365 jours de jeu vidéo – 2010/2011

365 jours de jeu vidéo – 2010/2011

Exercice désormais annuel (fait l’an dernier et même l’année d’avant), et toujours opéré de la même manière, voici l’heure du bilan annuel de Néant Vert sur les jeux vidéo de l’année ! Enfin sur mes jeux vidéo de l’année, pour le coup. Je rappelle le fonctionnement du coup: je prends les douze mois de l’année – de mai 2010 à avril 2011 -, à chaque mois j’attribue LE jeu auquel j’ai le plus joué durant ce mois là, où qui représente le mieux le mois en question. Et ainsi de suite jusqu’a la fin de l’article où là je reviens de manière plus lapidaire sur tous les autres jeux que je n’ai pu évoquer jusqu’alors. Histoire de prévenir, la quasi-totalité des jeux présentés ici sont sur Xbox 360, sauf deux exceptions sur PC et une sur DS, vous les reconnaîtrez facilement je pense.

Et si c’est encore trop confus, voici l’article:

Mai 2010
Prototype
Prototype.jpg
Et on commence par un gros jeu de merde ! Je dois avouer que c’est un jeu qui me chauffait bien, après tout l’idée de base – c’est à dire être une grosse brutasse aux pouvoirs incommensurables lachée dans New York – est bien fun, et on peut faire du kung fu à des hélicoptères. Mais a part ça ? Soyons francs, ce jeu est supra vide. Le scénario est terrifiant de médiocrité, l’espace de jeu – New York – est le même paté de maisons copié/collé partout, les possibilités de gameplay se présentent comme nombreuses mais on finit fatalement par toujours masher le bouton poing léger tellement rien ne paraît intuitif. C’est absolument désastreux sur tous les points et le jeu est au final un terrible exemple de répétition. On fait la même chose en boucle et en boucle et en boucle et en boucle. Et c’est terrible car TOUT part sur de bonnes bases et le début du jeu laisse augurer du meilleur mais le manque d’ambition se fait très vite constater… Un jeu qui aurait mérité un an de développement supplémentaire pour peaufiner car en l’état, c’est indigne venant du n°1 mondial.

Ah si y’a UN truc bien: la toile des intrigues qui nous force à chercher plein de mecs en ville pour bouffer leur mémoire et avoir le droit à des petits flashbacks rigolos. CA c’est bien. Le reste va de « bof » à « blrrrrrrrf. »

Juin 2010
The Movies
TheMovies.jpg

A la base j’avais écrit un gigantesque pavé sur ce jeu mais j’ai tout perdu suite au déménagement de Néant Vert sur Twilight au début du mois de mai… Bon on va essayer de la refaire ! The Movies était un de ses jeux en qui j’avais eu beaucoup d’espoir. On devait être début 2006, et je suivais toutes les news sur ce jeu de gestion de studio holywoodien qui voulait vous proposer de revivre toutes les époques du cinéma, de 1920 à 2000, voir les goûts du public évoluer, les technologies, les décors, etc. Rajoutez à cela la possibilité de créer votre propre film avec des acteurs en 3D et hop, potentiel énorme. Et à l’époque j’étais tombé de haut car le jeu était très long et très difficile, avant de m’y replonger durant ce mois de juin, pour décompresser entre deux conventions. Il faut comprendre que dans The Movies, jeu qui vous propose de revivre soixante ans de cinéma, on évolue que d’une décennie en trois où quatre heures de jeux et que le budget est très très joueur et peut n’importe quand vous flanquer dans le rouge, et l’aspect micromanaging des acteurs et réalisateurs est aussi pratique que parfois franchement injuste: le jeu peut très vite passer de la gestion de studio de cinéma à la gestion de l’alcoolisme de son acteur phare. Le jeu est donc au final très FRUSTRANT.

Mais aussi super prenant ! Les parties passent très vite, y’a toujours 400 trucs à faire, à voir, la liberté est très grande et les possibilités énormes. Et il y’a toujours cet aspect « ha je viens de finir mon film, je vais faire le suivant et après dodo » qui peut voir votre rythme de sommeil être très très vite décalé. Mais là aussi, comme en 2006, The Movies est toujours le genre de jeu où je passe une semaine entière dessus avant de l’abandonner. Quoique ces derniers temps j’ai vu pas mal de gens y rejouer… Je le réinstallerais bien… Hmmm.

Juillet 2010
Bully: Scorlarship Edition
Bully.jpg

GTA en culottes courtes qui me faisait de l’oeil depuis l’époque de sa sortie sur PS2 (2005 ? 2006 ? Jsais plus trop), j’ai enfin pu y jeter une manette attentive sur sa version 360 et, surprise, le jeu méritait mon attention ! Alors certes il utilise des mécaniques héritées de GTA San Andreas tout le long du jeu – au niveau gameplay particulièrement – mais le jeu est vraiment très plaisant, très prenant et très attachant. Qu’importe alors si les graphismes sont un peu datés, ce jeu n’a pas tellement à rougir dans le grand monde des jeux sandbox tellement il arrive à s’affirmer grâce à son ambiance et à sa personnalité, bien aidé par le trip pensionnat anglais qui de manière surprenante se porte très bien dans un univers vidéoludique. On y retrouve ici emplois du temps à respecter, couvre feu comme limites. Les crimes des GTA deviennent des délits tout gentils, et le truc le plus terrible que vous pouvez faire de tout le jeu c’est donner une claque à un gosse. Si on y rajoute une histoire super fun qui exploite carrément bien tous les clichés possibles et imaginables dans un tel contexte, Bully a été une bonne bulle d’air et la preuve que même avec des mécaniques usées jusqu’a la moelle, on peut encore se démarquer du lot et proposer une très belle expérience.

Article dédié sur Néant Vert

Août 2010
Bioshock 2
Bioshock2.jpg

Bioshock, jeu extraordinaire si il en est, avait-il besoin d’une suite ? Tel est le grand débat qui traînasse sur l’Internet depuis l’annonce de ce Bioshock 2 qui tente le difficile rôle du jeu qui doit compléter un jeu… qui se complète déjà très bien lui-même. Au final qu’importe ces questions: j’ai adoré Bioshock 2 et ce pour une raison très simple: j’y ai retrouvé Rapture, j’y ai retrouvé l’univers du un et c’est tout ce que je demandais. Explorations de nouveaux endroits, nouvelles plasmides, nouveaux chrosomes, nouveau gameplay autour des Little Sisters, mode multijoueur anecdotique mais un peu rigolo… Tout cela valait amplement les 20€ que j’y ai investi. Bioshock est toujours aussi bon, même avec un 2 derrière.

Note secondaire cependant: j’ai tenté le DLC Minerva’s Den (mon seul DLC jamais acheté si on excepte Rock Band) et c’était là par contre super pas génial. Déjà parce que condenser en 3h « l’expérience Bioshock » c’est juste une idée de merde (grosso modo parce que de base l’Eve sert plus à rien) mais surtout parce qu’il s’y passe rien et que ça dit rien. Heureusement que la fin est très très jolie !

Septembre 2010
F1 2010
F12010.jpg

Ah putain je l’ai attendu celui là aussi ! Premier jeu de F1 depuis début 2007, ce jeu avait pour devoir de faire oublier l’attente qui a durée plus de quatre putains d’années. Codemasters avait la pression sur les épaules et force est de constater qu’au final ça fait plaisir de les voir dessus car le jeu est ma foi très bon… mais hélàs miné par une accumulation de petits détails qui rendent l’expérience un peu meh ! En essais libres et en qualifications, pas d’affichage de ton temps dans le 3e partiel du circuit où bien une intelligence artificielle un peu coconne quand tu joues la course en mode 20% ! Vous avez compris ce que je viens de dire ? Si oui, vous comprenez le problème, si non, vous inquiétez pas c’est pas forcément très important.

Mais autrement grosse grosse qualité dans la réalisation du jeu avec un PUTAIN de sens du détail au niveau entre autres des dénivelés et de la reconstruction virtuelle des circuits. J’ai perdu beaucoup de temps sur ce jeu et faudrait vraiment que je m’y remette, surtout que j’ai encore des succès à y débloquer… et qu’ils y sont plutôt longs à choper 😛 !

Octobre 2010
Rock Band 3
RB3.jpg

Rock Band reste toujours la meilleure série de jeux musicaux sur le marché, et le trois ne deçoit en rien. Améliorant énormément de détails et s’offrant le luxe de rajouter pas mal de nouveaux instruments (le clavier, la guitare pro, les harmonies), il n’y a pas grand chose de plus à en dire si ce n’est qu’Harmonix n’a pas loupé son coup. Dommage que le jeu intervienne un peu pendant la crise des jeux musicaux: deux ans plus tôt, il aurait fait un malheur.

Novembre 2010
Ace Attorney Investigations: Miles Edgeworth
MilesEdgeworth.jpg

J’étais assez suspicieux en voyant les premières images du jeu et le concept global. Et puis Apollo Justice est arrivé et m’a convaincu que la série avait effectivement peut-être besoin d’un petit coup de pied au cul niveau gameplay et compagnie. Et effectivement, ce Ace Attorney Investigations, sorti au final en France via 30 exemplaires et réservé aux anglophiles redonne confiance en la série après la déception du volet précédent. Aucune scène de tribunal de tout le jeu, qui devient grosso modo plus axé sur le terrain, et ça fonctionne malgré tout très bien ! Les cinq affaires du jeu se révèlent toutes plutôt palpitantes et toutes égales d’un point de vue qualitatif… ce qui n’est pas un défaut mais pas forcément une qualité, la dernière affaire peinant au final à être vraiment mémorable ! Pour le reste, beaucoup de bonnes idées, un peu de fanservice pour brosser les fans de la saga dans le bon sens du poil (chaque personnage faisant plus où moins son caméo attitré), une exploitation minimale mais suffisante de l’écran tactile et peu de moments vraiment frustrants… Au final ce Ace Attorney Investigations est un volet efficace, certes loin de l’excellence de Trials & Tribulations, mais faisant son office sans déplaisir.

Dommage que y’a pas de VF. Benjamin Hunter quoi.

Décembre 2010
BlazBlue Continuum Shift
BlazBlue.jpg

Je suis une triple bouse en jeu de baston. Déjà premier signe que je suis nase: après trois mois de BlazBlue je sais toujours pas faire un putain de quart de cercle correctement. C’est toujours au pif chez moi. C’est peut-être la manette 360 qui est nase pour ça – c’est sans doute le cas – mais j’ai toujours cette difficulté à sortir les coups un peu compliqués facilement. Le second signe que je suis nase c’est que je pare jamais. Y’a un bouton pour ça mais je l’utilise jamais, je trouve toujours tellement intelligent de bouffer les coups. Le troisième signe que je suis nase, c’est que dans BlazBlue je joue toujours Jin et je spamme ses attaques de glace sans m’en rendre compte. Sinon je gagne pas.

Bon bref j’exagère beaucoup tout ce que je dis ! BlazBlue est le premier jeu de baston depuis presque dix ans (Soul Calibur II sur Gamecube) sur lequel je passe un peu de temps et qui me donne vraiment envie de m’investir un peu. Je dois avouer que le chara-design a une grande part dans cet attrait que j’ai envers le jeu, et que ça a été le jeu juste parfait pour tester ma nouvelle télé HD en ce mois de décembre, tellement le jeu est graphiquement super. méga. chouette. Après, BlazBlue est très intéressant dans le sens où il offre un vrai tutorial, un qui explique vraiment les bases à un sac comme moi (ça peut paraître con mais BlazBlue est le premier jeu qui m’explique vraiment c’est quoi un combo et comment on en fait un) et sa mode histoire est très intéressante bien que, je vais être un peu franc, pour certains personnages j’ai un peu skippé comme un goret tellement c’était pas terrible. Mais voir tout ça traduit dans un bon français m’a tout de même rendu un poil admiratif !

Bref hardcore sans être inaccessible, BlazBlue est un bon choix pour se remettre un peu dans les jeux de bastons. Maintenant j’aimerais bien commencer à gérer avec autre chose que Jin…

Janvier 2011
Minecraft
Minecraft.jpg

La drogue pendant un mois non stop… puis j’ai lâché complétement. Surtout quand les patchs ont commencés à rendre le jeu de plus en plus injouable sur mon pc prolétaire qui est incapable de bien gérer de la 3D. Mais j’y retouche quand même: là j’y ai rejoué un peu hier mais ahaha le nouveau patch fait disparaître certaines objets après une utilisation ce qui est UN PEU CON quand c’est une PIOCHE qui disparaît de ta main et que tu es en plein milieu d’un TROU dans une putain de CAVERNE. Je sais pas comment je vais en ressortir mais va me falloir masse de patience. Bref, au moins le patch en question rend le jeu a nouveau jouable sur mon pc.

Alors ce jeu a un attrait MONSTRUEUX sur serveur multijoueur, c’est évident. Les rares parties solos que je me suis faites dans mon coin, c’était plutôt chiant pour ma pomme et pour être franc quel interêt de construire des trucs de fous si personne ne peut venir le visiter ? Du coup j’ai kiffé participer au serveur survival de Nanami, j’ai kiffé y observer les constructions des thalistes, j’ai kiffé me taper mon petit délire de construction de galeries ferrées et de maisons classes. L’idée en or sur ce jeu reste quand même l’aspect jour/nuit super important qui force à faire des priorités un peu sans cesse et à essayer au maximum de profiter de la nuit pour miner tout en essayant au maximum de profiter du jour pour l’exploration / le bois / la bouffe etc. Mais le plaisir de Minecraft se fait aussi en tombant sur une caverne sombre et en l’explorant la peur à moitié au ventre parce qu’on sait que tout peut surgir n’importe quand et que notre armure est pas infinie… Où bien en grimpant une montagne et en observant le monde autour de nous… Ou bien en creusant la montagne pour faire en sorte qu’a la fin elle ressemble à une énorme bite… Où bien construire sa maison, ses pièges, l’aménagement tout ça. Réduire le jeu à une simple partie de Lego est effectivement très très réducteur parce que le jeu est vraiment pas à chié en terme de liberté. On ne joue pas forcément tous à Minecraft pour les mêmes raisons.

C’est un peu fou au final de voir qu’il suffit d’une carte aléatoire, de la possibilité de poser n’importe quoi n’importe où, de foutre cinq mobs hostiles et trois outils pour s’éclater quasi non stop pendant des mois. Très très fort. Et à un prix tellement moins élevé que la cocaïne.

Février 2011
Alpha Protocol
AlphaProtocol.jpg

Ce RPG mes amis. Déjà de base l’idée de faire un putain de RPG dans l’univers de l’espionnage est une idée juste en OR, avec la possibilité de se la jouer James Bond, Jack Bauer où Jason Bourner (les 3 JB comme on dit) et de vraiment tailler sa route comme on le veut parce que je vais répéter ce que je dis en boucle depuis mon article sur le jeu: Alpha Protocol est un jeu MÉCHAMMENT LIBRE. Dans ce jeu, TOUT a une putain de conséquence et chaque partie (qui a une durée de vie d’une quinzaine d’heures mais un replay value immense) est UNIQUE. Le jeu se paie certes des graphismes pas super avantageux et un gameplay un peu déjà vu quatre cent fois mais aucun de ces défauts n’est éliminatoire et vraiment génant au plaisir du jeu. Ciel, il est même pas si bugué que ça ! Bon y’a des bugs mais tellement moins que dans un jeu Bethesda ! Dans mon article je faisais une comparaison un peu insistante à Mass Effect car au final Alpha Protocol lui emprunte un peu tout tout en ayant le quart de son budget mais compense vraiment grâce à ce putain d’univers et ce scénario IMMENSE. Pas forcément excellent d’un point de vue qualitatif mais vu que c’est les actions du joueur qui le font – et là c’est pas de la poudre aux yeux c’est vraiment le cas. Le nombre de fin dispo est immense, chaque mission peut se finir d’une dizaine de façons, les dialogues changent du tout au tout selon une bonne poignée de facteurs à chaque fois…

Le jeu est de plus en plus soldé, et franchement à 10/15€, ça le vaut vraiment. C’est personnellement ma plus belle surprise de l’année, et si je devais garder un jeu parmi les douze cités ici, je pense que ça serait lui. J’ai vraiment énormément d’affection pour lui, malgré le fait que comme je le dis et le redis, il faut une grande tolérance pour passer outre son design et son gameplay. Maintenant je m’attaque à Fallout New Vegas, par le même studio, et là je m’attends à chier des étoiles par la bouche.

Mars 2011
Brütal Legend
BrutalLegend.jpg

La thématique de ce bilan est peut-être au final « ces jeux envers qui j’avais beaucoup d’attente à une époque et que j’ai fini par découvrir tardivement ou qui m’ont déçus. » Brutal Legend est par exemple un jeu que j’avais suivi dès son annonce durant l’été 2007. Jack Black X Tim Schafer X Heavy Metal, putain nom de dieu quoi ! Avant de sortir fin 2009, le jeu s’est au final perdu dans un trou spatio temporel, connu de nombreux changements d’éditeurs, de styles de jeu etc. Le jeu devait être à la base un RTS axé sur le multijoueur, puis ils ont du à la va vite foutre une campagne, puis ils ont eus Jack Black de rajouté au projet (entre autres parce que le jeu vidéo préféré de Jack Black est Psychonauts, du même Schafer, oui oui Jack Black a bon goût), puis EA a fait toute la campagne sur l’univers en oubliant que c’était à la base un RTS et du coup on a tous été un peu deg parce que putain ces phases RTS sont UN PEU CASSE BURNES.

Parce que putain Brütal Legend je viens de le finir à 100% à l’instant et grosso modo je suis le cul entre deux chaises. Parce que j’adorerais au final vraiment idolatrer ce jeu: l’univers, les personnages et la musique sont FANTASTIQUES. C’est à dire que le trip heavy metal fonctionne à mort, tout l’open world du jeu est un putain d’hommage géologique au metal et on se balade parfois dans des pochettes d’album en 3D tout en écoutant du bon son. Ca là dessus le jeu ne loupe pas et se révèle au final super plaisant à jouer ! On se fait bouffer facilement sa vie devant ce jeu à explorer tous les coins de l’univers, bien aidés par 400 000 quêtes complétionistes bien connes qui ramènent pas mal de bonus à la maison donc qui ont une vraie justification – pas comme les pigeons de GTA IV quoi.

Mais de l’autre coté soyons francs: l’histoire est une PURGE et les « missions » du jeu sont super chiantes. J’ai fait l’histoire non stop à contre coeur et c’est très con parce que si les dialogues sont au final super bien écrits et parfois hilarants, le jeu peine vraiment quand il s’agit d’être un chouia sérieux (le retournement de situation à propos d’Ophelia est très très très très très mal amené.. ) et gnnnnnrff les PUTAINS DE PHASES RTS. C’est problématique d’apprendre qu’a la base tout le jeu tournait autour parce qu’elles sont SUPER MAL FOUTUES. Ca donne méga l’impression d’être le bordel, tes mecs réagissent à tes ordres une fois sur 4, y’a 300 trucs à gérer simultanément avec une interface pas terrible… Bref à la fin ça pue un peu. Mais je l’ai fini à 100%, un peu motivé par le succès ok mais je le fais pas pour n’importe qui qu’on soit d’accord, donc j’imagine que quelque part le jeu a fonctionné. Là aussi jeu soldé à plus très cher donc il peut valoir le coup d’oeil pour une dizaine d’euros, encore plus si on kiffe le heavy metal parce que là c’est juste carrément pour vous.

Avril 2011
Red Dead Redemption
RDR.jpg

C’est chaud de redire ce que j’ai déjà dit dans l’article du mois dernier mais on va faire genre vous aimez la répétition… Bref découverte tardive mais bonne découverte ! Là aussi gros gros kiff addictif qui m’a bouffé des heures et des heures à juste vadrouiller dans la nature avec un cheval… Ce qui est le principal bon point de ce Red Dead, c’est cet univers ultra vivant, où il se passe toujours des choses, malgré le fait que ce soit malgré tout très vite. Le jeu offre en outre beaucoup d’objectifs secondaires, de quêtes annexes… Bref non seulement on a toujours un truc à y faire mais en plus le jeu nous offre en plus beaucoup de surprises. Et sérieusement, quiconque ne s’est pas fait des cougars au couteau comme un vrai ne connaît pas la PEUR dans un jeu vidéo.

Si l’histoire du jeu s’embrouille à un passage (le Mexique est synonyme de passage booooof), il offre quand même de grands moments et se révèle au final bien plus intéressant que GTA IV, entre autres grâce à un putain de héros en la présence de John Marston qui lui à une vraie gueule, un vrai charisme, un vrai plaisir à contrôler. Et cette fin MAGISTRALE, où jamais un jeu n’avait poussé aussi loin le trip de… mais j’en dis déjà trop. La mode multijoueur est elle aussi très surprenante parce qu’au final plutôt intéressante et remplie de potentiel ! Bref RDR mérite vraisemblablement sa place dans les nombreux classements de « meilleur jeu 2010 » dilapidés partout sur le net. Et puis les cow boys putain, c’est si COOL.

Concluons par la critique super rapide des autres jeux auquel j’ai touché cette année, de mai 2010 à fin avril 2011 !

Saw: The Game – De manière surprenante le jeu ne fut pas mauvais ! Bon je ne l’ai pas payé donc je suis peut-être biaisé, mais j’ai passé un moment plutôt agréable au long des dix heures que dure le jeu… et je déteste les films Saw pourtant ! Super pas nécessaire et loin d’être une institution, sachez juste qu’il est pas si pourri que ça. Moins que Silent Hill Homecoming peut-être. Huhuhu.
Super Paper Mario – Holalalalalala je vais me faire taper par Concombre pour ça mais je n’ai pas aimé ! Je n’ai fait que la moitié mais putain autant le jeu est hilarant dans ses dialogues et ses cinématiques, autant il est GIGA RELOU pour tout ce qui concerne les phases de gameplay. Je veux dire le seul moment où j’ai trouvé le gameplay fun je m’en souviens même plus, j’ai juste souvenir des trucs chiants ET Y’EN AVAIT PLEIN.
Mad World – Acheté à 5€, joué une heure, jamais remis dans la Wii. Il est bien pourtant.
Trials HD – Pourquoi je l’ai acheté putain ? Pourquoi lui et pas Shadow Complex ? Alors que putain trials HD est juste PAS le genre de jeu que je kiffe, parce que je HAIS le die n’retry dans ses grandes largeurs ! Bref, j’ai joué au jeu vener presque tout le long alors que grosso modo il est BIEN. C’est juste pas ma came.
Final Fantasy XIII – J’ai pas retouché au jeu depuis septembre. Faudrait que je le reprenne. Parce qu’en l’état il est pas si pourri que ça ! Je veux dire, les neuf chapitres que j’ai fait pour l’instant… bah c’est moins chiant que tout Final Fantasy X !
Mr.Driller Online – Méfiez vous de ce jeu tout mignon et tout colorié parce qu’il est GIGA STRESSANT et GIGA CHAUD.
Mass Effect – J’en parlais dans le bilan de l’an dernier mais je ne l’avais pas fini à l’époque ! Grosso modo excellent jeu MAIS MAIS MAIS malgré tout super pénible à REFAIRE. J’ai essayé une seconde partie, avec un Shepard plus pragmatique… et ça me saoule de refaire grosso modo la même chose qu’a la première partie de manière non stop avec juste quelques changements « mineurs ». Surtout après avoir gouté à la « liberté » Alpha Protocol !
Sonic & Knuckles XBLA – Miam j’ai à nouveau sept ans et je joue à ce jeu en mangeant des BN et en buvant du jus d’orange concentré.
Doritos Crash Course – Jeu gratuit du XBLA, une sorte de fusion entre Trials HD et Intervilles. Et ça marche à mort ! Jetez y un oeil.
Call of Duty Modern Warfare 2 – Toujours le meilleur multijoueur du monde sur XBox Live. Vraiment. Dommage qu’a coté ils foutent une mode solo de merde sur un scénario de merde.
The Beatles: Rock Band – Jeu d’extrême qualité ! EXTRÊME. QUALITÉ.
Lips – Jeu de karaoké sympaaaa… qui complète bien Rock Band à l’occasion.
Need for Speed Hot Pursuit – Un retour aux sources plutôt réussi pour la saga Need For Speed où j’ai vraiment retrouvé toutes les bonnes sensations qui faisaient les opus Playstation. Dommage par contre que le jeu tourne au final plutôt vite en rond. Et l’autolog urgh… J’y avais dédié un article.
Pac-Man Championship Edition DX – Très très très très bon. Pas aussi addictif que ça mais une vraie réussite visuelle et sonore, à un prix super intéressant.
Professeur Layton & l’étrange village – Là aussi très addictif et très réussi. Très joli univers et le concept est évidemment génial. Miam énigmes tordues. Je n’aurais pas cru kiffé, pour être franc, tellement je suis imperméable aux énigmes, mais rien à faire, ça fonctionne quand même.
Pokémon Version Noire – La version ultime de Pokémon, sans gros gros défauts. Ponchien <3.
Recettear – Je n’y touche pas trop par sécurité, parce que là aussi gros potentiel drogue addictive ! Cocaïne, ho !
VVVVV – Pas mon trip habituellement, mais là j’avoue que c’est moins chaud qu’un Super Meat Boy ou un n+, ce qui rend le tout plus… agréable. Et cette OST de OUF !

Et voilàààààààààà. Réecrire un article c’est tellement un défi, vingt-cinq jours que ça trainait dans mes brouillons, il fallait FAIRE QUELQUE CHOSE !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

3 réactions au sujet de « 365 jours de jeu vidéo – 2010/2011 »

  1. Tu as mis mon temple à la gloire du dieu cochon.
    Je… Je suis tellement émue.
    Ce geste sera récompensé, peut-être le dieu cochon te laisseras accéder au grand abysse si tu continues à prier o>

  2. Bon c’est un gros frag facile tant tu réclames ce commentaire doublé de ma grosse faiblesse mais SPM est un jeu formidable OU tu dois taper un code de cinq pages trois fois de suite, puis tu commence un chapitre où soudainement, la fin du monde intervient, interrompt le gameplay et t’expédie directement dans le chapitre suivant où tu es aux enfers, puis au paradis – puis te fout un pastiche de vieux RPG en gameplay imposé, et sa fin est triste et émouvante, ouais, TRISTE.

    LA. 😛

  3. (Allez, je me lance, j’ose commenter ton blog pour la première fois!)
    Je rte dirais, pour la bilan 2011/2012, de tester Cities in Motion (très bon), L.A. Noire (excellent) et Dynasty Warriors 7, plutôt sympa !

N'hésitez pas à commenter l'article~