle. Derrière son accent british de la plus pure classe, c’est un catcheur heel très calculateur mais qui peut se targuer de faire suivre son esprit calculateur par des vraies compétences dans le ring et une vraie force pure. A ses débuts, il se baladait systématiquement avec une cape décorée d’une rose blanche, ce qui était la SURCLASSE. Une vraie valeur sûre à suivre absolument.

Sa musique d’entrée ? A priori le thème de la Nexus mais maintenant qu’il en est dehors, ça pourrait changer !

Catch15.jpg
King Sheamus ; Jack Swagger

Là encore deux très jeunes pousses !

King Sheamus est arrivé à la WWE mi 2009. Octobre 2009, il passe de l’émission ECW à RAW. Novembre 2009, il devient challenger au titre. Decembre 2009, il gagne son premier titre mondial contre JOHN FREAKIN’CENA. Inutile de dire que ce catcheur irlandais a un EXCELLENT AVENIR devant lui. Jouant beaucoup sur la carte de la force brute, il a bénéficié de quelques entraîneurs de renom dans son apprentissage et possède vraiment un physique unique (y’a aucun truquage pour sa peau, et même moi je suis giga jaloux), en plus d’un accent à couper au couteau et des phrases qu’il aime ponctuer par « FELLA. » Il a remporté un deuxième titre mondial durant le printemps, et a envoyé Triple H a l’hosto pour neuf mois (en kayfabe.) En décembre dernier il a gagné le tournoi King of the Ring, ce qui lui donne le droit légitime de se faire appeller KING Sheamus, et de se balader dans une cape super classe, avec une couronne super classe et un sceptre super classe. Ouais ouais je sais, j’ai ma propre définition de la classe.

Son surnom ? « The Celtic Warrior » ; Sa catchphrase ? FELLA !! Sa musique d’entrée ? Too many lies ! TOO MANY LIES ! OOOOHOOOOH !

Quant à Jack Swagger, idem. Arrivé début 2009 à la WWE, couronné du titre ECW 15 jours après son arrivée, débarque à RAW, joue le titre US et avril 2010… gagne un titre mondial complétement par surprise ! Un règne un peu bizarre mais reste que le ALL AMERICAIN AMERICAN est aujourd’hui un solide midcarter, dont tout l’avenir est devant lui, et qui pratique un catch très technique et plutôt efficace, avec une spécialisation progressive dans les soumissions. Il a l’habitude de zozoter, ce qui permet à des gens de se foutre de lui, et il possède deux visages: soit le heel triomphant, soit le gros Woobie… et il fait très bien le gros Woobie ! Un catcheur plutôt enthousiasmant, dont le sourire bright est à toute épreuve.
Son surnom ? « THE ALL AMERICAN AMERICAN. » Sa catchphrase ? Rajouter l’adjectif « all american american american » à tout et à n’importe quoi. Sa musique d’entrée ? Get on my knees !

Catch16.jpg
John Morrisson ; Kane

John Morrisson est sans doute un poseur et un beau gosse, mais c’est aussi un des catcheurs les plus agréables à voir techniquement et le challenger n°1 le plus récent au titre WWE. A la WWE depuis la seconde saison de Tough Enough, il composera une tag team de génie avec Joey Mercury puis avec le Miz avant de partir lui aussi en solo. Pas de titres mondiaux à son palmarés pour l’instant, et il a même obtenu son premier match pour un titre mondial simplement lundi dernier ! Pratique la Capoeira et le Parkour en dehors du ring, ce qui lui permet une fois dedans de tenter des trucs de fous comme se la jouer Mirror’s Edge en plein match ! Quand il était heel, avait une habitude à mythonner grave sur sa vie, mais est devenu moins beau parleur avec son passage en face. A un jour fait un 360° vertical en l’air EN TENANT UNE PUTAIN D’ECHELLE.
Son surnom ? « The Guru of Greatness », « The Shaman of Sexy » ; Sa musique d’entrée ? Un riff de guitare qui hypnotise un peu – le slow motion, il le fait lui même. IL EST JOHN MORRISSON.
Oh et oui, son nom est un hommage assumé à Jim Morrisson.

Quant à Kane, si j’avais fait le même article un an plus tôt, je ne l’aurais pas évoqué malgré le fait qu’il est à la WWE depuis 1996 (il a d’abord joué un monstre de noël puis un dentiste avant de devenir LE Kane – je déconne pas.) Mais il a été tellement puissant cette année que hop, voilà. Tout d’abord d’un point de vue scénario, Kane est le frère (en kayfabe) de l’Undertaker, ce qui permet d’avoir la classe, mais évidemment c’est aussi physiquement un type qui fait un peu flipper si on le croise dans le métro ! Combattait masqué à ses débuts, puis l’a perdu au milieu des années 2000, pour devenir le Kane qu’on connaît maintenant. A une tendance à aspirer vers lui les pires storylines possibles, et possède un style plutôt mou sur le ring, bien qu’étonnamment agile pour sa carrure. A eu un titre mondial en 1999 – qui a duré VINGT DEUX HEURES – avant d’en obtenir un second uniquement cette année – qui a duré SIX MOIS. Le premier match de catch que j’ai vu sérieusement avait Kane dedans, dont je lui accorde encore aujourd’hui une certaine affection. A noter qu’en dehors de la vie, une des plus grosses passions de Kane c’est la… politique. Il est libertarien ultra convaincu et blogue souvent des trucs politiques avec un sérieux désarmant quand on pense qu’on parle du même mec qui a eu une storyline ou sa petite amie alors morte se faisait violer par un Triple H déguisé en Kane masqué devant les caméras. Haaaa Katie Vick !
Son surnom ? « The Big Red Monster » ; Sa musique d’entrée ? Un truc un peu glauque.

Catch17.jpg
Santino & Kozlov ; Alberto Del Rio

Alors pour conclure sur RAW, je vais évoquer les champions tag teams actuels que sont Santino Marella et Vladimir Kozlov. Santino a débarqué vers 2006 en chopant le titre intercontinental dès son premier match (alors qu’il était à la base dans le public – en kayfabe) mais au final a viré vers le personnage avant tout comique, pas forcément capable dans le match – d’une manière assumée, l’homme sachant se battre en vrai – mais vraiment hilarant a voir. A coté on a Kozlov, qui a passé toute l’année 2008 a faire flipper tout Smackdown avant de virer dans l’anecdotique, puis est devenu face en s’associant avec Santino. Très logiquement donc, Santino est le « cerveau » et Kozlov est le « muscle » de cette équipe un peu comique mais extrêmement populaire.

Enfin le dernier catcheur que je vais présenter est le plus récent de tous… Arrivé en aout 2010 à Smackdown sans passer par la case NXT – ce qui est rare pour un rookie désormais -, Alberto Del Rio a choqué tout le monde dès son arrivée: ANNONCEUR PERSONNEL, ARRIVEE EN ROLLS SUR LE RING, ECHARPE CHERE, BATTRE REY MYSTERIO SUR SOUMISSION ! Il faut dire que l’homme a déjà un certain pedigree, et une fructueuse carrière sous le nom de Dos Caras Jr dans le catch mexicain (pour l’anecdote il y était masqué, et la WWE l’a forcé à se démasquer.) Bref pas un petit joueur, d’autant qu’en quatre mois il a su montrer d’excellentes choses sur le ring et qu’il possède une gimmick en fer forgé ainsi qu’un talent énorme au micro ! Ses sourires sont devenus une véritable institution de mépris et il est déjà annoncé comme certain de toucher un jour un titre mondial, ce qui ne serait pas volé et même carrément crédible !
Son surnom: « Esencia de la Excelencia » ; Sa catchphrase: « I’M ALBERTO DEL RIO… but you already know that. » ; Sa musique d’entrée ? On s’en fout, c’est tout ce qu’il y’a autour qui tue – meme si un mec qui conduit en slip, ok…

Ah mais non je blaguais ! Je vais quand même présenter deux derniers catcheurs, actuellement en blessure, mais qui peuvent revenir à peu près n’importe quand. Pour le premier, je le suspecte d’ailleurs de revenir pendant le Royal Rumble ! Mais ce sont aussi deux gros vétérans, deux gros noms assez immanquables, et les connaître est toujours une AIDE. Surtout qu’ils sont également super influents en dehors du ring, enfin bref je vous épargne la politique.

Catch17.jpg
Triple H ; The Undertaker

Triple H est là depuis… wow… 1995 ! A l’époque il jouait un aristocrate, avant de sérieusement se dévergonder, d’épouser la fille du patron de la WE Vince McMahon (en kayfabe), de choper son premier titre mondial, de divorcer de la fille du patron (en kayfabe), d’épouser la fille du patron (pour de vrai) et d’enquiller les titres mondiaux comme Pacman enquille les boules en faisant nom nom.Pas loin de quinze titres mondiaux à son palmarés, une passion pour les marteaux, prêt de sept ans passés heel (avant de redevenir face en 2006), il est aujourd’hui un des candidats sérieux à la direction de la WWE et s’occupe d’ailleurs actuellement du management des shows. Son retour en tant que catcheur devrait être imminent (il a disparu depuis avril et depuis que Sheamus l’a envoyé à l’hosto – en kayfabe – après un match VIRULENT) et vu son âge, il ne devrait pas tarder à se faire de plus en plus discret.
Son surnom ? « THE GAME », « The Cerebral Assassin ». Sa catchphrase ? « I AM THE GAME / THE KING OF KINGS » « SUCK IT » ; Sa musique d’entrée ? C’est tout autour du jeu, et comment le jouer. Motorhead, BITCHIZ !

Enfin, l’Undertaker… Ohlala par ou commencer. Il a débarqué en 1993 a la WWE et n’a jamais quitté la fédération depuis, Un physique assez fou (2m15), un style sur le ring qui se débrouille pas mal, une gimmick de maître des tenèbres surabusée, une entrée méga unique, un manteau cool… et aussi un corps qui vieillit hélàs de plus en plus. Ce qui ne l’a pas empêché de produire le meilleur match WWE de 2010 avec Shawn Michaels mais tout de même ! Possède un grand palmarés même si au final peu de règnes mondiaux (« seulement » sept titres), mais est surtout reconnu pour sa fameuse « streak » de Wrestlemania, ou l’on peut remarquer qu’il a ainsi eu 17 matchs à Wrestlemania… et les a tous gagnés. Tant et si bien qu’il est désormais devenu habituel à Wrestlemania de voir un mec un peu cinglé provoquer l’Undertaker pour essayer « juste » de briser la fameuse Streak. Alterne actuellement entre le catch et les blessures… Est un des seuls types de la WWE autorisés à faire un piledriver, aka le coup que « si tu le loupes, le mec peut dire bonjour à la paraplégie » !
Son surnom ? « The Deadman » ; Sa catchphrase ? « REST. IN. PEACE. » ; Sa musique d’entrée ? DONG !

Vous noterez que beaucoup de ces figures sont arrivées récemment. La WWE est actuellement en pleine rénovation niveau roster et il faut dire que ce n’est pas forcément un mal, puisqu’on a passé 5 ans avec à peu près les cinq ou six mêmes gars qui trustaient le main event, ce qui devenait assez lourd. Donc un mouvement très jeune, et c’est pas forcément mal ! Après je n’ai pas parlé d’autres noms comme le Big Show, comme Dashing Cody Rhodes, comme Drew McIntyre ou comme Ted Dibiaise, mais ceux là, vous apprendrez sans doute à les connaître et à les reconnaître très vite, tellement ils sortent du lot.
Voilà tout ce que je pouvais dire pour aujourd’hui. C’est déjà beaucoup je trouve mais si vous décidez de tenter l’aventure catch, hésitez pas à me prévenir, à me choper sur IRC pour des questions supplémentaires… L’objectif est donc que vous puissiez tenter le prochain PPV, c’est à dire le Royal Rumble et son match éliminatoire à 30 catcheurs ! A vous de tenter l’aventure ! Et du coup ça amène à la dernière question…

EH MAIS ATTENDS ! COMMENT ON MATE DU CATCH ?

Légalement, RAW et Smackdown sont diffusés sur NT1 le vendredi soir dès 20h45 jusqu’a 0h30 avec d’abord RAW et ensuite Smackdown, en version intégrale et plutôt bien commenté en français par Agius et Chéreau. Ils bénéficient cependant d’une semaine de décalage ! Quant a WWE Superstars, c’est diffusé sur RTL9 le jeudi soir. Quant aux pay per views, ils sont diffusés sur Canal+ Sport, avec des commentaires français pourris, et parfois avec des coupes, et avec souvent trois à quatre semaines de décalage. Je parle ici de la WWE. La TNA fut à une époque diffusée sur W9.

Autrement, pour regarder RAW et Smackdown « en direct », c’est vers 3h du matin chaque lundi soir et venredi soir, et ça se trouve sur les sites de streaming live dont je ne ferais pas la promotion. Idem pour les ppv live. Et vous pouvez être sur que la semaine suivant la diffusion, vous retrouverez les émissions intégralement sur youtube ou daily… Ou en torrent. A vous de voir donc, tout en sachant que le catch nécessite tout de même un peu de connaissance en anglais, mais vu la simplicité de l’anglais utilisé, ca peut être un très bon moyen de vite assimiler la langue. Le catch, un sport éducatif ? MAIS OUI !

Catch17.jpg
Chris Jericho attends toujours que cet article lui dédie un paragraphe.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

N'hésitez pas à commenter l'article~