Quantum of Solace et 21 autres films James Bond – I Expect You To Dine

Quantum of Solace et 21 autres films James Bond – I Expect You To Dine

Lettre Q de l’alphabet estival. Ca commence à chauffer. Petit récapitulatif de l’alphabet à la fin de ce billet.

Pendant l’été 2007 j’avais fait un article sur James Bond que je n’ai jamais terminé, jamais fini. Il est toujours en brouillon dans un coin, étant le seul billet jamais publié – mais pourtant toujours dans la base de données, en état suspendu – de l’historique du blog. Pourtant il commençait comme ça:

J’aime bien les James Bond. Faut dire quand j’étais enfant, c’était le truc le plus trash qu’on me laissait regarder, même si finalement, on me laissait voir que Moonraker et son méchant néonazi. Et éventuellement Demain ne meurt jamais au cinéma. Mais bref, le jour ou je découvris vraiment les James Bond, c’était quand j’avais 8 ans, et quand je découvris la Nintendo 64, et in extenso le meilleur Jeu-De-Tous-Les-Temps-Que-Je-Dois-Me-Racheter (FF9 ne compte pas, je dois me le racheter aussi, mais là j’ai mal. Je sens que je vais émuler. Après tout j’ai le jeu original chez moi. Je le retrouve pas, certes, mais il est chez moi. Vivement un déménagement que je le retrouve.), c’est à dire, Goldeneye. Et là je me souvins d’une semaine ou je me fis TOUS les James Bond. (sauf Jamais plus Jamais, et tous ceux inclus entre On ne vit que deux fois et L’homme au pistolet d’or)

Bref j’avais 8 ans, et cela me faisait plaisir, et j’avais déjà MON James Bond préféré.

Roger Moore.

Juste deux choses. Y’a quatre ans j’écrivais de la merde et là ça confirme tout parce que je suis convaincu que j’ai pas attendu la Nintendo 64 et Goldeneye pour m’intéresser à James Bond et surtout je doute que Roger Moore ait vraiment été mon James Bond préféré parce que c’est un autre acteur mon James Bond préféré. Et oui, j’ai depuis retrouvé mon exemplaire de Goldeneye 64, il est tout chaud auprès de moi et j’ai tous les cheat codes débloqués dedans. Oui oui chez nous on a fini Facility en 00 Agent et en moins de 2 minutes 15.

Bref, pour rendre hommage à cet article qui ne se finira jamais, et parce qu’aujourd’hui est le 700e billet de Néant Vert, on va faire un billet dédié a James Bond et aux 22 films que comptent la franchise… et pour cela je vais faire un top 22. Je vais classer les films dans l’ordre de mon appréciation, dans un jugement mi-subjectif mi-objectif mi-mauvaise foi. Ca permettra de nous comparer nos statistiques dans un sens. Huhu.

Mais histoire de confirmer des choses, j’ai du voir la grande majorité des films au moins deux fois, étant donné que j’ai passé cinq où six ans à ne jamais louper la moindre diffusion d’un James Bond à la télé et croyez bien qu’il y’en avait des masses ! Il ne doit y’avoir que les quatre films les plus récents que je n’ai vu qu’une fois, et peut-être deux où trois autres films où je signalerais la particularité. Je n’ai jamais vu Jamais Plus Jamais et je ne l’incorporerais pas au classement, en plus du fait qu’il ne soit pas inclus dans la chronologie « officielle. » Mais hop, commençons le classement !

#22


Rien Que Pour Vos Yeux

Rien que pour vos Yeux est sans doute le seul James Bond que je n’ai jamais vu en entier et pour une raison très simple: il m’emmerde purement et simplement. Il me porte aux nues de l’ennui, me force à bailler comme un chameau, me lance à la recherche d’activités annexes à faire, argh, que je hais ce film. Et putain, souvenez vous de sa scène de pré-générique, où James Bond va sur la tombe de son ex-femme dans un souci de continuité, et où il rencontre Blofeld et où ça finit en combat d’handicapés où le méchant emblématique de la saga finit largué dans une cheminée d’usine. What. The. Fuck ?

Bref, même si je suis pas du genre à nier le pouvoir séduisant de Carole Bouquet, faut pas déconner, ce film là est pénible comme l’enfer.

#21


Le monde ne suffit pas

Celui là à peut-être souffert d’avoir été vu à une époque où je commençais à avoir un début de sens critique aigu et agressif, et après être sorti du cinéma suivant la projection du film j’étais un peu en mode « mouais bof hein, j’aurais préféré rester à la maison pour jouer à Ape Escape » parce que eh, c’était ma priorité de l’époque. Non, vraiment, je l’ai revu y’a pas si longtemps (ok 4 ans) et je restais toujours un peu en mode pokerface face à ce film qui a vraiment peiné à avoir une personnalité. Le méchant est en outre, quand même, un poil super kitsch. Un type quasi invincible parce qu’une balle est dans son cerveau ? Voyooooons. A l’époque Roger Moore ça passe, mais à l’époque Pierce Brosnan, on fait mouais. La seule chose à sauver étant sans doute la dernière scène de Q et l’introduction de R… Enfin de Q. Mais du nouveau Q. Qu’on pourrait surnommer R. Mais qui s’appelle Q, hein.

Et là je remarque que les 2 derniers films de mon classement sont ceux avec deux actrices françaises dans les rôles féminins principaux. C’est carrément pas voulu.

#20


Dangereusement vôtre

Tiens, et le 3e plus mauvais film du classement se passe pas mal sur Paris. On va me croire anti-français, définitivement. Mais c’est pas du tout ce pour quoi je voulais passer ! Bref, Dangereusement vôtre est délicieusement kitsch: il possède un des méchants les plus sympas de la série (je kiffe secrètement Max Zorin), y’a quelques scènes un peu folles (une baston SUR LE GOLDEN GATE) donc y’a tout ce qu’il faut. Le vrai problème alors ? Roger Moore qui décède à chaque scène d’action. Je veux dire il était évident qu’il commençait à se faire trop vieux là. C’est un peu papy James Bond pendant tout le film du coup du coup, bah ouais, ça fait un peu pitié sur la fin, surtout quand on se rend compte que la James Bond Girl pourrait être sa petite-fille.

#19


Meurs un autre jour

Il est pas si maaaauvais que çaaa. Juste super crétin. C’est pas forcément un défaut mais ça le rend un peu giga oubliable… Mais de rares scènes poussent l’attention: la course poursuite en voiture dans un hôtel de glace par exemple. Même si bon, le film tente de faire comme un tiers des films de James Bond, où ils essayent de nous faire croire que l’espionnage c’est dead fuckin serious et où donc on se tape tout un début de film où il se fait torturer, à moitié trahir par sa hiérarchie, où on dit qu’on revient aux « racines » c’est à dire Dr.No & co bla bla BLA bla bla BLA. Ce que Permis de Tuer avait fait bien mieux avant et que Casino Royale améliorera encore plus par la suite. Du coup c’est très sympa comme effort mais il fait ridicule par rapport à ce qui va se suivre et à ce qui a déjà été fait. Puis bleh caméo de Madonna.

#18


Quantum of Solace

Quantum of Solace n’est pas super extraordinaire, hélàs. Eh, j’avais kiffé quand même et Mathieu Amalric en méchant m’a giga fait kiffer, mais y’a un truc qui CLOCHE. Je sais pas vraiment où, mais je pense que les scènes d’action absolument pas claires doivent y aider. On sent que Jason Bourne est passé par là et qu’on tente un poil trop de le copier à certains passages. Ca passait très bien dans Casino Royale, c’est juste trop dans Quantum of Solace. Mais il reste des bonnes scènes (la baston à l’opéra), et globalement, ça se laisse suivre, crotte. C’est un bon film, mais pas une bonne suite à Casino Royale, et c’est triste !

#17


Vivre et laisser mourir

Baron Samedi HAHA. Il est super sympa ce James Bond des caraïbes, n’empêche. C’est juste que là on commence à arriver au niveau des James Bond sympa sans plus et qu’il est, vous vous en doutez, sympa sans plus du coup. Tout le trip vaudou est sympa, y’a des crocodiles, du soleil, un méchant avec une main en fer et tout ça. C’est plutôt cool mais c’est génant que la seule chose que j’associe au film c’était un film érotique de M6 qui était diffusé en simultané, et qui faisait que je zappais entre les deux oeuvres un peu maladroitement.

16


James Bond contre Dr. No

Il a GRAVE VIEILLI. C’est un peu un épisode quasiment à part parce qu’on y trouve pas les grosses gimmicks genre gadgets, voitures et femmes, c’est limite un film qu’on pourrait résumer à Sean Connery qui tue des espions et qui voit son copain black se faire griller au lance-flammes. Dr.No est un méchant très classieux, Ursula Andress était super fappable et, putain, son copain black se fait griller au lance-flammes quoi.

#15


Bons baisers de Russie

Je ne l’ai vu qu’une fois celui-là ! Et ça date de 1999 ! Très bons souvenirs mais un peu vague. Il mériterait que je le revisionne, en attendant, je lui file cette place de mi-classement un peu bâtarde.

#14


Les diamants sont éternels

Très agréable, duo de jumeaux psychopathes et bonne prestation de Sean Connery, ce qui lui vaut une quatorzième place logique: pas de défauts mais pas vraiment de qualités. Il se laisse voir sans problèmes mais il n’y a pas grand chose à en dire.

#13


L’espion qui m’aimait

Un épisode phare de la saga en quelque sorte, qui est surtout rigolo parce que ça doit être un des seuls films avec Roger Moore où le scénario est sérieux et où les scénaristes partent pas en gros délire drogué à mi-chemin. Bon, on a la fabuleuse voiture amphibie dedans, ce fabuleux combat sous-marin, le méchant c’est Karl Stormberg et il a une dégaine affreusement classe même si son plan de destruction de toute civilisation est un peu abusé. Je me demande comment du coup il convainc les gens de rejoindre son plan: « hey les mecs, on va détruire la civilisation, vous êtes ok ? » Wow les entretiens d’embauche de fou que ça doit être. Oh, et puis y’a DENTS DE REQUIN.

#12


L’homme au pistolet d’or

Christopher Lee seul pourrait légitimer la douzième place du film mais bon, soyons francs, c’est loin d’être un chef d’oeuvre et les deux tiers du film c’est une loooooooongue introduction à ce qui nous intéresse vraiment, c’est à dire le duel tant attendu entre Scaramanga et James Bond, mais ça se laisse plus que voir, par plaisir. Ne serait-ce que pour la mythologie qu’on crée ensuite autour du fabuleux Golden Gun.

#11


Moonraker

Plaisir coupable sur-kitsch. Moonraker c’est James Bond dans l’espace, avec Dents de Requin qui découvre l’amour, le MI6 qui découvre des pistolets lasers, l’acteur français le plus charismatique de tout les temps qui joue le méchant (MICHAEL LONSDALE), Roger Moore qui découvre le plaisir de faire quéquette dans l’espace avec gravité zéro, j’en passe et des meilleures. C’est un James Bond pour mômes à la limite. Mais qu’est-ce qu’il est BONNARD.

#10


Tuer n’est pas jouer

Voilà, bon, je peux enfin vous le dire: Timothy Dalton est mon James Bond préféré, même si il ne fut là que le temps de deux films. Ces deux films en question sont surtout à voir pour leur aspect sombre et violent, qui fonctionnent plutôt bien et montrent que même après le passage de Roger Moore et de ses films un peu coin coin pouet pouet, on peut continuer à voir Bond comme il était dans les deux premiers films, c’est à dire pas super family-friendly ! Tuer n’est pas jouer est le moins bon des deux Dalton mais il est passionnant, et se laisse voir d’une seule traite. Ne serait-ce que pour le combat final qui se passait dans les airs et qui sodocule le même combat aérien qui aura lieu douze ans plus tard à la fin de Meurs un autre jour. Oui vraiment.

#9


Demain ne meurt jamais

J’adore ce film sans doute là aussi pour des raisons affectives: c’était mon premier James Bond au cinéma et même en le revoyant plusieurs fois, je n’ai jamais décroché ni trouvé le moindre défaut fatal. C’est un James Bond ultra divertissant, avec des scènes un peu folles (la BMW qu’on conduit à distance), mais aussi ce dialogue mémorable entre James Bond et un tueur à gage capable de « lui tirer dessus depuis Munich et faire en sorte que l’illustion (du suicide) soit parfaite. » Et puis holala ce méchant. Elliott Carver. Il apparaît quasi crédible ! « Salut je suis un magnat de l’information, je contrôle les connaissances du monde, je peux dire tous les mensonges et faire comme si ça passait et du coup je suis assez riche pour faire ma petite guerre moi-même, pour vendre plus de journaux, yeah § » Non, franchement, c’était cool.

#8


On ne vit que deux fois

James Bond au Japon ! Avec Sean Connery ! Ce film part parfois un peu en couilles (des ninjas ?), et il est le film qui a commencé la mode du « adaptons le roman d’origine comme des bourrins, en modifiant les trois/quarts » mais grosso merdo ça reste du très bon. Des ninjas, des volcans, du Japon, une Toyota 2000GT, des explosions d’hélicoptère. C’est pas désagréable.

#7


Octopussy

Plaisir coupable ultime ! Dans Octopussy y’a James Bond qui se déguise en clown, un putain d’harem sur une île, des courses-poursuites en Inde, des chasses à l’éléphant avec James comme cible, des lanceurs de couteau, du backgammon, des oeufs de Fabergé, Q déguisé en pécheur, etc etc. Octopussy c’est l’heure de gloire de la période « légère » de James Bond et pour moi de très loin le plus divertissant et jouissif de tous les films avec Roger Moore. Le méchant à également une classe juste incroyable (joué par Louis Jourdan) et il veut le désarmement de toute l’Europe, ce qui est mignon comme tout ! Enfin, il perd, ok, mais, c’était pas une mauvaise idée…

#6


Au service secret de sa majesté

« On a tout notre temps devant nous… »

Épisode un peu étrange, lui aussi victime du syndrome « vite, tachons de rendre James Bond à nouveau sérieux et sombre », avec pour acteur George Lazenby, qui est loin d’être aussi calamiteux qu’on le prétend… il a même une certaine classe dans le rôle ! Bref, c’était un épisode assez étrange, qui m’a toujours marqué par son ambiance un peu lourde… Je veux dire, ciel, tout le scénario du truc tourne autour de lavage de cerveau de jeunes filles par Blofeld & co. Et puis, inutile de rappeller sur quelle scène se termine le film, ce qui est sans doute une des seules fois que la fin d’un James Bond se… démarque un peu des autres. On y trouve un vrai rôle de Blofeld, pas de super gadgets qui tuent, un casting féminin extrêmement fourni et rappelant à notre génération que les filles des années 60, bah c’était pas des laiderons non plus… C’est un James Bond très centré sur son scénario et son ambiance, et ça fonctionne bien aussi. Il est pas aussi fun à voir qu’un Octopussy où un Goldeneye, évidemment, mais il s’en sort mieux en tant que film.

#5


Casino Royale

J’ai a-do-ré Casino Royale. Si je suis pas forcément fan du concept de semi-reboot où de la tentative de rendre « un peu plus réaliste » les choses, force est de constater que le film s’y prend tout de même très très bien pour imposer une ambiance sombre, voire cruelle, avec un humour très froid tout le long. Si Quantum of Solace reprenait un peu les mauvais côtés de la saga Jason Bourne, Casino Royale en reprend les meilleurs, tout en s’appliquant à offrir une vision très personnelle de l’univers Bond, avec des tortures sympathiques, un méchant « raisonnable » en terme de puissance, qui n’est pas un milliardaire aux pouvoirs infinis, qui n’a pas de bases secrètes gigantesques, mais qui se révèle au long du film être sans doute le méchant qui a été le plus prêt de tuer Bond personnellement. La gigantesque partie de Poker est fun, les personnages sont agréables, M connaît un peu de développement et le film nous quitte sur un plan juste giga fanservice. Oh, et je kiffe grave son générique, mais vraiment GRAVE.

Bref, de toutes les tentatives qu’a connu la saga de revenir à un Bond « sombre », sans « gadgets » ni « exotisme », c’est sans aucun doute le plus convaincant et le plus enthousiasmant mais, et là est le piège, pas le meilleur, comme on va le voir.

#4


Goldfinger

Goldfinger est sans doute le James Bond le plus… James Bond. C’est lui qui introduit toutes les grandes formules qui feront la célébrité de la saga, c’est lui qui commence à injecter la dose de folie qui rendra la saga célèbre, c’est elle qui se montre la plus ambitieuse, qui commence à marquer même les voitures y apparaissant (la Aston Martin DB5 = la voiture de James Bond), le méchant commence à être équipé d’un acolyte marquant (ici Oddjob) tout en étant lui-même une pourriture machiavélique et un poil riche, y’a de la torture, des pièges, des gens qui meurent parce que le méchant à juste envie, et caetera et caetera. Goldfinger est un très bon film, aux nombreuses scènes emblématiques, et il le vaut bien.

#3


Opération Tonnerre

Un poil dans l’ombre de Goldfinger et je trouve ça dommage: Opération Tonnerre est le meilleur film avec Sean Connery, de mon opinion. Un poil plus violent, on a dans ce film le mélange parfois entre les gadgets, les combats, le scénario, les enjeux. Le méchant est vraiment méchant ET borgne, la James bond girl est Claudine Auger – je suis sûr que c’est un argument valable – et le film débute avec un tour en jetpack. Que rêver de mieux ? Y’a des requins en plus ! Et une bataille sous-marine juste super épique ! Mon argumentation ne vole pas haut mais, eh, j’ai un gros coup de coeur pour ce Connery là. Et c’est pour ça que je devrais mater Jamais Plus Jamais qui en est un poil inspiré…

#2


Goldeneye

Pour l’Angleterre, James! Je remarque que ça fait quand même trois titres de films James Bond qui font référence à l’or et à tout ça, c’est un poil suspect. BREF. Goldeneye. Oui, il est évident que l’adaptation vidéoludique a bien contribué à le foutre à cette place parce que oui, Goldeneye est du coup le film James Bond que je connais le mieux, que j’ai vu le plus. Malgré tout, je tends à le considérer comme très très bon et comme un bon James Bond post-chute du mur, ainsi qu’un bon départ pour Pierce Brosnan dans ce rôle, qui y montre d’amblée une certaine aise et un certain talent. On y a un des méchants les plus sympathiques de la saga (Trevelyan, qui veut juste se venger de l’Angleterre parce qu’elle a tuée ses parents… oh, et choper plein d’argent aussi, ce qui est naturel comme ambition quand on construit des bases secrètes géantes dans une jungle de Cuba), on fait un petit panorama des pays ennemis des Etats-Unis dans les années 80 (Cuba, Russie, Monaco… oh attendez) et on y a les gadgets les plus rigolos du lot – quand j’ai un stylo bille maintenant, je pense un peu à Boris. J’ai été pas mal marqué par ailleurs par la scène de massacre dans le Bunker qui est un peu giga glauque, et on y découvre le début de l’Internet, avec des mots de passe grivois made in Boris.

Bref, à part la bande originale d’Eric Serra, rien à dire, ce film est très bien. Oh, et saviez-vous que le générique avait été écrit et composé par U2 ?

#1


Permis de tuer

Le James Bond « sombre » ultime. On tue un pote à James ? Ok, vendetta personnelle sur le mec, parce que James aime bien péter un cable de temps en temps. C’est un film super impressionnant parce qu’il est au final plutôt violent (il échappe de peu au rating -18 au UK, c’est dire la folie), qu’il s’attaque un peu au personnage de James et au rôle du MI6, qu’il fait lui aussi encore un énième retour aux sources sauf que cette fois ça fonctionne grave. Par exemple avec le méchant qui est une enflure qu’on veut juste voir crever la bouche ouverte, qui tue un des personnages alors récurrents de la saga après avoir fait ordonner qu’on viole et tue la femme de celui-ci -ce qui arrive, cool- et qui pourtant est incroyablement… affable, avec un très haut code de l’honneur, une certaine politesse, des manières, une intelligence… et une âme de gros psychopathe sans remord avec tout cela. C’est très fin des années 80 dans l’esprit, cette époque où les méchants étaient forcément trafiquants de drogue. Bref. Dans tous les cas, c’est loin celui qui m’a le plus foutu sur le cul et qui m’y fout encore, et la performance de Timothy Dalton ne fait qu’en rajouter. Goldfinger était le James Bond le plus James Bond ? Permis de tuer est sans doute celui qui est le moins James Bond du lot, et ça ne l’empêche pas d’être EXCELLENT. .

Voilà donc pour ce classement amusant des James Bond. Ok, j’avoue que le Q pour l’alphabet estival sort un peu de nulle part mais, eh, c’était ça où Queen’s Blade et vous voulez pas mon avis sur Queen’s Blade. Où alors vous attendez que je me drogue pour ça parce que y’en aurait eu besoin.

En attendant, on est à plus de la moitié de l’alphabet estival donc permettez moi de vous rappeler dans l’ordre alphabétique tout ce qu’on a vu en un mois et une semaine:

Aria: The Origination ; Beatles Rock Band ; Chris Jericho ; la saga Driver ; Ecco the Dolphin ! ; Fruit Baskets ; Grim Fandango ; Haibane Renmei ; Inception ; Japan Expo 2011 ; Koe de Oshigoto! ; Life and Times of Scrooge McDuck – La jeunesse de Picsou ; la Megadrive Ultimate Collection ; Noir & Madlax mais surtout Noir ; L’histoire de l’Ognion Ambitieux écrit par votre serviteur et enfin le film Professeur Layton et la vie éternelle. On va pouvoir attaquer les lettres très reloues sous peu mais ça risque d’être amusant. En attendant, on se retrouve vendredi pour la lettre R. Gant barry masse.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

8 réactions au sujet de « Quantum of Solace et 21 autres films James Bond – I Expect You To Dine »

  1. Plus j’avançais – ou descendais, c’est selon – dans ce classement, plus je me demandais : « attends, elles sont où les deux bouses avec Timothy Dalton !? » Ben elles sont placées de manière à prouver que tu as décidément de drôles de goût. Franchement, James Bond psychopathe – encore pire que Daniel Craig et ses faux airs d’agents du KGB, genre « on a pris l’homme de main de Bons Baisers de Russie et on lui a donné le premier rôle » – Felix dévoré jusqu’au tronc par des requins, les deux films ne valent que pour les prestations de Rémy Julienne !

    Le meilleur acteur français de la série, c’est Hervé Villechaize.
    Le meilleur James Bond, c’est You Only Live Twice parce que ça commence par une fusée qui en bouffe une autre, que c’est l’épisode avec le repère secret du méchant dans un putain de volcan, qu’il y a des Japonaises, et que Nancy Sinatra s’occupe du générique.
    Le meilleur acteur pour James Bond, c’est Sean Connery, tu peux pas test.

    PS : George Lazenby, pas Roger Lazenby 😉
    PS2 : R est un ancien Monty Python, le génial John Cleese.
    PS3 : Il manque le premier Casino Royale, celui avec Peter Sellers et Orson Welles.

  2. J’ai pas mis les deux films Casino Royale (celui de 1954 – téléfilm bon marché – et celui de 1967 – qui lui est juste une grosse parodie de James Bond, au sens premier du terme – ) pour la même raison que Jamais plus Jamais: c’est à dire qu’il ne sont pas dans la chronologie « officielle », c’est du bonus et du à coté, et du coup c’est difficile à classer 😛 .

  3. Pour moi les deux qui incarnent le mieux James Bond sont Roger Moore et Sean Connery.
    Ce qui est dommage surtout pour la série : le non suivi chronologique des romans de Sir Ian Fleming. (Casino Royale est le premier James Bond par ex.)

    Il auait fallut un lassement des meilleurs James-Bond Girls (et aussi des Villains/Bad guys mais bon)..

    bon travail 😉

  4. On ne vit que deux fois n’est que 8e ? Juste une précision, le scénario de ce film est signé par l’auteur britannique Roald Dahl. Le côté complétement tordu du film vient peut-être de là. En tout cas, c’est un des rares dont je ne me lasse pas.
    Dommage que tu ne parle pas vraiment des génériques, qui sont pour moi le vrai plus de ces films (la voix surpuissante de Shirley Basset dans Goldfinger, All Time High, par Rita Coolidge dans Octopussy et surtout le style de ces génériques)
    The man with the Golden gun, personnellement, à part Christopher Lee, je ne lui trouve pas grand chose…
    Goldeneye est cool, ne serait-ce que pour Boris.

    C’est agréable de lire un article sur ces films.

  5. Eh bien eh bien eh bien. Je peux le dire, tu as bon gout concernant Double-Oh Seven. Tres bon gout même.

    Mais autant je te rejoins sur Quantum of Solace (qui m’a décu en étant une quasi-repompe des Jason Bourne) et sur OHMSS (reconnu comme étant le meilleur de le saga pour beaucoup de fans), autant je suis pas vraiment d’accord avec FYEO, qui est pas exceptionnel, mais pas chiant non plus.

    Je réservais plutot la place de last but not least (parce qu’on est d’accord, un « mauvais » James Bond est un tres bon film d’espionnage) a… Moonraker. il est bien, hein, mais il est tombé dans le piege de « surfer sur la vague Sci-Fi Star Wars-Rencontres du 3eme Type » et du coup…ca donne le JB le plus WTF de l’histoire. Meme si 007, c’est l’exageration classe, faut justement pas trop exagerer. ou bien LALD, car la aussi, c’est un peu WTF, meme avec Paul Mc Cartney dans un des génériques les plus awesome de la saga. Trop de cassure tue la cassure, tour a tour Voodoo, Blaxpolitation, Redneck, parodique…au final on s’y perd un peu.

    Et pour le meilleur, j’aurais mis de mon coté FRWL ou Goldfinger ou Goldeneye. Mais les Dalton serait dans le top 10, et LTK dans le Top 5, rien que pour LE CAMION SUR DEUX ROUES§§§ et Benicio Del Toro qui devient a la fin du film El Chorizo. :awe:

    Bref. Un tres bon Top 22, qui pourrait convaincre un non-fan a s’initier d’avantage a la série.

  6. Tout a fait d’accord sur le top 5!
    Ca me fait penser que ironiquement, le dernier que je n ai pas vu c’est Quantum of solace…
    A titre personnel, j’aurais foutu meurs un autre jour dernier, tellement il est naze et pas credible…Le james bond qui ‘a fait hair Pierce Brosnan alors qu’il est bien dans golden eyes pourtant…

  7. Plus je descendais dans le classement, plus je me disais « Oui, oui, oui, oui ! Toujours pas de Goldeneye ou de Casino Royal ! Bon goût, bon goût ! Et… » Déception. Mettre un Timothy Dalton devant tout le reste, meh. Cet acteur était bien moins monolithique en Seigneur du Temps dans Doctor Who qu’en agent secret… Mais bon, tu dis toi même que ça vient de l’affectif. Goldeneye contient tellement tous les ingrédients délicieux d’un James Bond avec le bon dosage, et Casino Royal est tellement bon dans sa maturité et l’action maîtrisée, ce sont les seuls que je pourrais classer dans cette masse en fait.

    Moonraker oui c’est rigolo, limite série B, notamment la bataille spatiale de la fin ! 😀

    Et je crois que mon affection à moi pour Demain ne Meurt Jamais vient d’un auto-lavage de cerveau car je le regardais en boucle en VHS enregistré quand j’étais jeune… « Tu as oublié la première règle majeure du journalisme, Carver ! Donner aux masses ce qu’elles demandent ! *SPROTCH* » Dommage que la chinoise était moyennement convaincante, rétrospectivement.

N'hésitez pas à commenter l'article~