Alphabet Estival – Inception – Batman Gambit

Alphabet Estival – Inception – Batman Gambit

Alphabet estival, tous les trois jours un article dédié à une « lettre. » Y’a trois jours, le H était dédié à Haibane Renmei. Aujourd’hui le I et… Inception.

Inception01.jpg

A la base je voulais vous parler de Inglorious Basterds – et de mon point de vue sur Quentin Tarantino en général – mais ça n’aurait pas été intéressant car cela aurait vraisemblablement tourné en du gros suçage en règle basé sur absolument rien de cohérent. Un peu comme mon article sur Haibane Renmei… en encore plus chaotique !. Non à la place je vais faire un article véritablement court sur Inception. Que j’ai beaucoup aimé. Mais sur lequel je n’ai pas non plus énormément de choses à dire. Eh, l’alphabet estival avait besoin de certaines lettres pas méga engageantes ! Mais allez, considérez que je fais ça pour l’art. Parvenez à convaincre votre subconscient. Et si vous n’arrivez pas à vous convaincre et bien… une petite Inception ?

Inception raconte l’histoire de Cobb et sa petite troupe d’élites, capables d’infiltrer les esprits des gens quand ceux-ci dorment afin de s’introduire dans leurs rêves et d’y voler ce qui est précieux – souvenirs, codes, etc – où influer gravement sur le subconscient d’une personne. Le film raconte grosso modo le déroulement d’une opération très très très ambitieuse… Où il va falloir faire des rêves dans le rêve d’un rêve. Et aller plus profond.

Nolan -le réalisateur- n’a jamais été pour moi un nom très convaincant. Si j’avais bien aimé The Dark Knight, j’ai été plus récalcitrant devant Batman Begins, par exemple. Inception n’a vraiment commencé à me taper dans l’oeil qu’a la date de sa sortie et surtout pour son casting: ouais salut je suis un GROS fanboy de Leonardo Di Caprio. Depuis au moins Arrête moi si tu peux, si vous voyez le début du fangirlisme primaire. Alors oui Leonardo dans le projet j’étais un peu en mode « highlight. » Mais après c’est le thème qui m’a convaincu: des rêves, des trucs cinglés, de la philo de comptoir, de l’action badass, de la romance quelconque… ? COOL. Je l’ai donc vu quasiment simultanément avec Toy Story 3 et Summer Wars, dans ce qui avait été quand même une jolie journée cinéma. Et ça sera mon préféré des trois, malgré le fait que les deux autres sont des très bons films – surtout Toy Story 3.

Inception03.jpg
Puis à la base, un film sur un toupie, « oklol » quoi.

Bref pour un passionné de « rêve » (je dors pour rêver, et je l’assume vaguement), le thème était bien tentant et, je l’avoue, se révèle au final super bien utilisé. Pas maîtrisé bien sûr, mais l’essentiel est là et rien ne me semble manquer, à part les trucs sexuels parce que bon, y’a quand même pas mal de nos (oui je dis nos haha) rêves qui tournent autour de ça. Je me demande d’ailleurs ce que ce serait passé une Inception dans mon esprit: ça aurait terminé sur un rêve avec des bus, des visites de mon ancien lycée où j’ai redoublé 3 classes d’un coup, et j’aurais sans doute fini le rêve en planant au dessus des airs au lieu de marcher. Bref. Nolan a utilisé des bonnes bases et c’est là le plus important: il n’a pas baclé le travail en quelque sorte. Il aurait pu se contenter de « holala c’est un rêve donc ça sera wtf » mais il a essayé d’aller un peu plus loin – le poids du subconscient, les règles à respecter, le « kick » pour s’en sortir, les limbes, et ces conneries là.

Inception n’hésite pas à taper dans plusieurs registres en même temps, du coup. On nous offre parfois des jolies scènes d’action, parfois juste de la parlotte un peu longue mais toujours très bien mis en scène, parfois des scènes qui font péter le budget juste pour le plaisir de le faire (la discussion entre Ariane et Cobb dans le Paris « rêvé » est super agréable à voir, du coup, et très impressionnante, alors qu’au final ils font juste que parler, c’est limite du gros bling bling tout ce qui est autour), parfois des petites pauses avec un soupçon de romance, parfois une pause développement de personnage, parfois de la tension qui tâche. C’est cool, c’est sympa, c’est fun, c’est frais.

Et puis le casting est coooooooooool. Leonardo Di Caprio est paaaaaarfait mais c’est normal c’est fuckin’ Di Caprio. Je comprends pas le moindre reproche fait à Cotillard qui joue un Nemesis mine de rien super inquiétant, le personnage d’Arthur est super mystérieux et, du coup, forcément charismatique, Michael Caines est ENCORE là mais on s’en fous c’est Michael Caines il a le droit, Saito has bought the airplane, bitches et putain, même l’archétype « geek » du casting, Yousef, est ENVIABLE dans son rôle. On voudrait être à sa place. Se faire tirer dessus dans un 4×4 et devoir sauter d’un pont, ce genre de trucs. C’est un casting qui n’est d’ailleurs pas le moindre du monde manichéen, même si le personnage de Saito peut faire sourire: super ordure au début, type cool au milieu, princesse en détresse à la fin. Wut. Heureusement qu’il a acheté la ligne, putes. Ouais non ça passe beaucoup moins bien en français ce meme. Et surtout: ils portent tous presque tout le temps en permanence des putains de costumes cravates giga classe. Et ça c’est franchement la cerise sur la gateau.

Inception02.jpg
Leonardo Di Caprio avec costume cravate c’est comme un gateau à la fraise mais avec juste le double de fraise. Eh ouais.

Enfin le scénario est un de ceux qui laissent beaucoup de zones inexpliquées tout en offrant en même temps les réponses à certaines questions dans le « décor », demandant pas mal de réflexion de notre part. Et oui, la fin SERAIT un peu putassière mais pour être franc elle ne m’a pas énormément choquée. Je vois pas mal ce plan final comme une tentative de Nolan de nous dire « eh regardez tout le monde, Cobb regarde pas la toupie tourner, il s’en fout maintenant ! Il en a rien à foutre si il est dans un rêve où dans la réalité au final ! C’est ça qui est cool ! » pas forcément comme une façon de dire « … au final on est dans quoi ? » Mais c’était amusant de lire les réactions de personnes qui n’hésitent pas à sur exagérer l’importance du plan final par rapport au reste du film :P.

Bref, Inception est un très bon film. Dans un sens il m’a rappelé un peu le premier Matrix où le film Dark City (ouais, de toute façon l’un ayant sucé l’autre jusqu’a la moelle… et les deux étant excellents…) qui étaient tous deux des expériences à la fois riches en rebondissements et en action badass mais pas dénué d’un message, d’un univers extrêmement bien pensé, bien régifié et bien construit. Je me demande si en série télé, cet univers ne donnerait pas quelque chose d’extraordinaire. Imaginez, Cobb et sa bande qui à chaque épisode – où double épisode – doivent pratiquer une inception où une extraction sur une cible à chaque fois différente. Le tout avec un budget pharaonique, le même casting, les mêmes auteurs, les même délires. Si je deviens multi-milliardaire, je commande ça à Nolan pour ma chaîne perso, Amo TV. Obligé.

Incroyable, l’article I n’a pas eu la moindre évocation de l’iPod ! En attendant, mardi, retrouvez le J.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

3 réactions au sujet de « Alphabet Estival – Inception – Batman Gambit »

  1. A moi non plus, le label « Nolan, Dark knight & Co » ne me vendait pas plus de rêve que ça avant de me laisser trainer jusque dans la salle de projection. Heureusement, on venait de m’injecter du Shutter Island afin de bien me disposer: Di Caprio + Passé tragique + Aaargh-mes-neurones-douleur = WIN!
    Si ce genre te plait, le même réalisateur avait fait un peu plus tôt un film plus discret sur les magiciens (ceux du monde réel), Le Prestige. Mon cerveau a apprécié, essaie donc.

  2. « Incroyable, l’article I n’a pas eu la moindre évocation de l’iPod ! En attendant, mardi, retrouvez le J. »

    You created a word paradox ! 😀

    Sinon, Inception est le genre de film que perso, je pourrais regarder « pas mal de fois », juste pour certaines scènes qui envoient du pâté comme ce rip-off de tous les FPS qui se passent dans la neige et qui envoie du lourd en terme d’action, ou Paris qui part en couille de façon géométrique. Je suis du reste globalement d’accord avec tout ce que tu as dis, surtout sur le casting.

    Et je plussoie Mian, j’ai été supris de voir que Nolan avait fait un autre film solide/sympa avant Batman Begins (que j’ai apprécié, ne serait-ce que parce que mettre en avant Raz-al-Gul, méchant pas si connu, c’était pas con). Le Prestige est un film au casting classieux (oh tiens, Michael Caine ???), un développement mindfuck… et une révélation de fin très très dure à avaler voir décevante. Mais à voir quand même. Y a Tesla dedans, bordel.

  3. De Nolan il y a aussi Memento et Following, à voir absolument, avec des découpages de scène de ouf comme dans Inception.

    • Fan-boy On*

    Ce mec est le meilleur scénariste du monde.

    • Off*

N'hésitez pas à commenter l'article~